UN SEMOIR DIRECT EN 6M POUR 30 000€, par Christian Rousseau

De Triple Performance
Aller à :navigation, rechercher
Vidéo - Ver de Terre production (11 déc. 2020) - Christian Rousseau - Durée : 207 minutes
Icone categorie objectif.png Sol et fertilisation

Thumbnail youtube WUYKD86j-FM.jpg

Christian Rousseau, Président de Coop et Agriculteur pionnier du SDCV nous explique les tenants et aboutissants de l'ACS dans sa région, avec un zoom sur ses itinéraires et ses outils de production.


SOMMAIRE :


- 00:00:28 : Présentation de Christian Rousseau

- 01:06:30 : La coopérative VIVESCIA : première coop à promouvoir et à valoriser l'ACS

- 01:40:00 : Le système agricole Rousseau

- 02:23:30 : Gestion des sangliers

- 02:31:32 : Association colza féverolle

- 02:56:51 : Sarrasin dans pois d'hiver

- 03:00:00 : Le semoir

- 03:13:07 : Couvert après blé : levé en plein été !


Transcriptions

le bonjour tuer christian rousseau donc

agriculteurs à montgenost sud ouest
marnais qualifie comme ça le souhaite
pas mais c'est une région assez
particulière parce que vous verrez on
est entre la bri qui est à 500 m d'ici
là comme l'île de france où il ya les
lignes le vignoble de champagne on est
dans deux bouts de l'appellation
champagne qu'on appelle les coteaux du

