Arboriculture - Matinée de conférences - 3/4

De Triple Performance
Aller à :navigation, rechercher
Vidéo - Ver de Terre production (22 oct. 2020) - - Durée : 216 minutes

Thumbnail youtube KeAQV2gvYjA.jpg

Ver de Terre Production s'invite aux Cap Agro Éco 2020 ! 😍🍃


Avec la collaboration du Centre de Développement de l'Agroécologie & de JBK Corporation.


Réservez dès maintenant pour les autres journées ici : https://capagroeco.fr/edition-2020/


Annexes

Transcriptions

élevage est donc là on va

l'arboriculture donc je sui sébastien
roumégoux sur le fondateur enfin
cofondateur du centre de développement
de l'agro écologie
voilà qu'on a monté en 2013 avec une
bande de copains agriculteurs chercheurs
tout nouveau technicien et donc on a eu
finalement à coeur de porter une
structure qui puisse faire le lien entre

Afficher la suite

des fois de la recherche qui fait des

choses très intéressantes mais il faut
la décliner sur le terrain et donc des
fois une déclinaison sur le terrain qui
est des fois complexes qui est des fois
pas aisée 1 et donc l'idée c'est quand
même aussi de réussir à faire ce lien et
c'est ce qu'on va essayer de faire
aujourd'hui c'est à dire qu'on me parle
beaucoup des couverts végétaux on parle
tout un tas de trucs fertilité des sols
les vers de terre
il ya plein de choses qui circulent est
de plus en plus eh bien aujourd'hui
c'est de pouvoir vous permettre de tous
et toutes faire un peu le tri dans
toutes ces techniques peut-être organisé
structuré votre pensée avoir des retours
d'expériences autour de toutes ces
pratiques là pour ensuite pouvoir faire
vos propres choix
voilà donc je remercie la daf trade corp
gaillagos bio vitis la métropole du
grand lyon qui nous accompagne depuis
des années et puis les cuma de la drôme
de nous soutenir dans cette dans cet
événement la mairie qui nous met à
disposition cette salle et puis bien sûr
il brogniart qui nous accueille sur sa
parcelle
voilà fait qu' on à semer des couverts
végétaux peut-être un peu tard mais ça
serait un bon support pédagogique et
puis voilà ça nous permet d'aller sur le
terrain cet après midi donc ce matin on
va s'organiser
tout simplement moi je vais commencer
sur une introduction sur qu'est ce que
c'est qu'une seule qui fonctionne on
parle de sols vivants ils annoncent
qu'ils vont dire des sols un peu à
l'optimum de leur fonctionnement on va
parler un peu de tout ça on va voir ce
que ça signifie pour l'arboriculture et
puis après on aura un retour
d'expérience d'un arboriculteur et puis
on finira sur toutes ces notions de bio
diversité fonctionnelle au verger donc
on aura vu le sol on aura vu un retour
d'expérience sur toute cette pratique de
couverture végétale un peu différente et
puis on sera passé sur la strate un peu
plus sur le volet biocontrôle et ça vous
permettra d'avoir une vision un peu à
360 ce matin et puis cet après midi on
ira sur le terrain et puis on aura
l'occasion de discuter de tout ça plus
en profondeur de façon plus spécifique
je vais être là relou du timing et de
l'espace donc faut des mesures de
sécurité à cause du coc vide
on est un peu limité avec cette salle et
on s'en excuse ce n'était pas ce qui
était prévu à la base et du coup il y à
des chaises disponibles de dents devant
pardon et je vais devoir vous demandez
aux personnes du fonds de venir vous
installer sur ces chaises parce que
sinon nous n'avons pas assez de place
derrière au fond comme vous pouvez le
voir et les personnes qui sont au fond
ont besoin de pouvoir se déplacer
régulièrement donc on a besoin de ces
chaises au fond voilà donc si de trois
personnes qui se sont assises peuvent
venir il ya une chaise ici il y en a une
là il y en a deux par là ça serait
vraiment super s'il vous plaît merci
beaucoup d' avance merci à vous allez on
va démarrer tranquillement
alors bon évidemment un petit une petite
comme je vais prendre très très peu de
temps mais c'est pour vous permettre
aussi de savoir qui vous accueille
aujourd'hui donc le centre de
développement de l'agro écologie c'est
comme je l'aï dit une structure qu'on a
monté qui est dédié à la transition dit
agro écologique on va pas commencer à se
perdre dans les mots l'agroécologie
c'est quoi c'est de la bonne agronomie
c'est quelque chose qui revient un peu
au fonctionnement logique du vivant
alors le mot agro écologie et là on va
parler aussi d'agriculture régénératrice
on a parlé de plein de choses
la question fondamentale c'est quels
sont les principes qu'il ya derrière ces
sites on va discuter ce matin
voilà donc on bosse sur une bosse sur
plus sur plusieurs créneaux la recherche
et développement ont fait pas mal
d'expérimentation ont fait de
l'animation agricole ça c'est important
pour nous à s'est connecté à des groupes
de producteurs avec lesquels on
travaille avec lesquels on innove et
donc c'est très important aussi pour
nous de prendre en compte
systématiquement que le producteur est
un élément clé de l'innovation voire
l'élément clé de l'innovation donc on
n'est pas dans de l'apport n'y en a pas
un qui sait un qui apprend on est plutôt
dans la collaboration pour fabriquer des
itinéraires de culture nouveau ce qu'ils
se reposent sur d'autres bases de
réflexion et des clés de décision et
beaucoup de consulting et de formation
et donc ça c'est un peu juste en doute
ce qui est nécessaire pour faire une
bonne transition 1 sur son exploitation
c'est un savoir faire un bon diagnostic
on m'en parlait ce matin si je sais pas
faire de bons diagnostics sur ma
parcelle
je vais prendre des mauvaises des
mauvaises solutions correctives et donc
ça c'est extrêmement important notamment
en matière de sol de l'accompagnement de
la formation c'est à dire que j'ai
besoin de me former et de comprendre
comment les choses fonctionnent alors
que ce soit avec nous avec d'autres la
question n'est pas là où que ce soit sur
internet mais il ya besoin aussi de
comprendre les tenants et les
aboutissants de ces nouvelles clés de
décisions qui vont permettre de dire est
ce que je sais un tel ou tel type de
couverts ou est ce que j'en sais même
pas ce que je pars sur la couverture
spontanée etc
et puis de l'expérimentation et ça c'est
vrai quand on fait de la recherche on va
dire classique c'est vrai quand on fait
de la recherche et du développement sur
le terrain mais c'est vrai aussi sur sa
propre exploitation
moi j'ai souvent une entreprise elle a
souvent un pôle de r&d alors on parle
pour les entreprises diverses et variées
mais l'entreprise agricole est une
entreprise et elle doit souvent avoir ce
petit pôle de r&d qui peut être sur des
variétés qui peut être sur des produits
x ou y mais qui peut être et doit être
aussi sur tout ce qui peut toucher par
exemple au sol à la santé des sols de
plus en plus donc testé sur de petites
surfaces et après décliner
tranquillement sur sur l'exploitation
voilà alors des sols vivants on va
parler on va rentrer vraiment par la
porte des sols vivants par vraiment
toute la
à comment ça fonctionne vraiment et puis
après on va décliner au niveau de
l'arbre alors ça c'est une chose que
j'ai pu constater et ça a été aussi un
élément déclencheur c'est quand vous
regardez vous faites une analyse de sol
dans un fossé et vous faites une analyse
de sol dans un champ alors c'est vrai
que c'est pas un char bricoles mais on
pourrait faire le même exercice
éventuellement donc dans un champs
céréaliers avec très peu d'apport de
matières organiques fertilisation
minérale stricte et puis itinéraire
assez classique comme on peut le faire
depuis très longtemps
eh bien on s'aperçoit qu'on a un certain
nombre de paramètres qui vont bouger et
donc l'analyse de sol c'est une manière
aussi diagnostic et on va regarder des
paramètres qui nous semble important en
tant que paramètres agronomique premier
paramètre la matière organique
la matière organique finalement entre la
bordure et la parcelle on voit qu'on a
un décrochage quasiment d'un point et
demi
donc on a divisé par deux le taux de
matière organique ce qui va induire tout
un tas de choses derrière c'est à dire
moins de porosité alors ça peut être le
passage des machines qui va induire 7,7
compaction mais c'est aussi la matière
organique qui permet d'avoir une
meilleure résistance
cette contraction donc on a quasiment
50% de porosité dans la bordure et puis
on a une quarantaine 39% dans la
parcelle
moi j'ai coutume de dire une parcelle
qui marche bien un seul qui marche bien
c'est 50% de vide donc ça c'est contre
intuitif puisque ça nous porte mais en
fait il ya 50% de litres dans un sol qui
marche bien la rétention d'eau et la
réserve utile donc on a quasiment 20 mm
de plus de stockage dans la bordure que
dans le champ ce qui peut être assez
important on a des sécheresses répétées
on peut stocker l'eau dans la parcelle
donc cette matière organique a aussi sur
la très important de venir stocker l'eau
dans la parcelle est ce que 20 mm va
nous changer la vie par rapport à un
cycle cultural x ou y et par rapport aux
besoins qu'on a peut-être pas mais par
contre ça va nous permettre plus de
flexibilité ça veut dire qu'on remplit
plus ça veut dire qu'on vise moins vite
donc il ya quand même une notion de
résilience derrière et puis la cec cette
fameuse capacité à des changes
cationiques ce frigo du sol où on va
avoir quasiment 25 30% de plus dans la
bordure dans la parcelle et tout ça est
aussi reliée à la matière organique
vous allez me dire mais c'est quoi alors
sa solution c'est de planter des tous
les 50 cm c'est sans doute pas ça par
contre derrière qu'est-ce que ça induit
l'induit qu'en fait dans la bordure où
on laisse faire on a des paramètres
agronomique qui sont
ce temps où tous les cas qui vont se
stabiliser à un niveau qui nous semblent
intéressants et 3 % de matières
organiques etc
c'est quand même pas mal et dans la
parcelle on a eu ce niveau qui a chuté
et ça c'est important de comprendre
pourquoi ce niveau a chuté c'est une
résultante d'un système de production
voilà et ça c'est cette notion de
système en parle beaucoup approche
holistique approche systémique
la question c'est pas de se perdre dans
les mots c'est qu'en fait quand on a un
système il va produire une tout cohérent
voilà est donc un système c'est quoi ces
des régimes de travail de sol
c'est un plan de fertilisation c'est une
gestion de l'interculture c'est une
rotation et cet ensemble là et bien
produit dans le champ après plusieurs
dizaines d'années de pratique bas une
division par 2 du taux de matière
organique
une plus grande sensibilité à la
compaction une moins grande capacité à
capter l'eau et a donc la restituer et
une moins grande capacité à retenir les
éléments nutritifs donc on a réduit la
taille du frigo alors est ce que c'est
important pas important bon après ça
dépend chacun gère si on ça veut dire
quand même que pour revoir maintenir un
niveau de production mais il faut
rajouter des intrants puisqu'on a perdu
un niveau de performances du milieu
intrinsèque donc ça c'est des choses qui
doivent nous questionner puisque l'
aventure dans laquelle on est
aujourd'hui c'est l' aventure de est ce
que j'arrive à produire sur une parcelle
agricole pendant mille ans et pas que
pendant 150 ans voyez où pendant 100 ans
et donc ça peut paraître un peu moi je
suis pas du tout que l'absolu mais par
contre moi ça me sa magie un peu en me
disant on peut pas continuer comme ça
encore 50 70 ans dans quel type de
système de production va pouvoir
produire qui va nous apporter
peut-être un maintien de ses 3 % de
matières organiques etc
c'est à dire le potentiel qu'on a dans
le milieu puisque voilà on peut quand
même si on peut quasiment se dire que
quand on met un coup de bêche dans la
bordure est comme un coup de bêche dans
son champ on a une décision d'un
décalage on a un potentiel qu'on peut
venir atteindre et c'est un peu ça que
je fais de temps en temps donc là
c'était lors du coït
ma course à pied au même endroit et donc
je passais toujours à côté de finalement
de trois parcelles une parcelle sans
couverture une parcelle voilà travail de
travail et une parcelle en prairies
temporaires qui d'ailleurs s'est
elle-même agriculteurs donc on a une
rotation avec des prairies et puis un
bord de champ et puis je me suis amusé
un jour j'ai dit 'tiens allez on va on
va aller faire trois trous et donc bah
quand on regarde même à l'oeil et là
c'est ça c'est important
en tant que même technicien en tant que
agriculteurs c'est intéressant les
analyses et il faut en faire par contre
il faut avoir la capacité à se connecter
directement au milieu a fait un
diagnostic visuel assez rapide et là je
pense qu'il ya pas besoin d'être sorti
de saint cyr ou d'avoir fait des
expérimentations en double aveugle pour
voir qu'on a une différence flagrante
entre le bord de chambre qui est
beaucoup plus noir et puis finalement la
résultante du système de production qui
pourtant est un système d'élevage donc
avec des prairies temporaires
alors j'ai pas je suis pas allé fouiller
ces pannes agriculteurs que je suis donc
je suis pas demander le pourquoi du
comment mais donc quand on commence à
rentrer dans la structure interne de ces
modes confins de c2c bêcher qu'on est
venu sortir
eh bien on s'aperçoit très clairement
que en termes de couleurs donc de
matières organiques capacité rétention
en eau mais aussi en termes de structure
et de porosité
on a des choses qui sont complètement
différentes avec notamment des arrêtes
et des surfaces planes qui sont
synonymes de compaction sur la partie
prairie temporaire et partielle sans
couverture qu'on n'a pas dans le bord de
champ et ce qui est intéressant c'est
qu'il y avait une prairie temporaire
donc on peut pas dire qu'il n'y avait
pas de racines au moment où j'ai fait
par exemple le le label chez dans la
prairie
donc en fait même si on a des racines on
voit bien qu'on est une résultante
laisse assez sur le temps long alors
c'est vrai que ces longues perte de la
matière organique et c'est ça va être
long sans doute de la retrouver si je
change de système mais c'est quand même
assez étonnant de voir que au final la
nature tout seul dans le bord de champ
m'a fait de la micro porosité la
porosité biologique à droite j'ai
fabriqué la porosité mécanique pour
préparer mes lit de semences etc
et finalement j'ai pas fait mieux que la
nature j'ai même fait moins bien j'ai
peut-être cassé un certain nombre de
cycles
la question ce n'est pas de se dire
qu'est ce qui est bien ou qu'est ce qui
est mal par contre qu'est ce qu'il se
cache derrière ces processus et vous
savez moi j'ai toujours coutume de dire
on n'arrive pas à faire pousser
on sait pas fabriquer une plante en tant
qu'agriculteur finalement
on positionne une graine où on plante un
arbre puis on le laisse s'exprimer donc
on va lui donner des conditions pour
s'exprimer au mieux non c'est pas
fabriquer un arbre on sait pas fabriquer
une pêche on laisse l'environnement au
péché pour fabriquer une pêche
pareil pour l'abri côtier et ces termes
c'est pas on sait fabriquer un
ordinateur une table non c'est pas bien
fabriquer toutes ces choses là on les
laisse s'exprimer
mais est ce que pour le sol ça serait
pas la même chose laisser s'exprimer les
processus et on voit quand on laisse
s'exprimer les processus dans un bord de
chars en laissant tranquille et bien on
a une porosité biologique qu'on n'arrive
pas qu'on n'arrivera pas de toute façon
à recréer mécaniquement c'est impossible
aucune machine ne peut fabriquer la
porosité vous voyez à gauche donc un
monde il ya une collaboration à mettre
en place avec le végétal avec la nature
et c'est de ça dont on va parler
aujourd'hui c'est cette capacité aussi à
ne pas être dans l'interventionnisme
systématique mais plutôt à se dire
quelles stratégies j'adopte pour avoir
une résulats résultant de système qui
soit peut-être plus proche de ça alors
même que je cultive ce que l'idée c'est
pas faire des jachères tous les cinq ans
et blessé et de laisser tout tomber
pendant cinq ans ça peut fonctionner ce
à la limite si on n'est pas beaucoup sur
terre mais là on peut pas le faire et
donc on a besoin de venir se poser la
question quel système peut produire ça
parce que le système on va dire
classique qui nous a permis de nous
nourrir et de faire tout un tas de
choses aujourd'hui il atteint des vraies
limites en matière d'impact sur le
fonctionnement de l'écosystème
on est peut-être allé un peu trop loin
et c'est ce qu'on peut voir des fois
dans les champs je reste encore sur la
culture annuel parce que c'est
intéressant la culture annuel c'est con
on peut voir des effets assez rapide et
après on va aller sur la culture pérenne
et voir ce que ça implique donc vous
voyez ici c'est une photo que je montre
très souvent qui est qui et pas de moi
mais qui est qui est très signifiante
qui a été prise le même jour il ya le
chemin qui sépare ces deux parcelles et
donc on s'aperçoit de choses qu'on voit
enfin moi que je vois très régulièrement
sur le terrain mais c'est vachement
intéressant d'avoir ça c'est vraiment
côte à côte avec la même culture et donc
qu'on voit sur la gauche un système de
production qui en termes de voiliers de
régime hydrique arrive pas bien infiltré
l'eau avec une terrain quand même plus
blanche
et puis à côté un système de production
ou en fait on a
voilà une très bonne infiltration de
l'eau et on peut rentrer avec des
petites chaussures à droite alors qu'ici
si je rentre avec mes chaussures comme
ça je repars avec deux kilos sous chaque
pied donc c'est qu'il ya bien une
réponse aux systèmes de production
complètement différente que je peux
sentir quasiment avec mes godasses donc
la question que je vais vous poser c'est
déjà un
qu'est ce que vous voyez comme
différence je vais vous laisser vous
exprimer et puis qu'est ce qui peut
expliquer cette différence qui veut se
lancer
allons-y soyez pas timide c'est ça donc
à droite effectivement on a des débris
végétaux
à gauche on n'a pas de débris végétaux
dont cas sauf sans doute upa travail de
sur la droite
c'est le cas ces semis direct et puis à
gauche on a eu un travail de sol qu'est
ce que vous voyez comme autre différence
voilà sans doute que la porosité
complètement différente ici et ici
martin c'est marrant comment ça se fait
qu'à gauche j'ai l'eau qui s'infiltre
moins bien alors que finalement j'ai
passé des outils puisque j'ai passé au
moins deux outils pour pouvoir avoir une
porosité mécanique et comment ça se fait
que à droite alors que j'ai rien fait
entre guillemets j'ai rien fait avec des
outils j'ai pas sorti le tracteur pour
venir fabriquer de la porosité
s'infiltre au mieux à droite qu'à gauche
qu'est ce qui peut expliquer ça les
pratiques culturales anciens dans
lesquelles par exemple
mais est ce que le seul fait de ne pas
labourer va me permettre d'avoir de la
porosité
voilà donc il ya une notion en fait et
c'est là où il faut sortir un peu du
manichéisme et des idéologies un peu
tout fait c'est pourquoi ça marche
certes je vais arrêter une pratique qui
peut être perturbatrice on parle du
labour mais j'ai eu j'ai discuté autour
avec un agriculteur andy j'arrêtais de
labourer mais j'ai toujours plein
d'érosion mais en fait
il va faire d'eux des chômages profond
plus un coup de herse rotative plus
d'efforts encore une reprise donc
forcément l'ensemble de la micro pour
aux hits et a disparu et la question du
labour en fait c'est pas la question du
labour en soit c'est la question de la
perturbation systématique du stress
chronique mécanique qu'on peut imprimer
et qui va casser cette micro porosité
qu'on a vu tout à l'heure à l'avenue 1
c'est à dire qu'en fait cette micro
porosité on peut la voir au microscope
mais on voit on voit bien quand même ici
cette différence donc la micro porosité
vous pouvez la faire à l'oeil nu avec un
coup de bêche donc ici il y en aura
beaucoup moins et de ce côté il y en
aura beaucoup plus et donc il faut
effectivement installé de la biologie et
pour installer la biologie il faut la
nourrir
il faut pouvoir savoir où est-ce qu'on
en ait beaucoup d'échecs par exemple sur
des systèmes qui passerait en semis
direct peuvent être dû au fait que la
biologie préexistantes était beau
garder on va ça va être notre filigrane
nourrir et donc pour nourrir jean vient
finalement à quelle est la source de
nourriture
vous allez me dire il en train de
complètement perdre la boule il est là
haut dans l'espace et montrent le soleil
bon on n'est pas en train de faire de
l'astronomie la question qu'il faut se
poser c'est comment la vie sur terre est
apparue en fait parce qu on utilise tous
de l'énergie est en fait je vous
apprendrai un truc que vous êtes
certaines peuvent connaître pas mais on
consomme des électrons tous les jours
mais comme votre barre et de batterie de
bagnols consomment des électrodes quand
vous démarrez tout comme ce qui nous
permet d'avoir vers de terre prod qui
nous permet d'être en ligne aujourd'hui
utilisent l'électricité et donc des
électrons et donc le corps consomme
aussi électro ce qu'on appelle le
potentiel red sox oxydes aux réductions
et en fait on viennent consommer des
électrons pour pouvoir vivre et la
question c'est qu'est ce qui nous permet
de stocker des électrons et d'où
viennent les électrons au démarrage et
c'est pour ça que je vous montre le
soleil parce qu'en fait si vous regardez
l'unité qu'on utilise pour la
consommation de notre énergie et pour
calculer si de la bouffe contient de
l'énergie ou pas on va parler en
kilojoules kcal c'est la quantité
finalement de d'énergie qu'on peut tirer
d'un aliment mais on fait pareil pour
les sens c'est le pouvoir calorifique en
kilojoules par kilo oui on a la même
unité pour nourrir notre bagnols où
notre tracteur que pour nous nourrir
nous et finalement c'est la même chose
pour l'activité biologique des sols
il ya des besoins qu'ils le jouent low
en kilocalories et viennent d'où 1 mais
il doit bien venir d'une source et le
soleil c'est notre batterie qu'elle est
l'intermédiaire qui permet de récolter
cette énergie du soleil pour la
retransmettre dans toute la chaîne
alimentaire
mais je vous la met dans le mille c'est
des choses que vous connaissez peut-être
mais pour ceux qui ne connaissent pas
c'est extrêmement important d'avoir une
simplicité de lecture du vivant la
plante fait de la photosynthèse
c'est à peu près le seul organisme avec
les algues qui font ça mais les plantes
le font massivement tient que la plante
elle va prendre de l'eau à prendre du
co2 elle va utiliser l'excitation des
photos pour pouvoir fabriquer de la
biomasse et cette biomasse permet de
nourrir toute cette chaîne alimentaire
et donc elle est extrêmement importante
donc c'est des choses pour certains qui
sont assez avancés
se dire bon mais c'est les choses que je
connais bon ça sera une redite mais pour
ceux qui sont pas forcément et c'est mon
rôle quand même sur le démarrage
d'introduire le sujet parce qu'on parle
d'agronomie on parle d'agroécologie on
parle de santé des sols mais d'où elles
viennent
ça sert à rien de rentrer de suite dans
la pratique en les couverts végétaux
machin mais il faut comprendre pourquoi
si on n'a pas la motivation pour agir
quand on a compris qu'en fait la seule
manière de prendre de l'énergie du
soleil de la récolter et de l'introduire
dans une chaîne alimentaire
que ce soit dans le sol ou à l'extérieur
c'est la plante on a une grille de
lecture qui est très simple est ce que
j'ai un système agricole qui promeut la
production de biomasse végétale qui va
être décomposé manger qui va nourrir en
fait on a parlé tout à l'heure de
nourrir l'activité biologique est ce que
j'en ai à profusion est ce que j'en ai
assez où est ce que j'en ai pas assez
c'est une question fondamentale
l'utilisation du végétal parce que si on
réfléchit de façon très simple et
attention aux concepts trop compliqué
c'est si c'est trop compliqué dans votre
tête c'est qu'à un moment donné vous
allez avoir du mal à décliner ça et
c'est important de retrouver des
lectures simple la plante elle convertit
l'énergie du soleil la transforme en
énergie chimique que vous et moi on peut
consommer que le lombric peut consommer
que votre chien ou votre chat ou je ne
sais qui peut consommer directement ou
indirectement si on est carnivore
herbivore omnivore et la plante quand on
parle du sol va recharger le sol via son
usine de biotransformation qui est le
vivant c'est à dire que par exemple sur
ce couvert végétal ici bas il va capter
cette énergie lumineuse il va pousser
puis quand on va le détruire ou même
pendant sa vie a cédé processus va
nourrir cette activité biologique qui
derrière va nous rendre des services
mais si j'ai pas cette plante je vais
avoir moins activité biologique fait
c'est simple en fait vous voyez bien que
dans le sahara ya peu de population
humaine
mais si je veux faire une ville au
milieu du sahara ait fait venir des jeux
mais une autoroute avec des camions qui
viennent remplir des supermarchés
ben vous aurez comme au qatar par
exemple n'y a pas grand chose en terme
de production alimentaire mais il peut y
avoir énormément de personnes et des
mégapoles parce qu'on fait venir la
bouffe
donc vous avez deux solutions au final
dans des systèmes de production c'est
soit vous fabriquez la bouffe sur place
d'une certaine autonomie de votre
système
soit vous faites venir la bouffe de
l'extérieur soit vous faites venir la
boule sous forme de perfusion de
l'extérieur donc on voit la question de
systèmes de culture couverts végétaux je
rentre et une certaine autonomie de
captation de cette énergie
amendement organique c'est pareil
fertilisation je le fais sous forme de
perfusion parce que ma plante qu'est ce
qu'elle mange c'est vrai qu'elle mange
des sels minéraux ma plante mais elle se
met aussi en interaction avec des
bactéries les champignons mais on va
dire qu'en soit le peut pousser qu'avec
