Implanter des engrais verts en vigne

De Triple Performance
Cet article est issu de la base GECO[CC BY-NC-SA 3.0]. Cliquez ici pour accéder à la page d’origine : Logo Geco
Engrais% 20verts% 20IFV.jpg


L'implantation d'engrais vert en vigne consiste à semer un couvert à la fin de l'été ou à l'automne dans les inter-rangs, qui va se développer très fortement au printemps avant d'être détruit, le couvert n'a pas vocation à être récolté. Les aspects techniques doivent être réfléchis si on veut bénéficier des effets positifs attendus au niveau du sol sans conséquences négatives pour la vigne. C'est une pratique distincte de l'enherbement des parcelles, qui consiste elle à conserver une couverture du sol permanente (voir fiche technique Pratiquer l'enherbement total en vigne).

Choix des espèces

Le choix du couvert doit être fait en fonction :

  • Des raisons qui amènent à s'orienter vers cette pratique,
  • Du type de développement souhaité (rapide, facile à détruire...),
  • Du type de sol (ressources en eau et réserves en éléments minéraux),
  • Du budget consacré à cette pratique,
  • De la situation de la parcelle,
  • Des objectifs qualitatifs et quantitatifs de la récolte (rendements et types de vin souhaités).


Couverts et engrais verts en viticulture biologique[1]


On distingue les engrais verts ayant une aptitude à fournir du carbone "lent" (cas des graminées) ou du carbone "rapide" (cas des crucifères ou des légumineuses, qui apportent aussi de l'azote). Les espèces peuvent être utilisées pures ou en mélanges, afin de disposer d'une formulation équilibrée entre carbone lent, rapide et azote assurant une dégradation correcte de la matière organique par les micro-organismes.

Il n'existe pas de couvertures végétales adaptées généralisables à tous les types de sols, le choix des espèces doit donc être réfléchis mais certaines règles peuvent diriger ce choix. Les plantes sélectionnées devront :

  • Avoir un développement rapide,
  • Etre peu coûteuses en semences,
  • Avoir un système racinaire puissant,
  • Etre peu exigeantes,
  • Avoir une montée à graines tardive,
  • Etre facile à détruire.


Graminées

Seigle

Seigle

  • Avantages : Système racinaire fasciculé puissant, adapté aux conditions humides et acides.
  • Limites : Attention aux exsudats racinaires anti-germinatifs pour d’autres plantes.
  • Implantation : août à octobre
  • Dose : 40-90 kg/ha
  • Sensibilité au gel : peu sensible
  • Production de matière sèche : 3-8 T/ha


Avoine

  • Avantages :
    • Système racinaire fasciculé puissant, robuste, facile d'implantation.
    • Impact sur certains nématodes (Melodoïgyne & Pratylenchus).
    • Bonne compétition contre les adventices, plante à effet allélopathique pouvant inhiber la germination de certaines dicotylédones.
    • Bonne structuration du sol sur 0-25cm et augmentation de la portance.
    • Semences bon marché et facilité de semis avec un semis à la volée possible.
    • Bon comportement en mélange : tuteur pour les Fabacées (vesce, pois, …).
  • Limites :
    • Destruction mécanique souvent compliquée car la plante peut repartir.
    • En semis trop précoce, on peut observer des pertes de biomasse du fait d’attaques de rouille ou de pucerons.
    • Il est préférable de l’associer avec une légumineuse pour éviter les faims d’azote.
    • Besoins en eau importants, l’avoine peut entrer en concurrence avec la vigne en puisant dans la réserve utile si le printemps est sec
      Avoine d'hiver
  • Implantation : septembre à octobre
  • Dose : 70-100 kg/ha (120 kg/ha en semis tardif)
  • Sensibilité au gel : peu sensible (-13°C)
  • Production de matière sèche : 3-6 T/ha
  • Coût : 20-30 €/ha


Triticale

Epi de Triticale
  • Avantages : Hybride Blé & Seigle, résiste bien aux conditions hydromorphes, système racinaire fasciculé. Robuste et facile à implanter.
  • Implantation : septembre à octobre
  • Dose : 100 kg/ha
  • Sensibilité au gel : sensible
  • Production de matière sèche : 5-10 T/ha