Afficher la suite

sézannais et puis au sud en dessous on

est sur la champagne mais ce n'est pas
une surprise crayeuse qu'une champagne
dit améliorée mais que rien amélioré du
tout parce que nous sous sol ne sont pas
de la cresse et la carrure manier c'est
ce qu'on appelle des tuffes donc ils
sont assez pauvres en caserne hydrique
et avec des vallées des valeurs n'est
que c'est à dire des montées et des
descentes
des clercs et ça s'apparente un petit
peu à la région de nogentais nogentais
sont des terrains coloré mais on est
toujours là du coloré du blanc du trait
blanc des affleurements de terreblanche
de craie et je vous expliquerai pourquoi
effectivement je suis passé en acs un
peu à cause de ça
donc ici on est sur une exploitation qui
a beaucoup évolué puisque je me suis
installé
en 119 après avoir fait un parcours
assez particulier puisque j'ai toujours
voulu être paysan mes parents étaient
agriculteurs
j'ai failli quitter l'école à 14 ans
comme les parents à l'époque et puis
comme je prenais plutôt bien la
sculptrice insisté auprès des parents
pour que je fasse des études et donc on
l'écoutait puis donc c'est comme ça je
suis devenu ingénieur agronome donc je
suis à gros la promotion ce sont 10 et
suit mes études donc je suis parti
travailler dans l'alimentation animale
comme vrp dans une zone centre france
qui était après la clusaz et soja où il
n'y avait plus aucun client qui a acheté
de l'aliment du bétail tellement les
prix avaient flambé au moins il faut pas
céder et ça a duré deux ans cette
aventure et puis j'ai comme j'avais
l'objectif de reprendre l'exploitation
familiale et que vos fonds seraient pas
grand-chose de l'agriculture eh bien
j'ai répondu à une annonce une offre
d'emploi pour animer des états dans
l'aube
en particulier il y avait quatre ou cinq
c'est adam loeb qui était animée par des
techniciens champs l'agriculture
c'est un ont décidé de se restructurer
et donc de créer un groupe 1 gr 7 ans
dont j'avais la charge pour l'animation
et là je dois dire que ça va durer trois
ans je me suis éclaté parce que j'ai
d'abord rencontré la crème des
agriculteurs matières techniques et
j'avais d'être très bon agriculteur
c'est eux qui m'ont appris le métier au
fond plus que je les ai aidés vous
l'avouer et en même temps je me suis
fait un réseau dans l'aube et où
comprendrez pourquoi je suis devenu
président de la coop c'est parce que un
de mes adhérents était à l'époque
président de la coopérative
il m'a appelé quand je me suis installé
en sont dignes d'un film a clôt conseil
d'administration et de fil en aiguille
et ben je suis arrivé à la présidence en
95 pour le remplacer donc je reviens sur
mon parcours agricole qui est plus
intéressant installation en 79 sur une
exploitation qui mène des parents de 120
hectares sur laquelle n'y avait pas de
vie à l'époque par contre on épouse elle
avait un hectare de vigne un champagne
parce qu'ici on est mixte un nom des
producteurs grandes cultures et les
producteurs de raisins de champagne et
donc pendant informe de l'année j'ai
travaillé seul et sur la terre ce qui
était logique avec mes difficultés donc
travail classique labour travail du sol
ramassage des cailloux parce que chaque
fois qu'on passe la charrue mais va
remonter les pierres et avec mon père
qui travaillait encore on a ramassé des
tonnes et des tonnes de cailloux et puis
en 94 m'est venue l'idée alors juste
avant de prendre la présidence de la
coopérative d'ailleurs je sais pas c'est
tout à fait un hasard m'est venue l'idée
de d'organiser armand brement dans la
commune parce que la commune avait été
un membre et en 1960 comme beaucoup de
communes et donc on avait un parcellaire
qui était pas terrible donc j'ai
convaincu à son agriculteur voisin de
zéro membres dans les ambulances a cette
particularité que canton avant de faire
les changes des terres on les évalue en
termes de qualité puisque c'est bien
connu que chacun a les meilleures terres
et que
pas forcément lui donner aux voisins
parce que bon donc on évalue la qualité
c'était en faisant des carottages et on
fait des quelques années des sols mais
surtout on évalue l'épaisseur de sol et
on attribue à chaque hectare
si on peut dire vous chaque parcelle on
lui attribue un coefficient sûr que si
la parcelle correspond au niveau moyen
des parcelles en lui un coefficient 1
si c'est une parcelle un peu dégradée en
valais m 0,8 puis si c'est une
excellente personne lit matin vers 9 et
2 et donc qu'en bougeant vous échangez
une parcelle qui vaut 1 avec une
parcelle qui vaut 1,2 et bien vous êtes
entre surface dans un rapport de 1
véhicule
c'est aussi simple que ça c'est
mécanique et alors quand on fait ces
prélèvements
il y avait trois cas de figure et moi
j'avais beaucoup de parcelles devant la
ferme qu'ils étaient des buts de craie
et je me suis aperçu on dans les
carottages que sont mes buts de craie en
fait il ya pas de terre et quand on
laboure et contenait son tracteur on
pense qu'il ya de la terre parce que la
charrue retourne quelque chose et je
voyais bien que le champ ses buts de
crête cf lormand sache des
systématiquement les cultures d'hiver je
l' ai quand même manière mais sid le blé
crever donc avait plus d'activité
biologique au fond il n'y avait plus de
militaires et cette terre au fond elle
était descendue vers le bas et vers le
bas on avait effectivement des
prélèvements où il y avait trente
centimètres de terre donc ça c'est déjà
ça m'a interrogé ensuite on est allé au
hasard de nos prises de d'échantillons
dans un jardin qui est en plein milieu
de la plaine pierre blanche dans un
jardin d'un petit particulier qui
voulait surtout pas laisser son terrain
mais on a quand même faire prélèvements
et là on s'est rendu compte que sa terre
elle était colorée elle était brune
on s'est dit mais pourquoi au milieu des
champs de terre blanche lui il est
coloré et puis on s'est dit bah oui il
travaille avec son motoculteur
alors que nous autres avec la charrue et
puis on a traversé des parcelles où les
terres étaient blanches comme un papier
parce que le vin élaboré à 30
centimètres et que donc il remontait de
la craie et puis il y avait enfin le
problème des chemins parce que comment
est ce qu'on classe un chemin qui a
toujours été une partie roulante on a
tassé il ya du chiendent et 20h donc
évidemment naturellement s'est dit les
chemins samoa la moitié d'une terre
cultivée donc on met 0 50 places et 1,94
on reprend les terres donc moi je me
suis fait des grandes parcelles de 900 m
de long et la première année j'ai moi je
vais partir et se cultive du chanvre et
je mets du chant dans ma parcelle et
alors là c'est extraordinaire parce que
le champ c'est un excellent témoin de
qualité des sols
on dit que le chant c'est la culture de
perte de terres pauvres c'est vrai mais
quand on les met son était un riche ça
pousse beaucoup mieux et là on a vu les
écarts de hauteur du champ entre les
parcelles que je cultive avant la
parcelle reprises un voisin qui
labourait à 30 cm
le chemin est en fait tous savaient où
j'en étais plus beau c'était dans le
chemin et là je me suis dit deuxième
interrogation pourquoi est-ce que le
champ républicain alors qu'on a décla
section va tout simplement c'était la
couleur de la terre et la structure du
sol parce que ce chemin il n'avait
jamais été bousculé par un outil on
avait fait crever le chiendent avec du
glyphosate et puis on a travaillé parce
que je commence à travailler en 94 95
ans en simplifier donc en ne travaillant
plus trop trop profond et là
effectivement constaté que sur la terre
coloré le champ où c'est beaucoup mieux
et ses terres colorées les ailes étaient
au milieu des terres blanches donc prise
de conscience de l'érosion prise de
conscience de l'activité biologique ne
savait pas encore à cette époque l'accès
des activités biologiques que c'était
les vers de terre qui avait fait les
perforations ou passer les racines
donc c'est là ça m'a beaucoup interrogé
et puis donc
en même temps l'année suivante je prends
la présidence de la coopérative
alors quand vous êtes président une
coopérative de taille relativement
importante
vous passez quatre à cinq jours par
semaine à la coop et là vous êtes plus
sur l'exploitation mais j'avais pas de
salarié donc je prends un salarié à
temps partiel dans un premier temps et
puis jusqu alors donc avant qu'on arrête
le labour canton semer du blé la période
en seconde
et bien on travaille à trois personnes
j'ai manqué mon beau père qui
travaillait donc lui la bourrée bon
salarié à temps partiel passer un outil
à ce croquis et les ramasser les pierres
avec une griffe dans le tracteur et puis
moi je sais mais avec mon commune et
rotative ce mois soit allé très très
bien on vous le 10 12 hectares par jour
on était contents du jour où j'ai pris
la présidence de la coopérative
il fallait changer le système plus mon
beau père prenait sa retraite et donc
j'ai dit à mon salarié mais j'écoute
maintenant cette loi qui va semer mais
qui va se mettre tout seul donc comment
on fait et donc là je me suis interrogé
sur les matériels existants
à l'époque il y avait deux outils qui me
tentait bien avant terme de ce soir
c'était le fus qui unit drilles qui
était déjà une machine que ceux qui
avaient amélioré et puis avec gaspard
d'eau direct qu'est devenu directeur
aujourd'hui j'ai longtemps hésité j'ai
acheté un nul iddri à bon la première
année on s'est planté parce que comme on
avait beaucoup travaillé le sol parce
que le réflexe du laboureur ses côtés de
travailler le sol
évidemment on arrête de labourer mais on
perturbe le sol avec des outils adam et
d'outils à disque et on fait beaucoup de
terre beaucoup de terre fine parce que
on ne veut plus voir les résidus en
surface parce que les résidus en surface
c'est un frein à l'implantation donc
première année de l'iddri n'arrive et le
semoir bas impossible d'avoir de
motricité sur le disque serait trop de
terre fine donc pour avoir la motricité
sur le disque et ben on en tirait la mer
et la graine était trop enterré 5 cm
donc mauvaise levé move étalage c'est
donc on a fait nous première année un
peu difficile de les manier on a compris
tout ça donc on a arrêté de travailler
profond et on a plutôt passé avec des
rouleaux des cross kill et ça s'est très
bien passé j'ai fait une année
record en matière de rendement de plus
et là j'ai compris que c'est comment il
fallait travailler et puis d'année en
année donc on a allégé le travail du sol
parce qu'on s'est rendu compte que le
travail servait à rien au fond et que
avoir des résultats en surface c'était
plutôt protecteur par rapport à la
battance que nous on a de la battance ce
que j'ai dit que la bri était juste à
côté à l'abri ces délits mon profond
relativement hydromorphes terre que ils
sont humides
certaines parcelles sans drainer et
dansé par celle là on a de la battance à
ses terres que la force d'avoir
labourayre ya beaucoup de terre fine et
donc dès que l'on prépare à peu le sol
équipe le sait comme la table c'est dur
rien qui leva et et donc qu'on en sait
on a compris qu'il fallait aussi garder
la paille en surface et résidus en
surface pour protéger cette se soldent
la battance et donc de l'effet de la
pluie donc on a appris en marchant en
comment dire et donc à l'époque on
parlait pas de couverts évidemment on
parlait pas de couverts et
on a commencé à faire découvert qu'ils
étaient bons de la moutarde avec de
l'avoine choses comme ça qu'on se mêle à
voler qu'on enterrait plus ou moins avec
td chômage n'y avait pas la directive
nitrates à cette époque là encore et
donc on vise un peu ce qu'on voulait et
donc de fil en aiguille on a appris
aussi à couvrir les sols un petit peu et
puis il s'est trouvé que en alors j'ai
changé de se voir entre temps mais peu
importe c'est pas le seul noir qui fait
la technique c'est l'homme mais j'avais
pas vraiment à ce moment des semis
direct en fait je vais j'avais dès ce
mois plus tôt de tcs et puis à un moment
donné chez mon concessionnaire union du
tout équipés john deere chez mon
concessionnaire je me dire je vois un
semoir à 750 à 2 juin 2004 m c'était
quasi neufs lille avait fait les
démonstrations et il était à vendre
personne n'en voulait parce que on se
marre direct ou pensez bien à cette
époque là dans les années c'était en
2006 les années 2000 un sommet en direct
qu'est ce qu'on va de ce à quoi
moi j'ai acheté j'ai fait une très très
bonne affaire ce que je vais acheter pas
cher et puis avec le soir direct on a
commencé à travailler en direct
parlons semer du blé de colza sans aucun
travail du sol et mes voisins venaient
moignon métier fou et ça va jamais
poussé sur amiens j'avoue que c'est une
période où j'ai pas forcément très bien
dormi entre les problèmes de la
coopérative et puis et puis une
implantation du semis direct pour dire
que
ça a été un peu compliqué et donc là
encore d'année en année on a appris à
utiliser ce mois et puis ça s'est passé
de mieux en mieux
à tel point que à un moment donné ici
j'observais un peu mes voisins qui
jamais ne m'ont posé une question jamais
en fait ils posaient les questions aux
techniciens de la coop disait rousseau
comment il fait s'il y en a un jour tu
es venu me voir et il ya des terres
aussi en brie et qui m'a dit comment ça
se fait que toi t'as jamais d'où danses
et chants et pourtant tu laboures pas
j'ai dit à mon gars c'est justement
parce que je laboure pas que j'ai pas
bien méchant alors lorsque c'est
possible oui parce que tu es donc j'ai
expliqué la battance de boisage et a
fait une croûte étant le tournoi ne
circule pas un détail c'est que dans mes
terres hydromorphes pas drainé j'avais
des mouillères je n'ai plus de mourir ça
c'est surprenant
c'est surprenant et c'est dans les sols
finalement où on pensait que le lui
dirai qu'elle allait être le plus
difficile c'est là où ça se passe le
mieux c'est pas dans les terres blanches
et champagne c'est dans le limon bray et
quand je vois sur les réseaux sociaux
parce que je suis beaucoup sur twitter
avec des agriculteurs des gens qui
disent ouais mais tenta technique ça
marche pas partout mais je dis si ça
marche partout sauf pour les gens qui
font des pommes de terre plus compliqué
mais pour les gens qui font vivre une
culture céréalière alors bon bref donc
le soir on a appris avec ce sous marin
jaune dire et donc on est en en 81
en 2000 j'ai dit dans rachel se voir
entre temps on avait repris une ferme à
façon d'une cousine dont le mari était
décédé
elle qui est à neuf kilomètres d'ici
parce que finalement on s'aperçoit en ne
travaillant plus le sol ou plus beaucoup
que on à du métal qui sert plus à grand
chose et qu'on a du temps du temps libre
et que donc on peut augmenter les
surfaces travaillées que le même
matériel donc on a essayé de faire avec
les matériels qui l avait qu'on a on a
changé matériel pour 20 voilà faire des
choses on a fait une copropriété d'un
promettant jeux 2002 je me retrouve
également avec un nouveau salarié qui
est toujours ici parce que comme j'étais
sur la coop pas mal un pic est bon et ma
cop avait beaucoup de problèmes à
l'époque avec laval donc il fallait que
je sois très très présent sur la
coopérative et ils le savaient que
j'avais n'était pas suffisamment comment
dire autonome regarde ça comme ça oui il
fallait que je parte l'esprit tranquille
c'est quand je portais le matin fallait
pas qu'on vient de manquer l'hymne et au
téléphone pour dire il ya le tracteur
est cassé c'était démerde-toi quoi donc
j'ai eu l'opportunité de recruter nos
salariés qui lui plutôt une une
autonomie est plutôt un profil des
cultures et à partir de là
lui il avait également une ferme qui
aime sa femme qui est dans le périmètre
là et on du jour au lendemain il m'a dit
ben si vous voulez la ferme on l'a mais
avec le groupe est donc avec sa ferme à
l'époque en cultivait 500 hectares
autour de 450 hectares dans cette zone
là voilà ça ça nous a emmenés jusqu'à
les années 2007 2008
et puis en 2008 2007 pendant on nous
prend l'idée de changer au seul bateau
et il y avait une nouvelle machine qui
était sorti chez john deere keitel à
88,80 qu'était la machine à rotor
américaine que j'avais vu travailler
chez un voisin
et puis le voisin ban lui fasse tuer par
un voisin il est assez éloignée mais
c'est un adhérent coopérative il fondé
cette machine donc on l'a achetée
d'occasion mais elle était un peu un peu
trop grosse pour nous donc on s'est dit
bon finalement c'est un mauvais rhume en
jaune mais c'est vraiment beaucoup
d'agriculteurs malheureusement parce que
moi je ne vous cache pas que je suis
j'ai été longtemps pour revenir à la
date de la ferrière j'ai bricolé des
matériels de vendée se moquer les
premiers outils avant etc
j'avais des combinaisons quand je vois
vincent millot aujourd'hui sur twitter
qui regrette la bricole et ses trucs g20
s'en arrête un jour tu vas mettre tous
derrière et il fera plus hachée que des
outils avant est too bad
c'est ce que je sais ce que j'ai fait et
donc la motion battle j'ai un peu trop
grosse pour nous je vais voir un cousin
de
dès ma femme qui donc périmètre 6,9 km
d'ici qui lui est conseillé de gestion
dans un centre de comptabilité
il y avait un salarié 150 hectares sont
souvent hectares est évidemment à son
salarié lui a dit ben écoute je pense
qu'à un moment donné tu vas devoir te
séparer de moi parce qu'il n'ya pas
assez de boulot pour atteindre tout seul
et est donc cette réflexion il y avait
il un concept batteuse qui avait 23 ans
et donc du coup je suis allé voir on
s'est dit bah oui au fond si on le
groupe samse de match ça va déjà nous
permet d'avoir un truc ou deux mois sont
moins chers et que leurs surprises mon
cousin il à bourret où tout est surprise
il me dit écoute parce que comme il est
conseillé de gestion il avait bien vu
chez les adhérents qui labourait plus
que les comptes allait mieux et donc il
m'a dit écoute si la moisson se passe
bien je te propose que l'on fasse tout
le reste ensemble et il savait que moi
je laboure est plus depuis longtemps et
donc ça voulait dire que y passer par la
phase arrêt du labour d'accord est bien
là en 2008 on a donc décidé de tout
mettre en commun donc on a créé une
structure de notre copropriété on est
sorti on avait une cuma rossi qui
servait à me dit matin en commun et on
est sortis de tout ça et on a fait une
sarl de prestations de travaux donc on a
mis tout le matériel pour vous les
conservez dans la serre la main d'oeuvre
elle est sorti nos exploitations on l'a
mise dans la sarl et à partir de là on a
pu calculer le vrai coût fixe n'aurait
charges fixes de mécanisation manoeuvre
parce que la partie d'une exploitation
ça c'était un atout c'est que moi je
travaille à l'extérieur donc j'avais une
rémunération par la coop à l'extérieur
mon collègue il avait rémunération de
parcé son travail extérieur
la cousine à qui on veut la faire en
prestation elle travaille dans
l'enseignement donc elle avait aussi une
rame et restant à l'extérieur et donc au
fond aucun ne travailler physiquement
sur sa ferme sauver coup de bourre
moisson chambre etc
mais aucun travail sur sa ferme donc
c'est un bon moyen pour s'entendre parce
qu'on avait les mêmes finalités
il fallait que donc l'équipe de salariés
se débrouillent tout seuls et nous le
principe c'est qu'on se rend au havre on
se connaît tous les lundis matins on
fixe un peu l'autre les travaux de la
semaine et après les services
débrouillent donc ils sont organisés
ça je pourrais vous en parler pendant un
quart d'heure mais ça vaut pas forcément
le coup c'est que quand on fait des
structures comme celle là le gros
problème c'est les hommes c'est pour le
matériel va-t-elle ça change c'est les
hommes
pourquoi c'est les hommes parce que
quand vous prenez des gens qui
travaillent dans une exploitation et
il vous dit voilà il y avait il ya deux
exploitations maintenant les rassemble
ils venaient travailler ensemble il ya
un caddie battant moi je ne serai que
paraissant mon patron que j'étais seul
et j'étais chef
l'autolib à moi aussi je suis chef donc
c'est qu'il chef et on les a laissé
faire on l'a fait j'avais une formation
poussée de r là dessus d'ailleurs
intéressante et il fallait surtout pas
intervenir
on les a laissés débrouiller je dis bon
toi tu dis que tu es chef ben tiens tu
vas prendre un seul plateau et pour la
mois se bat et puis malheureusement est
arrivé un peu un problème et il a pété
un plomb je sais pas quoi ils
n'arrivaient pas à accrocher la coupe
tout est comme le garçon est pas bête il
s'est rendu compte façon assez
rapidement que ils pouvaient pas de chef
donc c'était l'autre qui prend et ça
s'est fait naturellement et nous on est
jamais tant mieux non et donc maintenant
on connaît une année matin on donne à
peu les directives en ligne vous faire
s'il faut faire ça cette semaine
et puis après se débrouille il pleut il
pleut pas il fait beau il décide
d'arrêter le travail de chantier il s'en
passe à un autre et c est donc chacun
vient prendre un petit peu c'est ces
directives auprès de celui qui sans
l'avoir jamais écrit sur son front et
est devenu un peu responsables donc
aujourd'hui on a trois salariés sur la
structure 2 sur les grandes cultures et
un sur les lignes puisque l'on l'a4
alors la sculpture je vais en parler
maintenant je vais fermer un peu cette
parenthèse on y avait deux ans après on
viendra sur la séance après non c'était
on a aujourd'hui ce sont alors c'est
compliqué parce qu'il ya plein de
jusqu'à l'année dernière on était à 580
ha on est monté à 770 parce qu'on vous
ait une sphère ma prestation à côté
d'ici là lui cinq ans pile propriétaire
après ses ternes qu'on l'a perdu
tout ça c'était que la même structure
jusqu'à l'année dernière on avait 5 175
hectares soit 180 avec deux salariés
culture et ans arrive il est en vie nous
on a nos propres
les soeurs l1 deux salles à quatre
hectares de vignes et ont fait une
prestation 8 hectares en prestations
mécaniques d'ailleurs que l'on a le
salarié fait la pause mécanique sur la 8
hectares et donc salariés font donc tout
le travail manuel sur les quatre
hectares de son propre donc ça c'était
la situation jusqu'à l'année dernière
et puis donc moi j'ai un certain âge
donc on est en train de faire nos deux
nations s'étaient fait maintenant j'ai
deux fils pendant la 2 fils qui sont
ingénieurs là qui travaille chez séché
le groupe avril à paris et l'autre qui
est ingénieur au cea à toulouse et les
deux ont décidé de reprendre
l'exploitation mais de le reprendre à
distance
ça c'est vraiment compliqué et ça
justifie effectivement que notre salarié
de tête soit vraiment le chat de culture
puisque moi je vais quitter la scène sur
la pointe des pieds j'ai encore deux ans
à faire pour des raisons fiscales
donc il faut trouver une organisation et
puis comme je suis quelqu'un qui est
plutôt innovant et comme on est toujours
à la recherche de solutions pour
l'agriculture après avoir beaucoup
travaillé son acs que j'ai promu dans la
coopérative et je regarderai je suis
intimement convaincu aujourd'hui que
l'agriculture devra vivre aussi de
chiffre d'affaires autres que la vente
de céréales ou de grandes cultures et en
particulier elle devra trouver duché
d'affaires sur la multifonctionnalité et
parmi là mais parmi les solutions de
multifonctionnalité il ya évidemment le
carbone dont on parlera qui doit être un
milliard d'euros aux agriculteurs mais
aussi le fait parce que j'ai beaucoup
bossé mois dans les biocarburants quand
j'étais président de coopérative
j'ai été administrateur de diester
industrie qui est devenu ces pôles et
j'ai toujours cru aux biocarburants et
naturellement
j'ai été aussi président structure dans
l'éthanol et j'ai toujours pensé que
l'agriculture devait c'était un gros
pourvoyeur de carbone renouvelable
devrait valoriser ce carbone deux ou
trois fractions à dire ça comme ça
qu'une première faction qui est
naturellement les sucres alimentaire les
habits dont saccharose pour la betterave
qui est la principale fraction une
deuxième infraction qui est celle qui va
rester au sol via les racines les
résidus donc c'est l'humus en définitive
et une troisième infraction sur laquelle
on va devoir travailler qui est tout ce
qui peut remplacer le pétrole a fait
tout le carbone qui peut remplacer du
pétrole c'est à dire c'est les
biocarburants c'est la chimie verte
c'est l'équation mythique c'est ce que
vous voulez en plus c'est du végétal en
cours du site à la mode mais donc je me
suis dit que l'agriculture devaient
participer à la lutte contre le
changement climatique à travers sa
production de carbone renouvelable qui
remplacerait les molécules de
carbone issues de fossiles et donc j'ai
vendu à mes enfants l'idée de partir
dans la méthanisation
donc nous avons un projet de
méthanisation qui mûrit depuis deux ans
et qu'il devrait devrait faire les
premiers coups de pioche à la fin de
cette année là avec un nouveau
partenaire un nouvel agriculteur est
aussi dans le périmètre qui a l'âge de
mes fils et donc on a décidé de
d'intégrer sa ferme dans la société de
prestations la sarl qui s'appelle angie
deux heures donc aujourd'hui on cultive
800 hectares cultivés 800 hectares
toujours avec nos trois salariés devoir
certainement embauché nous on va
attendre que la maîtrise en bois jours
pour trouver un poste mixte en dehors du
conducteur de la méthanisation un post
mixte entre les cultures et la
méthanisation
donc on est parti dans ce projet de
méthanisation ce qui a amené
effectivement à grandir encore
l'activité de la souhaite une prestation
mgi deux heures ce qui nous permet de
réduire nos coûts évidemment
alors je vais arrêter un instant là
dessus et revenir un peu sur la partie
économique et sur la partie sociologique
sur la partie économique c'est
mathématique
quand on a fait notre structure mj deux
airs en 2008 avec mon cousin
on a gagné 100 euros de l'hectare de
coûts de mécanisation à neuf puisque
évidemment le
comment dire le diviseur c'était nombre
d'hectares puis à d'hectares si on
n'augmente pas trop les coûts de
mécanisation et de 20 eur puis à
d'hectares et plus on diminue le
collecteur et donc ça ça a été cash tout
de suite 100 euros de l'état
on les a un peu perdu il ya derrière
parce que ben on a racheté matériel
parce que bon voilà puis à hull érosion
du coup naturellement ensuite sur un
plan social
moi je suis passé par une phase j'ai dit
au début de cette intervention
je suis passé par une phase je
travaillais seul j'étais jeune j'étais
invincible
quand on est jeune on travaille jour et
nuit c'est pas un problème et puis à 36
ans j'ai été arrêté pendant trois mois à
cause d'une hernie discale qui était
liée au fait que je ramassais beaucoup
de cailloux et que ça fait désordre
tracteur incommensurable et à l'épaule
tracteur de la presse le confort de ceux
d'aujourd'hui
et là je me suis rendu compte que
j'étais vulnérable et que quand on
travaille seul effectivement on l'a le
risque de perdre la santé même quand on
est jeune et ça je le dis toujours voir
les formations
moi je vois des jeunes qui bossent comme
des dératés attention les gars parce que
le jour où la machine s'arrête ça fait
mal et donc à travers la croissance un
petit peu de notre structure où
l'agriculteur de groupe renault mise en
place je me suis sécurisée parce que
comme j'étais pris par mon activité de
président de coop
