54 QTX de soja en semis-direct - Jordan Mounet

De Triple Performance
Aller à :navigation, rechercher
Vidéo - Ver de Terre production (20 mars 2020) - Jordan Mounet - Durée : 80 minutes
Icone categorie objectif.png Sol et fertilisation

Thumbnail youtube iTSMvwhfbQU.jpg

Annexes

Transcriptions

donc bonjour a tous moi c'est jordan

minutes je suis installé dans le sud de
l'inde est vraiment sud des landes
limite pyrénées atlantiques et limite du
gers donc installé avec mon père nous
sommes tout d'abord éleveurs gaveurs un
lycée p foie gras du sud ouest
donc ça c'est vraiment notre activité
principale et comme nous avons tous
tourné autour de ça pour essayer de

Afficher la suite

réduire au maximum les intermédiaires

nous en sommes arrivés à la fabrique à
la ferme avec autoconsommation de
l'intégralité de notre de notre sol donc
aujourd'hui on a à peu près une centaine
d'hectares en culture avec trois
cultures dominantes donc maïs soja
triticale sur lesquels on a la rotation
sur ces trois cultures en semis direct
les premières parcelles depuis cinq ans
et les dernières ils sont passés là là
cette année donc on est à 100% semis
direct donc pour ma part je m'occupe de
la partie gavage séchage stockage et
culture mon père est vraiment dédié que
sur l'élevage et lui ne s'occupe que de
la partie élevage donc dans un souci de
main d'oeuvre
j'avais fait le choix de passer en semis
direct c'est aussi une fois que j'ai
commencé à me prendre de passion de tout
ce qui est biologique du sol et de
comprendre un petit peu le travail qu'on
faisait jusque là avec les outils de
travail du sol
je me suis dit que c'était pas ce que je
voulais et que c'était parce qu'ils
marcheraient à l'avenir donc j'avais
fait le choix de passer en semis direct
la chance de grand père qui était pas
formaté du milieu a grillé qui m'a
permis de vraiment m'exprimer là dedans
et de laisser ma chance et aujourd'hui
nous en sommes arrivé voilà à toute la
ville tout l'exploitant semis direct
cette année et qui se porte plutôt pas
mal donc on a une exploitation qui a
s'est morcelé on a 60 hectares ici sur
la sueur sur l'exploitation au mirano on
a trente hectares à 30 bornes d'ici côté
côté gers donc on a vraiment à un peu
tous les contextes
de sol on va de la terre noire assez
légère donc avec faible greta rétention
d'eau à des boulbènes plutôt battant ici
sur miramand alors que dans le gers la
loi on est vraiment sur des limons pure
avec très peu de matière organique ses
anciennes parcelles en maïs semence eux
qui ont été pas mal matraques et les
impasses et ses terres qu'on a repris
qui sont voilà avec des potentiels
plutôt moyen donc on a vraiment un panel
de tous sur ce sur sur l'exploitation
on a une pluviométrie de 1200 mm par an
plus ou moins bien répartie ça dépend ça
dépendra des années mais en général
plutôt pas mal placé sur l'été dont ce
qui nous permet de quand même avoir des
traits banque rendement sur toute la
partie culture de printemps notamment en
maïs soja ici sur mirabaud maïs on peut
tabler sur des sur les 10 tonnes à peu
près tous les ans songe à soja on est
sur des moyennes à 3 tonnes et demie à
avoir quatre tonnes cette année on a on
est montés même à 4 tonnes
4 tonnes 4 sur les cultures soja
principale on avait du soja dérobé où on
est arrivé à 3 tonnes 5 donc c'est
vraiment très très joli derrière une
orge qui elle même avait tourné à plus
de 70 quintaux donc c'est quand même
c'est quand même sympa donc rotation
type on est sur du maïs soja triticale
et on revient sur du maïs en sachant que
bon entre chaque culture on a au moins
1,5 le couvert sauf entre le triticale
maïs on va avoir un double couvert ont
fait ce couvert d'été a notamment je
suis parti sur le couvert d'été à base
de sorgho piper et tournesol sorgho pour
essayer d'aller vraiment chercher du
carbone m gros paillage au sol qui va me
duré tout l'hiver et jusqu'au printemps
suivant et derrière ce sorgho en général
ont bien plus tôt avec des légumineuses
qui vont être semer un peu plus faible
densité a vraiment pour du stockage
d'azoté et une grosse de graves
dégradations plutôt rapide au printemps
pour laisser la chaleur rentrée et comme
banque se noircit sa tendance quand même
à capter la chaleur aussi donc c'est
comme très important pour le maïs
d'avoir cet azote au pied et cette
chaleur qui qui rayonne au sol très très
vite et tout en gardant quand même le
paillage du cerveau de du couvert
précédent mais voilà vraiment couvrir au
maximum quand les conditions le peuvent
cette année ça être un petit peu
compliqué on s'est fait rattraper par
les intempéries mais aussi peu qu on
essaye de le faire au maximum qu'on
couvrir couvrir entre les cultures tout
en laissant les traits qui colle on
essaie de laisser un maximum les pailles
au sol donc même si je suis éleveur j'ai
un agent sort une partie mais là où je
vais sortir mais pas et je vais y
revenir en fumier pour quand même
revenir à mener cette matière au sol
quoi donc
la problématique qu'on avait jusqu'à là
c'était surtout sur les lisiers gavage
relativement odorant pas très bien
équilibrée en pk mais aussi très acide
on a eu des problèmes de ph dans les
sols à cause du lisier qui est vraiment
on était sûrs du 3-3 et demi de péage
sur ces lisez-la donc le choix dans un
premier temps de lancer ccc lisier dans
les méthaniseurs et récupérer un
digestat sous forme liquide
ça me permettait de m'affranchir d'avoir
en cuir c'est élise et notamment sur les
problèmes sanitaires qu'ont eu ces
derniers temps par rapport à la grippe
aviaire
donc je viens je j'envoie mes lisier je
récupère ses digestat liquide et pour
essayer d'intégrer au mieux ces digestat
dans le sol sans avoir trop leurs effets
négatifs
je viens ont plus que possible les
épandre sur découvert notamment d'été ou
d'hiver mais très très bien développé
une fois qu'ils sont déjà à 50 60 % de
leurs de leur stade végétatif cessé de
le mettre à ce moment là au pendillards
et donc on fertilise et un couvert et ça
se passe plutôt très bien cultures de
maïs
donc on a un tiers vraiment de chaque de
chaque culture sur la sole donc pour la
partie maïs en attaque
semis direct dans le verre à eau plus
possible dans le couvert droit qu'on
vient rouler après on localise 100
litres de 14,48 vraiment dans la ligne
c'est pour ça qu'on est passe pas les
100 litres 100 litres de 14,48 dans la
ligne nous sommes sur des semis à 40
départements et on est sur du 83 mille
pieds à l'hectare à peu près moi j'avais
fait le choix de partir sur des
pionnières laisse mars premium
et je travaille sur death mars avec un
des grosses vigueur de départ c'est très
important parce qu'on a quand même
découvert assez développé même si on est
dans le sud-ouest et que et que les
cultures qu'il fait plutôt chaud ici les
printemps notamment le mois de mai est
le plus pluvieux de l'année sur le
sud-ouest donc on peut se retrouver avec
des terres qui se reproduisent très vite
alors 40 des cartes main à parce que
christian abadie est passé il y à
quelques temps de sa suite à sa visite
chez une personne des
alpes-de-haute-provence qui lui a qui
lui permet de s'ouvrir là dessus
pourquoi parce que mais finalement on se
retrouve quasiment avec des maïs au
carré donc on est sur du du 27 à 30 sur
la ligne entre regrets mais on a dû 40
entre pied ce qui permet une meilleure
prospection des racines aux alentours il
ya moins de concurrence sur le rang et à
côté de ça on a des maïs qui couvre
beaucoup plus vite l'entreprend c'est
vrai qu'avant avant les sifflets ça
c'est déjà bien couvert et on se gère
l'enherbement grâce à ça donc sur la
partie des herbages moi je fais le pari
de partir tout en poste tout un poste
donc aux alentours des 3 feuilles un
désherbage de type sur des parcelles
qu'on a maintenu propres jusqu'à là
c'est 052 numéro donc c'est une maison
trio on est à peu près sûr du 0,15 de
panpan niveau sulfureux et 0,10 de
banville donc indiquant bas avec un
petit a du vent là dessus pour essayer
de passer en bas volume on tourne entre
60 et 70 litres à l'hectare est en
général un passage ça sort ça doit bien
se passer
j'avais fait le choix d'arrêter les
graminées dans mes couvert avant maïs
jeu park sur de la légumineuse pur parce
que c'est plus facile à détruire en
mécanique en général il n'y a pas de
graminées qui est tenté de remonter donc
j'essaie au plus que possible de me
passer de glee faut même si aujourd'hui
le l'ifo est quand même important mais
voilà dans cette approche est d'essayer
de réduire au maximum son utilisation
j'avais fait le choix d'arrêter les
graminées dans le couvert avant maïs ce
qui n'est pas le cas du couvert avant
soja mais ça on le verra on le verra
après sur ce qui est parti faire tu y as
donc je reviens toujours à essayer
digestat
je mets une dizaine de mètres cubes de
digestat donc on va aller chercher à 60
à 70 unités dans le couvert à 1
quasiment en fin de cycle donc avant
semis de maïs
donc on va déjà avoir une source d'azoté
dans les premiers centimètres du sol
parce que c'est vrai qu'avec cette
minéralisation qui est quand même très
très lente
on peut avoir très vite une fan d'azoté
je fais quand même le choix de repartir
au avec une ammonite souffrez ou alors
un suppôt nitrates à trois feuilles
parce que comme je dis des fora il peut