des sels minéraux
donc la question fondamentale c'est
effectivement est-ce que je nourris cet
intermédiaire que le sol qui va
m'apporter un certain nombre de services
un effet tampon stockage de l'eau etc
ou est-ce que je reste sur une sorte de
nutrition un peu plus précise pour ma
plante ça c'est mon avis ça vous faire
votre avis je pense qu on a eu une
erreur n'a fait une erreur fondamentale
c'est que on a oublié qu en nourrissant
que la plante on a les déprécier un
milieu qui est un capital et si je ne
déprécie ce milieu qui est un capital je
vais avoir un certain nombre de
problématiques qui vont émerger sur le
long terme parce que si je démarre avec
3 4 % de matières organiques et tout va
bien c'est pas grave
par contre 70 ans plus tard je vais
commencer à avoir des problèmes c'est
l'eau on la descente
la montée est aussi longue c'est pour ça
déforme dit au coach que je suis à 0 8 %
de matière organique ou sur 1% je
voudrais monter à 3 ben c'est pas
l'année prochaine quand ça a été très
long à se dégrader ça est très long à
remonter donc c'est cette question là
qu'il faut toujours avoir un peu en tête
c'est le végétal comment je le place et
comment je le considère dans mon système
est dans mon évolution
et donc si on revient sur les premiers
éléments qu'on a vu c'est à dire ce sont
les êtres vivants et cette biodiversité
du sol et d'ailleurs au dessus du sol
qui me rend des services et qui me
permet de consommer peut-être moins
d'énergie de même pour produire la même
quantité de calories en fruit ou un
légume que sais-je dans mon système de
production
eh bien je dois travailler à la
nutrition et je dois comprendre où
vivent ces êtres vivants et moi c'est ce
que je propose c'est assez simple c'est
une approche ressources habitat c'est à
dire les ressources
qu'est ce que mangent ces êtres vivants
les êtres vivants du sol en fait la
chaîne alimentaire commence par les
décomposeurs ce qu'ils mangent de la
matière organique ou ceux qui sont
symbiose avec les plantes qui se
nourrissent directement des sucres des
exodes à racinaire des plantes
donc ce sont les bactéries les
champignons les vers ne passe par le
végétal qui vous permettra d'asseoir un
système de production vraiment durable
donc ça c'est assez déstabilisant
parce que s que l'agriculture durable
c'est forcément l'arrêt des pesticides
et des engrais chimiques
quand on regarde le fondement de ce qui
fait qu'une seule va fonctionner ou pas
fonctionné
c'est dur dans ma famille il fait du bio
depuis quasiment 15 ans mais en fait
c'est pas forcément l'arrêt des
pesticides et c'est pas forcément la
réalisatrice chimiques qui va vous faire
une seule qui marche les sols les plus
riches en biodiversité que j'ai vu de ma
vie c'était pas forcément des sols en
bio c'est des sols en agriculture de
conservation avec énormément de couverts
végétaux semis direct et il y avait un
certain nombre de produits encore et
encore un peu d'engrais chimiques
constat la science c'est du constat on
parle ans et après qu'est ce qu'on peut
faire
donc là le constat c'est quoi ces cas
rien à bouffer rien à bouffer elle
tourne sol ça couvre car le sol jamais
là sur ma parcelle
si j'ai un mode de gestion intégrant
comme ça est ce que j'ai de la chance de
ne pas avoir d'érosion tous les ans
surtout quand je suis dans une zone où
j'ai des pluviométries qui se resserre
avec des événements pluvieux qui sont de
plus en plus violents auger aucune
chance en fait donc je perds mon capital
tous les ans alors après soit je
considère que c'est une fatalité
soit je me dis tiens c'est peut-être
autre chose à faire est donc vous voyez
bien le lien entre la vue où est mon
végétales comment je gère le végétal et
puis en fait encore une fois il n'y a
pas besoin de faire des études en double
aveugle là c'est simple si je considère
que c'est le végétal qui me permet de
renflouer mon système en capital sol en
énergie et si j'ai zéro végétal au
niveau de ma vue quand j'arrive dans un
paysage agricole
même si j'ai 100 % d'arrêts des
pesticides par exemple je vais pas
forcément être complètement durable par
contre si j'ai un arrêt des pesticides
et à côté une bonne gestion des matières
organiques ça va aller mieux d'ailleurs
c'est les fondements de la bio n'en
parle plus trop malheureusement mais la
bio démarrage c'était le sol de soldes
soldes et matières organiques
aujourd'hui c'est une liste positive
d'intrants ce qui pose un certain nombre
de problèmes quand on veut aller dans ce
type de système et que on comprend pas
qu'en fait ça ne marche pas si on n'a
pas travaillé le volet végétal avant
elle vaut les matières organiques mais
donc je peux très bien être en
agriculture raisonnée si je travaille
mon végétales comme ça là je suis pas
durable non plus donc j'ai voilà est-ce
que voilà c'est il ya des vraies
problématiques derrière de compréhension
qu'est ce que c'est que le durable
durable c'est les pérennisation de la
fonction de votre écosystème est donc là
vous avez un autre type d'agriculture on
va chercher la biomasse végétale
on va rechercher de la cour
thür la plus permanente possible en
tenant compte des contraintes
voilà oui là l'intérêt est gérée en art
by side bon oui ok le terran sur laurent
mais en interne à angers du couvert donc
j'ai de la biomasse donc j'ai une autre
appréhension des choses je peux l'avoir
couvert permanent mais à savoir comment
gères ce couvert permanent est ce que
c'est une pelouse de golf ou dès que ça
dépasse un peu je vais passer le broyeur
parce que ça me plaît pas ou est ce que
c'est quelque chose que je vais laisser
s'exprimer
donc ça c'est voilà si je laisse
exprimer le potentiel monde végétal il
va faire de la biomasse dessus et de la
biomasse racinaire je commence à avoir
des services
si je passe mon temps à avoir une
pelouse minimale ben en fait j'ai pas de
service je peux mais avoir de la
compassion de très sévères là c'est
pareil
ben voila je suis dans un sol ils
marchent mal comment je fais pour
commencer à le réhabiliter j'ai compris
que je devais capter d'énergie du soleil
la réintroduire dans mon système de
façon efficace mais je commence à
traiter différemment mon intérêt pour
qu'il m'apporte aussi des services
parce que entre guillemets j'aurais
peut-être pu y penser en pré plantations
mais je savais pas bon mais c'est pas
grave les arbres sont là qu'est ce que
je fais et en os pareil vous avez un
énorme couvert entre les arbres et donc
là on a 1 6 7 tonnes de matière sèche si
c'était sur un hectare complet qui sont
produites en biomasse aérienne autant en
biomasse racinaire dont vous voyez qu'on
alimente le système en biomasse
donc ça c'est intéressant vous voyez que
le végétal c'est visible voilà là il ya
des choses ça marche pas très bien voilà
c'est peu de le dire
voilà ça peut être révoltant quand on a
le regard mais on a dit qu'on portait
pas de jugement de valeur
et ici on a une agriculture qui
finalement peut-être est plus complexe
peut-être va changer la réallocation de
postes à charge va amener d'autres types
de réflexion mais qui permet de gérer le
végétal différemment et qui permet de
pérenniser l'outil de production
donc moi c'est un peu finalement ce que
je vous propose c'est de réfléchir et on
va travailler beaucoup sur le volet
nutrition parce que j'ai pas le temps de
tout abordé on aurait le volet habitat
donc réductions de travail de sol etc
c'est moins important 4,2 cultures
pérennes
donc on va pas en parler plus que ça par
contre c'est le volet nutrition qu'est
ce qui nourrit cette faune du sol qui
nous rend des services et bien le
carbone aliments la biomasse végétale
que je vais pouvoir apporter bien mais
couverts via même mais bois de taille et
c'est le carbone vivant et actif qui
apporte des fonctions c'est tout ma
biomasse vivante qui bouge qui agit et
qui rend des services l'humus qui est
mon stock de carbone qui va me permettre
d'avoir de la résilience et d'avoir un
effet tampon et puis du carbone liquide
et ça on ne parle pas assez souvent et
je vous invite à regarder ça parce que
j'ai pas non plus le temps de troll
abordé aujourd'hui c'est trop court
c'est que la plante va allouer jusqu'à
50 60 % de ce qu'elle capte par la
photosynthèse en exil d'un racinaire ça
c'est du carbone liquide c'est du bonbon
ça c'est de l'activateur de bactéries
c'est de la symbiose avec des
champignons et c'est un processus clé
puisque la racine digère à l'extérieur
laplante n'a pas d'appareil digestif
interne elle digère à l'extérieur donc
c'est pour ça qu'elle met à manger
autour de ses racines pour que le sol
puisse être digérée et quand on commence
à réfléchir assentiment fait le sol
c'est pas un support c'est un appareil
digestif et donc l'appareil digestif il
faut savoir comment le gérer et il faut
le nourrir avec des bols alimentaire un
peu équilibré et donc vous voyez on a eu
notre appréhension des choses je vous
invite à regarder ça donc ici on a deux
types de système on parle beaucoup de
stockage de carbone va effectivement si
je suis dans un milieu qui au niveau du
végétal et de mon bilan carbone est
plutôt déficitaire mais je vais d
stocker du carbone et je vais fabriquer
des problématiques sur la machine
climatique
si je suis dans ce qu'on peut appeler
l'agroécologie mais peu avant d'autres
non demain on va stocker du carbone mais
pourquoi mais le carbone il vient pas de
nulle part
j'ai de la biomasse végétale qui me
stocks du carbone qu'il apprend de
l'atmosphère et qui l'introduit dans mon
système
c'est pas de la magie et on va pas
commencer à prendre des machines qui
vont pomper du co2 pour les
j'étais dans les sols c'est des gens qui
cherchent ça bon pourquoi pas la limite
ça peut être complémentaire j'en sais
rien je connais je connais pas la
question je n'ai pas la juger mais par
contre en agriculture si je veut stocker
du carbone ya que le végétal ya rien
d'autre donc si je réduis par exemple
travail de sol je réduis la sortie du
carbone et si j'augmente la quantité de
végétaux que j'introduis à mon système
augmente la quantité de carbone mais
c'est vrai en arboriculture aussi j'ai
pris un exemple un peu communicant mais
ça fait partie du jeu c'est une chose
que des fois on peut observer peut-être
de moins en moins de quoi que des fois
selon les terroirs c'est étonnant
c'était de la couverture herbacée
permanente puis maintenant ça revient au
travail de sol et puis bon bref il n'ya
pas de forcément de règles dans tout ça
ce qui est certain c'est que c'est la
même relation
voilà j'ai des systèmes où je vais
couvrir les sols on va dire de façon
permanente je vais favorisé une forte
biomasse d'ailleurs ça c'est une photo
chez notre futur intervenants acquis qui
prend la suite donc pour vous expliquer
ce qu'il fait et puis voilà travail du
sol superficiel ou semi directe pour
semer tout ça couverts végétaux versus
pas de couverts végétaux gestion d'un
terrain et travail de sol ou herbicides
stricte et puis travail mécanique ou
chimique sur le rang mais ce que j'avais
était intervenu auprès de viticulteurs
et me disaient oui à une époque on nous
disait mettez du glyphosate et puis sa
fin venir les vers de terre
vous imaginez la relation quoi et les
mecs me disais ouais ton truc de semis
direct c'est la merde ça marche pas
parce que nous on nous a dit il ya
quinze ans on mettait du glyphosate les
vers de terre vont revenir et puis ça
peut marcher il y avait peut-être un
truc qui manque hélas c'est à dire en
gros j'ai besoin d'avoir de la
couverture végétale j'ai besoin d'avoir
de la biomasse végétale est en fait il
ya des liens qui sont complètement comme
ça ça va pas quoi il faut fort aurait
ordonné ordonnance et est donc c'est le
végétal qui permet de pouvoir faire
revenir les lombrics parce que ça les
nourrit et donc là vous avez des études
comme ça qu'ils le montrent des choses
intéressantes
ici vous avez les sols qui sont couverts
en permanence par du végétal et avec
même du mulching des fois sur le rang on
en parlait ici vous avez herbicides n'en
parlons ici c'est un travail de sols
superficiels et ici c'est herbicides
stricte et là vous avez le lessivage est
ici vous avez l'érosion
bon je vous laisse regarder
a priori canton couvrent le sol on gère
un certain nombre de problèmes
mais si je regarde par exemple la
densité apparente c'est à dire la plus
ma densité apparente est élevé plus
monsois les compacter puisqu'en fait
j'ai pour le même volume j'ai plus de
sol donc en fait là on voit bien que la
densité apparente l'augmentent quand on
n'a pas de couverture et selon les types
de couvertures l'ancienneté du système
etc
on a des soldes de plus en plus aérée
avec le végétal là c'est pareil ça c'est
net
là c'est pareil matières organiques taux
de matière organique et couverture
végétale bah voilà donc là dans cette
étude là on avait de la matière
organique en dessous de 1 pourtant
jusqu'à 1% et demi mais dans le
pourcentage de végétation on a des
matières organiques qui peuvent être
similaires mais c'est là où on décroche
c'est dans les systèmes qui sont le plus
anciennement qui vont aller vers cette
augmentation de la couverture végétale
la production de biomasse
donc si je veux plus de matières
organiques je dois travailler
différemment le végétal donc ça c'est
assez intéressant donc ce qui ce que
j'aimerais voilà on va commencer à
rentrer petit à petit dans le détail
dans les itinéraires techniques mais
quand on passe d'un système à un autre
on va produire quoi dès la première
année zéro érosion réduction des
lessivage on va faire de la micro et de
la macro porosité de façon on va dire
qui va être intimement liées à l'état de
mon sol au moment où je démarre un parce
que bon voilà une population de lombrics
année sic notamment elle va pas bouger
des fois pendant deux ans le temps que
la population se reconstitue donc il ya
besoin aussi de faire une première une
sorte de diagnostic pour comprendre où
est ce que j'en suis en terme de
machines biologique est ce qu'elle est
un peu cassé ou est ce qu'elle est
encore bien fonctionnel augmentation de
la matière organique stockage de carbone
et donc tout ça c'est lié à la
préservation du capital
voilà et à la captation de l'énergie
lumineuse dans un système ou dans
l'autre vous l'avez compris donc moi je
vous considère que le sol c'est un
capital et j'aimerais que si c'est pas
clair pour tout le monde vous essayez de
le considérer aussi comme ça alors
peut-être ya des gens qui n'aiment pas
la notion de banques et de capital la
question n'est pas là c'est en gros
c'est un milieu qui va pouvoir stocker
ou déstockées et donc la question c'est
comment je fais pour construire ce
milieu et donc si je retire du carbone
si je retire la biomasse végétale brise
la chaîne alimentaire rouge l'a réduit
je brise la microstructure perdu
capital etc si je gagne du carbone si je
travaille bien monde végétal g de
l'activité biologique de la
microstructure j'augmente mon capital et
donc ça veut dire quoi ça veut dire
qu'en gros si j'ai trop de travail du
sol agressif systématique beaucoup
d'engrais azotés sang apporte carbone
sans apport de matière organique des
bilan humique négatif je vais avoir mon
compte en banque qui va se vider
et donc mes intérêts qui vont réduire au
fil des ans
et alors ce qui est très bizarre dans le
sol c'est qu'en fait c'est un banquier
bizarre le solide dit si par exemple tu
tues mais de l'oxygène à à fond dans mon
sol je vais pouvoir d'augmenter les
intérêts cette année par contre tu vas
réduire son capital
je pense que si on vous proposait tout
ça voilà vous avez 20 millions en banque
on vous dit voilà cette année à la place
d'avoir 2 % je vais te donner 6 % par
contre je te mange du capital sarko
l'année prochaine tu auras plus que dix
neuf mille euros et on continue comme ça
pendant 20 ans à la fin vous avez plus
de capital vous avez eu beaucoup
d'intérêt chaque année mais vous avez eu
une problème de gestion de votre capital
c'est ça un peu le sol et la matière
organique
quand je des stocks plus que je stocke
je perds cette capacité à pouvoir chaque
année bénéficier de mon taux de matière
organique que je vais maintenir donc
voyez c'est une question centrale qu'est
ce qui me permet de maintenir ou
d'augmenter un taux de matière organique
dans le temps qui va me rendre des
services demain et qui me permettra
d'avoir de la résilience du stockage de
l'eau et c'est donc moi ce que je
considère c'est qu'il faut regarder
finalement la quantité de végétaux qui
rentrent dans le système quelle est la
différence entre une parcelle on va dire
voilà à 0,55 de pourcentage de matière
organique ou en espagne j'ai déjà vu du
03 % de matières organiques et puis
quand vous arrivez mecs vous dit je veux
faire du sol vivant parce que d'un coup
il a pris conscience mais que sur toute
la ferme 0 3% matières organiques ça
commence à être compliquée koala vous
avez envie de vous dire je vais
peut-être aller faire une tour à
barcelone faire la fête ça peut être me
libérer un peu l'esprit parce que c'est
très complexe
on est sur du seul support après donc en
gros il faut qu'une matière sèche une
quantité de matière sèche qui circulent
dans votre système
au moins autour de 15 à 20 tonnes de
matière sèche par hectare et par an donc
ça on en parlera pour avoir aussi un
potentiel de minéralisation qui soit
intéressant cirque à un moment donné il
faut un potentiel de minéralisation
on va dire que chaque pourcentage de
matières organiques va vous libérer en
fonction si vous irriguées si vous
irrigué pas du climat ce que vous voulez
et du type de sol autour de 50 60 70
unités d'azoté x 40
ça veut dire qu'en gros si j'ai un pour
cent de matières organiques j'ai pas de
jus en fait ça m'a enfin il faut que
j'apporte quand même beaucoup d'engrais
etc pour que ça démarre donc un moment
donné il va falloir aussi je travaille
ces choses les lombrics c'est pareil je
vais passer de -2 je vais passer de 500
kg de lombrics à une tonne 5 ou 2 tonnes
de lombrics à l'hectare et là je peux
avoir du service donc il ya cette notion
de seuil qu'il faut pouvoir vraiment
appréhendé il faut travailler de façon
équilibrée sa micro bio et ces choses
comme ça qu'on va qu'on va devoir
explorer donc comment gérer en
conscience ce capital sol alors déjà il
faut savoir ce qui vit dans un sol vous
avez les ingénieurs chimiques les
bactéries les champignons vous avez des
régulateurs biotique c'est à dire des d
un ensemble d'organismes qui va se
nourrir des bactéries les champignons ou
se manger entre eux et puis après vous
avez des ingénieurs de la litière
alors pour avoir des ingénieurs les
litières faut la litière bon c'est donc
en gros c'est souvent des c'est pour ça
que pour avoir une litière par exemple
en cultures annuelles
il faut pas trop gratter quoi parce que
si vous grattez trop vous diluez vous
avez plus d fait litière donc à cette
notion aussi de concentrer un peu les
processus en surface voilà et que ce
soit logique par rapport aux débats aux
problématiques mécanique et compagnie et
là vous avez donc la taille d'un cheveu
humaine donc c'est à dire que tout ça
vous le voyez pas grosso modo et
pourtant ça une importance extrêmement
essentiel donc voilà ce qui vit à peu
près dans un sol et puis commencer
interagit parce que ce qui vit c'est une
chose mais commence à interagir en fait
c'est une sorte de deux chaînes
voilà c'est une chaîne alimentaire où on
va avoir des relations entre chacun des
organismes vivants et plus vous avez de
relations entre ces organismes vivants
plus de l'avant une chaîne alimentaire
qui va être résiliente
vous avez les décomposeurs primaire en
haut à droite qui vont vous apporter une
vision
enfin qui vont qui vont des composés la
matière organique frêche
voilà vos résidus des couverts végétaux
vos paille dans le fumier votre bois
broyé et c'est qui va les mettre à
disposition les libérer pour les micro
organismes
mais en fait si on réfléchit vers de
terre il ne mange pas une paille
c'est les micro organismes dans son
tract digestif qui digère à paille tout
comme vous et moi on ne sait pas digéré
du pain ou de la viande ou quoi que ce
soit on a une flore qui dégradent tout
ça est en fait on mange tous de la merde
aux micro organismes
c'est pas très glamour c'est comme ça
quoi
donc c'est la même chose pour ces êtres
vivants là c'est à dire que on a une
flore qui nous permet de dégrader des
éléments complexes et les mettre en
éléments simples et après on les
recombiner voilà c'est du gros oeuvre ou
du petit oeuvre ça dépend comment on est
constitué et comment le sol est
constitué donc en fait vous avez ici les
micro organismes qui vont libérer des
éléments nutritifs et la plante va s'en
nourrir en se nourrissant de sa la
plante elle fait quoi elle récolte de
l'énergie du soleil elle fait de la
biomasse et elle redonne à manger aux
décomposeurs voyez c'est un cycle qui se
met en place et qui va nous permettre de
petit à petit comprendre que si je casse
ce cycle à un moment donné je vais
réduire la voilure de mon système sol et
c'est pas votre intérêt puisque en fait
si on veut produire la même quantité de
production agricole avec moins d'énergie
il faut avoir un moteur sol qui
fonctionnent le plus autonome possible
sinon vous ne devez toujours dépenser de
l'énergie directement ou indirectement
du travail de sol ou pour faire de la
structure parce que j'ai pas l'activité
biologique
ben c'est du fioul c'est des machines
c'est de la fabrication de machines
c'est de la consommation d'énergie si je
veut économiser de l'engrais demain mais
ça ne peut se faire que par ce processus
là et on va voir comment cirque en gros
une aviculture qui est efficace en
matière de consommation d'énergie pour
compte pour faire de l'énergie en terme
de nourriture
ça va passer par ces mécanismes là
comment je vais réussir à fabriquer
naturellement de la fertilité et surtout
comment je sors de de cette sorte de
confusion de mais comment je fais moi
pour passer de la matière organique
frêche à quelque chose qui est mangeable
par mâts plantés commandes je gère un
peu ça et donc si je reviens sur la
chaîne alimentaire qu'on a vu tout à
l'heure
eh bien j les bactéries et champignons
les protozoaires et les nématodes qui
sont les régulateurs et les ingénieurs
chimiques qui vont se développer sur
finalement quoi comment je fais pour
avoir beaucoup de ces organismes là et
notamment des champignons mais je vais
gérer les matières organiques
mais comment je fais par exemple pour
libérer de la zot corps est immobilisé
une bactérie parce que c'est ça qui se
passe dans les phénomènes de fans azote
si je mets beaucoup de carbone la
bactérie est en train de manger du
carbone même prendre l'azoté dans le sol
pour pouvoir la transformer et bien déjà
je vais faire une première chose
j'arrête d'avoir une seule avec un
régime bactérienne strictes je veux du
champignon parce que champignons et peut
manger du carbone dur et on va
équilibrer ses ratios là donc ça c'est
une première chose c'est essayer d'avoir
ratio bactéries champignons à 50 50
dans des sols qui sont beaucoup trop
travaillé avec beaucoup trop d'angré
soluble on va être beaucoup sur de la
bactérie et bien comment je fais pour
avoir du champignon mais je donne à
manger aux champignons
donc là par exemple vous avez un exemple
en grandes cultures on a mis du bois il
y avait déjà le mycélium dedans mais en
gros on a mis du bois 40 tonnes à
l'hectare qu on a vu tout ça qui est née
sur la parcelle et c'est à couper au
couteau entre la partie où on avait
amendé en brf et la partie on n'avait
rien fait et c'est pas venu par hasard
c'est qu'en fait si je veux des mangeurs
de bois ben je dois mettre du bois en
quelque sorte à je caricature mais c'est
un peu ça et là on a plein de
champignons saprophytes qui vont rester
dans le sol et on a plein de divers une
grande diversité en plus de champignons
saprophytes voilà donc d'ailleurs tous
les champignons que vous voyez là avec
la corolle sont des champignons
saprophytes qui mangent la matière
organique
donc le record c'est le mycélium blanc
et leur sexe c'est le chapeau oui vous
faites des omelettes avec du sexe de
champignons mais ça c'est comme ça donc
en gros vous avez ici vos bactéries
c'est sûr n 2 12
on va rentrer un peu dans la mécanique
c'est sûr nc le rapport carbone sur
azote de vos matières mais nous aussi on
a laissé sur aisne
la bactérie à ces sirènes de 12 c'est à
dire qu'en fait dès qu'elle mange une
matière organique ou le sait sur aisne
et en dessus de 12 elle va commencer à
avoir besoin d'un vote dans son
environnement dans lequel vous fabrique
des fins d autres la bactérie s'est pas
comme le champignon autant le champignon
et vous transfère des trucs à une
symbiose qui se créent la bactérie va
être un peu plus voilà plus un peu plus
pomper donc comment je fais pour libérer
ce qu'alan la bactérie mais je dois
avoir des organismes qui mangent les
bactéries d'ailleurs un nématode fort
givors et va être sur un essai sur aisne
de 30
donc le nématode a besoin de beaucoup
moins d'azoté que ce que contient la
bactérie donc qu'est-ce qui fait danser
fait sait s'il va libérer de la zot donc
la chaîne de minéralisation bactéries
plantes elles passent par des nématodes
et des protozoaires qui vont relarguer
des excédents de nutriments dont il n'a
pas besoin donc là on commence à rentrer
dans la complexité de la chaîne
alimentaire et on a besoin de cette
chaîne alimentaire
donc vous voyez ça c'est important
il me faut une chaîne de minéralisation
complète il faut équilibrer les
bactéries champignons donc on voit que
la gestion des matières organiques
le plan de fertilisation peuvent
influencer ça donc il va falloir
commencer à travailler sans doute avec
des matières plus carbonées et puis on a
un organisme très important qu'elle vers
de terre qui lui va être un peu un
