Cultiver des espèces pluriannuelles

De Triple Performance
Cet article est issu de la base GECO[CC BY-NC-SA 3.0]. Cliquez ici pour accéder à la page d’origine : Logo Geco

1. Présentation

Caractérisation de la technique

Description de la technique :

 

Julien Halska INRA julien.halska(at)grignon.inra.fr Epoisses (21)
Rémy Ballot INRA remy.ballot(at)grignon.inra.fr Grignon (78)

Lutte contre les courriers indésirables : Pour utiliser ces adresses, remplacer (at) par @


Introduire dans la rotation des cultures pluriannuelles : prairies temporaires (graminées pures ou en mélange avec des légumineuses), prairies artificielles (luzerne, trèfle, sainfoin, lotier…) ou espèces fourragères porte-graines.


Période de mise en œuvre Sur culture implantée


Echelle spatiale de mise en œuvre Exploitation


Application de la technique à...

Toutes les cultures : Sans objet


Positif Tous les types de sols : Facilement généralisable


La diversité d'espèces pluriannuelles existantes permet une adaptation à tous types de sol.


Positif Tous les contextes climatiques : Facilement généralisable


La diversité d'espèces pluriannuelles existantes permet une adaptation à tous contextes climatiques.


Réglementation



2. Services rendus par la technique



3. Effets sur la durabilité du système de culture

Critères "environnementaux"

Positif Effet sur la qualité de l'air : En augmentation


acidification : DIMINUTION


émission phytosanitaires : DIMINUTION


émission GES : DIMINUTION


émission de particules : DIMINUTION


Positif Effet sur la qualité de l'eau : En augmentation


N.P. : DIMINUTION


pesticides : DIMINUTION


turbidite : DIMINUTION


Positif Effet sur la consommation de ressources fossiles : En diminution


consommation d'énergie fossile : DIMINUTION


Neutre Autre : Pas d'effet (neutre)


L'introduction de cultures pluriannuelles conduit globalement à une réduction de l'usage de produits phytosanitaires et d'engrais minéraux à l'échelle de la rotation, donc à une réduction des risques de transfert. Attention cependant à la destruction : le retournement d'une culture pluriannuelle s'accompagne d'une reprise de minéralisation intense qui peut entraîner des risques de perte d'azote par lixiviation d'autant plus importants que la culture était en place depuis longtemps.


L'introduction de cultures pluriannuelles conduit à une réduction du nombre d'interventions de travail du sol à l'échelle de la rotation, donc à une réduction de la consommation de carburant. De plus, elle conduit aussi à une réduction d'usage d'engrais minéraux, donc à une réduction de la quantité d'énergie consommée pour leur fabrication.


L'introduction de cultures pluriannuelles conduit à une réduction des dégagement de GES liés aux interventions de travail du sol ou à la fabrication d'engrais minéraux. Par ailleurs, la réduction d'usage d'engrais azotés minéraux s'accompagne d'une réduction des émissions de protoxyde d'azote par dénitrification. D'autre part, les prairies fixent du carbone dans leur propre biomasse et dans la matière organique produite (racines mortes, résidus, qui se transforment en humus


Critères "agronomiques"

Neutre Productivité : Variable


L'impact de l'introduction de cultures pluriannuelles sur le rendement des autres cultures de la rotation est fortement variable en fonction de la culture introduite et des conditions de succession des cultures. L'impact peut être positif du fait de restitutions d'azote aux cultures suivante, de structuration du sol (luzerne par exemple) ou négatif si la culture pluriannuelle n'est pas détruite suffisamment tôt avant la culture suivante (risque de stress hydrique, ravageurs favorisés...).


Positif Fertilité du sol : En augmentation


La présence de cultures pluriannuelles dans une rotation contribue à l'augmentation du taux de matière organique du sol (formation d'humus à partir des racines mortes et autres résidus), ce qui contribue à sa structure. Cet effet est variable selon la durée de la culture. A la destruction des cultures pluriannuelles, une part de la matière organique stockée se minéralise et bénéficie aux cultures suivantes.


Négatif Stress hydrique : En augmentation


L'augmentation du taux de matière organique lié à l'introduction de cultures pluriannuelles implique une amélioration de la capacité du sol à retenir l'eau (augmentation de la réserve hydrique). Cependant, le retournement tardif d'une culture pluriannuelle (moins d'un mois avant le semis de la culture suivante) peut se traduire par une disponibilité en eau insuffisante pour cette dernière, due à des prélévements jusqu'à la destruction.


