100 Ha de Maïs de 5m en Semis-Direct - Christian ABADIE

De Triple Performance
Aller à :navigation, rechercher
Vidéo - Ver de Terre production (23 août 2019) - Christian Abadie - Durée : 173 minutes
Icone categorie objectif.png Sol et fertilisation

Thumbnail youtube a2vNgrJRdNo.jpg

Notre Tipeee si vous voulez nous soutenir :

https://www.verdeterreprod.fr/nous-soutenir/


Lors de Paysages in Marciac 2018, Christian ABADIE nous a proposé une visite de ferme sur son exploitation emblématique du Sol Vivant !


Annexes

Transcriptions

les ventes dont christiane abadie

bienvenue sur la commune a dit stop je
suis donc associé à mon frère là sur une
ferme de polyculture élevage d'une
centaine d'hectares les cultures
principales drones ces maïs soja et
céréales à paille et
là maintenant on a arrêté depuis
quelques temps l'activité laitière est
remplacé par de l'engraissement des

Afficher la suite

bovins et toute la partie céréalière

disons et pratiquement transformé sur le
sur l'exploitation
on la parle parle atelier
d'engraissement
alors bon je me suis installé don pour
la petite histoire on évoque le temps ce
que beaucoup doivent le savoir plus
entendre je me suis installé dans 83 sur
une ferme qui était à l'époque à 3 % de
matière organique
j'ai pratiqué le labour dont jusqu'en
2000 dans l'agriculture des
conventionnels que l'on peut dire qui
est toujours pratique et bien sûr dans
la région et le constat c'est que en
gros j'ai perdu la moitié de la matière
organique là pendant cette période dont
l'an 2000 jeunes dont l'âge est pris
conscience un peu du problème
j'ai eu la chance de pouvoir rencontrer
disons pas mal de personnes impliquées
dans ces techniques la agriculteurs qui
avaient déjà débuté et agronome pour
certains même avec des connaissances 10
on peut dire à l'étranger internationale
et c'est vrai que là j'ai eu un fameux
déclic qui m'a permis de mais de
comprendre tout simplement mais qu'il
faut revenir un système qui est un
système tout à fait naturel c'est à dire
c'est la nature qui qui nous le montre
tous les jours le droit chemin à prendre
c'est à dire ne pas toucher le sol et le
couvrir voilà c'est en définitive c'est
très simple bon après il faut se mettre
au boulot pour pour que ça fonctionne le
mieux possible et et là moi
personnellement j'ai vraiment compris
donc malgré que ça fait bientôt une
petite vingtaine d'années j'ai vraiment
compris il ya peu de temps de trois ans
que le
la clé de réussite du système s'est
vraiment le couvert cette couverture des
sols
voilà et malheureusement elle est
souvent négligée
sait on peut même dire que des fois elle
est faite par obligation parce qu'ils
sont obligés de pratiquer découvert par
rapport aux directive nitrates on est
vulnérable et tout çà et là dans ces cas
là c'est vrai que cal s'est on
s'aperçoit que quand c'est mal fait ou
des sols retravaillé derrière mais le
système on n'avance pas dire il faut
vraiment une couverture appropriée en
fonction de la culture qui va se mettre
en place avec des types d avec des
espèces une association d'espèces alors
voilà aujourd'hui il n'y a pas deux il
ya pas de recette de recettes je suis
incapable de vous donner une recette
d'ailleurs en agronomie
il n'y a pas de recette de cuisine etc
il faut il faut adapter le système à son
contexte et alors là on a ça passe dans
par deux types de couverts on peut dire
découvert d'été sur une petite surface
puisque le couvert des t bills viennent
après une culture et divers domaines
notamment après anglet et
et ensuite les couverts implanté
l'automne là par contre ça représente de
toute la surface qui va être un maïs et
soja dont les les trois quarts de la
surface de l'exploitation
là ces découvertes
divers en fonction de la culture maïs ou
soja blé les proportions de graminées et
légumineuses les proportions de l'hiver
voilà alors
pour disons pour être un peu rapide
c'est vrai que pendant longtemps
souvent ceux qui étaient préconisées
s'était découvert à espèces à l'extrême
unique petit peu fait le rôle pour faire
du maïs
bon alors c'est bien mais comme on
pourrait dire il ya mieux quoi il ya
mieux il faut il faut surtout
diversifier les espèces et c'est ce que
lussier de séguy notamment appel à la
puissance du génie végétal et l'on
s'aperçoit que quand on associe ses 7,8
me plante éventuellement mais on voit
qu'il ya des effets alors que ça soit
sur la structuration du sol sur les
capacités à recycler des éléments
puisque chaque plante a des capacités en
des capacités différentes et maintenant
le gros point qu'on travaille c'est
surtout la partie contrôle des
adventices par les couverts c'est à dire
que lamont j'ai vraiment pris conscience
que c'est le couvert qui va nous aider à
réduire le poste herbicides bon il ya un
moment qu'on travaillait déjà sur ça
avec des réductions de l'osé tout soir
puisque en maïs par exemple bon on est
arrivé au quart voire aux huitièmes de
doses mais on voit qu'on peut aller
beaucoup plus loin
c'est à dire jusqu'à dans certains cas
la suppression des herbicides dans
certains cas mais alors alors je sais
pas si à des bureaux parmi vous le
paradoxe c'est que
moi je pars du principe que ça c'est
possible à condition de ne pas passer en
bio
alors c'est peut-être un peu paradoxal
pour c'est pour certaines tout
simplement parce que quand on ne veut
pas toucher le sol
pour vraiment le préserver mais on
s'aperçoit que si on supprime la chimie
à 100% mais y compris y compris en
termes de fertilisation vers s'aperçoit
qu'on est on est quand même normal et et
au bout d'un an c'est très difficile à
maîtriser
sauf en maraîchage ou la connaissait les
petites surfaces
mais là là le maraîcher peu disons
importer des quantités importantes de
compose de paillage le légume c'est
quand même une plus value intéressante
donc sur les petites surfaces là c'est
vrai que le l'arrêt du travail du sol
on sait que ça fonctionne ce qu'on
appelle dans un sol vivant maraîchage un
solide en grandes cultures pour des
céréales mais aujourd'hui celui qui
arrive à maîtriser
personnellement j'en connais toi par
contre l'idée qu'on se donne c'est
continuer à faire progresser les
rendements vont bien sûr vers le haut
aujourd'hui on est en maïs par exemple
on est à 40 %
au dessus de ce qu'on faisait un système
classique même si on compare on va aller
voir sur une parcelle la parcelle qui
est suivi par le projet bagages qui est
comparé à une parcelle voisine donkey et
labouré et l'an dernier par exemple il y
avait 40 quintaux des cars dont en plus
sur la partie semi directe avec 30%
d'eau en moins est bon même en termes de
fertilisation fit au moins alors sur la
ferme il ya plus de fongicides et
fongicides ont été supprimées il ya déjà
pas mal d'années il n'y a plus rien un
peu oui il y en a un peu ya plus
d'insecticides
oui alors brome puisque tu parles de
mycorhizes justement l'an dernier la
l'inra à contrôler a pris des
échantillons sur la partie labour semis
direct dans un rayon de 300 mètres
labour semis direct forêts et prairies
prairies naturelles
voilà alors ben voilà on pourrait penser
que c'est dans la forêt et la prairie
naturelle qui a le plus de mycorhizes et
puis non manquer repose sur la partie
semi direct canal+ sa caution ça se voit
voilà moi personnellement bon je
m'attendais à ce résultat
tout simplement parce que chaque fois
que ces expériences là on s'était fait
dans d'autres pays notamment par l'uci
légumes
souvent ils me racontaient bas
c'est toujours en semis direct même
comparé à de la forêt tropicale ou
vraiment il ya des des biomasses énorme
c'est toujours dans la partie semi
directe qui a le plus de mycorhizes
voilà bon match et c'est toujours que la
forêt va sauver l'humanité mais
peut-être que l'agriculture tout récent
mais oui oui oui oui et puis bon a
priori même l'association des deux baies
marche pas trop mal apparemment donc
donc voilà il faut s'inspirer un peu du
système naturel c'est à dire que le il
faut s'inspirer de manière voilà un sol
un sol toujours couverts par une
diversité de plantes et alors c'est vrai
que
pour les cultures mais on est quand même
limité parce que dans la région bon ben
voilà on ne peut pas avoir cette umi
culture quoi dans la région quand on
sort le maïs le soja la céréales à
paille baissé on en parlait avec avec
andrade c'est vrai que nous la
particularité d'être ici ce sont des
boulbènes avec des pur sang d'argile
très limonov et surtout avec du son des
sols superficiels à certains endroits il
y a que 30 cm de terre ce qui fait que
si on arrête l'irrigation l'été on est
mal quoi parce que il ya très peu de
réserves aux endroits où il ya que 30 ou
40 cm de terre et le problème c'est que
c'est sur la l'hiver sont passés
hydromorphes surtout quand il ya des
excès d'eau et elle était l'été par
contre bien ils peuvent
c'est sur le point de manquer assez
rapidement bon sauf que b en semis
direct mais on limite quand même ce
problème là et puis après on à
l'irrigation n'est sûr pour compenser
alors juste pour parler aussi un peu de
la pluviométrie
ici on est sur du peu près 850 moyenne
sur b depuis une petite vingtaine
d'années depuis que c'est enregistré
depuis qu'on fait du semis direct avec
alan disons pour l'année la plus sèche
700 mm à 1000 pas loin de mille quatre
cent pour la
pour l'année la plus pluvieuse à peu
près du simple au double ou quoi et
cette année c'est vrai qu'on en a eu
déjà pas mal quoi puisque je suis au
premier on est je préfère que ça me fait
des réserves utiles en 91 sol mais sa
forme est bon tu poses la question tu la
connais et non mais non mais c'est sûr
là c'est facile à comprendre car quand
on touche plus le sol le
le sol est complètement conserver quoi
au pire des cas il pourrait y avoir des
résidus de récolte qui pourraient être
des petits le maïs ou des paille broyée
qui pourraient être emportés par de
l'eau qui n'arrive pas à rentrer dans le
sol mais le sol lui les couverts les
couverts à condition de ne pas les
broyer bien sûr mais tous restent sur le
sol qua non c'est quand même là on voit
vraiment l' avantage du avantages du
système
voilà un bon alors après parce que
excuse moi mais on a vécu et on parlait
encore du lauragais tout à l'heure des
phénomènes érosif et d'inondations sans
précédent
oui la solution c'est quoi ces nettoyer
les ruisseaux oui pour que ça coule un
peu plus vite
ouais non mais bon il est sûr que l'eau
de toute manière loba vous le savez tous
quand il ya des grillades et des
pluviométries comme ça très importante
mais même le sol en semis direct me va
va va disent on va garder davantage
d'eau mais tout ne pourra pas
s'infiltrer quand on a on entend des
fois des 5 mm en quelques heures le sol
peut pas ne peut pas tout absorber mais
même la forêt il ya du ruissellement
sauf que quand le sol est tenue n'est
pas travailler mais c'est un bruit c'est
le manque d'eau claire quoi voilà et un
sol nu mais bon voilà cette année à une
époque là pendant plusieurs semaines ou
plusieurs mois presque tous les jours
quand on allumait la télé mais on voyait
j'ai envoyé des vidéos de ou des photos
de coulées de boue et voilà c'est ça ça
ça devrait pas exister parce qu'un sol
un sol couverts ne s'érode pas ne
s'érode pas donc on essaie de se faire
classer en kata naturel
c'est en sait pas comment on peut le
voir mais c'est vrai que c'est vrai que
le
notre autre disons nos dirigeants moi je
pense
ne sommes pas
or je veux accuser personne mais ne sont
pas conscients du problème quoi parce
que et y compris les agriculteurs c'est
moi je dirais par les agriculteurs parce
que le sol c'est notre capital quoi
c'est notre capitale alors quand il se
barre quand il se barre
mais on perd le capital mais ce qui est
grave c'est que ça entraîne les nitrates
et les pesticides savoir dans les
rivières et après on se fait traiter de
tout quoi et des fois à raison parce que
voilà c'est tout ça doit pas d'eau pas
quitté le sol
le sol doit dans se comporter comme
comme un filtre lasser mais bon on sait
c'est comme ça quoi
pour que les choses soient bien claires
toi le sol - tout le touche menu de porc
mais ici bas oui oui oui oui ici donc ça
fait maintenant 18 ans que le sol n'a
pas été touché et du tout non du tout
soit parce que des fois du tout on hier
y en avait un gars qui touche à peine le
sol
mais c'est sur 5 cm il passait un outil
à disques à 28 km heure il y avait une
fumée qui faisait au moins 40 mètres de
haut il touche à peine le sol
non mais ça non mais ça devrait me dit
ça c'est nul derrière il sortait jamais
ça c'est nul parce que le petit pierre
lescure se conçoit que tout lui dit
qu'il a fait pire dans sa jeunesse le
j'avoue que là alors bon moi je suis pas
un scientifique mais c'est vrai que j'ai
souvent un vrai entendu j'ai souvent
entendu dire que bon conrad peut en
parler peut-être un peu mieux que moi
mais
le maximum de l'activité biologique se
trouve dans les premiers centimètres
coin donc quand on perturbe sa là j'ai
aimé quand conradi labour ou n'importe
quel travail du sol c'est une
tremblements c'est un tremblement de ces
communes tremblement de terre pour nous
c'est à dire tout s'écroule tout
s'effondre il faut la vie doit se
reconstruire et c'est vrai que c'est
vrai que il faut ça il faut éviter quoi
le moins de travail du sol alors voilà
le
le problème bien souvent c'est que pour
démarrer après d après des accidents
pour démarrer il faut il faut démarrer
sur une bonne base
c'est à dire un seul but les donc s'il
ya des confections b il faut peut-être
pas c'est un outil au départ pour pour
remettre tout à niveau mais après
surtout implanté du végétal pour
maintenir pour maintenir 10 on se disait
tous ces paramètres l'a22 comment dire
de deux structures quoi de structures au
niveau du sol
voilà et après ce qui est pas compliqué
à comprendre c'est que le végétal est
capable de travailler beaucoup mieux que
n'importe quel outil
moi j'avais vu en faisant des profils
une racine de radis chinois au bout de
soixante cinq jours après le semis elle
était à 80 cm de profondeur
donc quel est l'outil qui peut faire
aussi bien à l'est aussi profonde sans
bouleverser tout en recyclant les
éléments non là on comprend vite que et
puis de toute manière le on parle
certains vont vous dire on a toujours la
bourre et non c'est faux
la charrue ces dates d'un siècle et demi
qu en gros c c'est un vieux pas à
l'humanité c'est dans l'humanité sait
rien quoi donc le sol et le sol ne doit
jamais jamais être touchés façon je sais
pas on voit beaucoup dans l'est dans les
foires les salons agricoles et journée
technique on voit beaucoup d et coûteuse
oui et vinay zerby nous des machines à
une des caméras téléguidé avec une avec
une technologie vraisemblable mais on
est toujours mais oui oui après après
voilà ce qu'il faut savoir que même un
travail superficiel alors surtout dans
nos terres là qui sont lumineuses ont
créé de la terre fine et
et après 10 mm mais le sol se referment
et un sol qui se referme mais on sait
que c'est une activité biologique
réduite une minéralisation qui est
freiné parce que b le sol est moins aéré
et voilà et c'est tout toussaint suit
donc le sol c'est pas compliqué il faut
il faut pas le toucher le végétal est
capable de le végétal est capable de le
faire beaucoup mieux que que l'on avait
n'importe quels outils métalliques
voilà alors après oui c'est vrai que
maintenant comme tu dis y'a pas mal de
matériel hypersophistiqués bon qui
entraîne des écoutes faramineux
or que justement là mais on sera pas
qu'un peu
dans cette agriculture là qu'on pratique
bien s'attaque aussi aux coûts de
production et le coût de production est
passé également par le coût de
mécanisation et
le coût de mécanisation mais voilà quand
on est en semis direct
il est quand même pas mal revu à la
baisse il ya beaucoup moins de matériel
beaucoup moins de il faut beaucoup moins
de traction là où on le voit c'est sur
le poste carburant poste carburant il
est très réduit puisque voilà les deux
semaines la soulever la fertilisation
ces voix là c'est enfin un petit 15
litres ha alors quel système la bourbre
je vais pas vous donner de chiffres
parce que je les connais pas précisé
marc mais c'est beaucoup plus quoi c'est
peut-être trois à quatre fois plus quand
on est quand même dans une agriculture
quelle qu'elle soit qui parce qu'ils
passent du temps à lutter à lutter
contre beaucoup de choses à lutter
contre des plantes adventices semblait
dire que la meilleure agriculture qu'on
puisse faire est le meilleur des
herbages qu'on puisse faire c'est celui
du végétal voilà bah là on travaille on
travaille justement maintenant dans ce
sens pour essayer d'en laure déjà l'an
dernier on a eu des résultats assez
intéressante puisqu'on a pu
faire du soja sans anti 10 côtes l'anti
graminées c'était disons à la limite je
dirais presque une sécurité parce que on
aurait à les pousser à l'extrême on
aurait presque pu s'en passer
cest tags mais bon les le climat c'est
vrai nous a pas aidés vous savez on a eu
un hiver et un printemps très pluvieux
bon ce qui engendre des fois des
découvert certains endroits où ils se
sont noyés pas aussi jolie qu'on
pourrait le penser
donc là obligatoirement mais ça va
contrôler - les adventices c'est pour ça
que l'idée d'utiliser la chimie en roue
de secours
ce que je dis nous permet justement de
les dérapages et de continuer à essayer
de progresser vers le haut
tout en réduisant progressivement la
chimie donc voire la supprimer
dans certains cas mais en se gardant
justement cette cette roue de secours
c'est un peu comme j'ai tendance à dire
comme nous humains même si on est très
écolo très tournée vers la médecine
douce homéopathie phytothérapie
acupuncture le jour où vous choper une
vraie saloperie
mais vous allez voir le médecin et vous
aller à la pharmacie chercher le
lentilles bio qu'il faut qu'on va pas se
laisser crever quoi et voilà et là c'est
un peu la même chose quoi on va vers
on essaye d'aller vers un système où les
couverts le végétal va nous contrôler au
maximum les adventices mais bon voilà
dans le cas où dans le cas où il faut un
rattrapage et on va le faire quoi disons
que c'est évolutif et que ça peut encore
s'améliorer en mai mais c'est sur ce qui
nous intéresse on est disons moins y à
peine dans l'est je dirais à peine deux
ans que j'ai vraiment vraiment compris