catalyseur pourquoi c'est un catalyseur
parce qu'en fait vous avez ici une
chaîne d'organismes qui va des composés
bon ici une feuille mais ça marche aussi
avec des pailles ou avec quoi que ce
soit mais le ver de terre lui va pouvoir
manger l'intégralité de la chaîne et va
accélérer finalement de dégradations il
va pas il va passer du carbone azote
beaucoup plus rapidement il va produire
ceci c'est à dire qu'en gros il va
manger une paille va produire une tuerie
kull et ça en très peu de temps donc le
ver de terre a cette capacité de passer
du carbone azote assez vite et ça c'est
intéressant
c'est un peu comme une vache qui vous
mange du foie n'ai plus 24 heures plus
tard vous fait une bouse
donc vous pouvez pas foncièrement
fertiliser avec du foin sauf si vous
avez peut-être beaucoup de vers de terre
mais avec de la boue ce vous faites des
choses donc en fait c'est la même chose
le ver de terre va utiliser ce carbone
pour lui et va rejeter en excès un
certain nombre de choses et donc ça
c'est sûr des régimes de travail de sol
avec des je travaille beaucoup le sol où
je travaille peu c'est pas juste pour
parler du travail de sol mais en gros
ici dans un système je produis un kilo
quatre de ces tueries kull de ce et puis
ici je vais me produire 11 kg ça veut
dire quoi ça veut dire qu'en fait ces
tueries kullas qui sont très riches en
éléments nutritifs 1 grosso modo c'est
de l'azoté du phosphore du potassium
assimilables etc
si vous passez de 1 kg à 11 kg je vous
garantis que les flux de nutriments ont
complètement changé dans votre système
donc on voit l'importance en fait du
seuil donc la question du seuil
d'activité biologique dans vos parcelles
pour dire ça va m'apporter des services
je peux commencer à décélérer un certain
nombre de choses la fertile au machin et
c est très important il faut savoir
faire un peu ce diagnostic voilà et donc
ça c'est un peu pour mettre un point
d'arrêt à toutes ces questions autour de
la fertilité biologique des sols en fait
y'a pas de fertilité non biologique ça
n'existe pas il ya de la fertilisation
ou de la fertilité est donc ici dans un
sol complètement désinfecter vous allez
trouver une pousse qui est cinq fois
moins importante que dans un sol qui est
simplement non désinfectée
donc on voit bien que le seul fait
d'avoir de la biologie dans ce hall en
interaction avec les racines permet la
pousse de la plante
après effectivement si je mets de
l'engrais ça pousse quand même mais j'ai
dépensé
j'ai mis un intrant
qui coûte de l'énergie etc donc ça c'est
du sang importante la digestion se fait
en interaction avec la biologie donc
plus vous augmentez la biologie plus
avait un potentiel derrière qui va vous
apporter des services on a commencé à
lever un peu le voile
donc quel type de pratique je vais
devoir considérer alors déjà qu'est ce
qui va avoir un effet sur l'activité
biologique votre contexte
pédoclimatiques c'est sûr ça vous ça
c'est votre génétique un peu de pedro
climat chivu cap un peu la façon de
considérer vos pratiques mais dans les
pratiques agricoles vous avez le travail
de sol la gestion des matières
organiques là seulement la rotation ou
comment vous traitez votre votre
intérieur en arbaud et les applications
phyto et en fait quand on veut prioriser
on va regarder deux choses dans cette
approche nutrition habitat 1 ressources
habitat il ya le ph reddox qui joue
beaucoup donc attention votre statut
voilà calciques de la parcelle mais on
va se focaliser là sur la disponibilité
des matières organiques on a vu le
végétal donc comment je fais pour
vérifier les entrées carbone de mon
système
en fait ça va être assez simple je vais
vous proposer une méthode qui s'appelle
bilan humique simplifiée que j'ai
simplifié pour que les gens puissent
l'utiliser
donc quand je regarde comment se
dégradent cette biomasse végétale
on a vu que c'était le végétal qui
permettait de commencé à activer toute
cette chaîne et qui me permettait
d'augmenter montaut d'humus comment je
fais pour gérer ça une biomasse végétale
fraîche elle va être composé de line in
qui sont décomposées dur donc en gros
voilà un sorgho à terme l'initié un maïs
à la récolte est très riche en ligne et
après vous avez aussi de la cellulose et
de composer soluble par exemple le colza
qu'on voit là sur la photo il est riche
en cellulose et peu en ligne il encore
parce qu'il n'est pas un stade avancé il
est encore en état de végétation est
donc en fait ceux qui fabriquent l'humus
c'est cette line c'est le taux de lignes
de votre couvert végétal mais aussi le
taux de lénine de votre amendement si
vous mettiez un fumier mou si vous
mettez un fumier de harare avec plein
paille de damas à vous faire une
différenciation énorme en termes de
fabrication d'humus et en fait ce dont
on s'aperçoit c'est que c'est que ce
coefficient d'unification
il est lié pour éviter de se dire je
vais faire une analyse de mai couvert et
sais pas quoi c'est le taux de matière
sèche
c'est simple une fois que vous avez tous
retirés le seul truc qui reste la
matière sèche
c'est ce qui vous permet de vous dire je
vais faire plus ou moins de l'humus plus
jets de matière sèche puis ce fut
d'humus et donc je vais commencer à
réfléchir en taux de matière sèche et en
apports en matières sèches sur ma
parcelle donc comment je fais pour gérer
ça c'est très simple j'ai découvert
végétaux je vais avoir des bois de
taille je vais avoir tout un tas de
choses et donc derrière ça je vais
apprécier cette production de biomasse
global de mon système cette restitution
global de biomasse de mon système donc
la biomasse aérienne d'une part et la
biomasse racinaire d'autre part il faut
estimer sa donc l'idée c'est de pouvoir
estimer sa à l'oeil que vous puissiez le
faire sur une grande table en dix
minutes donc comment faire pour estimer
une biomasse par exemple de votre
couverture intérieure ou de votre
couvert végétal un terrain bien faible
et si vous avez plutôt des plantes
vertes et tendre ou si par exemple vous
avez mis le sorgho et vous le laisser
aller très très loin dans son dans son
cycle même entre les arbres on verra que
c'est possible
et bien vous allez avoir une production
de matière sèche donc qui est indiqué
ici en fonction si le couvert et danse
ou peu denses et ça vous permet à l'oeil
nu de pouvoir estimer et moi je vais
vous nous indiquiez une règle assez
simple qui ni vrai ni fausse mais en
gros elle est suffisante pour savoir si
mon système va valoriser et va permettre
de renouveler un taux de matière
organique suffisant si je fais trois
tonnes de matière sèche au dessus j'en
fais trois tons en dessous donc ça veut
dire j'aime couvert qui fait 3 tonnes
il va faire six tonnes de matière sèche
au total il va restituer ça donc ça
c'est assez intéressant ça vous permet
de pouvoir avoir une méthode simple et
donc ce que je vais vous proposer c'est
de réfléchir aux entrées carbone le
système arboricole mais vous avez le
couvert végétal avec la biomasse solaire
et la biomasse racinaire ou votre
couvert prairial de type prairies le
bois de taille les amendements
organiques et le mulch si vous en avez
sur le rang et donc l'idéal c'est
d'avoir entre 20 et 25 tonnes de matière
sèche qui circulent en systèmes haut sur
l'année c'est compliqué en à rebours
voir pourquoi là vous avez un système en
grandes cultures je vais pas le
détailler ici vous avez un système à
marboz donc vous avez vos ramon voilà
vos boîtes taille ça fait quoi une tonne
et demi de tonnes de matière sèche par
hectare et par an vous avez
le couvert un terrain qui va couvrir 50
60 % de la surface
si j'ai une prairie dégradée c'est à
dire je coupe je coupe de coupes
j'ai peu de racines j'ai peu de couverts
voilà je vais produire autours peut-être
de quatre tonnes de matière sèche au
total et je vais avoir une déficit si
mon objectif c'est 20 tonnes de matière
sèche de 15 tonnes de matière sèche donc
c'est des systèmes qui vont s'asseoir
autour des 1 % de matière organique
grosso modo pourquoi je vise 20 tonnes
de matière sèche c'est que ça me permet
de renouveler d'avoir à peu près de
renouveler autour de trois et demi 4 %
en matière organique c'est pour ça que
je vis ça si je commence à faire un gros
coup vers ben je vais plus qu'à voir 10
tonnes de matière sèche de déficit par
rapport à ces 20 tonnes je vais avoir
deux tonnes par les rameaux ça change
pas et puis le couvert 8 tonnes 6 et 6
mai sur 60% de la surface et donc je
commence à avoir une méthode pour gérer
les apports carbone dans ma parcelle et
je vois bien que si je suis trop
déficitaires je ne vais pas pouvoir
avoir un capital sol qui va se
renouveler bien fonctionné donc comment
je fais pour gérer mes outils
moi je vous propose trois outils ils
sont pas exhaustifs les couverts
végétaux le mönch et les amendements
donc si on va sur le couvert végétal et
ça tu vas pouvoir en parler tout à
l'heure dans le témoignage que tu vas
faire le couvert végétal la séquence
essaiment je sème je laisse exprimer mon
couvert et je le détruire avec un
rouleau faca ou du broyage moi je
préfère le rouleau faca je préfère les
coucher parce que le broyage ça vide
complètement le contenu cellulaire très
rapidement sa évapore alors que le
roulage va permettre de protéger le sol
il va falloir gérer le semis destruction
en fonction de la date de récolte de
votre production est ce que c'est
voilà des prunes des abricots est-ce que
c'est du noyer est ce que c'est des
pommes des poires la portance des
contres end entretiennent taille broyage
donc il faut du bon sens et de
l'adaptation dans tout ça il ya
finalement deux grandes périodes de
semis de ses couverts vous avez les
semis d'été moi j'ai mis une date comme
ça mais ça peut être en juin ça peut
être seulement juillet ça peut mettre ce
mets en août
et puis vous avez les semis d'automne en
poste ou après récolte en sachant qu'il
vaut mieux peut-être les relocaliser
même avant la récolte parce qu'on est
plus portant on n'a pas passé les
machines et les gens et donc on a une
potentiel de production de biomasse
aérienne de 5 à 8 heures ou 3 6 tonnes
en fonction d'eux quand on fait les
choses
il faut faire attention aux conflits
avec les phase d'entretien parce que si
je commençais à tailler avec des
machines comme ça bon voilà ça pose
d'autres types de problèmes on pourra en
parler cet après midi mais il faut
travailler un peu en opposition de phase
avec les récoltes et puis finalement les
temps d'entretien voilà il faut essayer
de pas être trop embêté par le couvert
mais faux de laisser le temps de
s'exprimer et donc par exemple sur
certains types de productions ça peut ça
peut varier les légumineuses sont clés
dans vos mélanges et pour moi il faut
les favorisés donc tous les mélanges
parce que active extrêmement bien au sol
on pas en parler tout à l'heure il faut
équilibrer le csu reine du couvert et
favoriser des bonne interaction aussi
avec avec les arbres c'est à dire que la
légumineuse va apporter de la zone va
porter de la fertilité dans le système
si on n'était que de la crucifères vous
avez plus pomper des éléments et avoir
du mal à les restituer
donc la légumineuse est un élément clé
dans la gestion des couverts sauf
éventuellement stratégie de redressement
en matière organique ou là je vais
plutôt travailler découvert très ligne
voilà donc par exemple ici je peux faire
découvert en semi d'été ou autres avec
de l'avoine de printemps de la vaysse du
tournesol du sorgho des trêves du
sarazen la phacélie on peut mettre de la
moutarde du causase ou du radis chinois
on peut mélanger on peut arriver à ce
type de visuels la voilà vous avez
également ici vous pouvez faire des
semis alors là c'est un peu tardif par
rapport à des résultats qu'on pourrait
avoir mais en gros c'est très facile
pour faire un couvert d'automne vous
avez six plants comme moi j'utilise
régulièrement c'est la voix notre escale
le seigle levesque le poids la féverole
vous pouvez les mixer pour les combinés
il ya plein de choses à faire
c'est très simple vous pouvez faire
découvrir pas trop cher non plus et vous
fait des grosses biomasse il n'y a pas
besoin de se casser la tête et vous
mixez ça par exemple avec un trèfle
perrin si vous voulez garder une
couverture derrière et puis ça prendra
le relais voyez il ya pas besoin de voix
il ya plein de combinaisons possibles et
c'est du domino c'était chose à combiner
et donc dans le témoignage
voilà qu'on aura à la suite de mon
intervention mais vous aurez aussi les
échecs les forces les faiblesses de tout
ça et les succès qui permettront aussi
d'apporter de la nuance sur ces choses
assez générique donc voilà vous avez des
photos là vous avez un couvert graminées
mais si on si on veut pas partir sur des
choses qui sont annuels il faut laisser
s'exprimer
couverture là vous avez une féveroles
avec ses de la légumineuse pure ça c'est
très intéressant ça réactive énormément
votre système sol cédé 13 découvertes
peuvent être très bon vous avez ici
voilà juste de la graminée avec moi je
ne conseille pas trop ce type de
fonctionnement sauf si je doit redresser
énormément de taux de matière organique
parce que si je laisse finir quasiment
son cycle une graminée elle va produire
beaucoup plus de carbone que qu'une des
guinéens ici vous avez voilà du coup
vers diversifié qui produit beaucoup de
biomasse sur sur des fruits à pépins
voilà un autre type de couverts voilà
donc voyez à plein de possibilités
différentes qui s'offrent à vous et là
vous avez la destruction donc là vous
avez un roulage au rouleau faca ici vous
avez un autre exemple voilà du sorgho à
terme entre les rend donc là vous avez
une production de carbone phénoménal
pour redresser par exemple le taux de
matière organique
par contre faut pas que les arbres et
trop de besoins parce qu'à vous pomper
beaucoup donc faut faire très attention
c'est à ces notions là donc le plan de
fertilisation et puis l'anticipation sur
le fait qu'ici je vais apporter beaucoup
de carbone va fort de la zone pour
pouvoir le métabolisent et c'est
important
en sachant que si vous laissez en
surface normalement les choses vont se
faire tranquillement c'est si vous
enfouis c'est là que ça commence à poser
problème
on va différents types de choses
la destruction roffat car ici vous avez
des appareils intéressant qui vous
permet de déporter sur le rend votre
couvert végétal donc ça c'est des
possibilités qui peut s'offrir à vous et
qui permettent de munch et voilà donc ça
il ya des personnes qui commencent à
l'utiliser
c'est hyper intéressant parce que j'ai
autoproduit mon propre munch qui va
protéger sous mon arbre capter de l'eau
retenir l'eau etc et ça peut marcher en
couvert perrin ou en couvert végétal
aussi voilà et donc le match permet
aussi d'activer cette scène de
décomposeurs et vous avez ici par
exemple du mulch avec du couvert
permanent
donc je vais aller vite parce que je
vois que le temps passe j'ai déjà
dépassé mon temps le match est
intéressant sous votre art parce qu'il
apporte un bol alimentaire
voilà ce qu'ils veulent on verra ça en
atelier cet après midi mais le match
pour moi ici quand vous gratter sous un
meuble ça se voit pas là mais il ya des
milliers d'organismes sur 10 cm sur 10
cm vous avez 60 70 organismes vivants
des collemboles des tout un organisme
qui s'entraînent décomposer cette
matière qui vont créer cette chaîne de
minéralisation bon ça c'est pour les
apports apprenez à comprendre un peu
cette notion de c'est sûr elle liée à la
matière sèche c'est à dire que les
fumiers
ils peuvent être très riches en carbone
ou faible en fonction de quantité de
paille et on voit qu'en fait la richesse
en carbone d'un amendement organique est
toujours lié à sa matière sèche et à la
quantité de végétaux qu'ils contiennent
donc ça sert à rien de dire un fumier
mou avec avec de la menue paille faire
de l'amendement organiques fumiers mou
c'est quasiment un fertilisant
oui ce que veut dire lisier ça n'apporte
pas de matières organiques c'est un
fertilisant
donc c'est là où il faut apprendre aussi
à savoir qu'est ce que j'apporte et
c'est pour ça que la matière sèche est
intéressante parce que là c'est le juge
de paix voilà up et bien écoutez voilà
donc cet après midi on fera des ateliers
pour prioriser les pratiques pour ce
qu'ils voudront
ce que je vous propose je vais aller
directement à la fin et ça c'est les
diagnostics up les plus d'affichage
voilà donc ça apprenait à diagnostiquer
votre sol fait des profils de somme dans
vos parcelles
j'ai pas le temps d'aborder ces
questions là on abordera cette après
midi et donc ce qui est important c'est
de venir
maîtrisez des outils vous avez trois
types de fertilité dans votre système
vous allez avoir la fertilité chimiques
biologiques et physiques fertilité
biologique c'est de l'observation
visuelle du bon sens des analyses comme
bailleur makers qui naissent aujourd'hui
qui permet de regarder la microbiologie
des sols
vous avez également des le test baisse
chez les profils de sol c'est
indispensable si vous n'avez jamais fait
il faut le faire faut faire des profils
dans vos parcelles et surtout après
plantation pour avoir la bonne stratégie
en pré plantations on peut régler
énormément de problèmes une fois que ces
plantes et après c'est plus compliqué de
venir au dresser un taux de matières
organiques etc et l'analyse
physico-chimique l'analyse de sève pour
regarder ce qui se passe au niveau de
votre fertilité chimiques
vous devez faire ce type de test là donc
par exemple voilà vous avez des
parcelles vous faites des profils à des
endroits clés vous regardez ce qu'il ya
dans votre profil vous comprenez comment
le sol fonctionne il faut que le sol il
est une bonne fonction surface
profondeur
il faut que tout ça circule bien et si
au niveau de vos piliers de la fertilité
vous êtes dans un sol qui est assez
restreint qui fonctionne mal au niveau
physique mal au niveau biologique et au
niveau chimiques c'est pas la joie
attention et si vous êtes en pré
plantations là il ya des stratégies à
mettre en place pour redresser tout ça
et comment je fais pour travailler sur
les trois piliers à la fois je vous le
donne en mille c'est le végétal
les amendements les couverts végétaux
etc qui parle de travailler sur ces
trois dimensions à la fois et c'est la
seule manière de le faire a pas trop
cher voilà eh bien écoutez jour merci
voilà jeu on va peut-être faire une
petite question et après passer à la
suite ouvrez vous vos possibilités
ne restez pas dans ce que je viens de
vous dire ce qui est important c'est il
ya tout un tas de possibilités adapté à
vos systèmes testés et passer à l'action
parce que c'est ça qui vous permettra
demain de pouvoir maîtriser ce type de
technique là on a parlé des couverts
végétaux annuel mais une fois que votre
sol est bien en route vous passez sur la
couverture pérenne bien géré ça marche
très bien
donc il ya une notion de transition et
un début il ya une fin à tout ça il faut
l'organiser
et pour ceux qui sont intéressés cet
après midi on a des ateliers de
conception de systèmes de production où
on va comme on va travailler cette
transition de façon un peu plus
spécifique pour ceux qui qui voudront
qu'on travaille sur leur système
merci beaucoup
on sait une petite une petite question à
prend pas ça la suite ce que vous en
avez
parce qu'il faut digérer parce que c'est
peut-être trop d'informations oui tu
peux y aller je payais ouais ouais ouais
donc ça c'est là tu entraînes site est
quelque chose qui est très important
c'est en gros j'ai un système d'arrosage
le goutte à goutte qui fait que si j'ai
une grosse sécheresse estivale je vais
avoir de la difficulté à faire pousser
un couvert en terran et deuxième chose
c'est en été et en hiver les
légumineuses en fait dès qu'on les
scènes trop tard voilà on n'a pas la
photopériode elle pousse elle pousse pas
forcément beaucoup sur le système
d'arrosage sa suis tout à fait d'accord
et d'ailleurs si on fait du mal il faut
passer en micro aspersion pour humecter
ce match et qui travaille sinon ça ne
marche pas effectivement ça peut poser
un certain nombre de problématiques sur
la date de semis
tu peux très bien le faire par exemple
en ferait un pépin avant la récolte
comme ça c'est important ça commence à
se développer
et de toute façon ce qui va être se met
à cette période là va s'exprimer au
printemps en fait ce qu'on attend c'est
de la biomasse au printemps donc si la
biomasse est pas très importante en
hiver mais que tu as ton couvert qui est
bien implanté au printemps il va
s'exprimer il va faire ses cinq six ou
sept tonnes de matière sèche et là ça
permet d'alimenter ton système et c'est
là où tu produis plus de biomasse
d'ailleurs sur des implantations à ce
moment là quoi voilà ok je laisse la
place parce qu'on a on a peu en voilà on
a ça va être assez dense ce matin je te
laisse te présenter
donc bonjour à tous
alors clément tour je suis arbaud dans
les baronnies donc c'est sud de la drôme
on m'a demandé d'intervenir aujourd'hui
bon jeu
je suis pas je vais pas vous donner des
recettes toutes faites j'ai pas de
protocole qui marche
par contre j'ai fait un sacré paquet
d'erreurs et je pense que j'ai fait à
peu près toutes les erreurs qu'à citer
sébastien donc je pense que les erreurs
sont peut-être plus importante que les
réussites dans des stades de transition
donc je vais essayer de vous en parler
aujourd'hui
donc bon ben c'est super enfin pas tous
pour vous donner une idée donc moi je
suis installé sur une exploitation
familiale 12 hectares d'abricotiers ont
fait vingt hectares de plantes
aromatiques une pépinière de plantes
aromatiques
tout est en situation de coteau donc on
a énormément de pente et on verra que
quand on a de la pente
à voir ces systèmes là c'est très
cohérent des sols libéral calin entre 8
et 9
niveau du ph donc c'est pareil c'est des
systèmes qui peuvent répondre à ce genre
de problématique
le ph entraîne le blocage du phosphore
du calcium et du fer chloro sphérique
blocage de l'assimilation du calcium
donc on a des défauts sur les qualités
de fruits et le phosphore je vous savez
bien ce que c'est au niveau des taux de
matière organique
on est plutôt autour de 2,5 du fait que
la génération d'avant était en
polyculture-élevage donc on avait des
retours organique qui était assez
important et ensuite le troisième point
qu'on voit pas c'est probablement le
plus important c'est qu'on est en
situation hydrique extrêmement tendue
dans les baronnies à des arboriculteurs
qui n'irrite pas qu'ils font de la
culture en sec nous pour vous donner une
idée on a des 10 po à tour de mille
mètres cubes ha chez nous le verger à
2000 mètres cubes ha n'existe pas donc
c'est sur ces systèmes de culture c'est
pareil on va pouvoir solutionner des
problèmes de fond et c'est hyper
important et notamment qu'on a quand on
a des situations hydrique tendu donc
pourquoi j'en suis arrivée là je suis
carbone a dicté une addiction ça se
discute pas très vite à l'école je
comprends que bon la matière organique
il ya probablement quelque chose c'est
probablement le pilier ii du
fonctionnement en fait donc je creuse un
peu ces sujets là avec ce qu'on m'a
appris et d'ailleurs mais remercie vers
de terre production puisque c'est bien
grâce à eux que chiffres je suis là
aujourd'hui et pourquoi j'ai choisi
cette voie là aussi c'est parce que pour
moi la voix de l'agriculture raisonnée
alors on pourra parler d achever 3d
machin des label environnemental
c'est insuffisant et la filière
agriculture bio pour moi elle ne parle
pas du tout parce que nous on a des
problèmes sanitaires en arbaud qui sont
ingérables en bio tout simplement
pourquoi je vais vers cette voie là
parce que je vais vers un arbre une
culture résiliente la résilience c'est
quoi c'est beaucoup mieux affronter des
chocs traumatiques
donc je pense que dans les prochaines
années on va vers des chocs traumatiques
qui seront assez francs les événements
climatiques qui se resserre donc il va
falloir avoir des vergers qui soit
costaud et des végétal qui soit costaud
aussi et enfin c'est aussi
l'arboriculture de conservation facile
on peut si on peut l'appeler comme ça en
tout cas nous dans les baronnies on est
fédérée autour d'un syndicat de
l'abricot des baronnies et
c'est des méthodes qui rassemble ça
rassemble les paysans en fait c'est
chacun y va de son coup de ce mois en
communique toute façon il ya que
l'expérimentation paysanne dans ce
système là il n'y a rien d'autre qui
vous fera avancer vont des journées
comme ça heureusement qu'on en a et
c'est le tout début en arbre m'est donc
on doit communiquer entre paysans c'est
hyper important donc on va rentrer dans
le vif du sujet
quand travailler la matière organique
sur nos vergers moi globalement ce que
j'apprends dans ce que je regarde sur
verre de thé reproduction et tout ça
c'est qu'on a des pattes transition pour
réintégrer des systèmes qui sont
capacité de générer de la fertilité qui
vont durer à peu près cinq ans alors
globalement nous dit ça dépend de
combien vous partez de quel est votre
taux de matière organique de départ bon
moi je me donne les cinq ans à dire même
je suis à 2 5 3 bon je suis pas trop mal
positionné mais je me donnais les cinq
ans quand même
et pourquoi ces cinq ans là sur ces cinq
ans là je me dis bon c'est le début on
va travailler au plus simple et on va
travailler surtout sur la sécurité
économique de nos exploitations
on n'a pas le droit de mettre notre
production en péril pour découvert donc
travailler au plus simple c'est ciblé
alors moi je vais cibler deux ans de
rotation parce que je suis sur un
foncier qui est assez serré donc j'ai
pas tellement choix que de quand même
faire tourner mais culture et
l'exploitation est organisé sur une
strate arbaud et une strate pam
les femmes elles sont à 1200 mètres
d'altitude sur des coteaux qui sont