Orge

  • Avantages :
    • Exsudats racinaires limitant l’activité du pourridié.
    • Forte restructuration du sol en surface, évite l’érosion.
    • Couverture rapide et étouffante vis-à-vis des adventices en plus d’un effet allélopathique.
    • Semences bon marché.
    • Implantation facile y compris en conditions sèches, possibilité de semis direct.
    • Bonne résistance à la sécheresse et au gel (-15°C)
  • Limites :
    • Très sensible à l’hydromorphie.
    • Implantation plus délicate que l’avoine.
    • Sensible aux maladies cryptogamiques qui limitent la biomasse.
    • Craint l’humidité et les situations d’hydromorphie.
    • A éviter en présence de Xiphinema index (vecteur du court-noué de la vigne)
      Orge
  • Implantation : septembre à octobre
  • Dose : 160-200 kg/ha
  • Sensibilité au gel : peu sensible
  • Production de matière sèche : 3-6 T/ha



Légumineuses

Trèfle incarnat

Trèfle incarnat

  • Avantages :
    • Plante annuelle à racine pivotante.
    • Très bonne pousse dans les sols frais sans engorgement, mais aussi très adaptable en zone sèche.
    • Supporte bien les sols argileux & les sols pauvres en M.O.
    • Stimule l’activité biologique du sol par la production d’exsudats racinaires.
    • Fixe l'azote.
    • Semis facile, réalisable à la volée.
    • Végétation dense qui couvre le sol et étouffe les adventices.
    • Résiste aux attaques de limaces.
    • Améliore la structure du sol grâce à son système racinaire bien développé.
  • Limites :
    • Germination et installation du couvert lentes (levée délicate en présence de nombreuses repousses ou plantes adventices) : peu concurrentielle au démarrage.
    • Nécessite un tuteur pour ne pas s’affaisser.
    • Coût assez élevé des semences
    • Agressive sur les éléments minéraux et l’azote


  • Implantation : août à octobre
  • Dose : 25-30 kg/ha
  • Sensibilité au gel : peu sensible
  • Production de matière sèche : 4-6 T/ha
  • Coût : 55-85€/ha


Féverole

Féverole
  • Avantages :
    • Stimulation de l’activité microbienne, enrichissement en M.O fraîche, systèmes racinaires profonds pivotant & fasciculé.
    • Implantation facile.
    • Forte fixation d’azote atmosphérique.
    • Bonne destruction par roulage.
  • Limites :
    • Développement lent et plante peu couvrante au départ : elle ne permet pas un bon contrôle des adventices
    • Un semis trop précoce expose la plante aux maladies pouvant entraîner une diminution de la biomasse produite
    • Les grosses graines de la féverole associées à de petites graines en mélange peuvent boucher les trémies.
    • Le coût du semis est élevé si on utilise des variétés commerciales.


  • Implantation : septembre à octobre
  • Dose : 130-150kg/ha en sol limono argileux, 160-180 kg/ha en sol argileux-caillouteux-limon battant
  • Sensibilité au gel : sensible (-5°C)
  • Production de matière sèche : 5-8 T/ha
  • Coût : 130-180 €/ha


Vesce commune

  • Avantages :
    • Stimulation de l’activité microbienne.
    • Fixation d'azote.
    • Enrichissement en M.O fraîche.
    • Action positive contre les adventices
    • Croissance Rapide.
    • Semis facile, réalisable à la volée.
  • Limites :
    • A besoin d’une plante tutrice.
    • Attention aux repousses.
Vesce commune enroulée autour d'une tige


  • Implantation : août à octobre
  • Dose : 100-200 kg/ha
  • Sensibilité au gel : peu sensible (-10°C)
  • Production de matière sèche : 3-8 T/ha
  • Coût : 55-85 €/ha


Pois fourrager

  • Avantages :
    • Stimulation de l’activité microbienne.
    • Enrichissement en M.O fraîche.
    • Système racinaire profond.
    • Implantation Facile.
      Pois fourrager
  • Limites :
    • Croissance plus ou moins rapide suivant l’implantation.
    • A besoin d’une plante tutrice.
  • Implantation : août à septembre
  • Dose : 50-150 kg/ha
  • Sensibilité au gel : peu sensible (-10°C)
  • Production de matière sèche : 5-8 T/ha