Positif Biodiversité fonctionnelle : En augmentation


L'introduction de cultures pluriannuelles conduit globalement à réduire la pression sur la biodiversité par une réduction des interventions phytosanitaires ou d'apports d'engrais minéraux. Attention cependant les interventions de récolte / fauche peuvent être préjudiciables aux mamifères et oiseaux si certaines précautions ne sont pas prises (barre d'effarouchement, vitesse d'avancement réduite, récolte à partir du centre de la parcelle...).


Négatif Autres critères agronomiques : En augmentation


Pression ravageurs : Augmentation


Le retournement de cultures pluriannuelles peut accroître la pression des ravageurs favorisés par la disponibilité en matière organique et l'absence de perturbation du sol (taupin…). C'est pourquoi il doit intervenir suffisamment longtemps avant implantation de la culture suivante (au moins un mois).


Critères "économiques"

Positif Charges opérationnelles : En diminution


Les charges de fertilisation / protection des cultures pluriannuelles sont généralement inférieures à celles des cultures annuelles. De plus, les charges liées à l'implantation (achat de semences) sont à répercuter sur plusieurs années.


Positif Charges de mécanisation : En diminution


Les charges de mécanisation liées à l'implantation (travail du sol, semis) sont à répercuter sur plusieurs années. Au niveau de la récolte, on distingue plusieurs cas : le pâturage, la récolte pour l'autoconsommation (besoin de matériel spécifique) ou en système céréalier la vente à un éleveur ou à une usine de déshydratation. Dans ce dernier cas, la récolte est assurée par le client et l'agriculteur n'a pas besoin d'investir dans du matériel spécifique.


Neutre Marge : Variable


Les charges sont généralement plus faibles pour la conduite des cultures pluriannuelles. Cepdendant, l'effet de leur introduction sur les marges est dépendant de la valorisation des récoltes. En système de grandes cultures, la récolte est vendue sur pied à des éleveurs ou à une usine de déshydratation, et la valorisation dépend essentiellement du prix de vente. En polyculture-élevage, la valorisation dépend des économies réalisés via l'autoconsommation de fourrages. Les économies d'intrants réalisées sur les autres cultures (fertilisation, désherbage...) doivent aussi être prises en compte.


Neutre Autres critères économiques : Variable


Possibilités de débouchés : variable


En système de grande cultures, il faut s'assurer de disposer d'un débouché pour pouvoir introduire des cultures pluriannuelles (éleveurs ou usine de déshydratation).


Critères "sociaux"

Négatif Temps de travail : En augmentation


L'impact de l'introduction de cultures pluriannuelles est variable. Le temps de travail liée à l'implantation (travail du sol, semis) est à répercuter sur plusieurs années. Le temps de travail lié à la récolte est dépendant du système de production. En système céréalier, la valorisation passe par la vente de fourrage sur pied à un éleveur ou une usine de déshydratation et n'est donc pas à la charge du producteur. La charge de travail moyenne par hectare est donc réduite.


Neutre Période de pointe : Variable


Le temps de travail lié à la récolte est dépendant du système de production. En système céréalier, la récolte est assurée par l'éleveur-client ou par l'usine de déshydratation. La charge de travail est donc réduite. En polyculture-élevage, si la parcelle est pâturée, le temps de travail est limité, par contre si le fourrage est récolté, alors la charge de travail peut augmenter. Dans tous les cas, le temps de travail lié à l'implantation (travail du sol, semis) est à répercuter sur plusieurs années.


Négatif Temps d'observation : En augmentation


L'introduction de nouvelles cultures dans la rotation implique du temps supplémentaire d'apprentissage et d'observation.




4. Organismes favorisés ou défavorisés

Bioagresseurs favorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions
taupin ravageur, prédateur ou parasite