je savais que loulou serait fait quand
on était à plusieurs le travail serait
fait de toute façon donc ça permet
effectivement de se sécuriser sur ce
plan d'eau en même temps un autre aspect
qui est extrêmement intéressant j'ai dit
aucun de nous ne travaillons
physiquement sur la ferme
l'autre aspect c'est que on s'attribue
des rôles pour lesquels on l'a plus
d'affinités moi mon truc c'est les
machines agricoles
c'est l'agronomie parce que je suis aux
normes de formation c'est l'agronomie
j'ai horreur de faire des fiches de paye
j'ai horreur de la comptabilité
enfin j'ai horreur selon berne voilà
c'est pour mon truc
et puis mon cousin lui les conseils de
gestion lui non plus son truc c'est pas
la machine c'est les comptes et quelques
les coûts et machin truc qui fait les
fiches de paie il fait toute la partie
juridique administrative
nos structures donc chacun a trouvé sa
place et finalement on fait ce qu'il
nous plaît dans cette organisation
donc sur un plan holistique j'ai trouvé
que cette association au fond avait
beaucoup de sens et on s'est souvent
posé la question d'ailleurs de se dire
mais notre truc ça marche si on veut
baisser encore le coût de production il
faut agrandir nos structures
oui mais on va les chercher qui
périmètre parce que faux pas chez les 30
km on va chercher qui a bah oui mais il
ya lui mais lui lui il va venir
physiquement travail et donc ça a posé
des problèmes parce qu'il va vouloir
ex-chef par rapport à nos salariés et
donc n'ont jamais trouvé de solution et
il a fallu attendre donc ce projet de
méthanisation pour trouver un jeune qui
lui a une idée la seconde et qui au delà
de la méthylation veux faire autre chose
que de l'agriculture et donc notre
structure lui convenait bien parce qu'au
fond il se dit bah moi si je fais moins
dans le tracteur et puis que c'est les 5
qui forme à plat ça ne va bien puisque
moi je vais gagner ma croûte ailleurs et
donc c'est ça fait partie de notre
raisonnement c'est évident ce que je dis
là n'est applicable à personne d'autre
ou très rarement
donc c'est un cas d'école pour revenir à
mes enfants qui sont donc mon activité
principale extérieures ainsi qu'aux
tuées dans cet acte et principe à
l'extérieur ils vont surtout est dans le
même cas de figure
eux ils ont besoin que sur la ferme est
quelqu'un qui fasse le boulot leur
classe alors qu'ils accepteront
effectivement que le travail salarié
coûte de l'argent et que le résultat de
la ferme revêt forcément diminué mais
comme ils ont un salaire extérieur c'est
pas un problème
et d'ailleurs quand j'étais président de
coop j'expliquais toujours à des
agriculteurs qui avaient trouvé génial
de faire faire leur ferme par les
prestataires extérieurs
je leur ai dit oui mais là quasiment le
prestataire extérieur ils facturent
semader donc si vous n'avez pas
d'activité pour compenser la facture
sera pas duré longtemps
effectivement on l'a vu que ça durait
pas longtemps bon voilà donc faut avoir
ça en tête
[Applaudissements]
voilà je pense qu'on peut s'arrêter là
dans un premier temps
à l'arrivée ça vous va si je suis bavard
on était un gros meunier et la meunerie
dans les années quatre-vingt quinze à 98
a perdu grosse grosse partie de ses
clients l'exportation ce que la meunerie
et françaises s'étaient de l'exportation
poucet du lait de la farine à l'export
est abandonnée alors nos principaux
clients qui était le maghreb
ils ont décidé de le faire en farine ou
même en achetant des moulins et donc
d'un pratiquement deux ans de temps
l'export farine a fondu comme neige au
soleil et on se retrouvait donc en
surcapacité de production et j'ai dû
restructurer dans la coopérative la
partie aval où il y avait cinq moulins
sur cinq moulins à la ferme et 4 c'était
dramatique
donc vous imaginez la suite et après ça
il ya eu d'autres problèmes sans lequel
j'ai pas à intervenir mais donc ma cop
bamba beaucoup pris beaucoup prêt aidé
en même temps j'étais dans cette phase
de maturation de mon système qu'on
n'appelait pas à l'époque avec 3 500 les
soldes qui était non labour semis direct
sous gta et j'ai toujours eu en tête
alors moi j'ai dû convaincu que cette
technique là était une technique
d'avenir mais vous imaginez un présent
coopérative qui tient ce discours en
assemblée générale devant 200 adhérents
et qui dit les gars faut arrêter de
labourer à des gars qui en champagne
sont capables de labourer 4 m de large
avec 150 chevaux
ces gars là vous disent mais attends toi
que tu me racontes comme conneries là ça
c'est valable chez toi mais nous laisse
nous tranquilles nous on laboure parce
que tu comprends voilà donc pendant des
années sombres de personnes civiles
tomate devant rim les ordres irait
figure mais j'ai tenu bon et puis ça
ressemble agriculteurs qui pensaient
comme moi parce qu'il y avait aussi
qu'ils pensaient comme moi son humeur
meilleur mais finalement de la coop faut
qu'on fasse un groupe d'agriculteurs qui
ne laboure plus et puis on en a marre
nous des techniciens qui nous raconte
toujours la même chose et machin truc
voilà et puis le fil en aiguille je me
suis interrogé t on chez conseil
d'administration sur cette question jean
saint-andré administrateurs qui me
suivaient également dans dans les
démarches et on s'est dit tiens on va
créer un club et le club on l'appelait à
l'époque c'était la coque nourricière on
l'appelait nouricia gros saule nouricia
à gros sous le nom était sympathique et
alors il y avait à l'époque dans ce club
sont agriculteurs et on a décidé vers
mons temps de mener une démarche avec un
ou deux agronomes de la coop qui était
également calme et cette sensibilité non
labour qui voyait bien que les saules
évoluer son influence du non labour
on a commencé à travailler sur une
valorisation de nos produits ou du mois
une valeur et sentant la coopérative
évidemment il ya aucun marché dit
rémunérer des produits sud acs et donc
la coop artificiellement a fait un beau
nier
à la tonne de blé pour dire ben ça fait
tant qu'ils sont un club à gros saule on
va les rémunérés de manière ou d'une
autre c'est marrant parce qu'un jour
quelqu'un pour moi d'ici qui me dit
alors c'est plus c'était je sais plus
combien ont donné à l'époque savaient de
10 euros de la tonne de blé acteur gay
américain je suis rentré dans ton club à
10 euros de la tonne à gimont là c'est
pas comme ça que ça se passe
c'est pas un club à 10 euros la tonne
c'est un club de réflexion n'était pas
un think tank parce que nous on fait pas
que de réfléchir et on agit c'est un
club qui agit sur ont la culture de
conservation des sols dont la
conséquence effectivement et que la coop
mal un peu plus d'argent mais ses
membres il tout de suite les gens
adhèrent à la carotte forcément la
technique est donc le club
il a beaucoup bossé sont ces techniques
nouvelles de conservation des sols on
est devenu un peu célèbre puisque
fréquemment en a parlé dans l'art du tcs
et puis bien d'autres également
donc on c'est comme ça qu'on a pris on a
créé un peu des réseaux avec tout ce
qu'il à l'époque en matière de
conservation des sols qu'on s'est
beaucoup attaqué aux couverts végétaux
nos techniciens de la coop qui
travaillent sur le groupe ont beaucoup
bossé sur les couverts végétaux et et
puis après on a fait par fusion la coop
baissera en fusionnant ma coopérative
mauricien avec champagne céréales et là
évidemment moi je suis arrivé
dans la commission nous on va appliquer
chez lui laissera ce qu'on fait chez
nouricia à sa patte est la même la même
histoire parce que chez champagne
céréales
c'est une coop royalistes nous on est
une coop plutôt issus de de la gauche
autrefois donc des radicaux et même si
ça n'a aucune couleur politique mais
c'est pour le mariage des cultures est
compliquée et chez championnes ont été
convaincus alors tous champions
s'arrêter beaucoup en champagne
convaincu que les techniques d'être de
conservation des sols c'était marchait
pas et donc qu'il fallait continuer donc
le rouleau compresseur machin et donc
nous on s'est bagarré les anciens
nouricia pour faire en sorte que l'on
continue de proposer des solutions dans
l'agglo pour ses relations
donc ils ont accepté que la coop
accepter qu'on maintienne le club un
gros saule et puis le club gros saule il
restait à 150 agriculteurs ça patine
était temps et avec quelques autres
agriculteurs on s'est dit mais mme
faucon et chercher un technicien qui
soit vraiment qu'est cette fibre là
encore quand on regardait bien à
l'époque elle était les techniciens les
agronomes qui avait cette fibre on les
compte sur les doigts de la main
donc moi j'allais vision que sap et jean
luc fort vert et donc je suis allé voir
jean-luc et puis on se connaissait pas
du tout mais je le connais c'est moi par
ce qui faisait ses interventions et ses
par des agriculteurs qui vont s est
mérité également et je suis allé le voir
et puis j'ai dit voilà que se formèrent
on a besoin de quelqu'un comme vous j'ai
été aidé par un agriculteur qui a une
ferme également en moselle et ferme en
champagne et qu'il connaissait bien et
me donner quand on lui a présenté le
truc l'agriculture le dit alors jean-luc
mais qu'est ce que tu fais tu as chez
nous pas hélas c'était il tombait des
nues parce qu'on l'aimé pas encore
proposé pour moi il est venu chez nous
et il a continué à travailler autour du
club aujourd'hui clubs à gros seins nus
il s'appelle bbc à bruxelles on tourne
le club il ya 400 membres et à leur
grande stupéfaction
jean-luc comme moi les nouveaux membres
ils sont issus
le champagne crayeuse et de de laine des
axonais qui ont un mètre de limon sous
les pieds avec des potentiels de
rendement très important donc on s'est
dit mais nous on pensait que la
conservation séduisait plus les gens
dont les sols avaient des preuves sans
se limiter pour diminuer leurs charges
et au fond là on récupère des gens dont
le potentiel de production est énorme
enfin l'important est qu'ils viennent
chez nous pourquoi
et bien tout simplement parce que ces
gens là ont réfléchi que leur système
labour les emmener dans le mur et que
s'ils n'évoluent est pas et qu'ils
allaient ils avaient la chance d'avoir
dans la coopérative des gens qui étaient
capables de les accompagner
si n'évoluez pas ils allaient se
retrouver face à des difficultés
les buts et qui sont quoi érosion ils en
prennent conscience aujourd'hui même en
champagne on sait tous pleurent moi j'ai
vu des chefs et des photos j'ai vu des
flaques d'eau en champagne un orage mois
de septembre quand le blé de colza sens
mes débuts de colza un bon jeu sans
éclat mais ça cool quand même donc
érosion couleurs des terres
terre'blanche ça se réchauffe pas donc
il faut réchauffer cet air structure des
sols battance la terre blanche c'est
comme la bri
sabah soul influence d'une plus est donc
là les betteraves ça laisse pas les
colzas salève pas et et puis les donc en
dehors de l'érosion et puis de ces
aspects de battance les gens ont pris
conscience que les sols de l'état des
milieux vivants
voilà et à partir de là donc ils ont
compris l'intérêt de la plus grosse
sensation des sols et c'est pour ça
qu'ils sont un groupe et c'est pas les
moins actifs
donc voilà l'évolution que qu'a connue
mais coopérative
donc en tant que président j'ai fait cas
de fusion dans ma du président mais je
suis pas revenir là dessus et donc la
promotion lac de conservation des sols a
été pour moi quelque chose de très
moteur de très motivant
à tel point qu'aujourd'hui la jolie et
les siens va sortir un contrat de
production de blé un contrat filière
puisque non et dans les filières et
comme je dicte à l'heure jean luc qui
met ce qui lui a plu pour venir ce qui
l'a motivé à venir chiffres du vestiaire
c'est que je vivais sia il allait
pouvoir mettre à exécution
je veux dire économique commercial le
savoir faire qu'il a sur les sols et on
va transformer ce savoir-faire sol en
savoir faire économique donc du revenu
supplémentaire pour les agriculteurs
ça c'est génial et c'est absolument ce
qu'il faut faire voilà donc je ferme la
parenthèse sur la sur la coopérative
donc moi j'ai quitté mes mandats en 2016
fin 2016
et aujourd'hui je me consacre évidemment
plus dans l'exploitation à son évolution
quelle exploitation je vais laisser mes
enfants quel système de culture
qui a évolué évidemment mais pas
suffisamment à mon goût parce qu'on peut
pas être au four et au moulin et avec
donc une équipe de salariés qui en même
temps a évolué avec nous avec maintenant
le projet de méthanisation qui va encore
nous faire faire un changer de braquet
parce qu'en terme de en termes de
systèmes de culture on va passer à des
systèmes avec 6 v trois cultures en deux
ans dans des sols qui sont pas forcément
up avoir trois cultures en dedans parce
qu'il s'y fait très sec l'été et on
vient de passer deux années
catastrophiques en matière de biométrie
laissés à eux-mêmes dumais du mal à
faire lever découvert donc voilà c'est
une nouvelle phase aujourd'hui qu'on
entame et pour les quelques années qui
me restent encore à conduire ces
exploitations avec mes enfants avant de
céder la main eh bien j'ai expliqué
maintenant je vais vous expliquer mon
parcours agronomique sur l'exploitation
donc comme je lé 10,95 à rennes 1re es
du labour on a vendu à charrues fallait
être gonflé parce que quand on voit la
charrue et les chez un voisin il existe
toujours
et ce qui me stupéfait c'est que quand
j'étais très culottée à l'époque j'ai
même été jeudi à imprimer risque apprend
important parce que vous se rappeler
qu'en 95 il y avait aucun environnement
technique sur les techniques de
conservation du sol a aucun le seul que
je connaissais c'était effectivement
jean troupes qui y est un peu qu'ils
avaient déjà commencé
mais voilà c'était très maigre on avait
très peu d'expérience au canada aucun
technicien de vous suivez société alors
j'ai oublié de dire mais j'ai quand je
me suis installé en 90 en 119 comme
j'étais animateur de settat j'ai créé
mon propre secteur dans la région qui a
adhéré au gers et adobe et le ceta à
l'époque ne croyez pas du tout sur les
techniques l'acte la conservation je
suis toujours adhérente c'est à
d'ailleurs et maintenant ça y est c'est
parti
mais oui le temps qu'il a fallu à 95
2015 pratiquement 20 ans où rien n'a
bougé 2015 a commencé à balbutier et
puis là depuis 2018-2019 c'est parti je
crois que quelqu'un veut rentrer
derrière
on a les été extrêmement sec où les
couverts mal à lever et à partir de fin
septembre et plus comme des sceaux et
voilà donc on a une saison des seiches
une saison des pluies comme en asie est
prêt je peux vous dire ici mais je suis
pas une particularité depuis le 25
septembre
jusqu'à aujourd'hui c'est l'union ce
matin on a pris 150 mm et on a réussi à
semer dans notre organisation là il
réside sa terrasse mais avant les
dernières betteraves arrachés on a
réussi à semer 350 hectares de céréales
après sahin près 150 hectares de seigle
a confié semer pour la méthanisation 11
septembre
mais on a semé 350 hectares de céréales
avec de ce mois et pratiquement en bi
jour les jours ouvrés alors là
travailler tous les samedis 2 samedi
deux dimanche de suite et avec le champ
avant puisque mon école du changement
quinze jours ça a été un troisième donc
c'est un peu compliqué au niveau amateur
mais voilà on a des gens très volontaire
qui bossent et donc on a réussi à semer
350 hectares ce qui est une performance
et ma hantise dans ce système là c'est
effectivement l'automne si on en automne
pluvieux
comment ils ont fait pour ce n'est pas
ce qu'on a pu la charge et pour se
rattraper
d'ailleurs à la bourre on arrive à semer
derrière 20
en semis direct ou un petit travail
superficiel de déchaumage et bien tout
de suite c'est de la boue ont peu plus
mais ça colle partout et c'est bon donc
c'est la principale difficulté qu'on a
on l'a résolu je vous expliquerai
comment tout à l'heure et c'est la
progression donc de notre cheminement
donc je disais que sur le plan
économique quand on a fait une structure
on a gagné 100 euros l'hectare sur le
plan social sur le plan qu'on va dire
une fonctionnement on a gagné en
souplesse et en accueillant sécurité de
travail et on a gagné en confort parce
que chacun fait ce qui lui plaît le plus
entre nous tous associer les enfants
arrivent là dedans maintenant
donc ce serait un changement de
génération et les enfants donc ont
adopté en quelque sorte à la fois l'aide
de conservation pour eux il n'ya pas il
n'ya pas question c'est de conservation
c'est on va valoriser du carbone
supplémentaire produits sur
l'exploitation donc nous on va
intensifier encore l'exploitation donc
vous imaginez bien qu'on est dans le
l'action inverse du discours inaudible
pour moins de décroissance du discours
ambiant inaudible c'est aller dans le
mur
moi je prétends et on peut le prouver
que l'agriculture productive sur bazas
et s est capable d'améliorer la
biodiversité d'améliorer la qualité des
sols d'améliorer le revenu des
agriculteurs et de limiter à la faim
dans le monde est de produire autre
chose que de l'alimentation sans des
structures et les sols bien au contraire
en les améliorant
alors ça c'est un discours extrêmement
difficile à faire passer extrêmement
difficile parce que les gens oppose
l'intensification à l'environnement
alors que tout valant même sens plus on
l'attend syfy la pollution agricole sur
bazas et j'entends bien plus on va
améliorer l'environnement
plus on va améliorer l'activité
biologique des sols plus on va améliorer
la capacité de rétention en eau donc la
résilience du système par rapport aux
changements climatiques
plus on va améliorer stockage du carbone
donc la fraction du musée dans le sol
plus le sol va être résignant y compris
par rapport à les techniques de semis je
disais ma hantise l'automne je
m'aperçois cette année que on a sept
cent cinquante jeunes de dire si m un
soir qu'à la part traité de bien coller
quand il fait humide et ben il passe de
mieux en mieux et d'année en année
pourquoi parce que les sols il
fonctionne mieux tout simplement
ce même soir vous mettez sur un cac à
labourer année dernière et planter c'est
pas la peine ils censurent l'aperçoit
dont on le voit bon et donc au fur à
mesure de deux de nos réflexions autour
de conservation on s'est amélioré en
septembre perçu que tous les indicateurs
à l'est ou vers les sens sont plus
fertiles parce que
ils ont une meilleure activité
biologique ont produit plus au début on
avait des difficultés passe quelque
chose cette fameuse phase de transition
donc quand je fais les fondations dire
ouais la phase de transition c'est dire
combien et combien on va perdre et je
reprends les propos de jean luc fort
l'air qui dit et ça j'aime bien c'est
jean-luc ça c'est aujourd'hui
l'agriculture est une situation où elle
n'a pas le droit de prendre de risques
financiers
elle n'a pas de marge pour prendre des
risques financiers donc on va vous
accompagner un système dans lequel en
limiter risque est que si on constate si
on pense que le passage de conservation
des sols va faire prendre un risque
financer un greeter on ne le fait pas
restez dans votre technique les garder à
technique et vous maîtrisez jusqu'à ce
que l'eau soit elles soient prêts parce
qu'on passe par la conservation
quand les sens sont pas prêts s'il pose
est que vous ayez des sols qui soient
matraqués et ben si vous implanter des
betteraves en est la conservation sur le
sol matraqués ou connaissez le résultat
est donc jean luc nous dit évidemment et
c'était évident que quand on est en
phase de transition
on ne met pas n'importe quelle culture
les premières années on évite la
betterave on évite le maïs on évite
aussi le colza sociaux de la strip till
on évite toutes les plantes dont
l'enracinement doté de profonds et
fragile par contre les céréales ça
marche
fête du blé sur la route ça pousse et
moi je suis toujours surpris d'ailleurs
parce que bon salarié dimanche on à
semer du blé en lâchant il y avait un
silo de betteraves
c'était hautement matraquer avant il m'a
dit j'ai semé dans s'ils veulent battre
admet poussera ce qui poussera quoi j'ai
tué en amérique c'est là que le blé sera
le plus beau c'est marrant parce que bon
et ça c'est l'expérience qui parle
donc la phase de transition que toujours
une question pour les gens qui veulent
passer en acs et ben oui il faut la
passer avec le million de risques donc
il faut adapter les techniques et il n'y
a pas de recette miracle n'est pas on
dit pas aujourd'hui vous labour et
demain
vous arrêtez de labourer vous achetez un
savoir que c'est la question que posent
les agriculteurs quand on parle là de
conservation c'est qu'elles seront
arthur pourquoi ça n'a pas d'importance
ce soir on a eu une mais bon je le fais
volontairement pour taquiner et j'avais
lu un bouquin d'un jeu quand il
s'appelle un auteur anglais à grenoble
enfin je les lui par ses banques il ya
700 pages le gars disaient dans dans le
système d'arrêt de conservation des sols
il ya quatorze questions à se poser et
le choix du soir c'est la 7e il aimait
erard chizé dans l'ordre des questions
importantes
la première question c'est l'état du sol
naturellement le summer que vous ayez un
soir à 10 cas dans un bleu et un rouge
si le sol et propret toute façon c'est
un échec donc voilà c'est pas que tout
ça c'est pour relativiser et les gens
posent la question le soir c'est quoi le
sais moi en ce moment c'est pas un
produit miracle
moi je dis le soin de souligner que ses
clés à molette c'est l'outil qui passe
partout et qui va bien nulle part et
j'en suis arrivé à la conclusion que en
avoir deux bon bref je n'en parlais tout
à l'heure
donc la paire de transition est une
tâche compliquée jeu là vous et moi
quand on me demande qu'est ce qui est
passé par un peu de transition mais j'en
sais rien j'ai rien vu parce que je
trouve je suis membre du cdh vert donc
de rousseur champenoise et dans les
allées de go pour compare mes résultats
au mois je suis en limite nogentais avec
les résultats de ceux qui sont dans la
plaine de champagne et je peux vous dire
que en matière de rendements en céréales
je suis dans la moyenne voire le quart
supérieur des rendements et j'ai jamais
été en dessous jamais entre sauf l'année
sauf cette année 2005 parce que les
importations de 2019 ont été
catastrophiques et les siens peut
planter enfin bref on peut rendre 56
milliards avec tes côtés de se planter
mais j'avoue que sur la période je me
suis pas beaucoup planté la difficulté
principale et qu'on a dans la phase de
transition
c'est les cultures de printemps pourquoi
l'épisode pointant parce que et en
particulier georges
l'orge de printemps parce que l'heure le
printemps sacem très tôt et se sème dans
des structures de sol favorable et en
même temps sur les sols réchauffer or le
semis direct avec couvert végétal donc
la cs a la particularité comme la
couverture végétale ça sert de deux
couvertures finland l'isotherme au sol
le sol serait chaud beaucoup plus
lentement que dans un système labour est
donc l'enjeu patine et puis les
conditions de semis évidemment non en
fin d'hiver sont pas toujours les
meilleurs en semis direct par rapport à
un labour qui réussit beaucoup plus vite
donc on a eu des difficultés mais depuis
deux ans et je retire 2020 qui a été une
catastrophe en orge de printemps pour
tout le monde
depuis 2010 est de mettre fin 2018 2019
on fait des rendements dont jean
printemps qui sont équivalents donc à
des systèmes labouré après des cultures
qui marche super bien
au printemps c'est le chanvre donc la
ctu penser mais direct un champ mais
c'est plutôt un petit essai est ce parce
qu'on fait un travail du sol au
printemps pour toujours réchauffer un
peu le sol mais ça ça peut évoluer donc
le champ ça fonctionne bien la betterave
ça fonctionne super bien
le aussie science et du tcs parce qu'on
n'a pas de se voir adapté pour pour
semer les betteraves en semis direct
alors j'ai des copains qui s'y essaient
mais c'est un peu compliqué dont culte
au printemps pousse plus de problèmes
aujourd'hui après avoir posé un certain
nombre mais parce qu'on n'était pas
aussi on n'était pas prêts dans le
système et voilà alors un des points
d'orgue de l'acte de conservation et ça
c'est quelque chose qui est unanimement
reconnue aujourd'hui c'est la réussite
des couverts végétaux la difficulté à un
système là c'est la réussite du coup
georgette pourquoi parce que comme tout
le monde moi dans les années 95 quand
j'ai arrêté le labour j'ai connu la
faillite rails profonds
j'ai fait disparaître ma pas il fallait
que la terre soit aussi nu que sur un
labour alors on labourait plus mais
avant
hong hong kong se met beaucoup de fioul
laideur de tracteurs et la difficulté
qu'on avait c'était qu'on retrouvait à
peu près les mêmes les inconvénients que
la bourre et petit à petit quand on a
compris qu'il fallait garder les
résidents surface pire il fallait que on
cultive l'interculture petto que des
chômeurs qu'il fallait produire la
matière végétale du carbone pour
améliorer l'état des sols
ça a mis un certain temps parce que vous
direz pas d'environnement agronomique à
cette époque là et c'est palin ronny
heer valises quand trouver des solutions
bien entendu je voulais dire que j'ai
été administrateur de valises c'est que
quelque part c'est sans prétention j'ai
aidé le conseil d'administration et la
direction de leurs valises à basculer
vers l'agroécologie quand le foll la
mise en place la parenthèse
j'ai toujours été un peu seul dans mes
propositions parce que je suis avec un
peu de retard derrière bref donc le
couvert végétal les couverts végétaux
c'est quelque chose de primordial dans
le système parce qu'au fond quand on
reprend les critères qui définissent
elles de conservation et que je vais
rappeler est à 3 c'est un des sols
toujours couverts ou plus longtemps
possible donc est toujours une
couverture sur le sol
2 c'est un minimum de perturbation c'est
à dire c'est pas de travail du sol ou
peu de travail du sol ou travail
chirurgical pour les semis et 3 cd
rotation longue à diversifier ok donc
pour ma part j'ai toujours eu sept huit
neuf culture et je vais venir là mon
système et donc la cohérence du sol qui
est le critère principal
comment on fait en sorte que le sol se
recouvre le plus longtemps possible et
bien avec le couvert végétal et le
couvert végétal c'est de nature culture
longue et c'est l'inculture courte et ça
peut être aussi de la terre culture et
ça peut être aussi de là
pour dire de la plante company où la
plante de service par mois les colzas
ces deux cultures en même temps et quand
je fais des formations acs j'explique
que il ya trois moyen ou fort couvert
les soldes plus longtemps possible c'est
ça ces attaques culture longues courtes
et les cultures associées
parce que toute façon tout ça ça fait de
la biomasse est qu'un vrai ça profite au
sol lors la biomasse vous avez deux
choix soit vous utilisez pour le bétail
celui de l'élevage soit occulté pour la
méthanisation servait d'habitation soit
vous l'utilisez pour le sol si vous a
rien de tout ça mais toute façon fort a
abandonné ramené de la matière végétale
au sol et donc appartement on l'a
compris qu' il fallait compresseur les
couverts la question c'est comment ré
suite les couleurs quand on s'aime un
couvert végétal multi espèces dans
lequel est forcément une légumineuse
après la moisson aux prud'hommes seuil