quasiment à 30 degrés de forme des fois
donc pas d'irrigation inimaginable de
mettre des arbres donc deux ans de
rotation et après je me dis les trois
premières années du berger pourquoi
parce que j'ai pas de récolte et parce
que mes arbres sont jeunes et parce que
je peux travailler avec des grosses
machines que je peux être avec un
tracteur cabine que j'aidais dispo et
que j'ai pas nécessairement besoin
d'être équipé en matto spécifiques pour
des départs en transition donc je
choisis deux ans de rotation trois
premières années de vergers et comment
je vais là dessus expérimentation
paysanne c'est à dire je sème je sème en
mélange je vois ce qui pousse je garde
j'enlève ce qui pousse pas je complète
ce qui va pousser je réessaie des choses
et on y va et on y va et on y va et on
enchaîne les coups
des télés couverte divers et on cherche
et n'attendez pas les résultats des
grandes boîtes d'exp parce qu'ils
voulaient donneront pas parce que toute
façon c'est trop c'est trop compliqué
c'est d analyse multi factorielle cd
système hyper compliqué à analyser
donc ils sont pas en capacité et je les
comprends de de faire des des protocoles
comme ça donc ensuite commence mais quoi
et quand c'est laisser les grandes
questions déjà ce qu'il faut se dire
c'est que si on travaille en vergers ont
trahi à contre cycle on limite où on
adapte pendant que l'arbre y poussent
encore une fois le but c'est super de
faire des beaucoup vers moi j'adore ça
le but c'est de faire des arbres c'est
de faire des arbres et d un petit pouce
et des arbres qui vont produire
donc on travaille à contre cycle je vous
donne l'exemple de la féverole pourquoi
parce que la féverole brio ces
légumineuses la légumineuse comme l'a
dit sébastien mois pour moi aujourd'hui
c'est le pilier de la transition c'est à
dire que et derrière ça le pilier de la
transition c'est la zot
c'est là zot de vos systèmes qui vont
fait qu'ils vont faire que ça avance en
fait et pourquoi la féverole la féverole
c'est une super plantes
elle est facile à semer elle fleurit
assez tôt donc moi c'est moi il faut que
je libère la place dans mes verger au
mois de mai pour l'éclaircissage bon ben
la féverole jeu peu à peu près compter
sur elles parce que fin avril elle va
commencer à fleurir
et deuxièmement j'ai des sols libéral
calin ph racinaire de la féverole autour
de 4 donc avalé me solubiliser le fer le
calcium et le phosphore que j'ai pas
dans mon système
et avant de leur remettre sous formes
organiques au dessus du sol donc bon
exemple et en matière d'installation de
couverts des graines facile rustique et
à forte biomasse alors moi mon top
graminées c'est triticale seigle 1seg le
forestier ses 2 m 20
vous faites grimper de la vaysse dessus
vous faites un couvert d'un mètre 80 ça
fonctionne légumineuses féveroles on a
vu qu agronomiquement c'est quelque
chose qui tient super bien la route
weis parce que votre veste si vous
l'associez à votre seigle
vous allez faire des trucs énormes et
pareil ph racinaire de la vaysse autour
de six 6 5
donc c'est intéressant pour aller
libérer des éléments et jeu mais
attention sur les crucifères parce que
moi j'ai essayé d'en semer les
crucifères c'est des graines qui sont
petites
donc déjà il faut des très bonnes
conditions météo pour installer ça c'est
pas évident puis moi je suis pas sérieux
alliés alors je n'ai pas trop faire je
suis arbaud ce mais c'est pas mon métier
moi je plante des arbres
donc voilà les crucifères je les mets un
petit peu à côté et pour l'instant je
bosse sur des associations légumineuses
graminées et moi je fonctionne sur une
règle en 60 40 donc 60% de légumineuses
40% de graminées cette année j'ai essayé
72 10 30 en augmentant un peu les
légumineuses
alors pourquoi je fonctionne là dessus
parce que déjà c'est l'excellent
équilibre d'une prairie une prairie
alors lé autofertile donc ça c'est
konrad schreiber qui me la prend et
deuxièmement petite observation dans les
vergers quand je sème des enherbement
type e
fais tu crées graal en début de vergers
avant on faisait ça en fait ça tient pas
et trois ans après j'ai un retour des
légumineuses qui est majoritaire sur mes
graminées donc en fait je constate quoi
je constate que nos sols
il n'est pas du tout assez chargé en
azote pour accueillir de la graminée
pure et il va fonctionner sur un
assemblage de graminées de légumineuses
ni plus ni moins donc dans mon cou verbe
si je vois ça je me dis que je peux
adapter sa et les résultats ils sont
super bons et j'assure mes semis moi je
sème toujours chaîne toujours à la
veille de la pluie bon même s'il faut
faire des journées de 12 heures c'est
pas grave mais j'étais chez un seul un
gars qui me fournit des semences cette
semaine et le gars me dit ah ouais mais
c'est couillon la veste tu devrais
plutôt l'aspect fin août parce que tu
verras ce sera plus gros au printemps
oui je t'aime fin août sur un potentiel
aux orages qui va potentiellement me
faire tomber de un millimètre à 25
derrière j'ai un mois 2 sec bon ça a
beau être de lavey ça va pas être mignon
mignon
donc on s'aime on sécurise les semis
parce qu'il faut réussir c'est pas notre
métier donc faut absolument réussir ses
semis
donc je vous donne mon système semi en
mélange d'office parce que si un truc
qui marche pas dans votre mélange les
autres vont me rattraper et puis vous
allez voir beaucoup plus de choses en
plus vous allez vous adaptez donc je
prends ça ça pousse ça pousse pas à ben
ça ça pousse très bien je garde et après
on combine donc moi je vous donne ma
petite méthode ma petite recette de
semis en mélange
je pars d'une densité en plein donc
féveroles 150 kg densité en plein j'en
veux 30% nombreux mélange champsaur 45
kg j'additionne la totalité mais de mes
kilos en mélange
ça ne donne 117 kg et a alors
aujourd'hui j'ai fait l'année dernière
j'ai semé autour de 120 cette année j'ai
plutôt tendance à se met autour de 130
140
parce que bon ben c'est au niveau de la
couverture d'automne
ça couvre plus quand même si on va sur
des densités un peu plus importante si
vous semez à 120 enfin l'autre au
printemps ça se re réguler sa repousse
ya pas de problème et donc j'additionne
tout ça vous sortez un
un chiffre donc en bas vous voyez 117 et
puis après vous adapter un +10 plus
vains si vous voulez sma 150 kilos vous
faites plus 30%
c'est pas important après toute façon
vous avez vous pourcentage donc vous
adaptez la densité ce n'est pas un
problème avec ce mélange là on fait ça
donc la seg le forestier de la vaysse de
cerdagne c'est une veste paysanne de la
vallée du rhône du poids des féveroles
le seigle il fait 2 m 20 la vaysse elles
montrent un mètre 80 si je me rappelle
bien de ce qu'a dit sébastien ça doit
faire à peu près 12 tonnes ha donc ça il
n'y a pas de souci ça marche et ça
marche très très bien donc ça c'est un
thé un mélange que j'ai installé en
rotation suite à un arrachage et que
j'ai laissé en ressemer naturel et qui
donc là là il est reparti au mois de
septembre il fait déjà un bon 40 cm
c'est super beau et les légumineuses ont
pris le dessus
dates de semis ça c'est semer l'année
dernière aux premières pluies donc ça
fait du fin septembre début octobre ça
moi je sème toujours aux premières
pluies de l'automne en fait là cette
année premières pluies elles sont tombés
début septembre j'ai semé début
septembre et j'ai rien touché j'ai tout
laissé grainé airs semi-naturels je vous
le montre sur la suite c'est la suite de
ces diapos l'a donc en méthode de semis
parce que c'est bien là que ça pose
problème en fait c'est l'équipement
c'est comment on s'aime alors travail de
sols superficiels pourquoi pas ça
fonctionne moi ça fait quelques années
que je fais ça je devais monter un
semoir de semis direct cette année 100 %
de gel en abricots on préserve la
trésorerie de se voir de semis direct
qui sera pour l'année prochaine donc
semis direct qui part est la méthode la
plus évidente avec roulage
et ensuite se mit à la volée pourquoi
pas j'ai fait des essais cette année je
suis quasiment persuadé que ça va
marcher
encore une fois on est à rebond n'est
pas céréalier est allé voir ce que font
les céréaliers parce qu'ils ont
vachement d'imagination enfin c'est leur
métier en fait et ils font des choses
très très bien sûr des semis déchaumage
roulage fin c'est pas du tout moi
j'avais tendance à systématiser bon ben
smith et un labour une reprise de labour
un semis n'ont en fait si on prend des
graines qui sont rustiques et costaud on
peut vachement adapté donc c'est pour ça
que je vous dis être imaginatif et oser
se met aux essais mais parce que toute
façon il ya un moment où ça va marcher
et surtout surtout surtout n'écoutez pas
votre voisin qui vous dit vous avez semé
dans votre vergers en première année ça
va mourir dans cinq ans et aura pas de
production ça je pense que c'est des
conneries et l'adaptation du type de
semis elle va se faire sur la gestion
des résidus
si vous êtes en semi classique vous
allez vous souvent vous retrouvé bloqué
par des résidus ça a été mon cas donc je
vous mets un peu d exemple ça c'est des
semoirs sd qui sont auto construits
pourquoi je vous mets de locaux de
construction puisque les constructeurs
vous serez où les trouver et je vous
mets de l'autoconstruction à gauche
frédéric buzy dans le lubéron dans le
lubéron ils ont une grosse dynamique de
semis direct et c'est hyper intéressant
on est allé les voir donc frédéric buzy
vignes raisin de table 10 ans de semis
direct 6 % de matières organiques des
vignes en bio couvert permanent
enherbement total permanent plus couvert
végétal c'est clairement un exemple à
suivre pour moi et donc frédéric qu'est
ce qu'il a fait il allait chercher un
vieux châssis de teaser dans le fond de
son exploite et il a soudé un rouleau
dessus il a fait une chape il a mis une
distrib de limbe la distrib de l'unfd
12e rang comme ça ça coûte 1150 euros
allez une cinquantaine d'heures de
travail et frédéric qui doit sortir un
semoir pour entre 1500 et 2000 euros
et c'est pas vous dire mais derrière il
a des résultats qui sont superbes ou à
droite fabien dauphin luberon aussi 150
heures de travail 6000 euros 10 couvreur
un seul marqué prêt à affronter des
cailloux en un seul passage vous faites
tous disent couvreur dans route tarage
district dessus donc beaucoup plus cher
effectivement par contre vous avez le
système de dix coureurs quand vous fait
découvrir avec de la baisse par exemple
moi dans ma vez qui fait un mètre 80 où
j'ai cinquante centimètres de weis en
mai seigle si je passe avec sa j'emmène
tout en haut puis je laisse rien quoi
donc il faut réfléchir au type de ceux
morts qu'on a envie de monter mais ce
que je veux vous dire là c'est qu'en
fait on a une énorme amplitude donc à
des prix très réduits on peut faire des
choses très bien et on peut faire du
semis direct ça pose pas de souci et
après bon et ça je vous le mets aussi en
en évidence parce que nous on est sur
des vergers en gobelet piétons
donc on fait de l'art cure on attache
tout pour qu'il n'y ait pas de
contraintes de travail et aujourd'hui
chez les constructeurs ça n'existe pas
c'est à dire qu'on fait du semoir de
semis direct pour de la vigne pour du
verger en ait pour tout ce que vous
voulez laisse moi ils font de mettre 20
mois si je passe avec ça dans mes vergès
je casse tout donc l'autoconstruction ça
peut être un bon système
en transition alors je n'en suis pas à
ce niveau de réflexion mais je pense que
oui parce que je pense qu'avec un semoir
comme ça on passe dans des on peut
passer sur deûle en herbe sur du
sursemis d'enherbement permanent on peut
passer
l'aïe a pas de problème le système
disque ouvreur dans vous avez les
disques qui vous coupe les résidus si
vous pré ouvre le sillon vous avez une
dent qui passe derrière vous passez un
peu dans n'importe quel type de
conditions
ouais clairement je pense que oui sans
problème saadé que ça a des grosses
capacités je vous montrais ça des
grosses grosses capacités
par contre tu auras la question de
l'espèce c'est à dire que on s'aime pas
du seigle dans un couvert de fétuque et
de rigueur parce que là on est à 100%
graminées il va y avoir de la
concurrence en azote c'est sûr par
contre si on met de la féverole ça a
probablement marché donc voilà ce que je
fais ça c'est un jeune verger d'année
gâte c'est un verger où j'ai mené des
essais qu'on va voir après donc travail
superficiel à gauche semis de sorgho
weis pas tout si ça marche très très
bien
à droite c'est ce que j'ai fais pas plus
tard que mardi là en fait je suis en tcs
sur le reste du verger et sur cette
bande là j'ai un mètre cinquante de
sorgho sur la pousse de septembre je
suis passé avec pour se voir directement
ça corresponde à un pince mi à la volée
sous le couvert quoi et je broie mon
couverte qui vient se poser sur les
graines et je pense que si j'ai 10 15 mm
avec des graines puissante j'ai gagné je
vous donne je donnerais résultats dans
les semaines à venir et
donc voilà ce genre d'hypothèse en
gestion de résidus on peut
potentiellement faire ça si on a eu un
gaz pardo classique à sabots un semoir à
céréales tout ce qui est tout ce qu'il
ya de plus classique où je suis passé
dans le sorgho sur pied en fait de
manière à peu ramenée de résidus tout
simplement
et après tu broies dessus donc là j'ai
regardé un peu je suis allé quand même
faire une petite une petite observation
ben voilà les graines elles sont sous
l'immeuble shell sont roulés donc j'ai
roulé quand même donc en contact avec le
sol
donc je me dis si j'ai de la pluie ça
risque quand même de marcher donc
comment ouais donc soumis voilà
exactement
donc voilà ce qu'on peut essayer et j'ai
pris pas mal de
j'ai pris pas mal de cartouches et j'ai
fait pas mal d'erreurs donc vous avez vu
que sur un verger d'un hectare scène je
fais qu'un rang je vous expliquer
pourquoi dans la suite donc ensuite ça
c'est leur semi naturels du couvert
qu'on a vu précédemment
donc tous non à grain je broie ça en
août donc on a les pailles qui sont sur
le sol
je mets un coup de disques à 10 cm pour
m'assurer leurs semis je roule dessus
las donc c'était la suite ça doit être
début septembre et là le couvert il fait
40 cm dominante légumineuses il ya tout
qu'est sortie est clairement c'est du
super boulot et sol couvert tout l'été
avec des pailles donc petit isolation ça
fonctionne et ça j'ai fait le même
mélange sur une parcelle où je mets pas
le coup de disques je n'ai pas le coup
de rouleau ça se ressèment quand même
simplement sous de la paille quoi donc
voilà faut mais par contre ça se
ressèment mais parce que je pense que
les graines sont suffisamment rustique
et ont suffisamment de capacité une
poignée de c'est que vous la mettez sur
une dalle si une flaque sur la dalle
sagem sur la dalle donc voilà faut mais
tout ça pour vous dire que si on utilise
des graines qui ont des fortes capacités
on peut vraiment adapter les méthodes de
semis on n'est pas obligé de faire des
trucs aux petits oignons quoi donc
ensuite première et c'est que je mets en
place donc ça c'est une rotation
j'arrache le verger je broie les bois de
taille
je sème du sorgho en pur alors ce que
j'aurais tendance à dire maintenant
profiter des premiers cycles juste après
les arrachages c'est des moments où vous
avez vraiment des fertilité accrue qui
vont se dégrader en 2e année de rotation
mais profitez de votre première année de
rotation pour refaire envoyé découvert
type j'ai envie de vous dire sorgho
tournesol maïs que vous laissez tout
monté en cas nous aller faire de la
ligne des sources hyper carbonées ça va
vous permettre de travailler sur vos
taux de matière organique et derrière
après on est en rotation on s'en fou de
faire de la faim d'azoté c'est pas grave
même si vous avez de la faim d'azoté sur
le coup vers divers et 100% légumineuses
et vous passer à travers la fin de la
zone ya pas de problème donc allez-y
mettez le paquet sur sur la première
année sur le premier cycle de couverts
après arrachage donc moi je fais sorgho
en pur je me retrouve avec des pailles
hivernale qui sont bloqués sur le sol
alors je vous laisse mes triticale
seigle dernièrement sorgho sauf que mon
sort gobain c1 et et whip le g2 la
fertilité a cru y fait 2 mètres 50
j'ai un couvert de 25 cm de paille par
terre donc ça je le savais pas avant
si je l'avais su avant j'aurais fait
pris mon ce mois j'aurai semer
directement dans le sorgho sur pied
j'aurais mis les pailles dessus très
probablement que ça aurait marché
je vous donne pas la garantie vous donne
la garantie voyages et on a une page
facebook que vous pouvez rejoindre et je
mettrai les résultats d'essai du semis
du semis à la volée sur sur le facebook
donc voilà je me retrouve avec des
pailles donc je laisse les pailles tout
l'hiver et je me retrouve avec un sol
qui en train de partir en compaction
complètement parce que ben il ya du
travail de sol du à l'arrachage avec des
pailles qui sont complètement bloqués
donc j'ai amorcé un cycle de travail
superficiel
parce que
aujourd'hui en fait on est dans des
systèmes où c'est quand même des fois
compliqué de transit et et vous verrez
que supprimer le travail de sol ben ça
amène souvent au carton donc comme
disait sébastien si vous faites pas le
bon diagnostic et moi j'ai pas fait les
bons diagnostics et ben vous prenez
quand même
prenez des cartouches quoi et donc
j'aurai enchaîne sur un smi en tps de
sorgho en pur donc déjà là il ya une
erreur c'est qu'il ya pas de
légumineuses je fais deux cycles de
graminées les uns sur les autres
donc là forcément à un moment là zot il
va pas pu y en avoir un tout simplement
donc là ya erreur et je sais m'en tcs
que tcs le problème du tcs c'est quoi
c'est que déjà c'est chronophage pour
semer parce qu'en fait si vous êtes
équipés en matos de semis direct vous
allez taper cinq hectares dans la
journée en tcs vous allez en faire un
parce qu'il faut passer l'acte i sol il
faut semer et il faut rouler et entre
l'acte i sol chez nous on a beaucoup de
pierres à chaque fois que vous mettez
une dent dans un sol vous sortez des
pierres faut ramasser les pierre hamon
c'est compliqué et deuxièmement qu'est
ce que vous allez faire en tcs vous
allez remettre des graines d'adventices
au soleil vous allez bouger du sol
vous allez remettre des graines en
germination et ça va se salir deuxième
année de sorgho j'avais des mauves qui
faisait un mètre cinquante de diamètre
dans mon cerveau donc c'est pas que
j'aime pas les mauves parce que quelque
part ça fait de la biomasse est en
rotation sais c'est pas plus mal
mais c'est pas l'objectif quand même on
a envie d'implanter dans des vergers qui
sont quand même relativement propre et
ensuite sur la totalité de la parcelle
jeu sous sol et jeu
la bourre donc
voilà conséquence gens fuient
potentiellement la biologie que j'ai
peut-être réussi à installer alors je
dis bien peut-être sur les deux ans de
rotation l'agent fuite ou donc je casse
la maison terminée on repart à zéro sur
le cycle de plantation et je fais un
petit essai 60 arbres en bas du verger
donc vous avez vu c'est super bien
jalonné le dernier rang il était
carrément au milieu du couvert parce que
quand on jalonnent à l'arraché bien on
n'a que ce qu'on mérite
et donc je plante des arbres je mets
juste un coup de sous sol us petit
aller-retour de sous sol aux sur la
ligne de plantation jeu des chaumont
sorgho et je prépare à lit de semence où
je sais mon cou vers un terrain couvert
on a encore très majoritaire en
légumineuses donc conséquences de la
méthode
déjà on a une contraction légères dues
aux deux ans de on a beau faire du
travail superficiel on a une compaction
duo deux ans de rotation sans travail de
sol évident on a pas du tout de profits
issus de la rotation alors c'est assez
simple vous avez créé l'habitat vous
avez rempli le frigo mais en fait vous
n'avez pas les habitants donc vous
n'avez pas les habitants c'est un
système que j'ai pas du tout fertiliser
vous n'avez pas les habitants donc vous
dégradez pavot paille vous ne générer
pas de fertilité vous générez pas de
fertilité vous n'avez pas d'autres vous
n'avez pas deux autres vous avez pas
d'arbres donc là c'est clairement ce qui
se passe on se trouve sur un système où
nous on n'a pas de fertilisation il y à
de la paille sur le sol oui c'est vrai
c'est la ration du sol sauf que j'ai pas
de rations pour mes arbres donc si
irrigué donc irriguées dès que ça
commençait à sécher en à irriguer un peu
donc je vous donne la grosse différence
à gauche
le système labour cda negad donc c'est
des variétés qui sont pas non plus avec
des portraits très érigé trait à crotone
c'est pas trés trés poussant l'arbre à
gauche il fait deux mètres il a des
charpentières qui sont gros comme deux
pouces et à droite et ben en fait c'est
lucas une valve on crève la dalle
il ya un couvert installés alors
regardez pas le couvert de sorgho comme
il est là parce qu'il paraît joli mais
surtout le reste c'est semaine tcsc
salle il ya de la move le sorgho pousse
pas enfin en fait c'est un peu
l'apocalypse en plus j'ai les chevreuils
qui passe et qui me bouffe la moitié des
feuilles est donc là à droite j'ai des
arbres qui sont pas plus haut que ça pas
plus haut que ça et les branches elles
sont épaisses comme le petit doigt donc
conclusion il n'y a rien à manger
il ya rien à manger et et pourquoi y'a
rien à manger parce qu'il n'ya pas de
travail de sol en fait les conclusions
c'est bon déjà on prend le temps de
jalonner parce qu'on essaye de faire du
boulot correct
on différencie la ration du sol de la
ration des arbres c'est hyper important
si vous vous convertissez sur des
systèmes en on travaille de sol il va
falloir considérer la ration de vos
arbres parce que la ration carbonées que
vous mettez sur votre sol avec de la
paille et et même si c'était de la
paille de légumineuses bon ben c'est
bien mais la paille de légumineuses ci a
pas de biologie pour la faire travailler
pas comment on fait on n'a pas plus
d'azoté qu'avec le reste donc non rien
ce que dit sébastien mauvais diagnostic
on part sur un truc qui n'est pas du
tout prêt à recevoir un système en
entrailles de sol
donc on différencie la ration du sol de
la ration des arbres et les arbres les
fertilisants les fertilisent avec ce que
vous voulez du compost du digestat du
npk du ce que vous voulez mais il va
falloir leur donner à manger à un moment
parce que le sol n'est pas en capacité
de leur donner à manger
donc deuxièmement sur le reste du verger
le labour on le sait bien c'est le
premier méthodes de désherbage les mecs
en bio ils n'ont pas de l'ifo donc ils
font du labour et donc ça permet quand
même d'installer un verger qui est
propre même si je pense que si on passe
sur des méthodes de semis direct avec
des sols qui sont prêts à recevoir ses
méthodes
on va pouvoir travailler dans la même
propreté ya pas de problème et surtout
comme le disait sébastien que des
systèmes de roulage le système de
broyage sa déshydrate beaucoup les
pailles et on perd en couverture en fait
et conclusion la biologie elle n'est pas
en passe au bout de 2 ans de
deux rotations sans travail de sol ça
c'est la fatalité
alors je me suis peut-être mal pris
parce qu'il n'ya pas de légumineuses
effectivement mais voilà les conclusions
c'est celle là
ensuite sur la suite du verger je pars
sur un couvert d'été sorgho weis jeu
réduit donc là on est plus à contre
cycle
là on est en plein dans le cycle les
arbres poussent et le couvert aussi donc
j'adapte d'habitude chèrement trois
mètres la chaîne allemande de mettre 50
et je prends la sécu de l'irrigation et
je prends la sécu de potentiellement
balancer un peu d'engrais si j'ai besoin
sur mes arbres pour quand même que ça
pousse sauf que là on est en systèmes de
la bourre sur deux ans d'accumulation de
paille de sorgho et en fait on laboure
on enfouit les pailles en oxyde les
pailles l'oxydation des pailles renvoi
des éléments aux arbres les arbres
poussent c'est à couper au couteau
le verger c'est à couper au couteau on a
deux ans de rotation sans travail de sol
donc on a deux ans de rotation où on à
la totalité des pailles qui sont
accumulées sur le dessus du sol
donc on induit pas le travail en
enfouissant en fait et quelque part on
n'a pas non plus la biologie pour faire
travailler le dessus donc en fait y rien
quoi
et au moment où tu enfoui ses deux ans
de paille et ben tu te retrouves avec
l'accumulation de deux ans de biomasse
que tu enfouis sous la terre donc qui
dit enfouissent h10 oxydation des
matières qui dit oxydation des matières
dit je renvoie et je transforme de façon
mécanique sur mes arbres et des arbres
bay pouces et voilà vous voyez là enfin
moi quand je vois un verger dans un an
comme ça avec des arbres qui font en
moyenne à un mètre cinquante à mettre 80
et il n'y a pas de problème un cc joli
ça le fait quoi et donc la jansen
j'enchaîne sur du sorgho weis et je fais
assez mal conseillés sur la baisse
et en fait la baisse elle a pas du tout
pousser et là c'est là que vient la
pertinence du smi en mélange j'ai quand
même fait trois coupes de sorgho et en
verger ce qui est important sur le
sorgho n'ont fait toujours un et étages
au fin juin parce que ça va vous
permettre de ne pas faire de cannes qui
dit kahn dit matière ultra l'initié qui
dit matière ultra dignifier dit
potentiellement fin d'azoté donc si on
travaille sur des matières qui sont plus
cellulose et donc moins carbonée ça
paraît peut-être un peu plus évident
pour faire pousser un système où il ya
déjà des arbres en rotation on s'en fout
mais dans un système où il ya déjà des
arbres c'est peut-être quand même plus
évident de travailler sur des matières
qui sont en tout cas ça sécurise le
système peut-être que dans deux ans je
vous dirais complètement autre chose
mais dans un premier temps on sécurise
le système là sur la suite du verger on