Minette, lotier corniculé & trèfle souterrain

  • Avantages :
    • Mélange adapté aux zones de graves ou plus sèches.
    • Stimulation de l’activité microbienne.
    • Enrichissement en M.O fraîche.
    • Bonnes capacités de recouvrement.
  • Limites :
    • Implantation Délicate
  • Dose : 5-15 kg/ha


Crucifères

Moutarde blanche

  • Avantages :
    • Système racinaire fasciculé et pivotant permettant une bonne restructuration du sol.
    • Plante acidifiante capable d'utiliser des stocks de potasse et de phosphore non disponible pour les autres plantes.
    • Implantation facile et rapide. Fort pouvoir germinatif : semis facile même à la volée avec rappuyage.
    • Piège à nitrate : évite les fuites de nitrate dans les profondeurs du sol et la pollution des eaux souterraines.
    • Action nématicide.
    • Croissance très rapide : bonne compétitrice vis-à-vis des plantes adventices.
    • Destruction simple : gel, broyage, roulage, bon comportement en mulch.
    • Semences bon marché.
  • Limites :
    • Agressivité par rapport aux autres espèces en cas d’association du fait de sa rapidité au démarrage
    • Sensible au stress hydrique et à la chaleur qui provoquent une montée à graines accélérée et une lignification des tissus.
    • Il est préférable de l’associer avec des légumineuses pour limiter les risques de faim d’azote si la plante est trop lignifiée au moment de la destruction.
    • Casse mécanique : attention aux passages d’engins qui peuvent détruire les plantes.
    • Attention au couloir de froid pour le gel.
Moutarde blanche


  • Implantation : août à septembre
  • Dose : 8-10 kg/ha
  • Sensibilité au gel : peu sensible
  • Production de matière sèche : 4-5 T/ha
  • Coût : 10-25€/ha


Colza fourrager

Colza fourrager

  • Avantages :
    • Système racinaire pivotant.
    • Stimulation de l’activité microbienne du sol.
    • Enrichissement du sol en potasse et phosphore.


  • Implantation : août à septembre
  • Dose : 8-15 kg/ha
  • Sensibilité au gel : peu sensible
  • Production de matière sèche : 4-9 T/ha


Navette fourragère

Navette fourragère

  • Avantages :
    • Potentiel de piégeage de l’azote élevé : réduction des pertes par lessivage.
    • Système racinaire efficace pour une bonne restructuration du sol.
    • Installation rapide avec un fort pouvoir concurrentiel : étouffante vis-à-vis des mauvaises herbes.
    • Semences bon marché.
    • Résistante au froid.
  • Limites :
    • Les semis répétés de Brassicacées en sol pauvre peuvent avoir une action dépressive sur la mycorhization et acidifier progressivement le sol.
    • La destruction est délicate si le pivot est bien développé. La plante peut repousser si la destruction est réalisée trop précocement.
    • La navette fourragère est sensible au stress hydrique.
    • Du fait d’une reprise rapide, elle peut entrer en concurrence avec la vigne en puisant dans les ressources de nutriments issues de la minéralisation printanière.


  • Implantation : août à septembre
  • Dose : 10-20 kg/ha
  • Sensibilité au gel : sensible
  • Production de matière sèche : 3-5 T/ha
  • Coût : 15-30€/ha


Radis fourrager

  • Avantages :
    • Système racinaire pivotant.
    • Stimulation de l’activité microbienne du sol.
    • Enrichissement du sol en potasse et phosphore.
    • Germination rapide.
    • Bonne restructuration du sol.
    • Très bonne capacité à piéger l’azote minéralisé pendant l’hiver.
Radis fourrager
  • Dose : 4-12 kg/ha

Pour aller plus loin...

Pour aller plus loin, consultez le tableau comparatif des espèces de l'IFV Sud-Ouest (ici) ou d'Agrobio Périgord (ici, voir pages 33-34) ainsi que les fiches espèces de l'IFV Sud-Ouest Avoine, Orge, Trèfle incarnat, Féverole, Vesce commune, Navette fourragère et Moutarde blanche[2].