batteuse et déjà deux conditions on sait
quel couverts végétaux on les réussit
mieux si on s'aime
aussitôt le passage and the battle
première question organisation deuxième
question comment va-t-on faire lever un
couvert végétal dans une terre qui est
desséchée
après la moisson puisque la plante a
tout pompé il ya plus d'eau et il pleut
pas il pleut pas pendant deux mois donc
ces deux questions principales la
première moi je les résolu grâce à
victor d'europe c'est à dire que comme
du chantier de moisson alors nous on
stocke toulousain donc avec déstockage
qui sont pas des stockages très moderne
ils voient ce battle qui débite 514 et
les stockages contre 150 il faut jongler
en mettre partout reprendre des tattes
était donc il faut la meilleure danse
assez les deux vieux qui de là sur mon
copain et moi et donc la mousse et
batteuse et le tourner
plus longtemps possible on l'a un
transbordeur qui permet effectivement à
la mosson 2 2 le maximum de débit et on
a dédié un chauffeur un tracteur au
semis découvert pendant la moisson
c'est à dire que dès qu'un mot soldes
est parti on est capable de semer le
couvert avec un chantier qui suit donc
ses preuves en question l'a résolu
la deuxième question comment fait on
levait à couvert dans un résidu paye sec
sur un sol sec dans le jeune dire 750 on
l'a bricolé toutes les façons jusqu'à y
mettre des disques chasse débris avec un
certain succès choisir et avec des
leviers difficile parce que le disque
6000 et il l'a passée à spec pinning
donc la paille empêche les graines de
lever ces terrains-là payet pas suivant
déplacer pour positionner la graine donc
l'an dernier
réfléchissant la question à la double
question de réussir découvert et pouvoir
se met en automne du blé dans les
conditions d'humidité importante où on
connaît les limites du soir à disque je
me suis dit mais il serait peut-être
temps de réfléchir
il n'y a pas de ce nom universel il
serait peut-être temps de réfléchir à
l'acquisition d'un semoir à dents
puisque l'as maradan et sa jean-luc que
me l'année confirmé le saut maradan
permet effectivement de positionner la
graine directement contact du sol en
chassant les livres et les résidus
végétaux et comme on ne veut pas des
chaumes et talât masood batteuse pour ne
pas justement mélanger la paille et r ça
c'est le boulot des vers de terre
le ver de terre ils vont chercher la
paille en surface pour la bouffe et et
l'emmener en profondeur donc faut leur
laisser faire le travail est bien la
solution c'est ce maradan donc par des
réseaux sociaux twitter j'ai connu un
seul agriculteur extrêmement intéressant
ça c'est un bénéfice il ya des cons sur
twitter mais aussi des gens super bien
et donc j'ai rencontré un garçon cette
manif courteau dans le pas de calais qui
s'essaye
plus récemment que mauriac et de
conservation et qui m'a dit mais tu
devrais aller voir monsieur jamais riche
heureuse dans le loiret parce que lui
conçoit des summer adam qui sont lui
s'étaient équipés qui sont pas mal donc
il est mis avec moi on est allé voir ce
gala et puis on l'a fait concevoir un
soir de 6 mètres repliable j'avais une
trémie avant que plus une trémie engrais
mais qu'on adapté aux va et qui permet
donc d'assurer le transfert du
grand-st-bernard hier en six mois et
l'année dernière on a fait de super
couvert avec ce soir on l'a utilisé à
l'automne pour faire des semis de blé et
cette année on a moins bien réussies
découvert avec ce soir là parce que je
faisais avant beaucoup baissé l'an
dernier on n'a pas eu lieu mais on a
quand même réussi vous verrez je vous
montre après vide et on a quand même
réussit pas trop mal le couvert en
définitive par une ou deux personnes
grâce à ce soir qui au fond est très
simple pas cher et qui fait un travail
complémentaire du sous-marin disque est
comme ça on a eu deux versions le dise
pour passer dans les couverts végétaux
important le socle pour passer dans la
paille fraîche et qu'on n'a pas envie de
mettre au fond du sillon et donc et en
tendant à doubler la capacité mais avec
deux appareils
et cette année si on a pu semer 350
hectares on lui jour c'est bien parce
qu'on avait c'est le ce moment là qu'ils
ont travaillé en concomitance mais là
encore c'est une question de logistique
récente chantier donc la russie de
découvert nous permet leur l'an dernier
parce que l'an dernier
g
on a eut découvert qu'ils ont levé
puisque on a eu la chance d'avoir un
petit orage après après les semis ils
ont levé
et puis après il a fait très sec donc
ils sont restés au ras du sol jeudi ont
crevé et unity ville la plus au 25
septembre
il a plus de façon assez continuer parce
que l'on est embêté pour fanny smi après
et là j'ai vu mes couvert explosé et au
20 novembre
on a fait des pesées avec avec l'équipe
de jean-luc elle en a fait déposer de
nos couvert et on avait cinq tonnes de
matière sèche ha bon aller contre 5
tonnes avec découvert qu'ils étaient
crevés à rodez par le hacker de l'espoir
et cette année ça prend le même chemin
découvert qu'on voyait pas ils vont
faire de la bière est ce parce qu'on a
le bon mélange d'espèces et ça c'est le
conseil d'aujourd'hui
évidemment adapté au type de sol et
adapté à nos rotations et donc ses cinq
tonnes de matière sèche
ha il vous amène une qualité de sol qui
est incomparable
quand on sait au printemps cette année
par exemple les chambres qu'on a semé
qui ont levé difficilement parce qu'il
faisait très très sec pour mois de mars
avril on a des chambres qui ont levé
avec un décalage d'un mois par rapport à
la normale et bien la moyenne de
rendement de mes chanvre je pense que
pour l'année elle est exceptionnelle par
rapport à ce que font tous les échanges
brillé en chêne vie en a produit 10
quintaux et demi de xavi alors que
beaucoup sont à 5 quintaux en grain donc
et en paille on va être presque 7 tonnes
de paille
malgré un décalage de semis d'un mois
alors qu'on sait que le change est une
plante particulière qui s'arrêtent de
pousser au 14 juillet je pense que la
cosa fête nationale mais que vous le
sommier au 1er janvier au 1er avril ou
au 15 mai le champ s'arrête de croître
au 14 juillet donc plus la période de
croissance est longue plus vous avez de
chances de faire de la perrière les
tonnages et là comme ils ont enlevé avec
un mois de décalage pratiquement fin
avril au lieu de début avril
on a perdu un mois de croissance et
malgré tout méchant ils font
pratiquement 7 tonnes de matières de de
paille à l'hectare ce qu'une production
presque normal jusqu'à musulmans ont
fait 75
ça veut dire que mes sol ont répondu
quelques pas et ça c'est probablement le
l'aboutissement de la technique
découvert halle qui a permis à ces sols
de fonctionner et en même temps
peut-être d'avoir on a peut-être qu'on a
aussi accru la capacité en eau la rfu de
cessole grâce à la technique des
couverts végétaux et est donc on arrive
à évidemment les résultats qui sont tout
à fait satisfaisants donc voilà ce que
je pouvais dire sur le système d'acteurs
conservation qui va encore évoluer parce
que maintenant on va parler
méthanisation de minutes
j'ai dit on a implanté 150 hectares de
seigle sur le groupe puisqu'il faut
préparer la récolte avance on devrait
commencer à tourner en 2002
22 et
et donc les rotations qu'on a prévu
ça va être plutôt des systèmes civ
diverses chez nous quand tu l'as du
climat de la plomée tri si en hiver
qu'on a le plus de chance de faire de la
biomasse donc des récoltes
ainsi l'âge au 15 mai et la question
c'est quelle culture allons nous
implanter au 15 mai pour faire une
culture de vente ce qu'on a décidé de ne
pas faire de culture méthanisation de
suite et qu'on veut garder les cultures
de vente et que chez nous la principale
marché le blé donc il faut pas toucher
pratiquement la surface doublée par
contre la méthanisation la culture va
remplacer grosse partie des surfaces de
ce qu'on appelle tête d'assolement
c'est-à-dire colza pois on avec les pois
protéagineux
je faisais de la fétuque rouge on va
probalement aussi arrêter la fétuque
rouge les hommes et on ne va garder que
fait de la lumière pour le moins aussi
arrêter la luzerne
c'est de la luzerne désire donc on va
garder betteraves parce qu on a un
engagement betteraves et puis ça nous
permet d'avoir des pulls pour le
méthaniseur et on va conserver le
chanvre le système agricole tels qu'ils
aient abouti aujourd'hui et qu'il a
fortement évolué dans les années qui
viennent avec la méthanisation
donc il est quasi 100%
avec très peu de travail du sol je vais
citer un peu les outils qu'on a ce qu on
a quand même une certain certain nombre
ça peut aller des cultes et c'est que le
la csa se résume pas à se voir à
pulvérisation et moissonneuses batteuses
en fait et toujours des cas où il faut
faire une intervention pour un tas de
raisons
et en plus comme nous sommes quatre
agriculteurs dans la société mgi deux
heures tout le monde n'est pas au même
degré d'évolution de son système
par exemple moi je pratique les couverts
végétaux de façon régulière mes
collègues ils font plus découvert
administratif donc qui passe par des
phases de déchaumage donc le système
actuel il est dans l'équipement de nos
matériels on a un certain nombre
d'autres acteurs dont qui sont plutôt
ancien puisque le plus récent à 6 ans on
a deux tracteurs de 200 210 et 240
chevaux
on a deux tracteurs qui nous tourner 150
140 chevaux
et puis après les tracteurs très anciens
1 210 chevaux qui à 7000 heures on a
fait ça qui résultent reprise
d'exploitation on a un tracteur qui
avaientt 20 ans et qui a aussi eu miller
parce qu'en fait quand on fait du
chanvre en fait est qu'on a dû la vigne
au moment où tout ça se récoltent la
vigne comme le chambre il faut des
matériels un peu partout donc on a des
tracteurs qui sont âgés mais qui coûte
pas cher et qui permettent de récolter
en même temps qu'on fait de la vendange
qui permet de tirer les bennes
parce que on fait beaucoup de transport
comme avec la moisson
donc pour revenir au parc matériel
l'attraction se résume pas à ça on va
dire que ça fait grosso modo à cheval et
demi par hectare on aime ce batteuse de
9 m de coupe à rotor on a également des
outils traa lors de ce mois comme genre
ai parlé tout à l'heure donc un semoir
direct je me dire 752 six mètres qui est
équipé avec une cuve d'incorporation
d'engrais liquide de 14,48 non ligne de
semis on a ce soir jamais récent donc
s'y mettre également à 18 8 cm
d'écartement qui permet d'implanter les
couverts et puis ont desserré un équipé
avec une cuve avant mono celles qui
permettent d envoyer la semence derrière
qui est plutôt à la base ils seront une
trémie engrais et puis en travail du sol
on a des choses assez disparate des
trucs anciens les trucs plus récents
parmi les choses plus récente un compile
de sites compile dur ou de six mètres
qui a été un peu là la pièce maîtresse
de notre système mais tant qu'il est
resté acs qui permet surtout d'implanter
des cultures au printemps avec un petit
travail de sol parce que ça fait un
travail en cuillère donc qui est très
peu impactant sur l'activité biologique
qui fait un peu de terre fine qui
facilite la fermeture durant on a depuis
cette année acheté d'occasion un carrier
valeur stade de 6 mètres cinquante
également et ça c'est plutôt en vue de
l'histoire découvert parce que jusqu'à
maintenant on les trouvait découvert
avec un broyeur 7 mètres mais qui prend
beaucoup de puissance ils consomment du
fioul qui nécessite quand même derrière
de repasser un outil pour faire un petit
bol chage parce que la répartition des
de la matière végétale n'est pas
forcément bonne donc cette année on a
décidé de détruire découvert avec le
carrier et c'était la raison de notre
achat d'occasion
et puis on a qu on utilise de façon
assez exceptionnelle un acte i sol de
quatre mètres 30 donc à une dent rigide
qui va travailler à 15 cm ou plus mais
on descend pas nous ont cette année des
121 cm et principalement pour reprendre
des terres après la betterave donc voila
et pièces essentielles également c'est
un rouleau cambridge et 12 m compass
quasi systématiquement à chaque fois
qu'on voit un peu derrière les celui que
ce soit des semis de printemps que soit
dix mille dt même des semis d'automne
cette année on ne peut plus s'en servir
mais enfin en soi un peu servi on
repasse un mot qu'on peut le rouleau
cambridge pour plusieurs raisons la
première c'est qu'il part fait la fameux
tueur durant la deuxième c'est que il
perturbe à la fois un peu les campagnols
et les limaces et et la troisième raison
qui est pas des moindres a d'ailleurs
c'est que s'il ya quelques pierres en
surface et bien ce rouleau entasse les
pierres et qui permet de ne pas les
ramasser et je dois dire que depuis
qu'on a cet outil qui a maintenant déjà
de la bouteille on râle inspire beaucoup
de cailloux et ça c'est quand même la
galère enlevé parce que ramassage et
pierre c'est une vraie corvée
j'avais assez peu parlé dans mon
reportage mais depuis qu'on est en semis
direct sous couvert végétal bon ramasse
plus de pierre et on ne les voit plus
donc ça c'est quand même quelque chose
d'assez extraordinaire parce que comment
expliquer physiquement que dans une
terre où ils et cailloux que tous les
ans quand on labourait on ne remontais
des tonnes et des tonnes
conte d'hiver hamas à damas comment
expliquer qu aujourd'hui 20 ans après
ces chants leur reconnaissent plus comme
on ne voit plus les mouiller regroupe
les clients pour le moment il s'est
refait du sol parce que la densité
apparente du sol c'est un peu allégés et
probablement
le caillou kepu dans celui-là pas
remonter c'est là qu'hier 40 c'est pour
le moins l'explication mais j'en ai pas
forcément d'autres mais ça ça demande
d'être confiants mais ça c'était une
observation qui pour moi quand même un
critère assez sympathique alors les
cultures de mon à seulement alors
actuellement l'exploitation
elle se divise en deux exploitations il
ya une exploitation principale leicester
où se vendait qui compte de 137 hectares
plus 4 hectares de vignes et une
exploitation qu'on faisait don qui
faisait partie de notre réseau de de
deux partenaires prestataires compte que
mes fils ont repris à 2 ans qui est une
et ce à deux en gros 100 ha unique non
en grandes cultures sur les terres très
très vallonné tout près de la vallée de
l'aude la vallée de la seine pardon et
du ter qui sont faciles à travailler
mais qui sont difficiles à exploiter du
fait des pentes et c'est cette ferme là
avec ses pentes
et d'ailleurs c'est un peu le cas chez
moi aussi nous interdit dans certains
une centaine par celle de faire des
betteraves s'est interdit de faire de
luzerne et donc on est réduit à n'avoir
que des céréales récoltées ceux du
moteur batteuse et donc ses céréales bas
ça peut être aussi le problème de la
rotation puisque on sait plus trop
quelle culture faire dans des parcelles
pentu on peut pas l'y mettre de chance
parce que le chant se récolte en balle
ronde à carbonne valeur donc vous
imaginez une balle ronde qui est lâchée
en haut de la pente
on a une route très passagère en bas de
la ferme et donc on a toutes les chances
d'aller percuter une voiture et et pire
un cycliste le web ça restera le champ
des cultures qu'on peut faire sur cette
ferme
donc comme je disais l'ensemble des
des parcelles travaillé par la sarl b2r
représente en gros 800 hectares répartis
dans un triangle qui faisait 9 km de
côte et jusqu'à maintenant et qui
s'agrandit un petit peu avec un autre 9
km donc on est dans un territoire quand
même assez assez proches ont fait pas 50
km pas une parcelle à l'autre mais qui
nécessite quand même il regagne son
logistique assez forte par exemple
déplacer un convoi de mentionner de
batteuses avec transbordeur ben etc
c'est quand même une voiture devant moi
se battait ses quatre mètre soixante
heures tout l équipe et en tenue au
large et envoie large à cause des pentes
donc cédé logistique relativement lourde
est il faut quand même dans cette année
un petit peu de monde alors je reviens
je reviens aux cultures pratiquées sur
la ferme c'est de faire les céréaliers
ont accès à seulement donc la principale
culture c'est le blé tendre le blé
tendre occupe grosso modo 100 hectares
sur les sur les 237 et si je cumule les
deux ferme chez 150 hectares de blé
l'escourgeon et orge d'hiver est
anecdotique on en fait pour implanter
des luzerne parce qu'on fait la luzerne
déshydratée donc l'escourgeon sert de
couverts luzerne déshydratée et pas de
couverts parce qu'on implante la luzerne
donc si tout leur école discours jean
parlons ensuite on a de l'enjeu
printemps là aussi encore utilisée
serait variable ça dépend tout
simplement des cultures qu'on a pu
implanter à l'automne nous
ou des cultures comment dire
peut-être de rotation qu'on va qu'on a
planté ou convainc plantés au printemps
donc c'est un peu les vrais d'ajustement
comme culture tête à seulement on a des
betteraves sur 27 hectares
on a du colza là aussi on le faisait
souvent hectares autrefois cette année
il ya quinze hectares de colza et ça va
pratiquement disparaître
on avait des pois protéagineux de
printemps et divers on abandonne les
propres tissus du printemps qui ne
servaient que deux couverts de graminées
fétuque rouge notamment
mais bon le plan protéines on va
l'oublier nous parce que de faire des
protéines chez nous c'est une gageur
dans les meilleures années ont fait 50
quintaux emploi et sept années 2020 on a
récolté 18 quintaux donc allez savoir
pourquoi je pense que le changement
climatique y est pour quelque chose
les coups de chaleur au mois de juin
l'exécuter importations font que du mal
à réussir les poignets les pois de
printemps
par contre les points divers les
rendements sont plus réguliers donc on
s'oriente plutôt vers les potes
printemps également dans un but de
nettoyage des sols des terres par
rapport aux graminées résistante en
utilisant le terme
évidemment tant que le terme
fonctionnera ensuite on a de la luzerne
déshydratée comme comme je le disais
pour environ 18 ha du chambre pour 35
hectares donc c'est du chanvre qui se
récolte pour la chanvrière de l'aube
coopérative laquelle nous sommes
adhérents
on récolte le chènevis en premier avec
les mooseheads batteuse en coupant très
haut
les têtes ensuite on fauche avec des
doubles lames buzzati et puis on récolte
la paille comme on récolte du foin voilà
fanées et on la récolte en balle ronde
pour la bonne raison que la chambrière
n'accepte pas de ficelle plastique et
que donc elle interdit la balle route
densité a permis à paris pp dick qui est
ce que la ficelle plastique est la seule
capable de résister à des fortes
pressions comme ça il faut la paix la
ficelle change et la balle ronde n'a pas
une très grande pression sur la ficelle
donc c'est acceptable par contre c'est
plus compliqué à manipuler à stocker et
à transporter bien entendu mais le chant
est une culture d'intérêt pour nous
parce que c'est une excellente est non
seulement une plante nettoyante
vis-à-vis les adventices est une plante
structurantes par broussolle parce que
pivotante et c'est une plante qui
demande très très peu d'intrants parce
que au fond il ya aucun herbicide aucun
fongicides auquel la secte ici justin
bieber a tellement le sommet et encore
il faut bien me positionner parce que le
chanvre a une particularité d'être très
sensible au glyphosate même avant
l'implantation donc mal en asie le mille
fois d'aperture de la croissance du
chambre et comme autres productions et
qui sont là aussi pour l'instant
anecdotique le tournesol de temps en
temps quand on a un excédent de culture
donc j'ai fait à peu près le tour donc
ça doit faire une culture tout ça et
qu'ils sont donc dans une rotation
dehors de quatre ans puisque le blé
revient tous les deux ans le blé faisant
la veille en marge
c'est la culture qu'on va privilégier
donc on fait toujours un humble et un an
sur deux est une culture tête dans
seulement entre deux bus alors on va
évoluer vers un système civ
méthanisation évidemment donc la
problématique qui nous est posée enfin
qu'on se pose c'est il faut garder le
blé parce que c'est la meilleure marge
il nous faut produire des cives en
quantité importante parce que on
construit un méthaniseur de 450 âmes au
mètre cube et qui va nécessiter le 100
tonnes par jour de l'approvisionnement
100 tonnes par jour d'abord avec 50% de
da posément agricole donc c'est ça quand
on ne pourra l école dans lequel il ya
un peu de pulpe de betterave
mais surtout de la civ les 50 autres
pour cent étant des co produits
industriels pour lesquels on a déjà
quelques contres
donc ces cultures intermédiaires à
vocation énergétique
ça va être essentiellement du seigle
pour l'instant du seigle divers implanté
au mois de septembre récolté 15 mai et
la question de la deuxième culture après
c'est parce qu'on est dans un système
tranquille durant deux ans laden culture
doit être une dicotylédones en
particulier une tête de seulement qui va
servir de précédent au blé suivant donc
on va garder notre blé tous les deux ans
et donc que les devants alors une si
vive avec une scène culture et donc
parmi les haines cultures implantées à
partir du 15 mai avec la problématique
des étés secs avec la problématique des
cycles de cultures très courts et de la
probabilité de pouvoir récolter au mois
d'octobre en grains une deuxième culture
se fait beaucoup effectivement de
contraintes et donc on réfléchit et on
travaille là-dessus avec arvalis en
particulier avec terra solis également
qui est la structure qui s'est implantée
dans la marne sur l'ancienne base
aérienne 112 en termes d'expérimentation
on travaille sur les cultures de type
caméline pour lesquels on
certaines références le centre qui est
et qui présente un important débouché
chez diester industrie basculer mois
donc une cabine qui est une vraie
néologie ne et qui avec la classique
d'être très tolérant la sécheresse qui
produit pas grand chose mais au fond
qu'est ce qu'on cherche en deuxième
culture c'est avoir une culture tac donc
qu'ils puissent effectivement porté
droit aux primes et qui nous permettent
avec la ciw d'aller chercher un chiffre
d'affaires global de 1500 euros par an
et par an minimum sachant que la somme
des charges l'implantation de notre site
d'hivers plus doux culture doit être
inférieure une charge de cultures blé
jean lacouture bc 550 euros l'hectare on
vient on chez nous parce qu'on a
fortement réduit les insecticides et
fongicides
donc ça c'est l'objectif d'aller
chercher donc grosso modo on va faire
800 à 900 euros de fil d'affaires avec
lascives et il faut chercher 600 euros
donc avec la deuxième culture
ce qui veut dire qu'une caméline ne faut
pas qu'elle fasse moins de 15 quintaux
ha si on fait une moutarde de d'ethiopie
ou d'abyssinie également imaginer il
faut également chercher si d'affaires si
on fait un tournesol basse a fait grosso
modo un tournesol à 25 quintaux pour
deux une culture ce qui est pas
forcément facile à atteindre
après on a d'autres choix dans les
limites brille on va faire du maïs
évidemment avec des variétés très
très près pour dire si plus court on va
faire du sorgho également s'en remet aux
grains ou sorgho métallisation là on
fera une même culture mécanisables à
tout ça c'est toujours l'idée de faire
le blé derrière et alors je reviens sur
le champ parce que c'est intéressant
le chant avec son cycle de croissance
avec une croissance qui s'arrête au 15
juillet et bien si on a planté un
chanvre au 15 mai on sait le faire parce
que dans les terres de vallée inondable
on implante des chambres quelquefois moi
ce que j'en ai pas mais j'aime mieux
attendre on a plant deschamps quelques
foires au 1er juin et qui arrivent à
faire 3 4 tonnes de paille si nature
nous nous prête un petit peu d'attention
en graine on peut espérer faire une
récolte de graines qu'ils soient
correctes de l'ordre de 7 8 quintaux ha
et donc si on arrive à faire on va 3,4
tonnes de paille c'est gagné on va faire
nos 600 euros sans problème et donc
toutes ces cultures nous permettrait
effectivement d'aller complémenter nos
cultures de 6 de l'hiver donc c'est le
schéma clients s'orientent alors 2 o 3 à
tous de la méthanisation et sont des
raisons pour lesquelles on est parti
dans ce dans cette réflexion c'est que
on en parle souvent mais dans tous les
systèmes acs on a quand même des
problèmes qui est terminée résistante
gravure chez moi ce tour et grands en
fait on s'en sort pas on s'en sort pas
parce qu'on est dans les scènes culture
même si les rotations sont nombre ont
descendu culture ou les céréales revient
de tous les deux ans est donc temps que
les sert à l'audience où les deux ans
lors des pointes de graminées et la
méthanisation et du fait de la récolte
en verre au 15 juin permet si elle
errait gras dans les cultures de
l'aisance il est donc d'éviter que la
graine
puisse germer dans les cultures
suivantes donc c'est un moyen de
déstocker les graines dans l'est dans
les sols et donc d'alléger le coût
désherbage herbicides évidemment des
parcelles ça c'est une raison très très
intéressante est d'ailleurs tout à fait
une surprise parce que depuis que notre
voisinage c'est qu'on monte unité de
méthanisation
j'ai déjà eu des appels le voisin qui me
lisent bas est ce que tu prendrais des
sites extérieurs parce que nous on a des
cas où on n'arrive plus à maîtriser les
très gras dans les blés et dans certains
cas ça ne serait intéressant de les ans
il est plutôt que de les anglais la
récolte on va re redéployer un volume de
graines qui vont germer nous voulons le
donc ces nouvelles questions
alors pourquoi implanter un cercle
plutôt qu'un regret parce que par
expérience sur moi qui le dis parce que
moi j'ai pas l'expérience mais servent à
nice qu'il dit et les méthaniseurs
actuelle elle le segway beaucoup plus
performant en terme de
en termes de normes au mètre cube
produit par hectare et leur gras et il a
eu un gros inconvénient c'est qu'il
verse et intégratives r c'est très
difficile a récolté avec une avec une
ancienne folie culture droite donc plus
si aujourd'hui on n'a pas beaucoup de
choix d'espèces là le sel
il ya le triticale tête intéressant
également quelques en hiver fourragères
également qui peut être intéressante en
méthanisation mais ça reste des
graminées des graminées des graminées à
grains quoi dire ça comme ça
l'autre raison qui nous a amenés à
réfléchir méthanisation
c'est une région plus environnementale
c'est que aujourd'hui l'agriculture est
montré du doigt pour ses impacts sur
l'environnement et notamment par rapport
aux émissions de gaz à effet de serre et
parmi les émissions de gaz à effet de
serre la poste le plus important est
probablement celui de la fumure minérale
azotés et on sait que la synthèse de la
zone coûte cher en g us en carbone
fossile
parce que c'est du grès des biens ce
fossile qui sert à fabriquer la zot dans
le digestat la caractéristique c'est
d'avoir un statut azotés très
intéressant parce que quand les
bactéries consomme la matière végétale
en fait elle est extrait le carbone une
partie du carbone mais elle laisse tout
le reste
l'azoté le phosphore et le potassium est
donc double internet la zone du
digesteur puisque lundi et ça ça fait en
gros 5 % d'azoté dans lequel il ya 3 les
deux tiers d'azoté ammoniacal et un
tiers d'azoté d'azoté
nitrique 1 ce digestat il va servir