est parti sur un couvert donc on a un
mélange
veste féveroles poids avoine orge
triticale
donc c'est un mélange qu'on a récupéré
de chez les copains du luberon pour moi
il manque quelque chose c'est qu'il
manque du seigle dans ce mélange
parce que si on fait un chèque de 2 m 20
ont fait une baisse de 1 mètre 80 si on
fait un triticale de 1 m ont fait une
baisse de 80 cm parce que la baisse
c'est le système explosif qui qui va
rester discret dans le couvert qui va
monter à la fin ça marche qui va monter
à la fin et qui va faire exploser le
système qui va faire une couverture
totale
si vous voulez donc voilà donc encore
une fois le semi en mélange là c'est des
choses importantes parce qu'en fait on
m'a fourni une veste d'hiver en semis de
printemps
tout simplement je comptais sur un
technicien qui finalement n'avait pas
les capacités de de me fournir ce que je
voulais donc d'ailleurs si vous avez des
légumineuses des terrains je suis
carrément preneur parce que je entendu
parler de la lap de crotales aird
mais bon jeu si vous en avez je suis
preneur donc ensuite les perspectives de
travail pour moi aujourd'hui
s'équiper en se marre de semis direct si
vous voulez commencer ses démarches
la première chose que vous avez à faire
c'est équipez-vous n'importe comment
d'un rouleau fac à hesdin ce mois alors
oui peut-être ça coûte de l'argent
effectivement parce que ça peut coûter
de l'argent mais on a vu que ça pouvait
en coûter assez peu et vous allez
surtout gagner du temps quand je vous
dis que je mets un jour et demi à semer
un hectare si j'avais un semoir du semis
direct je me poserait même pas la
question
si j'avais un semoir de semis direct
j'aurais pas des systèmes qui salissent
en tcs et cetera et cetera et cetera
il ya un nombre multiples de conséquence
la réussite des semis etc etc
équipez-vous directement c'est la
première chose qu'on a à faire et comme
ça vous allez partir avec ça et vous
allez vous adapter avec ça et ce sera
très probablement mieux
moi ça fait quand même je sais pas je
dirais que ça fait trois ans que je
bidouille un peu autour de ça et bah
finalement
oui j'ai réussi mes semis ça marche pas
trop mal mais si j'avais du matos de
semis direct on n'en serait pas enfin on
n'en serait pas au même stade quoi parce
que ça permet d'enchaîner les cycles en
rotation on peut faire des biomasses
énorme les résidus sa gêne pas etc etc
donc j'aurais tendance à dire équipé
équipez vous favorisez les sources
l'initié en rotation parce qu'on a vu
qu'on se mettait potentiellement à
l'abri d'une fin d'azoté et puis que
c'était peut-être là que ça se passe et
pour aller faire augmenter des taux de
matière organique
moi je conserve l'objectif sans labour
parce que comme je vous ai dit
fidèlement quand on vient la bourre à
apprendre d'eux en deux rotations
on casse la maison et on vide le frigo
bon ben on repart à zéro c'est bien on a
fait du mécanique mais quand on a envie
d'aller vers du biologique faire du
mécanique c'est les sens opposé donc moi
je conserve cet objectif par contre si
je fais ça je fertilise le système je
sais que là sur les sur les nouvelles
rotations que j'ai fait c'est
majoritairement de la légumineuse en
cycle mais malgré tout j'aurais plus
probablement plus d'azoté est ce que
j'aurai de la biologie je ne pense pas
parce qu'on sort quand même des cycles
d'arrachage vous c'est quand même des
chocs traumatiques
c'est hyper violent donc je fertilise
les systèmes et moi dans mon idée je me
dis que je vais très probablement
balancer un compost un peu mur
des sources quand même organique parce
que ça va me permettre de faire des
tampons sur le cycle de pouce jeu pourra
blindés mon profil en sûrs et en azote
organique et hop ça profite tout l'été
tranquillement s'appuyer sur les
légumineuses pour moi aujourd'hui c'est
le pilier des phases de transition ce
sera le pilier des systèmes à venir et
c'est le pilier de la fertilité des sols
légumineuses et je pense pas dire de
bêtises parce que sébastien dit la même
chose
trouver une légumineuse des t bonds
c'est toujours pareil et sélectionner
les plantes ça je pense que ce sera
notre vie d'arboriculteurs du vivant on
s'aime on regarde ce qui pousse ça
pousse on enlève on garde en garde et
est toujours gardée de la diversité dans
les mélanges parce que ce sera facteur
de réussite forcément si on sème en
purée comprends que ça bouge pas bien on
a loupé notre couvert donc pour moi les
prochaines étapes
ça va être la question de la troisième
année qu'est ce qui va se passer en
troisième année pour moi alors moi dans
mon idée
j'aurais très envie de passer sur du
couvert permanent parce qu'on va passer
sur des passages en pu lever plus de
boulot verger et c'est donc couvert
permanent et dans ma petite idée je me
dis fétuque élevée
regrettes italien parce que c'est des
plantes qui sont surpuissantes
c'est fétuque élevée regragui tallien
vous avez deux mètres cinquante de
systèmes racinaires ça va chatouiller la
roche mère beaucoup d'ex uda beaucoup de
masse racinaire et sur le sol c'est pas
très contraignant fétuque élevée vous
allez avoir une première coupe qui va
monter un peu la deuxième coupe est un
peu plus basse la troisième elle est
inexistante
donc la question par contre ces plantes
très puissante est ce que je vais
concurrence et mes arbres la question se
pose
ben je ferai une bande décès et puis
j'ai serré puisque les arbres ical sur
autre chose
peut-être avec du trèfle parce qu'on
serait peut-être toujours sur des
mélanges équilibrée même si on aura eu
tendance à augmenter le taux de
fertilité et l'étau organique donc les
seuls réagiront différemment aux espèces
qu'on leur propose couverture durant au
bout de la cinquième année quand on a
installé les arbres peut-être que on
peut y aller avec un mélange de
légumineuses au pied des arbres moi ce
serait intéressant moi si on m'arrête le
glee faut déjà je mettrai jamais une
dent dans
on rend pas ce que j'ai dépend tellement
exposé qu au premier orage ce sera
terminé je l'aurai toute ma terre en bas
moi l'objectif c'est pas faire sur les
photos qu'on a vu donc potentiellement
en herbe et le rang
le couvert permanent un terran ben
potentiellement dessus ressemer puisque
si on a un coût verre de lait de
graminées peut-être qu'on peut le
sursaut mais avec des féveroles et
peut-être que ça va marcher et peut-être
que si on fait un rang sur deux de
féverole et qu'on a du matos depuis levé
assez performant et b peut-être que un
rang sur deux ça nous conforte pour
notre travail on peut broyer nos bois de
taille on peut laisser le couvert tous à
côté puis on alterne d'année en année
pourquoi pas piste et ce qu'on voit pas
en dessous c'est tout ce qui va être dit
après bio intrants ph redox etc
je pense que ça c'est c'est la suite de
notre agriculture et il faudra aller
vers ça et puis si on a des systèmes qui
sont boostés biologiquement probablement
qu'il faudra adapter les produits qu'on
met dessus parce que balancer des
fongicides alors qu'on veut des
champignons c'est un peu incohérent et
les conseils que j'ai à vous donner
le premier conseil et c'est le plus
important
expérimenté à petite échelle
j'ai fait je fais un peu le même boulot
dans les plantes aromatiques
cette année j'ai 100 % de gel
j'ai semé découvert permanent fait tu
crées gras sur mes intérêts de lavandin
parce que soi disant ça a marché pour
une fois ces chambres d'experts qui me
l'ont conseillé et geste m3 ha donc j'y
vais pas de main morte sur mes parcelles
qui ont trois ans qui doive me rattraper
la totalité du rendement que j'ai sur
mes vieilles parcelles -50% lendemain
100% angel beige et un trou dans le
portefeuille donc quand on en est là la
première chose à faire je fais un rang
ça marche
deuxième année je fais 2 croire en ça
marche troisième année je valide et
après ok on a le protocole et ça
fonctionne
ne faites pas des ha surtout pas et en
plus c'est des systèmes qui sont
complexes à comprendre c'est nouveau on
n'a jamais fonctionné comme ça donc
allez-y mollo choisir des graines facile
parce que bon ba aujourd'hui en fait
pour réussir ses semis au plus on va
faire de la facilité et en plus on sait
que la facilité à les agronomique
la facilité on y ait de la féverole
c'est de la vaysse sa scène tout seul ça
pousse tout seul et en plus
agronomiquement cd super plantes et
prévoir son matériel de semis directs
d'entrée parce que enfin vous ne perdez
pas de temps à faire du décès des
machins ce c'est galère vous avez
peut-être loupé vos semis fin c'est
beaucoup de complications et quand ces
nouveaux la complication c'est pas
facile et ensuite bref limiter le
travail de sol mais bon ça c'est un peu
tout ce qu'on a abordé donc je vous
invite à rejoindre cette page facebook
alors y'a pas beaucoup de monde qui
publie parce que finalement il n'y a pas
non plus beaucoup de gens qui font l'art
bosse de conservation je crois que c'est
un peu on est un peu à la germination
ça a peut-être poussé un peu mais pas
grand chose donc voilà c'est une page
facebook il ya les gars du luberon il ya
les gars des baronnies il ya des gars de
la vallée du rhône
on échange on
on met ce qu'on sème ce qui marche ce
qui marche pas ce qu'on a réussi ce
qu'on n'a pas réussi le matos qu'on fait
et je crois que le plus important dans
ce système là c'est de partager parce
que seul on va vite mais ensemble on va
loin donc je finis à sur ces mots et je
vous souhaite bon courage à vous tous
pour et j'espère surtout que ce que je
vous ai amené comme info ça a été quand
même suffisant et pertinents est bonne
bonne suite à tous il ya du temps pour
des questions où allaient deux questions
vous avez deux questions pas alors sur
le mois ma considération de sur le rang
sur le rend pas dans un premier temps
parce qu'il faut peut-être j'ai pas la
réponse à la question je suis pas assez
calé mais mes skis quand je dis qu'il
faut travailler à contre cycle
j'ai envie de vous dire faut travailler
à contre cycle géographique aussi c'est
à dire que mon cerveau cette année je le
sais man 2 mètres 50 et je ne sais même
pas en 3 m parce que je sais que la
sphère racinaire de mon arbre
elle a assez d espace pour s'exprimer en
fait et qu'elle sera pas gêné par du
sorgho qui va venir la concurrencer
peut-être avec des légumineuses ça passe
un mail à moi j'ai pas la réponse à la
question clairement mais moi j'aurais
tendance à dire on installe un arbre et
après potentiellement on essaye
découvert au pied de l'arbre
voilà pas d'autres
la suite merci beaucoup pour ce
témoignage
et puis c'est ce qui est important et
retours d'expériences et de faire état
aussi des de ses succès mais aussi ses
erreurs moi je te remercie beaucoup de
passes qu'on apprend dès fois beaucoup
aussi de ses erreurs et c'est important
d'être transparent parce que dans ces
nouveaux itinéraires des fois on voit là
on dit c'est tout bosser tout rose mais
en fait il ya voilà il ya des c'est pour
ça qu'il faut tester sur petites
surfaces et tu l'as dit plusieurs fois
c'est important de se faire la main
merci beaucoup
donc on va accueillir joue alain vinard
chasser voilà qui est entomologues qui
va nous parler de la faune auxiliaire de
ses besoins
donc je pense qu'on va encore parler
d'habitants parler de ressources
nutritive à parler de plein de choses
et voilà donc que tu peux venir
et puis démarrer tranquillement te
présenter et puis petit à petit on je
suis né dans ce monde de merveilleuses
de la régulation biologique c'est ça
allait
alors oui bonjour à tous donc oui donc
je suis johan avinash à ces
entomologistes entourage mais bon c'est
pas grave on dit bien ornithologues
alors j'ai pas pourquoi donc je vais
vous présenter effectivement les
et insectes auxiliaires en tout cas la
biodiversité utile ou fonctionnels ça
dépend ce qu'on utilise comme terme et
ce que je fais avec les arboriculteurs
donc voilà alors qu'est ce que la
biodiversité utile c'est celle qui va
offrir de nombreux services pour les
agriculteurs ou en tout cas en
agriculture
donc effectivement il ya la
pollinisation la prédation et le
parasitisme la décomposition la santé du
système racinaire la vie du sol mon va
tout ce qui est lié au sol vous lui avez
vu là tout à l'heure moi je vais vous
parler plus tôt du système aérien en
commençant par la pollinisation
même si c'est un peu moins mon domaine
mon domaine c'est plus la protection des
cultures
mais je vais vous parler de la
pollinisation parce que ça permet de
valoriser déjà la biodiversité aérienne
on va dire donc on sait que 80% des
espèces végétales dépendent des
pollinisateurs pour assurer leur survie
on a estimé à 195 milliards d'euros le
prix du service rendu à l'agriculture
mondiale par les pollinisateurs en 2016
c'est pour vous donner c'est beaucoup
plus facile évidemment lui donner une
valeur économique
alors ce qu'on peut voir ici c'est que
au niveau mondial ce sont principalement
les coléoptères qui sont des
pollinisateurs
mais en france et en europe occidentale
ce sont plutôt les abeilles est ce que
vous savez combien il ya d'espèces
d'abeilles en france oui beaucoup
vous avez un chiffre 1000
donc oui il ya mille espèces d'abeilles
en france donc vous avez les abeilles en
blanc au cours des abeilles à lang
intermédiaires les abeilles à la longue
enfin bon bref voilà et elles ont des
tailles différentes vous avez pu voir en
fait les différentes familles à chaque
fois et plein d espèces évidemment à
l'intérieur l'abeille amiel par exemple
fait partie de la famille des apidés
comme beaucoup d'abeilles sociale donc
la bei amiel qui va passer l'hiver avec
ses avec les ouvrières tandis que les
bourdons qui font partie aussi des
apidés ce sont bien des abeilles social
il ya une reine may accueille la reine
qui va passer l'hiver
les bourdons sont intéressants pour la
pollinisation parce qu'elle travaille à
faible température en tout cas pour les
vergers donc ça c'est intéressant mais
vous avez d'autres abeilles dans les
abeilles sauvages qui sont intéressantes
notamment les hausses me qui font partie
des méga qu'il alors les hausses me
travaille à faible température pourquoi
parce que ce sont des insectes c'est les
premiers insectes que vous voyez un
petit peu voler à la sortie d'hiver même
en hiver
c'est ce que vous voyez en fait qui
ressemble un peu à un bourdon et que
vous pouvez voir aussi dans les trous de
fenêtres quoi parce qu'en fait les
hausses me ni dans les dents les trous
dans les tiges creuses dans les trous de
fenêtres dans les trous des murs d'un
hêtre ou des murs en pierre par exemple
donc si vous voulez faire des hôtels à
insectes par exemple avec des tiges
creuses c'est pour les méga qu'il donc
les os mis entre autres sinon la plupart
des autres abeilles niche dans le sol en
tout cas c'est les hausses me sont les
meilleurs pollinisatrices en verger
puisqu'elle travaille à températures
basses et est donc elle vole pile poil
au moment de la floraison des pommiers
et les poiriers des pruniers sais c'est
pas pour rire et voilà alors c'est assez
facile si jamais vous vous trouvez des
os mis ses pas par exemple vous avez un
mur en pierre vous voyez les os mais au
volet il suffit juste de faire alors il
ya différents systèmes vous pouvez faire
des boîtes avec des tiges creuses de
bambou alors plutôt avec un diamètre
autour de 8 mm vous en mettez juste à
côté et ça va se remplir tout seul alors
le cycle et 2 1 n'ont donc il faudra
attendre l'année prochaine pour les voir
et puis vous pouvez mettre plusieurs
boîtes au fur et à mesure et vous vous
allez vous faire votre propre élevage
alors il y en a évidemment compris
système qui le font l'élevage et qui
vous loue des hausses me et qui récupère
les boîtes
il vaut mieux que vous même vous
puissiez le faire c'est pas très
compliqué à partir du moment où vous
arrivez à repérer où se trouvent les
eaux si elles sont pas du tout agressive
parce que ce sont des abeilles
solitaires donc chacune leur nid moi
j'aime bien et ensemble un petit peu
mais pas trop
donc c'est chacune leur nid n'y a pas de
rennes donc donc elles n'ont pas à
défendre la colonie par contre elles ont
quand même un venin un dard en fait les
femelles à pas les mâles les femelles
donc si par mégarde vous touchez un peu
le derrière ça peut arriver mais
normalement non ce n'est jamais arrivé
ça c'est bien aussi oui
alors évidemment ça à des prédateurs
c'est pour ça qu'en fait on va y vitae
de m or les hôtels un sexe assez petit
pour elle aussi est une dette d'aider
des nichoirs du coup au même endroit
donc où après faudra dispatcher parce
que les prédateurs ils repèrent donc
effectivement on peut avoir des guêpes
mais on peut avoir des parasites aussi
des parasitoïdes qui vont carrément pas
résister à l'intérieur et puis vous avez
aussi les pics aussi les pics épeiches
les piverts la pompom coûts et donc
maintenant qu'il vaut mieux de
dispatcher et puis c'est mieux pour la
pollinisation au fur à mesure comme ça
vous allez mettre un peu partout et il
voit la wii donc oui les gays peuvent ça
peut arriver à peu près d'ath et 1 ce
sont des prédatrices
donc voilà donc voilà j'ai parlé de la
pollinisation c'était une parenthèse
pour présenter un petit peu ce que
c'était que la biodiversité utile et je
trouve que la pollinisation est pas mal
maintenant je vais vous parler de la
protection des vergers et peut-être que
là ça sera peut-être un petit peu plus
varier un peu plus de photos d'insectes
et d'arthropodes en général puisque là
on commence déjà par les araignées donc
les araignées va ce sont des auxiliaires
même si on se dit bah oui mais les
araignées ça mange un peu tout
effectivement vous si on regarde le
groupe
des araignées dans son ensemble ça mange
un peu de tout par contre selon les
différentes familles qui peut y avoir
que les araignées un groupe en manger
exactement les mêmes choses
vous avez les araignées tisseuse de
toiles qui l'avons piégé plutôt les
petits volants alors on peut aller un
petit peu plus gros avec quelques
papillons mais pour les plus grosses
araignées la lézard géant qu'on va voir
un petit peu plus ou mois d'août
septembre parce que
femelles sont bien prête pour se
reproduire mais mais sinon vous avez
aussi des alors les araignées tisseur de
toile vous avez les belles toiles
géométrique mais vous avez aussi des
toiles en réseau et il ya une étude du
grap d'avignon qui avait montrée
justement c g dames i know who l'inra
plutôt qu'ils avaient montré que
l'étoile en réseau qu'on peut avoir en
bout de branches pouvaient piégé 30% des
pucerons ses cendres et sur pommier en
automne donc basse et 30% c'est déjà pas
mal
et après vous allez voir avec tous les
auxiliaires qu'il peut y avoir
tout le monde a son petit rôle après
vous avez les araignées chasseuse donc
soit qui sont directement sur la plante
comme celle ci qui n'a régné sauteuse
qui va bondir sur les proies donc là ça
va être intéressant plutôt sur les
cicadelles donc ici que dell qui saute
pas le meilleur prédateur c'est une
araignée qui saute et elles vont du
dessus elle n'arrive à l'attraper en
plein soho et puis vous avez des
araignées crabes ci qui chassent et qui
arrive à attraper beaucoup d'insectes et
puis vous avez les araignées du sol qui
court comme les araignées loups qui ont
leur rôle pour tous les insectes qui
vont se laisser tomber au sol juste
avant la nymphe aux par exemple tout ce
qui est hors d'eux donc les tordeuses
les charentes sans aussi se laisse
tomber sur le sol et celle à qui et qui
a le stade vulnérables et que les
araignées nous peuvent agir et on verra
et on a tout aussi d'autres auxiliaires
donc il ya les névroses terre avec
notamment les chrysopes donc les
chrysopes donc vous voyez là duty les
verts et les mais ce qui va nous
intéresser plus donc la femelle à pond
des oeufs comme ça sur p10 elle donc ça
si les caractéristiques des chrysopes
c'est à dire qu'il ya aucun autre
insecte qui pond comme ça donc déjà ça
pour 1,9 vers chrysopes et
et ça devient gris au moment dé clore
ces blancs quand ça et claude vous peut
savoir si on allait l'ars qui sont déjà
là et les larves
elles sont prédatrice généraliste qui en
mangent tous les petits arthropodes
accords mouka trouve sur son passage
donc ça peut être des acariens mais
aussi des tripes ce type ce il des
pucerons n'importe quoi mais elles sont
très voraces
donc comment ça marche elle injecte du
venin à travers les mandibules qui sont
en forme de pince paix par élise la
proie et elle aspire le contenu le cas
beaucoup d'auxiliaires c'est ça il
aspire le contenu donc si vous voyez des
pucerons complètement desséchées
c'est pas forcément la sécheresse c'est
tout simplement parce qu'il ya eu des
auxiliaires qui sont passées et les ont
bouffé voilà et donc alors les
prédateurs entre eux ils ont du mal à
zoom à vraiment se bouffer entre eux
c'est tellement plus facile d'attraper
un cheat ofaj qui a aucun moyen de
défense notamment cusson qui est là et
qui est complètement piqué sur sa plante
et puis qui bouge pas qu un prédateur
qui risquent de se défendre et le beauf
et lui-même donc là il ya un gros risque
donc c'est chacun voilà on se croise on
se touche pas en laboratoire oui parce
qu'à un moment ou un autre on les
affamés puis que ça peut arriver mais
logiquement dans la nature c'est pas
trop ils risquent pas trop de ce genre
de choses alors si les garçons
prédatrice les adultes ça mange quoi de
chrysopes
10 pollen et du nectar
c'est à dire que plus une femelle va
manger de pollen qui est nécessaire
parce que les protéines de pollens sont
nécessaires pour faire les plus avant
compte d eux jusqu'à 40 e par jour qui
vont donner donc des larves prédatrice
général généraliste et donc il faut il
faut des fleurs pour avoir des chrysopes
alors en fait moi j'identifie les grains
de pollen consommée par les chrysopes
parler si enfin par d'autres auxiliaires
et donc je peux donner une liste après
il ya aussi les observations aussi mais
je peux vous résumer déjà les chrysopes
z or lie la fleur d'ail
bon ça des alliacées bon c'est pas
toujours évident mais bon si vous avez
des fleurs d'ail rose les poireaux
sauvage et tout ça c'est c'est très bien
ça nourrit les chrysopes les carottes
carottes annette fenouil coriandre
persil six ans aux fleurs salvador une
bonne piste d'atterrissage en même temps
tout ce qui restera c'est donc le
tournesol par exemple et puis d'autres
astéracées comme le bleu et comme les
mêlées à camomille les choses comme ça
et puis après il ya pas mal de fleurs en
fête en général en tout cas qu'ils
soient ouvertes la nuit
pourquoi la nuit c'est parce que c'est
une nocturne
voilà c'est en fait c'est ce qu'on voit
les chrysopes on les voit des fois
attirés par la lumière on les voit sur
le plafond donc voilà ces nocturnes
crépusculaire nocturne voilà et les
larves aussi c'est donc c'est pas parce
que vous ne les voyez pas que ne sont
pas là c'est pour ça que je vous dis il
ya des petites traces comme ça les oeufs
et les pucerons desséché voilà par
exemple
et voilà entre autres après il ya
d'autres auxiliaires
il y en a plein plein plein vous avez
tout ce qui est punaises prédatrices
donc avec différentes familles donc pas
comme ici les d'eiraeiro cauris il ya
les maquereaux dofus qui travailla plus
forte température donc sont plus
présentes au cours de l'été les antho
corinne l'ena guider et puis dans les
mairies des j'ai oublié les hétéros
thomas plat ni corps ni snal et les
petites punaises qui ont des antennes en
forme d'esquimaux de glace la voilà donc
et puis ça mange un peu tout après plus
vous variez évidemment les espèces de
punaises puisse des chances que toutes
ses proies peuvent être consommés du
coup par les punaises prédatrices
alors pour les reconnaître c'est plutôt
assez plat mais surtout par rapport aux
autres punaise genre qui pue aurait pu
aussi mes appuis - parce qu'elles sont
plus petites elles se déplacent très
très vite donc souvent en fait quand
vous voyez quelque chose sous une
feuille vous la retourne et que c'est
déjà de l'autre côté c'est une punaises
prédatrices de fortes chances après il
ya tout ce qui est imé notaire
parasitoïdes donc on va dire que et
c'est vrai chaque insecte à son ou ses
parasitoïdes et ça on connaît pas trop
les parasitoïdes parce qu'il n'ya pas
trop finalement il ya pas beaucoup
d'anthologie sts déjà et puis c'est
tellement petit lait parasitoïdes que
ben voilà c'est pas toujours évident de
les étudier
alors pourtant ça peut expliquer les
régulations et les cycles qui peuvent
être de plusieurs années mais ce sont
souvent les parasitoïdes qui sont passés
derrière
comment ça marche contrairement aux
parasites les parasitoïdes tu forcément
leurs hôtes pour réaliser leur cycle
biologique donc par exemple une puce n'a
pas obligation de tuer son hôte sur
justement au contraire il vaut mieux pas
par contre là ils sont obligés alors
vous avez des parasitoïdes qui sont
plutôt à l'extérieur c'est à dire qu'en
fait les femelles là elles se sont mises
peut-être soit plusieurs soit la femelle
à prendre beaucoup de points à
l'intérieur de la chenille comme ici et
au bout d'une seule journée d'incubation
vous avez éclosion de l'arve et ça mange
tout l'intérieur de l'insecte donc là la
tête et à l'intérieur et vous voyez le
corps donc c'est très très glauque et
vous avez la même chose c'est les
pucerons autant sur les chenilles c'est
un peu moins enfin si c'est
spectaculaire on le voit un peu moins
facilement autant chez les pucerons le
voit très facilement parce qu'il ya
plusieurs générations dont l'année et
donc est donc en fait les pucerons sont
nettoyés pratiquement jusqu'à 99% par
les parasitoïdes quand ils sont présents
évidemment donc là on voit la femelle à
pons hanafin un seul oeuf à l'intérieur
du puits seront donc éclosion au bout
d'une seule journée d'incubation le
cycle se fait en une seule semaine
donc c'est assez c'est très rapide donc