qu'on peut aller très très loin avec les
couverts en matière de contrôle et des
adventices jusque là c'est vrai que des
bons trades découvert mais parce qu'on
savait on savait que il est
indispensable mais je n'avais pas pris
suffisamment disons
au sérieux l'important c'est justement
du couvert dans son ensemble et c'est
pour ça que c'est pour ça que en matière
de semis direct on tourne soyez ici dans
la région où partout en france
c'est vrai qu'on voit que il faut avouer
il n'y a pas forcément toujours deux des
résultats au top et
voir des personnes qui sont qui patine
vraiment et
et alors ce n'est peut être pas à 100 %
la cause mais c'est souvent quand même
le couvert et la cause souvent des des
problèmes en jeu par conrad qui circule
pas mal je pense que tu peux penser de
ça mais c'est vrai que
mais il faut partir du principe que le
couvert doit être considérée comme une
culture à part entière et j'aurais
tendance eux mêmes à dire peut-être
encore mieux puisque le couvert ben
voilà on réfléchit même et à lui
apporter de l'eau s'il faut à le faire
si reese est alors bon là cette année
c'est pas le cas puisque il ya eu des
rendements minable emblée donc bon il ya
des reliquats donc voit pas on va lancer
du fertilisant là dessus mais ici sur la
ferme bon les les scellés couvert qui
reçoivent les fumiers et lisiers s'est
passé pas les cultures c'est toujours
les couverts parce que autant on peut
faire des quelques économies d'azoté sur
la culture quand le couvert à vraiment
fait son boulot et va relarguer
de la côte est
autant si on fait des économies sur le
couvert si on a deux tonnes de matière
sèche
bon le couvert faudra pas grand chose
quoi alors c'est justement sur ce type
de couverts où on a une marge de
manoeuvre
importante sur le couvert des t bonds
s'est approchée pour aller le voir
là on a une marge de manoeuvre parce
qu'avec ce sont des plantes des plantes
dont estivale d'été qui si elle zone
dont la chaleur l'été c'est un problème
la fertilité c'est surtout le facteur
limitant ça peut être long mais il ya le
lot ce sont des plantes et les mélanges
de plantes qui peuvent faire des
collages relativement important genre
c'est charles et les veines voilà je
vois là si on a tous les paramètres
réunis
on peut passer les 20 tonnes ça peut
être et leur bon j'en parle pas trop
parce que je les dis pas trop parce
qu'on pourrait me prendre pour un
marseillais mais mais des fois en comité
restreint jeu
photo donner une bouteille de journaux
moi je suis convaincu que si vraiment
l'eau n'est pas le facteur limitant à la
fertilisation les 30 tonnes ne s'est pas
impossible et le gros avantage de sa non
mais ça c'est pas un souci c'est un
souci le gros avantage de ça c'est que
sur les couverts d'été l'automne quand
on sème la culture qui suit ou
généralement c'est un autre coup vers ya
pas de glyphosate puisque plus le
couvert est dense plus il aura contrôlé
les adventices et puis de toute manière
même si anna parce que là vous allez
trouver des notamment des graminées
stival style panique il y en a il y en a
mais il n'y a pas besoin de glee faut
pour détruire ce à l'automne puisque ce
sont des plantes estivales qui de toute
manière on fait on refait leur cycle et
ne passeront pas l'hiver
donc là rien que le rouleau ou même le
semoir
suffire à coucher et détruire ceux
couverts dont la déjà on sait que sur un
couvert comme ça il n'y a pas besoin
d'eux
de destruction chimique voilà dont là
c'est quand même c'est quand même un
avantage et le gros avantage de ces
couverts là contrairement à un couvert
fait si les couverts
un couvert hivernale maintenant mais on
ça prend aussi pour le laisser pousser
mais le plus longtemps possible c'est à
dire jusqu'au jour de ce sommet et c'est
vrai que par rapport à une destruction
plus précoce que l'on pouvait faire
autrefois une destruction un style
quatre semaines avant le semis mais on
gagne on peut gagner facilement de
tonnes de matière sèche et surtout mais
on gagne par le fait que le seul risque
ou restent couverts en permanence et que
dès qu'on détruise couvert aussitôt il
ya la culture qui se met une autre
culture qui se met en place et c'est
vrai qu'on a des alors voilà le paradoxe
c'est que souvent on entend tenir bon en
semis direct
il faut accepter qu'on ait des maïs plus
petit en taille bon alors ici moi g
je ne peux pas dire que c'est toujours
les maires semé général l'égard de la
taille quoi donc
et c'est vrai alors après moi j'aime
biologie j'y connais rien mais il
semblerait que quand enroule un coup
vers le jour où on le sait même temps bo
niveau mycorhizes il ya une passation
qui est sûrement plus plus facile quoi
pour les mycorhizes donc voilà on
réfléchit même à supprimer même des
engrais starter quand on a de supers
couvert on s'aperçoit que par contre
dans la zone cela il faut y est ça pas
besoin de mettre des additifs
voila voila c'est l'apéritif si on prend
l'apéritif au départ on est tranquille
voilà et il faut des choses claires
voilà et après après voilà il ya là zot
qui est quand même quelque chose
dix paires important aussi c'est vrai
qu'on en parle souvent et cette année
mais beaucoup ont des problèmes
justement de fin d'année du document
aussi très humide au printemps qui n'a
pas arrangé mais c'est vrai que là zot
alors bon on sait que la légumineuse
dont on n'a pas besoin d'azoté minéral
mais c'est vrai que
si on supprime si on supprime la zot
dans le système c'est compliqué quand
même de faire de faire des gros tonnage
de biomasse et produire du carbone quoi
il faut les autres c'est quand même
alors on sait quand il faut
on peut à terme réduire les
consommations d'azoté loue depuis
quelques années on était moins 0 aux
autres maïs tourne autour de 110 75
quintaux
mais mais
mais bon
voilà
dans le système dans le système dont il
en faut il en faut quand même un peu
pour que ça fonctionne surtout surtout
au départ que c'est quand même le
facteur limitant
bon après nous dans notre système system
élevage là où il faut que nous il faut
qu'on s'améliore encore sur la partie
fumier
et compostage arriver à avoir un super
produit pour alors est-ce qu'on pourrait
être autonome un jour je ne sais trop
rien mais je pense qu'on pourra limiter
fortement voilà alors après si ce que je
pourrais dire aussi c'est pour parler de
l'autonomie au niveau de l'élevage
là on travaille aussi pour
et pour se rapprocher au maximum de
l'autonomie en protéines est alors le
paradoxe c'est que
dans la rotation il ya du soja qui est
normalement est prévu dans est prévu
donc pour rentrer dans la ration et
cette année le soja b il va être tout
simplement vendu puisque on a déjà une
ration équilibrée entre le maïs était
surtout le maïs maïs et puis le blé dont
on leur fait on traite al ahly plus est
ce qui nous permet la déjà d'être
autonome au niveau protéines
voilà alors un soja qui a plus de 40 et
de protéines
voilà si on l'utilisé b ça sera trop de
protéines ça sera du gaspillage donc on
est obligé de le vendre quoi cette année
on a pas besoin
ce qui veut dire que même pour la partie
élevage mais on a des hôtes et
aujourd'hui pour pour arriver à
l'autonomie quasi complète comprend bien
qu'il ya la ration du sol avec tous les
éléments mais qu'on maîtrise comparé à m
la ration des animaux tous affreux est
un peu un peu lié on a bien entendu que
plus que jamais le couvert devait être
réussie on a peut-être entendu ton
couvert pouvait en cacher un autre parce
que il y avait des successions comme ça
qui était permise était qui était
possible donc cette ration du sol si
elle est équilibrée si si elle est
parfaitement maîtrisée d'où les
indicateurs probablement qu est ce que
tu peux nous dire et donc on entend bien
que ce cheminement du toujours plus
toujours plus de biomasse question est
exponentielle ce cheminement permet et
uniquement ce cheminement si on entend
bien de sortir de la dépendance puisque
tu a lâché le mot autonomie de
l'indépendance des substances qui font
mal mais c'est bien une succession est
ce que parce que si on va dans dans la
sphère du grand public on dit oui mais
bayer s'est dit ça l'om et monsanto ils
ont dit ça est ce qui s'appelle tous les
matins pour te dire de médecins oui mais
de toute manière
est-ce que tu alors c'est vrai que
toutes ces fermes là bon par le grand
public souvent
ils sont considérés comme les pollueurs
et
bon c'est sûrement vrai mais
mais sont conscients que l'agriculture
est en train de changer puisque oui bon
pour en avoir reçu reçu certains groupes
même des groupes anglais les groupes
étrangers
mais eux les premiers travail sur
l'après chimie voilà c'est à dire que
ils sont conscients que de toute manière
mais on ne le voit déjà iliad et tous
les ans il ya des molécules qui sont
sortis du circuit qui sont donc ils ne
sont plus commercialisés il y en a très
peu qui rentre et donc progressivement
mais il faudra se il faut se diriger
vers une autre une autre agriculture qui
sera basée de plus en plus sur les
bioproduits après bon le problème c'est
que homologué en bioproduits et ses dix
ans de travail
c'est aussi long qu'une molécule par
contre ça coûte beaucoup moins cher en
bioproduits
d'après les chiffres qu'ils m'ont donnée
c'est à peu près 10 fois moins de budget
pour sortir un bio produit qu'une
molécule donne ça c'est quand même
intéressant
voilà après voilà après il faut je pense
que son rôle quand même coûté je pensais
que lés ils vont savoir nous les vendre
et voilà c'est comme l'après glyphosate
qu'est ce qui nous pend au nez on ne
sait pas ou alors prénom est ce qu'on ne
me faites pas dire ce que j'ai pas dis
voilà qui voudrait que je dise que je
peux faire et 5 diffuse aujourd'hui
aujourd'hui c'est vrai que voilà voilà
aujourd'hui disons que voilà non mais je
plaisante je présente et non non mais
c'est vrai que
lisons on travaille dans ce sens là des
hommes pour pour apprendre disons à
l'utiliser de moins en moins et sûrement
mais on sait qu'un jour on leur a plu et
alors
bon il ya des pistes il ya des pistes et
on travaille dans ce sens alors c'est
vrai que il ya du progrès qui a été fait
mais il ya encore beaucoup de travail
après voilà bon je ne vais pas être des
hommes comme marcel bouchez qui qui a
vraiment dit ce qu'il pensait et avait
pas tort mais c'est vrai que la
recherche ne nous aide pas forcément
dans ce sens et c'est un peu dommage je
crois et c'est un peu dommage qu'il faut
que ça soit b nous agriculteurs qui qui
travaillons misons sur 7 sur ce travail
on peut venir de recherche pour pour
vous préparer un peu l'avenir parce que
normalement mais logiquement c'est pas
notre rôle c'est pas notre rôle parce
qu'on a on n'a aucun financement
c'est du travail c'est du bénévolat cgc
mais il ressemblait à ça a perdu qui
s'impose est la même
mais on doit même
car ils étaient posés là c'est pratique
ouais mais bon pourquoi on reçoit venir
ouais mais bon voilà autres membres
abraham et on peut aller s'était alors
là les là pour parler un peu de
traitement là c'est un mélange de
mélange de céréales
bell a aussi b voilà on apprend on
apprend à travailler un peu différemment
parce que bon sur les 20 hectares de blé
il y avait
deux hectares de mélange où il y avait
blé orge avoine effet de rôle et qui a
fait 15 quintaux en gros de plus comblé
pur voilà alors
voilà donc assez ce sont des expériences
nouvelles et qui nous prouve que des
associations même pour une culture des
associations d'espèces mais peuvent
amener un plus
bon déjà au niveau du rendement mais
après au niveau même contrôle des
adventices parce que là le blé afin là
céréales à paille en a pas et n'a pas
reçu d'herbicides
et après au niveau maladie c'est vrai
qu'on s'aperçoit que quand il ya déjà
même dans une même espèce emblée par
exemple quand il ya plusieurs variétés
mais la gb un précipice amène un petit
plus aussi et après mélanger plusieurs
espèces c'est à dire que cet automne par
exemple là je vais je vais partir sur
karima
blé orge triticale avoir n'est peut être
pas tout ce qu on peut mélanger alors
j'aurais voulu mettre un peu siècle mais
l'essai pour la récolte le problème
c'est un peu plus tardif
alors après bon niveau réglages barthez
ou tout ça s'est passé pas ces emplois
alors la danse a été récoltée dans le
début juillet on a sorti la paille parce
que bon comme on a besoin de la paille
pour pour l'élevage la paillade et on
l'a elle est exportée
et ensuite là j'ai profité vers le jeu +
14 ou 15 juillet il y avait il ya trois
semaines c'était le lundi on a eu 20 mm
et le marly le prix de ce mois régis
somistes parcelle a été semé le le mardi
soir
voilà et alors là il ya du tournesol
géant alors le tournesol géant mais lui
la particularité c'est que il fait pas
mal de biomasse
s'il n'est pas limité en terme de
fertilisation neo
il peut arriver carrément 1 4 m de haut
voilà la g
j'ai des photos là c'est sûr là
aujourd'hui mais on n'était pas censés
me croire mais bon moi je peux j'ai des
photos qui couve
voilà j'ai des photos qui prouvent qu'il
fait tu les as ouais voilà ce faire
tourner la caméra à la main verte
[Rires]
le tournesol il ya du sorgho comme
graminées il ya du radis chinois il ya
du
colza fourrager il ya de la vaysse
commune il ya de la lentille fourragères
il ya un tout petit peu de phacélie mais
bon c'est insignifiant ce qui a je
voulais mettre du niger mais j'ai pas pu
la voir assez tôt et j'ai mis de
l'amarante voilà alors la mare halte que
j'ai ce n'est alors l'amarante b pour
beaucoup ça peut être une adventice sauf
que b voilà vendredi on nous l'a dit
adventices il faut supprimer ce monde il
ya que des bonnes plantes
voilà alors voilà ce sont des amarantes
des amarantes qu'on cultive
j'ai plusieurs variétés de d'amarante il
ya des rouges des jaunes
et verte et
mais voilà ça fait partie disons 2
de ce
comment dire de ceux de ce capital
végétal qui qui nous sert à 1
mais disons dans notre système dans
notre couvert et il faut il faut
diversifier alors je sais pas s'il va y
en a pas beaucoup il y en a pas ce que
j'en avais très peu d'essayer de vous en
montrer
fiona la voilà oui et après ce qui est
spectaculaire aussi c'est le radis
chinois c'est vrai que ça peut faire
soit ces déracinés qui sont à peu près
grosses comme le bras
voilà bon après il ya même des il ya
même des moments des repousses parce que
gorges il y avait de l'eau hors jeu la
mélanger la céréale il était à
surmaturité dont il ya des romans des
graines qui sont tombés qui ont germé
mais c'est pas un problème au contraire
quoi plus plus le sol est couvert mieux
mieux c'est oui oui oui alors c'est pour
ça que c'est pour ça que là il ya
il y a
on peut de phacélie aussi pour avoir
quelques fleurs le niger c'est un peu
pour ça aussi le niger s'est monté pour
pour avoir aussi des fleurs intérêts
intéressante pour ce même pour les
abeilles
alors le tournesol ou l an dernier on
l'avait vu en fleurs au mois deux mois
de septembre c'était vers là quand le
quand il y avait le gars de nestlé
c'était à quel moment ça c'était en
septembre
et comment ils étaient 1 fleur l'aï
commencé à fleurir ah oui mais ça va
vite
et oui oui non mais là c'est voilà et
après après dans le
vers le
courant octobre mi octobre là il va y
avoir parce que l'an prochain il y aura
une maïs sur cette parcelle dont il va y
avoir un coup verse mais dont vers la
mi-octobre
hélas le couvert alors
ce qui est conseillé pour un maïs fr un
couvert de féverole l'aube en mai sauf
que c'est une mon espèce et
ce que je vous disais tout à l'heure il
faut vraiment diversifier les espèces
dans un couvert dont du coup en plus de
la féverole ça sera quand même la plante
qui sera le plus présentes mais il y
aura il y aura
il ya un peu de baisse un peu de poids
aussi et ensuite comme aux graminées
là il y aura avoine seigle et
et triticale alors
voilà c'est parce que justement pendant
longtemps
mais on pensait ce qu'on nous disait
aussi
voilà pour faire du maïs il faut de là
il faut des légumineuses et on pouvait
même nous dire pour pas être embêté par
les graminées
essayez même si vous pouvez de désherber
le couvert pour supprimer toutes les
graminées
mais on s'aperçoit en définitive que
c'est vraiment une connerie et a stagné
mais on va le voir sur l'autre parcelle
d on peut prouver vraiment que
il faut un peu de graminées justement
parce que l'avantagé de la grameen et
c'est que elle couvre le voilà la faille
ça couvre le sol ça couvre le sol
beaucoup plus longtemps qu une
légumineuse une légumineuse se dégrade
très vite
on il peut y avoir il peut y avoir aussi
suite on dit on de féverole quelques
semaines après il n'y a plus rien droit
les feuilles sont complètement dégradées
alors l'avantagé c'est que ça va libérer
rapidement des éléments fertilisants
dans beaucoup d'autres ça c'est quand
même un avantage v mais concernant le
contrôle des adventices
mais là c'est un peu un problème parce
qu'en plus cette légumineuse va libérer
rapidement de la zot va laisser va
ouvrir le sol et les adventices vont se
développer très facilement quoi voilà
c'est un peu le souci de vouloir mettre
que de la légumineuse dans un couvert
voilà alors bien là aussi on a appris on
a appris à monter les doses on a appris
à monter les doses dont pour un couvert
e
donc pour maïs
là dans cette année c'était 2 5 kg de
féverole petit chouia de phacélie mais
on n'avait pas beaucoup et 30 kg
d'avoine mais cette année là j'ai vu
parce qu'on est pour le soja lasser il y
avait 122 féveroles 60 d'avoine et 62
de seigle forestier et fourrages et les
deux mélangés et là sur la parcelle où
on va aller là maintenant
sur un couvert dons destinés à du soja
c'est à dire avec un même sens d'un kilo
de céréales dedans il ya six hectares de
maïs qui ont été implantés et ça se
passe merveilleusement bien toi pour le
maïs
donc on voit que on voit que il va
falloir introduire un peu plus de
céréales de graminées
dans le mélange là pour faire du maïs
pour justement arriver à contrôler mieux
contrôler les adventices alors après
dire qu'on pourra contrôler en totalité
bon là bon là il faut être prudent mais
voilà on travaille dans ce sens après il
faut adapter la technique de semis aussi
là maintenant le semis et simplement il
est soumis à 40 départements ce qu'on va
voir
donc ça permet une couverture plus
rapide du sol ça ça aide
bon alors cette année c'est vrai qu'on a
on a quand même on a eu des conditions