fertiliser les cultures et donc éviter
l'achat d'engrais azotés minérale donc
sur le plan du bilan carbone c'est bon
la réglementation autour de la zone est
en train de se resserrer et on se rend
bien compte aujourd'hui que air de paris
commence à mesurer d'une des n2o dans
l'air de paris canton et ponts les les
premiers apports d'azoté mois de février
donc il faut trouver un moyen
effectivement de limiter ça parce que
sinon on va prendre encore un coup
donc là zot organique des digestats se
justifie d'abord voilà corpore dans l'ue
blé avec des petits à cause de petits
appareils d'enfouissement pour en perdre
le maximum le minimum d'ailleurs donc on
a le statut de l'azoté organique plutôt
qu'à se tenir
donc économie circulaire le deuxième
intérêt de ce digestat c'est que le
phosphore et le potassium magnésium qu
on a extrait à travers la croissance du
végétal ont extrait du sol lui n'est pas
digérée par les bactéries le digesteur
revenant sol il va réintégrer ce pékin
mg dans le sol
mieux les 50% d'intrants extérieur qu'on
va acheter à l'agro industrie notamment
contiennent également du pkm g et donc
on va avoir un approvisionnement
extérieur sources extérieures de pékin
mg a réintégré dans le sol et qui sera
gratuit voyez donc autonomie par rapport
au phosphore qui devient quand même une
denrée rare parce que tout le monde dit
aujourd'hui que les ressources du
phosphore sont limités dans le monde
donc c'est une sorte d'autonomie en fait
qu'on
va travailler avec ça bon maintenant
reste un point noir avec les digesteurs
c'est que le digestat ça se c'est à
déchets c'est considéré comme un déchet
cependant c'est pas normés donc il faut
un plan d'épandage
donc il faut décrire l'administration
l'endroit on va dépenser digestat et
c'est une logistique très lourde parce
qu'on sort autant de digesteurs qui
auront de la matière à procès au village
de pezens rire
comme dirait lavoisier rien ne se perd
rien ne se crée tout se conserve donc le
dj star on va en sortir autant de tonnes
qu'on va rentrer et d'intrants et donc
il faut les prendre et les pandas et
diestar des périodes qui sont un peu
compliquées notamment en sortie d'hiver
où les terres sont peu importantes et
bien il faut un appareillage lourd qui
va contacter les sols etc
donc on est en train de réfléchir avec
un entrepreneur on a la chance dans la
marne il ya des betteraves et des
cultures industrielles et on a des
entrepreneurs qui sont capables dépendre
des autres sucreries d enfouir même avec
des appareils très performant et on
problème plus des tonnes à lisier dans
les champs mon problème des enrouleurs
des enrouleurs comme pour irriguer
traîné par un tracteur on étale le tuyau
et puis le rouleur suit le tuyau on met
une cuve 90 mètres cubes au bout du
champ qui est emprisonné par les camions
en digestat le tracteur la pompe tire le
digestat de cette cuve l'envoi dans le
système de dents rouleurs avec une rampe
qui va répondre tirée par un tracteur et
qui répondent s'ils ont une certaine
largeur ce digestat donc on commence à
trouver des appareils aujourd'hui
extrêmement performant c'est regarder
roland grasset par hasard parce que la
bouillie fonds et nombre de lisier d
estaing et à des coûts intéressants
parce que l'entrepreneur on va amortir
son matériel sur les travaux de chicorée
et sur les digesteurs donc voyez ça
c'est aussi un atout
et puis il faut garder des distances qui
soient raisonnables malgré tout parce
que les grandes distances sur toujours
susceptible de peser dans en termes de
coûts donc ça c'est quand même on va
dire que le digestat c'est comme un
point noir du la méthanisation et il est
évident que plus on trouvera des
matières riches en carbone donc un fort
pouvoir méthanogène et moi on est pour
la digestion
l'idée c'est de mettre moins que 100
tonnes par jour pour diane 450 mètres
cubes voilà c'est tout un acheminement
nouveau et l'envoyer sur le plan
agronomique
c'est une vraie réflexion et quel est
l'atout de la têt la cs dans ce système
méthanisation et là plusieurs d'abord la
csc les sols portant et jeu
lui qui disait je crois que c'est lui ça
c'est guy qui disait personam que les
seules conduit à ces assauts se tasse
pas et on voit nous embêtera à la fois
c'est symptomatique
on arrache et des betteraves l'an
dernier dans des conditions
épouvantables au mois de novembre et on
voyait pas la trace des bennes ni de la
machine qui arrachait quoi et on
l'aspect du blé direct derrière et le
blé direct derrière ce mot trois ans
mais il a fait 90 quintaux ha c'est vous
dire
l'état de nos sols sur la parenthèse
donc ses licenciées qui y est je crois
que les sols conviennent acs une fois
qu'ils ont atteint leur qualité j'irai
biologique structurelles et ses rangs ne
se tasse pas donc permet de passer des
charges voile qui m'ont londres en
conditions un peu limites sont des
structures et ses sols la celulle c'est
le premier point dacia le deuxième point
c'est que quand on est équipée pour
faire de la cs la réussite de trois
cultures en deux ans c'est la rapidité
d'intervention du deuxième semi après la
récolte donc même chose que pour les
couverts d'un ours batteuse
nous on va s'équiper on va on va tout
faire faire en prestation la récolte le
transport du tassement du silo pour
lessive et se consacrer uniquement au
réensemencement la zone culture cap le
semoir doit suivre la de la récolteuse
pour implanter un jour si un jour quand
on est au mois de mai donc pour y
implanter une nouvelle culture on va
donc mettre tous vos efforts pour que le
travail soit fait le plus rapidement
possible et aussi pour conserver le
minimum d'humanité nécessaire pour faire
lever les uns culture parce qu'on
imagine qu'une bonne culture qui
lèverait pas tout de suite
elle est fortement handicapé et je
dirais même qu'elle est foutu oui c'est
les raisonnements encore une fois
agronomique qui emmène des raisonnements
2
d'organisation logistique qui nous font
penser à tout ça alors après au niveau
des équipements il va forcément y avoir
des évolutions dans les équipements
aujourd'hui on n'est pas équipé de strip
till parce qu'on la voit pas l'intérêt
il parce qu'on fait assez peu de culture
finalement monogramme à part les
betteraves donc probablement il va y
avoir une réflexion autour du strip till
pour implanter les sorghos pour importer
des tournesols pour implanter pourquoi
pas des betteraves dans une culture ce
problème c'est de la graine et cher pour
faire une culture avec un potentiel
limité mais bon c'est une réflexion
qu'on conduit aujourd'hui donc pourquoi
pas script il est le système qui permet
d'implanter avec un travail du sol 10 cm
d'injecter de l'azoté dans la ligne de
semis en profondeur et booster la
culture parce qu'il faut toujours
booster la culture ont suivi direct en
fait faut compenser au moins dans
réchauffement par une tumeur starter
même si c'est pas tout à fait la même
chose
donc il faut évoluer vers ça et donc
c'est une réflexion pour qu'on conduit
aujourd'hui
donc voilà où on en est de notre de
notre système et de notre réflexion
actuelle louis est encore beaucoup
beaucoup de choses à faire et je pense
que quand j'aurai quitté la scène mois
de titre d'exploitant agricole mes
successeurs ont encore beaucoup de
questions à se poser
en tout cas je pense que on est bien
partie parce que le système a bien
évolué et on a un bon environnement
technique aujourd'hui avec
l'accompagnement de vives et sia du 7 1
tous nos réseaux
je dirais une réseaux sociaux auxquels
on communique donc auprès de sa fille
carys culteurs qui sont quand même assez
exceptionnel
jacques le numérique nous apporte quand
même quelques facilités en la matière
ont correspondu avec des acheteurs
étrangers sur les techniques la
plantation comme ça et c'est très
intéressant
donc je dirais que l'avenir est devant
ça c'est pas une nouveauté mais c'est
l'avenir qu'on va se construire qui est
intéressant est donc la méthanisation
c'est la garantie à moins que le
gouvernement revienne sur ses
engagements au salon l'a déjà vu
malheureusement la météo les sens c'est
le seul produit le gaz c'est le seul
produit agricole dont le prix est
garanti pour 15 ans donc même si les
investissements sont très lourds je
pense qu'on a quand même une visibilité
est plus intéressante que sur le prix du
lait céréales ou là bas même si
actuellement prix du blé est très
intéressant et même si là était plutôt
correct depuis deux ans parce que
j'estime que doublé à 150 euros c'était
un prix correct et bien on a aussi lu il
ya pas très longtemps dubly à 410 euros
la tonne et que là si le blé arrive à 90
euros la tonne mais pour le mettra dans
le méthaniseur si les betteraves
continuer d'être payés à moins de 20
euros la tonne on les mettrait dans le
méthaniseur d'envoyer c'est une nouvelle
façon d'organiser la valorisation de nos
cultures et donc la version de l'os hall
et donc c'est un permis
en quelque sorte de stabilité de du
revenu qui nous arrive et je dirais pour
acheter le sac jusqu'à maintenant on
était de seraing dans le système parce
qu'on avait des vignes
on a des vignes et que la vie à
champagne c'est vraiment le truc sans
problème on voit des 10000 kg ha de
raisin un prix de six euros 50 kg donc
en gros à l'hectare de raisins ça fait
la même marge que sont hectares de
cultures avec beaucoup plus de sécurité
la crise du coc vie de passants et la
crds et du champagne d'ailleurs qui
était en filigrane le nous a rapidement
ramené à la réalité c'est que leur la
vigne de champagne demain peut être une
culture difficile en termes de revenus
ce qui était inimaginable ya encore six
mois
cette année on nous a acheté sept mille
kilos de raisin a fallu min-me 7000 son
pays donc oui tout de suite que c'est la
marche qui est partie parce que les
chargements rester les mêmes et que donc
dans un système agricole
il faut pas mettre tous les atouts faut
pas mettre tous les hommes un panier
comme on dit donc la diversification des
cultures la diversification des
rotations et diversification des
débouchés et le biogaz fait partie ses
débouchés est un atout pour sécuriser
normalement le diraient qu'au delà du
contrat de 15 ans qu'on a avec
l'énergéticien qui ont assigné est bien
demain c'est une station de biologie
arrivé qu'on va faire peut-être que nos
tracteurs tourne rond et biogen vu les
camions des cidreries tourneront au bio
gnv les camions de la coopérative au bio
gnv on en train d'y travailler déjà dit
réfléchir et voyez que l'agriculture là
elle va vraiment rentré dans une
économie circulaire est certain est que
j'aie jamais rencontré que fabrique tome
1 1 à grenoble aux états unis en 2013
il peut te retraite maintenant qu'ils
nous disaient en 2025
on devrait être capable de rendre
l'agriculture et autonome par rapport
aux fossiles et en 2050 la question
devrait être capable de fournir
d'énergie positive aussi aux citoyens
donc ça c'est quand même une réflexion
extrêmement intéressante et ça pose la
question d'ailleurs du prix des terres
et quand on voit le prix des terres côté
d'augmenter malgré la baisse des revenus
c'est parce que derrière ce prix des
terres et des acheteurs et ses acheteurs
c'est pas forcément que les agriculteurs
aient un certain nombre de personnes
aujourd'hui qui ont de l'argent qu'ils
se méfient les bancs qu'ils se méfient
ou qui trouve que ça va passer et qui
investit dans l'agriculture qui
investissent dans les sols parce que de
toute façon quoi qu'il arrive quoi qu'il
fasse on aura pour le moins 10 milliards
d'habitants à nourrir dans les années
2030 2050 qu'il faudra bien les nourrir
ces gens là sur les surfaces agricoles
qui sont pas un extension même si on
cultive la sibérie demain et que donc il
va falloir intensifier la pollution de
chaque hectare
quoi qu'en disent les écolos pour
arrêtant six fait cette collection il
faudra rendre cette intensification
compatible avec l'environnement avec la
préservation de l'environnement et avec
la préservation des sols et donc je
crois que les outils que je viens de
vous décrire ce matin qui sont la
culture conservation la sécurité de
pouvoir cultiver ses terres soit en
étant propriétaire soit en ayant des
baux de longue durée
l'investissement que font des fonds dans
les terres aujourd'hui si on est capable
effectivement de transformer ça en actes
de production la méthanisation les
énergies renouvelables que ce soit du
photovoltaïque que ce soit des éoliennes
ont pu en dire ce qu'on veut pas tout ça
ça existe chez nous et donc je pense
qu'on a on est en train d'ouvrir
l'éventail des solutions autour de
l'agriculture pour la transition
énergétique
bon j'ai pas tous en tête parce que tout
est enregistré
moi j'utilise le logiciel vie inférieure
je vous donne l'impression cartographie
sur internet et donc j'ai d'abord se
disent tout à l'heure telle que tu
aimais culture les rendements de l'année
2010 915 intéresse je suppose c'est pour
vous situer si vous allez dans la région
laquelle je suis qui est pas la région
de fère champenoise
il ya moins de potentiel mais voilà on
n'a pas de chance on est là donc emblée
l'an dernier sur 95 ha on a produit 9
tonnes 4 de moyenne en orge de printemps
sur 27 hectares on a produit 8 en deux
en chambre sur 27 hectares alors ça
c'est que là et ce ruisseau vandier
parce que l'autre fermé sur une
comptabilité sur une chanson 27 hectares
on a produit en skate au tce nuit et on
a produit sept tonnes 5 de pai en
betteraves
on a produit 88 tonnes à 16 sur 18
hectares emploie 5 tonnes en colza le
bouillon
19 quintaux parce que ma lever les
ravageurs évident quand ça part mal ça
part mal en luzerne déshydratée 15
tonnes 5
donc voilà pour l'essentiel des
productions
alors maintenant les standards
techniques sur le blessé est assez
simple le blé le gros poste
moi je fais en blessant 95 ha on a 25
hectares de production de semences et
rhin contre accusé avec la coopérative
donc grosso modo on va dire que la prime
la multiplication vous devez la semence
on va dire ça comme ça la police en
semences me permet de changer un peu
mais variétés les chercher un peu les
variétés de tête et je le précise le
passage que j'achète 100% de semences
certifiées
je suis devenu un oiseau rare parce que
c'est devenu très rare aujourd'hui
mais étant pour lutter de semences et je
considère que face aux champions de la
coopérative d'abord m'oblige acheter
100% dans l'espèce en semences
certifiées
mais en plus je suis presque convaincu
que le coût de la semence est un faux
coup et qu'en tout cas c'est le prix à
payer pour avoir des mains des variétés
performantes
parce que puiser dans sa cellule bon si
tout le monde en fait autant je pense
que la recherche va rapidement baissé
les bras et qu'on n'aura plus le
renouvellement génétiques nécessaires et
d'ailleurs on voit bien que dans les
espèces ou le passage à la seconde
sortie est obligatoire en anglais
betteraves et de maïs et bien les
performances et des nouvelles variétés
sont quand même au rendez vous j'ai
aussi un exemple j'ai quand j'étais
technicien de settat donc dans les
années 75
on produisait dans les meilleures terres
de champagne ce sont deux tonnes de
betteraves à l'hectare on mettait 200
unités d'azoté pour produire ces 60
tonnes
aujourd'hui on produit dans ces mêmes
régions 110 120 tonnes de betteraves à
l'hectare avec son utilisation
ça vous montre et ça c'était il ya
quarante ans ça vous montre le le
progrès génétique parce que c'est pas
que le savoir faire des agriculteurs
ces progrès génétique
et en maïs les rendements sont moins la
progression est moins spectaculaire et
je suis pas spécialiste du maïs mais moi
j'en fais pas mais l'ironie comme
sacrément augmenté alors c'est un autre
chiffre également vous états unis un
seul des maïs ogm dans les mêmes années
qu'il ya 40 ans aux états unis on the
strong un taux de maïs à l'hectare alors
qu'en france on produisait 80
aujourd'hui en france on produit sans
qu'un peu de maïs à l'hectare aux états
unis on produit 130 à 140 ce moment là
encore le progrès génétique étaient liés
aux ogm aux états unis et qui les
interdit chez nous les charentaises ne
font pas de commentaires
les terres du blé bailly l'essm est
maintenant là à partir de là les 7 8
octobre en direct
autant que possible donc sur des
précédents colza luzerne betterave de
chanvre et coloris chili colza donc sur
les principaux les principales
classement dubé donc je vais direct en
général avec le soir à disques à part
tuer sur chance parce que sur ce sombre
on se permet la fantaisie de une fois
qu'on a ramassé l'a pas il ya toujours
de la paille traînante qui reste donc
tous les gens qui laboure sont obligés
de passer un coup de hertz pour ramasser
les pas qui traîne parce que ça
s'enroule partout c'est de la ficelle et
nous on a la chance dont ce n'est pas le
cas cette année mais si on a la chance
qu'il fasse sa commande et semis de blé
dr chan on passe avec le jaune d'hier
750 direct ils comprirent l'appliqué pas
ramasser ça se passe très bien et on
fait très bons moments sur chance mais
direct cette alliance est arrivé de
galère parce qu'on n'a pas ramassé la
paille il a plu l'arrière et l'a
ramassée et là on a eu quelques
enroulement chauffeur en a bavé un peu
quand même
donc sur le blé grosso modo à début
octobre mais 320 m² dans les terres
blanches aux maîtres 320 je sème pas
très dense ensuite on fait un herbicide
de postes celui prélevé essentiellement
pour suffoque armes ou plantes aux lions
ce n'est pas suivie de la fosse burri
donc non je lui fais un set je crois
d'un fossé de bury dff qui permet de
consulter leurs messages de tonnes est
ce qu'il faut viser c'est zéro graminées
à l'entrée 10h01 grameen entre asnières
s'il enlève au printemps on évalue le
risque de repasser il faut l'ignorer
voilà la coupe désengager énorme avec le
risque
j'aime pas les sulfonylurées au
printemps parce que c'est toxique pour
les couverts qu'on va planter après la
moisson
donc on évite de le faire si
effectivement il faut le faire on le
faire parce que faut quand même sauver
la culture ensuite insecticide contre
pucerons donc là c'est on observe yaoi
apport en général on fait quand même
assez petit sid une petite pierre être
au stade une feuille à deux feuilles
si on pense que l'hiver va être très
doux comme l'an dernier ben on repasse
début décembre avec une deuxième makli
qui sont d'insecticide à petites doses à
ce qu'il faut là encore c'est que
l'habitation soit propre de pucerons à
l'entrée de l'hiver
et puis voilà c'est tout ce qu'on fait
sur les blés l'automne ensuite sortie
d'hiver dès que possible donc un février
on applique
la zone souffre et ses fans d'ammoniac
tout simplement en raison de allez on va
dire chante unités cardage haute et puis
ensuite tout le reste fait la solution
azotée donc le deuxième apport
il est très près du premier parce que
l'ex pense qu'on a montré que sur le
plan climatique
la période la plus le risque de plus
d'avoir le poids de la plus sèche c'est
au mois d'avril
mars avril on chez nous et si on n'a pas
mis là zot quand le saccageur deuxième
apport donc avant le stade b eh bien on
a compris mais là le rendement de la
culture
donc on est parti vers un système où on
va pratiquement mettre le plus gros de
la zot avant le 10 mars
d'accord et on va se réserver un
complément au mois de mai de l'ordre de
40 unités
s'il pleut s'il potentiel lui les bons
etc
mais il faut viser pratiquement 100%
presque 100% de la zot au mois de mars
et quand on fera la des cantons ne
l'appliquera des digestions des
digesteurs on mettra pratiquement tous
les autres mois de février mars d'accord
alors de 30 mètres cubes de digesteurs
ensuite protection fongicide les plus
grand chose puisque on me regarde même
plus le piétin verse et plus de quêtes
inverse quand on acs et plus piétin
échaudage le risque et 7 torrio
septoriose on a des outils de pilotage
donc c'est à méo maintenant mais
peut-être que je vais changer
je ne trouve pas très conviviale donc
c'est un outil qui est vendu par la
coopérative est donc là on pilote à vue
et la dose également revu en fonction
d'eux
du risque que qu'on présente comme
présentes à l'invitation et par rapport
au climat chez équipe et 1 station météo
scène crop qui nous dit assez
précisément d'ailleurs l'hygrométrie du
traitement et puis la vitesse du vent et
c'est bon c'est plutôt un confort de
travail
ceci dit ça ne dit pas le temps qu'il va
faire demain donc dans un cadre au même
point bon même s'il a des métaux et plus
en plus pointues s'est pas encore
l'intersection donc fongicides ça va se
résumer à deux traitements des
applications une application qui 71
l'application qui fusariose l'épiaison
le coup font l'essai de cette année ses
40 euros de l'hectare
on est à 80 il ya dix ans le coincer qui
cite c'est uniquement la pire est qu'on
va mettre à l'automne il ya plus plus
d'insecticides végétation et je me
l'interdis cette année avec un peu de
pluie seront les piétons bon jeu
j'estime que il
il faut supporter ça parce que dans
notre système acs
on travaille beaucoup avec les
auxiliaires et jean luc foulem les
explique assez facilement que à chaque
fois qu'on sort le plus élevé avec l
insecticide en fait on flingue une
partie du cycle des cars à bhl qui
bouffent les limaces en particulier ou
des coccinelles qui bouffent les
pucerons et donc pour éviter pour éviter
autant que faire se peut donc on fait
plus d'insecticides agitation sauf à
l'automne et c'est vrai pour
pratiquement toutes les cultures
ben voilà une fois qu'on a fait ça on en
affectant la question régulateurs ont
pratiquement plus un lead de 1 litre de
c3 et c5
j'irai par sécurité au moment
stade b grosso modo mais je pense que en
limitant la densité de semis à 300% d'un
grain m² donc en favorisant le talent
âge on a moins de risques de verre sont
à des vérités aujourd'hui qui sont comme
beaucoup plus tolérante à la verse que
cela qu'on est votre foi alors moi je me
suis mise beaucoup au niveau du choix
des variétés sur leur motricité par
rapport aux maladies par rapport à la
verse
en particulier parce qu'à chaque fois
qu'on pourra remplacer des phyto part de
génétique qu'on aura gagné quelques
joueurs parce que le fiso il ya toujours
un conte fait partie quand vous mettez
un fongicide ou flinguer aussi les
champignons du sol et champignons du sol
sur des saprophytes c'est eux qui vont
permettre à la plante de mieux
s'alimenter en phosphore et potassium
notamment phosphore ce que nous en
champagne on a la particularité d'avoir
du phosphore qui descend rapidement se
fixer sur la roche-mère le calcaire en
épée hache à plus de 8 1 donc c'est pour
ça aussi qu'on apporte du phosphore dans
la ligne de semis du phosphore traits de
leur taux phosphate donc est la forme la
plus solubles du phosphate pour
permettre à la plante de consommer un
peu donc la presse et les champignons
saprophytes qui vont les chercher le
phosphore de la roche-mère pour
alimenter la plante et on essaie dans le
port témoins se formant doit normalement
on n'exporte pas de paye donc qu'on boit
aux sorties des hawks de batteuses et
puis on s'est remis le couvert derrière
aussi tout donc
il n'y a pas de travail du sol sauf
quelques fois on va passer une universal
paille on high tech magri 12 m cette
année on ne va pas faire un petit eu
tort parce que vous font la tête malgré
elle fait un tout petit peu de terre
fine qui permet la ligne de speed se
refermer pour le savoir parce que le sma
tekna grill un socle très étroit 12 mm
ce qui bien que si on n'avance pas trop
8,8 kilomètres heure on ne voit pas où
ils passent pratiquement les sillons se
referme
mais cette année comme on a des sols qui
n'ont pas hiberner n'y a pas eu de gel
et qu' il était mal structuré en cause
si vous voulez de de l'année précédente
qui avait été très aimé de l'hiver très
humide quand on a passé la dent elle a
éclaté un peu commune soucieuse et donc
on avait des modes plutôt que de la
terre fine et ça explique aussi pourquoi
on a eu des mauvaises levée de l'osm ans
de couverts c'est qu'il n'y avait pas de
terreau fine pour recouvrir la source on
a beau passer un rouleau cambridge ont
fait un point bien sion donc peut-être
que le passage de technal est utile mais
c'est encore au plan logistique un
tracteur et pat les sur une machine n'en
faut pas beaucoup de puissance mais bon
c'est pour ça aussi qu'on a des vieux
tracteurs on garde pour pouvoir avant la
souplesse donc le couvert et semer trop
d'errements généralement des reins blé
jusqu'à maintenant
eh ben c'est une culture
tels deux seulement demain avec la
méthanisation sera du séga donc qualité
en sera différent si on est en attaque
culture courte on va semer de la
féverole parce que la féverole va
permettre d'enrichir le sol en azote et
permet avec des petits coups d'audace et
tolérante au glyphosate permet de
nettoyer champ sur le plan des graminées
sans aucun travail du sol et on va
réimplanter quand on fera des singles on
fera de la féverole d'ailleurs le bleiz
toylets et on va implanter le seigle
dans la féverole avec des petits coups
de feu that en interculture longue
alors moi j'achète découvert qu'ils
viennent de cv sacs sont tous préparés
qu'ils sont des atouts sol qu'on appelle
ce sont des mélanges de de légumineuses
en particulier de la vaysse
velud variété massa ou équivalent il
avait évolué qui couvre très vite et en
même temps on mélange de la pratique
afin de la moutarde et yopi qui est
plutôt un radis d'ailleurs son
comportement mais qui a un rationnement
extrêmement puissants les structures le
sol et qui fait beaucoup de biomasse
même si ça paraît pas comme ça ça fait
erwan biomasse et puis on met là dedans
et de phacélie pour lier le mélange on
met 500 g de fasse élire hectares où
c'est un kilo et on va mettre après en
des trucs qui nous reste des semences de
poids qui lui reste le maître jeu
pourquoi de manière à faire un mélange
qui soit assez varié en termes de
l'espèce est donc l'objectif de ce
mélange il y en a au moins trois c1
couvrir le sol très rapidement pour
avoir l'effet des orages
2 c'est à portée de la zone par les
légumineuses pour faciliter
l'information du carbone de la paille en
humus
parce que chaque fois que rappelle que
dans une tonne dans un kilo de sol bien
souvent il ya 600 grammes du bus et que
dans ces 600 g us il ya aussi il ya
aussi
qu environ 100 grammes d'azoté donc il
ya les autres représente le vrai 100% de
la fraction de 10% la faction de l'humus
donc si on veut faire de l'humus donc
transformé du carbone en humus
il faut apporter de la zot ça explique
pourquoi nos parents autrefois métiers
de la solution azotée sur les pailles
pour les faires des composés s'était pas
idiot aujourd'hui c'est interdit par la
directive nitrates mais n'empêche que
c'était poignant donc tomber des
légumineuses parce que les légumes mais
on fait travailler à la place donc
deuxième point c'est apporter de l'azoté
troisième point c'est structurel sol ont
remplacé les outils ça simplement donc
préparer le sol
l'accueil la nouvelle culture qui va
arriver derrière donc ça c'est pour la
ta culture longue s'il s'agit de plantes
de services plantes compagnes pour le
colza par exemple moi je mets de la
féverole en particulier où l'on verrait
tout à l'heure la féverole avec le colza
donc on fait deux passages de smic ont