Implantation

  • Le sol doit être suffisamment émietté pour permettre une bonne levée.
  • Sur vigne en place, un ou 2 passages de houe rotative ou de vibroculteur peuvent suffire.
  • Le semis est réalisé à la volée ou avec un épandeur d'engrais, suivi idéalement d'un roulage ou d'un griffage superficiel.
  • Un semis direct est aussi possible dans le cas d'un inter-rang enherbé ou pour semer sur les résidus de culture d'un couvert précédent (succession de couverts).
  • L'implantation est à réaliser pendant la période des vendanges afin de profiter de conditions clémentes (températures et pluies de fin d'été ou automne), ou bien courant octobre - début novembre. La période d'implantation est à raisonner en cohérence avec les espèces d'engrais verts choisies, qui peuvent être implantées pures ou en mélange.


Date du semis

  • La date d’implantation du couvert est fonction du type de couvert à implanter mais aussi des possibilités d’organisation matérielles.
  • Avant les vendanges : l’intérêt est de viser une période après laquelle des pluies permettront les levées. Par contre, il faut éviter de travailler le sol dans les inter-rangs qui seront semés avant le passage de la machine à vendanger. Dans ces conditions, le semis direct sous couvert a tout son intérêt : non seulement le sol n’est pas perturbé, mais en plus l’opération de semis ne demande qu’un seul passage.
  • Après les vendanges : le risque est de ne pas avoir les conditions de sol adéquates, mais on peut envisager de travailler le sol pour favoriser les levées.

Préparation du sol

Le semis direct présente l’avantage de la simplicité et d’une moindre perturbation de l’état de surface du sol, mais dans un couvert végétal déjà dense, les levées du semis sont nettement moins bonnes que dans un lit de semence, pénalisées par la concurrence des plantes déjà en place. La biomasse fournie sera moins importante. Le semis direct sous couvert est donc plutôt à réserver à des itinéraires dans lesquels un couvert printanier remplace le précédent implanté à l’automne lors de sa destruction, pour éviter la concurrence lors de la levée.

Semoirs à disposition

Il existe une diversité de matériels de semis en vigne. En voici quelques-uns :

Aitchison

Aitchison

  • Matériel dérivé des semoirs existant pour le semis direct en grandes cultures.
  • Sa principale caractéristique est l’utilisation du soc en T inversé pour déposer la graine et refermer la terre par-dessus.
  • L’entrainement est mécanique avec une roue suiveuse. La distribution est réalisée par un disque en mousse qui permet de respecter le mélange de semences en provenance de la trémie. Le réglage de profondeur est assuré par deux roues de terrage. Les socs sont montés sur dents vibrantes.



Aurensan

Aurensan

  • Le semoir Aurensan se distingue par des éléments de semis constitués chacun d’un disque incliné pour découper le couvert et la terre, et d’une roue qui lui est accolée pour le réglage indépendant de la profondeur de semis.
  • L’ensemble est complété de roues inclinées dans le sens inverse au disque pour appuyer chaque ligne de semis. Il existe plusieurs déclinaisons du semoir, avec possibilité de trémies séparées pour éviter les mélanges hétérogènes. La distribution est mécanique, avec roue suiveuse. L’ensemble est lourd.


Semoir Gerber (Rolofaca)

Gerber

  • Le semoir Gerber (Rolofaca) utilise des disques ondulés pour ouvrir le sol devant les éléments de semis constitués par des socs en T inversés montés sur dents rigides.
  • La distribution est pneumatique. Il est possible de modifier la cannelure de distribution pour s’adapter à des graines de différentes tailles.



Combiné herse rotative semis à la volée

  • Ce montage peut être réalisé simplement sur la base d’une herse rotative.
  • Les graines sont projetées à la volée dans la terre travaillée et le rouleau les met en contact.
  • Attention ce type de semoir est utilisable avec les graines les moins exigeantes en termes de profondeur de semis.
  • Pour des féveroles, c’est largement suffisant. Avec des mélanges contenant de toutes petites graines, le résultat risque d’être plus hétérogène.

Pour aller plus loin...

Pour en savoir plus sur les matériels de semis en vigne, consultez l'article Mécanisation de l'implantation et destruction des couverts (MatéVi, 2016).


Destruction

Les différentes manières de détruire les couverts en vigne sont traitées dans la fiche technique Détruire les engrais verts en vigne.


Services rendus par la technique

Stabilité physique et structuration du sol

L'implantation d'engrais verts permet :

  • D'améliorer la structure du sol, grâce à l'action mécanique des racine des espèces implantées qui permettent d'ameublir le sol de l'inter-rang, améliorant la pénétration de l'eau et de l'air.
  • De protéger le sol contre l'érosion et le ruissellement en assurant une couverture du sol de l'inter-rang. Les exsudats racinaires et les microorganismes de la rhizosphère du couvert végétal contribuent également à stabiliser les particules de terre.