assez particulières puisque
avec les excès d'eau c'est vrai que
c'est favorable au lever d'adventices
mais bon pour la petite histoire c'est
vrai que le le maïs a eu
petit tout petit désherbage une
vingtaine d'euros à peine une très
faible dose
mais bon on est plus de racines non non
non non racinaire il ya longtemps il ya
longtemps qu'il y en a plus il ya
longtemps qu'il y en a plus et alors là
on désherbe donne
un post levée avec des faibles doses
alors l'idéal ce serait de passer dans
deux fois mais là maintenant et comme on
est à 40 le deuxième passage
mais je considère que c'est le maïs qui
est tous les adventices c'est à dire que
alors surtout cette année on a eu après
le prêt le 1er désherbage on a eu la
période de juin là où on a eu les 120 ou
130 mm dont il ya eu des relevés
phénoménal
mais bon qui ne manque pas du tout
inquiétés parce que
le maïs bon vraiment il galopait est là
par expérience je sais que
quand le maïs domine et
le sari sommes en dessous il n'est pas
gênante voilà et puis à la limite c'est
le salissement mais on peut consulter
mon je considère que c'est une
couverture du sol quoi parce que
puisqu'on sait que maintenant
il ya des agriculteurs qui vont bien
planté découvert on appelle ça des
cultures associées un couvert dans une
culture ça peut être comblée dans un
maïs donc voilà ça s'implante tout seul
par exemple se tanne x est une graminée
bon qui peut être bouffé en azote mais
bon allez voir le maïs bon pour moi
pour moi c'est pas gênant quoi parce que
c'est vrai qu'on aime bien aussi à dix
on voit l'agronomie un peu un peu
différemment c'est à dire que
un limites voire une parcelle où il n'y
a pas une merde parce que s'il ya eu une
grosse dose d'herbicides dessus de
chimie il n'y a pas une aire de ya rien
bon pour certains c'est peut-être c'est
peut-être joly à l'oeil pour moi ben
southall qui morfle quoi il vaut mieux
il vaut mieux voir delà de la
biodiversité alors après il faut parler
dans le cas extrême où malheureusement
mais c'est ce qu'on voit aussi ses ou où
les adventices vont concurrencer les
cultures au point dans certains cas deux
extrêmes ne pas pouvoir récolter la
culture bon ben voilà il faut parler il
faut pas tomber dans ce panneau non plus
puisqu'il faut il faut produire c'est
bon alors après oui le sol on peut
regarder mais là c'est quand même cinq
parcelles
j'aurais pu rester nu jusqu'au sommet du
maïs avec des chômeurs mais c'est ce qui
se voit là deux coups de retard team
externe
on aurait peur sol qui perdait 450 ou
600 kg de carbone est alors justement
voyons ce laps de temps là la durée on a
tu investis dont deux couverts dans deux
couverts pour ce maïs donc si on prend
les 365 jours mais n'ont pas remis du
début juillet jusqu'au sommet précédent
maïs et là tu vas nous faire combien de
biomasse là alors justement c'est ce que
j'allais dire voilà alors moi je me suis
amusé à le séjour si justement j'y
réfléchis un peu à ça c'est vrai que le
couvert à
écoute alors celui-là c'est peut-être le
plus onéreux parce que c'est kasic des
plantes
acheter hormis le tournesol qui voit là
c'est voilà c'est une population ça bon
là c'est un couvert après les 80 euros
mais en moyenne bon voilà c'est
découvert à aller à 50,60 euros en
moyenne mais ton 60 euros il faut savoir
que le coût de mécanisation économiser
dans cette technique là et de l'ordre
150 euros donc voilà ce qui fait que le
coût de mécanisation économiser couvrent
largement largement la dépense couvert
sans compter moi je parle moi je parle
tu veux le coût de mécanisation
sur le sur le système quoi sur un niveau
de la ferme
alors après c'est vrai qu'il faut le oui
peut y avoir dans certains cas même ddd
coûts de mécanisation qui sont plus ou
moins élevé bon là justement sur une
structure on a travaillé ils ont
travaillé un peu les coûts de
mécanisation
ça peut aller du simple au triple triple
quoi sur une ferme c'est énorme énorme
voilà et c'est vrai que le le combat
qu'il faut combien nous agriculteurs
c'est pas forcément sur le prix de vente
de nos produits
parce que là bas qu'est ce qu'on a comme
on n'a aucune possibilité d'augmenter de
10 20 30 % world et petite niche là si
il ya peut-être un peu de travail à
faire mais c'est pas ça qui va sauver
qui va sauver l'agriculture voit par
contre le coût de production
là on est maître chez nous quoi on est
maître de de modifier nos pratiques pour
baisser le coût de production parce
qu'après on parlait de du coût
d'implantation du couvert donc qui est
largement compensée par la part
l'économie qu'on fait sur le post
mécanisation dans sa globalité
mais après il faut savoir que le couvert
pour moi c'est un investissement
rentable à ton niveau parce que déjà b
on séquestre du carbone dont on remonte
la fertilité de nos sols là c'est déjà
le premier pas c'est disons mais c'est
un peu la base c'est un peu la base de
la réflexion coin définitive qu'on
réfléchisse à une époque on perdait du
carbone
voilà le travail qui a été fait à une
époque avait démontré qu'on perdait 6,5
kg de carbone à l'hectare et par an
aujourd'hui on en regagne plus d'une
donc on voit qu'on est on voit qu'on
regagne du carbone et
et ensuite au niveau danse assez on est
déjà au niveau agronomique bon c'est
quand même un impact hyper important
là on peut se dire je pouvais me dire à
l'époque si je remonte la fertilité des
sols
un jour je devrais avoir plus de
rendement avec moins d'intrants bon
c'est ce qui arrive alors
c'est vrai qu'à l'époque mais on ne
travaillait pas comme maintenant dont il
a fallu peut être quelques années pour
vraiment redresser la barre mais
aujourd'hui avec tous les outils qu'on a
quelqu'un qui démarre aujourd'hui mais
peut rapidement
un peu rapidement dix zones remonter la
fertilité des sols
parce qu'aujourd'hui il ya beaucoup plus
de connaissances il ya beaucoup plus de
monde sur le terrain comme l'état pour
donner les informations
il y avait dedans il ya en même temps
c'est vrai que c'était quand même et
c'était relativement c'était assez
limité qu'on pouvait facilement faire
des erreurs et après et après il ya
cette partie il ya un aspect aussi
environnemental et alors c'est vrai que
l'agriculteur bon au départ pour moi
c'était l'idée principale c'était au
départ c'était la partie agronomique
c'est-à-dire remonter la fertilité des
sols
voilà stopper l'érosion remonter la
fertilité des sols
mais après tout est lié la partie
environnementale de bon en a parlé ce
matin tout à l'heure c'est à dire
il n'y a plus de la plus d'érosion dons
on perd plus de terre on perd plus de
mon père très peu de
2
que ce soit pesticides
que ça soit nitrates tout ça les fuites
et sommes énormément d'ailleurs bon
normalement sur le projet bagages il ya
des matériels là qui devrait le devrait
le démontrer sa
ensuite il ya la partie même la partie
sociale c'est vrai que bon on a
l'impression d'être dans une bonne
action de préparer un peu l'avenir parce
que
aujourd'hui le contexte il est plutôt
morose
quand moi quand j'entends les
agriculteurs 10h dire dans la région
mais tu le sais allen moi je passe en
bio parce que je gagne plus rien ça veut
dire qu un sérieux malaise quoi ça veut
dire que tout le monde se cherche
il ya plus de revenus dont les gens ne
savent plus quoi faire et
et voilà et là bon là là
je suis convaincu que que c'est que
c'est une piste intéressante qui a fait
ses preuves à l'étranger
malheureusement en transe bon on est
trop peu nombreux encore mais à
l'étranger brrr
ça fait ses preuves la fao encourage
même c'est très technique là bas ça
trouve quand même que
on va dans le bon sens je crois c'est du
trois en un donc finalement au lieu
d'avoir un ministère de la santé de
l'agriculture et de l'écologie ont
découvert mais j'ai finalement oui oui
oui oui oui oui oui oui et pourquoi
pourquoi ne mettrait pas un ministre
découvert ouais alors ça sera plus
facile à l'autre parcelle parce que
parce qu'ici bon ici c'est là le
problème t on peut regarder le problème
c'est le sait que maintenant l'autre
parcelle a été irriguée votre parcelle a
été irriguée ça sera plus facile
oui oui compenser oui oui oui
ouais mais c'est à dire wallon pour
donner des chiffres précis sur le
carbone on en parle souvent là du
on en parlait encore hier soir là et
c'est vrai que c'est pas et c'est pas
évident
ce qu'il faut savoir c'est que ça c'est
les américains qui avaient pu y avait pu
déterminer sa une culture de blé qui est
mené un système je crois que j'avais dû
te le dire une culture de blé qui est
mené un système labour pour compenser la
perte de carbone liées mais au travail
du sol il faudrait restituer les pailles
au sol et il faudrait en plus un couvert
voilà bon après c'est complexe parce que
tu vois mal garde sur la grande allée
présenter en fonction des cultures y en
a qui vont y en a qui vont
mais relarguer davantage
de carbone que d'autres par exemple le
maïs est connu c'est une plante qui est
qui est bien pour ça après il ya des
plantes mais qui sont beaucoup plus
saignante quatuor notamment même des
protéagineux qui ont des petites
productivité
voilà après après c'est sûr que si on se
dirige vers découvert hyper hyper
performant c'est vrai que on va on va
recharger le sol en garde on est
beaucoup plus vite que ce que si on se
contente de petites couvertures de
soldes après voilà après il faut
voilà mais je vais pas vous connaissez
ou non oui voilà oui c'est par rapport
ce membre tu parles tu penses disons par
rapport aux exportations possible qui
pourrait y avoir alors c'est vrai que là
la priorité la priorité c'est sûr c'est
ce qu'on dit chaque fois c'est dès qu'il
ya un projet comme ça de biomasse pour
méthanisation ou autre c'est vrai que la
priorité c'est d'abord le passage d'une
semi directe quoi pour déjà nourrir le
sol
bon là ça c'est la base après le reste
n'est pas interdit à conrad en parlerait
on peut en parler beaucoup mieux que moi
je puisse qui connaît très bien le sujet
c'est vrai qu'après b ja moyenne il ya
moyenne il ya un moyen d'exporter mais
la priorité c'est qu'à mer au départ
c'est ce à quoi voilà il faut pas mettre
la charrue devant les boeufs quoi
confirmer
oui oui oui la paille oui la paille va
revenir dans avait le fumier
avec le fus ni après
la paille et le grain oui tout dépend
des rendements delaunay l'autre quoi
des bons pour une céréales à paille sans
être un peu près sans doute non non la
disant bon on exportait jamais touche
qu'au ras du sol parce que la série
allait les copains de certains auteurs
mais cette manière là on se pose pas
trop la question puisque puisque ici ça
revienne ça revient systématiquement
voilà après c'est vrai que le
le pur céréaliers qui est
dans ces techniques la baie
lui c'est vrai qu'il va veiller à garder
maximum de paille au sol quoi enfin ça
c'est sûr
mais voilà ils représentent faible
pourcentage de la limite parce qu'on
voit que la paille la paille elle est
souvent vendu
rose éleveurs et c'est là où je
je dis aussi quand on est éleveur il
faut réfléchir à ça parce que entre
guillemets
quand on est éleveur on a la chance que
les céréaliers ne connaissent pas le
sujet du carbone et ne prenez pas au
sérieux parce que on a failli s'en
foutent ils avalent voilà le jour où ils
vont se rendre compte que la paille doit
rester chez eux
ça pourrait peut-être poser de sérieux
problèmes aux éleveurs qui ont besoin de
la paille pour la litière et doudou
justement c'est seydou justement il faut
il faut réfléchir à ça je te mana
utiliser de plus en plus cette source
une autre source que sont dans les
plaquettes de bois pour
pour justement mais pallier un jour à
mon avis il y aura moins de paille sur
le marché quoi est ce que ça sera dans
50 ans j'en sais rien mais
voilà comme son confrère généralisera
qu'est ce que tu fais déjà mangé en
carbone et d'évident unique
il y en a une ou deux questions avant
qu'on aille sur l'autre parcelle
alors là c'est la cdu piper c'est je
crois que ce sera aussi le fourrage et
voilà alors après souhait là il ya une
multitude de sorgho il ya des sorghos
biomasse
qui peuvent faire des productions
astronomiques dans les landes justement
là j'ai eu un autre jour un gars au
téléphone qui l'an dernier qui en avait
pour alimenter un méthaniseur et
il est arrivé à passer les 30 tonnes
s'est c'est faramineux
c'est faramineux la production de
biomasse ce que peut faire l'or après
c'est vrai qu'il ya des mois j'ai vu des
collections de sorgho cc des tiges comme
du maïs c'est trois quatre tiges par
pièce un truc de fou c'est vraiment
c'est pas le petit taureau fourrage et
voilà après nous dans notre système
voilà ce qu'on va rechercher ces c'est
justement pour pour couvrir le sol
c'est plus facile de le colza tout le
monde va le comprendre ça se comprend
facilement c'est plus facile de bien
couvrir un sol avec des petites tiges
mais qui est décent ou 200 au mètre
carré plutôt que dit ti jeu comme ça
quoi
ces voix lasse et c'est pour ça que
alors il ya même des
des groupes de travail même une
coopérative je connais qui travaillent
sur sur cette thématique découvert et
qui repère même dans une même espèce des
variétés mieux adaptées que d'autres
pour jouer leur rôle de couverts voilà
je sais que semences de provence aussi à
travailler là dessus ils vont ils ont pu
déterminer des variétés plus adaptée par
rapport à l'heure à leur comportement
leur précocité à par rapport
à la floraison aussi qui peut être
décalé a fait hier voilà mais c'est sûr
qu'il ya beaucoup de travail encore il
ya du travail qui a été fait mais il en
reste beaucoup à faire
c'est christian oui ouais ouais ouais
c'est pour ça qu'on est là je scrute un
peu la météo
c
si plein de tout petit peu alors c'est
vrai qu'aujourd'hui bon on peut pas se
permettre quand même de stopper les
réversions mon mari c'est l'âge attaque
le troisième tour la au maïs on peut pas
se permettre de stopper ont dû l'amener
quand même maintenant qui est assez
chaude mais si par contre
il ya un petit orage même de 10 ou 15 mm
qui peut me permettre d'arrêter deux
jours mais ces deux parcelles là une
petite vingtaine à faya ces hectares
je vais l'irrigué je vais prendre deux
jours pour l'irrigué parce que bon voilà
c'est moi je pars du principe moi je
pars du principe que de manière le
cantonner en semis direct on économise
mais il assure la ferme ça a été prouvé
depuis longtemps 30% d'eau on économise
un minimum donc partant de là une fois
de temps en temps s'il faut
s'il faut irriguer couvert alors c'est
vrai que ça n'arrive pas souvent mais
l'an dernier on a eu on a eu 2 x 70 mm
enfin deux fois en juillet et août on a
eu 140 mm au total en pluie donc bon on
a pu avoir un beau coup vers 105
irriguées mais là cette année mais en
plus il ya des reliquats au sol
ça serait dommage que ça manque d'eau et
de ce fait on est là pour ça je pour moi
je ne pensais pas un souci quoi et c'est
vrai que voilà il faut considérer que le
couvert c'est doit être fertiliser
irrigué éventuellement alors c'est vrai
que là il faut tout remettre dans son
contexte
mais m'est arrivé de voir des
agriculteurs dans le sud est de la
france où ils peuvent avoir quatre cinq
mois sans une goutte d'eau alors c'est
vrai que là il faut pas leur dire
d'implanter un couvert parce que déjà il
n aura pas s'ils lèvent
il poussera pas donc voilà nous on a la
chance dans notre région d'avoir un peu
d'eau pendant l'été d'avoir quelques
orages mais bon voilà il faut il faut il
faut s'adapter à notre climat c'est pour
ça que on sait que cette technique là
par expérience fonctionne dans toutes
les conditions
jusqu'aux extrêmes c'est-à-dire
en australie par exemple où ils peuvent
avoir que 150 ou 200 mm on sait que
c'est là la technique qui va leur
permettre de pouvoir faire une récolte
tous les ans alors c'est sûr que s'il ya
très peu d'eau il faudrait une petite
récolte mais celui qui travaille et
il récoltera pas du tout eu
dans les cas extrêmes dans les cas
extrêmes où ils ont plusieurs mètres
d'eau b c'est la technique qui va
préserver les sols dont ils vont pouvoir
produire sans problème après en termes
d'altitude c'est pareil même en france
on voit dans l'aveyron à 900 mm 900 et
1000 mètres d'altitude on voit les
rendements qu'ils peuvent avoir
donc ça ça fonctionne dans tous types de
sols
c'est souvent ce qu'on entend dire ouais
mais ça fonctionne chez toi mais chez
moi c'était pas fonctionné bon c'est
faux il faut tout simplement adopter la
technique à son contexte à son climat
son à sa production
voilà après les couverts c'est pareil
les couverts
voilà il ya des organismes qui qui qui
ont préparé des fiches avec voilà il
vous faut semer tel était le plant voilà
mais si une plante pousse pas dans une
région est mal adaptée
voilà pourquoi la somme et c'est comme
vouloir faire une luzerne dans un sol
acide
voilà il aura mieux faire un trèfle il
faut adapter il faut adapter chaque fois
son contexte
wallace et c'est pas plus compliqué que
ça c'est un peu tout simplement le bon
sens paysan
ouais et alors après on peut aller même
beaucoup plus loin que ça parce que bon
ça je vais pas vous le montrer mais
l'on travaille sur d'autres plantes
style c'est ce bagne à quai 9
viniar a dit ata
cage un usage en voilà ce sont des
légumineuses qui ont des systèmes
racinaires très très performant et qui
sont capables d'aller chercher de l'eau
en profondeur
voilà et voilà alors voilà on
expérimente sae
alors bon on sait par lesquels seront
retenues mais
après après il faut passer à la phase
multiplication entre il faut se
démultiplier pour pouvoir en avoir dans
les couverts mais on a déjà commencé
avec un peu dans ma rente et mais c'est
sûr que
lavigne alors oui oui mais voilà tout
oui voilà c'est ça qui nous manque un
peu aujourd'hui dans les coûts vers dtc
des légumineuses performante parce
qu'avec les tournesols les sorghos les
crucifères dont on voit que bon ça s'est
bien adapté mais ce n'est pas des
légumineuses bon là c'est pour ça que là
il ya de la lentille et lentilles un peu
de baisse
alors c'est vrai qu'aujourd'hui bon ben
voilà il ya trois semaines ce soir que
c'est se met dans l'eau c'est vrai qu'on
peut pas dire que voilà ça fera des
marcquois là il faut le revoir dans ce
mois et après au voilà ça c'est un
couvert qui normalement c'est s'il a un
peu d'eau
doit faire minimum deux mètres de haut a