fait plus de colza c'est pas de coin est
jeune on sait la féverole le jour j les
j + 1 11e le colza donc de profondeurs
différentes est l'objectif recherché
dans l'affairé rôle c'est évidemment
d'apporter le lesotho colza c'est
d'occuper un peu le sol même si ça
couvre pas beaucoup seront perturbés les
insectes
parce que la féverole perturbe les
insectes est en fait vous verrez au
stade où on est là
on voit plus de féverole que de colza
longchamp donc les insectes pense pas
que c'est un champ de colza y pense un
champ que c'est drôle ça ne m'intéresse
pas donc c'est un moyen aussi de
dissuader
gireg par voie par voie comme on appelle
ça on va feindre en fait c'est le mot
vient plus mais bon on va tromper les
insectes avec une culture qui n'est pas
celle qu'ils recherchent et la féverole
va également se disait encore l'hiver
par le gel ou sigel pas on va mettre un
petit coup de belcaire un herbicide qui
va le finir et qui veut détruire les
éventuels le coquelicot qui reste dans
la bande à part celle donc trois types
de couverts qui sont pratiquées après
une récolte de blé si je prends le cas
de leurs voeux printemps ont récompensé
même chose
l'orge de printemps
eh ben c'est semer dès qu'on peut dans
le couvert soit à couvert qu'elle était
mal chez soi qui a été broyée on passe
un coup de compile d'avoir le semis pour
réchauffer un petit peu le sol et puis
le lendemain on s'aime on s'aime
l'argent soit s'il fait beau on attend
que la terre blanche y soit soyez jeunes
le matin et en selle le matin quand il
gèle ça va tout seul et on s'aime l'orge
avec une infraction mandat zot donc deux
tiers aux semis et puis un tiers au
stade 3 feuilles dans la mesure où on
fait la terre culture longue
l'idée c'est garder l'interculture le
plus longtemps possible pour qu'elle
produise un maximum de biomasse et que
qu'elle capte le maximum des votes donc
la détruire au moment du semis c'est
rien risque c'est qu'on puissent
assécher le sol en matière de dos si on
manque d'eau au printemps
maintenant on a les résultats maintenant
au chili en particulier une orge qui est
fait sur un couvert le plus de chance de
faire le manteau potentiel par rapport à
une hanche qui est fait en interne il a
connu son vrai sur le spi bien sûr une
bonne implantation
même si le sol est pas réchauffer ouais
alors toujours en grèce leur terme
14 48 14 48 dans la ligne de semis je
dis moi je passe un petit coup de un
petit coup de compile pour réchauffer un
peu et
même si du lendemain ça réchauffe pas
mais dans le temps se réchauffe plus
vite quand même c'est l'effet halle b 2
1 et est donc oui on fait des bonnes
tendances et koné sont là et en fait
lors j'allais très sensible au tassement
et dans les systèmes conduit en acs
comme j'ai eu tout à l'heure on n'a pas
de façon donc on a les sols bien
structuré appartement où l'ange est bien
implanté après le rationnement et
gentiment facile et si l'enracinement
est facile et rapide et ben là tous les
atouts pour faire pour faire son
potentiel donc deux tiers d'azoté au
semis et un tiers en végétation à trois
feuilles avec ton la particularité que à
l'époque on mais on est au stade sans
faille de leur vif et sec en général et
que donc la valorisation du deuxième
apport est pas forcément évident donc je
me pose aussi la question
comme pour le blé de savoir s'il faut
pas apporter tous les atouts smi alors
mais pour le blé pas pour le sommet mais
au moins la reprise de végétation
parce que la réflexion est la suivante
dans un sol qui est en bonne activité
biologique
les bactéries l'activité du sol
réorganise en permanence la zot et
d'ailleurs c'est très difficile de
suivre le profil azotés d'un sol qui
conduit en acs
on sait pas très bien quel moment les
bactéries ont libéré la zot quand on est
à la bourre c'est ça pour mes de la zone
aujourd'hui demain et après demain est
plus là quand on a lancé beaucoup de
gags et que ça parce que là zot il est
en permanence organisée redistribuant de
profil et on observe par exemple avec
les cultures associées par de 13 dans
les colzas qui va bénéficier aux blés
suivant que
les rendements si toutefois il n'y a pas
de facteur limitant aux sur le blé que
le trèfle apporte un complément de
rendement de l'ordre de 10 quintaux ha
et un complément de protéines sont le
bilan de 2 1 points et pourquoi il
apporte un point protéines en plus et
ben probablement parce que j problème
parce que je ne suis pas sûr mais c'est
des hypothèses qu'on fait probablement
que le la zot contenus dans le sol et
réactivée par les bactéries
il est mis à disposition des racines
jusqu'à traiter en gestation
donc dans un sol labouré le soleil vide
au moment où le blé a besoin des autres
pour faire capoter le sol étant vide eh
ben il fait moins de protéines et on a
beau à portée de la zone sous forme
ammonitrates et au type le pop art ils
sont à la racine ça sert à rien donc
c'est pour vous une explication c'est
que le sol est vivant et comme le sol
est bidon eh bien les les éléments
nutritifs ce baladin même s'il ya peu de
solution en eau dans leur antre dans le
sol l'azoté est plus facilement mais
disposition des racines ses problèmes
une explication mais je vous dis bien je
n'ai pas la preuve est un peut-être
d'autres aussi mais s'ils veulent qu'on
fait tout simplement
donc là on l'a pas de cette manière car
bissy de classiques en titi coste
antigraminées et puis
et puis un fongicide un régulateur pour
éviter la place du col de les pieds et
voilà c'est parti comme ça en betteraves
c'est un peu plus compliqué encore que
donc on va dire couvert au mois de
décembre pratiquement donc soit par un
mail charge soit par un broyage ensuite
on va suivant l'état du sol passer ou
pas un passage d'acti sol donc la dent
rigide à 15 cm qu'un avantage de deux
fils y aurait un petit peu au moins les
15 premiers sentiments parce que quand
on observe dans la conservation c'est
que quand on a des zones de tassement
elles sont plutôt en surface elles sont
au fond la ligne de semis donc ces 3 4 5
cm donc tentant fait officier et un
preset cette partie là donc à qui seule
est un outil parfait pour ça et puis au
printemps ont fait une préparation alors
comme j'ai pas de se voir adapté à
disque je fais une préparation classique
et ressentent hâtif costil et se marrent
derrière tout simplement les colzas les
colzas
on va implanter ça alors on les plans de
plus en plus tôt avant c'était la date
fatidique c'était à partir du 20 août
maintenant c'est avant le 10 août et
depuis deux ans qu'on pratique comme ça
on va beaucoup de gens parce que plus on
cento plus la chance que ça lève on a
une pluie qui permet de donc soit là
cette année mais colza sont derrière un
précédent recul de printemps se mêlent
automne d'oncle alors je prendrai le
temps a été récolté à peu prendre le
temps que les escourgeons ce qui a
libéré la terre de bonheur et on ne fait
un petit des autres déchaumage aux
carriers pour embêter un peu les souris
parce que le problème c'est les
campagnols quand même quand on en suit
direct faut le dire donc un petit
passage le travail du sol permet de
perturber les galeries et donc les
passages de campagnols son élimine pas
mal derrière vous avez les buses les
renard qui vient de les choper et et en
asthme et le 8 août dans la semaine du 8
août donc le 8 août la féverole le 9
août le colza et puis on allait garder
de la fraîcheur en fait dans cette
préparation de sol donc saluer tout de
suite et oui on met une belle
implantation donc pas d'anti masseret du
tout si on sert de bonheur c'est gagné
ouais je mets du bord oui bien sûr au
printemps on fait un passage de bord
avec
quelle époque chez puis très bien alors
présager tation à peu près comme le
colza monde quoi 3 litres pour les trois
kilos non je sais pas s'il faut en faire
plus ou pas je sais pas j'ai j'avoue que
en colza
j'ai pas de bons rendements polza parce
que cette année je fais est trente six
quintaux
je tape rarement sur 40 quintaux et plus
si j'ai une parcelle c'était l'a47 mais
c'est une parcelle les autres son
rendement inférieur et je sais pas
pourquoi donc me désintéresse un peu du
colza c'est une paperasse et les
cultures compliqué parce que lé 11 mois
en terre donc si on joue moins sujet à
des parasites
simon ammann emmerdes et puis quand on
regarde bien le colza c'est
une surface qui mobilisé onze mois pour
produire 3,35
quand on fait de la betterave ont
produit 1 90 tonnes 100 tonnes quand on
fait du blé on va produire 10 tonnes 9
10 tonnes et puis demain on fera de la
civ qui va produire la 30 35 tonnes
matière total et puis on fait encore une
culture derrière donc le jericho colza
le sol est mal valorisées en quelques
sortes
mais ça c'est réflexion personnelle mon
cas qu'il vaut 400 euros la tonne comme
cette année on regarde pas trop petit
mot que 300 euros
bon même si on fait cap town 300 euros
ça vous pouvez difficilement quand même
surtout que c'est une culture à forte
charge
il ya beaucoup de charges variables là
dessus
si on parle charge son ressort du blé
font du blé on est à 50 5 550 euros de
charges par hectare donc avec la semence
certifiée le poste plus important en
dehors de la semence et vidéos et les
herbicides les charges de mécanisation
en main d'oeuvre c'est simple chez nous
c'est 450 euros de l'hectare füle
compris et nous on fait tout faire par
manoeuvre saharien
donc ça c'est alors notre particularité
c'est qu'on fait sur toute la culture au
même prix je comprends la surface de
chaque exploitation au x 450 que ce soit
du blé des betteraves du chanvre cas pas
de charge mais il ya des charges de
mécanisation dans les colts et donc on a
dit comme tous les exploitants n'ont pas
forcément les mêmes systèmes
d'exploitation les maîtres culture on
l'a dit on fait tous pareils en fait pas
de détails on pourrait dire la messe le
batteur d'un facture que les états
récolter comme un entrepreneur banon les
hectares de chanvre qui sont pas
récoltées avec moi deux hectares de
betteraves les hectares de luzerne soit
pas récolté pendant ce match face aux
factures quand même heureuse bat
d'accord donc alors moi qui fais plus de
betteraves et de chance que les autres
en quelque sorte je pourrais dire ben je
suis désavantagé parce que moi je paye
des hectares de monsieur battue alors
que j'ai utilise pas mais au fond quand
je fais les métrages j'utilise plus de
tracteurs plus de manoeuvre quand je
fais du champion c'est pareil mon grosso
modo vrai quand on travaille en vo comme
ça faut pas chercher la petite bête pour
se dire que le groupe tout le monde
gagne et là qu'ils gagnent plus que
l'autre mais l'important c'est que tout
le monde gagne
et donc on va pas chercher au delà parce
qu'après on va faire des comptes
d'apothicaire la seule question qu'on
n'a jamais résolu mais qu'on a pas eu
jusqu'à maintenant à se poser c'est de
se dire mais moi cette batteuse alors
récolté deux jours chez moi et plus sûrs
et plus encore récolté chez les autres
et il pleut pendant quinze jours donc
les awards et les dégradés et moi j'ai
des monts blé est ce qu'on fait une
caisse de péréquation
jusqu'à maintenant on n'a pas eu à le
faire bon sang que les idées sont non
plus avec donc on a moins de souci de ce
côté là mais ça peut arriver on se dit
que bassil qui arrive va on va régler
que marié le problème comme ça donc on
s'interdit rien dire ça comme ça et on
aime dire
il a seulement commun on se pose
aujourd'hui la question de la somme en
commun avec le projet de méthanisation
mais on se dit là seulement commun c'est
quand même un non retour en arrière
c'est après c'est compliqué c'est déjà
compliqué à gérer parce que
on vend à plusieurs coopératives chacun
tient à garder ces coopératives
donc quelle quantité on vend avis
baissier avec les quantités on vend nova
grain quelle quantité on vend un choix
qui l'accablent esternay par exemple
ça fait ça complique un peu les comptes
et puis derrière pareil des appros les
achète à nos coqs donc quelle quantité
après on achetait quelque hop on valoir
des problèmes de marques également de
produits parce que chaque coopérative à
ses gammes
donc cette heure est un peu compliqué
donc on se dit là ce vent commun pour
l'instant bon c'est pas l'urgence c'est
vrai que ça nous permettrait de nous
l'année j'ai un soucis
par exemple là bas on a des seins des
agriculteurs d'un groupe qu'un ce mec la
moitié de ces blés il lui reste dix sept
hectares à faire et à la 40
tous les autres ont fini supposons qu'on
puisse pas entrer dans les chambres
avant qu'un jour et qui perd des poteaux
et de rendement voilà donc on ne régule
ans mais plus c'était remplacement ont
des places mondiales son mari alors que
cette année comme pour la moisson libon
allez on s'aime tous ici tout le monde
et puis se déplacera à ce que le
matériel pour semer c'est le savoir le
télescopique pour changer le soir le
plateau pour recharger les semences donc
c'est toujours la logistique donc foule
sans arrêt des déplacements sur la route
c'est compliqué donc on évite de le
faire donc la somme en commun les
enfants le feront probablement mais pour
l'instant on n'est pas on sait pas
quelle est la seule encore mais on y
réfléchit si vous voulez plus de détails
sur les sur les marges
bon en gros à les anglais ont fait 9
tonnes
en deux matches pour la récolte 2010 9 9
tonnes 470 euros de moyenne de vente
parce que moi j'ai stoxx tout donc j'ai
17 euros de majoration bimensuel parmi
les siens je vends tous ont pris ferme
sauf la partie semences qui est payé au
prix moyen donc en prix ferme je
travaille avec piloter sa ferme qu'il me
donne des conseils
avertissements et autres bon je suis pas
un érudit du marché à terme et tout ça
et ça ça m'énerve je me dis que ma coque
doit être beaucoup plus capable que moi
de le faire
donc moi je m'en tiens à faire un prêt
moyen par mes propres ventes on regarde
à un petit peu les indicateurs donc le
blé les pois
le colza sont vendus et les hanches sont
vendus au prix de marché donc au cours
du jour
et puis tout le reste naturellement et
vendues au prix moyen parce que celui en
2d mais train on n'a pas le choix et
grosso modo quand je regarde de les
indices de groupe du cdr bon je suis pas
mal placés en prix alors faut dire que
là dedans j'ai beaucoup contraindre
contraint de semences sans payer plus
cher j'ai des contrats lu'harmony qui
sont payés plus cher demain j'aurai des
contre 1
les durable avec des siens qui seront
payés plus cher mais grosso modo bon on
est moyenne des ventes qui est pas mal
est ce nous amène des marges anglais qui
sont de l'ordre de 1000 euros on va
grosso modo à l'hectare est la meilleure
marge à l'exploitation d'ailleurs en
dehors du réseau de champagne bien sûr
une marge très intéressante aussi c'est
le chambre parce que quand on cumule la
vente de paille qui est payé à peu près
125 euros la tonne mg par sept tonnes +
la vente de chen vit donc assez bien peu
de vagues la mecque qui remonte qui
tourne autour de 600 euros le quintal 10
quintaux ça fait six ans héros d'un côté
ça fait grosso modo
900 à 1000 le rôle de l'autre on arrive
à plus de 500 euros de de chiffre
d'affaires avec très peu de change ainsi
pas le chercher la semence qui est vendu
beaucoup beaucoup trop cher pour ce que
c'est pour la recherche qui est dessus
mais là c'est un problème de manque de
complet de de concurrence évidemment la
semence de chance à vos 250 euros de
l'hectare
sinon il ya aucun pesticide donc pas de
regrets évidemment pk un peu d azote son
unité et donc c'est une bonne marge
le chant fait une très bonne marge brute
dans les bonnes marges brutes mais très
irrégulière il ya les graminées fétuque
rouge
il m'est arrivé de faire 18 quintaux de
fétuque rouge est aussi arrivé d'en
faire huit ans qu'eric boullier s'est
payé 135 à 140 euros du capital donc si
on fait dix-huit quintaux l'on crève les
plafonds il ya très peu de charges sur
les graminées par la semence peu on sème
une fois pour deux ans
et il ya il est pratiquement pas de
change ici il ya un régulateur sont
épiés d'azoté donc c'est pas c'est pas
très très important une particularité
quand même de la fétuque rouge pour
quelqu'un qui est un acs et qui est
capable de semer du blé luzerne sans
aucun travail du sol pour semer les
cultures après une prime fétuque ça vous
faire sourire il faut passer rotatoire
donc ces trois hectares à ces trois
kilomètres/heure en larmes au top 4 m 3
km heure
c'est j'ai pu le chiffre en tête mais
grosso modo c'est tranquille de futurs
électeurs
parce que si vous faites pas ça elle
repousse vous coupez le plateau de la
nation et comme on le fait en
connaissons sèche et l'âme du retard à
tort 17 hectares et font de gens donc le
fuel la ferraille et la poussière en sus
mais bon
on n'a pas le choix parce que tout le
semis direct que j'ai la préfecture qui
a été un fiasco
jusqu'où ça a été on est emmerdé avec la
pose de fétuque qui crève pas c'est une
plante extrêmement en colonisant tu es
qui résiste à tous les antilles en vie
ni même au glyphosate
il faudra te faut taper des doses
extraordinaire pour nous détruire ce qui
permettrait d'ailleurs peut-être de
désarmer de la fétuque avec du
glyphosate vidéo mais c'est interdit la
luzerne si elle veut pousser vers
l'automne ça dérange pas mais au
printemps a disparu j'ai un voisin qui
l'a fait cette année là qui s'essaient
aussi directe mais je pense qu'il n'a
pas récolté beaucoup tient tout de berne
et la luzerne a pris le dessus
donc ça c'est extrêmement dangereux et
jean-luc feront leur demander de jouer
près ça parce que si vous avez printemps
humide vous ne pourrez pas faire créer
votre luzerne et vous récoltez
d'allusions n'est pas du blick donc on
va les couverts semi permanent pour
l'instant je suis pas dedans je peux
danser trop risqué mais crise passée je
pense qu'il faut le couvert il a j'ai
dit là il a pour fonction c'est là zot
la structure du sol et l'aco et ras du
sol voire le un peu le trouble des
insectes pour les cultures qui sont
sensibles mais faut pas chercher à tirer
trop sur la ficelle
donc moi la luzerne eux
le blé de luzerne au mois de mars quand
tu auras désherber je mets beaucoup
d'alliés dedans je mets 35 ans de
l'allier je vais la claquer et puis s'il
repousse serre augmentent la tête je
vais repasser un coût de 2 4-d pour la
faire repasser sous le blé si elle passe
par dessus c'est foutu c'est moins vrai
pour le trèfle blanc n'a qu'une gay -
colonisant on va dire ça comme ça mais
la vision c'est surtout une trois ans
une usine trois ans moi j'ai des
parcelles
j'ai bien géré par sset dans laquelle
j'ai fait un chemin pour justement faire
une zone de passage la culture c'était
de la luzerne et elle date de dix ans
j'ai toujours de l'allusion dans le
chemin
ça crève pas extraordinaire c'est à dire
que les plantes ont des potentiels et
les capacités quand on ignore encore un
mois j'ai pas fait ces médias rectangle
de tournesol parce que je suis pas
équipé se fait-il donc à accous d'acti
seul et derrière un coup de compile et
on s'aime euros soir à betteraves bon
cette année la lumière le tournoi je les
fais la rhune luzerne de trois ans qui a
été paralysée par les nématodes ce qui
est rarement
vu d'ailleurs j'ai une analyse de de
nématodes de laboratoire qui montre que
les gens des colonisés par les méthodes
donc on l'a pas laissée parce que là
rien produit et donc comme c'était au
mois de juin avril savoir un essai de
faire un tournesol quoi donc on la
détruit
l'ifo that la luzerne on a passé un coût
de l'acte i sol et un coup de compile
derrière et on a semé comme ça dans le
sol il a fait 25 gâteau hectares il a
fait 25 à taux pour la bonne raison
qu'il ya une partie où il a levé une
partie où il a levé tout de suite parce
qu'ils aient sakhalinsk époque-là faut
se rappeler du contexte est il parti où
il a levé un mois après donc là où il a
levé un mois après il était envahie par
lesquels on peut dire que les images a
pas été suffisant pour le matière propre
jusqu'à ce qu'ils couvrent donc balayé
lesquels un pote on reçoit donc dans les
partis qui ont le verrons tout de suite
on en est à plus de 30 kato a pas de
souci là-dessus donc la moyenne la
parcelle ses 25
voilà une fois que tu as implanté
d'ailleurs c'est désherbage fractionné
quatre passages 5 passes à ses dépens et
la laci du doigté parce que les arbres
betteraves sont cons est un très très
conditionnel est la vraie réussite et
très conditionné aux conditions de
traitement d'hygrométrie en particulier
donc on traite le matin de bonne heure 6
heures du matin fall hygrométrie 80% et
puis c'est des petites doses qu'on
répète tous les huit jours un peu près
donc les trois premiers traitements
pratiquement au moins les deux premiers
ces deux traitements à huit jours
d'intervalle et
sur le méthanol faut taper des doses
quand même assez importante surtout s'il
fait sec face kerby site de contact sur
les herbicides racinaires va s'y fait
c'est que ça fonctionne pas bien
comme tous les ans qu'ils racinaire
après si on voit tout a bien crever mais
on peut attendre une quinzaine de jours
avant de faire le troisième au général à
deux levées quoi dans les adventices en
médecins d'après les relevés faut la
contrôler très tôt voire même avant que
les betteraves nos lèvres faux pour
s'occuper la levée les betteraves et si
on maîtrise la première levée après il
ya une deuxième levée
quinze jours plus tard convard maîtrisé
par un double herbicides à gujan
l'intervalle après on traite les
graminées donc un exocet et puis après
basse et on termine avec un sentier
homme pour peut-être un herbicide assez
puissante avant sur chénopode c'est
finalement ce que j'observe moi c'est
que jusqu'à maintenant je réussissais
pas tant que j'avais pas eu jamais je
réussissais mal mais couverts et quand
vous avez découvert mal réussi ce qui
pousse dans les commerces et les canaux
pona elle et qu'elle n'est que la pointe
c'est un cycle court ça va rapidement à
grain et donc la graine de chénopode que
vous avez laissé produire en fin d'été
où la retrouve au printemps le salève et
normalement pas le temps donc détruire
la capote dans les betteraves
c'est compliqué parce que c'est une
plante très envahissante et dès
l'instant où elle a dépassé le stade
quotidien on a du mal à la détruire
avec les imbéciles il faut pour ça qu'on
tape de façon assez rapprochées pour
contrôler les lgv échelonné de qeynos
plaine sinon on n'a pas vraiment de
vantis qui nous empoisonnent à part les
graminées résistantes les règles en
particulier on dit quand on a pas grand
chose qui nous enquiquine lesquels
pourraient 3g les cunimbs est partout et
ça c'est lié au fait que les années
précédentes j'avais pas de vancouver et
que donc le l'effet herbicides découvert
était insuffisant l'été voire même
néfaste puisque il multipliait canton
des chaumes ont détruit les clients quad
là comme on ne défend pas bien
on va retrouver les graines évidemment à
l'entrée de l'hiver
et ça c'est emmerdant une graminée dans
la mesure où moi j'ai graminées cultiver
tous les deux ans qu'est ce que va
apporter une graminée en plus apparaître
un réservoir à pucerons
ar oui quand j'ai un regret mignon mais
de la voie d'une chose comme ça je
préfère mais le 10/10 couette et si
alors par exemple dans les les attaques
culture courtes sont ou pas graminées
parce que si je fais un petit glyphosate
pour détruire les ré l'airé gras si j'ai
les graminées se déglingue
donc je veux pas graminées en sait assez
controversé il y en a qui pensent que
vous mettre des graminées la graminée
elle a quoi comme intérêt à part que l
as système racinaire fascicules et qui
va me blir la surface mais moi je la
phacélie qui fait ça la moutarde un peu
donc la grameen ne m'apporte pas les
autres elle couvre à mal le sol foule
sur pareils je fais un couvert pourquoi
qu'elles sont
qu'est ce que je recherche oui ils
recherchent trois choses je recherche la
couverture totale du sol pour être
concurrents des adventices on l'a
parfaitement réussie dans dernier est
d'ailleurs c'est marrant parce que les
chambres contis mais cette année après
les couverts de 5 tonnes
c'était propre mais pas de chez pathé
nos potes dedans si m couverts a rempli
son rôle de désherbage deuxième fonction
du coût vers la zone sepa les graminées
que formulé de la zot dont ils vont
bouffer et troisième
l'objet qu'on recherche c'est la
structuration du sol est-ce que les
graminées structure le sol réponse non
donc sauf s'ils avaient synergie entre
les graminées desdits cote fait
naturellement des graminées lavoine on a
juste un avantage c'est que c'est une
graine poilus et qu'elle ils mélangent
elle va éviter les grosses graines et
petites graines de ceux des mélanges et
bien ça comme ça mais bon c'est mon
point de vue je ne sais pas si je
détiens la vérité on apprend tous les
jours
peut-être que demain je mettrai les
graminées pour d'autres raisons mais
pour l'instant je vais au point
d'intérêt oui j'ai les dégâts de
sangliers les plus en plus alors quand
on est dans la crypte conservation des
sols en a plus que les voisins
pourquoi parce que les sangliers il
cherche les vers de terre et donc ils
font un travail de alors ils font pas
des trous mais ils font je sais plus
comment on appelle ça ya un nom alors
les chasseurs utilisent ce terme
en fait il faut des coup de museau
partout donc si tu as fait un herbicide
et bien la place de coup de museau
talent et graminées qui lève et puis
c'est dégueulasse alors tant ils vont
faire une bauge mais c'est pas ça c'est
assez rare et donc ils vont faire ces
coup de museau partout et ça
donc qu'est-ce qu'il faut faire alors
orascom soit avait entendu moi je passe
à caudrot l'eau au printemps pour
retracer un petit peu les buts mais ça
cache pas la misère et puis l'été ben si
c'est trop important on va faire un
déchaumage après la récolte si c'est pas
important ça va s'effacer tout seul mais
le sanglier c'est un vrai souci donc
dans moi j'ai beaucoup de zones
forestières aux limites des parcelles et
ben on met des clôtures et les clôtures
ben c'est de l'entretien tellement c'est
le boulot à les monter c'est de
l'entretien parce qu'il faut nettoyer
sous la clôture pompiers pas dire qu'ils
touchent le fil sinon ça fait une mise à
la terre et puis et puis même les
clôtures by pass si les petits passent
la mer est le suivant qu'elles se
fassent piquer ou pas et une fois qu'ils
auront le champ ils sont fermées dans le
choc qui sent plus 5 en pire donc j'ai
les chasseurs qui montre des miradors si
l'abruti la une puis autant de renard
que tu sens lié alors moi j'ai la gueule
parce que
alors je vais les préserver parce que le
renard c'est un animal merveilleux ça
vous détruit
ça vous détruit à une population de
souris sans faire de dégâts de même que
les buses
enfin tous les rapaces les ronds points
+2 iront jusque là par terre dans plus
de héron donc tout ça c'est les
prédateurs alors ciment parce que quand
j'ai commencé le semis direct on n'avait
pas tous ces animaux et donc j'ai eu 1
re en 2017 j'ai eu une invasion de
campagnols comme jamais j'en étais
malade et des roues par toulon les blés
puis maintenant alors on nous dit que
cette adresse et une forte année
compagnone moi je n'ai pas puisque ça je
dis pas gala pas bon il fait plutôt
attention parce qu'au fond ça se régule
tout seul et tous les rapaces qu'on a