arriver qu'on est des périodes assez
fraîches sur ce printemps là donc je
mets un petit coup de boost avec le
soufre moi je trouve que le soufre il
faut pas s'en passer et après ça
dépendra mais en général on préconise de
la ministre pour éviter les
volatilisation parce que comme à 40 on
ne peut plus passer en un terrain c'est
tout à la volée et en général en deux
fois la volée en soldes en sol de la zot
mais quand même très tôt dans le cycle
du maïs toujours par ce problème de
minéralisation et de retard à de retard
de la dégradation de la zone
donc en général a passé trois feuilles
pas ces trois faits il faut que la que
les autres soient soldés ça peut
paraître très tôt il ya deux ans il a
plu beaucoup j'avais fait le choix de
biberonner manase haute pour pouvoir
limiter les lessivages est en fait je me
suis rendu compte que non maïs à une
feinte de l'azoté un moment et je me
suis perdue du rendement là dessus donc
c'est pour ça qu'aujourd'hui je préfère
anticiper et finalement on se rend
compte qu'en direct il ya très très peu
de perte quand même de la zot même s'il
ya des fortes précipitations
il faut pas avoir peur de déposer la zot
elle sera pas aller sera pas perdu pour
autant quoi donc
il ya deux ans j'avais quelques quelques
pertes de rendement dues à stéphane
cazottes sinon en rythme de croisière
sur des années à peu près normale
on fait entre 120 et 130 130 de kendo à
peu près chaque année on a eut fait avec
certaines variétés jusqu'à 153 il ya
trois ans on nous montre que 50 quintaux
on voit la société pour plutôt pour le
pour le côté fun mais on peut arriver à
déplafonner quand même les rendements un
système l'ont été sur des bulles en
irrigué sur des terres plus tôt limo
noir jls
avec une bonne rétention d'eau du sol
quand même assez profond mais mais voilà
c'est faisable vraiment sans irrigation
quoi si on passe sur la partie non
question si on veut finir sur la partie
maïs la récolte se fait avec un
cueilleur à 80 on ramasse vraiment très
haut sous les pieds donc les piles et
maïs à 40 on se situe sur lui en met 50
mètre soixante vraiment de port dépit
donc c'est quand même très haut mais ça
permet vraiment de prendre de grands
ensembles de laisser un maximum de
paille en l'air pour nous venir derrière
ressemer art semaine couvert pour notre
futur soja et ça c'est très important
dont convient de toujours se met avec du
billet par rapport à notre semis de maïs
un bon voyage derrière pour ramener tout
ce match au sol essayé de bloquer
l'herbe
si jamais je voulais redémarrer et
et aussi limiter toutes les propagations
de pied râle parce que depuis quelques
années on a quand même pas mal de soucis
de pyrale à problématique taupe est on
si on était un double protection quand
on était un travail du sol double
protection et malgré ça certaines années
on a eu des problèmes de gestion
ravageur taux plein aujourd'hui
j'ai même plus de protection j'avais le
son ni d'eau jusqu'à la sony downie et
en plus j'ai rien changer ce que ça ce
que je faisais d'habitude ils sont pas
partis on ouvre le sol y sont vraiment
là ils sont même plus que là mais le
fait de leur filière vous fait toute
l'année j'ai pas l'impression que à
l'arrivée du maïs il y ait cette cette
ferme qui fasse qui viennent nous
vraiment nous taper les cultures j'ai
pas vu plus de pertes que ça je dis pas
que toutes les années se passeront bien
peut-être revenir avec un belem quelque
chose comme ça mais bon jusqu'à présent
je trouve que c'est plutôt bénéfique de
l'or vraiment leur donner à manger en
interculture c'est vraiment positif quoi
la zone centre est en général en sus il
faut je passe ça où je vais aller
chercher entre 50 et 70 unités de soufre
quoi en azote la zot je regarde pas
vraiment là zot
si on parle sur les autres total les
autorités on est sur du 200 à entre 200
et 220 unités d'azoté au total quoi tout
compris lé digest à 20 h au centre est
et s'il faut aimer et à mon etroeungt y
aurait selon selon comment sont les
conditions de l'année je trouve que ça
met un coup de boost au maïs le souffre
vraiment à trois feuilles ça les fait ça
les fait découvrir parce que les mais
ils sont quand même très très poussées
enfin très peu poussant en semis direct
sur les départs c'est vrai que si on se
compare aux voisins ont trop qui sont
ils ont tendance à s'allonger
il s'y serait peut-être un petit peu
claires on voit qu'ils les conditions ne
sont peut-être pas optimales pour lui
c'est par rapport à un travail du sol où
il ya eu de la minéralisation un sol qui
se réchauffe très vite et là vraiment de
mettre ce souffre moi je trouve que ça
lui met un coup de boost et le soufre on
voit que c'est quand même important
quelqu'un en soit la culture comme un
jeu de questions c'est quand on achète
du mail ouais donc il ya beaucoup de
gens qui ont peur de cadre justement
d'un petit mossi gros on ne travaillant
pas le seul j'arrête de travailler
je veux un petit essai alors j'ai quand
même j'ai pas mis toutes mes parcelles
en direct maïs la première année j'avais
fait un essai sur trois quatre hectares
la première année
j'ai vu quand même que les couverts
quand on regarde le travail que ça fait
si les couverts sont bien étudiés si on
a une complémentarité sur les systèmes
racinaires on voit que c'est un profil
de sol
c'est quand même impressionnant comment
revient la vie du sol qui s'assoira tous
les verse sur les bactéries que ça soit
les champignons c'est vrai que si on
regarde nos verne premiers centimètres
de sol quand on voit la porosité qu'il
ya dedans je vois pas comment des
racines ne peuvent pas se développer
alors que jusqu'à là entre en labourd on
arrivait à 20 centimètres on avait cette
semelle qui s'était formée finalement
aujourd'hui c'est ça fait plus peur
parce que c'est devenu une habitude puis
finalement lui le mais c'est un peu
poussif au départ parce que parce qu'il
n'a pas ce sol travaillé et on as des
sols plus froid et on n'a pas de
minéralisation mais à côté de ça fasse
et trois quatre cinq feuilles à 6
feuilles est vraiment là lemaïci démarra
et même le voisin qui en labour ou comme
ça le maïs veulent passer devant et il
va compenser il va exploser
et voilà c'est un autre c'est notre
cycle que fait le maïs en semis direct
vraiment les débuts sont très lents mais
une fois qui va commencer à installer
son système racinaire et a capté l'azoté
à être bien on vraiment ça démarre ça
démarre vraiment fort et donc non ça ne
me fait pas plus peur que ça la seule
chose à mon goût qu'il faut gérer c'est
vraiment les densités de découverts qui
viennent avant maïs de pas trop sur
densifier les années précédentes j'avais
voulu faire des gros couvert pour amener
du carbone au sol pour les lancers
donner à bouffer mais sol et finalement
ce printemps pluvieux qu'on a eu froid
après les semis a fait que samassa m'a
déçu parce que les maïs n'avançait pas
les limaces il était dessous
il pleuvait en permanence donc ça se
réchauffe et jamais et puis ce gros
match qu'on avait dessus faisait que le
rayonnement du soleil n'arrivait
n'arrivait pas jusqu'au sol
donc c'est pour ça que j'ai dit avant on
a hissé avant soja il faut vraiment
faire découvert allégé et donc je mise
beaucoup sur mes couvert d'été pour pour
faire une grosse fissuration des sols et
amener du carbone et mais couvert avant
avant cultures de printemps ça va plutôt
rester léger sur des légumineuses qui
deviennent noirs en se dégradant et qui
vont permettre ce réchauffement rapide
rapide des sols cos si on passe sur le
soja soja donc moi je trouve un soja
comme une plante avec un système
racinaire quand même beaucoup plus
beaucoup plus feignants
donc même sur des sols qui sont pas tout
à fait après à sur des grosses
profondeur
à recevoir un gros système racinaire je
trouve que le soja bien s'adapter
donc je mets un peu de graminées avant
soja un peu légumineuses même peu de
graminées aussi pour un petit peu
appauvrir le sol en azote et essayer de
faire que mon soja derrière on va devoir
créer de l'anosy t es vraiment bossé
bossé pour vous pour être autosuffisants
le seul souci que j'ai eue c'était sûr
de l'avoine donc lavoine je me suis je
me suis juré de ne plus en faire parce
qu'elle avait tendance à redémarrer dans
ma culture donc bon sur un sous genre on
peut toujours faire un antigraminées
quoique j'avais essayé quand même de la
de l'ata perdant aux glyphes au juste
avant la sortie du soja mais pareil que
maïs on vient ce alors je suis aussi en
monograine sursemis de soja vraiment à
alan cm très peu même si des grains voit
le jour à l'entraînement de mention
c'est pas grave je préfère qu'ils qui
voit le jour plutôt que d'être trop
profonde parce qu alors là ils se
fatiguent
je trouve qu'ils se fatiguent et très
vite à sortir donc toujours pareil se
mit à 40 on est sur des densités à 450
me legrand à peu près à 1 culture en
culture on est sur du c'ur du zéro ou du
groupe en général on sème sa début mais
plutôt début début mai sur des sols bien
réchauffé alors toujours dans le vert
qu'on vient rouler après
on inocule
alors pour les premières parcelles font
les parcelles en première année de soja
toujours pareil inoculum faire la
bétonnière autour du grain à deux trois
heures avant semis des essais
intéressants à mener j'avais enrobé avec
un produit de chez macaca qui s'appelle