peut-être même plus moi et l'idée
justement c'est avec plusieurs espèces
comme ça c'est d'avoir à tous les
niveaux une production de biomasse c'est
à dire que leurs habits mais on sait
qu'il va faire ça sa biomasse au ras du
sol pratiquement avait ça allait sa
racine
après la vaysse le
le colza fourrager la lentille et ça va
être un peu plus haut
tournesol sort gober ça peut être deux
mètres voire voir promettre
donc voilà l'idée c'est d'avoir
de la biomasse à tous les étages et ça
c'est et puis et puis voilà moi je suis
là où je vais vous dire on n'a pas
encore le couvert parfait mais la
perfection n'existe pas mais
il ya encore il ya encore beaucoup de
progrès à faire quoi alors oui oui oui
il va y avoir du fumier alors il sera il
sera épandu il sera épandu justement un
juste avant l'implantation du second
couvert voilà alors voilà voilà
alors moi je fais mais je délègue sa un
entrepreneur et parce que
lui nous est pas ils n'osaient pas sept
à huit cent mille tonnes sera plus
maintenant un jour pratiquement avec le
matériel qu'ils ont alors c'est vrai que
là l'an dernier et quand je leur ai dit
là où de jeunes qui étaient sur les
épandeurs voilà mais vous le mettez là
m'ont regardé les a nommés où on le met
mais là mais non pas là il ya une
culture
mais si tu le mets la paix mais il
voulait pas le croire quoi est allé
c'est sûr que on y voyait presque pas
les tracteurs quoi dans le couvert mais
après avec les avec les épandeurs qu'ils
ont les tables d'épandage ils sont très
haut
c'est très haut voilà et s'est pendu
s'est merveilleusement est alors après
le avantages de cette technique là c'est
que
là bien sûr on enfouit pas le ce soit
lisier ou fumier s'est pendu en surface
et alors c'est vrai que dans certains
cas le problème il ya un problème
auxquels on peut être confrontés sur le
problème de la réglementation voilà qui
peut obliger dans certains cas en cuir
alors oui oui non moi ici on est embêté
mais deezer il ya quand même des parades
voilà voilà il ya des il ya quand même
des parades
concernant les odeurs aujourd'hui il ya
des produits qui que l'on peut base de
bactéries à base de tout un tas de trucs
ou des produits informé que l'on peut
incorporer dans les effluents pour
justement supprimer toutes les odeurs et
enrichir en plus sur le produit dont la
c7 nous gagne en quoi et après et après
concernant la vis-à-vis de la
réglementation
bon mais voilà moi moi je pense que
le fait de le mettre justement juste
avant l'implantation
mais la loi de manière bon là pour moi
il serait inconcevable de l'enfouir de
toute manière parce que ça voudrait dire
bouleversé le sol
là c'est pour moi c'est je serais
vraiment fait mon j'y pense pas à quoi
ça mais après concrètement au niveau
efficacité
c'est vrai que c'est génial parce que
c'est justement l'activité biologique du
sol qui fait tout quoi moi c'est la
question que je me suis posée il ya il
ya 18 m de sacs en jeu quand j'ai
démarré
j'étais chez un agriculteur là un peu le
clown hier lors du semis direct du côté
de tours
lui le fumier comment je fais quand on
est habitué à enfouir le fumier pendant
le labour l'immunité inquiète par les
vers de terre il s'en charge mais c'est
vrai on n'est pas le fumier on il
revient quelques semaines après on voit
plus rien y'a plus rien sur le sol c'est
les vers de terre ils sont devenus
consommer ça et il n'y a pas de et puis
après il ya l'horizon qui l'horizon de
surface qui finit par par par s'enrichir
donc en matière organique devenir un peu
plus sombre alors là moi j'ai vu là
j'ai reçu un dossier l'autre jour là
d'un agriculteur des états unis qui fait
ce travail là depuis 40 ans
tu as dû le voir c'est eux
sur des sols
argileux et ilyas ha de terres noires de
sucre c'est comme si on a des vidéos un
sac de terreau par mètre carré
c'est impressionnant c'est à dire qu'on
recrée du sol est alors voir ce matin on
parlait de pertes de sols par l'érosion
par ces coulées de boue voilà c'est
dramatique parce que c'est assez de la
cdu capitale
tapie par les agriculteurs qui fout le
camp qui polluent qui va qui saccagent
l'eau des rivières c'est ça coûte cher
après à dépolluer à nettoyer l'eau enfin
bob rae et
curer les fossés nettoyer les routes
c'est vrai que dans le gers pour vous
donner un ordre d'idée le curage des
fossés l été après les orages pour le
département c'est un million d'euros
voilà un million d'euros alors cette
année je peux vous dire que la somme ça
va pas être un ça va être beaucoup plus
parce que les ingé son parti plusieurs
fois curer les fossés et donc c'est est
alors par contre
voilà on passe d'une phase quand on
travaille au le sol où on perd de la
terre à une phase où on recrée du sol
alors on va pas récréer de l'argile on
va pas récréer du limon du sable mais
par contre la matière organique voilà on
recrée de la matière organique et ça
c'est quand même ça c'est quand même
intéressant quoi alors ouais un peu de
temps en temps ils en on le fait
maintenant mais il faudrait zone et man
il faudrait le faire systématiquement
systématiquement et et on pourrait aller
même
au niveau
au niveau recherche de l'autonomie là
en fertilisant c'est vrai qu'on pourrait
aller beaucoup plus loin justement si on
avait des fumiers traiter avec des
composts c'est ce que l'on appelle des
composts intelligent avec en incorporant
certaines souches de dents qui
permettrait d'aller très très loin parce
que voilà mais ça vous le savez plus on
va plus au mans un sol qu'on appelle
survivants d'hommes
sur l'équilibré qui fonctionne avec une
une vie biologique qui est dynamisée au
maximum mais plus on a des plantes en
bonne santé dessus plus on a du grain de
qualité plus on a du grain de qualité et
riche en protéines et où plus des
animaux qui les consomment et nous mais
voilà c'est en définitive c'est c'est
c'est une chaîne quoi c'est une chaîne
alors justement en terme de terme alors
normalement cette année ça devrait se
faire il devrait y avoir quelques
analyses comparatives justement entre
produits issus du semis direct du scv et
de l'agriculture conventionnelle
alors l'an dernier il ya eu ça a
commencé un peu là j'ai eu un résultat
qui m'a donné la dimanche en soja il y
avait trois points et demi de protéines
en plus c'est quand même c'est énorme
coin et même en maïs là je sais que
l'agriculteur américaine toi qui m'as
envoyé le dossier d'ailleurs
il a été le plus en protéines c'est
énorme quoi par rapport par rapport à
ses voisins il a quelques points de
protéines en plus donc c'est vrai que un
sol qui fonctionne naturellement comme
un sol de forêt comme un sol de prairies
dans une seule forestier b fait pousser
des plantes à meilleure santé et avec
des qualités des qualités supérieures
aux niveaux valeur nutritive de
parcelles alors là on est en est
justement sur la parcelle qui a suivi
dont parle pour le projet bagages l'a
donc à comparer à la parcelle du voisin
c'est pour ça on voit pendant 2 de
matériel à bon après il ya du matériel
qu'on ne voit pas et que les sondés y
mettre tous à danser dans la terre et
alors là il ya du don du soja qui a été
implanté le 25e mais ouais en gros en
gros avec un mois deux mois de retard
mais bondues a vu au but dû à la météo
et ouais bon alors il irait très bon on
va se mouiller un peu mais bon voilà
alors tu vois les jeux c'est ça les
limaces
à quand il ya des cadets dès le
printemps et des étais un peu humide au
boulot maintenant maintenant c'est plus
sec mais ce sont vachement multipliez ça
va il ya le paillasson au sol on est
bien c'est voilà un bon perso alors là
donc la donne on est sur du vent sur un
semi un semis du 25 mai
dont le couvert c'était le couvert de
c'était ce que je vous ai dit tout à
l'heure dans 120 kg de féverole e60
d'avoine 62 seigle le roulage dans ces
faits comme pour le maïs ça s'est fait
en chemin
c'est à dire que le rouleau était était
à l'avant du tracteur le semoir
l'arrière
il ya eu
il ya eu dans un litre de glyphosate à
ce moment là on a on travaille aussi
bien peu la suppression du glyphosate ou
des fortes réductions
on voit qu'il ya des pistes
intéressantes et après un terme de
désherbage bellerive et c'était de ne
pas avoir à désherber du tout mais bon
sauf que cette année le couvert n'était
pas forcément régulier par tous est due
notamment à l'excès d'eau ce qui fait
que becky dit à certains endroits moins
de couverts b ça laisse la place non aux
adventices de lever alors bon il n'y a
pas eu d'intérêt côte
c'est pour ça que b on voit on voit
quelques chénopode par ci par là
là bas il y en a peut-être mais
justement nous il ya des canaux port de
cerlier endroit justement où il y avait
une couverture de sol ne peut plus un
peu plus flemmardes est par contre il ya
eu un antigraminées parce que b avec ce
mois de juin très humide qu'on a eus b
moi je pense que si elle n'est pas
évidente et graminées
il serait peut-être pas aussi pour le
professur mangwa dont il y fallait mais
c'est vrai que l'an dernier on a vu que
ce thème m avait le couvert c'était plus
facile de contrôler les graminées que
cette année mais c'est un des bons voilà
après après en fonction des conditions
climatiques mais il faut s'adapter quoi
il faut s'adapter
là il ya un pied de trèfle parce qu'il y
en avait un tout petit peu dans le noir
la voile alors qu'il n'y aura pas
beaucoup comme ça c'est pas gênant mais
c'est vrai que s'il y avait si la
parcelle était recouverte de trèfle mais
là ça serait problématique parce que
moment de récolter le le soja parce que
le songe à ce n'est pas comme le maïs le
maïs ou dans les épi vous allez voir à
cette hauteur donc même si en trèfle
dessous et je n'aurai pas le soja mais
pour ramasser les gauches il faut couper
au ras du sol et là par contre s'il ya
du verbe et c'est un peu compliqué c'est
pour ça que même la vaysse de lui alors
c'est une super plantes mais à manier
avec précaution parce que c'est une
plante qui est difficile à contrôler
même chimiquement très difficile à
contrôler
donc là il faut faire avec ce commune à
mon avis parce que là celle-là ça va
mais la lave lui c'est plus délicat
voilà et on n'a pas de prime de natural
alors appartenant alors dans le soja
mais bon là alors justement là ce
nature à l'ambroisie et toutes ces
plantes là c'est vrai que les voisins on
commence en avoir pas mal dans certaines
parcelles et des a priori il n pas se
planter là n'aiment pas les techniques
de semis direct alors pour quelle raison
bon on a tendance à dire que parce qu'il
n'ya pas travail du sol donc ça ne
favorise pas la levée
bon après on nous dit aussi que c'est
des plantes bio indicatrices qui pousse
quand les sons sont respectées c'est
bien ça me semble alors pour quelle
raison mais c'est vrai que c'est vrai
que du du datura alors pour parler de
plantes très dangereuse et et alors ce
qui est quand même assez bizarre c'est
que bon la récolte elle est effectuée
par par un entrepreneur
l'entrepreneur bond qui va
sur des parcelles qui sont infestés de
datura et il ya deux ou trois ans de ça
quand il est arrivé pour récolter le
maïs le cueilleur de vente des terres ou
un noir de graines de nature
alors là je me suis dit je lui fais
c'était le père de l'entrepreneur je lui
fais mes cellules nature à saab il me
dit oui alors il est un peu gêné il me
dit on va nettoyer
je me suis dit nettoyer on va enlever ce
qui a je suis né dedans dans la machine
ce n'est farsi on va pas passer deux
jours en nettoyer et après je me suis
dit mais bon c'est vrai que nous on
n'est pas embêtés il aime pas le semis
direct
on va bien voir on a commencé sur une
parcelle une petite parcelle est bien
l'année suivante il n'y avait pas un
pays c'est c'est vrai qu' il aime pas
mais ça c'est quand même un avantage
c'est que autant il faut être méfiant
pour les graminées et c'est là où on
voit que des antigraminées quand même
nous aident pour pour rattraper
autant les dix côtes mais les dix côtes
bon voilà il ya quelques il ya quelques
plans to you par là quelques chénopode
brawn s'est pas
bon c'est pas là ça c'est pas méchant
quoi à certains endroits il y en a un
peu plus bas on va aller là-bas aux
mains contre le maïs séché des appareils
se laisser aller c'est bon signe
je connais ce que j'ai dit c'est qu'on
est en disons à l'optimum de la culture
d'accord on est à l'optimum après oui
question va se mettre entre les deux
parties oui oui oui attend justement je
vais quand même jeté un petit moment
allez là ça s'est vu oui le dit m et la
voix comme ça a été piétinée tout le
tour et voilà alors c'est ce que mes
musiciens m'ont assez c'est pas
représentatif c'est parce que là le
l'isi mètres il a pour but de de
récupérer ils ont toutes les eaux de
percolation
et après il ya des soldats avant lie en
boîtier qui il ya des zones de canaliser
des paramètres aussi qui pèse il ya une
une bascule électronique est atteint
quand les maîtres il y en a pour quatre
vingt dix mille euros la paire serre est
vrai que l'elysée m et il ya du matériel
après ça c'est des ça justement celle
des caméras alors là ça je serai pas
trop te l'expliques-tu connaît et conrad
crc des caméras qui alors y en a il y en
a là bas aussi de chez le voisin qui
enregistre le rayonnement sur le sol et
alors d'après ce que ce qu'on m'a dit
justement il va le comprendre pourquoi
disons ce rayonnement là
comment dire au niveau du réchauffement
climatique
il vaut mieux être ici que là-bas quoi
voilà
et il faut que je me le fasse expliquer
vraiment ce truc là voilà après
bon après il ya après garde tout un tas
de son possible avant la douée conrad là
c'est serre liées à tout un tas de
cendres qui sont dans la parcelle des
sound qui enregistre la température qui
enregistre
b
qui font sens sur m aussi qui enregistre
l'eau dans le sol à différents niveaux à
chaque sont des gars imsi niveau de
mesures et ça par contre c'est
intéressant parce que cela ça m'a permis
l'an dernier de
de comprendre un peu le le
fonctionnement de l'eau dans le sol et
notamment quand il ya une petite pluie
par une irrigation mis le plus naturel
de 10 ou 15 mm
un système semi direct tous les horizons
se rechargent y compris ceux qui se
conforment à 60 cm dont on voit que le
penon qui tombe des recharges tous les
niveaux alors que cela parti labour il
ya que les deux premiers horizon 5 et 15
qui se rechargent on a l'impression que
la semelle de la bourbe et empêche
c'est toute cette descente devrait alors
après quand il ya une forte pluie de 30
ou 40 mm ou une irrigation
bon on voit que sur le système la
bourboule au dessin aussi mais après ce
que j'ai pu remarquer également c'est
que
après après parce que bon l'irrigation
on n'y arrive pas je prends lui il est
peut-être ils avaient peut être déjà
fait trois tours il s'il y en a que deux
bon on y rigole pas le le même jour les
les deux bandes de quoi mais par rapport
à une pluie ou là il pleuvait tout le
monde là même la même quantité en même
temps et après dont on voit là on peut
suivre l'évolution des courbes et là on
voit que le sol s'assèche moins vite
de ce côté-ci que là-bas alors voir là
cette année mais c'est vrai que c'est
pas la même culture
mais l'an dernier bon c'était la même
culture et l'an prochain ça sera la même
culture aussi parce que bon il aurait
voulu que
pendant les trois ans il ya du maïs ici
bon moi je leur ai dit moi je ne vais
pas modifier mon système pour vous quoi
parce que si je modifie mon système
c'est à dire partir s'un c'est une
monoculture
mais je vais pas être dans la logique du
système semi directe moi je leur ai dit
vous faites comme vous voulez mais même
si ça vous plait pas ici il y aura du
soja cette année voilà bon et puis et
comme
bon ils ont accepté bon par contre l'an
prochain il y aura à nouveau du maïs
voilà alors en termes de parce que bien
sûr il mesure tout jusqu'aux
les mesures du sol des analyses
chimiques biologiques tout est suivi
puis après jusqu'au haut rendement de la
culture est alors en termes de rendement
l'an dernier ici il y avait alors cédé
place est qu'ils ont contrôlé toutes les
places est était entre 180 et 200 85
quintaux et l'autre côté elle était
entre 140 et 145 bon sachant que pour
avoir le rendement de la parcelle
il faut sortir à peu près 40 quintaux
voilà puisque les placettes ces voix là
se déplacent et au mètre carré près
dont il faut sortir qu'à peu près 40
quintaux pour avoir le rendement de
leurs parcelles
ce qui veut dire en gros c'était 100 et
140 ici quoi puisque moi sur la ferme
l'an dernier baisse assez voilà ça fait
quelques années qu'on tourne à 140 qu'un
tour de moyenne sauf l'an dernier où on
a perdu une dizaine de quintaux dur
sangliers on a eu de grosses attaques au
moment du semis ou la fédération de
chasse donga ils sont venus deux fois et
ils ont estimé à
75 tonnes de dégâts sur 60 hectares dont
à peu près 12 quintaux quoi voilà c'est
pour ça que après la récolte mais nous
on a baissé un peu un gros de 14 ans est
tombé à 13 tonnes
mais voilà ça s'est répercuté jusqu'au
bout quoi mais mais c'est vrai qu'on a
le système
moi je suis convaincu qu il nous offre
une marge de progression là en son genre
ça fait quelques temps on tourne autour
de 40
l'ucn me dit il faut que tu arrives à 50
et pourquoi pas plus puisque aujourd'hui
il ya des gars aux gens il faut 60
mais bon pas en france mais il ya des
gars qui ont énormément de recul il
arrive à 64 de saujac bien le maïs bon
en maïs il est sûr qu'on a encore une
marge de progression et en réduisant
même la vallée alors partout partout
partout alors les sound l'essonne de
somme
alors là on a une taille à une station
météo donc un registre toutes les
données météo et vitesse du vent même
angoisse à tourner
il ya un pluviomètre température
voilà un
bon là moi j'ai accès par internet ils
ont j'ai accès à toutes ces données 24
heures sur 24
y compris les données des sondés y en a
une dizaine une dizaine de sonde
alors laissons de danser c'est ce
boîtier l'achillée qui les enregistre
et puis après c'est pour ça qu'un
panneau solaire via l'antenne sa part à
sa tard à toulouse et
comment la station météo là et c'est ce
qui fait que manger accès à ces données
voilà ensuite donc ça c'est ces caméras
là je serai pas trop vous expliquer
après il ya sur le fond de la parcelle
il ya aussi tout un appareillage là
c'est pareil ils y sont restés plusieurs
jours à les installer
j'ai pas eu le temps de venir les voir