les renards et ses bas annuels réglés
population et là encore on se rend
compte que quand on préserve ses
auxiliaires ben finalement les choses
ont pas si mal que ça donc faut être
tolérant faut se dire qu'on accepte
d'avoir un peu l'image qu'on accepte
d'avoir un peu de son lit et moi non
mais qu'on accepte d'avoir bernard alors
il y en a ri sentiment qu'ils louent
aussi les petits gibiers forcément mais
tout ça participe à la biodiversité et
je pense que je trouve ce que je trouve
intéressant dans cette technique c'est
que finalement on évolue avec ce son sol
et avec son environnement et qu'on
observe des trucs qu'on voyait pas avant
cette année on a observé dans les
récoltes de blé
ddd
regardez pas des criquets des des
sauterelles verte
les grosses autres l alerte j'en ai pris
en photo les gens voyaient mal qui tu es
moi je voyais ça quand j'étais gamin
dans la benne de blé ont la nouvelle
brochure très verte et puis pendant 50
ans elle a plu et ça revient c'est donc
que s'ils reviennent c'est qu'ils ont
trouvé leur compte c'est qu'on a des
problèmes moins agressif à l'égard de
l'environnement
elle est pour ça que je dis je reviens
sans bobos de ce matin jeudi que quand
on pratique la conservation etc on le
fait en harmonie avec la nature et en
laissant comprendre les choses
eh bien tous les indicateurs savate
ouvert cinq ont produit plus on produit
en respectant mieux l'environnement on
respecte la faune auxiliaire et il faut
pousser les ventes en quoi est ce qu'on
voit ce que j'ai appris quand j'étais
agriculteur et notamment aux états je
m'arrête recommencer à canal et culteurs
il parlait d'un produit contre les
souris une dictature mais ça il dit tu
vois les souris qui arrive derrière elle
saute saute du trou elle tombe raide
morte bon pour désherber et des blés
avec du 10ème 68 je me rappelle qu'ils
étaient un espèce de colorants ni très
con mélange est que la solution azotée
tout était cramé derrière et puis après
le blé reportait on descend de catwalk
est content mais tout cramé donc là il y
avait pas de prime de campagnols il ya
plein de limaces pas derrière mais un
peu de guerre non plus puisque plus rien
et donc on a fait une politique de terre
brûlée pendant ces années c'est trente
glorieuses
ce qui d'ailleurs nous est reproché
aujourd'hui alors que c'est plus le cas
et maintenant on se rend compte que avec
ce système de culture bon rien apprendre
la nature et que finalement c'est pour
ça que je lis avec insistance il n'ya
pas incompatibilité il ya même compet
compatibilité forte entre la culture
productive et l'environnement et pour
revenir au carbone et directe plus on
produit de manière intensive et plus on
va produire le carbone rigolade et plus
on se substituer au pétrole et donc ça
c'est une chance
et ça faut le faire comprendre faut
faire comprendre
voilà pour les auxiliaires
donc tout ça ça se passe voilà dans le
temps oui mais autant la période
transition peut-être la mesurer en
termes de trois quatre années autant la
transition environnementale c'est
beaucoup plus long c'est beaucoup plus
long parce que ce qui manque sur nos
fermes là pour l'instant cd r on n'a pas
deux mais on a pas de bandes enherbées
on a pas d'art buste
du petit massif pas plus que ça et on
l'a fait à normand 94 et à l'époque on
se souciait pas de ces questions là où
les grandes parcelles et donc on a fait
des open field ils sont très agréable à
travailler mais où il ya plus de verdure
alors quand on pratique la cs il ya du
verre tout le temps donc c'est déjà un
gros progrès sont seulement les
chasseurs et à la gueule parce qu'il
peut pas marcher dans les couverts parce
que cette série dans les boîtes mais
c'est plutôt bon signe et on voit
évidemment on voit tel gibier vous voyez
plus avant dont les sangliers évidemment
donc je pense qu'on est
voilà on est sur la bonne voie on va
dire ça comme ça mais bon on verra après
quel est l'impact de la méthanisation
sur l'évolution de toussaint parce que
j'ai échoué encore des choses qu'il faut
observer après c'est pas on peut pas
dire aujourd'hui que ça va se passer
telle et telle manière il fera pas aussi
corriger le tir
de temps en temps ben oui je me pose la
question mais fait que me poser la
question parce qu'une plantation ça
coûte cher c'est toujours un peu
handicapant en termes de facilité trahi
parce que nous on a c est son travail
les parcelles dans tous les sens on fait
des biens ont fait donc tant qu'on
travaille en longs avec le gps bien on
peut mettre une ligne d'arbre
dans le milieu des parcelles voyant la
culture de chaque côté si on travaille
en biais on coupe la parcelle en bleu
donc ça c'est plus handicapant alors
après moi je me dis que plutôt que
maître des airs en forêt le jaï mètres
en bordure de parcelle non pas au milieu
mais ça c'est possible on était de me
mettre des bandes enherbées parce que
par exemple sont pas 5 ou de versailles
mais on va traverser la bande enherbée
enfin faut pas le faire parce qu'on va
déranger le gibier sont le bel outil
c'est bon maintenant c'est oui
problement il faut le faire je suis
conscient qui fait qu'il faut le faire
alors sur cette parcelle on est sur un
un colza d'hiver qui est un mélange de
quatre variétés
donc je vous dirai pas les noms parce
que simplement que l'importance je
prends les variétés les plus en vogue du
moment j'ai mélange je fais ça depuis
trois quatre ans
on a associé à ce qu'al za d'une
féveroles dont le buteur ses tubes plan
de services dans le but c'est évidemment
d'apporter de la zot au colza par sa
capacité à synthétiser la zot de l'air
elle va pas courir beaucoup parce que la
féverole par définition couvre pas alors
ici on a semé 100 kg de graines de
féverole qui était un peu bruchez c'est
de la graine de conservation un peu
bruche et donc on doit avoir après 15
pieds au mètre carré qui sont levés
c'est l'objectif recherché
le colza lui les signes à 45 mètres
carrés tout ça est semée en deux
passages donc la première premier
passage aux 750 jeunes d'hier
le deuxième passage le colza avec le
même soir donc à une profondeur
évidemment inférieurs suivi d'un roulage
au rouleau cambridge ici la préparation
de sol le précédent c'est une orge de
printemps qui était se mêlent automne au
mois de novembre 2019 récolté récoltées
début juillet qu'a produit santé oms
quintaux ha et
on a passé un coup de carrier valeur
stats donc uniquement pour répartir un
peu les pailles en surface
alors c'est une autre car il est équipé
avec les nouveaux disques cross court
comme on appelle ça un gros scooter
allons donc le disque alvéolée qui
travaille très très superficiellement
mais qui tient un peu mieux la surface
du sol que le disque classique mais qui
par contre n'a pas de capacité de
pénétration
donc l'idée c'est de foisonner un peu la
paille la faire évoluer
et puis deux sortes ou gêner le
développement des campagnols puisque en
semis direct c'est un peu la bête noire
des campagnols donc on y fait attention
donc depuis le passage de carrier il ya
eu un cambridge toujours houle
systématiquement nous après cinq
passages d'outils et puis donc après le
semis qui a eu lieu le 8 août pour la
féverole et le 9 août pour le colza et
bien on a repassé un coup de rouleau
cambridge également on a fait un
désherbage
ono valent un lead 5 après après le
semis
et ensuite on est revenu parce
qu'évidemment derrière de l'orge
on a toujours de la repousse donc on n'a
pas eu de l'été mais il ya eu un orage
abandonné vers le 15 août de 15 mm qui a
fait lever et d'amour énervement d'euros
pouces d'orge donc à ce moment là on a
passé alors ici c'est des parcelles où
il ya quand même un peu de règles
existant donc par précaution on a passé
un
exocet antigraminées de que la base de
clo médine
à 0 8 5 hectares avec un litre d'huile
et l'expérience il faut mais je le vois
aujourd'hui chez les voisins qui n'ont
pas pris la précaution de désherber très
tôt contre les orges les repousses
d'orange étouffe le colza complètement
donc ça il faut faire attention faut
désherber très tôt dès les premières
pousses d'orge
il faut faire un passage si non alors je
prends le dessus sur le colza et après
c'est foutu colza cause plus parce que
laure j'ai un inconvénient c'est que il
est assez allé lô patick à l'égard du
colza c'est un des mauvais précédent à
collomb c'est le seul parcelles de colza
ici 15 ha 30
parce que comme je lis tout à l'heure
avec la méthanisation s'oriente vers des
cives divers et donc c'est s'ils vont
remplacer évidemment pratiquement tout
le colza pourtant on à l'usiné saipol au
mériot qui est à neuf kilomètres d'ici
et
et qui pourrait présenter effectivement
un débouché intéressant c'est un choix
on peut pas tout faire donc ce colza à
l'heure actuelle n'a eu aucun
insecticide et comme il l'a il s'est
développé très tôt qu'il ya une très
bonne croissance voyez vous on est
aujourd'hui pratiquement 10 feuilles
il est bien poussant mais pas
suffisamment pour nécessiter un
régulateur de croissance
donc on n'a pas fait et pour l'instant
tout se présente bien
la féverole est là également la levée un
peu plus tard que le colza parce que
entière est plus profond et lui faut
plus d'eau mais en train de rattraper
donc elle va aller afin que ferez vous
voyez les premiers pieds comme ça là bas
sont en train de fleurir donc une fait
drôle qui fleurit les plus sensibles au
gel
donc quand on aura du gel cet hiver
j'espère qu'on en aura
eh bien elle va disparaître
naturellement ce qui est prévu de faire
ici évidemment classique sur les colzas
sait qu'on va passer un querbes oman
novembre pour détruire les graminées
il ya déjà des repousses de ré gras donc
détruire les graminées qui sont en place
que l'idée derrière un colza
c'est d'avoir un champ propre de
graminées ce qui n'est pas toujours le
cas
on commence à voir des champs pas très
propre en graminées après duke r b ça
pose la question de la résistance au
caire ben on n'a pas encore
avérés mais bon qui pourrait être
probable donc voilà scholes a sera
suivie évidemment d'emblée et alors j'ai
pas fais trèfle blanc nab dedans parce
que le trèfle ce mélange très mal à la
graine de colza et
et en même temps c'est très difficile de
réussir l'implantation dans ce qu'il est
probable que je veux que nous allons
faire si au mois de février on va semer
soit au soir à disque classique soit à
la volée on va semer du trèfle blanc
avant la reprise de végétation à la
faveur d'une pluie parce que d'après
jean luc fort leers a autant de chances
de réussir que de le semaine l'automne
c'est plus souple et ça va très vite
parce que là on va semer évidemment soit
avec un dp 12 rampe soit avec un semoir
4 m à 10,15 mieux se voir que qu'elles
ont semé des luziens autrefois on va
semer là dedans
donc deux ou trois kilos de trèfle
blondin qui servira lui de couverts ou
blé et dans l'objectif c'est d'apporter
de la protéine au blé
grâce à sa capacité à capter la zone de
l'air et à transformer en azote
en azote literie qui ammoniacal et
bon voilà c'est comme ça pour un peu les
choses par principe nous ont détruits
toujours les couverts dans le blé au
mois de mars
parce que comme le dit souvent jean luc
et la raison ce qu'on cultive ses du blé
c'est pas du trèfle a donc c'est gentil
d'avoir un beau couvert mais c'est pas
ça pour récolter c'est pour ça qu'on va
monnayer
donc c'est le blé et si on veut pas
faire de tort au blé il faut être sage
et il faut être capable de réguler le
trèfle suffisamment ou la luzerne
d'ailleurs si ça président luzien pour
ne pas handicaper parce qu'on a des
essais quand même
depuis le temps qu'on travaille
là-dessus on a des essais qui sont aux
antipodes
on a et on a des résultats si l'eau
n'est pas facteur limitant où on va
gagner 10 quintaux en blé et un point de
protéines avec le trèfle comme les
européens versent des exemples où on va
on gagne toujours en protéines mais on
perd environnement et on perd énormément
rendement donc l'objectif n'est pas de
perte de rendement du blé 1 donc on
prend pas de risques on détruit on va
mettre 30 g d'allier sur le trèfle comme
sur de la luzerne d'ailleurs et
éventuellement si c'est pas suffisant on
va repasser avec une hormone à 2 4-d ou
omc père
bon je crois qu'il ya rien de plus à
dire là dessus on peut arracher un pied
de colza pour voir un petit peu la lueur
de son pivot bon jeu quand j'en ai cassé
un bout je pense que pour l'instant il
est bien parti
pas de l'arve les pétioles très ça sous
10 1
aucun traitement insecticide mes voisins
l'ont déjà fait deux donc ça sur le plan
environnemental ces superbes donc un bon
profil racinaire pour l'instant donc un
pivot et qui est déjà alors j'en ai
coupé un bout mais bon on peut imaginer
qu'il est là ça c'est tout à fait
satisfaisant ici il ya vingt ans de
semis direct sous couvert végétal fin de
semis direct par nathan se colle un
résultat on commence à avoir des
structures de sol qui sont extrêmement
intéressante
ici ce sont de mauvais ce terrain et la
pente beaucoup d'érosion que dans la
crise et de faire 20 96 l'agriculteur
labour est donc l'année on a repris il y
avait des fausses et des fausses et qui
avait été creusé par le par l'oim est
d'ailleurs on pouvait remarquer sur la
route qui longe la ferme la ddt a creusé
des fossés pour recueillir la terre il
descendait par les orages
mais vous avez vu vous voir en arrivant
à colza qui émane a planté la série de
buts
le gars de l'asthme et deux fois il a
labouré l'année dernière et cette année
il ya eu un orage
je suis plus quant au mois de septembre
bon ben on a bu et coulées de terre dans
le fossé et ici chez moi on n'a pas vu
de terre dans les fossés depuis qu'on a
repris
jamais jamais jamais jamais on n
commentaire la seule chose qui descend
et 6 et les bals de chant quand on fait
du chemin vous voyez être traversé la
route donc sa faute chacun met donc plus
d'érosion très très peu d'érosion et
là-haut la wii ce qui est blanc d'al
qods et pousse pas alors il ya un peu
l'aspect forêt mais il ya plus de terres
du tout plus de terres du tout le là
parce que oui là-bas c'est un couvercle
qui est derrière à blé c'est une
parcelle le roulement il le potentiel de
rendement il est moins 20% par rapport
au reste
parce qu'il ya plus de terre il ya
tellement de pendre que l'agresseur à
davant avait fait état lui pour
minimiser la pente
il ya plus de terre on récolte rien là
dedans et la voyez quand même découvert
ça commence à ça recommence a poussé 20
ans après mais vraiment faut de la
persévérance donc naturellement ce qu'on
voit dans une parcelle comme ça c'est
l'abondance de thierry kull de vers de
terre
il y en a partout donc on imagine que
l'activité biologique est intense
évidemment la paille un d'or qui était
abondante ce sont six ans quatre pas et
c'est quand même pas rien on la voit
plus alors qu'à la peau était enfoui
donc elle est déjà redescendu dans le
profil vous voyez alors qu'il ya eu il
n'y a pas eu d'eau d'été donc on n'a pas
vu des rebelles tout l'été il ya de
l'eau depuis seulement trois semaines et
la paille a disparu quand même assez
remarquable
si on parle de la couleur de la terre
parce que évidemment ce sont des terres
blanches mais des mauvaises terres
blanches de champagne c'est pas des
terres sur craie vous voyez le haut
c'est tout blanc et bien là on voit pas
parce qu'une couverture de colza mais la
terre l'a déjà recolorer les recolorer
ici donc on a des croissance beaucoup
plus importante et rapide parce que
l'effet albédo et meilleur donc moins de
réfléchissement de la lumière
et ça c'est des parcelles c'est une
parcelle ici ou quand tout est réuni qui
va bien
on fait des blés à 10 tonnes ha thi
thanh ha alors que c'est deschamps à
galets ya les galets au milieu oui la
pente la base lab on a toujours un peu
de mal à faire pousser quand même
tellement ils portent parce que
évidemment comme tout quand il rencontre
comme ça tout fonctionne mal les soirs
fonctionnement le plus élevé
fonctionnement la rampe et n'importe
comment
donc c'est un peu compliqué d'envoyer
ses d'aspect global ont pratiquement pas
de limaces 1 on a quelques trous bon
maintenant de façon colza est sauvé et
surtout ce qui est remarquable c'est con
on a une croissance forte du colza avant
l' attaque des insectes en plus les
féveroles qui perturbe et donc on a
l'exemple ici typique d'une culture qui
fonctionnent en synergie finalement avec
sa plante de compagne et qui ont aussi
qu'il ya des auxiliaires il ya des
carabins qui doivent me bouffer un peu
les limaces parce que quand on a repris
ici il y avait énormément de limaces
dans ces terres même des stars blanche
la parcelle en dessous il y avait là en
bas il ya beaucoup de vibrations et on a
réussi à ré les problèmes aujourd'hui on
fait pratiquement plus d'anti limaces
en mai des pièges ce jour mais on n'a
pratiquement plus de tact de limaces je
ne dis pas qu'elle n'aura pas demain
mais ça peut toujours arriver
voilà pour l'instant
on ne peut que se réjouir de l'état de
cette parcelle c'est bien parti et d'une
façon générale dans la région les colzas
paillettes où il ya du bon et du beau il
ya du pas levée oui la parcelle qu'on a
vu tout à l'heure en arrivant là bas ça
c'est pas le laisser sur la bourre façon
si foutu donc terre'blanche le dessécher
après l'orage emmener les graines ça n'a
pas levé le gaillard se met il à
ressemer du colza
je sais plus quelle façon s'il lève je
prends rien donc
il a mis de semences de colza et laurent
rien voilà dans cette parcelle qui
veulent être semées en anglais
on est derrière
un poids divers récolté fin juin dans
lequel on a implanté un sarrazin dans
l'espoir en direct semis direct
evènement dans l'espoir de récolter
malheureusement il a fait ça que tout
l'été le sarrasin à lever correctement
il ya une très belle levée mais il a
décidé pour pousser parce qu'il ya le
prado dire que aux premières pluies
on a eu un orage et au 15 août donc
faire de cette pluie la sphère peu de
croissance mais pas suffisante
et puis les vrais dernière puis sont
arrivés les vrais plus sont arrivés au
25 septembre donc là effectivement ils
étaient en fleurs et il a quand même
il est quand même monté à pratiquement 1
mètre de hauteur ce qui est remarquable
dans une terre comme ça il a bien
fleurie la ferme on gagne et on voit la
graine qui est ici est que il ya ce
qu'il faut
malheureusement au moment où j'aurais dû
récolter il y avait encore beaucoup de
grain verte
donc j'ai pas osé et on a décidé de ne
pas récolter et donc de s'en servir
comme couvert donc tout fait pas elle va
bénéficier la faune du sol et les
graines elles vont évidemment germées
mais on les détruire avec des herbicides
voire par le gène donc le blé a été
semée en direct avec le 750
la semaine dernière donc il n'y a pas
une semaine là ça a été fait ça je crois
mercredi dernier s'était fait en
commission après douze millimètres de
pluie le mardi donc le mercredi soir on
a pu semer ce qui est remarquable parce
que en semis direct dans une terre qui
est bien régénérer maintenant on arrive
à passer et grâce au couvert 2 de
sarrazin le semoir n'a pas collé du tout
donc on a fait un excellent semis au
soir à disque et vous voyez bien
l'intérêt d'avoir deux types de
somewhere disque et choque c'est que là
le soc pour le monde n'aurait pas passé
il aurait bourré dans l'est dans les
tiges de sarrasin parce qu'il sarrazin
ça fait de la ficelle et on n'a pas pu
semer
je signale en passant que les pois
d'hiver récolté au mois de juin ont été
semées l'année dernière dans des
conditions extrêmement humide grâce au
semoir à dans le soir dit ce qu'on
l'avait rangé au 1er novembre et on a pu
ressorti depuis donc il est de se voir
se complètent bien en fonction des
conditions de gestation de sol et
climatique alors ce qui est remarquable
c'est que quand on arrive avec un semoir
à disque dans un couvercle ou comme ça
on se dit qu'est ce qu'on va pouvoir
faire
ben vous voyez que la jetta sion allait
coucher donc là le soir est parti d'un
sens la justice on est couché le disque
il a ou couper la végétation où il l'a
couchée et il a implanté
la graine
il a planté la graine dans le sillon où
j'essaie de retrouver
eh ben il est passé mais celui là
apparemment ça serait bien un passage
des traitements bon football regarder à
côté
voilà en fait il est jamais où on
cherche le grain avec le jaune vert il
est toujours appuyé sur le côté du
sillon donc on a deux gros alors qu'il
apparaisse que déjà germé d'ailleurs
envoyé trois grains petit grain
yann halak et germé à la alors alors
donc à une profondeur de 2 3 cm que la
bonne profondeur et le grain est bien
placé au fond du sillon
donc ça va émerger tout ça et le
sarrasin il est et il a reçu
en équivalent au glyphosate 360 g il a
reçu 2 litres
de 360 g donc 720 grammes de glyphosate
et
là on vient de traiter le blé en poste
celui prélevé avec du possible faucard
3,8 hectares de matière commerciale
c'est du mini arickx et quand il aura
atteint le stade une feuille à deux
feuilles on va passer un fausse bury
donc
je ne sais plus le nom de la matière
active influent fecan il avec des ff
donc qui le l'objectif c'est le contrôle
des graminées
si on a beaucoup de nominer et donc il
faut absolument les détruire avant
l'hiver sinon on en revient plus à boé
l'objectif que j'ai
dans la conduite de ma culture c'est que
il nous faut et découvert qu'ils soient
très
productif en été si on désherbe au
printemps et des sulfonylurées on a des
difficultés on à la toxicité on a des
difficultés à faire pousser les couverts
donc on va éviter les sulfonylurées en
désarmant à l'automne donc l'objectif
c'est d'avoir zéro graminées l'entrée de
l'hiver et au printemps on maîtrisera à
vue si on a un rond de ray grass ça peut
arriver sur la butte qui arrangerait
grave on passera au dessus il faut mais
pour l'instant l'objectif c'est de pas
en faire est de maintenir quand même le
coup de désherbage un coût inférieur à
100 euros l'hectare parce que le
désherbeur turbine devient prohibitif
quand on sait que sur des coeurs
toléreront par exemple la rpd la taxe
pollution diffuse elle correspond à 90%
du prix du produit ce qui pratiquement
double prix du produit
ce que nos amis belges et hollandais
n'ont pas à payer ça c'est typiquement
français
donc nous on n'est pas aidés de ce côté
là donc effectivement c'est pas
encourageant d'utiliser des herbicides
mais ce qui est un fait majeur c'est
qu'il faut pas graminées faux-pas de
graminées dans les blés parce que c'est
le poison après donc même observation
que tout à l'heure dans colza voyez les
nombreux sur recul de vers de terre
voilà ça foisonne ce travail il y en a
énormément et ça c'est un signe
activités biologiques parce que comme
les nitrates dans l'eau sont ainsi une
qualité de l'eau en fin de mois de
faible molécules de nitrates sont ainsi
une qualité de l'eau et bien les tueries
kull de vers de terre sont un signe de
qualité de biodiversité de l'activité
biologique du sol l'air d'être derrière
le ver de terre il ya effectivement un
tas de bactéries et d'autres bestioles
en tous genres qui consomment
la matière organique qui réorganise la
zot effet qui font plein de choses
intéressantes
vous voyez les graminées commence à en
voir la bombe à sa norme ans étaient
détruits par le round up le glyphosate
mais il va enlever donc faut maîtriser
son
donc ça rase a pour l'instant ils
marquent pas trop le coup du glyphosate
à part un peu d on voit là les impacts
du produit sur la feuille donc sa crêpe
doucement de toute façon c'est pas
inquiétant parce que le sarrasin tu
plantes gélives donc il va continuer de
mourir tranquillement pendant l'hiver et
au printemps on verra plus rien non on
verra plus que doublé
le seul regret que j'ai c'est de ne pas
avoir récolté de sarrasin parce que je
pense qu'il avait un potentiel
intéressant mais c'est compliqué de
récolter du sarrasin blocs tobre parce
que en coupe directe en particulier
alors qu'en fait il faudrait le land est
né l'an dernier de m
donc coupé la sève en quelque sorte sauf
que
si on leur donne il faut être sûr qu'ils
peuvent pas derrière pour que ça sèche
les cas où ces battles puisse la vallée
mais compte tenu du mois d'octobre
contre dallas comme celui de l'an
dernier
bah c'est compliqué de c'est compliqué
de récolter du sarrasin entre de plus
quand c'est jeanne plante 4 est verte et
donc qui n'est pas facilement battable
d'après fo c'est celle à graines et
séchées la graine moi je suis pas équipé
en séchoir ni enfin j'ai bien les
ventilations il faut de la ventilation
chaude faut pas chauffé trop et après
faut trouver le marché parce que le
sarrasin c'est une plante qui de plus en
plus cultivé notamment chez les
méthaniseurs et ça se vend comme un
cercueil et le place donc vous retrouver
le marché pour trouver le marché voilà
tout ce qu'on peut dire aujourd'hui là
dessus et vous remarquez on vient de
prendre 15 mm là et pendant qu'on
parlait il est tombé encore 1 mm 1 ce
midi
voyez ça colle pas au pied allait faire
ça dans un labour si vous allez voir ce
que ça donne
ici on peut venir en basket
j'ai mis les bottes par précaution mais
ces résultats dans cette parcelle on la
scène passe oui la centrale nucléaire
donc la centrale éléments qu'elle est
construite sur la scène bassanel passe
en amont là elle est à deux pas d'ici
et donc on a le bas de la parcelle les
sujettes aux inondations temps en temps
la cote la scène déborde on a des on a
des rondes flotte est donc plus on va
vers le bas puis c'est sableux ici c'est
des terres calcaires
on va dire les limonés au calcaire et
très peu d'argile et
et en bas il ya plus de ça donc actif et
c'est qu'au printemps sa marque tout de
suite nous tendrons la marque tout de
suite un dessèchement parce que c'est
lui sable
rien de plus à dire sur sur cette
parcelle donc voyez l'intérêt du smara
disque ce qui fait un bon sillon propre
qui positionnent bien la graine et de
préférence en ça m'est arrivé derrière
du sarrasin de broyer c'était une erreur
qu'il faut pas faire d'abord parce que
ça coûte cher
un broyage ça coûte 7 litres à 8 ha ça
coûte leurs tracteurs et deux chauffeurs
et en même temps ça fait un bail et que
le dise que n'arrive pas à chasser alors
que la plante entière le disque il à
eelv à la traversée comme ça
éventuellement il dans la coupe est ce
que ce qu'on passait facilement être
mettre mon truc mais avec un disque
naïve à la coupée ou la mettre de côté
les voyelles sion il est toujours
dégagée quoi il est pendant la taille
même là où il est passé sur une plante
est bien le sillon et là le gras il est
pas loin
il est quand même dans la terre
alors si on avait une dent voilà on
aurait fait des bourrages parce qu'on
l'aurait emmenée de la paille on aura un
chai de la paille se serait mis à chaud
sur les dents et là ça fait du sale
travail
alors voilà un ensemble de semis qu'on a
reconstitué l'origine nous avions une
trémie menace m
parfois elle s'appelle du roppa ce que
pense aurait par dureau pour monter une
rampe avant de s'y mettre
l'idée c'était de faire des semis à la
volée devant le compilateur compile de
s'y mettre
donc le conflit de la tracteurs et on a
semé une année découvert comme ça avec
ce semoir et et de compile derrière qui
donnait une bonne bonne le vert ce que
le compost excellent outil pour faire
lever sauf comme il fait lever il fait
le métaux y compris les adventices donc