labit nord c'est en tout cas avec des
acides du mic et fulchic suis trouvé
vraiment une grosse rigueur de départ
moins de perte à la levée et un
feuillage une densité de feuillage très
très importante donc c'est vraiment une
et c'est que je vais mener cette année
2 je trouve que l'enrobage est beaucoup
plus bénéfique que sur un maïs avoir
avoir à voir si ça se confirme
après ça reste assez léger un désherbage
de pulsar à 2002 et un antigraminées en
ceinture y en a un je crois qu'on était
deux à deux mille doses aussi on n'était
pas sûr de la plaine aux pour contrer un
petit peu les effets phyto du pulsar
je suis parti sur des produits à base de
bore molybdène le bord pour un petit peu
les faits les faits phyto réduire cet
effet phyto et le molybdène qui est
plutôt un effet sur tout ce qui est fait
comme nation à fécondation du soja a
donc plutôt bénéfique c'est la première
année que je vais essayer plutôt de bons
résultats donc après le son bord
molybdène
faut que je le retrouve sa faut que je
le retrouve
mais je sais qu'à chaque fois je faisais
ça un suivant du désherbage notamment
plus tard pour contrer l'effet tito donc
ça fait quelques passages mais vraiment
mais vraiment vraiment très content
vraiment très content puisqu'on a
trois variétés cette année année c'est
dans l'une une variété italienne qui
monte à 55 quintaux donc vraiment très
très jolie alors qu'on avait eu des
pertes à la levée du à un gros coup vers
je me suis laissé partir le couvert
jusqu'à dix neuf tonnes de matière sèche
et là vraiment se met là dedans c'était
très joli mais montceau jamie quasiment
est en moi avant de sortir de ce
paillage quoi ils étaient là ils étaient
faisait 10 12 cm qui n'était toujours
pas sorti le monde voyage donc là j'ai
commencé à prendre peur se met quatre
cent cinquante mille ha en moyenne en
sortez de là 280 300 milles donc
heureusement que le soja riz va
compenser les rires sinon je pense que
c'était pas une super année qui se
dessine et à côté de ça on a fait
quelques essais un double culture hors
jeu soja donc là par contre soja triple
zéro et retapé z/os que je viens inoculé
aussi mais ma stratégie de désherbage à
peu près derrière orge par contre sens m
ça très très fort si ça
cinquante mille îles est faux parce que
ça compense pas pas vraiment mais on va
quand même chercher cette année du 35
quintaux derrière une orge donc plutôt
plutôt très positif l'appareil même
stratégie de désherbage quoique je crois
qu'on a fait que un pulsar est enceinte
sur yon
un pulsar à demi-dose un centurion à
2012 est toujours revenir avec ce bord
molybdène et j'avais aussi essayé pour
essayer de booster qui peut tout ça delà
de la mélasse de canne à sucre en pu
lever pour essayer de réduire cet effet
phyto et amener du sucre pour essayer de
booster un petit peu la plante
je pense que c'est des essais à arreux
essayé avec une bonne heure un bon suivi
de culture et surtout à aider des pesées
pour vraiment voir ce que ça ce que ça
apporte la dose donc mélasse mélasse de
canne à sucre parce que la canne à sucre
c'est celle qui est la plus la plus
liquide
je mélangeais ça j'étais sûre du 10
litres de mélasse cours à 150 litres de
bruit de mémoire parce qu'il fallait
quand même bien là liquéfié et un mehdi
litres ha voilà de mélasse
et je trouve que ça avait quand même un
effet un effet pas négligeable pour
quelque chose qui coûte vraiment pas
cher alors cessé dé passage à faire mais
bon aujourd'hui on est quand même équipe
et sur des sur des publics qui sont de
plus en plus large
je pense qu'en des mictions tiers n'est
quand même pas mal quoi donc je vais
leur mené avec vraiment maintenant
laisser jusqu'au bout en allant jusqu'à
la pause est bon cette année les
conditions fait que tous les
entrepreneurs étaient un petit peu un
petit peu pris un petit peu speed et en
fin de campagne donc compliqué de leur
dire de prendre le temps de peser les
essais donc voilà ça sera ramenée
l'année prochaine j'espère en meilleure
condition
donc pour moi le soja aujourd'hui on
passe beaucoup sur des semences de ferme
c'est quand même de la culture où il ya
très peu de mises de fonds et nous on
retombe facilement sur ses pattes je
trouve
sachant que nous on utilise vraiment
pour la protéine pour sur l'atelier
canard et
avec un système de taux stage derrière
pour la rendre comestibles et on a des
très très très bon rendement
au niveau qu'un art en se faisant la
protéine comme ça bien mieux que des
tourteaux qu'on achetait autrefois et et
on sait jamais trop ce que sa dose de là
au moins on sait on sait ce que ça donne
on sait ce que ça ce que ça amène au
bout quoi et enfin sur la partie
triticale donc moi choix du triticale
sur l'exploitation de pour la rusticité
de il ya le côté à côté animal donc
triticale plus riches en lysine et
méthionine que le blé nous la lysine
meet you c'est ce qui remplit le magret
donc comment les pays à la viande sur la
partie élevage très important pour nous
mais aussi la rusticité du du triticale
ça fait maintenant six sept ans qu'on
travaille avec du triticale
j'avais pour habitude de faire du kws
fido en semences de ferme que moi je
trouvais très performant et aujourd'hui
on en revienne ya des essais qui
s'emmenait notamment christophe cassou
long qui a mis ça en place cette année
avec un gros dunk en ils ont mélangé
quatre variétés différentes que je n'ai
plus en mémoire quatre variétés
qu'ils viennent en fait ce centre est d
une autre alors il n'y a pas de fond j
les épis les auteurs des peas ont quand
même sur une tranche de 20 cm les unes
des autres donc pour la récolte c'est
quand même assez simplifiée et on s'est
rendu compte que il y avait beaucoup
moins de verse sur des sûr d'être et
ical qu'ils font quand même énormément
de paille et des rendements qui sont
vraiment vraiment présente donc ça c'est
quelque chose à a poussé ce mélange de
variétés qui fait qu'au sein d'une même
espèce ça peut être quand même très
bénéfique
un mois pour ma part j'étais toujours
avec mon fils de cette année gros gros
potentiel à gros potentiel à plus de 90
quintaux cette année malheureusement
deux semaines avant de ramasser une
grosse pluie et un gros et une grosse
tempête
il nous a tous versé ce qui fait qu'on
termine à 80 quintaux
on a pu quand même ramassé les bandes
qui sont restés droite à et nous
indiquer plus de 90 quintaux à la
machine donc le potentiel était là le
gros problème qu'on a eu c'est qu'on a
dû donc rasé en avait huit tonnes de
paille au sol donc tout ça on a dû les
sortir les exporter pour arriver à semer
notre couvert des téméraires mais bon
voilà c'est pas il va nous servir nous
et on y reviendra un amendement fumier
de damas pour apporter le carbone corps
qu'on a sorti mais voilà pourquoi le
choix du triticale donc là on est en
semi semi on se mord à céréales derrière
en soja donc c'est vrai qu'il ya peu de
résidus pour autant il n'a pas forcément
beaucoup de lever d'herbe
si les désherbages soja sont bien faits
je trouve que que derrière y'a pas
forcément beaucoup de lever l'herbe on a
des en général soit je fais un petit un
petit griffo à 0,8 litre au smi est en
général si la culture démarre bien j'ai
pas y revenir c'est rare quand je fais
en rattrapage dessus ou alors je fais un
accès aux harmonies à 2002 ça suffit à
réguler tout ça
comme très rustique je fais quand même
un fongicide un piano sur les piétons
pour essayer de protéger quand même le
grain parce qu'on aura quand même une
région plutôt humide humide et chaude au
printemps donc voilà ça peut être
favorable au développement des maladies
c'est vraiment pour assurer parce que je
le fais consommer derrière donc j'ai
envie de la voir quand même un aliment
serre dans mes bâtiments
mais voilà je m'exclus pas de le faire
parce que c'est pas ce qui me coûte le
plus cher sûrement sur mon intérêt donc
sur mon itinéraire mais voilà en 7 1 2
de triticale
on a eu une très mauvaise année où on
est tombé à 40 quintaux ça c'était il ya
deux trois ans de ça où on a eu vraiment
ddt gros problèmes climatiques sinon
tous les ans on peut s'assurer entre 75
et 85 quintaux tous les ans les faits
quand on les fait avec un intérêt un
itinéraire semis direct de la zot donc
l'âge de fertilisants digestat donc ça
me coûte pas cher je passe deux fois en
digestat pas trop tôt parce que sinon on
a tendance à se faire verser les les
laiteries tikal sur les fans de cycle
avec un total de onze autres à 160
unités 178 unités grand maxi quoi parce
que comme ça fait beaucoup de paille
après s'avère s'avère très vite
mais voilà on est sur des itinéraires
quand même très très très très simple et
là encore comparer en maïs qui peut des
fois être très en dents de scie le
triticale je le trouve très très
linéaire alors si on voulait en faire
une culture de rente
on n'irait pas chercher des gros
potentiel de marge économique mais on
s'assurerait un petit 500 euros
l'hectare je pense que c'est jouable en
triticale sur des cours relativement
moyen quoi pas les insecticides
insecticide j'ai tendance à quand même
un enrobé masse immense avec un
insecticide
oui pas d'insecticide foliaire mais à un
insecticide dans un enrobage à demi dose
en général vraiment pour essayer ça
m'est arrivé l'année dernière de devoir
finir avec une semence non traités parce
que parce qu'il me manque un petit peu