je sais même pas ce que c'est il faut
que je leur demande quand je les verrai
et voilà à bord après ça c'est des tests
là ils ont fait des tests d'infiltration
d'eau n'ont pas d'infiltration de
ruissellement de ruissellement c'est à
dire que nous apportent artificiellement
l'équivalent de 30 ou 40 mm par exemple
et contrôler le ruissellement et
récupère les eaux pour les analyser et
alors bon là c'est sûr que
là cela aussi c'est assez assez frappant
de ce côté vélo aller toutes les
couleurs de la terre tout bourreuse ici
elle est claire voilà après il ya les
déteste d'infiltration d'eau il faut
aussi alors là les tests d'infiltration
d'eau ils durent plusieurs jours
quand ils le font parce que b voilà il
faut il faut donner le temps à l'eau de
s'écouler
alors il est sûr que ce qui est assez
est assez frappant pour ceux qui
connaissent pas c'est que l'eau
s'infiltre beaucoup plus rapidement ici
qu'un système l'amour voilà alors que
logiquement quand on laboure dernière le
sol
logiquement l'eau devrait rentrer comme
ça de suite mais sauf que dès qu'il
pleut après les sols se referme
et c'est là que le l'eau pénètre
beaucoup plus facilement alors moi
j'avais eu l'occasion de le tester ça à
la première ou la deuxième année non pas
la non c'était trop quatrième année
alors pas bien du matériel sophistiqué
comme ils ont parce que là il faut voir
le matériel qu'ils ont moi j'avais fait
tout simplement avec un saut j'avais
coupé le fond du seau et puis on le leur
en tournant non le rentre un peu dans le
sol et puis on verse une rue même
quantité d'eau d'un côté et de l'autre
voilà et j'avais vu qu'un système semi
directe mais lourde en quelques
minutes il ya plutôt un lot c'est tout
est rentré dans le sol alors que sur un
système labour mais comme les sols se
sont refermées mais l'eau reste elle met
énormément de temps avant de pénétrer et
c'est pour ça que quand il ya un orage
la surmonte diaporama que je présente
quand je donne des déformations
là je montre sur cette parcelle est
je montre des photos là où il ya eu un
orage de 10 mm après le semis et le sol
c'est complètement refermé et il ya déjà
il commençait à y avoir de la perte de
sol
j'avais pris la photo un peu plus bas
mais il ya déjà de l'érosion et rien que
10 mm on voit peu commencé à entraîner
de la terre on l'a donc alors que la met
il faudrait qu'il tombe un gros paquets
d'eau pour que ça ruisselle et si ça
ruisselle aussi à naulleau qui fout le
camp ce qui peut arriver sur des sur de
la surface comme sa belle soeur claire
leroy des parcelles bon c'est vrai que
là il ya vraiment pas photo
oui une petite description de deux
prélèvements à 55 5 mètres 50
oui bombay là on voit le bel
voilà on le sol et grues mulhouse et au
mois qui commence dessus bea a récupéré
de la matière organique que l'on voit tb
une une racine de l'ancienne culture du
maïs qui se dégrader tranquillement
n'est et là l'effet des voilà l'effet du
système racinaire et que ce soit à côté
un peu claires et l'autre qui est un peu
et puis et puis c'est vrai que c'est moi
que c'est beaucoup plus fermé coin est
là et là c'est sûr que là c'est quand
même
ce que cantona quand on fait des profits
comme ça qu'on comprend qu'on prend une
motte de terre qu'on est au gras voilà
il ya bientôt 20 ans que aucun outil
n'est rentré là est-ce qu'il faut
reprendre la charrue quand on voit ça
c'est c'est vrai qu'on voit que le le
la biologie naturel est capable de le
système racinaire baisser tout quoi
c'est le système racinaire alors pieds
de maïs on arrache à rien de la ba oui
mais oui tu peux le garder
et là on voit que
un pied de maïs est hallucinant le
système racinaire et qui peut avoir
alors justement il ya quelques années de
ça lors d'une d'une journée pendant le
jazz d'ailleurs en 2013 c'est quand il y
avait il y avait là lambert les ali
était trop belle et
on avait fait un profil pareil chez le
voisin mais bon sur une autre parcelle
un peu plus bas un semis direct mais on
voyait les racines béquille qui
descendait
qui colonise est où l'horizon jusqu'au
greffe malheureusement la 60 cm on avait
le grès bon le greffe c'est du béton
dont là c'est là c'est fini
là il n'y a plus rien qui peut passer
mais par contre chez le voisin
les racines elle s'arrêtait à la semaine
de la bourse sous le sous la tonnelle de
labour il y avait quasi pas de racines
quoi arriver à la semaine mais ça
partait à l'horizontale quoi que cal
semis direct mais on n'a plus cette
on n'a plus cette semaine l on a sonné
un horizon qui est uniforme et après l'
avantage aussi du smi à du maïs à 40 cm
par rapport à du 80 comme on voit à côté
c'est que on a on a le système racinaire
qui occupent les 100% du sol
parce que quand on fait un profil
à montardon même ils l'ont fait l'an
dernier où il ya deux ans sur un maïs
mais à 95 mais en voyant un petit
triangle au milieu qui est très peu
explorée par les racines
et quand ces semis à 40 tout l'horizon
est colonisé et alors ça veut tout
simplement dire que le sol est mieux
explorer temps pour l'eau que pour les
éléments minéraux et c'est pour ça qu'en
semaine à 40
on peut facilement gagner 10 à 15
quintaux sans apporter de l'eau
supplémentaires sans apporter des
engrais supplémentaires
voilà c'est tout l'intérêt de la
technique alors après bon se mit à 40
là aussi c'est malheureusement personne
nous a donné des recettes tout tout fait
mais il faut trouver nous-mêmes les
variétés adaptées puisque mais on a vu
que des des variétés
n'amène rien un gain de rendement et à
l'extrême
on a en a monté à 22 quintaux voilà ce
qui veut dire qu'il faut trouver la
variété qui est bien adaptée alors nous
il se trouve que la variété qu'on
utilise depuis quelques années qui est
très bien adapté aux semis direct est
également bien adapté aux souvenirs 40
est également neutre est bien adapté à
une surdensité de semis voilà qui donne
des réponses à chaque fois voilà donc
mais une fois de plus
c'est à nous de tout expérimenter quoi
pour voilà on le sent on en parlait déjà
avec gérard c'est vrai mais bon voilà
quand on est motivé quand on est motivé
c'est vrai que de te marier moi ce que
je me dis il ya que ça qui nous fait
avancer aujourd'hui quoi parce que si on
attend après les instituts pour savoir
quelles variétés semer pour savoir quel
couvert alors mes volets couvert
maintenant ils commencent à sortir des
fiches mais bon mais c'est vrai que
c'est quand même c'est quand même un peu
les résultats qu'on a aujourd'hui c'est
un peu le fruit de notre travail qui
nous a permis b petit à petit b
de progresser parce que des erreurs des
erreurs on en a fait
problème c'est que chaque fois qu'on
fait une erreur et ça nous coûte un peu
d'argent et il faut pas en faire trop
il faut surtout savoir les analyser et
moi je pars du principe que ce sont les
erreurs qui nous font avancer à la
limite parce que quand on fait une
erreur
mais chaque fois moi ça m'a permis de
progresser à la limite parce que il faut
savoir les analyser c'est pas toujours
facile mais voilà il y a il ya quand
même il ya toujours du positif
bon on va jusqu'au maïs aller
aujourd'hui les parcelles sont
d'appareiller
les résultats sont déjà pas mal avancé
on parlait de la recherche les instituts
techniques le développement que les
chambres les coptes tout le monde vient
voir quand même donc là ça commence à
oui oui oui il pourrait avoir un tee
shirt je suis un centre de recherche à
moi tout seul non non non tu vois
giardino il faut il faut rester modeste
oui oui oui alors là on est dans la
tourbière dans le bout du ch en quoi où
normalement il est compact et c'est ceci
c'est cela quoi bon voilà alors ici dont
on est sur une parcelle où logiquement
tour aurait dû être en soja lui le
couvert qu'avait havane bon sauf que b
voilà comme il nous faut pas mal de maïs
pour l'engraissement on a décidé au
dernier moment de faire six hectares de
maïs de plus c'est pour ça que là il ya
un paillage au sol un peu plus
importante puisqu'il ya biya 120 kg de
céréales
dans le couvert en plus de l'avoine
voilà et alors bon mais la bonne
surprise c'est de voir que pour la levée
du maïs bon ben c'est pas trop un souci
pour la couverture du sol mais ma foi
avec un tout petit herbicides et et avec
des relevés après quand même assez
énorme
d'adventices mais on voit que on voit
que ça c'est pas trop mal passé
et puis après bon
l'état végétatif du maïs et se met à 40
mais permet de ne pas du tout être
embêté par le par les quelques dates 26e
tout son passé
voilà bon alors nous avons trouvée pour
essayer d'arracher une plaie ce que les
la peine d'essayer d'aller assez loin
pour papeete les papiers télé aussi
alors tu vois la gare il ya à peine deux
jours que qui a eu 30 mm et c'est
impressionnant comme le sont les tenues
par les racines
mais c'est pour arriver à péter un peu
tout le tour
les mollahs à sa manière en cas sur les
racines et ses chansons mais personne
derrière
attention ici
voilà voilà bien là on voit
l'accumulation la surface disons de de
cette matière organique
voilà et puis le système racinaire des
bons alors on les a coupés
parce que c'est sûr que c'est c'est le
système racinaire il est beaucoup plus
important que le comparatif des deux
quand même vous mettez les deux mains à
côté de l'autre et vous nous faites une
description générale et globale puisque
on va bosser l'ariane deux pieds pour
digérer tant de gens voisins en fait ce
qui est un maïs immunes et si vous
voulez le voir en forme il faut regarder
c'est coronaire elles doivent être
grosse et souvent il est capable d'en
faire deux ou trois étages voire même 4e
qui partirait de la deuxième travail
vous pouvez gratter ok la coronaire et
puis vous allez voir tout un tas de six
ouvriers tout un tas de systèmes
racinaires secondaire qui se met en
place et en fait c'est celui-là qui
vient se nourrir dans la litière
maintenant la plante elle a des facultés
de remontée de l'eau d'envoyer des quand
vous venez le matin là c'est liquide
gras qui souhaitent des coronaires et en
fait elle va alimenter tout le système
bactéries autour de ça de son système
racinaire
et ce système racinaire secondaire puis
va il va progresser dans la litière à
l'abri de la lumière et il va se nourrir
de tous les
de tous les nutriments qu'elle adore
donc on voit que la dégradation n'a pas
aidé à démarrer ici on a des champignons
père livres et de l'autre côté de la si
on regarde les coronaires déjà ils sont
beaucoup plus faiblarde dans le terme de
le potentiel et les systèmes racinaires
secondaire qu'à vous grattez audois vous
avez du mal à les avoir opérationnel
c'est à dire ici la plante elle est
obligée d'aller très très loin aurait
enfoncé ses racines puis réussir à se
nourrir
donc là il y en a un petit peu et on
voit vite comprendre que la couche
unique
kiala ici elle fait défaut c'est à dire
on a de la nutrition en moins et en maïs
qui va souffrir
autre débat les coronaires s'est
déplacée des systèmes qui ne supportent
pas la mise au soleil fait un moment
donné il leur faut de l'ombre pour
progresser parce que celle là elle
pourrait être on pourrait elle pourrait
se faire griller très facilement avec un
apport de soleil donc les semis à 41,80
quelque part une nous handicape si on ne
fait pas des gros volumes de maïs en
maïs il faudrait qu'ils fassent
systématiquement entre 4 et 5 m jobs et
pour faire ça il faut envoyer de la
fertilisation et la fertilisation qu'il
faut pour un maïs comme ça c'est
exclusivement à base d'urée tous les
nitrates tout n'est comment dire toutes
les fertilisations à base de nitrates
on a eu de mauvais résultats alors ça
c'est pour d'autres raisons qui sont
liés à la forme d'azoté qu'est ce qu'on
peut dire encore regardé le maïs quand
on le regarde par dessous il est en
train d'essayer de tirer des racines
c'est à dire en règle générale il fait
une racine principal et puis ensuite des
racines secondaire et ses racines là il
faut qu'ils aillent le plus profond
possible parce qu'elles sont capables
d'aller chercher de l'eau si on regarde
les tiennent ici on les voiles sont très
blanche très puissante etc
si on les compare en puissance ça ça
fait le double quasi de ça et donc votre
avis par le même ratio de carbone
non non et puis même le
ce sera pas le même ratio de change de
sucre et cetera donc de réinjection de
carbone dans les sols et un moment donné
les la puissance des systèmes racinaires
on devine quand on fait les profits ici
elles sont facilement admettre qu'elles
vont s'arrêter dans l'alliance et le
sait ce qu'il appelle le grep le globe
c'est la llose et en fait on avait
remarqué qu'à travers la succession
découvert etc
on était capable de traverser l'alliance
aujourd'hui chose que il ya dix ans ou
15 ans on n'avait pas constaté est donc
dans ces dossiers là bas aujourd'hui
après le dernier reflex à regarder c'est
votre terre si je prends une mante ici
je vais trouver très peu de radis celle
des partis un petit peu oxydé l'envoi
des plans des taches de rouille va ça
c'est lié à des systèmes qui sont allés
de temps en temps hydromorphes parce
qu'en fait c'est des systèmes qui ont
peu de structure si on met ça dans une
si on fait un test de stabilité
structurelle comme on a fait hier au
jardin de sa faune en dix minutes il ya
plus terre et ici vous allez avoir des
agrégats isolé question ça me plaît mais
non mais pose le parterre 1 est ici vous
avez une différence énorme dans la
structuration de surface regarder votre
terre elle est en train de se elle
devient foncé la matière organique s'y
remet dedans
et quand vous casser ces mots tu l'as
fait elles sont on voit la matière
organique progresse de dents avec les
systèmes racinaires à chaque fois que
vous allez casser vous allez retrouver
des racines donc le cumul des racines et
l'intensification sur les systèmes
racinaires c'est en train de nous
structurer correctement le sol ici en
avait 20 ans voilà donc bon je sais pas
si on fait de la terre mais globalement
entre ça et ça on voit bien que ce
travail agronomique il est payant
puisqu'il va nous permettre finalement
des plantes du simple double et après on
a un coeur énorme c'est à dire que la
paille la biomasse appelle la biomasse
c'est quelque chose qu'on comprend pas
bien mais plus en or mais plus ça pousse
c'est pour ça les questions c'est tu
mets des hautes densités en fait de tout
ce que tu sèmes d
depuis peu oui mais on voit bien c'est
pour ça je pose la question c'est
quelque chose qu'on ne fait pas
systématiquement parce qu'on économise
déplacement ce alors qu'on ne devrait
pas le premier investissement se mettre
un paquet mais en train de travailler
les blés exactement de la même manière
avec des 350 grands et des gros grain au
mètre carré donc on arrive à 200 kg de
blé ce n'est comme on s'aimerait tombe
les l'idc plus y'en a mieux c'est et la
fertilisation tout de suite pour qu'il
pousse comme une fusée donc c'est on
commence à comprendre que c'est laid
haute densité
ce mec qui vont nous faire finalement la
réussite du désherbage le contrôle des
adventices et c'est parce qu'ici
finalement les mauvaises herbes et ya là
dedans ce qu'est ce qui va t'arriver
avec ce type d'adventices maintenant à
la récolte du maïs en béton ça va faire
plus et donc ça va pas se développer de
plus voilà et donc à la récolte du maïs
qu'est ce que tu vas faire tomber la
manière
les cannes seront alors avant de les
broyer maintenant même à la limite on se
rend compte que
ça ne sert pas à grand-chose de broyer
puisque
puisque la vie biologique dégrade
dégrade même les caennais ont broyé
alors c'est du carburant l'emprise de
broyer alors ça fait joli ça fait propre
monde sauf que bonsoir on s'aperçoit que
c'est pas forcément indispensable alors
ça peut l'être dans le cas où on s'aime
à la volée c'est vrai qu'on se mit à la
volée b6 hongrois après les carnets de
maïs des permet d'avoir une super relevé
avec eux donc donc sa ceinture et que ça
veut dire de pair avec une racine de
l'emprunt lors absent donc toi tu broies
a quasiment plus les parents ont donc
tout l'art se met à couvert
alors là il va y avoir c'est au récoltés
un couvert va être ressemer où il la
foulée parce que là l'an prochain il y
aura non non non la y aura du blé ici
d'accord y aura doublé non là je dis une
connerie c'est à côté où il ya le soja
qui aura du maïs donc tu vas y aura du
blé fin du blé le mélange de céréales
dans les marchés et qui sera semée dans
mais sitôt le
le maïs récolté dans la foulée toutes
tes adventices qui sont là y compris du
real qui a fait alors alors
c'est vrai que le problème justement
c'est ce fameux rire gras
lové gras c'est beaucoup plus facile de
s'en débarrasser avec un petit chouia de
griffo l'automne que de le laisser et de
désherber après la culture parce que
souvent mais leur impose de gros soucis
et on voit par ici a même des regrets
qui deviennent résistants les gars ne
peuvent plus sur les sortir des
parcelles et c'est vrai que dans ces cas
là on s'aperçoit que
un petit coup de c'est ce qui s'est
passé l'an dernier j'ai mis
sur les cinq hectares que j'ai reçus
mais l'automne il ya que les 20 hectares
et qui ont reçu 1 litre au litre et demi
de glee faux
les 20 hectares qui étaient en blé il y
a que cela qui en ont reçu un peu et
après le blé n'a pas été désertée par la
suite
donc voilà alors voilà par rapport aux
débats du griffon c'est vrai qu'en
attendant on peut dire aussi
voilà est-ce qu'il vaut mieux mettre une
l'ifo à faible dose à 1 litre et ne pas
avoir à désherber la culture après où on
met pas de glee fort on laisse la
parcelle salle et après il faut
bombarder un herbicide pour nettoyer le
blé quoi voilà c'est un peu le débat
qu'on peut avoir
mais c'est vrai que quand c'est pour
implanter un couvert en principe il n'y
a pas de désherbant
il imagine alors les limaces b
moi j'aime bien les limaces il en faut
pour que le sol fonctionnait bien dans
la moelle me dérange pas trop
il faut pas qu elle bouffe les cultures
c'est vrai laure sur mon diaporama
d'ailleurs j'ai une belle limaces rouge
là sur un bon paillage avec un beau pied
de maïs à côté
c'est bon ça me dérange pas à partir du
moment où housse est contrôlé par la
part l'activité naturelle du sol alors
après c'est vrai que voilà quand on est
quand on a en face un agriculteur qui
nous lie ouais mais moi je me suis fait