Fourniture de nutriments

L'implantation d'engrais verts permet :

  • D'améliorer la fertilité minérale, grâce à l'assimilation par certaines familles d’engrais verts d'éléments minéraux sous forme insoluble alors qu’ils sont inutilisables tels quels par la vigne (exemple : Crucifères avec la potasse). C'est la destruction de l’engrais vert qui permettra leur restitution à la vigne sous une forme assimilable. Les légumineuses contribuent à enrichir le sol en azote par fixation symbiotique de l’azote atmosphérique si le temps de culture est supérieur à 50 jours.
  • De limiter les pertes par lessivage en assurant une couverture du sol durant l'hiver.

A noter qu’un engrais vert monté à pailles (augmentation de la cellulose, baisse de l’eau et des éléments simples solubles) peut créer une « faim d’azote » préjudiciable à la vigne.


Régulation et gestion des adventices

Les espèces couvrantes et à croissance rapide ont une action efficace (vesce, ray-grass italien, radis fourrager) à très efficace (sarrasin) pour diminuer voire empêcher le développement des plantes adventices pendant la période hivernale (concurrence pour la lumière).


Gestion des ravageurs

  • Une baisse du potentiel de nématodes à galles (Meloïdogyne, Pratylenchus) peut être obtenue avec un engrais vert bien choisi comme avec la tagète des parfumeurs, l’avoine, et certaines crotalaires. L’action est obtenue grâce à des composés nématicides exsudés ou libérés lors de la décomposition de l'engrais vert.
  • Il faut noter que ces mêmes engrais verts n’ont aucun impact sur les nématodes vecteurs du court-noué car la profondeur d’exploration des racines de l’engrais vert est très souvent insuffisante (< 1,5 m) pour avoir une action efficace sur Xiphinema index.
  • Les engrais verts constituent, avant leur destruction, des habitats gîte et une source d'alimentation pour les auxiliaires de culture, en particulier pour les prédateurs généralistes.


Gestion des maladies

  • Les engrais verts ont un effet dépresseur dans la lutte contre au moins 2 maladies importantes : le mildiou et le botrytis, en permettant une meilleure circulation de l'eau, une diminution des projections par effet splash, en diminuant la vigueur de la vigne (cas de couverts peu riches en azote) et en améliorant la portance des sols. Attention toutefois avec des engrais verts à base de légumineuses (fabacées) qui peuvent conduire à des relargages d'azote important et une sensibilité plus grande des baies à la pourriture grise (botrytis).


Bilan socio-économique de cette technique

Charges opérationnelles

Négatif En augmentation par rapport à une conduite sans couvert.

  • Compter entre 8 et 130 €/ha de coût de semences (estimation ITAB).
  • Des semences et des mélanges produits soi-même permettent cependant une réduction importante du coût.


Charges de mécanisation

Négatif En augmentation par rapport à une conduite sans couvert.

  • Par estimation grâce au logiciel Viticout®, l'IFV Sud-Ouest parvient à un coût d'environ 250 €/h pour le semis automnal, sur tous les inter-rangs, incluant la main d’oeuvre, le coût de la traction, l'amortissement du semoir et les semences.


Temps de travail

Négatif En augmentation par rapport à une conduite sans couvert.

  • Compter près d'1h30/ha pour la préparation du sol et 2h pour le semis (estimation ITAB).


Pour en savoir plus


Annexes

Cette technique s'applique aux cultures suivantes


La technique limite la présence des auxiliaires et bioagresseurs suivants

La technique est complémentaire des techniques suivantes





Contribue à


  1. AgrobioPerigord - Couverts et engrais verts en viticulture biologique http://www.agrobioperigord.fr/upload/article-couvert-&-engrais-verts-en-viticulture-bio-auxilliaire-bio-frab-mai-2017.pdf
  2. Fiches espèces de l'IFV Sud-Ouest Avoine, Orge, Trèfle incarnat, Féverole, Vesce commune, Navette fourragère et Moutarde blanche http://www.vignevin-occitanie.com/wp-content/uploads/2019/02/Fiches-engrais-verts.pdf