la larve est un intérieur mange tout le
puceron donc le puceron ceusses clairici
se transforme en ce qu'on appelle une
momie est donc ici si vous écrasez les
momies vous ne tuez pas le puceron
puisqu'il est déjà mort vous tuer le
parasite aux ide qui à l'intérieur donc
le parasitoïdes après va se transformer
en adulte il découpe un trou et y sort
et qu'est-ce qui fait pas il se
reproduit et il va pas à pétaouchnok 1
il se reproduit sur place on retrouve
les mâles les femelles on se retrouve et
on pond à l'intérieur des pucerons qui
sont encore présents
voilà et c'est pour ça que c'est
nettoyage à 99% alors jamais 100%
on pense toujours aux générations
futures
chez les auxiliaires c'est comme ça
et donc vous avez plusieurs types de
parasites aux idées là le plus connu par
exemple qui est très spécifique
c'est c'est par exemple a feeling us
mali qu'on va trouver sur puceron
lanigère et qui nettoie très bien les
colonies de pucerons d'autres
auxiliaires donc vous avez les syrphes
qui est une mouche qui ressemble soit
une guêpe swing abeilles qu'on reconnaît
par le vol stationnaire ou ça c'est
typique 1 c'est ce qu'ont quand on voit
ça c'est un cirque donc ça ne pique pas
les larves baisse comme c'est une mouche
passer un asticot ya pas de pattes
toujours parmi les pucerons donc là là
on va manger une trentaine de pucerons
par jour donc là on voit ici encore ici
donc il ya différentes larmes il y en a
on voit le tube digestif par
transparence
on voit même le méconium et le méconium
il est éjecté juste avant la pub saison
donc la nymphe c'est ce que vous voyez
par exemple les les gouttes d'huile de
vidange un peu sur les feuilles c'est de
kaka de l art de cire voilà vous pourrez
mettre un nom dessus et les oeufs voyait
en fait ce sont des grains de riz
basmati d'un millimètre par contre mais
toujours parmi les plus hauts donc voilà
les pubs en forme de gouttelettes d'eau
et que mangent les adultes voire du
pollen et donc pareil plus une femelle
va pas on va manger du pollen plus elle
va pondre des oeufs nous paraît une
quarantaine de par jour et donc ils vont
donner des larves prédatrice de pucerons
alors les hyménoptères parasitoïdes ans
décède alors j'essaye de disséquer pour
voir c'est du poulet
ça dépend des espèces des fois on trouve
du pollen alors du coup ça va être du
petit pollen beaucoup donné tard aussi
et là du coup de légumineuses par
exemple par exemple de la vaysse la
féverole parce qu'on a entendu tout à
l'heure et les syrphes eux ça va être
plutôt bas un peu comme les chrysopes
les fleurs dont bélie faire d'apia ces
noms carottes fenouil honnête
voilà persil machin et les astéracées
enfin des fleurs qu'ils soient plutôt
accessible
c'est à dire que t'es pas des fleurs
trop profonde pour aller chercher de
pollen par contre par exemple la
féverole peut être intéressant quand
même dans la mesure où il ya du nectar
est raflera et ça peut être intéressant
d'avoir un peu de sucre notamment la
sortie de l'hiver quand sont en fleurs
au mois de mars
donc il ya d'autres auxiliaires donc les
cécidomyie avec des cécidomyie
prédatrice qui trouvent sont toujours
parmi les pucerons
donc ce sont des larves qui font un
millimètre qui sont orange mais qui
arrive en fin de saison
enfin en fin de saison qui arrive à
partir du mois de juin pendant et donc
jusqu'à jusqu'au mois de septembre et
octobre après vous avez chez les
coléoptères les coccinelles donc les
coccinelles il ya 135 espèce de
coccinelles et le nombre de points ne
veut pas dire l'âge mais le nom de
l'espèce le plus souvent donc là c'est
le cycle de la coccinelle bon là c'est
celle là c'est la coccinelle asiatique
vous avez toutes les couleurs c'est un
peu chiant bon une folle elle va pondre
des oeufs comme ça conduit en ama donc
normalement une femelle de coccinelles
calcule le nombre de cas bande en
fonction de la quantité de proies qui
est présente donc notamment pucerons on
les coccinelles asiatiques font un peu
n'importe quoi et pour là tout va
donc là on a des problèmes de
cannibalisme après quand il pu assez à
manger
donc vous avez éclosion donc vous
imaginez les larves les hauts-fonds 1 mm
donc les larves mesure 1 mm à l'éclosion
par contre il faut que ça mange ça mange
ça mange ça mange pour pouvoir vite
grossir donc ces trois à quatre semaines
pour pouvoir éviter de se faire prédaté
par d'autre part d'autres insectes ou
autre nous vous avez différentes espèces
de coccinelles donc il ya la cocina là
deux points 10 points
la coccinelle rose qui mangent des
pucerons à chaque fois et et qu'ils sont
plutôt en haut des arbres on va les
trouver vraiment le plus haut possible
dans les arbres par contre vous avez des
coccinelles qui sont un petit peu plus
basse donc mais qui peuvent monter
jusqu'à sept mètres comme la coccinelle
à sept points qui est la première
coccinelle à apparaître et puis vous
avez coccinelle à damier coccinelle des
friches qui sont un peu plus tardive
et puis par contre si elles sont un peu
spéciales autant les autres comme nous
sommes du puceron autant celle-ci céder
petit jaune à points noirs et consomme
l'oïdium tavelure aussi on pourra dire
en fait à son nico fages
mais je peux pas vous dire si ce sera
suffisant ou pas font plutôt
indicatrices qui est du pays et du
champignon voilà et puis vous avez des
coccinelles qui mangent des coachs ni et
puis d'autres des acariens mais là du
coup ce sont des toutes petites
coccinelles noir dans les coléoptères
vous avez aussi les karam avec
différentes tailles de karam donc les
plus petits monte sur les plantes les
moyens sont très très très voraces donc
ça mange toutes les larves qui se laisse
tomber sur le sol alors là vous leur
mettez n'importe quoi au niveau du bec à
moi j'aime bien
montrer ça aux agriculteurs non études
c'est hyper vorace et puis et puis après
il est beaucoup plus gros qu arabes
comme les carabes violet qui l'avons
manger plutôt les limaces et donc il ya
aussi les tâches il un qui ont la même
écologie que que les carabes qui sont
des coléoptères avec des élites tronquée
et pour les plus gros peuvent manger les
limaces mais il ya des des staffs il un
de taille moyenne qui vont manger toutes
les larves qui se laisse tomber au sol
et donc dans les deux cas c'est à dire
que les chez sa fille là où les carabes
les larves vivent dans le sol pendant
deux entre un et trois ans et donc son
prédateur donc donc ils peuvent manger
aussi toutes les nymphes par exemple de
nos actuels de tordeuses etc qui sont
dans le sol et puis les forficules non
c'est un petit peu à part parce que ça
une alimentation mixte mais en premier
peut avoir un rôle important sur aussi
important en tout cas sur la régulation
des pucerons
après je peux vous donner des astuces si
vous voulez vous avez des problèmes de
forficules à certains endroits mais que
je peux vous donner des petites des
petits conseils sur les forfaitures
alors bien sûr je vous avais parlé des
arthropodes mais il ya aussi les
vertébrés donc les maisons ne faut pas
les oublier
donc les mésanges en fonction
de la pression notamment chenille mais
aussi pucerons parce que ça mange des
pucerons
on peut utiliser on peut utiliser donc
les mésanges donc par exemple une maison
un couple de mésanges a besoin de 1200
chenilles par an pour nourrir leurs
petits donc par exemple ça peut vider un
nid de processionnaire du pin en 48
heures c'est pour vous montrer la
voracité et surtout il faut être
vraiment affamés pour manger les
processionnaires du pin est donc selon
niveau d'infestation bas on peut mettre
un certain nombre de nichoirs par
hectare mots en verger on est plutôt à
quatre couples à l'hectare et si vous
mettez bien des nichoirs en bois ou en
béton
ça va ça peut très bien marché on peut
être à 100% de colonisation les
chauves-souris donc les chauves souris
ça mange trois mille insectes par nuit
donc bas beaucoup de moustiques donc
déjà vous avez d'autres prédateurs
moustiques mais aussi donc évidemment
des lépidoptères nocturne nous
carpocapse tordeuse voilà bon peut-être
un peu de chrysopes aussi en passant
mais bon et on a étudié justement les
les gones ont des chauves souris on a pu
voir effectivement que il ya beaucoup
beaucoup de torts deux dons légaux à
nous mais par contre les chauves-souris
ont besoin de corridors pour pouvoir se
déplacer puisqu'elle utilise des
ultrasons qui leur permet de se diriger
donc le long des est donc là on retrouve
par exemple plus d'espèces de chauves
souris ça peut être par exemple dans le
périgord noir ou évidemment on a de très
bons corridor après est ce qu'il ya des
chasseurs dans la salle
le renard
le renard et à un bon régulateur de
mulots et de campagnols donc on lui a
donné une valeur économique de 3800
euros
alors comment ça a été calculé un
campagnol pèse entre 20 et 150 g mange
deux fois son poids par jour en huit
mois 240 jours une femelle à 5 porté de
cinq à six jeunes donc si on met le
poids moyen 30 grammes sur 1,5 fois son
poids sur 240 jours un campagnol pourrai
manger 10 kg par an de deux modes
différents de nourriture est un renard
consomme 3000 campagnols par an donc si
là c'était en grandes cultures qu'ils
ont fait ça semblait donc si on fait 10
10 kilos sur 3000 mulot 32 tonnes 32
tonnes qui parle seuil et on met à 120
euros la tonne avec un rendement de 7
tonnes à l'hectare
voilà on arrive à cette valeur là de
3800 euros
bien sûr faux faut rester critique
évidemment mais mais mais j'ai un
arboriculteur qui a dit aux chasseurs si
vous me tuez un renard vous me devrai
3800 euros
voilà bah il est lui même chasseur je
lui suis après je méprise les gabions
mais je suis chasseur avec un pot ça va
ça se passe bien entre vous
bon enfin voila c'est bon après vous
c'est vrai c'était c'était comme ça
c'est pour vous dire pour parler du rôle
des renards alors après voilà on peut on
peut résumer tous les ennemis naturels
qu'on peut avoir autour des torts 2
autour des pucerons sachant que je vous
représente un individu par famille ça
sent qu'il ya plusieurs espèces donc on
peut avoir énormément énormément de
choses à condition évidemment qu'on est
ce qu'il faut pour leur cycle biologique
donc le paysage peut être vraiment très
important et donc c'est pas forcément la
comparaison bio ou conventionnels qui va
faire la différence sur la quantité
d'auxiliaires mais c'est réellement plus
tôt ou même le nombre de traitements
insecticides
essayez pas forcément trouvé mais c'est
fort c'est plutôt sur le type de paysage
par exemple ici sur ses vignes dans le
médoc
bah là on n'a pas grand chose moi mes 30
plants de vignes je les faisais très
rapidement j'avais pratiquement rien par
contre ici bas là je prenais beaucoup
plus de temps sur mes 30 plants et si on
regarde alors évidemment la sas et des
résultats sur vigne mais c'est pareil en
verger un gym même résultat mais selon
la complexité selon le type de paysage
enfin présent on va avoir une plus
grande diversité et quantité
d'auxiliaires sur un paysage plus
diversifiée si on regarde par exemple
par rapport à des articles scientifiques
si vous avez un paysage simple par
exemple la beauce center dire ça c'est
fait une conférence dans la boue ce le
20 décembre voilà j'avais tous les
beaucerons c'est mon vélo ont bien pris
et en fait il n'y a rien donc vous
mettez des insecticides il se passe pas
grand chose
forcément vous n'avez partait de rien
vous allez à rien par contre évidemment
si vous avez un coup un paysage très
très complexe vous avez beaucoup
d'auxiliaires en tout cas une
biodiversité importante des auxiliaires
si vous devez agir pour une raison pour
une autre en utilisant insecticides mais
c'est pareil ça peut être un broyage
quoi vous agissez un peu sur la
biodiversité à un moment donné vous
allez un peu avoir effondrement mais ça
va vite recoloniser en fait tout ce qui
se passe autour va vite revenir
donc c'est sûr ça comparé et c est ce qu
on aime un peu moins bien c'est le entre
les deux voilà
donc voilà on était parti sur sa donc
après on a des idées qui se dégrade dans
certains endroits donc mais là le
corridor est toujours là par contre ici
c'est un petit peu plus compliqué donc
par exemple les chauves souris à plus de
25 mètres
quand on a une rupture de corridors ça
devient plus compliqué
certaines choses sourit tu n'y arrives
pas et puis balade c'est la beauce enfin
c'était la beauce parce que maintenant
il ya des éoliennes et il ya plus de
colza si vous devez évidemment planter
des armes bon dans la beauce il est
arrivé que il y en ait un qui ait voulu
faire de l'agroforesterie
en fait il a planté ses armes
il a retrouvé tout arracher le lendemain
avec un panneau il ya cinq millions
d'arbres dans la bo si on n'aura jamais
alors c'est sûr que pour les beaucerons
c'est leur paysage dont qui a choqué un
peu de mettre des armes en plein milieu
et puis des arbres si on les plante en
plein milieu ils se plaisent pas
forcément
donc on fait très attention à ça aux
paysages mais aussi on va essayer de
puteaux de ceux de planter et se
raccorder à quelque chose déjà
d'existant donc on va plutôt partir par
exemple de là et qui en haut dans le
village pour accorder à un autre endroit
bon c'est peut-être un peu loin mais on
va essayer on y va progressivement mais
ça va moins choqué et c'est comme ça
qu'il y en a qui dans la beauce ont
réussi à planter en partant de
l'existant déjà votre pea va mieux mieux
pousser et en plus avec tout de suite
colonisée par les auxiliaires s'ils sont
présentes déjà dans laïque et à côté et
donc on y va progressivement en créant
des corridors et donc après bah on va
choisir d essence bien sûr qu'il soit
bien pour les auxiliaires mai mais
qu'ils soient d'abord tout d'abord
adapter au sol et au climat
et après on regarde donc là bas par
exemple un tableau selon les types
d'auxiliaires quels sont les essences
qui sont importantes
ce que je peux vous dire les noisetiers
j'adore ça mais bon faut pas faire que
du noisetier c'est pareil en tout cas
c'est super bien pour les auxiliaires
après si vous voulez avoir des acariens
prédateurs
les charmes c'est top génial aussi donc
ça c'est des essences qui peuvent être
bien pour les auxiliaires et après il
faut faire aussi attention dans sa
plantation de haies par exemple à ce que
on est une période de floraison qui soit
la plus large possible avec en terminant
par exemple par le lierre qui fleurit en
début d'automne après vous avez un site
internet qui s'appelle hawks il est est
donc selon le type de culture nkisi
arbaud faut cliquer en cliquant sur
suivant reprennent ils vous demandent
votre département et ils vont vous
donner une liste des sens importante
pour les auxiliaires
après ils n'ont pas mis les essences à
éviter envers j donc moi je voulais dis
donc il peut avoir quelques essences à
éviter dans tout ce qui est plutôt
rosacée en général donc si vous avez
déjà des rosacées ou quoi dans votre
c'est pas dans votre choix de et parce
qu'il y en a qui ont travaillé ou quoi
essayer de remplacer plus tôt par du
noisetier par exemple et puis et puis
voilà et si vous mettez du chêne vous
avez droit à deux mètres du sol mais de
temps en temps parce que trop de chaînes
des fois on peut avoir des problèmes de
punaises ou même de tordeuses mais de
temps en temps il n'y a rien qui m'a
alors si par exemple vous j'adore le
noisetier et c'est pas bon de mettre que
du noisetier parce qu'après derrière
vous pouvez avoir peut-être des
charançons qui peuvent poser problème
c'est toujours il faut varier pour 10
pour éviter d'avoir des pullulations de
phytophages à certains endroits après il
ya des associations locales qui peuvent
vous aider aussi sur la plantation des
haies épineux et ce en lisière
c'est vraiment dommage donc il faut des
lisières qui vont justement apporter des
fleurs surtout le côté sud avec des
fleurs de prairies par exemple justement
en parlant des fleurs
donc après on peut essayer de dire ouais
on peut mettre des fleurs et ses
différents types
fleurs mais qu'est ce que je mets alors
évidemment tout ce qui est trés
horticole comme les jachères cosmos avec
peux vous le californien vous voyez ces
numéros 4 y'a rien y'a pas d'occire y en
a beaucoup plus dans une jachère
mellifères semer en cinq points fétuque
et reif que enfin ça rien à voir quoi
parce que d'abord ce qu'il faut pour les
auxiliaires c'est une végétation dense
et notamment avec des légumineuses donc
la luzerne cinq points trèfle et puis
pêche vous en montrer d'autres notamment
avec les laver sous les chevaux là mais
ce qu'il faut c'est d'abord de la
végétation dense
donc on va éviter les fleurs horticole
parce que moi j'ai comparé horticole
indigènes des fois vous avez des fleurs
horticole qui n'ont pas du tout pollen
moi j'ai fait des essais les insectes
timmer n'étant même pas de paul anime
une mort de faim vous avez différents
types de mélanges qui sont
commercialisés donc c'est pas facile de
s'y retrouver
donc moi je vais vous donner quelques
éléments sait déjà que beaucoup donc
comme comme base de la facilité de
l'aneth du bourrage bleus et vipérine
pourquoi pas donc il ya vraiment des
plantes super bien dedans donc elles
sont très très bien pour les auxiliaires
et puis après il y en a d'autres qui
peuvent être dedans qui se peuvent être
bien comme les alice que je ne
connaissais pas et que j'ai trouvé
qu'ils étaient bien parce que déjà ça
fleurit ça peut faire rire en automne
jusque au mois de mars avril
donc ça c'est bien parce que ça apporte
du pollen des fois là où on n'en trouve
pas la période où on n'en trouve pas
normalement des bleus est ce que je vais
vous parler c'est ce que je trouve dans
les dents les mélanges après évidemment
si vous faites de la grande culture bio
à côté peut-être évité bleus et
chrysanthèmes des moissons mais voilà
souci sauge tanaisie donc la tanaisie
par exemple c'est insectifuges mais par
contre ça attire les coccinelles ou ça
c'est pas mal et puis bah le reste ça je
vous en ai déjà parlé
donc après voilà ça ressemble à ça ce
qu'il faut savoir c'est si vous mettez
des fleurs ça va beaucoup plus vite
qu'une heure par exemple
j'avais fait une parcelle utile une
parcelle qui était plutôt bocagères sans
bandes fleuries donc le diagnostic
l'année suivante on a mis la glande
floris a explosé le compteur
donc c'est beaucoup plus rapide avec des
bandes fleuries vous avez tout de suite
le résultat derrière alors les beaux
objets tu vois des choses vraiment
toujours sophistiqués ont suffi voilà
c'est de la vaysse
il y avait de la féverole et de l'orge
et voilà avec ça rien que ça là c'était
en maraîchage bas sur les sur les
courges à côté mais c'était blindé
blindés d'auxiliaires alors que j'avais
comparé à côté dans le sur le même site
un sens ce type de couverts ce n'était
pas du tout du tout pareil après vous
pouvez choisir un peu plus sophistiqué
mais là vous voyez il ya un peu de fleur
horticole parce que les semences ils
sont pas toujours
donc c'est un petit peu les cirques je
n'aime pas trop les fleurs horticole par
exemple donc voilà mais quand même pour
pour l'agriculteur c'était super
intéressant parce que là c'était sur
potiron il va il a doublé enfin il n'a
pas doublé non il avait deux fruits par
pied il est arrivé à trois fruits par
pied parce qu'il a renforcé sa
pollinisation déjà est alors de dire par
exemple la petite parenthèse je vais pas
finir finalement avec les pollinisateurs
mais en verger il a été dit plusieurs
fois peut-être encore vous l'entendez
que lors de la floraison des pommiers
des ou des pruniers ou quoi il faut
couper toutes les fleurs qui sont dans
les internats pour obliger les abeilles
comme ça à poligné à polliniser voa
fruitiers et que comme ça la
pollinisation sera meilleur alors ce
sera peut-être meilleur c'était
peut-être valable dans les années 70
quand les abeilles étaient déjà vraiment
très présente mais à force de faire ça
qu'est ce qu'on a fait on a diminué la
ressource alimentaire des abeilles donc
les abeilles en sens large puisqu'il n'y
a pas que la bei ami alain qui
pollinisent ya énormément d'autres
abeilles donc on a vu au smim il ya des
endroits où il ya plein de choses et
donc on à diminuer le stock d'abeilles
et donc on a moins de pollinisateurs et
donc dans la brousse par
ou encore la bouche ils ont des
problèmes de pollinisation sur carottes
portes aux graines par exemple ou non
pas de pollinisateurs ils n'ont pas de
mouche parce que c'est nous c'est le
principe aux pollinisateurs donc donc
et donc les spécialistes des
pollinisateurs par exemple le disent
bien plus vous avez de fleurs meilleur
sera votre pollinisation il ya un
article scientifique est sorti au mois
de novembre de l'année dernière un
article scientifique qui a été fait au
niveau mondial c'est à dire c'est des
résultats de recherche américaine
d'afrique du sud d'australie nouvelle
zélande d'asie et d'europe qui montre
bien que plus la biodiversité est
importante plus le rendement est
important don qui montre bien le rôle de
la pollinisation mais aussi de la
protection des cultures
donc il parle d occident protection des
cultures c'était donc après voilà avec
les bandes fleuries faisait plein
d'auxiliaires alors après les fleurs
vous pouvez choisir peut-être la fleur
sauvage
c'est peut-être un peu plus cher mais
vous allez voir ça tient vraiment bien
donc vous avez un l'abbé par exemple
végétales locales mais attention c'est
sûr quelques fleurs parce que ça coûte
de l'argent pour le semencier
donc il peut en faire un peu mais
après c'est on va dire presque déjà un
accord de principe avec le semencier
voilà il peut être très sérieux il y en
a des très sérieux par contre y en a pas
partout sur toutes les régions botanique
donc ça ce sont les régions botanique
donc on a le massif armoricain
par exemple le massif central voilà il
dit
ici la zone méditerranéenne et voilà
donc selon vous vous trouvez lorsque je
ne sais pas peut-être au milieu de ça eh
ben vous pouvez travailler avec des
semenciers donc moi ce que je vous
conseille je pense de ce que ça serait
ici et c'est phytos m
alors phytos m y travaillent avec des
fleurs sauvages alors j'ai moins de
recul par rapport à phytos aime parce
que je travaillais un petit peu plus
vers le nord - très avec d'autres sur
mon site fleurs sauvages
ici la cndh ghsr mais je vais vous
montrer un des comparaisons phytos ng
sert par exemple en vergers en plus ça
c'est une cinquième année sur cette
photo et j'en suis à la 8e année de
suivi sur cette bande fleury allait
toujours très très belle et elle est en
fleurs on va dire du mois d'avril
réellement même en hiver et quelques
petites fleurs puisque à l'automne on
retrouve des fleurs et il ya un broyage
une fois une fois dans l'année c'est
après la montée en graine à peu près en
alors ici on est dans la somme mais
c'est fin juillet début août
donc voilà c'est un broyage simplement
et puis du coup ça repart sans fleurs
pour l'automne donc pour nourrir les
auxiliaires qui veut vont passer l'hiver
du coup si possible sur votre site et ce
qui était intéressant donc là c'est en
grandes cultures c'est que les
auxiliaires étaient encore plus
importants à 100 mètres de là bandes
fleuries
donc c'était avec bandes fleuries sans
bandes fleuries ont blé ou sur la même
exploitation donc
donc voilà donc ça montre bien la
capacité réelle des bandes fleuries pour
nourrir les auxiliaires et puis qu'ils
puissent pondre à l'intérieur des
parcelles donc la sas et quelques
plantes qui sont bien pour les
auxiliaires
mais ça je vous en ai parlé un petit peu
donc il ya aussi la chicorée en dedans
la consoude dont certains moments ça
dépend comment et latin vous parlez de
move c'est pas bien la move à les
auxiliaires ils peuvent bien aimé la
mode et je vous en reparle et notamment
des parasitoïdes d2 de pucerons depuis
sont centrés sur pau me voilà les
plantes qui peuvent fleurir tour il est
important qu'ils une floraison précoce
pour pouvoir avoir les auxiliaires le
plus tôt possible
j pas qu'il faut faire ça sur chaque
rang parce que c'est pas ce que je
recherche forcément mais bon voilà
mais déjà un rang sur trois ce serait
pas mal et effectivement dedans y aller
brassicacées mais aussi je vous
montrerai d'autres photos il peut un
passé là il peut avoir du trèfle
incarnat re de la féverole le trèfle
violet peut commencer et de la vaysse
aussi et là du coup vous avez vous avez
les auxiliaires qui sont en quantité ici
et après évidemment faut penser aussi à
la floraison d'automne donc voilà ce qui
peut fleurir aussi à l'automne
bonsu parle encore du cosmos mais bon
c'est pour y aller progressivement
alors quelques spécificités s'il ya des
problèmes doblo quand par exemple eh ben
on sait que les plantes peuvent être
importantes également puisque des études
des études ont montré que canadienne que
l'absinthe et la tanaisie peuvent être
répulsif par rapport à l'eau plus quand
et à l inverse les pas écrit l'ars mais
l'absinthe et la tanaisie sont par
contre attractif pour les auxiliaires
par rapport aux punaises aussi vous avez
plusieurs auxiliaires alors plusieurs
oui il y en a il ya des parasitoïdes et
bah justement les fleurs d'apia c'est
comme les carottes peuvent être utiles
dans ce cas là pour ces parasitoïdes
après vous avez contre les punaises
aussi à une plantes répulsives ses soli
noste mots alors je sais pas comment
pour l'instant utilisé ça serait plus en
bout de rang parce que je vais vous
montrer comment on fait un travail avec
les arboriculteurs comme on installe ça
mais c'est souvent chacun ses façons de
faire et sur les noces tellement c'est
une vivace donc après est utilisé par
exemple en bout de rang au niveau au
niveau des tourniaire oui
d'accord de la punaise lapinou
diabolique
alors là le problème des espèces
n'importe quelle espèce qui arrive sur
un terrain nouveau il va coloniser très
facilement parce qu'il ya rien qui les