de semences je suis parti en semences
basiques comme ça ce que j'ai remarqué
c'est que il y avait une beaucoup plus
grosse vigueur de départ ça c'est sûr
après voilà du coup pas des insecticides
en feu hier sur cette partie là quelques
puits seront quand même présents et
pourtant pas plus d'attaquants que ça
est ce que c'est le triticale qui moins
sensible à ce que c'est une part de
chance peut-être aussi voilà à vérifier
mais je pense que je remets n'aurait des
essais avec et sans enrobage est à
prévoir à voir si présence de pucerons
pas peut-être faire un insecticide sinon
essayer de s'en passer et filles et fils
est comme ça quoi parce que vraiment la
différence de germination et de vitesse
de lever c'était c'était c'était c'était
incroyable quoi et puis ça tu aller
beaucoup plus vite que le reste ça ça
reste est beaucoup plus chez ti c'était
plus lent en à la ferme il ya vu il
avait plus de différence sur sur la
hauteur finale sur le sur les épis sur
la taille des épis tout ça tu avais rien
de significatif
mais au départ c'était quand même
c'était quand même par langue donc je me
dirais que pour la gestion de l'herbe
c'est quand même bien que ça démarre et
que sa taille très vite
donc voilà je pense que c'est quand même
quelque chose à regarder de plus près
ouais je mets tout sous forme de
digestat ça m'arrive des fois des années
où je vais me mettre un petit 18 46 au
départ surtout pour mes du phosphore au
début de la plante fin au début du cycle
de la plante
mais après que de la zot que de la zot
près le digestat est assez assez bien
assez bien équilibré en mpk
donc de passage de 10 est en général à
une quinzaine de mètres cubes maxi pour
éviter les allers retours des tentes
dans les champs aussi donc ça fait des
petits apports en deux fois
pour moi ça suffit largement quoi parce
que c'est vrai que le digestat ça sert
mais quand même un gros coup de boost
sur les cultures et quand même une bonne
partie des autres des hôtes sous forme
nitrique et ça
ça booste quand même pas mal sur le
départ des l'implication les oligo pas
d'oligo
pendant le digestat que je sache mais
pas un apport faut lire de ma part non
plus n'ont rien du tout j'ai eues me un
durcisseur à la cette année je me suis
laissé passer le stade
et quand j'ai puis revenir on a eu des
gelées donc j'ai fait le choix de ne pas
le mettre parce que je voulais pas me
cramer la plante les années d'avant
j'avais humide et durcisseur je sais pas
si des raccourcisseurs sont très
efficaces sur triticale il faudrait que
je creuse peut-être mais c'est à
travailler oui parce que quand on voit
ce dernier commence à s'inverser à ça
mais c'est quand même assez décevant
parce qu'on avait quand même du gros
gros potentiel en triticale même s'il ya
des blés qui sont arrivés à 100 quintaux
cette année à faire 90 c'est qu'un
triticale c'est quand même très joli et
c'est quand même rageant de se retrouver
par terre
mais oui c'est une question à creuser
durcisseur raccourcisseur je sais pas
faut que je bosse on est à deux mémoires
ils raisonnent à 30 sur les analyses
qu'on a pour ses pour 35 mètres cubes à
porter on est sur du 150 unités d autres
total 150 unités de total on est sur du
90 de phosphore et 80 de potasse je
crois de mémoire pour trente 30 mètres
cubes et apportez donc il faut faire le
rapport au mètre cube
voilà et après l avantage de ça amène un
petit peu de calcium il ya un petit peu
de calcium un petit peu de soufre aussi
de mémoire et après voulant cet
équilibre cet équilibre 150 90-91 haute
phosphore potasse pour le pour le
digestat de ce que je sais moi donc je
travaille avec mes talents mais talent
d'hagetmau qui a été repris par par
xavier labat
xavier bon qui à la base est agriculteur
il avait aussi monté où ses parents
avaient monté une partie assainissement
donc ils vident les fausses les fosses
septiques des maisons donc tout ça ça
revenait un méthaniseur lui avait le
plus gros méthaniseur privé d'europe de
mémoire donc sur la commune
d'aire-sur-l'adour
donc il avait déjà un outil qui tournait
très bien avec
il avait des ingénieurs là dessus des
biologistes qui tournaient donc il
connaissait le connaissez le processus
il a repris mes talents d'hagetmau suite
à une gestion un petit peu moyenne donc
c'est lui qui a relancé tout ça alors à
la base il y rentre beaucoup de graisses
de graisses beaucoup de déchets
d'abattoirs de 17 usines notamment les
usines bonduelle maïs de haricots donc
pas mal de déchet comme ça quelques
déchets agri donc des fumiers des
lisiers et et des déchets verts
il fait attention quand même il met 1
un gros point sur le fait que l'elysée
doivent être stockés en faut se fermer
pour éviter vraiment maximum l'édition
avec l'eau parce que mais voilà de l'eau
sa maîtrise rien du tout donc il essaie
d'avoir quand même le deal et lisibles
et plus concentrés pour cible même s'il
sait très bien que tout ce qui est
lisiers fumiers c'est parce qu'ils
maîtrisent le plus en pouvoir
méthanogène on est là on est à pas grand
chose
mais voilà métal en avait été créé à la
base pour se servir des lisiers des
fumées des agricotours donc lui qui est
à gries il voulait continuer de faire
retourner à cet échange agriculteurs
méthaniseurs et donc il ya quand même un
corps des agriculteurs qui travaillent
en lui fournissant ses musiciens après
pour le reste des matières premières ça
dépendra ça dépendra vraiment du cours
de ces matières parce qu'il il en achète
aussi pour faire tourner ce méthaniseur
et après on en est pas on n'est pas
dedans donc ça c'est les biologistes qui
gère les matières qu'il faut faire
rentrer selon les rendements qui veulent
avoir quoi après en sachant que ils ont
ils ont trois moteurs là-bas impuissance
au total je la connais plus de tête mais
c'est quand même un gros gros gros si
tant est que voilà là où ils ont le plus
de problème c'est sur le stockage donc
pour faire tourner les trois moteurs
plein de puissance ils sont en capacité
de le faire ça ils ont isolé
ils ont les équipes techniques pour le
faire le ce problème c'est que ça
demande énormément de matière qui
rentrent donc énormément de matière qui
sortent et donc en logistique stockage
de compagnie c'est là qu'ils sont un peu
plus limité mais à xavier est en train
de travailler dessus donc voilà
peut-être qu'un jour ils arriveront à
tourner à 100% de mes capacités
tout toute l'année couche en existe de
sol pour le moment on n'arrive pas avoir
grand chose
vinci on se focalise sur la matière
organique parce que moi c'est ce que je
regardais le plus parce que je voyais
qu'elle se dégrader très vite donc
c'était vraiment ce côté là que je
voulais que je voulais bloqué au moins
cette fuite la matière organique
donc là on sait au moins stabiliser
voire on reprend un peu mais c'est pour
le moment sur cinq ans c'est quand même
très léger ce qui est le plus parlant
c'est quand même de regarder les sols de
mettre un profil de sol et de voir b
toute la vie qui revient quand on voit
tout ce qu'on a fait subir les années
précédentes et qu'on voit la vie qui
reprend et comment elle peut pardonner
c'est je crois que c'est ça le plus
impressionnant est donc non sur les
analyses pour le moment j'ai pas su voir
de deux points qui se dessinait plus
vite que d'autres mais voilà on a au
moins la limite est fixée la matière et
voilà on a espéré que dans les années
futures et puis se reprendre à une
augmentation au moins si elle est légère
qu'elle soit au moins linéaire quoi donc
quand on a fait le choix de donc quand
j'ai fait le choix de partir en semis
direct
c'était quand même un gros pari on avait
investi sur du matériel pour tu suces
miss un labour deux ans attendent donc
on avait du matériel qui était neuf
on avait un des compacteurs 1h séance
noire qui était qui et nf de deux ans
donc dire à mon père qu on devait tout
vendre pour repartir sur du matériel
sans savoir si ça marcherait ou pas
c'est un peu compliqué donc j'avais fait
le choix d'investir à pas cher j'avais
acheté un vieux cemea tôt d'une cuma qui
vendent et ça dans le gers pour faire un
petit peu mes premiers pas dans le
direct donc j'avais commencé par les
cultures les plus simples donc c'était
parti sur un tri tikal inculture de je
trouve que les céréales diverses et les
plus simples à réussir un semis direct
donc j'étais parti là dessus derrière en
maïs
ça s'était très bien passé petit à petit
la note après j'avais attaqué par des
couverts et continuer ses cultures
d'hiver j'avais fait semer un peu de
maïs en prestation par un entrepreneur
qui faisait déjà du maïs direct à 40
donc sur 4 ha ça s'est très bien passé
on avait un essai en place aussi sur
deux sur deux variétés différentes l'une
ou l'autre s'est très bien comportée
donc c'est cette année là qu'on est
arrivé à faire un puissant 50 quintaux
donc là bas j'ai dit allez on fait le
choix d'investir et on passera les
parcelles petit à petit donc on avait
gardé une part du matériel à côté
une part du matériel à côté pour
continuer d'être les parcelles à ans un
labour et on passait petit à petit les
autres en semis direct donc en ce mormon
au grain on est sûrs en ceux-là seront
sol a traîné à 40 départements on est
franc à quarante d'écartement avec
ingres et liquides localisation gré
liquide dans le rang et pour le summer