Bioagresseurs défavorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions
Amarante blanche adventices
Amarante blite adventices
Amarante couchée adventices
Amarante hybride adventices
Amarante réfléchie adventices
Brome stérile adventices
Chénopode polysperme adventices
achillée millefeuille adventices
agrostis jouet du vent adventices
agrostis stolonifère adventices
alchémille des champs adventices
ambroisie à feuilles d'armoise adventices
ammi élevé adventices
anthrisque commun adventices
anthémis cotule adventices
anthémis des champs adventices
anthémis élevée adventices
arabette de Thalius adventices
armoise vulgaire adventices
arroche étalée adventices
avoine stérile ludovicienne adventices
avoine à chapelets adventices
barbarée intermédiaire adventices
bident tripartite adventices
bleuet adventices
calépine irrégulière adventices
capselle bourse à pasteur adventices
cardamine hérissée adventices
carotte sauvage adventices
chiendent pied-de-poule chiendent pied-de-poule
chiendent rampant adventices
chrysanthème des moissons adventices
chénopode blanc adventices
chénopode des murs adventices
chénopode hybride adventices
crépis de Nîmes adventices
céraiste aggloméré adventices
datura stramoine adventices
digitaire sanguine adventices
diplotaxis fausse-roquette adventices
erodium à feuilles de ciguë adventices
euphorbe exiguë adventices
euphorbe réveil-matin adventices
fenouil commun adventices
ficaire fausse-renoncule adventices
fumeterre officinale adventices
fumeterre à petites fleurs adventices
gaillet gratteron adventices
gesse tubéreuse adventices
grémil des champs adventices
géranium colombin adventices
géranium disséqué adventices
géranium mou adventices
géranium à feuilles rondes adventices
géranium à tiges grêles adventices
helminthie fausse vipérine adventices
houlque molle adventices
ivraie raide adventices
jonc des crapauds adventices
laiteron des champs adventices
laiteron rude adventices
lamier amplexicaule adventices
lamier pourpre adventices
lampourde à gros fruits adventices
lampsane commune adventices
linaire bâtarde adventices
linaire mineure adventices
linaire élatine adventices
liseron des champs adventices
liseron des haies adventices
lychnis dioïque adventices
matricaire camomille adventices
matricaire inodore adventices
mauve sylvestre adventices
menthe à feuilles rondes adventices
mercuriale annuelle adventices
morelle noire adventices
mouron des champs adventices
moutarde des champs adventices
moutarde noire adventices
myosotis des champs adventices
orobanche rameuse adventices
panic capillaire adventices
panic faux-millet adventices
panic pied-de-coq adventices
panic à inflorescence dichotome adventices
paspale à deux épis adventices
passerage des champs adventices
passerage drave adventices
pavot argémone adventices
pavot coquelicot adventices
peigne de Vénus adventices
pensée des champs adventices
persil des moissons adventices
phalaris paradoxal adventices
phytolaque à dix étamines adventices
picris fausse-épervière adventices
potentille rampante adventices
prêle géante adventices
prêles adventices
pâturin annuel adventices
pâturin commun adventices
rapistre rugeux adventices
ravenelle adventices
éthuse ciguë adventices


Auxiliaires favorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions


Auxiliaires défavorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions


Accidents climatiques et physiologiques favorisés

Organisme Impact de la technique Précisions


Accidents climatiques et physiologiques défavorisés

Organisme Impact de la technique Précisions




5. Pour en savoir plus

  • Associations graminées - trèfle blanc, le paturage gagnant
    -CRA Pays de la Loire, Brochure technique, 2009
  • Diversifier les espèces pour une meilleure gestion agronomique en AB
    -Fiche DevAB Agronomie n°4, Brochure technique, 2009
  • La prairie multi-espèces
    -Pierre P (CA53), Hubert F (CA 49), Coutard JP (Ferme expé de Thorigné d'Anjou), Fougere M et Capele E (CA44), Bulot N (CA72), Ralu R (Ca85), Delagarde R (Inra), Fustec J et Couvreur S (ESA), Besnard A et Battegay S (Arvalis), Metay X (conservatoire régional des rives de la Loire et de ses affluents)


CRA Pays de la Loire, Brochure technique, 2008

  • Les prairies multi-spécifiques en AB
    -Fiche DevAB Agronomie n°8, Brochure technique
  • Privilégier les prairies à flore variée en agriculture biologique
    -Coutard J.P. (Ferme expérimentale de Thorigné d'Anjou)


CRA Pays de la Loire, Brochure technique, 2007


lien vers la brochure

  • Produire avec de l'herbe : du sol à l'animal
    -Guillois F., Hérisset R.,Roger P., Seuret J.M.,, Falchier M. (CRA Bretagne), Pierre P. (CRA Pays de la Loire)


CRA Pays de la Loire et Bretagne, Brochure technique, 2011


lien vers la brochure

  • Succession culturale
    -Agro-Transfert Ressources et Territoires, Brochure technique, 2011


lien vers la brochure




6. Mots clés

Méthode de contrôle des bioagresseurs : Contrôle cultural


Mode d'action : Action sur le stock initial


Type de stratégie vis-à-vis de l'utilisation de pesticides : Reconception


Annexes

Est complémentaire des leviers

S'applique aux cultures suivantes

Favorise les bioagresseurs suivants

Défavorise les bioagresseurs suivants