Triple Performance

Campagnol

De Wiki Triple Performance
Campagnol


Depuis le début des années 70s, des pullulations de campagnols terrestres causent des dégâts considérables dans les régions d'élevage, tout particulièrement en Auvergne et en Franche-Comté. De 1992 à 2007, plusieurs plans d'actions, soutenus financièrement par différents partenaires (Europe, Ministère de l'Agriculture et de la Pêche, Commissariat de Massif du Jura, Conseils Régionaux et Généraux...), ont été engagés dans le cadre d'une recherche-action prônant l'étude globale des processus et la recherche de solutions durables. L'identification des facteurs responsables des pullulations a précédé puis accompagné la mise en place de moyens de lutte raisonnée. Le mécanisme de pullulation étant par nature plurifactoriel, sa connaissance a nécessité de combiner des disciplines relevant de l'agronomie, de l'écologie, des sciences de gestion voire de la sociologie et de l'anthropologie dans une approche globale.

Description

Microtus arvalis ou campagnol des champs a une activité principalement de surface. Il mesure de 9 à 12 cm, pèse de 30 à 40 grammes. Il a de grandes oreilles poilues, de grands yeux, un corps rond et une queue courte de 30 à 45mm.


On le trouve principalement dans les bandes enherbées et les parcelles cultivées car il se nourrit de feuilles, tiges, graines et racines. Quand les populations abondent, il vient envahir jusqu’au milieu des parcelles mais en partant toujours de sa zone refuge. Il creuse un nid avec des galeries ouvertes devant lesquelles la terre granuleuse est entassée devant chaque ouverture. Il se déplace sur des chemins en surface, faisant des cercles dans les cultures. On le retrouve dans toutes les régions françaises avec des secteurs plus ou moins infectés. Il est capable d'ingérer quotidiennement deux fois son poids en matière verte et il a été établi un seuil de nuisibilité : 200 individus/ha. On entend souvent le terme de mulot dans le parlé agricole mais ce sont souvent les campagnols qui sont désignés par ce terme car les mulots vivent plutôt en forêt et leurs impacts sur les cultures sont faibles.

Voir :

et l'OAD du Fredon : OAD - Reconnaître les campagnols

Vitesse de reproduction

La maturité sexuelle des mâles est à 30 jours et 21 jours pour les femelles. La gestation dure 21 jours avec 3 à 4 portées par an de 2 à 12 petits (8 mamelles). La capacité reproductive réelle peut atteindre un facteur de 100 soit passer de 6 individus en mars à 600 en octobre ; le nombre dépassant rarement les 800 individus / Ha même si on a pu comptabiliser jusque 2000 individus dans certains cas.


La population peut être très fluctuante, de la présence sporadique à un très grand nombre d’individus avec des cycles plus ou moins longs. Il est difficile aujourd’hui de comprendre cette dynamique des cycles qui peut être dû à un manque de nourriture, à des maladies, à l’augmentation du nombre de prédateurs.


Méthodes de lutte

Prédation naturelle

Indispensable pour limiter la colonisation, elle est facile à mettre en œuvre mais souvent en régression par manque d’habitats ou la surchasse (renard). La prédation la plus efficace est réalisée par la diversité des prédateurs dont voici une liste :

  • Les rapaces : Busard cendré, Chouette Effraie, Hiboux des Marais, Buse Variable, Faucon Crécerelle, Busard St Martin, Busard des Roseaux, Milan Noir, Hibou-Moyen Duc, Chouette Chevêche, Héron cendré, Grande Aigrette, Cigogne Blanche
  • Les mammifères : Belettes, fouines, hermines, renards, chats.
  • Les reptiles : Couleuvre vert et jaune, Vipère aspic.

Lutte chimique

Les produits phytopharmaceutiques sont en régression comme la Bromadiolone qui sera interdite d’utilisation cette fin d’année. Le phosphure de zinc (Ratron) est aujourd’hui utilisé et efficace avec peu de dégâts sur la faune auxiliaire car la substance active est entièrement dégradée et ne peut donc pas entraîner d’empoisonnement secondaire.

Lutte environnementale

La lutte environnementale consiste en la mise en place d’un système bocager par exemple et est donc une lutte à moyen et long terme.

Voir :

Lutte physique

La lutte physique par le piégeage est possible en cas de faible infestation et, à grande échelle, difficilement conciliable avec un système sans travail du sol. Les herses, type herse à paille ou magnum, peuvent avoir un effet à court terme en perturbant les passages entre trous mais la re colonisation est rapide. La mise à nu des parcelles par broyage des résidus et des couverts favorise également la prédation naturelle.

Voir articles détaillés :

Annexes

Ce bioagresseur est évoqué dans les exemples de mise en œuvre suivants :


Pour plus de précision consultez les pages suivantes :

Pratiques diminuant la présence de ce bioagresseur

Pratiques et cultures qui peuvent augmenter la présence de ce bioagresseur


En savoir plus