de céréales j'avais importer le premier
gilles dans la zone donc gilles c'est un
constructeur espagnol qui a le même pied
que jean dira où l'ancien pied de gens
dire qui est fait par ina gros et c'est
à peu près la même conception que le
gens dire sauf qu'il n'y a pas cette
pression constante que cas le gens dire
ah mais moi je trouve qu'un rapport
qualité prix
c'était l'un des meilleurs de moi qui
suis pas pur céréaliers ça m'allait très
bien dans ce que je voulais pas non plus
mettre énormément d'argent dedans de la
ferraille donc c'est vrai que j'en avait
revendu beaucoup à côté ce qui m'a
permis de ne pas avoir à remettre
beaucoup sur sûr c'est ce moment là mais
je suis quand même très content du gie
de la mise en terre tout ça jusqu'à
présent je m'en suis pas plein du tout
on a trois caisses dessus pour faire des
associations on a une vis de chargement
derrière on a l'un des éléments summer
les meilleurs du marché je trouve
et voilà si c'est juste impression de si
c'est juste une question de pression au
sol sait pas ce qui me dérange le plus
parce qu'on a des bagages rude pour
décaler pour décaler les
le poids du semoir par rapport aux
lignes de semis donc jusqu'à présent je
n'ai pas trouvé que ce soit un frère de
mettre de la pression au sol est pour le
soldat dans la zone christian abadie
avait fait des essais il ya quelques
temps de ça c'était le semoir qui se
révéler avec les meilleurs taux de lever
comparé à si on comparait aux cemea tôt
elle monograine si on comparait aux gens
dire au maxi maire joue quoi
par sa faible ouverture des disques
c'était celui qui avait le meilleur tour
de lever donc voilà on n'allait pas
j'allais rien apprendre à christian donc
j'ai fait le choix de de faire comme lui
d'investir dans le même sort que lui
aujourd'hui sur la zone toutes les
personnes qui sont passées en semis
direct sont passés sur ce bord là et on
n'en voit pas d'autre ou alors s'il y en
a d'autres il ya peut-être un van der
stadt qui traînent par là mais mais
c'est tout ce qu'on boit et après du
coup aujourd'hui j'ai fait le choix de
revendre tout mon matériel comme on est
à 100% semis direct donc je me retrouve
avec un hangar qui est quand même pas
mal épuré puisque ont assez de ce mois
un épandeur d'angré centrifuge est il
bien pu lever et un broyeurs à axe
horizontal avec un rouleau à l'arrière
et qui va rentrer prochainement un
rouleau faca pour mettre l'avant pour
changer un petit peu de stratégie jeux
sommet et je roulais après avec une
cambridge et aujourd'hui j'ai plutôt
envie de passer avec un coup l'ofac à
l'avant a peut-être essayé d'écarter un
petit peu la visitation voir si ça peut
se faire pour mettre un petit peu à nu
cette ligne de semis toujours dans un
quinquennat
dans un but qu'elle se réchauffe très
vite voilà donc ça c'est un étude là je
suis en train de rentrer ce rouleau faca
qui va essayer d'être adaptable pour les
deux sont morts donc en cas de mètres
vers sur le gilet en trois mètres 60 sur
le sol à et voilà le seul évolution qui
resteraient sur le matériel sinon plus
les investissements sur du matériel
je fais avec deux tracteurs qui ont 6200
heure chacun on a beaucoup moins de
conso de gasoil jeu les préserve au
niveau mécanique donc voila moi c'était
vraiment le but c'était de ne pas avoir
ré investir dans du matériel pendant
détracteurs surtout c'est les mêmes
tracteur qui me servent à l'élevage donc
ses détracteurs plutôt de moyenne
puissance en gabarit plutôt plutôt léger
toujours dans une question de
préservation des sols et parce
qu'aujourd'hui c'est plus tirant du tout
donc aujourd'hui en semis ont celui on
tourne sur du 3 4 4 5 litres maxi de
gasoil à l'hectare voilà avec des
détracteurs qui tourne à milan entre
1300 et 1600 tours minute
donc voilà pour moi c'est très
confortable quoi l'idée de la direccte
de temps de travail
alors la baisse du temps de travail
je l'avais chiffres il ya quelques
années de ça de mémoire on était sûrs du
demi heure ou trois quarts d'heure à
l'hectare quand même de baisse mais
finalement les pointes de travail ne
sommes plus qu en avant c'est sûr pour
semi on passe moins de temps parce qu'on
n'a pas de la bourre on n'a pas assez on
n'a pas ceci cela on s'aime beaucoup
plus vite mais on a cette phase de
travail qu'on a en moins au départ en
lan ou plus sur la récolte puisqu'on à
la récolte on a les semis et les
broyages affaire donc en fait on essaie
de ramasser de ses 2 ans de
deux pics de travail qui sont
différentes du carnet en travail du sol
mais c'est aussi pour ça qu'on a cette
rotation des cultures au maïs soja
triticale qui fait que en fait on arrive
un lycée par ces trois cultures un petit
peu un petit peu sur l'année parce que
voilà on a les semis de triticale qui
arrive un peu plus après les semis de
couverts mais ces surfaces qui sont
semaine triticale ne seront pas à semer
en soja ou de maïs
donc voilà celui qui demande un peu de
temps c'est peut-être le double couvert
d'été mais je trouve qu'il a tellement
de bénéfices qu'on peut pas si on ne
peut pas s'en passer alors oui il coûte
cher en semences et écoute peut-être
charente en passer mais bon il revient
que tous les trois ans donc c'est pas
lui non plus qui va qui va qui va nous y
mettre dedans financièrement quoi donc
c'est un mois près de travail et
peut-être à essayer de travailler au
maximum sur des graines sur des semences
de faire nous pouvons réduire les coûts
et voilà mais pour moi le double couvert
a tellement de tellement davantage que
vraiment il faut pas s'en passer quand
précisé la dose alors là cette année en
j'étais partie sur du 20 kg de sorgho
piper et de mémoire du 30 kg de
tournesol alors c'est très dansant
couverte c'est sûr mais cette densité de
couverts fait qu'en fait les pailles
sont très fines
parce que la concurrence à la lumière
fait que ça va
ça va c'est phil est très très très vite
donc ça va monter monter monter pour
chercher la lumière et ça va pas faire
des grosses des grosses tiges ça va
faire des bêtises très très fine donc en
fait ramené au sol ses tiges de très
très fine vont avoir un pouvoir un
pouvoir de couverture énorme comparé à
des grosses tiges qu'on va mènerait au
sol et qui laisserait des interstices
entre elles
l'asse s'est plaint de deux petits fils
en fait qu'on ramène au sol et qui
couvre très bien donc c'est pour ça que
je voulais densifier énormément ce
couvert d'été pour moi en servir de
paillage et de gestion de l'herbe
jusqu'au printemps d'après par contre en
légumineuses j'avais fait le choix de
réduire avant on était sûrs du 200
220 kg de féverole 32 lavoine 32 singles
ça c'était le couvert que je faisais
avant aujourd'hui je suis passé sur du
189ème vol 10 devès devait se veut lui
est un petit peu de phacélie donc s'est
découvert quand même beaucoup plus épuré
parce que ce fait le rôle qui a ce port
dressé laisse comme beaucoup passer la
lumière
j'avais choisi la phacélie la vaysse
pour un peu couvrir un peu plus couvrir
et bloqué un peu la lumière mais pas
trop quand même toujours dans ce but
garder ce rayonnement qui arrivent au
sol
mais voilà légumineuses pur 1 peut-être
que je m'y amuse aurait pas tous les ans
parce que on a ses problèmes sur
féveroles qu'ici se met trop tôt et
quand même à sensible à l'anthrax n'ose
donc il faudra peut-être pas s'y amuser
tous les ans mais voilà je vais quand
même peut-être essayer de retravailler
un couvert pour l'an prochain mais
toujours dans ce sens de ce mets quand
même peu dense avant un maïs wav en soja
mais densifier mais couvert d'été pour
ramener se paya gse carbonneau donc
après si on veut faire un tour sur la
partie animale comme c'est quand même la
partie à la plus importante de notre
exploitation dont qu'on avait on s'était
tourné pour pour pour réduire les
intermédiaires sur le canard donc sur la
partie élevage gavage donc on a la
partie séchage aussi on avait fait le
choix de partir en 2011 sur du séchage à
basse température cellule sécheuse ne
marque s'occupe en sèche à 50 degrés
pour essayer de préserver un maximum la
qualité du grain donc sur la partie
canard on est à trente sept mille
canards élevés et gavé donc c'est à dire
on les reçoit un jour et ça parlera
enfin de gavage en abattoir donc on
travaille pour la marque labeyrie on
nous oblige à acheter un peu de
démarrage et un peu d'aliments finition
donc le démarrage se se forme est forme
de 2000 est donc vraiment où tout petits
nous on n'est pas en capacité de le
faire parce qu'on n'a pas d'outil de mon
de de presse ou de modulation de cet
engrais de synthèse de cet aliment
donc on achète 7 7 me et un démarrage
pour démarrer nos canaux temps on achète
un kilo de démarrage d'aliments
démarrage donc ça ressemble un petit
vermicelles c'est vraiment tout petit et
après à partir de là nous on emboîte le
pas avec notre aliments on doit faire
varier la granulométrie par un broyeur à
disques à l'écartement variable donc on
va vraiment vous gérez la granulométrie
de chaque matière première quand on va
mettre tout au long de l'âge des canards
donc on a trois aliments à peu près un
démarrage un croissance en finition où
on démarre plutôt avec de la protéine et
aux philippiens la protéine baisse et
c'est plutôt l'énergie qui va monter et
c'est granulométrie vont évoluer d'une
alimenterait faire un aliment très
