Association de culture en grandes cultures

De Triple Performance

Meteil legumineuse vesce France Vosges 20180526 RC.jpg Quelles cultures choisir, quels bénéfices viser, les associations à éviter,...

Association de culture en grandes culturesQuelles cultures choisir, quels bénéfices viser, les associations à éviter,...Meteil legumineuse vesce France Vosges 20180526 RC.jpg

 


L'association de cultures est définie comme la culture simultanée de deux espèces végétales ou plus sur une même parcelle agricole[1]. Les espèces ou variétés ainsi associées ne sont pas obligatoirement semées et récoltées au même moment, et peuvent être cultivées sous forme de mélange ou de bandes alternées[2]. Cette pratique offre différentes potentialités agronomiques, dont les aspects techniques sont regroupés au sein de ce portail.


Mélanges d'espèces

Associations à double récolte

Pour cette catégorie d'association, toutes les espèces cultivées sont récoltées. Les exemples les plus communs sont les méteils, ou autres associations entre céréales et / ou légumineuses. Ces mélanges d'espèces annuelles sont plus facilement valorisés sur des exploitations en polyculture élevage par la production de foins ou d'ensilages, qu'en grandes cultures où un tri des grains est nécessaire après récolte.

Associations temporaires

Il s'agit d'une association entre une culture principale, destinée à être récoltée, et une culture secondaire qui servira de couvert avant le semis de la culture principale ou de la suivante. Le colza associé est l'exemple le plus souvent cité. Comme pour une inter-culture, la culture secondaire répond généralement à un critère agronomique particulier :

Couvert permanent

Ce type d'association est mis en place pour plusieurs années et implique le recours généralisé au semis direct sous couvert végétal. Il s'agit d'une technique empruntée à l'agriculture de conservation des sols, dont l'objectif est de maintenir un couvert végétal sur une grande partie voire la totalité de la rotation, pour y semer les cultures principales. On parle alors de semis direct sous couvert végétal vivant. Cette pratique est généralement incompatible avec l'Agriculture Biologique, car elle nécessite l'usage d'herbicides pour réguler le couvert. Que celui-ci soit temporaire ou permanent, il est primordial de choisir méticuleusement la composition de son couvert végétal.

L'ensemble des pratiques relatives aux couverts permanents sont consultables via le portail "Couverts permanents en grandes cultures".


Agroforesterie

L'agroforesterie est définie comme l'association d'arbres et de cultures ou animaux sur la même parcelle agricole, et peut donc à ce titre être considérée comme un mélange d'espèces. Bien que délicate, la mise en place de cette pratiques offre divers bénéfices :

  • la lutte contre l'érosion des sols.
  • La création d’un microclimat favorisant les rendements des cultures (brise vent et limitation de l’évapotranspiration).
  • Le développement d’insectes auxiliaires limitant l’attaque de ravageurs.
  • La conservation des sols.


Le LER ou "Land equivalent ratio"

Le "ratio de surface équivalente" est un outil permettant de juger la productivité d'une association de cultures, en la comparant avec les rendements obtenus séparément pour chacune des cultures associées[1]. Il se calcule de la manière suivante:

Formule de calcul du LER

Si à l'issue de calcul :

  • Si le LER = 1, l'association de culture est autant productive que la culture "en pur" des espèces qui la constituent.
  • Si le LER < 1, l'association de culture est moins productive : il y a une perte de rendement par rapport aux cultures "en pur".
  • Si le LER > 1 , l'association est plus productive que les cultures "en pur".

De fait, cet indicateur renvoie à la surface nécessaire "en pur" pour obtenir le même rendement qu'en association.

Exemple : une association Triticale - pois obtient un rendement total de 60q/ha (40q pour le triticale + 20q pour le pois) , et la culture "en pur" de ces deux espèces donne les rendements suivants : 70q/ha pour le triticale, 30q/ha pour le pois.

Le calcul est alors : LER = 40/70 + 20/30 = 1,24.

Il faudrait une surface totale de 1,24 hectare pour avoir la même production "en pur" que sur 1 hectare en association.

Mélanges de variétés

Bien que moins complexes d'un point de vue technique, les mélanges variétaux peuvent également être considérés comme une association de cultures. L'intérêt principale de cette pratique est d'obtenir un peuplement végétal plus résiliant face aux maladies fongiques ou à certains ravageurs. Pour les céréales, des mélanges comportant au moins trois variétés sont préconisés, car on estime qu’un  tiers  de  plantes  sensibles  peuvent  être  protégées par  deux  tiers  de  plantes  résistantes [3].

Références