Soufre

De Triple Performance
Aller à :navigation, rechercher
Soufre
Intrant


Le soufre est l'élément chimique de numéro atomique 16, de symbole S. Le soufre est surtout connu sous la forme de cristaux jaunes et se trouve dans beaucoup de minéraux (sulfure et sulfate) et même sous forme native, particulièrement dans les régions volcaniques. C'est un élément essentiel pour tous les êtres vivants ; il intervient dans la formule de deux acides aminés naturels, la cystéine et la méthionine et, par conséquent, dans de nombreuses protéines.


Résumé agronomique

Le soufre est essentiel dans la production des protéines, des acides aminés, et de certaines vitamines de la plante. De plus, il a aussi son rôle à jouer dans la réduction des nitrates en acides aminés. Contrairement au rendement, la qualité de la récolte est largement tributaire de la disponibilité en soufre du sol.


Identification de la carence en grandes cultures

Symptômes

L'apparition des symptômes se fait à la fin du tallage jusqu'au début de la montaison. Il s'accentueront ensuite jusqu'au stade dernière feuilles.

A l'échelle de la parcelle, les zones atteintes par la carence seront réparties en foyers, parfois par bandes, correspondant au recoupement de passages pour l'épandage d'azote. En effet, les zones sur-fertilisées en azote seront les premières à montrer des symptômes de la carence.

Au niveau de la plante, on pourra observer chez une plante carencée une croissance réduite et un tallage réduit. Les entrenoeuds seront aussi plus courts.

Les jeunes feuilles auront un aspect vert pâle et notamment au niveau du limbe. Des stries jaunes ou verts claires pourront aussi apparaitre le long des nervures.

Il faut cependant être vigilant car les symptômes ne sont pas toujours visuels.


Confirmation de diagnostic

La confirmation du diagnostic doit se faire par une analyse des plantes. Il faut mesurer la teneur en soufre en % de matière sèche.

  • Au stade épi 1cm, le rapport N/S semble être plus important que la teneur en soufre. On dit que la plante est carencée si le rapport N/S > 12 à 15.
  • A la floraison, on calcule la teneur sur la 2ème ou 3ème feuille sous l'épi. Une teneur normal se situe autour de 0,25 - 0,30%. La plante est carencée si cette teneur est inférieure à 0,20%.
  • A deux nœuds, on peut établir le diagnostic à partir de la concentration en sulfate dans le jus de base de tige. Le seuil de carence est de 200 mg/L.
  • Il est plus simple de diagnostiquer une carence en comparant ces indicateurs à ceux d'une plante saine.


Situations à risque

  • Le soufre est sensible au lessivage et est dépendant de la minéralisation. Ainsi les sols argilo-calcaires superficiels, les sols sableux et les sols limoneux pauvres en matières organiques sont des situations à risque.
  • Dans les parcelles qui reçoivent des apports organiques réguliers depuis au moins 15 ans, les fournitures restantes sont le plus souvent suffisantes pour couvrir les besoins. Dans les autres situations, il convient d’évaluer le risque pour décider de la pertinence d’un apport et déterminer sa dose.
  • Les forts apports d'azote accentuent la carence en soufre.


Incidence sur le rendement

Les carences en soufre diminuent le nombre d'épi au m² et la fertilité de ceux-ci. Les pertes vont généralement de 2 à 10 q/ha. Pour le cas des carences sévères, les pertes peuvent s'élever à 20 q/ha.

L'incidence reste faible si la carence est corrigée avant le stade 2 nœuds.


Solutions préventives contre la carence en soufre

Dans les situations à risque, il faut apporter 30 à 50 kg/ha de SO3 du début tallage à épi 1 cm, mais éviter l'apport avant l'hiver car le soufre risque d'être lessivé.


Solutions préventives contre la carence en soufre

Dès l'apparition des symptômes, apporter 20 à 40 kg/ha de SO3, de préférence en pulvérisation foliaire. Choisir une solution à 10% de sulfate d'ammonium ou sous forme de soufre micronisé.

Pour en savoir plus sur les carences en Soufre sur blé ou sur maïs


Annexes


Sources

Partager sur :