grossier pour faciliter la la
l'appréhension par les canards parce que
le canard à bec sous forme de pelle donc
lui il vient pas comme un poulet où il
va venir picorer lui vient vraiment à
racler et et il rencontre le plus
possible donc c'est pour ça qu'on essaye
de faire que l'appréhension leur soit la
plus facile possible donc on lui laisse
quand même un aliment très grossier donc
un aliment composé maïs soja triticale
tourteau de tournesol eye pro et en
minéraux
donc voilà pour l'alimentation on est
quand même sur des produits très noble
sauf le tourteau de tournesol qui est là
pour un petit peut réduire les coûts des
formes et le maire se fait entre 15 et
25% donc c'est pas lui qui est qui est
majoritaire dans ces alimentations et
donc on termine au canard avec un
aliment qui a acheté sur l'un sur la
dernière semaine où les derniers dix
jours un argument qui au contact de
l'eau va gonfler pour préparer le
le jabot du canard donc cet organe qui
va venir réceptionner les premières à
faire les doses de pâtes etc on lui
enverra un gavage dont conviennent
travailler cette poche c'est comme un
muscle en fait où on vient de travail et
d'élasticité et donc armes en genre et
en allant boire parce que le canard est
un gros consommateur d'eau il va
travailler à tout seul ce set elle cette
élasticité du gerbaud et après pour
pouvoir supporter la phase de gavage qui
durera qui durera une dizaine de jours
où là encore ça sera notre maïs toujours
ses chats blast température est broyé à
broyer dans un broyeur un marteau pour
sortir vos mains une farine très très
fine et ce cycle qui durera 10 jours
jusqu'à jusqu'à l'abattage des animaux
donc voilà pour la partie pour la partie
animale la paille on est sur de la
paille de triticale toujours pareil
conviennent broyer pourra pour essayer
de maximiser les portes d'entrée de la
paille est donc le cas là que le captage
de l'humidité dans les dents les fumiers
après ça peut arriver qu'on apporte des
assertions de litière des matières qui
vont commencer à faire dégrader aussi
ces fumiers et on le voit très bien
parce que quand sort ces fumiers qu'on
l'aimé en stock au charme juste avant
d'épandage ils sont déjà très dégradées
a déjà beaucoup de bactéries le
champignon qui s'y met dedans et le voir
déjà beaucoup de verre qui s'y sont
installés aussi dedans donc il ya quand
même un effet de ces produits apportés
donc je pense que le travail sur sûr sûr
sûr ces produits de dégradation des
lisiers des fumiers sera très importante
à travailler par la suite
dans un souci de qualité sanitaire des
bâtiments est aussi derrière de
valorisation de ces fumiers
en culture donc c'est assez cette année
comme bon je reviens à maïs l'an dernier
on avait le maïs à 30 km de la ferme
donc c'est pas idéal et puis c'est pas
les c'est pas les meilleurs potentiels
pour aller faire des essais des terres
très hétérogène cette année je reviens à
un mail sur miramont donc comme comme
d'habitude on va mettre en place des
essais variété déjà voir sur ces semis à
40 quelle variété s'adaptent plus
facilement que les autres parce que le
semis à 40 n'est pas n'est pas opportun
pour toutes les variétés certaines
vérités ne tolère pas cette concurrence
et donc vents vont perdre énormément
quand on perd en direct quand il ya des
des variétés qui ne supporte pas le
direct ça peut aller très vite
autant aller performer très fort vers
l'eau autant peut aller performer très
fort vers le bas si on a des kilos à
perdre sur une variété qui marche pas ça
va très vite se faire ressentir au lieu
de faire un 110 ou 120 quintaux
on va tomber à 80 ça va être très vite
vu donc on peut prendre le risque de
partir sur des sûretés variété inconnue
sur des grandes surfaces donc je me fais
toujours une pépinière où je vais je
vais essayer des variétés je vais
essayer des densités aussi au sein de
ces mêmes variétés les à côté de ça on
va voir aussi un essai fertilisation
donc toujours essayé de travailler sur
ces acides du mic public peut-être
réussissent ce produit d'enrobage que
j'avais essayé sur soja l'essayer sur
maïs et après tout ça par contre en
l'emmenant vraiment jusqu'à la pesée
vraiment la fin des essais voir ce que
ça donne
partie soja on va essayer encore recette
inoculant 7 inoculant la base de 1 des
cas si deux uniques et fulchic quelques
peut-être variété un essai sur soja
avoir ça peut si on peut trouver du
marité intéressante encore quoi comme et
c'est peut-être cette mélasse de canne à
sucre encore à essayer voir si elle
apporte quelque chose avec ce sucre
essayer de voir si ça veut booster ou
pas quoi comme essais non ça sera à peu
près tout après en fertilisation bon ça
bouge pas trop ces palawan a le plus
baissé à faire je pense c'est plutôt sur
des variétés de génétique r et d
enrobage vraiment pour pour booster
parce qu'on voit que vraiment c'est le
départ de du cycle qui est très lourd
donc je pense que s'il ya une moment du
cycle du cycle des plantes où il faut le
travailler c'est ce départ là c'est le
plus poussif c'est là où il faut
vraiment à mettre le plus le plus de
conditions favorables à la plante donc
voilà on va essayer de travailler sur
sur toute cette zone là le maïs a valu
de la graine au stade 3 feuilles et le
soja pareil delà du stade de graines au
stade premières feuilles triffault lié
sait les zones où je pense qu'il faut
essayer de travailler sur mettre les
conditions optimales aux plantes
725 est en train de tomber quelques
maladies temps de cycle il a performé
très fort ça y'a pas de soucis
aujourd'hui d'un petit peu en retrait
moi j'avais fait le choix de partir sur
plutôt d'aider des précoces ou des demi
précoce pour avoir un cycle quand même
plus court on se rend compte aujourd'hui
quand même que ces variétés la de ces
coincer le la partie g2 qu'ils appellent
g2 g3 cd demi précoce de me tardif va
quand même chercher du potentiel même
avec des indices a380 ou 4 cents sans
avoir de gros samedi ça on arrive à
aller chercher de la performance moi
j'avais fait du sens 50 quintaux avec 1
423 qui est pas un indice à énorme et
surtout pour que ça arrive à maturité
assez tôt et qu'on puisse se dégager les
parcelles avant l'arrivée des pluies
quoi aujourd'hui sur les essais je vais
peut-être essayer d'aller chercher un
des indices un peu plus au pouvoir si on
peut aller chercher des rendements
déplafonné des rendements jusqu'à
présent c'était pas mon optique de
déplafonner les rendements bon je
voulais surtout avoir un rendement
correct et une humidité faible parce que
les coûts de séchage même si c'est chez
moi je préfère aller faire de la
prestation pour quelqu'un d'autre que
c'est chez mes propres maïs aujourd'hui
peut-être dans dans une optique de me
rassurer de me dire que je peux aller
chercher du potentiel dans cette
technique là j'ai avec mon technicien
pioneer remis des essais en place sur
des indices un peu plus tardif et voir
les rendements qu'on peut aller chercher
tout en gardant l'humilité quand même
qu'on a au bout boira si ça vaut le coup
de se repencher sur ces variétés ou pas
donc
voilà un petit peu les essais quand vous
menez j'ai beaucoup travaillé avec du
pionir ar âge et était présent aussi
pour faire à quelques quelques essais
c'est vrai qu'ils ont des vérités qui
sont pas qu'ils sont pas des commente le
mexique ni l'uruguay knicks qui arrivent
là il avait à une variété cette année
encore sous numéro qui était prometteuse
voilà elle est encore à confirmer mais
moi j'ai mon petit lot de pioneer qui
tous les 1 me fait à peu près ce que
j'attends de lui donc je vais continuer
avec lui et essayer de mettre quelqu'un
quelques nouveautés au milieu pouvoir
voilà pourquoi pour remettre au goût du
jour tout ça quoi 0 2 call brouhaha être
pas peut-être pas par un problème de
gêner qui est que mais plutôt par un
problème de présence sur le terrain des
conseillers c'est vrai que pioneer était
venu et s'était investi là-dedans de
mettre en place des essais de les suivre
tout ça que les techniciennes de la zone
dekalb ils étaient présents autrefois
aujourd'hui - si jamais il venait à
reprendre contact avec moi peut-être que
je pourrai mettre en parallèle mais
c'est décale voir en comparaison ces
deux firmes sur des indices similaires
ou ou sur leur best seller sur la non
adaptés aux semis direct ça me
déplairait pas mais aujourd'hui j'en
raffole pas de ce qu après les essais
faut les suivre faut les amener jusqu'au
bout donc c'est bien de les mettre en
place mais il faut les gérer quoi donc
donc je n'exclus pas le fait de mettre
des digues en a quelques-uns qui qui
apparemment se porte bien j'avais
entendu parler du 50 31 la sueur des
essais chez un bordeaux qui donne encore
sorti quelques-uns qui paraissent
intéressants bon voila mon aujourd'hui
je bosse avec avec pionnière j'en suis
plutôt satisfait voilà je dis pas que
c'est ce qu'il faut faire à moi moi ça
me va comme ça
voilà pour ciat tester des populations
j'ai pensé mais voilà c'est comme tout
faire j'ai une partie élevage et qui est
très prenante et très chronophage voilà
les conditions climatiques encore ce
taux n'est en fait que c'est compliqué
d'arriver à garder un niveau sanitaire
le niveau sanitaire inns à qui revient
qui met un peu de pression sur essayer
de faire au mieux sur l'élevage fait que
