Cuivre

De Triple Performance
Aller à :navigation, rechercher
Cuivre
Intrant

Le cuivre est l'élément chimique de numéro atomique 29, de symbole Cu. Le corps simple cuivre est un métal.


Résumé agronomique

Le cuivre joue un rôle important dans la plante au niveau de la respiration cellulaire, de la photosynthèse et de l'absorption de l'azote.

Cultures très sensibles à une carence : Blé, orge, avoine.

Cultures sensibles à une carence : Maïs, sorgho, pois, luzerne.


Identifier les carences en grandes cultures : céréales à paille

Symptômes

Les symptômes apparaissent par foyers, à partir de la fin de la montaison. Ainsi, les parcelles ne sont jamais totalement atteintes. En cas de carence en cuivre, une stérilité des épis peut vite apparaitre. A la montaison, les symptômes sont :

  • étranglement et enroulement de l'extrémité de la dernière feuille
  • décoloration blanche et dessèchement de l'extrémité des feuilles : symptôme des bouts blancs

A l'épiaison, on pourra observer :

  • des épis déformés
  • des épillets stériles
  • une difficulté des épis à sortir
  • les plantes restent vertes
  • épis sans grain recouverts de 0, des champignons noirs
  • les plantes devenues stériles redémarrent parfois du pied en émettant 2 à 3 talles


Confirmation du diagnostic

L'analyse de la terre est l'analyse la plus pertinente à réaliser pour confirmer la carence. Le diagnostic se fait à partir du rapport Cu (mg/kg) / MO (%). Seuils de carence :

  • Sols argilo-calcaires : rapport < 0,4
  • Sols limoneux caillouteux : rapport < 0,5
  • Sols limoneux : rapport < 1


Situations à risque

  • Sols à taux de MO élevé
  • Sols à pH élevé (>7) : chaulage récent ou sols calcaires
  • Sols très sableux
  • Forts apports en azote et en phosphore


Solutions préventives contre la carence en cuivre

Cette carence est devenue exceptionnelle en France. Les sols à fort taux de matière organique et riches en calcaire induisent les risques les plus élevés. En effet la matière organique du sol complexe fortement le cuivre, et le pH élevé (terres calcaires, sur-chaulage) favorise la formation de composés cupriques insolubles.

Dans ce cas de carence, seule une action préventive est possible, car lorsque les symptômes spécifiques sont visibles la correction n’est plus efficace.

Seul un apport préventif au sol est possible. Appliquer ainsi 5kg/ha de cuivre métal en surface car le cuivre est très peu mobile dans le sol. Cet apport corrige la carence en cuivre pendant 5 à 10 ans.

Pour aller plus loin sur les carences en cuivre sur blé


Excès de cuivre

Dans les sols au passé viticole ancien, même calcaires, le cuivre apporté par les fongicides vigne peut provoquer une toxicité parfois très marquée. Le blé dur y est très sensible.


Symptômes

Les symptômes apparaissent généralement à 4 feuilles, puis sont très nets pendant le tallage. Il s'estompent à mi-montaison. De même, ils s'estompent avec la sécheresse mais s'accentuent avec une période pluvieuse.

  • Sur la parcelle, deux types de répartition sont possibles :
    • Zones diffuses, de grandes taille, qui font parfois apparaitre les anciennes rangées de vigne.
    • Zones délimitées aux endroits où se faisait la préparation de bouillie bordelaise.
  • Au niveau de la plante, on observe un jaunissement des feuilles jeunes, le tallage est affecté, la croissance est réduite (pouvant aller jusqu'au nanisme) et dans les cas extrêmes, la plante peut mourir.
  • Au niveau des feuilles, se forment des bandes jaunes alternant avec les nervures vertes. Cela virera ensuite au jaune citron uniforme, voire jaune très pâle, presque blanc.
  • Les racines seront normales sauf dans les zones les plus touchées où elles seront épaissies et moins ramifiées.


Incidence sur le rendement

Elle peut être supérieure à 50% dans les zones très chargées mais de faibles surface, alors qu'elle atteint 10 à 30% dans les zones diffuses. L'incidence sera plus forte en cas d'hiver pluvieux.


Solutions contre les excès en cuivre

En pratique, aucune solution n'est réellement efficace.

  • En sol acide, le chaulage devrait réduire la disponibilité du cuivre ; mais le blé dur est affecté à des pH supérieurs à 8.
  • Des apports importants de matière organique devraient aussi réduire cette disponibilité.
  • La dilution par le labour, de fait déjà souvent réalisée, peut être plus dangereuse qu’utile en augmentant le volume de sol contaminé…
  • Des apports de fer, en pulvérisation foliaire, ont montré une efficacité mais de courte durée.

La startup Biomede développe des plantes capables d'extraire des sols les métaux lourds dont le cuivre.


Annexes


Sources

Partager sur :