bouffer tout ma culture il a fallu que
je re sem
bon oui c'est vrai que dans certains cas
ça peut être problématique mais mais ici
bon je sais je serai pas vous donner
l'explication mais c'est vrai qu'on n'a
pas vraiment été embêté par les limaces
j'ai jamais ressemer
j'ai jamais reçu mais alors si là je
mentirais géré semis du maïs une fois
sur une parcelle
on avait de l'expérimentation on avait
des variétés il y avait une trentaine de
variétés la parcelle a été semée en
avril et début mai on a eu de la neige
on a eu de la neige et on a eu quinze
jours de pluie très froid il a fallu
rallumer le chauffage est tout bon là je
peux vous dire le maïs il avait de fait
il est devenu tout journée et là sur les
trente variétés
il y en a six ou sept qui se sont fait
complètement bouffé par le par les
limaces alors là j'ai repris le semoir
est géré ce bébé les bandes les six ou
sept bandes qui avait et il ya des
variétés qui n'avait qu'il n'était qui
était intact oui voilà alors là aussi
mais voilà là aussi c'est quelque chose
que l'on connaît pas il ya aussi une
dans une même espèce il ya à priori
soucy d'appétence il ya des variétés qui
sont plus sensibles que d'autres
ça c'est un domaine b qu'on connaît pas
mais bon qu'il faudrait peut-être
étudiés voilà autrement hormis ce
problème là c'est vrai qu'on n'a jamais
reçu mais l'automne il ya jeunes à mais
plus depuis très très longtemps je me
rappelle plus la dernière fois que j'en
ai mis d'ailleurs et au printemps le
maïs il ya que le maïs qui en reçoit le
soja là cette année n'a pas reçu et
loriana il ya des limaces et il ya des
limaces et comme dit ok on va regarder
le sol on va trouver du taupe est il ya
de tout il ya une biodiversité de
manière qui est indispensable dans le
sol mais voilà il faut qu'elle soit
régulée par un écosystème et
alors après pour le taux plein par
exemple bon voilà quelle est
l'explication alors qu'il ya du taux
plein et qu'on n'a pas jusqu'à
aujourd'hui on n'a jamais eu de souci
bon certains vont vous dire que
quand on est insolent travailler mais
quand on sème le maïs mais il rien à
bouffer pour l'auto pnd complet sur les
les graines de maïs mais tout le monde y
va de suez
voilà
un semi directe common vous voyez il ya
toujours des résidus sur le sol dans le
sol des racines fraîche des racines en
voie de décomposition dont il ya un
garde-manger qui est qui est important
est ce que c'est ça qui explique que
quand on s'aime du maïs on n'est pas
embêtés je n'en sais trop rien c'est une
hypothèse mais bon
voilà on sait pas exactement ce qui se
passe mais c'est vrai que
voilà que ce soit limaces ou insectes du
sol topping notamment bon on a pas on
n'a pas de souci particulier après
voilà on ne sait pas de quoi demain sera
fait il se peut que peut être un jour on
soit obligé de reprendre un insecticide
pour telle ou telle raison j'espère pas
j'espère pas mais bon on sait on ne sait
pas quoi et ce qui est sûr on disait et
sont venus sur le foutu oui on disait
aussi n'exporte pas ta paille pour ne
pas finir oui oui c'est intéressant
parce que moi j'ai même des photos l'an
dernier pendant cet aspect peau que si
dans le dans le soja
j'avais photographié des leçons comme ça
ou envoyer des champignons blancs
carrément des pointes de moisissures
blanches des champignons sur les pailles
rossa loyer trop si elle était là le
ghana 0 non là oui oui oui voilà ouais
ouais ouais mais en fait on travaille
là-dessus avec les gars du maraîchage
puisqu'on s'est fait poser la question
capte ne met pas deux autres d'où vient
la zot et en fait on sait aujourd'hui
que la paille quand elle va passer de
jaune et noir on à voile arrive là le
noir arrivent en fait c'est attaque par
les autos bactérie clostridium et où les
fixateurs libre d'azoté qui vont
finalement hydrolysées le carbone fait
qu'ils vont le manger tout simplement et
qui vont récupérer par réaction chimique
l'azoté de l'air et là on le voit le
mécanisme égard août on voit les on voit
le noir qui revient ça se fait sur le
sol sous la litière avec le général est
plus à l abri de la lumière plus vous
êtes capable de capter biologiquement de
la zot les bilans sont monstrueux on
pense que ça peut représenter 300 unités
d'azoté à l'hectare peut-être plus donc
à force de mettre de la paille à un
moment donné l'hypothèse centrale c'est
qu'on n'aura plus besoin de légumineuses
dans les couverts c'est ce que dit un
petit peu
lucien aussi c'est à dire un moment
donné on n'a peut-être pas assez
capitalisé sur les graminées la paille
pour finalement améliorer les
couvertures et nourrit rapidement des
sols dont le paysan et durant dans le
compromis a zot pa mhr récupération par
les cycles biologiques et là vous le
voyez ça se décompose les feuilles plus
vite mais
tige de toute façon et ils vont aussi
norsys du coup ça te fait une soupe ça
le ver de terre il va commencer à venir
manger c'est ce qui va venir essayer de
manger puisque c'est sur n24 c'est lui
qui va l'assimiler il est donc là
quelque chose d'intéressant puisque
finalement il va il va manger une
bouillie de bactéries de protéines
animales du coup pour se nourrir tout le
monde mange de la viande dans ce système
là et ça c'est très compliqué à
comprendre parce qu'on pensait que ça
marche sur du lpk et puis finalement non
ça marche sur de la biologie et de la
protéine qui finalement ce les bactéries
c'est la protéine animale
on en connaît un petit peu malheureux
avec toutes nos connaissances c'est à
dire comment on colle les nouvelles et
la biologie finalement ne fonctionne pas
tout à fait comme nos systèmes npk mais
bon c'est intéressant parce que moins on
peut le voir en direct
là on le voit c'est tout noir au ras du
sol et donc la manière on peut très
facilement éduquer une nouvelle pratique
puisque tout se voit on voit la taille
des feuilles regarder ses dunes
quand je compare ces deux feuilles là
c'est du simple double donc et tout ou
le maïs il me le dit c'est à dire un
moment donné c'est cette plante là elle
souffre parce qu'elle a génétiquement le
même potentiel que celle là d'autres
auteurs de l'épée oui ben toute façon il
est là et puis le tien doit il est il
est
mais ça c'est facile justement pour les
blaireaux les sangliers pour récupérer
ça ici c'est déjà un petit peu plus
compliqué parce km mais il faut aller le
chercher
c'est donc ils vont commencer par le
champ du voisin n'ont pas la même je
sais pas laquelle il à maisdon enjeux
sociaux voient que c'est pas la même par
contre voilà ce que je voulais dire
c'est aussi c'est que le pain qu'on est
ici ici l'an dernier il ya demain il
aussi donné un deuxième avis un maïs de
cette taille
donc on n'a récolté que les filles donc
qu'est ce qu'on récolte nous que les
pies une gare de kehl épi part cela les
steelers on récolte que les filles tout
le reste en reste au sol dont il faut
s'imaginer que l'an dernier au mois
d'octobre on a mis au sol
j'ai toute cette végétation là c'est à
dire l'ordre de 10 12 tonnes et on
regarde quand on regarde mais il reste
il aime l'alizé ah ouais c'est
impressionnant comme comme le sont les
capable de digérer le digérer après j'ai
une question là parce qu'on voit
quelqu'un maïs qui ont défailli trou et
là vous voyez autour de vous donc ça
c'est des attaques de pyrale parce que
tu es embêter beaucoup avec ça que tous
les ans il y en a un peu mais bon
honnêtement alors on reçoit tous des des
messages d'alerté
pour traiter ce fait pour cela bon
honnêtement
jusque là je m'en préoccupe pas après
c'est vrai que c'est sûrement beaucoup
plus préoccupant la monoculture de maïs
bon mois au pire des cas il ya deux maïs
qui viennent en suivant après bon il ya
quand même une rotation
honnêtement honnêtement je ne m'en
préoccupe pas mais bon après voilà on ne
sait pas il peut y avoir un jour
il pourra peut-être y avoir une
explosion sera obligé de faire quelque
chose
voilà on ne sait pas de quoi demain sera
fait il faut pas il faut jamais dire
source je ne boirai jamais de tonneaux
et même si tu avait ingéré de la pyrale
dans des maïs de cette taille
comment tu ferais ça reste pas là après
pour passer avec un engin c'est un agent
dont je vais te dire que devient
difficile et aime bien fort un schéma
conventionnel
une fois
il ya un essai qui a été fait autour des
bulles à part mais c'était un organisme
ce qui fait des expérimentations là pour
d'autres firmes et ils ont fait
justement d'un traitement comme ça ou
même deux traitements insecticides et
alors les grands mais c'était s'étaient
ils étaient protégés de la tête aux
pieds avec combinaison de masques il
avait un petit plus élevé sur le dos une
violence et la rampe au dessus de la
tête est passé comme ça maintenant je
sais pas ce qu'ils ont s'ils peuvent
toujours le faire savoir ils étaient
protégés mais enfin quand même moi je
peux te dire que j'étais je suis pas
rentré à la parcelle et après je te
demande
apparemment il ya eu aucun résultat
significatif parce que je lui avais
demandé quand même de me donner des
résultats
j'ai les résultats j'ai pas pu les
emplois et après un gars m'a dit ruth
manière on n'a rien vu on a regardé pas
de différence donc tu vois en définitive
c'était pas pour ben quoi c'est comme
pour les autres retards aussi une frappe
avait il ya une expérimentation qui
avait été fait avec d'une aux autres
retards bon l'appareil et on le sait au
contraire quasi le plus nul de tous il
est vrai est au contraire à btb
justement une fois aussi tu m'avais fait
il m'avait procuré un produit mais
c'était qui était minable parce que mes
la zone justement il faut qu'elle soit
c'est pour ça que là
j'ai pas dû le dire dans l'azoté les
elle est mise
elle est appliquée au moment du semis
c'est à dire que c'est le seul noir qui
me localise les autres à côté du rang à
cinq centimètres durant les 5 cm de
profondeur
voilà ce qui permet d'une part de
supprimer quasi les pertes par vos
talents mais un jour la vérité
et voilà et parce que là on avait vu
aussi dans les différents essais que que
si on n'est pas en plein ou pas avoir ce
faire il faut utiliser d un autre
protégé style nexen mais ça coûte
beaucoup plus cher
par contre une simple réutilisées
e
et notamment au lancement précocement
donc été localisé dans le sol mais donne
de très bons résultats
voilà et il faut qu'elles soient
localisés de bonheur alors là à là on
est alors née aujourd'hui à 180 unités
180 unités d'azoté
don pour viser les 140 alors là a priori
on pourrait baisser encore un on
pourrait baisser mais là je n'ai pas
baissé et stagner parce que je me suis
dit je garde les 180 pour essayer de
viser les 50 quintaux alors ils seront
là j'en sais rien
peut-être pas mais voilà parce que
si l'expérience quand même qu'on a c'est
que quand un niveau aux autres quand on
veut trop baissé chercher des économies
mais on passe à côté du potentiel quoi
on perd en rendement et
et dans le secteur de marciac là on a un
bel exemple la voilà un agriculteur qui
qui
penser justement que en allant très loin
dans la réduction d'empreinte qui
pensaient que ça fait drôle allez lui
amener quasi tous
ne mettez pas suffisamment d'azoté et b
sauf que les rendements et ça lui
arrivait de tourner à 70 quintaux de
maïs quoi avec de l'irrigation et ça
c'est assez pas dans quoi las et voilà
il faut il faut quand même préservé leur
en demande
voilà oui oui alors oui après bon après
les 40
oui oui après bois la presse et tous les
40 c'est de rêver après oui après ben
voilà il faut pas il faut l'enregistrer
en deux fois
mais après voilà sachant que sachant que
de toute manière
et pendues en une seule fois dans ce
type de technique de semis direct on n'a
quasi pas de pertes alors que fractionné
en deux ou trois fois un système travail
du sol s'il ya des orages de la vo thanh
volatilité on en perd énormément quoi
c'est pour ça que même le
l'ancien ministre agriculture disait
ouvertement que la directive nitrates
n'était pas du tout adaptée à cette
technique là tout serait à refaire
sauf que b pour refaire pour refaire des
textes les cils c'est pas aussi facile
la réforme va aller sur le chemin
disposer et puis il ya des questions qui
vont vraie question comment
oui oui ouais ouais enfin des sacs
oui bon là je vois mon à l'on a fait on
a sommé quasi 80 hectares
en quatre jours et demi parce qu'on
avait un créneau très très étroit parce
que là on attaquait le 18 nov
et là j'ai vu qu'on avait souffert en
mars mais n'a pas annoncé de la pluie
pour la reine de la semaine voilà je me
face au tollé
et
le semoir mais ma tête bonsoir soir 2-3
était de 3 heures du matin on n'arrêtait
pas et c'est vrai que alors voilà c'est
surtout là c'est surtout ils
approvisionnent ovale de la zone tolérer
vient sort du bois
ouais ouais on arrive à les faire du web
un jour on le sait parfaitement de la
conduite des prairies en élevage et
quand vous adoptez vous avez intéressé
200 jours vous en mettez un bon paquet
parce qu'en fait il faut plus de deux
mois pour que tommasone soit absorbé
utiliser transformer en maths et en
protéines assimilable par l'animal sinon
tu fais que de la zone soluble etc d
azote toxiques puisque tu la plante elle
a pas le temps de métaboliser
correctement donc la zone doit arriver
tôt et en semis direct on a arrêté le
fractionnement tout vient au monde
marque terminé voire même avant dans
certaines régions parce qu'on sait
qu'après c'est sec
donc tu en azote il n'est pas utilisable
correctement il faut qu'il soit dans la
solution du sol et on travaille avec un
petit peu de starter ils ont les
sulfates d'ammoniac on a beaucoup de
calcaire ça signifie bien mais ça envoie
du soufre ou azote souffre et pour
démarrer tapez lente et quand elle est
bien verte boom
tu mets la solution c'est la solution 39
c'est le meilleur que tu as tout paf
terminée et après tu vas dormir temps
oui mais parce que ça marchait super
bien ça marche bien on sort tous les
bilans tout va bien on fait de la
protéine à nouveau et on s'embête plus
avec le fractionnement parce que ce sont
des techniques improductives qui font de
la mauvaise qualité en plus donc tu
gaspilles tout et après tu as des
reliquats qui en plus fait à l'automne
quand les gamètes pas découvert idée
shom enfin toutes les conneries vont
avec
maintenant c'est catastrophique et donc
tu dois on recommence à travailler il
faut de l'urée pourquoi parce que l'urée
sa faune sa lessive pas ça rentre dans
la solution du sol et finalement tu as
deux mois pour minéralisés de lure et
donc quand la plante en a besoin c'est à
dire montaison de quoi l'avoir si tu
l'as mis très tôt donc un effet retard
met à la bonne forme d'azoté tapas 2030
les nitrates c'est toxique
voilà on va faire le ménage dans la zone
c la boum boum contre les nitrates
c'est
ammonitrates égale poison et un
productivité des systèmes agricoles
y a que la prairie qui a le droit d'en
prendre et un petit peu en starter fois
et ça ça va être terrible pour les
paysans c'est le problème par rapport à
la réglementation c'est qu'aujourd'hui
on est peut-être 1% à faire ça et alors
c'est difficile de se faire entendre le
jour où il y aura 10 15 20 % mais là
peut être que les autorités nous dire où
m virons oui c'est vrai que ce qu'ils
font c'est peut-être pas coupe mais en
attendant on y reviendra jamais assez et
lors de ce cercle vertueux
combien vous avez converti au combien
loi sur la commune aucun aveu sur la
commune aucun par contre bon cheval sur
le territoire français je pense en avoir
converti quelques uns alors combien je
ne suis incapable
mais ça fait plaisir des fois de
rencontrer un gars par la dir bt suite à
une visite il ya un terrain donné mais
voilà j'ai pris la décision tu m'as
convaincu bon mais voilà après dire
combien je sais pas du tout si aucun
mais en nombre sur la commune aucun
aucun aucun mais après bon après quand
on discute entre nous on s'aperçoit que
c'est partout pareil quoi c'est partout
pareil loi on le fait ensemble et c'est
exactement ça
le plus ancien là
jean claude et son fils anthony là qui
est à montlouis sur loire près de tours
aujourd'hui c'est mille hectares un
semis des règles c'est quand même
référence nationale contenir et b son
beau frère qui est son premier voisin
qui laboure encore donc bon là on se dit
même son beau frère n'a pas hésité voilà
voilà
et là là on se dit bon voilà pourquoi
ils sont pas faucher est loin de là mais
non mais bon après voilà c'est dans la
tête après après il faut il faut pas
forcer les gens il faut que ça vienne
d'eux il faut que ce soit eux qui parce
que moi je m'en suis aperçu en 2001 lac
en jeu quand je faisais un peu le tour
de france là pour me renseigner l'âge
amener quelques agriculteurs pas de la
commune mais des communes voisines la
queue
je pensais qu'ils étaient susceptibles
de comprendre de faire le pas alors sur
le coup oui quand on était là en
visitant réunion d'information bon il
était quand on rentre et il était
enchanté voir et puis après quand ça a
été le moment parce que l'idée c'était
d'acheter un semoir ensemble parce que
quand on démarre surtout à ce moment là
quoi il nous fallait obligatoirement se
voir parce qu'il n'y en avait pas ni un
climat n'est ni chez les entrepreneurs
voilà il fallait pas laisser qui paie
quoi
et ben voilà et puis quand on est alors
même si on sait que à terme biens
diminuent fortement le coût de
mécanisation
mais la première année on n'augmente pas
ce qu'on va pas vendre forcément la
première année met la charrue les airs
surtout pour acheter le seul noir qu'on
commence par acheter le semoir et puis
après 50 quand on comprend qu'on a fait
le bon choix
mais là on peut se permettre de vendre
même le gros tracteurs deux ou trois ans
après je les vends du parce que je
voyais que je m'en servais plus mais au
début la première année il ya un effort
à faire quoi un effort financier à faire
alors l'idée voilà c'était de c'était
justement de pouvoir de convaincre
quelques gars et pour acheter un semoir
quelques-uns deux ou trois ou quatre
éventuellement sauf que j'ai pu en
convaincre aucun aucun aucun donc malgré
tout parce qu'avant on disait on va les
rendements stagnent ou sont surpris oui
oui mais également les rendements elle
vient d exception des rendements
baissent me suffit de regarder
mais même ça c'est pas rêver là c'est
mal et c'est quoi les projets pour les
deux trois quatre ans à venir là tu