j'arrive pas à me dégager assez de temps
pour pour essayer de travailler sur le
maïs population j pente parce que c'est
vrai que les doses aujourd'hui
deviennent très très cher cette
indépendance ou cette dépendance aux
semenciers me gêne un petit peu je pense
que en retravaillant en retravaillant
les populations et je sais qu'il ya des
groupes qui se sont formés par ici et je
pense que plus en sera le faire plus
vite on pourra faire avancer est
génétique
aujourd'hui je me sens pas de me lancer
dedans parce que j'ai peur de pas avoir
le temps de bien le faire et si c'est
pour bâcler quelque chose je préfère ne
pas me lancer
mais je n'exclus pas que peut-être d'un
de trois ans si jamais je vois que le
cours du maïs est pas là pour pour
continuer de laisser ce marché porteur
et b peut être que pour gérer ma partie
chargea bea je travaillerai sur la
semaine sauf peut-être mais je pense que
l'idée l'idée du maïs population et pas
déconnante du tout parce qu'on sait que
la génétique des plantes avec capable de
garder en mémoire le contexte climatique
et pédoclimatiques des zones donc c'est
vrai que si on fait évoluer nos semences
et c'est tout à fait ce que je fais sur
ma semences de ferme de triticale c'est
que je la fait évoluer ici donc tous les
ans elle s'est adaptée à ce territoire
donc c'est peut-être pour ça que qu'elle
arrive à être linéaire sur ses
performances et je me dis que peut-être
un ace
ça sera pareil ça sera pareil mais c'est
quand même que compliqué à mettre en
place à quoi
c'est 100% 100% je peux j'achète plus de
semences certifiées pour me faire ma
souvenance de ferme je garde vraiment
maintenant ce que je stocke chez moi
parce que je la console et voilà au
moment des semis j'en sors une partie
pour aller recevez et je m'en remet ça
avec avec mon petit insecticide demi
dose et puis ça part comme ça quoi
je m'adore un petit peu les dosages mais
faire les densités de semis mais c'est
pas extravagant on est sur du 130 ou 140
kg de mémoire on est sur du 330 pieds à
l'hectare
voilà quelque chose qui me semble assez
correct pas de soucis jusqu'à là où
alors ou alors je sais pas les voir ou
non non non non je suis plutôt content
j'ai cette partie avec mes trois
cultures principales la envie de faire à
quelques essais un petit peu décalé à et
voir un petit peu ce qui se fait
ailleurs en france m'avait donné des
idées
alors bon ici sur la région c'est vrai
que le dérober orge soja et ce qui est
1re en marge économique pur c'est on ne
peut pas faire mieux donc si on a la
capacité de le faire parce qu'on a
toujours cette sécurité de l'irrigation
il faut le faire donc voilà cette année
j'ai des voisins ils font 82-81 d'orge
et entre 30 et 35 de soja donc voilà en
marge
ça se bataillent même pas
j'ai essayé un petit peu de colza
associé avec du trèfle violet donc
heureusement que je les ai mis en terre
plutôt drainante parce qu'on a pris
c'est un 100 mm sur novembre-décembre
donc
là les pivots qui commencent à pourrir à
gérer eu droit là je suis allé voir
comment ça se passe plutôt bien et dans
l'idée de voilà ça reste des hypothèses
mais dans l'idée c'était de de récolter
mon colza de laisser mon trèfle dessous
voire peut-être de faucher et enrubanné
les cannes de colza juste après la
récolte pour garder ces camps le plein
d'huile et ce mélange de trèfle le
vendre avec ad à des éleveurs bovins en
fait malgré ce nom apparemment c'est
cette technique de faire consommer cette
partie de deux camps de colza plein
d'huile avec du trèfle en finition
bovins se serait apparemment très très
bon donc à confirmer
voilà l'idée que j'avais un petit peu
sur cet essai là et donc on verra bien
pour moi ça se porte plutôt très bien
j'avais seulement colza avec 50 litres
de 14,48 dans la ligne j'avais fait un
passage de digestat en azote
assez rapidement j'avais intégré montre
f le violet avec mon anti limaces dans
le rang donc j'avais semé tout ça
ensemble et aujourd'hui j'avais fait 08
de glee faux après semis et depuis j'y
suis parvenu le parcelles et propres à
j'avais se met ça à 27 degrés en mètres
carrés parce que je ne pouvais pas
passer en dessous de mémoire avec les
réglages du sol a donc à 40 d'écartement
toujours aujourd'hui il n'y a pas eu
trop de pertes donc les pieds sont là et
moi justement je révise est peut-être un
peu plus bas pour venir chercher à
chercher du temps là j'ai des gros colza
j'avais semé sa début septembre dans le
but d'avoir un colza assez robuste pour
passer l'hiver
un chose que je suis arrivé à avoir
cette année donc pour le moment il tient
plutôt bien la route
il ya un potentiel il ya du potentiel il
faudra voir maintenant si ça arrive au
bout mais donc voilà qui croisera les
doigts
on voit là un petit peu pour laisser que
j'avais mené cette année c'est vrai que
sur les pages fan ou sur les printemps
on a toujours beaucoup d'humidité qui
remonte des sols
c'est vrai que ça se délite quand même
assez facilement mais après entre se
déliter et s'imprégner dans la terre je
sais pas moi je me dis il ya une phase
où ça peut être liquéfié mais ça peut
être à la surface du sol et c'est
toujours volatilise abl quoi moissonner
j'ai acheté du mur et parce que je suis
arrivée à lavaur à 280 euros tonne je me
suis dit je suis bien placé tant
pis je la prends voilà paré j'arriverai
pas l'utiliser cette année je vais
devoir la stocker acheter de la mort
face alors qu'elle sera fait d'argent
peut-être j'ai peut-être fait de la
merde
après je sais pas moi je fais le pari
aussi que le mois de mai est toujours le
plus le plus pluvieux ici ensuite ouest
depuis des années tous les ans c'est
confirmé j'espère que ça va continuer à
l'être jeu multi peut-être que je
pourrais attendre une pluie ou tant pis
s'il faut anticiper parce qu'il ya de la
plus maintenant comment on a ici
il a à peine se met où il est à deux
feuilles avait tant pis je fous tout et
puis et puis voir au moins je sais que
ça sera un bon sol et le temps que ça
c'est que ça se dégrade et tout ça va
bien se passer
après voilà quand il pleut pas ça peut
être se passera de 4 à quoi passer je
vois nous cette année j'avais fait le
choix de pâtes ne pas détruire tout mais
couverts pourtant à amman avril tout ça
on a commencé à avoir des périodes
luttera sèche j'avais des taux des
découverts à 14 tonnes de matières et
finalement tous les jours j'avais mon
solde s'assécher terrible je me suis dit
tiens si on n'a pas de flotte
tant pis je fais le risque j'ai un jeune
détruit une partie alors j'étais passé
ou qu'il faut pour pour le pour leucan
et une autre partie je l'avais laissée
faire et je le suis voyons on verra bien
on verra bien ce qui est le mieux
problème c'est que quand je suis arrivé
à ce même en soja 21 tonnes de matière
sèche vient même christophe cassou lors
il arrivait à d'un métier mais que tu
vas faire là c'était beaucoup trop quoi
c'était beaucoup trop
alors voilà on n'aurait pas eu cette
flotte après ont porté au sec et lost
est dans le dur aussi
donc bon voilà cette année s'est passé
mais parce que ça passera pas tous les
ans alors amo sûrs et c c'est compliqué
je sais pas mais je sais que moi on m'a
toujours dit de pouvoir en mettre au
moins un tiers avant semis de l'urée
c'est ce que j'avais fait l'an dernier
mais après voilà quand les couverts sans
trop on peut plus passer non plus c'est
pour ça que j'y amène du digestat ce que
je me dis que sa remplaçante de durée
ouais c'est une prestation parce qu'ici
à la cuma j'ai une tonne mais je suis
que sur un épandage 1 13 m de large
là je fais passer l'entrepreneur je fais
venir il a envie de permettre il suit
maîtresse de pu lever en fait donc même
s'il ya des zones qui sont compactés ça
sera les zones de pub et ou de passages
durs et que je fais après donc tant pis
y'a non ils entendent pas dire tracteur
temps après là bas il a un ensemble ont
bien sûr ça pèse 110 geste a appris l'ap
à un très très gros tracteurs donc ça
fait un ensemble qui reste quand même
raisonnable
après je me dis voilà au bout de deux
trois ans si je vois que c'est vraiment
trop tassés mais je reprendrai que ces
zones des combats acteurs avec une dent
michel ou comme ça pour pas trop
boursouflé mais voilà quoi anti-limaces
d'après je voulais m'en servir je me
suis fait mettre un variateur dessus
parce que je me suis dit pareil est-ce
que je peux pas me le mettre en hauteur
de 20 avant de rouler le couvert
balancelle anti-limaces avant que le
couvert son roulé pour que mon anti
limaces soit deux sous mais je me suis
dit pourquoi pas quand je m'aide à face
et 10hoo comme ça toujours pareil le
maître de vin que la phacélie soit
épandu avant le passage du soir et
peut-être que comme ça ça me laisserait
ses petites graines en surface alors
avec variateur problème c'est que pour
épandre sur 4 mètres de large
je sais pas si ça peut le faire donc
voilà c'est peut-être aussi de placer
ces petites espèces
après un temps je voulais essayer de
balancer du sarrasin à la volée d'un
doublé donc passé peut-être avec un
tracteur sur le frontal le métro et
faire un petit et c'est comme ça ou
alors le sorgho à la volée avant de
ramasser pour pourquoi avoir à revenir
dans les résidus je les fais cette année
a juste sur des places est à la main
comme ça j'ai balancé à sorgues au soja
1
j'avais quoi j'avais un mélange fn y
