Introduction aux itinéraires techniques

De Triple Performance
Aller à :navigation, rechercher

ITK.jpeg


Les itinéraires techniques (ITK) sont la recette de cuisine à suivre décrivant toutes les étapes de la réussite d’une culture. Pour simplifier, il existe 6 grands types d’itinéraires techniques :

  • Petites graines
  • Grosses graines
  • Bulbilles
  • Tubercules
  • Plants
  • Poireaux

Dans la suite de ce document, nous avons recensé plusieurs retours d’expériences de fermes faisant partie du réseau. Nous essayons de donner une vision synthétique de ce qui se fait sur le terrain, mais n’oubliez pas que les variations sont nombreuses ! Faites des essais pour trouver l’itinéraire technique qui vous convient le mieux : testez différents matériaux, différentes épaisseurs,... Ces essais peuvent prendre place sur la même planche de légumes, en laissant quelques mètres entre les modalités. Jouer sur les paramètres permet de savoir lesquels ont réellement un rôle pour atteindre vos objectifs de réduction de l’enherbement, de l’irrigation, de travail... tout en augmentant les rendements. En sol vivant, il n’est pas rare que des légumes au calibre important poussent sur vos planches. Or ces derniers sont invendables. Pour éviter ce souci, misez sur la densité qui permet de réguler la taille des légumes : une planche plus

dense ne permettra pas aux légumes de prendre des proportions importantes, et inversement.

Conception et coût de l'itinéraire technique

Lever les facteurs limitant

Pour bien concevoir un ITK, les facteurs limitants doivent être identifiés : est-ce un manque de lumière, d’eau ou de nourriture qui affectent la plante chétive ? De quoi manquera le légume dans la configuration présente ? En MSV, on observe que c'est souvent l’eau qui peut manquer lors des premiers stades de la culture ou pour activer la minéralisation.

Apporter suffisamment de lumière, d’eau et de nourriture, c’est aussi être vigilant à limiter la concurrence entre enherbement et légumes puisque ces derniers sont moins puissants que les adventices pour chercher l’eau et les nutriments. Ainsi il faut viser un minimum de 6 semaines de décalage entre la pousse du légumes et celles des éventuelles adventices. Clairement, à partir de la moitié de la vie du légume, la parcelle peut commencer à s’enherber sans dommage pour la culture. Avant, l’enherbement impacte énormément le rendement. Une manière élégante de contrer cette concurrence en cas d’enherbement est de surnourrir la planche afin d’alimenter à la fois le légume et l’herbe génératrice de porosité et de nourriture pour les prochains légumes. Des engrais bouchons, de la fiente de volailles seront alors apportés ainsi qu’un bon suivi de l’hygrométrie de la parcelle.

Attention toutefois à bien anticiper la destruction de l’enherbement spontané pour la culture suivante (bâchage un mois avant plantation puis plantation dans la bâche si vivaces ou plantation directe si pas de vivaces).


Avertissement

Les itinéraires techniques décrits dans cet ouvrage utilisent très souvent des matières organiques apportées de l’extérieur. Nous

recommandons ces pratiques car ce sont les plus simples à mettre en oeuvre pour démarrer. Toutefois il est clair que pour la vie du sol,

l’idéal est de pratiquer la rotation sur prairie (autonome en matières organiques) ou l’utilisation systématique de couverts végétaux. La

rotation sur prairie ne peut s’envisager que si vous avez accès au double de surface cultivée en légume. De l’autre côté, les couverts végétaux nécessitent une maîtrise technique pour l’implantation assurée et la destruction. Nous déployons actuellement des essais systématiques de couverts végétaux et nous espérons pouvoir vous rendre compte d’ici quelques années des itinéraires techniques

validés par l’expérience incluant toujours plus de végétal et de vie !


Le choix des cultures

Une bonne manière de trancher entre deux variantes possibles de légumes est de déterminer le coût de production de ces deux itinéraires. Pour cela, vous est proposé un tableur donnant des coûts moyens pour chaque légume. Vous pouvez le télécharger sur le site internet normandie. maraichagesolvivant.fr dans la partie ressources.

Si les données de références ne vous conviennent pas vous pouvez les modifier à souhait dans les cases oranges. Dans la feuille de calcul “comparaison itinéraires”, vous pouvez sélectionner un légume pour lequel vous souhaitez faire une comparaison entre l’itinéraire précédemment modifié et une variante.

En utilisant ce fichier, il peut apparaître flagrant que les charges opérationnelles sont généralement très faibles sur petites surfaces, par légumes. Le coût des apports de matières organiques modifie, à la marge, la rentabilité des ITK. De même travailler beaucoup plus sur un légume n’impacte que peu la rentabilité. Toutefois travailler plus sur un légume, c’est rajouter du temps sur une semaine déjà généralement trop chargée.

Ci-contre un exemple de modélisation comparant un itinéraire plantation de courges sur bâche avec semis direct. La modélisation permet de bien mettre en avant ce qui constitue le chiffre d’affaires d’un maraîcher. Les différents graphiques ci-contre permettent de visualiser les cultures les plus rentables, les marges possibles sur chacun des légumes ainsi que le revenu horaire d'un légumes, c'est à dire, la marge brute réalisée en 1 heure. Évidemment, ce sont des modélisations et doivent être pris avec toutes les précautions nécessaires. Il est très important dans les itinéraires techniques de ne pas perdre trop de légumes au champ, de réussir à bien vendre toute la production pour que ces données se traduisent en véritable revenu.


Comparatif d'itinéraire par légume

Légumes Courge Itinéraire

alternatif

Description itinéraire

technique

Courge MSV sur

bache tissée

Courge semis

direct

Implantation Bâche tissée

1 plant/m2

Semis direct
Surface (m²)
Quantité produite

indicative

Rendement (kg ou

unités/m²)

Perte au champs, stockage et à la

vente

40,00 % 50,00 %
Prix vente directe

indicatif (€ TTC/kg)

2,5 2,5
CA HT total (€) 3 412 2 844
CA HT (€/m²) 4,3 3,6
Travail du sol / bachage

occultation (h)

Préparation / paillage (h)
Implantation (h)
Suivi / Irrigation (h)
Récolte (h)
Temps de travail total (h)
Temps de travail (h/m²) 0,15 0,13
Coût temps de travail

(€/m²)

2,90 € 2,55 €
Coût temps de travail (€) 2 320 € 2 040 €
Matières organiques (€) 80,00 €
Semences / plants (€) 120,00 €
Charges opérationnelles

(€)

200 € 160 €
Charges opérationnelles

(€/m²)

0,25 € 0,20 €
Chiffre d’affaires 3 412 € 2 844 €
Marge brute (€) 3 212 € 2 684 €
Marge brute (€/m²)
Charges totales 2 520 € 2 200 €
Marge totale avec temps

de travail (€)

Marge avec temps de

travail (€/m²)

1,1 € 0,8 €
Revenu horaire (sans

commercialisation !)

27,7 € 26,3 €
Chiffres d'affaires par légume
Marges et revenus au mètre carré par légume
Revenu horaire dégagé par légume

Itinéraires techniques


Partager sur :