arrête et ses seins il a pas trouvé sa
place et donc ça on le trouve assez
facilement et donc là il n'a pas ses
ennemis naturels encore et donc moi ce
que j'ai pu voir dans la biblio c'est
que les parasitoïdes des punaises de
chez nous
votre peut sûrement fonctionner sur la
pinasse diabolique
en fait ils ont ils ont essayé les
parasitoïdes de la punaise diabolique
ils ont vu que ça a parasité leno
punaises donc je me suis dit ça doit
faire aussi dans le sens inverse
mais en fait c'est très très proche à
son très prochain ces punaises là donc
je pense qu'il n'ya aucun souci
là-dessus donc le parasitoïdes par
contre il faut qu'ils s'adaptent et puis
ça se fait pas du jour au lendemain
c'est à dire que le cycle dure un an
chez parasitoïdes et donc au début tout
qui sont là sont présents donc ça veut
dire que le parasitoïdes il va dire ah
bah tiens je vais en faire un petit peu
et après
c'est l'année suivante il a été un petit
peu plus nombreux et ils vont être un
peu plus nombreux mais pas encore assez
et c'est la troisième année qui vont
être suffisamment nombreux pour pouvoir
commencer à réguler sur les punaises
puisque le cycle de la punaise c'est un
an donc le parasitoïdes aussi et c'est
hélas du coup ça va durer trois ans et
moins vite que par exemple pucerons il
ya plusieurs générations et ça c'est
beaucoup sur beaucoup c'est pour ça que
souvent on observe des cycles de trois
ans au fait et mais par contre il faut
que ça atteint en fait si les eaux on
voit par les eaux si son parasitoïdes et
à 60% c'est bon c'est à dire que l'année
suivante c'est vous et moi c'est ce que
j'ai pu observer alors c'était pas la
pinasse diabolique du pardon que j'ai
des parcelles qui étaient contaminés par
des punaises vers tout autre ou brunes
et dans ces cas là bas on a mis en place
certaines choses comme éviter de broyer
au moment où les punaises sont dans la
dans la parcelle
c'est à dire qu'elles sont dans votre
intérêt et puis les gens ils prennent
peur et d'imagés les punaises et où je
passais un coup de broyeurs sauf qu'en
fait ces punaises là se laisse tomber
par phénomène de thanatos donc en fait
la passe se saoulent brailleurs mais pas
dans le broyeur et après qu'est ce qui
se passe vous retirez la nourriture du
coup avant d'enlever dans les pommiers
ou dans les fruits et de fruits et là
avant avant elle est en masse et avons
cliqué les fruits etc
donc il faut surtout pas y toucher pour
limiter
on va dire les dégâts et après
effectivement moi je fais de
l'observation des oeufs et et là par
exemple sur une parcelle qui étaient
contaminés depuis des années j'ai vu que
les oeufs était parasitée à auriez eu
des aménagements pour pouvoir nourrir
les parasitoïdes donc il faut du pollen
du nectar au minimum du nectar pour les
parasites wind est là du coup du coup
j'ai vu les yeux parasiter à 75 %
d'hommes et là bas c'est bon l'année
d'après effectivement c'était beau mais
voilà je peux pas vous répondre comme ça
à dire bah voila j'ai une solution
immédiate mais et ses voiles à ce que je
peux répondre par rapport à ça pour
l'instant
après oui voilà il faut il faudrait du
nectar
là on était sûrs a feeling usmanee le
puceron et ben vous pouvait avoir des
plantes qui peuvent être intéressantes
pour héberger notamment le plus le le
parasitoïdes toute l'année donc qu'il
arrive le plus tôt et sur les mauvais il
ya un puceron qui est parasité par le
parent a feeling nice mali également
donc ça peut être intéressant
nous quand résumé quelles plantes blast
et des propositions c'est comme ça donc
ça dépend des producteurs nokia n'a qui
travaillent en damier c'est-à-dire qui
sème tout en tout 1 tout un bordereau
mais ils font toute la ligne et est en
fait ça se fait tout seul par le passage
des engins et ça fait les tournières
donc on peut avoir
ça peut être en bout de rang donc
féveroles trèfle incarnat ou gestes
commis mais ça peut être aussi dans les
interrompt sa voix mais ça dépend de ce
qu'il y a vous pouvez commencer juste
par des bordures au départ mais le mieux
c'est que ça soit perpendiculaire pour
que les auxiliaires puisse rentrer dans
les rangs
et après on interrompt bas c'est ce
qu'on a vu ce qu'on vous avez vu en
photo donc on part sur déjà des
légumineuses ça c'est sûr et puis
essayer de voir si on peut pas rajouter
quelques autres plantes dedans ah oui un
truc le mélilot jaune il est anti
campagnols il a un poison en fait qu'ils
utilisent et justement contre les
campagnols de manière chimiques mais
c'est le même qu'on va retrouver dans le
mélilot jaune
voilà donc ça ça résume donc je vous
montre quelques photos et c'est juste
pour vous dire la cité sézanne
un arboriculteur par exemple il a il a
bien réussi ses semis de féverole qui
étaient en fleurs fin mars début avril
et là je peux vous dire qu'il y avait
énormément énormément d'auxiliaires et
en quantité mais même des auxiliaires
qu'on voit pas forcément facilement en
verger comme des cantharide et donc le
kantari de sessa donc très voraces 1 ça
vous coupe la tête n'importe qu'elle
colle autres coléoptères enfin c'est
hyper barras pareil on dit qu'il n'y ait
beaucoup ont des chercheurs aux
quadistes on observe jamais deux momies
de pucerons cendrés bas chez lui qui
fait des aménagements ina de la luzerne
il a là des légumineuses lui on observe
des momies depuis seront cendré est
justement en cherchant bien et bats la
luzerne la féverole permet d'héberger le
parasitoïdes du puceron cendré qui va
passer l'hiver dans les momies dans la
luzerne dans la féverole donc en fait ça
a expliqué ces résultats est en fait il
n'a pas eu de problèmes depuis ce
concentré cette année alors que partout
ailleurs la 7e en anjou il ya eu que des
problèmes de pucerons cendrés et en fait
je travaille beaucoup avec des
arboriculteurs qui sont en anjou et tous
ceux qui ont travaillé sur les parcelles
parce qu'il ne sait pas sur l'ensemble
de l'exploitation assez sur des
parcelles ou même des fois ils ont plan
ils ont ils ont travaillé sur les
aménagements et après ils ont planté et
ben ils ont beaucoup beaucoup moins de
problèmes de pucerons cendrés même s'ils
en ont ils vont ils vont traiter
ils vont traiter avant floraison c'est
comme ça on traite avant floraison parce
que baal et les auxiliaires sont pas là
et tout mais le après floraison est
beaucoup mieux géré
soit parce que c'est une forte
impression depuis ce concentré donc on
va être réussir à gérer sans problème
avec un passage d'insecticides et si
c'est une année moins forte pression le
l'insecticide est complètement supprimée
après floraison et donc voilà et moi ce
que je peux vous dire par rapport aux
par exemple à cet arboriculteur lui il
m'a dit bon johanna bon voilà une
cinquantaine d'années je vois pas tes
occire
mais c'est un ressenti c'est à dire
qu'en fait ils voient qu'il ya de la vie
et que cette vie elle est différente de
ce qu'ils voyaient avant des ravageurs
que lula il connaissait les dégâts mais
qui voyait d'autres choses plein de
choses volley et du coup ça le
réconforter il avait un peu plus
confiance en la nature et donc du coup
ça l'a aidé à du coup bas laisser faire
on va dire les auxiliaires même s'il
arrivait pour aller voir
voilà nous voilà basse et quelques
aménagements qu'on peut peut voir ça
peut être une bombe le long d'une haie
c'est n'importe c
quand je travaille qui est des
arboriculteurs ou des agriculteurs on
travaille sur l'exploitation et on voit
où on peut mettre comment on peut faire
et c'est souvent les agriculteurs eux
mêmes qui disent voilà je vais mettre là
et tout ça à qui on va commencer
doucement
ou alors sur de nouvelles parcelles mais
on va pas tout changer d'un seul coup
parce que ça c'est un savoir faire que
de semer et que ben voilà il faut
attendre avant de semer qu'on soit sûr
qu'il la pluie par exemple le lendemain
ou quoi que ce soit parce que même en
anjou il ya des périodes de sécheresse
là par exemple à une belle bande fleuri
entre deux vergers ben là je vous
l'avouer celui-là lé c'est la dia de
l'aspersion dessus et puis après il ya
peu avoir des plantes vivaces qui sont
aussi planté là donc ce sont des vivaces
donc après ça se débrouille tout seul et
c'est des plantes vraiment adapté pour
les auxiliaires pour pouvoir les avoir
dans toute l'année et donc la sas et les
fleurs là on a un objet sert la phyto
sème donc phyto cm il pousse très très
haut
parce qu'il ya la chicorée entre août
donc ça peut paraître un peu moins joli
mais ça a quand même sa fonction en tout
cas ça tient beaucoup plus la sécheresse
parce qu'on l'a ne vraiment des plantes
adaptées par exemple la chicorée pillay
à elle la carotte l'aneth fenouil
cela tient beaucoup plus aux conditions
faiblement hydrique voilà et donc là
c'est encore donc je fais des essais
pleins d'essai avec les arboriculteurs
cee en plus qui le font on travaille
ensemble on synergies donc voilà je vous
remercie
[Applaudissements]
alors les insectes volants sa valise
absire tout ça je vous ai dit ça va
jusqu'à 100 m après ceux qui ont plus
besoin de corridors ce sont les carabes
les stats il un les chauves souris les
hérissons et les carabes ça peut aller
jusqu'à 200 m après en verger c'est un
peu différent donc on peut arriver à
faire des choses
par contre vous dit pas de semer la même
chose surtout les rangs mais de bien
varier plus vous allez variés plus vous
vous allez varié donc les habitats les
milieux ça va pas fleurir en même temps
et tout ça est donc ça va pouvoir à
ondres on va pouvoir avoir des fleurs
toute l'année aussi donc ça c'est pour
ça et puis de mettre toujours la même
chose mais finalement on fait de la
monoculture dans la monoculture
c'est un peu ce à quoi donc si on veut
comme ça à ce que les ravageurs ne put
pas
et qui est un ou deux trois ravageur qui
pullulent c'est parfait pour m parce que
par exemple vous avez à avignon un
moment ils ont dit ouais il faut mettre
des soucis les soucis c'est super bien
ou avec moi aussi il y avait une autre
fleur comme ça john aussi vous en mettez
c'est super bien il ya des cires fait
tout ça donc
le gens ils ont ils ont mis que ça et
qu'est ce qu'il y avait après des
problèmes de ligue 1 mais c'est logique
mais la ligue us c'est normal qu'il en
est mais ce qu'il faut c'est que ça soit
diluée et et après ce que vous aurez
d'autres auxilia etc
mais plus vous allez diluée vous allez
diversifié +12 allait diluer les
problèmes donc faut accepter qui en est
mais pas de trop voilà c'est ça
moi je suis plutôt alors ça peut choquer
même si les ennemis encontre je l' ai
dit en conférence pour avec be freiner
présentement je suis allé dans des
vergers by friendly basse était pauvre
en biodiversité pour moi parce que
justement pour pouvoir traiter sans
poser de problèmes à la bei amiel qui
est une espèce et ben du coup pas de
fleurs on peut pas arriver à faire des
choses qu'ils soient bien pour la
biodiversité fonctionnelles et/ou si on
n'est pas des fleurs donc on est obligé
de passer par là donc moi j'ai des
arbres oui ils sont passés par là mais
finalement moi j'ai fait des relevés
avant et après alors pas tout de suite
après mais j'ai une semaine après ba
s'est vite recoloniser on le voit pas en
fait je le vois strictement pas et donc
moi j'ai pu le voir aussi en vignes
après passage de trois insecticides là
je commençais peut-être à voir mais
avons trois insecticides je voyais pas
l'impact
j'ai fait des analystes at j'avais 60
parcelles et tout donc je croyais pas
donc il faut vraiment y aller un peu
plus fort quoi 3 ça commence et encore
peut-être qu'il faut voir le paysage ou
encore un peu parce que là du coup j'ai
plus mis les troncs de 60 par salle mais
il ya plusieurs facteurs qui rentrent en
jeu
1
donc oui si vous avez un insecticide à
passer pas tant pis vous le passé mais
ça va être vite revenir alors que si
vous voyez à l'otan que sarah fleurier
c'est tout ça ne mettra plus de temps
finalement ça fera peut-être plus de
dégâts sur la biodiversité qu'un
traitement insecticide qui même le
broyage rien que broyer
finalement vous en avez qui vont passer
voilà les maraîchages intégrer des
pucerons qui n'ont pas senti de moins
voir aucun dommage sur les arts dans des
plantes en interculture incertaine
darren more cité qui vont du coup
permettre d'attirer par nos désirs de
taxi ont besoin crucial de grosses
entités puis son cours
on aurait tous développé que ça existe
alors si c'est un peu pareil c'est le
même principe ça sert de plantes rôle et
c'est pour ça que là on va viser les
plantes on va dire basse et plante là
par exemple féveroles wizernes ça c'est
sûr ça va héberger le parasitoïdes du
puceron cendré en pommier donc la voilà
la move avec rhea finissent mali ce sont
des plantes rôle est alors on peut
utiliser un autre terme plantes de
services aussi mais ça va pas arriver
forcément en poupe puisque là on est sur
des ans mais riche âge on peut
on peut apporter dans les serres dans
les tunnels beaucoup plus facilement là
on est dans un système pérenne donc là
on part sur des aménagements mais qui
vont avoir ce rôle mais de façon
naturelle c'est à dire c'est les
auxiliaires qui vont venir naturellement
les occire sauvage et qui vont rester
voilà en laissant pousser une personne
qui dit tiens je vais bosser semaines
d'écoutés
est ce que dans nos carrières souvent
dans les rangs où on laisse un vin sur
trois spontanée mais par contre c'est
une gestion où on va essayer d'avoir des
fleurs alors ça va être juste pour
l'intervention du bien donc ça mais on
peut effectivement essayé d'avoir des
fleurs dans alors si c'est un petit bon
voilà on va laisser spontanée mais on va
faire juste une incroyable et puis voilà
sinon c'est plutôt plus facile c'est de
la faire de la fauche avec l'exportation
pourra couvrir le sol mais plutôt le
long d'une haie en bordure parce que
leur dire qu'on va pourrir le sol à
l'intérieur même de la parcelle c'est un
peu plus dur donc parce que plus si vous
vous appauvrissez le sol vous aurez plus
de fleurs et en fait les légumineuses
vont réapparaître
naturellement les lautier tout ça c'est
pour ça et après pouvait avoir des zones
où vous intervenez beaucoup c'est à dire
là bas je vais passer plusieurs fois je
vais tourner plusieurs fois parce que
balla vous avez des plantes qui vont
s'exprimer fleurir que si ces bas donc
trèfle blanc malhautier beaucoup de
légumineuses finalement basse en pente
donc
même là on pourrait dire aussi la
pâquerette la pâquerette à la saint paul
et voilà et donc puis 100 lits et voilà
donc c'est possible
en fait il faut varier faut varier donc
sa demande souvent ça demande des plans
d'aménagement des plans de gestion
alors c'est pour ça qu'on va travailler
sur sur des parcelles bien précise et
après les arboriculteurs ils voient des
côtés positifs et là du coup ils vont
commencer en mai tailleur et cetera mais
ça va se faire progressivement et c'est
plus facile sur des jeunes par celle là
on va planter que moi j'en ai même des
arboriculteurs
il s'explique pas non plus moi de mon qg
pas forcément toujours l'explication
parce que je suis pas spécialisé maladie
les par exemple j'ai un arboriculteur
qui a travaillé sur avant sur
l'aménagement avant plantation donc
l'ami même des à l'intérieur même de sa
parcelle donc il a des fleurs partout et
tout est bien ce sont des gars là il est
en conventionnel en fait il a pu il a
pas de traitement insecticide sur
pucerons cendrés après floraison est
pratiquement aucun passage eux mêmes
contre les maladies et il me le dis je
c'est incroyable et on ne peut pas
s'expliquer totalement et en plus les
arboriculteurs ils se parlent entre eux
voulant jouer et ça fait donc pour
l'explication au fait c'est sait on le
voit on observe mois sur les maladies je
ne pourrais pas après c'est vrai ça va à
l'encontre de des fois de ce qui peut
être dit sur les maladies par exemple et
où je connais pas oui il y avait
d'autres questions non belle
présentation
[Applaudissements]
donc on va accueillir l'entreprise bio
vitis qui va nous parler donc de sa
spécialité c'est tout ce qui va être
liée à la bio stimulation microbienne je
te laisse te présenter et puis voilà
nous faire découvrir ou redécouvrir cet
univers merci donc bonjour à tous donc
je m'appelle pierre joly je travaille
pour l'entreprise bio vitis mais c'est
pas le propos aujourd'hui c'est pas de
parler spécialement de l'entreprise est
de promouvoir l'entreprise je suis avant
tout scientifique microbiologiste je
m'intéresse à des problématiques
d'écologie microbienne des formations
qui sont sûrs de l'écotoxicologie de
l'agronomie et ok maintenant je les
exprime au sein de cette société bio
vitis et comment étiez micro-organismes
comment les comprendre et finalement
comment comme ont joué sur ces micro
organismes et comment les les faire en
sorte que les bonnes associations se
passe pour la vie du sol et des cultures
et donc c'est un petit peu de ça que
j'ai envie de vous présenter ce matin
plus côté le côté pratique de passer en
dernier c'est qu'il ya déjà des
présentations qui ont été faites des
choses qui ont déjà été dit donc je suis
d'accord avec tout ce qui a été dit ce
matin et ça va vraiment dans cette
transition l'a dans le sang soit bon le
sol c'est pas juste un support en effet
on sait ya de la vie sinon ressources à
préserver
enfin la réserve de matériau ils jouent
des rôles de régulation de régulation
entre les différents écosystèmes l'air
l'eau le sol
voilà on parlait de ressources en
parlait d'habitat ce matin donc tout ça
c'est clair mais ceci dit quelque chose
qui est très sensible soumis à plein de
menaces de pression d'érosion de
tassement de problèmes de perte de
matière organique
tous ces milieux qui sont artificialisés
et c'est donc face à ces de diapos on
l'a vu ce matin je fais le lien ce qui
est super c'est qu'ils aient eu la
présentation macro organisme qui vient
d'avoir lieu donc surtout l' avantage de
ces micro organismes dans le dans le
biocontrôle et comment favoriser
naturellement leur présence pour avoir
ces actions de contrôle nous on
s'intéresse énormément à cette micro
faune et ces micro-organismes qui bat
pour ce maillon la caisse que que
peut-on faire sur finalement c'est aussi
ça qui est difficile déjà en été sur les
insectes
il ya plein de choses qu'on voit pas les
micro-organismes c'est encore pire parce
qu'à part voilà à part avec un
microscope ou avec des bons tests on va
voir notre structure de sol et on peut
faire le lien avec les micro organismes
on les voit vraiment pas donc comment
comment travailler sur ces micro
organismes et comment les cibles donc
les micro organismes dans le sol on va
parler ce 6e ce qu'ils aiment bah c'est
la matière organique
c est au plus proche de la racine
sébastian parlé ce matin la racine
libère énormément d'exide à les exsudats
cetc de l'essence et de l'énergie
directement accessible pour ces
micro-organismes c'est pour ça qu'ils
adorent se positionner au niveau de la
rhizosphère au niveau du système
racinaire est donc bien il ya des
échanges qui se font ces
micro-organismes tire parti des
ressources que donne la plante et en
échange solubiliser minéralise certains
éléments qui redistribue à la plante
c'est du gagnant gagnant donc si on
parle de ces micro organismes
c'est une représentation qui assez
généraliste qui est ultra variable mais
ça donne une bonne idée section prend
une biomasse de sol un sol un bon soldes
qui fonctionne bien assez riche en
matière organique seul forestier ou
agricoles en bonne condition
on se rend compte qu'ils aient 90 partie
de la biomasse qui est drivée par des
champignons et des bactéries
on trouve également des animaux des
petites cellules eucaryotes
unicellulaires ti protozoaires et on
faut pas les oublier en surface de nos
sols quand
on a un peu de soleil on a aussi
d'autres d'autres organismes
photosynthétiques qui se développe qui
sont les algues et les micro algues et
dans ce qui est super c'est que quand on
veut travailler ni micro organismes et
qu'on a quand même un pool une réserve
d'organismes qui est super importante à
travailler donc voilà arbre de la vie on
est on est là et nous on travaille avec
les micro organismes n'ont qu'à les
bactéries qui sont des procaryotes donc
tout par exemple c'est peut-être j'ai
entendu ces normes ce dôme menace
bacillus donc ces bactéries sont partout
c'est à dire dans l'air qu'on respire
dans l'eau dans le sol sur nous à
l'intérieur de nous nos microbiote voilà
ils sont un maillon essentiel où vivent
donc dans le sol en l'occurrence ils
sont très présents et on a également
côté eucaryotes des champignons donc
champignons du sol type trichoderma
famille roquettes qui sont également
d'intérêt je sais pas si c'est mieux
ok donc bactéries là c'est juste
quelques illustrations pour dire de
convaincre donc voici moi quand je fais
un 6-1 à autobacs terminé lundi donc à
s'auto bactinyl en dise est une bactérie
qu'on retrouve dans le sol qui est un
fixateur libre de l'azoté atmosphérique
et qu'il qui le met sous forme organique
est disponible à la plante donc un autre
batteur un autre bac termine il en dit
gros six mille fois au microscope
donc c'est quelque chose qui est de
l'ordre du micromètre en taille donc ça
nous permet de le loire donc c'est une
petite bactérie c'est un petit bassil
donc bassil c'est un bad en bâtonnets on
le voit là mais qui a tendance à faire
aussi des formes un peu mystique donc
des formes de résistance ronde donc
connaître ces bactéries et les
identifier ça nous permet aussi de enfin
voilà d'en apprendre un peu plus sur
leur façon de vivre leur cycle de vie
et puis donc comprendre qu'est ce qui
est essentiel pour leur fonctionnement
donc une bactérie comment ça fonctionne
ça c'est vrai pour toutes les bactéries
les bactéries elles se divisent par
fission binaire c'est à dire que la
croissance bactérienne et côté
conditions favorables elle est possible
une bactérie
c'est par son matériel génétique en deux
et forme de bactérie puis 4 puis 8 16 32
c'est exponentiel juste ce qu'il faut
savoir c'est que ces bactéries elles
poussent pas tous de la même façon les
plus rapides si je prends un escherichia
coli dans des bonnes conditions toutes
les 20 minutes
il se divise on a certaines flore nitry
fientes du sol qui elle par contre
mettre 24 heures pour arriver à faire
ses divisions
donc voilà on n'est pas sur le même pied
d'égalité quand on dit quand je vais
étudier les microorganismes du sol ils
travaillent pas du tout de la même façon
ils suffisent pas à la même vitesse côté
champignons c'est un autre système donc
le champignon en fait donc c'est les
hauts cadres eux ils ont un cycle de vie
j'ai passé directement ça ou en fait les
spores de champignons germe création dif
et donc de mycélium ce missile aim
colonisent le milieu jusqu'à ce revenir
à la forme de deux reproductions les ide
en parle et sébastien ce matin qui sont
les formes de fructification dans lequel
on trouve des nouvelles sport qui vont
ensuite recoloniser le milieu donc si on
parle de communauté microbienne du sol
et donc de la rhizosphère qui ôte niveau
de la racine
on va trouver ces communautés
microbiennes qu'on peut juger dutil ou
de bonn qui bandent sont bonnes pour la
physiologie olmeta bliss de la plante sa
tolérance au stress abiotiques qui
libère aussi des éléments qui permettent
la croissance et le développement
l'acquisition nutriments dont a parlé il
ya des interactions qui font que
certains organismes sont aussi des
barrières et des protecteurs contre
certains pathogènes ou qui peuvent
carrément je reviendrai un petit peu là
dessus après déclencher des réponses
immunitaires chez la plante qui fait
qu'elle est plus potentialiser protéger
en cas d'agression on a aussi ceux qui
sont plutôt mauvais c'est une vue c'est
vraiment très entrepôts centres et de
dire ça change encore de micro par an
donc on a ce voilà si on science pas un
côté culture est problématique avec des
micro organismes ont à ceux qui créent
des problématiques de maladies et on a
également ceux qui font pas forcément de
problème en cours de culture mais qui
par contre peuvent être des fleurs
d'altération c'est à dire une fois la
récolte fait elles sont sur les récoltes
et le peuvent pas
altérer la récolte est et l'a contaminée
et puis pourquoi pas la faire en sorte
que sa conservation soit soit moins
bonne donc ça c'est tout ce qu'on prend
en compte quand on parle de cette
rhizosphère de ce microbiome autour de
la plante donc les micro organismes
c'est un maillot c'est une partie
importante de cette chaîne par contre
c'est pas une solution qui va résoudre
tous les problèmes de l'agriculture on
en est conscient et ça reprend toute la
discussion autour de l'agroécologie de
deux de nos pratiques
c'est que ce maillon là en fait
aujourd'hui quand on veut mener à bien
des cultures on combine des tactiques au
combiné tactique on fait des choix de
génétique on fait des choix dans nos
process mécanique dans nos pratiques
culturales
est-ce qu'on va utiliser des barrières
découvert etc des pratiques physiques
mais également on a de la protection
chimique qui s'accordent avec pourquoi
pas de la protection biologique donc
aujourd'hui si je suis là c'est un peu
pour parler des activités agronomie côté
micro organismes donc nous notre but
c'est pourquoi pas faire le lien
quand on n'a pas forcément les
ressources qui sont tout de suite
disponible en termes de communautés
microbiennes
comment on peut faire le lien et trouver
des micro organismes qui peuvent être
intéressants pour protéger ou stimuler
les cultures donc là j'ai un petit peu
de différences entre contraction et
stimulation
je vais faire un petit peu d'histoire
mais l'histoire j'espère pas trop en
mettant sur de quoi on parle en fait
quand on parle de protection des
cultures
donc ça c'est une infographie qui date
un peu mais que je trouvais est toujours