avait ce jeune qui gère j'avais pas mal
de trucs
en fait le seul qui est resté c'est le
sorgho le soja le tournesol se sont fait
bouffer je pense par les campagnols ou
des conneries comme ça non soja par
alima ce tournesol par des campagnols ou
des petits rongeurs et que le sorgho
piper qui restaient il s'est bien
développée par contre quand j'ai ramassé
et que je lui ai remis toutes ces huit
tonnes de paille dessus fois il a pas
aimé et après il est reparti mais
comparé à ce que j'avais semé au disque
à côté mais finalement il n'était pas du
joli dit aux qualités tout est
irrégulier que l'autre était beaucoup
plus beaucoup plus joli donc je me suis
ces épandages à la volée si on doit y
mettre toute cette paille dessus pour
tanger en sol qui est très jolie qui est
fait c'est les premières parcelles en
direct vraiment structure des sols tout
ça très joli l'implantation était joli
mais c'est après que ça déconne et donc
je me dis heureusement que suis pas
parti trop tôt comme ça parce que je
suis content j'avais j'avais l'intention
d'acheter une vieille ville castraise
avec un voltage arrière là une cuisse à
m racheté soit un vieux qu'une aérola
les trucs les épandeurs d'engrais mais
comme les dp comme les dp voilà souffler
et essayer de semer à la volée là dessus
mais quand je vois ce que ça donnait la
marge fille ou là ont peut-être faire
plusieurs essais ce que charpentier
c'est vrai que ça a l'air de marcher si
pervers non on va dans des villes salles
de marché super bien je lui mets mais
dit il le paie pas toujours un petit peu
là j'aurais aimé faire 2-1 trop
transparu qui vient de faire toujours
clairement mon jeu je le fais pas
toujours reçu que c'est toujours ça de
pris le cas directement
ça peut être intéressant parce que
monsieur christian abadie il y avait ça
se passe sans qu'on parle de celui qui a
spell jones à celui qui est au brésil a
une âme seize mille ha ha je crois
et ils s'aiment le soja la moitié du
soja mais la volée il s'en remet ça
marche très bien il faut 45 ans de kent
ont tous les ans un double culture
mais bon à prévoir c'est sûr que bon je
trouvais que là quand je vais faire la
mer ça se passait très bien le sol était
très jolie avec d'humidité tous assez
bien sorti c'était nickel ça a poussé
très fort et après une fois ramassés là
on la connaît par contre donc est-ce que
j'ai se met trop tôt mais après voilà tu
sais un moustique en mai conditions sont
bonnes après est-ce que si j'avais
ramassé juste sous les met sous les pics
au monde à faire d'habitude juste
ramasser sous les piles et c'est la
paille et en l'air il serait arrivé à
prendre le dessus
je sais pas
j'aurai l'occasion de vous faire des
essais à la volée dans les cannes de
maïs ou comme ça où mais là je les fais
avec leur jeu mais je préfère quand même
qu'on a misé enterré
oui parce que là c'est sûr que les
rayons soja n'y a pas trop de végétation
tu peux te dire le contacter au soulier
moi j'ai un broyeur à rouleaux du coup
tu j'aime royer tuera plus quand même
derrière tu es sur un sol bien me plaît
à propre ça peut le faire pour vous
mangez pas essayer après il peut pas y
avoir de rémanence défilent au pas ce
que je fais aucun racinaire celui du
faut lire donc je pourrais essayer mais
prévoit là ça fait quand même je suis
d'abord un se mord et de laisser arrêter
la moitié du temps que c'est sûr comme
un gain de temps et tout savoir
voilà après le choix que je fais moi
c'est que je pense sur 21 je passe tous
les ans quoi je mets les disques réglant
des heures mais je vous coupe à moitié
- je suis sûr de presse à savoir mm ça
va quand même
alors alors non mais peut-être qu'on y
arrivera après c'est vrai que dans la
rotation cette augmentation la gelée mis
en place à peine cette année et j'ai
jamais fait triticale derrière soja ça
je devais le faire cette année je me
suis fait prendre à part la flotte donc
c'est vrai que j'avais pour habitude de
semer le triticale à la première la
première dizaine de novembre général ça
se passe très bien la 8e je sais mais là
c'est du feu quoi mais là c'est un
policier de semer en octobre je suis
qu'un jeu me choper les parasites qui va
être un peu trop développées en hiver ça
va emmerder
j'ai voulu attendre et puis je me suis
dit la flotte qui ont achoppé cet été et
ce printemps
quand même ils annoncent de la pluie
mais autant prendre trop à ma terre
celle ci mais j'en avais fait un peu de
triticale derrière soja au hall gill là
j'avais fait quand même sept ou huit
hectares en semences de ferme j'étais
parti vite fait un sort à la veille de
la pluie et on a pris 60 mm derrière à
néant jours après sa part arrêté et
savez ça fait quand même un peu lac et
sur les passages de ce mois j'avais se
met à un centimètre et demi
mais là pourri
n'est pas sorti après ce qu il faut
savoir qu'en se lançant semis direct
donc moi j'étais parti la première année
parce que je voulais faire ça j'avais vu
des vidéos de christian abadie plus un
amant j'avais vu des vidéos d'eux
de monsieur madame bourguignons qui
m'avait un petit peu
fait prendre conscience de certaines
choses aujourd'hui avec le recul je ne
dirai pas si ces messieurs dames 10 bien
ou pas bien sur le moment ça m'a fait
prendre conscience de quelque chose
aujourd'hui suis peut-être pas d'accord
avec ceux qui le disent mais ça m'a au
moins permis de passer à autre chose et
donc par la suite j'avais vu les vidéos
de christian abadie et je m'étais dit
voilà christian et dans ma zone qu'ils
ont des terrains compliqué il y arriver
pourquoi nous un terrain un peu plus
facile on n'y arriverait pas donc je
m'étais dit allez je pars plein biya
j'étais parti sans connaissance vraiment
en me disant que j'allais me faire sur
le terrain et au bout de deux ans même
si les résultats étaient quand même
positif j'avance et moins facilement
parce que je trouvais que me manquer
cette formation il me manquait ses
connaissances et j'ai eu de la chance de
rencontrer à des personnes qui
finalement pas très loin de chez moi
étaient des gens semis direct depuis un
an deux ans à part moi et et qui
mendient bennoo nous on se forme auprès
d'agro doc et donc je t'invite à
emboîter le pas rentrer dans notre état
et est informé de former avec nous et
donc j'ai adhéré agudo qui a maintenant
un an et voilà c'est que un retour
d'expérience très positif parce que
parce qu'on a vraiment des vrais
techniciens en face c'est plus nos
techniciennes de coop vous c'est que des
commerciaux pur
là au moins quand on a des questions on
a des ingénieurs un gros en face on a
cet ingénieur agro donc voilà qu'on a
une question c'est que la réponse qui
arrivait en face elle et elle est
cohérente avec ce qu'on attend ils sont
pas là pour vendre du produit dont la
capacité pourtant nous la vendre mais
voila apres c on prend le produit là où
on veut mais vraiment on installe puis
technique des essais qui sont faits en
interne
et tout ça mis bout à bout fait qu'on
avance beaucoup plus vite
on a créé ce réseau d'agri
ce settat et finalement je trouve que la
mentalité des agri au sein de ses états
est complètement différente parce que de
ce que je connaissais de l'agriculture
avant et b c'était on attend que le
premier démarre on pourra les labours et
puis nomvembre hâter le pas et voilà on
se suit comme ça mais il ya plus ce
relationnel entre les agri en est à on
est un petit peu tous en concurrence
alors que là j'ai trouvé que dans ceux
c'est à en finalement c'est devenu des
amis quel que soit l'âge des personnes
qui sont bien plus âgées que moi
d'autres qui sont plus dans ma tranche
d'âge et finalement tout ça on est on
est tous presque qu'opère le dedans et
quand quelqu'un pense à démarrer quelque
chose donc soit en semis de maïs au
printemps eh bien il va appeler les
autres savoir qu'est ce que tu fais il
va arriver un petit peu sondés qu'est ce
que tu fais moi je pense que je vais
démarrer le tour est ce que tu as fais
quelque chose tout ça donc c'est ccc une
une philosophie totalement différente
etc se trouve beaucoup plus entraînant
pour le milieu agricole et il paraît
moins malsaine que
que ce que je vivais jusqu'à là donc
voila moi cette adhésion à gros doc
rentrée d'un ccta ouvre main toutes les
personnes sont là pour la même chose et
je trouve que c'est vraiment très très
formateur et à et humainement c'est à
s'apprendre ça apprend énormément go
donc voilà pour moi partie formation et
et tous ceux qui qui prennent le choix
dans beauté le semis direct
franchement moi je suis pas pour faire à
travailler à des cuma ou autres après
ces semences et mon point de vue moi je
pense que le matériel il faut qu'il soit
si les pas soit il faut faire travailler
un agriculteur qui est pas surmener mais
quand même qui a toute notion
d'agronomie de recul de savoir régler
c'est ce mort de gérer son truc et c'est
les meilleures conditions pour démarrer
si voilà on veut pas faire le pas
d'investir d'un humain du matériel et
les premières années un deux ou trois
ans on peut le faire faire un agrippa
loin de chez soi et qui a quand même les
compétences pour le faire et après
peut-être réfléchir à investir dans du
matériel et adhérer à des états comme ça
ou à des centres ou à des réseaux parce
que voilà il faut il faut le faire parce
que tout seul on n'y arrive pas qu on
n'avance pas assez vite

Partager sur :