arrêtes tout sûrs labour tu bonne blague
c'est quoi ces projets tu connais la
réponse mon nom les projets non les
projets c
le projet le projet c'est surtout
d'aller beaucoup plus loin dans la
réduction de
notamment des herbicides de voix par le
contrôle des adventices se parler par
les couverts quoi c'est je pense que
c'est ça l'idée principale tout en
nommant tout en continuant de
essayez de faire progresser encore et je
pense justement que en même temps 7 7
s'est couvert l'a logiquement devrait
faire progresser aussi le rendement
après bon c'est vrai
après bon c'est pas ça s'arrêtera un
jour j'en sais rien mais bon après bon
voilà 140 quintaux pour une maille sais
rien le record pas sur les trois années
on est loin c'est comme si on ya de la
marge il faut savoir que pour avoir un
record c'est une parcelle de 300
hectares de 33 secteurs de trois
hectares avec l'huissier et tous
constaté dans ses pages ardennes c'est
quand même trois hectares quoi sert un
record enregistrés et ils ont passé les
300 quintaux sont passés donc bon on a
encore quelques quintaux a gagné à
gratter quoi et où ça nous ça nous parle
puisque après bon après on ne sait pas
voilà mais moi je suis sûr que je suis
sûr qu'il ya encore il ya encore une
petite progression à faire après voilà
ici ce qui va quand même limiter un peu
c'est cette faible épaisseur de terre
soit quand même c'est ça va quand même
un frêne
voilà on sait très bien qu'on ne pourra
pas battre les records bon on est quand
même dans une dynamique la ration du sol
l'appel du sol vers des plantes géantes
c'est comme si nous on nous disait il
faut que les frênes s'arrête de pousser
à 6 m c'est donc du l'idée de cette
énergie supplémentaire
enfin moi je vois des plantes là qui
sont somme toute assez grande dans le
bois on va y aller d'ailleurs
donc ça ça nous intéresse il n'y a pas
plus de sol dans le bois d'ailleurs
souvent il ya des bois le sol est encore
plus mauvais et on a quand même des
plantes qui exprime du 35 edu 40 m je
mélange pas tout mais je me dis qu'il ya
une expression là bas qui est
intéressante
tu reçois aujourd'hui beaucoup
d'agriculteurs dans des groupes
d'agriculteurs tu reçois beaucoup de
groupes d'adultes heures qui viennent
avec leurs chambres qui viennent avec
leur kop des instituts techniques la
recherche l'institut est devenu
formateur est ce que est ce que ça
commence à bouger
est-ce que ça se sait quoi ton sentiment
là tu n'as rien peu partout en france
c'est ici là maintenant il ya de plus en
plus de
quand même de prise de conscience bon se
représente encore un faible pourcentage
jeu c'est sûr mais un peu partout quand
même il ya eut commencé à avoir une
petite dynamique qui justement commence
à entraîner un peu les chambres et les
coopératives puisque mais ils sont
obligés de le déléguer une ou deux
personnes justement à ces groupes là
parce qu'il peut pas les abandonner
alors après
bon il faut ils font ce qu'ils peuvent
c'est sûr mais on voit qu'il commence à
y avoir une petite dynamique quand même
après il est sûr à mon avis ça devrait
s'accélérer à mon avis parce que bon
quand il ya un pour cent qui montre
l'exemple
bon c'est pas beaucoup quand il ya 2 %
bien un peu plus le jour où il y aura 10
% là je pense ce que 10% ne devrait
quand même à motiver de plus apte dans
l'autre c'est pour ça qu'au brésil par
exemple en argentine en amérique latine
mais aujourd'hui ils sont à 80 90 % en
tranches de 100 dans certains secteurs
parce que mehmedi sont pas arriver du
jour au lendemain quoi ils ont mis ils
ont mis un plus de 20 ans
et là ce que j'ai appris aussi malgré
qui malgré qui est
30 ou plus de trente ans de de recul et
de formation de personnes qui poussent
là il ya quelques années de ça une
grosse association l'ajustement c'est
libre maintenant mais il y a
il ya un gros pourcentage qui le fait
donc on peut on peut lever le pied au
niveau formation au niveau on peut lever
le pied quoi et puis là ils se sont
aperçus que certains repartent est
presque en arrière voit donc ils ont
repris un peu la baie le flambeau pour
continuer appuyez parce que mais voilà
malheureusement il ya des agriculteurs
mais les pionnières comme on dit qui y
vont une seule parce que mais voilà ils
ont compris que c'est ça mais après il
ya les autres baies qui a par amman il
faut il faut qu'il ya toujours une
pression derrière pour les motiver les
aider et après après voilà moi j'ai vécu
mon j'ai vécu cette expérience cela ou
pendant trois heures mais on a fait ça
seul aucun appui personne à personne
pour nous appuyer
c'est vrai que c'est pas simple bon
après on a rencontré une structure qui
nous avec nous on peut aider
et puis après voilà en connaissant tout
un tas de deux personnes dans un contrat
de lucienne voilà on a rencontré pas mal
de deux personnes qui aujourd'hui mais
c'est vrai
nous apporte la bonne parole comme on
dit
mais il faut il faut continuer quoi mais
moi je pense qu'aujourd'hui c'est quand
même beaucoup plus facile justement pour
ceux qui démarrent la maintenant parce
qu'aujourd'hui on peut rejoindre un
groupe un groupe d'agriculteurs qui
s'impliquent et on le voit mais au
travers d'un état par exemple
quand on se rencontre régulièrement mais
il ya une dynamique quoi au sein du
groupe on peut échanger entre
agriculteurs échanger des informations
ce qui a marché ne pas marcher pour se
motiver aussi parce que le pire c'est
l'isolément et
et on le sait dans notre métier
isolement peut finir mal à l'extrême
c'est très très mal quoi voilà et voilà
il faut surtout pas il faut éviter cela
il faut éviter l'isolément mais on en
étant dans un groupe et être appuyé par
des personnes b compétente c'est vrai
qu'il ya moyenne il ya moyen d'avancer
et puis ce qui fait plaisir aujourd'hui
c'est de voir des gars qui démarre dès
la première année dira bien je suis
content j'ai pas d'essai en rendement et
ça c'est déjà un grand pas parce que à
une époque moi j'ai connu l'époque où on
nous disait il fallait accepter une
baisse de rendement au départ avant que
le système se met en place
aujourd'hui on gagne déjà pas trop drôle
voilà et
et aujourd'hui je suis convaincu que ça
c'est faux si on démarre sur une bonne
base
je suis convaincu qu'on ne doit pas
baisser en rendement alors faut pas non
plus tromper les gens en disant qu'ils
vont prendre 20 % la première année
c'est pas ça mais déjà le fait de pas
perdre ou peu de choses c'est déjà un
grand pas quoi les déguiser voilà après
après voilà ce qu'il faut ce dire moi
c'est ce que je me suis dit au départ
quand j'avais dans le constater cette
baisse de fertilité des sols pendant x
années et que j'ai compris là comment
vous pouvez inverser cette tendance moi
je me suis dit si on peut inverser
mais logiquement un jour on devrait
faire plus avec moins c'est à dire on
devrait faire un peu plus de rendement
avec un peu moins d'intrants sans savoir
combien de temps ça lui m je ne savais
pas si ça allait mettre 5 ans 10 ans
d'un tank
je ne savais rien à ce moment là et est
aujourd'hui moi je suis convaincu que ça
peut aller beaucoup plus vite que qu'à
l'époque quoi parce que même l'âme
depuis 2 ans de 3 ans mais on est en
train de d'augmenter considérablement la
productivité découvert et c'est ça qui
fait la différence parce qu'avant il n'y
avait pas de couverts d'été il y avait
des couverts hivernaux qu'on détruise et
souvent c'était au 15 mars parce qu'on
était susceptible de démarrer le soumis
au 15 avril
donc à ce moment là c'est voilà c'est
des petits couvert et il y avait
peut-être trois tonnes
quatre tonneaux mieux de matière sèche
cheveux et
mais aujourd'hui quand on est sur un
couvert
là il y avait un couvert avait du cercle
de danse qui faisait 2 mètres de haut et
20 cm au-dessus de moi
et là on était vraiment parfait de peser
parce que bon commencement 80 hectares
dans quelques jours on a d'autres choses
à penser il fallait se met avant que la
pluie reviennent quoi mais bon à mon
avis on était à je pense entre 10 et 12
fois plus près de 12 mais bon on n'a pas
fait de peser quoi voilà 10 12 c'est
autre chose que 3 4 ans et plus après un
couvert d'été qui quand il ya une
couvert d'été sur les blés qui est
capable de produire de produire
encore plus c'est comme vous avez vu
vous avez vu le couvert remet le couvert
d'été il faut qu'il soit même
considérablement même amélioré quoi
parce que l'abondance des espèces qui
ont été toutes quasi acheter
donc voilà on ne peut pas se permettre
de le semer trop trop dense parce que
sinon ça nous coûterait 200 euros ha et
melide et justement c'est de se produire
des certaines légumineuses la même des
haricots voilà il ya des bricoleurs qui
ne peuvent être intéressants et ce sont
des plantes qu'on devrait pouvoir se
multiplier et pour avoir des découvertes
très très performant et c'est ça qui va
nous faire la différence sur une
multiplication
alors là on est
oui oui oui mais non non mais pour le
maïs
non non ça c'est ça c'est des sas et de
la semence e commercial e ça c'est des
hybrides et ouais le ce que vous avez pu
voir sur sur des vidéos c'est
c'est maïs
maïs population brésilienne à celui qui
fait ce fameux maïs qui fait 5 mètres de
haut 5 mètres de haut avec des épis à 4
m il faut s'imaginer un peu le maïs pc
voilà mais c'est un maïs qui n'a pas de
projet d'une grosse productivité parce
que les populations c'est vrai que c'est
compliqué quand même on a eu l'occasion
d'en essayer d'autres froid
malheureusement c'est compliqué waouh
parce qu'on n'est pas tombé sur les bons
nos populations
mais celle là notamment c'est une
population très tardive en dix sept à
huit cents donc voilà on n'a pas assez
de durée d'ensoleillement voilà alors ça
fait une végétation colossal il pourrait
même être encore plus haut à mon avis
parce que les épis sont à 4 mètres mais
au dessus de l'épi les entraîneurs sont
très courts dont on voit que le cycle il
a passé des données parce que toute
plainte
par instinct de survie finissons cycle
quoi pour pour se reproduire et hongrois
que mais il a manqué d'ensoleillement
c'est justement
univers de montardon qui me le faisait
remarquer les entraîneurs de ce délai
pis on a montré les ja il reste encore
je puis c'est tout il fame et qui sont
presque les unes sur les autres sur un
mètre de haut est quoi et de 4/5 m alors
que s'il y avait eu la température et
degrés pareil au mètre de plus que frey
s'arrêter on est inquiet de tennis de
s'y mettre quoi et mais voilà alors le
problème c'est ça c'est que anaïs c'est
vrai que pour trouver des populations
non productives en reine c'est un peu
plus compliqué
il doit y en avoir mais au facteur
limitant ses longueurs de production oui
il est méticuleux
alors après voilà ça c'est des maïs qui
peuvent par contre être intéressant pour
pour de la biomasse dans découvert ça
par contre
voilà ça par contre alors après 6 alors
ça on peut leur produit on peut le
on a multiplié un peu alors l'an dernier
il y en a qui l'a fait là j'en avais j
en avais donné une poignée là il en a
multiplié si on peut on peut mais
ça arrive très tard quand il veut finir
de les faire sécher pas se soigner
il arrive un peu tard après moi après ça
reste des populations c'est à dire que
on a eu vue mais par exemple sur sur une
faute on là que j'ai jeté un homme pied
le pire est que je tienne il a quatre
épis c'est hallucinant
mais à côté il ya deux ou trois pieds
qui n'ont pas les pis c'est pas le
problème des populations voient ces
c'est ça ouais après après vous voilà il
ya sûrement un prêt l'an dernier c'est
pareil là j'ai reçu
8 populations en provenance du brésil
alors si tu es jolie parce qu'il y avait
des grains rouge il y avait un peu de
tout comme coloris mais quelques graines
quoi et il y avait une petite table on
peut la pochette pour chaque population
et mais bon je les ai reçus
un peu trop tard on a mis ça au jardin
bon finalement il n'a pas pu arriver à
maturité
c'était un peu tard mais c'est un peu
comme celui que que j'ai hélas et voilà
on ne peut pas miser sur ça pour faire
du gringue quoi c'est comment je vais
c'est dommage oui oui
alors non moi du tournesol en culture je
ne sais pas si j'en fais pas
j'en fais pas parce que bon c'est vrai
que par ici du tournesol l'historique
man
personne ne me faisais là maintenant on
commence à en voir l'ag les voisins qui
depuis quelques temps en forme pour
diversifier un peu la soul man
bon moi je ne fais pas parce que tout
simplement disons toutes nos productions
là maintenant deux manières et
transforme et donc pour l'élevage
même le soja normalement mais il devait
être transformée comme je disais bon
être obligé de le vendre a déjà tranché
malo on a déjà trop de protéines et on a
une ration équilibrée donc voilà et
alors on va acheter du blé à la place
trois bébés non mais moi personnellement
je pensais même pas un jour en arriver
là oui
après c'est vrai que bon ce traitement
les prix aussi c'est vrai que de ce
côté-là ça aide énormément parce que bon
c'est pas avec simplement il c'est un
simple bien qu'on peut qu'on peut
utiliser peut pas diminuer les surfaces
de soja qui produit pas beaucoup de
violence oui oui oui et alors
c'est vrai que j'ai pensé à ça un moment
donné je me disais je me disais à la
limite pourquoi pas faire une rotation
blé maïs 50 de chacun
voilà
brands alors bonne leçon gens c'est vrai
que
pour le moment le consommer bon on verra
après serait le maïs c'est quand même on
ne peut pas se permettre de faire non
plus 50 de chaque blé maïs parce que
le maïs est la plante qui produit le
plus voilà et voilà la nounou il nous
faut bomber rassure sur 60 hectares de
maïs vont logiquement devrait sortir
1500 tonnes de maïs d'i365 de matière
sèche à peu près
s'il fallait remplacer sa part du blé il
en faudrait un peu d'électeurs neuf ans
que connaît ce qu'on a fait cette année
le blé mais alors si dans le lobby et
quand même intéressant et déjà on ne
peut pas
on ne peut pas tout faire un cultures
irriguées parce que voilà on a pas on
n'a pas le quota d'eau pour irriguer
tout sauf que voilà il faut pour ceux
qui connaissent
on à eric 70 hectares avec un enrouleur
voilà c'est vrai que sutton
il a une buse de chacun de ses six ans
il a une buse de 30 banques et
dimensionner qui passe 78-70 presque 88
valeur mais avec dont un enrouleur pour
70 ha alors on a le tour qui nous fait à
peu près une dizaine de jours mais bon
on fonctionne là j'ai démarré début là
j'ai démarré avec mm
25 la loge par d'habitude je t'aime je
faisais systématiquement détroit 30 mm
la main tu n'as jamais un peu moins de
gagner un peu on gagnera deux jours sur
le tour en allant un peu plus vite mais
c'est vrai que le fait de le fait d'être
en semis direct ça nous aide énormément
quand même quoi parce que ça nous permet
de revenir un peu moins vite et et on
limite on limite les apports d'eau quoi
parce que c'est vrai que un enrouleur
pour 70 ha bon souvent pour cette
surface se lancer c'est minimum 3 ans
couleurs quoi comme moi c'est quand même
c'est quand même un gros gros avantage
aussi vis-à-vis de l'eau donc doté
rotation les semis précoces les semis
les semis de céréales alors alors
alors sans pour et oui à condition de
semer à la volée un mois avant de
récolter parce que ça va ça c'est
récoltés mais ça pourrait dans le maïs
aussi dans le maïs aussi avec voilà il
faut avoir un enjambeur fois il faut
avoir un enjambeur et là on avait ça
pourrait semaines ou mois mois et demi
avant la récolte ça pourrait il faut
semer à la volée et ça fonctionne et ça
fonctionne là y'a pas de soucis là au
moins deux
mais au moins de septembre la riaa que
je crois qu'il avait vu john une fois la
maison l'alleud il revient le mois de
septembre
c'est un argentin qui exploite
exactement trente deux mille cinq cents
hectares pas 3132 1500 environ 2 c'est à
dire c'est à les trente cinq fois la
surface totale de la commune voilà et
c'est un gars ils s'aiment quasi tous à
la volée il a trois enjambeur
automoteurs avait des rampes de 30
mètres qui ont une cadence de semis de
450 hectares jour chaque outil et ils
s'aiment avec ça mais bon vu là et puis
il faut voir les résultats l'an dernier
25 mille hectares de soja prendre 50 de
moyenne
semer à la volée pas de se mouvoir semer
à la volée et après quand j'ai découvert
rouler à la chaîne c'est-à-dire vous ça
vous avez dû le voir en vidéo
c
deux tracteurs 60 mètres l'un de l'autre
il faut quand même un peu de puissance
c'est une grosse chaîne marine qui est
assez lourde qui est fixé à un axe parce
qu'il faut qu'elles puissent se tourner
comme un boulot c'est comme un rouleau
faca pas plus grosse que que ça la
chaîne mais elle tourne
parce que si elle tourne pas mais là ce
blanc tes détracteurs il faut qu'ils
font pas de m il faut qu'elle tourne
comme un rouleau
voilà et roule avec ça et c'est
spectaculaire alors lui lui poussent
très très loin puisque il peut utiliser
découvert spontanée qui fertilisent
c'est à dire que ça serait par exemple
sur anglet il ya une levée de panique
eh bien on se dit ouais chouette pendant
le couvert on fonde la haute pour le
c'est repoussé et voilà et jour lucien
en parle lui-même par là ils reviennent
quelques temps après il fait rire je
vais te faire avoir je l'essayé ce qui
m'a dit une parcelle de 5000 hectares
elle était comme ça et ça a fonctionné
après avoir appris il faut maîtriser il
faut mépriser pour par rapport au grain
tout ça mais après c'est vrai que moi ça
m'inquiète aurait pas parce que
là il ya des grèves se faire des graines
on le voit déjà des joyaux ces terres là
et les panique mais les rennais mais de
toute manière des graines
après voilà on n'est pas sur une seule
stérile
après il ya il ya une grosse partie et
des graines aussi qui sont détruits ce
qu'ils sont et qu'ils peuvent pas être
mises en germination des graines
surfaces qui sont bouffés par les
oiseaux ses bras mais comme tu fasses
pas de retardateurs tous les trois jours
mais c'est sûr c'est sûr c'est sûr et
les semis à la volée alors c'est vrai
que pour quelqu'un qui démarre
bon il faut pas trop lui en veut
brouiller la tête parce que
déjà à lui montré lui montrer une photo
d'un semis là avec le rouleau de
vampires ou le 2 m de végétation et de
se voir derrière
bon déjà la première nuit le leader pas
trop quoi on sait en plus on lui parle
de semis à la volée mais le pire c'est
que ça fonctionne toi ça fonctionne