très parlante parce que ça n'a pas bougé
depuis ces dernières années c'est que
globalement la production la protection
des cultures
si on regarde les demandes globales un
pesticide dans le monde
c'est des choses qui sont croissantes et
qui sont toujours croissante ces
démarches et 2 milliards d'euros qui
sont croissants donc il ya des usages
agricoles est également des usages non
agricoles avec des molécules vous
connaissez des herbicides insecticides
fongicides acaricides nématicides
cormicy dont on trouve et où tout plein
de famille qu'elle est pourquoi en fait
quel est l'avantagé et la sorte pourquoi
ces molécules sont arrivés cet exemple
là c'est un des meilleurs que j'ai
trouvé c'est une ferme au royaume uni où
ils ont suivi les rendements de blé en
tonnes par hectare
depuis 1860 et pendant ils ont fait du
blé sur blé pendant un siècle on voit
que on tourne à entre deux et trois
tonnes par hectare puis sont arrivés
dans les années 1960 les premières
molécules de synthèse donc les
herbicides suivi par les fongicides la
génétique les cultivars moderne
la différence entre bleus et rouges la
rouge c'est du blé sur blé
là c'est de la rotation est en fait on a
vu que ces molécules
elles ont permis on est toujours sur la
même surface de quadrupler quintuplé
les quantités produites sur une même
surface donc être s'intègre vraiment
dans cette tactique a combiné pourra
assurer des rendements
donc il ya un réel avantage à
l'utilisation des pesticides clairement
dans cette suite à cette suite à cette
infographie
bien sûr il ya aussi des côtés moins
cool à l'utilisation de ces molécules je
vais pas vous le voulez refaire les
problèmes potentiellement
d'empoisonnement de transfert dans les
écosystèmes la l'étude aux états unis et
izay que lors du vol nuptial des reines
qui sortent pour la première fois pour
ce faire se féconder avant de revenir à
la colonie il estime que 85% de ses
rennes qui fonce un vol unique en fait
se trouve exposé à un insecticide duran
duran ce vol donc voilà ça peut poser
des problématiques avec effet ou pas des
produits ça dépend ce qu'elles vont
rencontrer des doses auxquelles vont
être exposés en plus il ya des
évolutions de résistance besoin de
réduire notre dépendance aux pesticides
conventionnels on entend parler botrytis
cinerea par exemple sur la dernière dix
dernières années on estime qu'elle a
acquis des résistances à plus de 20
francs j side qui ont été produits donc
quand on voit ça et ce discours là moi
je les ai souvent avec les gens qui ont
fait n'importe quoi la sortie du
glyphosate
il faut arrêter toutes ces molécules la
france ne fait rien l'europe ne fait
rien le monde ne fait rien en fait si je
prends l'europe faut savoir qu'il ya
quand même un processus européen qui
s'est mis en place sur la révision des
pesticides et alors peut-être cette
image là vous l'avez mais ce camp ce
processus s'est mis en place
la première des actifs qui est sorti en
1993
son but c'est à dire qu'on va prendre
toutes les molécules qui existent on va
toutes les réviser en termes de des
toxicités déco toxicité et on va voir ce
qu'on fait
donc ils ont pris plus de 1000
substances actives qui était dispo sur
le marché à l'époque et suite à leur
évaluation qui a duré à peu près 20 ans
en fait ils ont banni 74% des substances
actives qui étaient disponibles sur le
marché
ça a évolué ça c'est à dire que
maintenant on est sur le directive en 07
2009
donc les évolutions c'est quoi c'est
qu'on prend en compte d'autres facteurs
maintenant on entend beaucoup parler
les perturbateurs endocriniens par
exemple donc tout ça pour dire en fait
il ya des choses qui se font mais ça
pose d'autres questions du coup c'est
que ben on a de moins en moins de
molécules actives qui sont disponibles
sur le marché et on n'a pas forcément de
choses qui sont mises en face ou de
réponse sur ben qu'est-ce qui va y avoir
comme nouvelle solution
qu'est ce que je vais pouvoir utiliser
et même est ce qu'il ya des choses qui
sont en train d'être développé sur ma
problématique il ya plein de cultures
qui sont orphelines complètement de
solutions pour lutter contre certaines
problématiques donc quels produits
utiliser qu'elle est qu'elles vont être
interdits dans le futur quelles sont les
alternatives y at il des choses en
développement pour mais problématique
est donc ce dont je vais parler
aujourd'hui les communautés microbiennes
et les produits micro bien c'est
potentiellement des alternatives c'est
quand je parle d' alternative c'est pas
des remplacements poste-à-poste ça peut
être des choses qui vont pouvoir
permettre de diminuer ou de limiter
l'utilisation de certaines de ses
molécules
voilà donc biocontrôle le biocontrôle
c'est l'alternative direct aux
pesticides chimiques par contre j'aime
bien faire la différence
pesticides peste ravageur sida tue et un
pesticides tuent un ravageur éliminer le
but c'est vraiment ça la molécule
chimique c'est d'atteindre le niveau
zéro biocontrôle le but c'est de
contrôler la menace biologique pour la
mettre un seuil suffisamment bas pour
qu'elle ne puisse pas s'exprimer ou en
tout cas ne puisse pas exprimer la
maladie de façon suffisante pour causer
une problématique on n'est plus dans de
la régulation de population donc le
biocontrôle c'est tout ce qui est
interaction bénéfique pour la protection
des cultures moi je parle de
micro-organismes super talent on a parlé
de micro-organismes et aussi des
substances naturelles il ya des
phéromones des cayes romane aujourd'hui
je vais juste parler de micro-organismes
et voilà il ya plein de choses qui se
font en mieux contrôler donc quand on
parle de biocontrôle qu'est-ce qu'on
peut chercher à viser avec des micro
organismes
donc on parle souvent de relations
d'antagonisme c'est à dire des
organise par exemple qui font du mic au
parasitisme si je prends si j'imagine
oncle jaune c'est le pathogène qui me
plaît pas et que le bleu c'est un
microarn ce bio contrôle ben on a des
micro-partis c'est à dire ils vont
parasiter sous en échange les
champignons ont parasité le champignon
pathogène bas pour diminuer cette
population et du coup faire en sorte que
la plante soit dansait dans son
environnement -2 problématique de ce
type de pathogènes peuvent également de
faire de l'anti bio c'est à dire que ces
micro organismes dans leur métabolisme
dans leur vie mais les remarques des
molécules et y ait certaines molécules
qui sont des molécules avec activité
biologique par exemple antifongique donc
relax les molécules dans l'environnement
l'environnement est moins propice pour
le développement des pathogènes et aussi
des fois c'est tout simple c'est de la
compétition pure et dure pour des
habitats pour des nutriments pour des
minéraux c'est à dire je mets en place
des micro organismes
imaginons ce pathogène la fusariose du
blé aime beaucoup le faire si je mets un
micro organismes et plus compétitif pour
l'accessibilité offert et ben du coup il
est moins disponible pour le pathogène
qui a pas du coup plus de mal à
s'installer ça ça peut être une réaction
une action de biocontrôle et enfin
dernière dernière relation qui est pas
forcément une relation d'antagonistes
direct c'est mettre en place dès les
organismes que la plante va détecter
il ya aucun effet néfaste sur la plante
c'est jusqu'en la dtcc temps ça va
activer des voix de protection et
d'humilité de la plante qui va se mettre
alors à synthétiser des molécules des
molécules de défense on dit que la
plante elle se potentialisent le jour où
les conditions c'est un peu plus
propices à l'apparition du pathogène la
plante étant mieux préparée elle devient
de fait plus résistantes à l'incident ce
matin j'ai alors eu aussi le côté bio
stimulation bio stimulation c'est
comment on peut se servir des
micro-organismes main pour faire en
sorte que la plante soit plus
résistantes à des stress cette fois-ci
abiotique donc
imaginons par exemple on a un cortège de
micro-organismes simplement choisir des
micro organismes qui ont des capacités
bilité de solubilisation de certains
éléments qui sont bloqués dans le sol
ben tout simplement on rend ça
accessible à la plante c'est une façon
de stimuler ou d'améliorer son
développement on a aussi le côté
tolérance au stress abiotiques un
exemple que j'aime bien donner c'est un
trichoderma trichoderma sans champignons
du sol qui se développe dans vraiment
pas mal de contextes différents
et lui c'est très mécanique c'est une
sport qui germe qui fait donc des petits
ziff du mycélium et qu'est ce qui fait
quand il fait sa ba il se ballade i
chemine il crée des la porosité crée du
chemin
le jour où la plante bas se met à
pousser dans un sol préparer de cette
façon là bas c'est beaucoup plus simple
pour elle d'aller explorer au niveau
racinaire est donc souvent ce type de
produit permet une meilleure exploration
ainsi naître en cas de stress un peu
trop fort des grosses sécheresses ou des
stress hydriques et ben on a des plantes
qui sont de fait plus résistantes et
enfin au final la bio stimulation alors
là je fais le côté très réglementaire
qu'est ce qui intéresse à la fin ben
c'est j'ai mis mon produit bio stimulant
gelé pas me bats je fais ma récolte j'ai
mon rendement
j'ai ma qualité j'ai mon calibre
imaginons une culture enfin voilà on des
fois c'est juste le calibre à valoriser
et ben ça ça me permet de voir est ce
que j'ai un produit qui est efficace et
des fois d'un on n'a pas forcément les
explications biologiques derrière pour
dire ah oui ça a joué sur telle voie du
machin qui a fait qu en sorte à la fin
de ton produit les meilleurs mais en
tout cas il ya eu une vraie un vrai
effet positif du micro organismes et
donc du coup ça ça nous sert à sortir
des produits qu de stimulants voilà ça
c'est pour les grands axes
g il ya un atelier cet après midi avec
ie8 issou mois techniquement je peux
vous montrer un peu ce qu'on fait en
laboratoire et des micro-organismes
qu'est ce qu'on observe comme
interactions qui nous permet de dire si
on est sur des micro organismes qui ont
l'air intéressant ou d'autres un peu
moins
et comme on fait ce travail de
sélectionner des micro organismes
d'intérêt donc les micro organismes en
fait agi sans interaction bactéries et
champignons on parlait tout à l'heure
ful bactéries ou faire un ratio 50/50
bactéries champignons voyez c'est super
important parce que ils n'agissent pas
au même moment du cycle sur les
dégradations au niveau du carbone la
libération d'azoté et en plus ils
fonctionnent ensemble c'est à dire que
par exemple là où il imagine une spores
de champignons qui a germé
fait son réseau mycéliens et bien sûr ce
réseau mycéliens il ya également des
productions d'exsudats sur lesquels
viennent se mettre les bactéries donc
elles fonctionnent ensemble
un peu comme ce qui se passe au niveau
de la racine de la plante donc c'est
vraiment des interactions qui sont très
très proches
en plus d'un forcément un sol quel que
soit le sol ça se voit quand on fait un
test bêche ça se voit en fonction du
travail du sol on voit que le sol à une
activité biologique différentes même à
l'oeil au niveau de la porosité et en
fait cette porosité tout ça ces lieux
communauté microbienne qui sont dedans
et rien que ça en fait les communautés
microbiennes et ben elles vont avoir une
incidence directe sur l'état sanitaire
d'une culture cet exemple là c'était
deux microbiote un qui est jugé plutôt
sain et un plutôt mauvais et dans les
mêmes conditions de culture sur des
plantations de tomates
ils ont montré que la composition
initiale du microbiote était directement
lié à l'état sanitaire de la plante dans
la culture qui suivait donc en
conclusion donc ok le sol n'est pas un
support lieu de vie tout ça je
reviendrai pas dessus
ces communautés microbiennes moi je
parle beaucoup des interactions
bénéfique qu'elle peut avoir pour la
plante mais elles ont aussi des effets
sur de la détoxification enfin voilà les
effets aussi structures directement
donc on prend plus en compte un système
juste seule plante et seul organisme et
notamment micro-organismes au niveau de
la rhizosphère j'ai quelques petits
exemples sur un itinéraire technique on
peut faire quand on a un super système
de culture qu'on met de la vie dans le
sol qu'on met un max de matières
organiques con qu'on a une super pause
j'ai envie de vous dire le travail est
déjà fait enfin c'est pas en rajoutant
des micro organismes
moi je suis pas là pour vous dire
forcément je ma boîte vend des
micro-organismes je vais pas vous dire
de mettre des micro organismes dans ces
contextes là par contre il ya des fois
il ya des contextes qui sont un peu plus
délicat où on a fait du travail de sol
on a mis le sol dans une situation il
faut que tout ça se restructurer se
remettre en place
et bien sûr certains éléments clés pour
faire un petit peu le lien ou le
complément là ça peut être intéressant
de façon ponctuelle de venir ajouter des
micro organismes qui vont permettre de
pouvoir dans un petit peu rattrapé les
problématiques qui peuvent nous attendre
et qui pourraient être prises en charge
par des communautés microbiennes par
exemple
enfin culture résidus de culture
beaucoup de paille ce genre de choses en
fonction du traitement du sol on a des
cocktails d'organismes à base de
champignons des champignons qui viennent
des grades et des pailles des résidus
complexe ça peut être intéressant de les
mettre à ce moment là pour faire une
meilleure distribution cette matière
organique ou une meilleure fragmentation
donc l'utilisation des nutriments
tolérance des plantes au stress
abiotiques j'en ai parlé tout à l'heure
on a aussi des micro organismes qui sont
connus pour transplanter transitoirement
des éléments qui peuvent être gênants
imaginons du cuivre par exemple dans un
sol viticole ce le cuivre qui est
disponible dans la solution du sol ça
atteint des fois des ppm
on sait très très important les
quantités et ben on a certains
microorganismes ils vont pas enlever le
cuivre mais par contre par leur cycle de
vie et parce qu'ils absorbent ils vont
transitoirement en fait intégré le
cuivre dans le dans leur cycle de vie
ce qui peut permettre de faire en sorte
que ça fait des conditions qui sont
quand même plus propice pour par exemple
réimplanter les vignes voilà ce genre de
choses peuvent être réfléchie ok tout ce
qui est fait rendement qualité de
récolte et puis on peut finalement aidé
are calling guerre et qu'il est
rééquilibré la vie microbienne du sol
c'est directement lié à ça on travaille
mieux notre matière organique no
micro-organismes s'installe
transitoirement ils sont comme tout le
monde ils sont vivants c'est à dire ben
ils sont dépendants du soleil de la
pluie des de la température ils vont
vivre des saisons ils vont vivre avec le
sol c'est pas les micros risque que nous
nous allons mettre qui vont être ce
qu'on retrouvera dans trois ans et 40 ou
recoloniser le sol non ils vont
permettre de remettre
globalement cette réinstallation de la
communauté microbienne général donc tout
ça je passe donc les quand une vie
microbienne et perturber pas que voilà
ça fait des problématiques on a déjà
parlé tout à l'heure tout ce qu'on peut
trouver sur sur ces problématiques de
sol j'ai un exemple chiffré donc là qui
nous vient de l'inra de dijon où ils ont
fait des évaluations
si on baisse une diversité microbienne
sur un sol qu'est-ce-qui qu'est ce que
ça peut induire en fait ils se sont
rendu compte en terme de fertilité
biologique et ben en termes de
minéralisation de matières organiques en
termes de productivité végétale une
baisse de 30%
ça pouvait aller jusqu'à des baisse de
40% de cette minéralisation ou de 50% de
cette productivité végétale
il ya également par exemple sur la
structure du sol anne sol qui est riche
de vie microbienne
c'est un sol où il ya un réseau il ya
une construction enfin c'est quelque
chose qui est solide un sol qui a été
mécaniquement travail est
artificiellement on a refait une pause
it et c'est un sol qui va être beaucoup
moins structuré qui peut pas avoir des
problèmes de fer titres physiques des
problèmes d'érosion et forcément une
grande diversité
beaucoup de monde est là et tout le
monde se gère en fonction des évolutions
de la saison du sol mais si cette
diversité est moins importante
on laisse des niches écologiques qui
sont un petit peu plus 20 quand ça
permet l'installation certaines autres
micro-organismes et puis qui parfois
peuvent être plus difficiles à déloger
voilà des histoires de produits micro
bien de chez nous et des observations
par exemple ici c'est un cocktail
celui ci qui est présenté on fait des
choses à base de mélange de champignons
de mélange de bactéries de bactéries et
de champignons
voilà l sur différentes problématiques
donc ici l'exemple pop deux champignons
qu'on utilise beaucoup sur les résidus
de cultures et sur l'implantation des
cultures donc là c'était des essais
prairies ou
on regardait le rendement après les
coupes en tonnes de matière sèche par
hectare donc témoin ou avec le complexe
fongiques est en fait les coupes
au total on s'est rendu compte que
c'étaient des rendements qui était plus
important mais également des
installations et de mode et homogénéité
qui était différente sur les sur les
cultures des slips en cotant je le passe
à chaque fois c'est ce qui pend coton
qui a enterré avec des produits
microbien qui notamment fongiques pour
voir la dégradation on ressort les slips
en coton au bout d'un certain temps et
on regarde les faits du produit ben là
où on a mis nos champignons dans ce sol
de la façon de petits avait été
travaillé on a vu que il ya une vie
biologique est plus importante et une
dégradation
voilà c'est des choses qui des fois ça
sert beaucoup à mes commerciaux enfin
mes commerciaux à l'équipe commerciale
de buis this parce que c'est très visuel
et ça parle beaucoup moi
scientifiquement une photo cocktail de
bactéries et de champignons
je vous en parlais tout à l'heure je
n'ai pas chiefs et palais ce n'est pas
l'idée mais sur betteraves par exemple
un meilleur travail du sol quelque chose
qui peut être intéressante on regarde
ces les fourches
est-ce que c'est plus ou moins fourchue
on voit que les betteraves sont moins
fourchue avec un seul mieux travaillée
par des communautés microbiennes pommes
de terre rendement identique dans cet
exemple
donc on se dit bah il n'y a pas d'effet
du bio stimulant rendement identique en
tonnes par hectare
tout pareil seulement au niveau du
traité les calibres valorisables était
beaucoup plus homogène donc en fait même
si le rendement est identique en terme
de biomasse produite
on a une meilleure valorisation de ce
qui va être commercialisé voilà un effet
their plus longtemps ben meilleur
photosynthèse meilleure fixation du
carbone à ce genre de choses qu'on peut
qu'on peut évaluer ça c'est un exemple
soja que j'ai récolté en septembre où on
a mis un mélange champignons bactéries
par rapport à du témoin et là c'était
sur la taille des plans donc on a fait
3-3 récolte de chaque côté on a regardé
statistiquement on a des plans qui sont
plus haut en soja
donc c'est bien à chaque fois j'ai fait
dix mesures dans chaque microparcelles
donc j'avais trente mesures d'un côté 30
mesures de l'autre pour faire des stats
c'est super par contre après j'avais que
trois mesures de rendement d'un côté de
pour une estimation est trois mesures de
rendement de l'autre donc
statistiquement j'ai pas de différence
par contre j'ai un meilleur rendement
enfin une meilleure tendance de
rendement là où mes soja étaient plus
grands l'agriculteur il va repartir
l'année prochaine avec le produit lui
depuis son tracteur il voyait la
différence il ya d un voisin qui lui a
demandé s'il avait planté deux variétés
différentes
oui comment ouais en une année sur la
même année parce qu'on l'a mis au moment
de l'implantation lamy au semis au
moment de l'implantation racinaire du
fin du soja et nous ce qu'on a voulu
beaucoup de gens nous ont dit il faut
mettre du réseau bien parce que le soja
légumineuses qui va ce qui est tout à
fait vrai la lumineuse va faire le
nodule avec lorie sodium et nous notre
stratégie c'est de dire on peut faire ça
on travaille même potentiellement de
futurs produits joe diop mais si on veut
que le rhizobium s'installe
il faut que la racine soit bien
installée pour avoir une belle racines
qui puisse accueillir les nodules et en
fait on a trop on a travaillé sur
l'installation racinaire du soja qui lui
même est ensuite allé naturellement
recruter les rhizobium présents dans le
sol dans les sas et oui la même année
c'est un essai de cette année et vu que
je suis transparent
ça c'est un exemple sur un de nos
produits sur blé tous les essais blé
qu'on a eues entre 2014 et 2019
ça c'est l'investissement du coup de
notre produit et ça c'est le garant
quintaux par hectare est en fait comme
vous voyez on a des situations où les
d'utilisation de nos produits les
retours 15 venu donc dans 70% des cas on
a un avantage à l'utilisation de la
boulangerie combien nous on a aussi des
cas où bizarrement on a un désavantage
où on nettoie des choses négatives donc
là bas le travail du scientifique qui
est du terrain est elle un peu la
nouvelle voie de bio vitis pour cette
année c'est que on axe énormément notre
équipe sur les mises en place de réseaux
et de suivi des terrains pour comprendre
quelles sont les conditions où
l'utilisation de nos produits
on ne s'attend pas à voir des trucs
négatifs avoir des trucs nul ça peut
exister parce qu'il n'ya pas plus
avantage mais en tout cas essayer de
comprendre
sont les situations ou bad man pour
aller rencontrer on the one hand en
tondant ton système ou d'anthologie ça
ne sert à rien de mettre ce type de
micro organismes on va plutôt aller sur
d'autres d'autres cocktails ou aller
chercher à aller agir sur d'autres voies
ou d'autres cycles pareil sur colza 114
comparaison entre 2013 et 2019 toujours
sur un mélange champignons bactéries
donc il ya réponse positive dans 75 %
des cas et on a aussi des effets ou même
très dépressif sur celui là donc après
ce que ça dépend de la méthode dans
cette es relever comment cet effet voilà
il ya plein de choses qui est que je ne
maîtrise pas mais en tout cas le but est
d'aller précisé pour bah vraiment aller
sur une optimisation complète de
l'utilisation de ce type de solution
dans un itinéraire technique donc ca
derrière slide merci pour l'attention
donc voilà il ya plusieurs impacts de la
vie microbienne
il ya un réel besoin de développer des
indicateurs d'évaluation de cette
activité microbienne et qui bat pour
faire le lien avec tout ça on est les
diapos c'est très bien mais j'ai
vraiment des exemples physique à vous
montrer cet après midi pour en discuter
si ça vous intéresse merci
en fait les micro-organismes les
activités de bio stimulation qu'on peut
vider donc il ya beaucoup de choses de
minéralisation de solubilisation
d'éléments dans le sol mais en fait les
microorganismes sont également des
producteurs de fitte hormones doc signe
de cytokines de gibert elin qui peuvent
agir à différentes étapes du cycle et
qui peuvent par exemple expliquer ces
meilleurs rendements pareil à il y en a
certains le pseudomonas est capable en
l'occurrence de de limiter la production
d'éthylène chez la plante à certains
éléments clés où ça peut permettre de
faire durer un tout petit peu plus afin
de retarder un peu sa sénescence et donc
le vieillissement de la plante qui peut
permettre une accumulation un peu plus
importante d'éléments voilà c'est ce
genre de choses qu'on peut travailler
on essaie de le faire au maximum dans
l'explication c'est un peu ce que
j'expliquais la nouvelle voie cette
année c'est à dire bio vitis ça fait
depuis 2014 qu'on est le premier produit
bio stimulants comme aux log et donc ça
fait six ans on a accumulé énormément de
données terrain mais qui sont des
données brutes rapporté très souvent par
les équipes de tessé sur des rendements
plus - pas forcément de répliques ou ce
genre de choses
donc là le côté scientifique fait que
maintenant j'ai pris une nouvelle
casquette en fait dans l'entreprise je
fais le côté scientifique laboratoire et
en plus je fais les protocoles subi
terrain et donc l'association avec des
éléments justement prélèvements de sol
avant après analyse des données un pour
essayer de vraiment faire des
corrélations ça il n'y a pas forcément
de recul mais par exemple je le sais pas
mention des a's autobacs terre ce genre
de choses on arrive à évaluer la
fixation de la zone supplémentaire ce
qui permet de dire de réduire sur des
apports de npk quand tu fais ton
traitement de montrer que mais il ya
moyen d'aller sur des choses moins
importante et d'utiliser ce produit qui
lui va venir faire un complément
voilà c'est ce genre de choses où on
travaille
eh bien merci à tous les intervenants de
la matinée
j'espère que ça vous pose des questions
ça vous donne des idées en tout cas
n'hésitez pas à venir nous voir
à la suite dans la journée cet après
midi pour discuter si vous avez des
besoins
c'est la fin de la matinée je vais
passer la parole à jennifer qui va vous
expliquer un peu le processus dans l'est
pour l'europe a alors pour le repas en
fait on a un food trucks qui a installé
juste dehors on va si vous avez déjà
acheté votre repas ce matin vous avez
normalement un petit ticket vous avez
juste à aller dehors pour prendre votre
assiette
nous pendant ce temps là on va installer
des tables ici vous pourrez venir manger
à l'intérieur
à 13h45 on va vous demander de partir
pour pouvoir être à l'heure au maximum à
14h sur la parcelle et commencer à 14h15
les ateliers
et voilà je crois que c'est tout bon
appétit et pour ceux qui n'ont pas
encore pris leur repas vous pouvez
encore allé voir lauriane sinon il n'y a
pas d'obligation vous n'êtes pas obligés
de rester

Partager sur :