c'est l'inconvénient est donc
on a arrêté deux semaines la rampe et
comme on dispose c'est rémy je me suis
dit l'an dernier
il ya longtemps qu'on n'a pas rencontré
les conditions de semis difficiles à
l'automne
et ça pourrait bien nous arriver j'ai eu
le nez creux parce que c'est ce qui est
arrivé mais bon c'était pas le s'était
pas l'objectif premier le petit premier
cité de semer découvert en conditions de
mise en place de la graine au contact de
la terre et comme j'ai expliqué ce matin
semer découvert aucune âme slave
batteuse sur des pâtes fraîches et pas
toujours bien répartie avec un seul
intermédiaire italie c'est extrêmement
compliqué c voire impossible n'est pas
une fois je le scoop pas même sur un sol
dur ça ne se coupe pas donc le summer
pile la paille dans le sillon mais la
graine dessus il referme sacomi peu et
puis s'il pleut pas ça lève pas donc on
avait des mauvaises brevets alors vu que
j'investis quand même 40 à 50 euros 2
secondes découvert
sur mes couvertures futur longue puisque
je rappelle sont des mélanges de
légumineuses donc vu ma soeur va se
de la veste
le nom m'échappe veut lui parle de la
massacrer coûte assez cher de la
moutarde ethiopie cappuccino et un peu
de phacélie est un peu l'autre chose
selon ce qu'on a un haka peut être pour
un peu de féverole on mélange un peu
tout ça donc j'avais vraiment envie que
mes couvert lev paké qui sert vraiment
le couvert et qui puisse répondre aux
300 jeux que j'ai déjà expliqué à savoir
leur couverture du sol contre les
adventices captait sans menottes de
l'air pour apporter au sol et
structuration du sol donc le meilleur
jeu ces trois espèces l'a pourtant à peu
près la réponse à ma question à
condition que ce soit bien implanté et
donc pour avoir discuté avec le club
l'agro soldes agriculteurs qui sont déjà
équipés de ce mois de tous poils longs
nez là dedans il ya des 10 vous savez il
ya des écoles il ya des gens qui sont
pour la dent les gens qui sont contre
mais absent pour lui six ans que son
compte
maintenant il ya dix qu'un kiné qui
arrive avec weaving avec sly et le
disque incliné apporte un peu de
réponses mais c'est pas la panacée
c'est toujours ce que j'appelle une clé
à molette ça va partout et ça va bien
nulle part donc j'avais réfléchi ce
maradan sauf que le saut maradan c'est
encore un investissement notes sont
morts jeunes d'hier il a dix ans il est
en très bon état puisque on l'entretient
régulièrement et ses marques à une très
bonne valeur de route seulement si on le
vend c'est pour acheter quoi si c'est
pour acheter un soir qui s'aiment pas
mieux ça pas beaucoup d'intérêt et donc
je me suis dit et pendant discuter
échanger avec des agriculteurs
sur wayne sapp sur twitter dans tout le
réseau et compris que le bât gros saule
je me suis dit que peut-être la bonne
solution c'était d'avoir un asthme aura
dans la commission qui coûte pas cher et
c'est la raison pour laquelle donc en me
rapprochant d'un collègue du pas de
calais qui étaient déjà équipées d'un
semoir jamais il me dit mais pourquoi tu
vas pas avoir jamais le patron il est
sympa il va te faire un truc
à la mesure donc je suis allé le voir et
puis c'était au mois de mai évidemment
je voulais seulement pour le mois de
juin et il m'a dit mais on peut monsieur
mon carnet de commandes est plein je
pourrais pas vous promettre et puis ils
sont quand même
donc j'ai demandé quatre poutres pas
trop éloigné parce que ce marais très
très lourd donc on roule de l'effet à 91
amis à 70 c du carré de sens c'est du
solide donc de cochon 30 mm de carrés
avec le soc particularité jamais souk et
3.2 fine avec recharge qu'un verdict en
scène qui ouvre à peine le sillon mais
comme le socle est assez long le sillon
referme pas tout de suite donc on a le
temps que c'est la grève donc ça se
referment et donc j'ai eu la chance que
il ya un client qui se soient dédiés
donc il m'a positionné à cause du client
pour fabriquer mon soir il m'avait
promis 1er juillet j'étais livré deux
donc c'est parfait
et donc on l'associé se voir avec la
trémie en faisons donc un renvoi un de
semences alors la trémie filtré mais on
ne sème donc
avec les réglages dans la seine par
pignon échelle c'est pas très
confortable c'est pas comme une boîte à
variation continue
il ya des trous un peu dans les réglages
mais bon on arrive à semer assez
précisément quand même des céréales j'ai
une solution par bobine on change les
bobines donc on est capable de semer on
les câbles de compartimenter de la
trémie pour faire un côté grosses
graines à côté petite graine on met une
petite bobine pour les petites graines
et on règle le débit sur les petites
graines par exemple facelly moutarde
ethiopie et s et puis du côté des
grosses graines on met du poids alors du
poids du poids de consommation d'affairé
n'importe quoi et comme les deux bobines
tournehem vitesse évidemment salle
distribuer en poids
cinq fois plus que que l'aja pepy g donc
on met 20 kg petit grain entre 15 et 20
le petit grain et puis entre 80 et 100
kg de grosses graines canton à l'époque
pour mettre dedans et on va tout ça
derrière donc avec une distribution qui
donc on a 18 cm d'écartement certains
trente deux descentes pour s'y mettre
32 dents pour s'y mettre avec une
disposition des dents si on peut se
déplacer un peu une disposition des
dents qui n'est pas comment dire
une fête un peu au hasard de manière à
ce qu'il n'y ait pas d'entraînement de
bouchons de paille dans l'autre sens
général les outils adam ça fait ça
entraîne la paille progressivement il se
finit par faire un bouchon donc
l'observation sait que la descente ici
qui peut paraître large par rapport à
l'étroitesse du socle et polissonne pas
si mal les graines que ça et j'avais
fait rage à même ils descendent spéciale
pour petit grain et pour faire découvert
qui accompagne la graine beaucoup plus
bas et que j'évite démonté en collission
humide parce que la terre rentrer dedans
et sabour alors que l'asean bourthois
est donc maintenant on laisse dans là
parce qu'on a en fait on a bricolé pour
mettre une deuxième descente pour faire
éventuellement de l'engrais ou
des graines séparés parce que l'idée
c'était de mettre ce mois sur une trémie
mais bon la trémie est pas encore
fonctionnels sont rémi supporter donc
derrière ce soir il ya aucune aucun
outil de recouvrement il n'y a pas de
hertz il ya pas de rouleau
on a voulu faire du truc très simple
parce que le finalement le sommer comme
il ouvre un sillon très étroit s'est
refait en plus seul et le meilleur
compromis qu'on les trouve essaie de
passer le cambridge est derrière et
c'est ça qui fait le meilleur travail
alors quand il fait c'est qu'on attende
le passé c'est bon cette année on n'a
pas le temps de passer donc on va pas
fermer les lignes de smith a laissé un
peu des billons mais bon c'est pas grave
y'a d'la la terre sur la graine et le
temps va germer
ce que j'observe depuis deux ans qu'on
utilise cet outil c'est que on a des
levées qui sont malgré la disposition
des graines à différentes profondeurs au
contraire du soir a dit ce que je veux
dire qui positionne bien au fond on a
des regrets n'a pas toute la profondeur
de l'objectif c'était évidemment de les
mettre au fond du sillon on n'arrive pas
tout mettre au fond du sillon moi c'est
tout bénef à peu près en même temps et
que malgré tout on a de très belles
lever très satisfaisante au moins égale
à celle du sous marin disque avec un
outil extrêmement simple et peu coûteux
parce que cet outil
bah ça va ça valait à l'époque 16000
euros a bondi depuis on a rajouté une
deuxième distribution dont on ne sait
pas encore servi on a ajouté
distribution d'engrais liquide 14 48
dont on sait pas encore servi non plus
l'idée maintenant ça va être des ventes
et et le cube en verre on sait pas où la
m puisqu'il n'ya pas de place ni devant
ni derrière son tracteur et de façon à
fertiliser parce que c'est eurent l'idée
on s'est mis direct qui vous fertiliser
dans la ligne de semis pour offrir à
l'engrais starter et surtout au
printemps
donc voilà l'outil bon l'aï replier donc
on imagine déplier ce que ça donne c'est
extrêmement lourd si bien qu' il ya une
pénétration en collission sèche
notamment pour les couverts d'été qui
est très satisfaisante et du fait de
l'étroitesse de la pointe finalement
avec le poids de l'outil on arrive à
faire là sion à la profondeur on a à peu
près les terminer même si le fait qu'on
soit monté sur un châssis rigide
évidemment ça nécessite d'avoir des
terrains plats comme le ciment parce que
sinon il ya des dents à toutes les
profondeurs
mais bon je dirais que le rapport
qualité prix est excellent donc ce cet
outil pour nous aujourd'hui donne tout à
fait satisfaction avec un début de
chantier important est un investissement
qui est tout à fait modique par rapport
au semoir de celui d'eric d'aujourd'hui
qui veulent pratiquement 1 1000 euros au
m
donc on en est loin et puis il ya très
peu de pièces en mouvement donc ya pas
d'usure ou très peu d'usure il ya pas de
roulement il n'y a pas de choses qui
peuvent faillir en ruminant qui peut
casser ça peut arriver à ce n'est jamais
arrivé n'est bon que ça peut arriver
il ya un seul inconvénient la limite de
cet outil c'est le débourrage des roues
arrière parce que comme les roues
arrière passe sur des lignes de smic ont
été travaillés elle colle et le
décrotteur ci a dû résidus on voit la
place à bord et ça sert la roue et la
roue j'essaierai de tourner donc il faut
démonter le décrotteur nettoyer repartir
et on n'a pas trouvé de solution on va
en trouver mais pour l'instant on n'a
pas de solution
il a aussi la richesse d'un réseau
whatsapp twitter et autres c'est de
communiquer des électeurs qui ont le
même problème et qu'ils cherchent aussi
des solutions complètes que l'on trouve
en commun voilà donc évidemment
l'ensemble la fonctionne
son art en puisque le grain est ramenée
dans la tuyère dû se voir arrière et
donc la rampe
on finira peut-être par la démonter
parce que je pense qu'on ne servira pas
il n'y a rien pour débourrer la danse
pour savidan sarrazin ça n'aurait pas
été parce que la paille de sarrazin se
seraient mises autour est effectivement
l'amazone il a une roue ici qu'il marche
à côté donc il va permettre d'appuyer
sur la végétation et des bourgs et
l'amazone faut dire aussi qu'il est en
écartement 16,6 alors que là on est à
18,8 donc 18,8 avec les quatre poutres
espacés de 70 cm on a une très belle
fluidité des résidus végétaux et on a
nous on a jamais bourg air sau vraiment
tombé sur un paquet de paille puisque la
moitié sera arrêtée mais si on a une
paille correctement est parti on n'a
jamais prendre le bourrage y compris en
conditions humides
par contre si on mettait des outils
arrière pour recouvrir peut-être que ans
génèrerait des bourrages mais a
aujourd'hui on n'a pas trouvé l'utilité
n'est nullement d'avoir six roues est là
la conque parce qu'on cherche toujours
des solutions ont dit oui bah tiens si
on roulait fermer la ligne de semis
correctement faudrait mettre une roue
ici qui passe derrière
oui mais il roule si elle n'a généré des
bourrages elle va encombrer le passage
de la taille elle va générer des
bourrages et puis toute façon ça sert
pas à grand chose parce que la dent avec
l'asie rigide le châssis est casé rigide
donc l'art où elle va elle va pas
forcément contrôler grand chose donc à
chaque fois qu'on réfléchit à des
solutions on revient en se disant pas
finalement un
le mieux c'est le plus simple donc
on va rester comme ça et vu les
résultats de lever bon faut pas trop se
casser la tête quoi ça crie ça oui c'est
un peu le problème qu'on a cette année
dans les couverts parce que quand on a
la dent a éclaté la terre ça fait ça
éclate et les modes qui existait déjà
on n'a pas eu à cette terre fine pour
recouvrir et on a eu de la graine qui a
en fait qui s'est échauffé parce que à
la faveur d'une petite pluie ce qu'on a
eu quelques plus éparses
ça a plu germées puis derrière il a fait
35 degrés donc sa déception parce qu'on
n'avait pas eu l'année précédente
et malgré le passage du cambridge c'est
pour ça que je lisais faudrait peut-être
peut-être que la bon compromis
ce serait aussi de lamoise bat de passer
la herse tekna grill à sa paille ce que
ces douze mètres donc ça va très vite et
puis de semer après sauf que là statec
magri elle va faire lever des adventices
en grattant le sol foa tracteurs et le
chauffeur qui à la relance mais il va
passer de démarrer puis valse mais après
il a le temps a bien sûr parce qu'on
s'aime pas tout recouvert évidemment on
récolte en récolte 600 hectares à peu
près rien la fin donc et puis on va
semer on va semer 200 et arts de dakar
cultures langues donc on l'attend tous
mes éléments
sauf que il faut encore un tracteur de
plus et donc cette année on l'a pas fait
on l'a pas fait peut-être qu'on a eu
tort en france roman l'année prochaine
on cherche surtout ce sont des solutions
qui ne sont que des compromis et donc
voilà pour l'instant je dirais que on a
trouvé dans cet outil un complément
parfait mais un complément intéressant
du summer a dit ce qu est ce qui lui
permet sur l'ensemble des deux des deux
appareils donc se moralise qu'il est
largement amortis il coûte pas cher le
jeune dire que très peu en entretien ça
ça coûte plaisir hier l'entretien et
donc pour un investissement modique
finalement on a une performance de semis
qui est excellente puisque je vous dis
on vient en une semaine la du 9 octobre
au 19 octobre
on a semé 350 hectares de céréales avec
les deux fois c'est un honneur mais
plutôt à 10 parce que bon le créneau le
créneau de temps de semis et écourt on a
ce métro 8,1 j'avoue parce que plus on
s'aime bits et plus on bouge les terres
mais bon vent donnait du coup et on
laisse m à 6,7
parce que là on a le temps donc on
laisse m à une vitesse relativement
lente la bonne vitesse avec ça c'est
maxime 8 à leur aurait pas aller au delà
est identique pour le jeune dire parce
qu'on projette de la terre avec le
disque 1 donc ça veut faire la solution
radicale il faut vraiment avancer
modérément et mais bon voilà le le temps
le créneau on avait une si on savait
qu'on a une fenêtre d'une semaine donc
entre mardi dernier est tombé 12 mm
d'une plus extrêmement fine qui a tout
mouillé
après la chandeleur un peu de vente à sa
bien ressuyé donc le mercredi soir on a
pu recommencer à semer grâce aux
couverts ont asséné mme sarrazin
lorsqu'on avait tout à l'heure et donc
là on a plus maintenant sarrazin encore
personne ne se met pas ce que c'était
trop humide lui la somme et dans des
terres on a des terres sur les airs et
grande paroisse qui sont les terres
blanches très facile donc qui arrive si
vite on a pu semer 40 hectares avoir le
temps que sa régie et que tout le monde
s'en remettent aux semis et puis après
on n'a pas arrêté coiffer samedi et
dimanche on a pas on n'a pas arrêté on a
fait que 8 me et donc lundi soir on
avait ça une autre offre 150 hectares et
il nous reste dix sept hectares as mais
quand il a fallu un jour de plus et puis
il reste noblet deux derniers dernière
charge des trains et puis d orge de
printemps qu'on va se met à l'automne et
en hiver
voilà donc il ya encore un petit peu de
travail mais ça va y arriver parce que
on est pas on n'est pas la minute donc
pas de soucis
on est ici sur une parcelle qui a été
récolté en blé blé de seconde au mois de
juillet 15 juillet et sur laquelle a été
implanté ce couvert et qui a la
particularité je vous dirai pas pourquoi
d'avoir levé tout de suite contrairement
aux autres couverts ils étaient ce les
mêmes conditions avec que le seul noir
avec les mêmes espèces et on voit
évidemment que la date de levée
conditionne la qualité du couvert
puisqu'ici on va s'orienter vers un
couvert au multi espèces qui est
extraordinairement abondant dans les
espèces on espère évidemment sur paille
restituer sorti des ronces et les
batteuses ont pas est broyé la macédoine
et le mélange vous y voyez de la vaysse
alors ça c'est de la vaysse c'est de la
vaysse massa ou l'équivalent à cesser
une baisse de lui oui elle est très
couvrante contrairement aux autres
coureurs qu'on a eu
elle est très couvrante donc là on voit
tout de suite son effet d'étouffement
sur les adventices ladesou ya rien rien
qui peut lever donc ça va être hyper
propre on à la moutarde d'ethiopie ici
un peu de phacélie et la facilite bien
qu'on aime être très très peu voyez
aller en fleurs commencent à fleurir
tout lève alors ça c'est quand quelque
chose est en forme on a toujours dit que
la phacélie et elle est compliquée à
faire lever et depuis quand la sem ou
smara dans tous les vins il ya des fois
que ça
là il ya de la bardane mais ça c'est
enfin ces mauvaises herbes a donc ça
faut qu'on leur a qu'un moyen de ces
primes est ce assez
ces deux-là sarcler et puis je crois que
rien d'autre à part la phacélie de la
vaysse et la moutarde ethiopie donc je
rappelle le rôle de chacun et chacune de
ces espèces
la baisse veut lui c'est à portée de la
zone est constitué un volume important
pour couvrir étouffer les adventices la
phacélie ça sert à allier le mélange
mais aussi c'est plutôt joli quand ça
fleurit et les abeilles vont pouvoir se
nourrir sur ses flancs là j'ai passé les
ruchers dans le coin mais s'il y en a ce
sera profitable
et puis la moutarde de l'ours assez de
moutarde blanche tardive il y avait un
petit peu dans le mélange on peut en
trouver
et puis à un peu de féverole qui restait
pour le monde dans la trémie
donc voyez tout ça ça se marie bien
regarder ici là le volume 1 de
végétation qui dira donc s'en va le
match et avec le carrier et valeur stats
et je vais vous montrer un pied de de
moutarde et youpi je suis là c'est pas
de chance il a fascicule est un peu mais
normalement ça fait un pivot qui descend
très loin et qui structure le sol vous
voyez ça c'est quelque chose qui fait
beaucoup de biomasse ça pèse lourd quand
on quand on pèse alors là les pas très
abondante parce qu'il a dû il ya des
graines qu'on peut germer certainement
mais c'est quelque chose qui est
extrêmement lourd et qui fait donc
beaucoup de biomasse et en même temps ça
a percé pivote sapers le sol
donc ça permet effectivement de
restructure en profondeur
alors qu'une veste veut lui comme une
face à li c'est plutôt des racines
fascicules et il n'y a pas beaucoup de
il n'y a pas beaucoup de racines au bout
de ça le fasse et lycées ça il ya très
peu de racines sauve des racines très
superficielle
mais c'est une belle 40 cm y plante et
puis la moutarde blanche qui vont sert
pas à grand chose mais ça ça fait de la
biomasse aussi un mais ces films c'est
une plante qui est pas intéressant temps
couvert
donc voilà on a bien là l'effet
couvertures l'effet azote parce que
c'est de l'ess elle va effectivement à
l'est du quartier déjà beaucoup la zot
l'année prochaine ce sera des betteraves
ici donc on va déjà avoir un profil de
sol tout à fait adapté pour l'obtention
de la betterave on va détruire ce
couvert avec vraisemblement à coups de
carrier avec le disque gros scooter et
puis après ben pour le monde quand il
fera rien d'autre avant l'hiver et que
au printemps on passera les outils
nécessaires pour permettre un lit de
semence donc à base de herse rotative
cros qu'il pour retracer le sol on voit
ici un rôle de campagnols effectivement
mais voyez que il ya quand même des
espèces qui arrive à récupérer
c'est pour ça qu'on fait les meilleurs
jeux multi espèces aussi parce qu'il y
en a et en particules a fait ces lits
elle arriva à résister aux rongeurs et
elle occupe un peu le tir a donc voilà
genre de couverts dont on rêve et il y
en a très peu comme ça cette année
malheureusement et là à l'époque on est
au 20 octobre
on va garder ce couvert encore
pratiquement plus d'un mois donc là il
va faire une énorme biomasse et c'est
une vraie culture
et si on ans il est sans méthanisation
je pense qu'on ferait 7 8 tonnes de
matière sèche quand donc ces aliments
évidemment le méthaniseur mais là on va
alimenter le sol alors j'ai oublié dire
ce matin que le méthaniseur si on
utilise beaucoup de biomasse pour faire
du gaz on peut penser qu'on va appauvrir
le stock du sol mais dans les digesteurs
faut pas oublier que il reste beaucoup
de carbone parce que les bactéries ne
digère qu'une partie du carbone et
digère la partie la plus facile à
digérer
donc le carbone qui reste dans le
digestat c'est un carbone relativement
stable et qui se transforme plus
facilement en carbone organique en humus
et donc d'après arvalis mais c'est pas
moi qui le dit une un système conduit
avec digestat et enlèvement de trois
cultes 22,2 culture sur trois on va dire
ça comme ça
c'est un système qui est en termes de
stockage vers vannes aussi performant
que si on faisait tous les ans a couvert
de deux tonnes ha malheureusement on
fait pas de tonnes ha tous les ans est
découvert à es7 c'était sa dette encore
le contre exemple
donc tout ça pour vous dire que c'est
pas parce qu'on méthaniser convaincant
si la production et l'enlèvement de
biomasse qu'on va pouvoir les sols et
c'est pas le but évidemment parce que là
des seuls comme ça alors ce qui est
remarquable depuis 25 ans qu on est en
observation
cette parcelle là comme quelques autres
fonctionnent très bien tout ce qu'on y
met pouces et tous fait des supers en la
parcelle au dessus alors là il ya une
parcelle qui est labourer et au dessus
c'est aussi à moi c'est alors le sait
pas mais couvert et il a levé plus
difficilement et elles fonctionnent pas
de la même façon alors que les deux
parcelles sont conduites pareil elle
fait les mêmes cultures les mêmes coups
vers la terre est un peu plus profond
dc1 j'avoue mais quand même
c'est qu'une fois qu'on a peut dire que
une fois qu'on a
trouver le bon rythme de fonctionnement
du sol
après ça marche tout seul allez voir
pourquoi ces relevés ici et pas ailleurs
il y avait sûrement un peu plus
d'humilité en surface et pourquoi les
plus d'humilité en surface parce que y
avait plus de matière organique et que
la matière organique au regard du lot
tout simplement c'est tout matin il faut
pas grand-chose
et donc voilà quand vous avez un couvert
qui lève un couvert réussi la culture
derrière elle est réussie et c est pas
prêt vous êtes sorti c'est le cercle
vertueux
et quand par contre dans des parcelles
de terre blanche n'avait pas planter un
couvert ne riez pas faire pousser un
couvert et bien
ça patine tout le temps la culture
marche pas derrière et on a des
talismans et puis on à du parasitisme
etc
alors pour revenir sur la partie
matières organiques sens et les
parcelles de terre grise c'est les
meilleures terres de la ferme c'est la
terre grise calcaire sur support
calcaire et pourtant c'est le blé là
dedans c'est dix ans tonnes ha
betteraves c'est plus de 100 tonnes et
donc c'est pas recette qui fonctionne
bien
là on est à 4 4 et demi pour cent de
matières organiques
là on a pris un point et demi en 20 ans
pratiquement donc des terres qui sont
structure bien structuré qui ne sont
plus battante qui sont colorés j'avais
fait des photos une année j'ai pas là
mais pour montrer la différence c'est la
parcelle duo montré de la différence
entre cette part sa quête en betteraves
non labour est de + 20 ans un côté et la
partielle de betteraves à côté qu'est la
boue régulièrement couleurs la
différence de couleur c'est une était
blanche comme ma voiture ou qu'on
maintienne et l autre l été
allez pas une bille on va dire ça comme
ça donc la différence de couleur qu'elle
y est évidemment à la matière organique
aussi en surface parce que locke a
terrific de semis direct sous couvert
végétal c'est que on a plus de matière
organique en surface et moi profondeur
par rapport à une terre qui a travaillé
mais ce qui nous intéresse c'est la
matière grise de surface pourquoi parce
que matières organiques de surface c'est
elle qui permet la souplesse du sol on
marche là dedans
le sol est souple c'est elle qui
conservent l'eau en surface pour faire
germer quand il fait sec c'est elle qui
alimente les vers de terre et clyde et
biologiques et au fond on n'a plus
intérêt à voir la matière organique en
surface que la voir en profondeur parce
qu'après c'est la faune c'est les vers
de terre qui vont rediscuter cette
matière organique donc des surfaces en
profondeur c'est assez lent et comme il
ya beaucoup de matière organique en
surface ils vont chercher ils vont
chercher et donc qui creusent des
galeries et et ils font effectivement il
crée la perméabilité du sol
c'est une des raisons pour lesquelles on
a le plus diderot morphy dans les sols
de l'immo profond il roman parce que les
vers de terre ont fait des galeries et
que ça c'est le meilleur drainage plus
que ça existe donc l'activité biologique
est extrêmement importante pour la vie
d'un sol et la vie d'un seul extrêmement
importante pour sa capacité structurelle
sa texture et les scolaires et apporte
son énergie non faut parfois pas 30
demain et c'est pas souhaitable ça c'est
les terres à 20% large et 2 1% de limon
grosso modo mais ce c'est ph 8 noeuds
8,3 très calcaire donc
caractères des terres blanches et où la
difficulté de ces terres là bas c'est la
levée la croûte de battance et c'est le
réchauffement
bon ba aujourd'hui avec cette technique
là c'est une parcelle qui pose plus
aucun problème et ça fonctionne tout
seul je dirais presque que on met la
dose de suspense au bout du champ et ça
pousse tout seul quoi ça mais voilà on
fait plus d'erreurs dans ce genre de
parcelles et donc cédé par celles qui
supportent le classement qui sont super
bien structuré qui supportent pas le
tassement qui supportent les charges
elles se savent pas elle supporte les
charges et notamment quand on fait les
betteraves les matériels vous allez
croiser une machine sur la route c'est
les machines avec les intégrales avec
trémie se connaît très bien pleines le
bacon elle pèse 50 tonnes cinquante
tonnes donc c'est du pratique mans 13 14
tonnes par où c'est énorme
donc si vous n'avez pas un seul pourtant
en dessous on fait des dégâts
impressionnants
et comme cette machine avantage de
niveler beaucoup le terrain et fait plus
de sion comme les anciennes machines on
peut pratiquement se met direct derrière
du blessant sans intervenir ou juste
avec un coût de hertz tekna grille pour
renouveler et on peut se met derrière
sans aucun problème voilà tout ce qu'on
peut dire là dessus donc
voilà une des difficultés de notre
système aujourd'hui c'est de réussir les
couverts et de les fermer quoi et une
fois qu'ils sont levés s'est sauvée si
on arrive à les faire lever se sauver
après ça fonctionne même si fait
paraître 2 sec
elle va le coup verbe attendre la pluie
quand la pluie arrive même s'il arrive
tard fin septembre
ça pousse ça ici depuis ça fait trois
semaines qu'il pleut bah voilà le
couvert il a dynamité sa biomasse par
disent quoi c'est simplement c'est même
impressionnant parce que moi je viens
pas souvent là et je vois ce qu'il y a
je me dis bon ben là comme on dit on on
pose d'une pièce d'un euro elle tombe
pas par terre donc ça veut dire que
dessous voient pas la lumière
le sol est protégé finalement de 2 des
agressions du temps la matière
l'activité biologique aussi fonctionne
tout à fait normalement et et voilà ça
ça fonctionne bien
voilà tout ce que je peux vous dire

Partager sur :