bon allez on va en garder pour tout à
l'heure on va commencer à se rapprocher
des voitures oui on va quand même aller
au pied d'un arbre qui fait 32 mètres de
haut pour voir comment ça pousse dans
les sols difficiles
et puis et puis on en garde depuis sera
avec nous à midi qu'est ce que cette
inspire le bois ici en dehors du côté
paisible calme poussant dynamique donc
il ya le chêne il ya le chêne qui domine
comme dans les champs il ya des micro
organismes des bactéries des ponts et
les chants mycorhiziens même s'il
semblerait que la recherche est en train
de nous expliquer qu'il ya plus de
mycorhizes danses et chants avec tes
plantes avec tes plantes géantes qui s'y
met enfin on va pas les opposer il ya de
la litière
mais c'est ce qui est à profusion
surface comme comme dans mon champ d'à
trouver de la paille
ça t'inspire quoi toile et les arbres
l'agroforesterie mais s'inspire de toute
manière qu'il faut
est-ce qu'on voit on voit pour l'instant
on peut encore acheter de la paille mais
c'est sûrement dans cette histoire j'en
vends de la paille sur ce dossier là
c'est vrai qu'il faut il faut qu'on
progresse énormément pour pour exploiter
mieux la forêt mieux les bordures de
champs alors après voilà
l'agroforesterie mettre des rangées
d'arbres dans les parcelles au mont
nettement je ne suis pas prêt parce que
les parcelles sont drainés on en a eues
parler de ça c'est vrai que là c'est un
autre débat à quoi la voix sait pour le
moment c'est un peu plus compliqué mais
mais après c'est vrai qu'il faut il faut
il faut exploiter davantage ce qu'on a à
voir
voire même mettre en place et bordure de
rivière les bandes enherbées
c'est vrai qu'il faut il faudrait
profiter beaucoup plus de 2 7 4 a cité
de le séquestrer du carbone et
gratuitement quoi parler par les plantes
par les arbres par là il faut et puis il
faut surtout il faudrait surtout mettre
des filières en place parce
qu'aujourd'hui c'est vrai qu'on est un
peu démuni pour ça
il faut dire que il ya encore beaucoup
de travail à faire pour pour exploiter
cette ressource
mais après oui que ça soit bon pour nous
en termes de plaquettes pour litière qui
reviendrait sur les sols après avec le
composent comme pour produire de la
biomasse
enfin de la biomasse de l'énergie je
veux dire l'énergie
il ya sûrement sûrement des de travail à
faire parce que c'est vrai qu'il ya je
pense qu'on est dans une région où
la forêt
ce n'est pas forcément un très très bien
exploité et surtout ce sont les
propriétaires qui sont exploitées pour
le c'est vrai que les forestiers mais
profite un peu de la méconnaissance
justement des des propriétaires ils
connaissent pas le capital que les
hommes et se font montre un québécois
fassent un peu dommage et là il faudrait
arriver oui à mettre des filières après
quand on voit même c'est vrai que quand
on voit des fois des et dégagera
easyvols pour déchiqueter tout reste sur
place ça se pourrit alors que tout ça
pour être utilisés quoi bon après on
voit il ya quand même des projets qui
avancent puisque qui a quand même des
projets de chauffage de collectivités de
crois même que le collège de miélan va
se chauffer au planquette prochainement
bon il ya quand même des projets qui
vont dans ce sens mais il est sûr que
même même pour l'agriculture il ya il
faut il faudrait
pour le reste j'ai vécu beaucoup plus
loin c'est certain dans l'histoire de la
litière enfin le l'histoire de la
litière sur une base plaquettes
statitiques jour oui oui oui oui oui oui
parce que de toute manière
moi je suis convaincu que quand je sais
pas mais je suis convaincu qu'un jour on
a pas il sera une ode à ravir à
recommencer toute la violence
mais même alors voilà en plus là
aujourd'hui c'est vrai qu'il ya des
projets qui mûrissent dans certaines
régions pour justement faire de
l'énergie avec la paille alors que moi
je suis pas contre faire de l'énergie de
la biomasse mais il faut surtout pas
déshabiller pierre pour les civils en
compte et ça s'est produit
identité potentiellement exportable qui
ne reviendra jamais mais encore les
laisser la ration du soja bon allez dis
nous pour pour conclure l'a dit nous
parce que tu l'a jamais dit mais puisque
maintenant il faut changer d'échelle
qu'est ce qui t'a qu'est-ce qui parce
que toi tu as vu du premier jour tu as
vu le cheminement tamim la marche était
haute
tu as vu il y en avait plusieurs qu'elle
était parfois un peu savonneuse mais tu
te dis c'est pas grave je vais me tenir
un peu à la rencontre je vais te dire je
vais faire ce qu'il faut l'objectif il
est là il me faut un semoir et c'est
tout et vas-y des livres nous ton secret
qu'est-ce qui est qu'est-ce qui t'a
convaincu qu est ce qui fait que tu as
fait ce cheminement et qu'est ce qui
fait que tu t'es dit c'est là qu'il faut
aller et nulle part ailleurs parce que
bon la formule mais tout six mille
appartements des enfin quand on
est né à estang quand même donc il faut
qu'on dirait on est connecté rien quoi
ça a été des mêmes vendredi je sais plus
par quels intervenants je me rappelle
plus il a parlé de déclic pour moi c'est
ce que je dis il faut que ce fameux
déclic pour comprendre que que la voix
c'est ce à quoi il faut les gros
calibres
le déclic c'est qu'en dehors de maïs moi
c'est pas compliqué moi je me souvienne
tes voisins
oui mais oui mais bon mais parce que je
suis convaincu que maurras il avait bu
peut-être aujourd'hui même s'il avait
été là pour voir un peu le sol comme
engrais comparer les deux les deux
systèmes bros mais je suis convaincu que
ils ne l'ont jamais fait que ce travail
là et c'est pas moi qui vais aller les
chercher pour l'enterrer en quinze jours
ils sont tous sur youtube afin de
regarder la belle sait rien mais mais
moi ça je l' ai compris très vite et
c'est souvent c'est je me suis aperçu
c'est quand même un manque
il ya quand même au départ une banque de
fond de l'information oui un manque
d'information et on se fait des a priori
ce serait du stylo bille on a toujours
la bourre et mon père à lavaur et moi je
vais continuer voilà mais le jour où on
comprend et moi c'est quand en quelques
mois que j'ai eu l'occasion de voir la
baisse avait commencé par bourguignons
qui faisait ses séjourné là mais après
bon voilà
il y avait le nom pereira de brésil
crovetto russie en série et voilà quand
on entend des gardiens avait il faut
tout simplement copier le système
naturel sur n'est pas con mais le
système naturel alors là sous les yeux
quoique rouge et or le nid il le disait
la nature nous montre tous les jours le
droit chemin la nature c'est ça faut pas
aller bien loin de ces cinq mois et on
ouvre la fenêtre de sa chambre la
pelouse b la matière le sol n'est jamais
travaillé c'est il est toujours couvert
je vais travailler voilà la nature et
nous montre tous les jours le droit
chemin à prendre et le droit chemin à
prendre et et l'homme depuis des
décennies mais fait le contraire veut
imposer un peu voilà et alors pour après
il faut pas critiquer ce qui a été fait
non plus si le labour n'avait pas été
fait moment c'est la chimie n'avait pas
été utilisée berlin serait non plus pas
là ne serait pas là aujourd'hui
mais sauf que m'étouffer sont en panne
et la s'entraîne des dérives ça entraîne
des baisses de fertilité des sols
santraine avaient tous un temps des
coûts de production qui s'envole
parce que les prix de vente il ya trente
ans qu'on les a au même prix les cours
de production n'ont cessé de grimper
donc voilà c'est tout un tout un
contexte les rendements mais qui stagne
voire qu'ils peuvent tu l'as dit alors
qu'ils peuvent baisser dans certains cas
et c'est vrai qu'il faut remettre en
cause son système et puis il faut pas
oublier que ça mais c'est notre capitale
c'est avec ça qu'on comprend qu'on a
mûri la planète et qu'il faudra la
nourrir demain quoi et donc ce capital
sol là bas il faut à tout prix le
préserver mais encore je dirais mieux il
faut l'améliorer quoi s'est il ne faut
pas forcément il faut pas forcément le
préserver parce que préserver ce qu'on a
vu sur rosen sur ne se contentent tout
de préserver ça veut dire qu'on n'ira
pas loin de meg white parce que ça ce
sont des sols qui sont à 0,8 de matière
organique ou voire peut-être 1 alors que
il faudrait un minimum de trois pour que
ça fonctionne bien et si on est à 405
euros mieux danse à venir qu'il faut il
faut vraiment
améliorer notre capital sol c'est ça ce
sont des techniques et leurs frais mais
après de toute manière quand on quand on
a compris ça libe il faut y aller il
faut y aller
et moi je pense que quand on me demande
comment il faut faire je fais un hectare
je fais la moitié d'une parcelle je fais
tout moi j'aurais tendance à dire si tu
as le technique situé croître tout passé
parce que par expérience seulement je me
suis aperçu que le gars qui va faire la
moitié d'une parcelle mes premières
années il va se dire oh vous
élaborez un gros boum ça a l'air mieux
mais qui raillait le doute qui va
s'installer et souvent mais il fait
marche arrière droit ou alors il va
patiner antennes tandis que si on fait
si on se donne fonctionne pas sur la
totalité
on est obligé de réussir on est obligé
d'avancer à pas le chemin est long on se
dit si je veux rester là il faut réussir
donc il faut pas se planter donc pour
pas se planter il faut réussir et lance
aux normes se donne tous les moyens et
les manches je suis parti comme ça mon
la première année mais
rarement j'ai commencé c'est pas
compliqué moi j'ai commencé au mois de
septembre à en informer tout l'automne
tous les verts déjà l'automne en même
temps j'ai emprunté les couverts au bout
de quelques semaines arrive les couverts
prison' été implanté et après les
couverts ont poussé pendant tout l'hiver
d hiver et printemps il ya eu c'est très
riche cette année là c'est l'année où ou
la fnac s'est créé à montargis en fait
c'était une année assez riche à ce
moment là ce qui est pas mal
d'intervenants des étrangers qui
venaient c'est vrai je prenais un
harmonieux pour à la une comment j'ai
fait je crois comme un 10 km cette année
là c'était fabuleux quoi moi mais
c'était c'était intéressant et en
attendant mais le couvert pousser c'est
un mauvais coup vers parce que c'était
un mauvais il était jolie mais mauvais
dans le sens que c'était un endroit ne
purent alors voix ne purent pour faire
du maïs bon mais bon avait alors après
moi j'ai eu au mois de mars je commence
à faire un profil les racines elle était
déjà à 60 cm de profondeur
quand je me suis dit là c'est bon il y
avait des vers de terre qui grouillaient
là je me suis dit a priori c'est gagné
si lavoine
au mois de mars est déjà 60 de
profondeur peut-être même plus parce
qu'il ya les petites racines qui descend
de prix bas que je voyais pas je me suis
fait gagner le mans il devrait pousser
bon après il fallait un semoir le
seulement je l'avais pas alors on a un
problème on a bricolé et là je me suis
dit bon au tout départ c'était on va
essayer sur une parcelle et après j'ai
tellement cru je me suis dit maintenant
il sait qu il faut tout faire quoi
vraiment c'est ça quand j'y crois quand
j'y crois c'est la totalité
parce que moi je me dis toujours dans ma
tête plus on attend plus
plus on prend du retard quoi maintenant
ce que je me dise et je regrette d'avoir
connu 183 que je me suis installé mais
bon il faut pas penser au passé il faut
penser au présent et surtout au futur et
la voilà il faut se donner les moyens
il faut se donner la mort après c'est
vrai que quand on passe la totalité
comme ça c'est vrai qu'il faut que ça
soit bien pesé bien mûri il faut être
bien entouré alors à ce moment là ce
n'était pas le cas puisque justement il
ya les personnes les personnes
aujourd'hui c'est quand même différent
mais c'est vrai que voilà il s'agit pas
de il s'agit pas de tout passé
faire les minots conneries qu'on peut
faire et se planter il faut que ce soit
bien pesé mais aujourd'hui on est
tellement bon le gars qui démarre qui
cette forme qui s'entoure 10 en moyenne
de démarrer sereinement il ya il ya des
personnes qui sont capables de suivre
bon on lire aujourd'hui il ya quand même
des solutions mais très juste un bémol
parce qu'aujourd'hui on a quand même
pris 20 ans dans la gueule et 20 ans
dans la gueule on appris quand même cinq
centimètres de sol en moins et tout ce
qui est tout ce que ça veut dire que tu
mets des zones sur lesquelles il va
falloir démarré dans des conditions de
précarité des sols invraisemblable ouais
elle et c'est sur ces soldats ou
justement où les résultats arrivent le
plus rapidement possible face et ça
parle de sa solution ses dans les sols
les plus dégradés qui qui seront nous la
machine se met en route le plus vite
alors après par contre sur les sols très
fertile
ça fonctionne aussi mais tu vois pas
voulu le rendre à 2 en quoi c'est
intéressant sur les sols préfèrent fuir
et pour pas dire le contraire mais c'est
sur les sols très dégradé il ya des sols
en amérique latine où
pk était indétectable analystes quand
ils ont commencé à venir il partait de
très très loin quoi et c'est justement
c'est justement des grosses couvertures
végétales qui leur ont permis mais
progressivement en mettant un peu
d'engrais
bien sûr pour faire repousser pour
démarrer le système n'est pas ce que bon
ça vienne pas comme ça et mais c'est
après c'est vrai que bon voilà c'est pas
les mêmes conditions
voilà dans ces pays là il orne défaut la
saison humide avec la saison chaude
bon c'est vrai que ça c'est bien quoi
parce que
si on pouvait avoir de la pluie les
théiers avec avec la chaleur c'est
l'idéal quoi c'est la pluie la nuit
c'est ce qui leur arrive des fois il
pleut la nuit et le jour il fait 35
degrés il ya une végétation
voilà mes mais après ben voilà il faut
adapter et il faut adapter et thomas la
bagarre il ya un paquet de cannes est au
pied je vous dis donc t'es mais c'est
fou ça c'est bien non non non non on
n'est pas bon se passer maintenant
non mais il ya des gens qui doivent se
dire qu'ils viennent ici pour comparer
les flux de carbone les fûts d'elle
d'éléments nutritifs les quantités
d'azoté qui circulent dans le sol à aix
sont ils viennent vivre en symbiose
l'énergie l'énergie du sol disent
regarde c'est toujours couvert et que
les plantes continue de pousser on
n'arrose pas l'été donc c'est normal que
les plantes sont des productrices nous
sommes que de modestes consommateurs
donc c'est normal qu'ils amènent des
bières ici l'arbre à sa bière connecté
en permanence à tout c'est à toutes ces
circulations toutes ces symbio cet arbre
la cie lui manque une substance elle
passe par ta part celle qui elle aussi
est connectée va jusqu'à dans la
difficile chercher un élément nutritif
mais le pauvre individu qu'il y ait
observé t champ il est besoin d'eux il a
besoin de s'abreuver mais aujourd'hui on
n'a pas à se plaindre
hier inspirerait bon on aurait pu
inspirer ci dessous on va en rester là
pour l'instant
tu as dit tout ce que tu avais à dire
question robert oui et non vas-y tu as
oublié de dire que tu avais un poignard
crever les abcès au départ et maintenant
je crois que ce poignard il est il est
là plutôt pour crever les excès 10 des
rosés
je suis pas violent non mais les idées
reçues ils peuvent prendre quelques
coups de la brême où tu es tu te
rappelles quand le préfet était là caché
sa voiture arrivait il est des images de
joie je n'ai pas peur tu seras violent
griolet on était tombé des nues et qu'il
était mon garde du corps qui n'attendent
officier derrière un arbre sans doute
roanne au bon moment de bons échanges
peu d'optimisme qui revient et c'est le
temps de le dire même si vous savez tous
mais non après c'est vrai que c'est
comme le pdg de nestlé qui a failli
louper son avion là aussi mais grâce à
cette agriculture connecté on a pu
retarder l'avion tellement il s'est
tellement intéressé rester ici qu'on a
été obligés de retarder l'avion c'est
quelque chose qui a marché
ouais enfin c'est des trucs pour away
non non on a dit on en a dit que richard
il était au milieu des mycorhizes dont
les maïs qui s'était permis à pau
c'était tellement important pour
l'avenir de l'humanité que d'avoir une
assiette riche équilibré avec une
agriculture du vivant que à tarbes ils
ont accepté de voiture ils ont accepté
de retarder un peu l'avion donc il
aurait pas fait pour moi c'est surtout
le pdg de nestlé il essaie mais rocroi
la gueule marché façon on lui a dit on
lui a dit de façon à arrêter la sncf il
y aurait pas eu de problème pas de
retard à la nuit christian appuyé sur le
champignon donc le pilote appuiera aussi
sur le champignon pour récupérer le nom
bon et merci d'être venu merci à toi
christian et puis de façon se retrouvent
pour la plupart d'entre nous et tous
ceux qui veulent à la ferme de refaire
pour ceux qui n'y sont pas allés en
corse et 1 km avant d'arriver à marciac
sur la droite après après tillac
voilà et puis donc on continuera à
discuter conrad et christian ils font
des mimétismes s'ils n'ont pas de
problème pour parler mais ce qui est
très bien c'est c'est pas c'est pas un
reproche encore mais ça va le sujet est
tellement vaste que tu disais tu disais
que tant pis je te coupe metton faisait
que tu te mets un peu de temps en début
d'après-midi oui nous reste là bas on
doit bien il ya des trognes par là on
trouvera bien de bottes de paille trois
chaises trois autres matches on a des
choses à se dire on s'est dit mais c'est
vrai que le sujet est tellement vaste
que on peut en parler on peut en parler
des jours je vois sur une journée
complète quand il ya des groupes comme
ça mais en fin de journée mais c'est
vrai que c'est le sujet est tellement
vaste après c'est vrai que en 17 ans ou
18 ans maintenant il s'en est passé des
choses et c'est vrai que après dans ce
cas permis d'avancer aussi c'est toute
cette fermentation qu'on a pu faire
depuis le début
or cet anglais par contre des gars là il
y en a beaucoup moins parce que cette
année sûrement il laisse aux gens on n'a
rien mis en place parce que b
c'était très tard pour semer un pygmée
et que je voulais à tout prix fait faire
tous les semis en peu de temps
voilà on a zappé un peu tout ce qui
était prévu sur sur maïs et soja mais
sinon c'est vrai que tous les ans on a
pas mal et sa bande bon alors c'est vrai
que c'est grâce à ça qu'on arrive à
faire ce qu'on fait aujourd'hui

Partager sur :