Triple Performance

Cultiver des variétés tolérantes ou résistantes aux bioagresseurs en cultures légumières

De Wiki Triple Performance
Cet article est issu de la base GECO[CC BY-NC-SA 3.0]. Cliquez ici pour accéder à la page d’origine : Logo Geco
Icone categorie Pratiques.png Pratique agro-écologique
Image Semer repiquer des vari t s tol rantes ou r sistantes aux bioagresseurs en cultures l gumi res.jpg

1. Présentation



Caractérisation de la technique

Description de la technique :

Photo d'en tête : Etude d’une souche de Bremia en laboratoire, deux hôtes différentiels sensibles et deux hôtes différentiels résistants - © B. Maisonneuve, Inra PACA

Informations initialement issues du Guide pratique pour la conception de systèmes de culture légumiers économes en produits phytopharmaceutiques (2014) / Fiche technique T4 - Pour en savoir plus voir lien

Principe

Ce levier de contrôle génétique concerne l'ensemble des choix techniques, relatif aux semences et aux plants visant à prévenir ou défavoriser l’installation et le développement d’un bio-agresseur dans une culture. Les choix portent sur l’utilisation de variétés résistantes (totales ou partielles), le greffage, l’utilisation de semences et plants sains, leur traitement préventif …

Concernant le choix des variétés, différentes résistances existent pour l’ensemble des cultures légumières. Le choix d'une variété résistante est à raisonner en fonction des risques potentiels ou des problèmes déjà rencontrés sur l’exploitation. Le greffage consiste à utiliser le potentiel agronomique d’une variété sensible sur le système racinaire d’une variété résistante à un ou plusieurs bio-agresseurs telluriques. Ce greffage doit limiter le risque, voire améliorer la valeur agronomique de la variété. Enfin, l'utilisation de semences et de plants sains constitue un levier important de protection de cultures. En effet, des bio-agresseurs comme des champignons, bactéries, virus et nématodes peuvent se maintenir dans l’embryon ou le tégument de la semence. Pour certains organismes de quarantaine, il existe des contrôles phytosanitaires des semences obligatoires. Il faut vérifier la pureté spécifique des lots de semences pour garantir l’homogénéité de la variété et limiter la présence d’adventices. Pour les plants, il existe un passeport phytosanitaire qui assure la provenance des plants et permet de connaître les traitements effectués en pépinière. Avant plantation, une observation visuelle permet de détecter précocement la présence de certains bio-agresseurs et d’écarter les plants douteux.

Précision sur la technique :

Le greffage permet de cultiver des variétés pour lesquelles les travaux de sélection n’ont pas abouti à l’introduction de résistances. Aujourd’hui, le greffage est couramment pratiqué sur l’aubergine, la tomate, le concombre, le melon et plus rarement sur le poivron.

Divers méthodes de traitement de semences et de plants existent : - Produits phytopharmaceutiques : cette technique permet d’obtenir des semences et des plants sains et peut, dans certains cas, éviter un traitement en végétation ou retarder l’installation d’un bio-agresseur. Cependant, le traitement des semences ne doit pas être systématique, mais décidé en fonction du risque de présence du bio-agresseur. Ces traitements peuvent être effectués à l’aide de produits phytopharmaceutiques, d’extraits de plantes (études en cours), d’huiles essentielles (études en cours), de microorganismes… -Thermothérapie : technique permettant la désinfection des semences ou des plants grâce à un passage dans l’eau chaude à une température constante pendant une courte durée. Cette technique, lorsqu’elle est mal réalisée, peut entraîner une diminution de la faculté germinative des semences. La thermothérapie peut par exemple être utilisée sur les bulbes d’échalotes contre Botrytis, Sclerotinia, le mildiou… Le trempage est alors de 2 h dans une eau à 43 °C. - Macro-organismes : des lâchers de Macrolophus pygmaeus en pépinière facilitent une installation précoce des prédateurs et peuvent améliorer le contrôle des bio-agresseurs aériens dès leur arrivée (aleurodes, Tuta absoluta…).



Période de mise en œuvre





Echelle spatiale de mise en œuvre

Parcelle



Application de la technique à...

Neutre

Toutes les cultures :

Généralisation parfois délicate

Généralisation parfois délicate

Toutes les espèces légumières ne possèdent pas de résistances aux bioagresseurs. Cependant de nombreuses espèces cultivées sous serre, sous abri et en plein champ sont concernées.







Réglementation

Toutes les variétés utilisées doivent être inscrites au catalogue officiel. Aucune réglementation particulière pour les techniques présentées, sauf lorsque les traitements de semences sont réalisés avec des produits phytopharmaceutiques ; dans ce cas, il faut vérifier les autorisations de mise sur le marché.



2. Services rendus par la technique



3. Effets sur la durabilité du système de culture



Critères "environnementaux"

Positif

Effet sur la qualité de l'air :

En augmentation

émission phytosanitaires : DIMINUTION

émission GES : DIMINUTION



Positif

Effet sur la qualité de l'eau :

En augmentation

pesticides : DIMINUTION



Positif

Effet sur la consommation de ressources fossiles :

En diminution

consommation d'énergie fossile : DIMINUTION



Neutre

Autre :

Pas d'effet (neutre)

Commentaires

Diminution des transferts de produits phytopharmaceutiques vers l’eau, l’air et diminution des rejets de GES.

Diminution de la consommation des énergies fossiles lorsque des traitements sont évités.







Critères "agronomiques"

Productivité :

Variable

Variable

Risque de contournements de résistances plus ou moins rapide.





Positif

Qualité de la production :

En augmentation

En augmentation

Meilleure qualité de produits si réduction des dommages.





Positif

Biodiversité fonctionnelle :

En augmentation

En augmentation

Augmentation de la biodiversité fonctionnelle si des traitements sont évités.







Critères "économiques"



Négatif

Charges opérationnelles :

En augmentation

En augmentation

Coûts plus élevés des semences (pureté, traitements, résistances) ou des plants (greffage).







Critères "sociaux"



Neutre

Période de pointe :

Variable

Variable

Le temps de travail global peut diminuer si la technique utilisée permet de réduire le nombre de traitements en cours de culture.

Incidence sur l'organisation du travail si les traitements de semences ou de plants, ou si le greffage sont faits sur l’exploitation.







4. Organismes favorisés ou défavorisés



Bioagresseurs favorisés



Bioagresseurs défavorisés



Auxiliaires favorisés



Auxiliaires défavorisés



Accidents climatiques et physiologiques favorisés



Accidents climatiques et physiologiques défavorisés



5. Pour en savoir plus

  • Protection des cultures légumières sous abri et de plein champ, La prophylaxie et les méthodes de lutte indirecte, Cas de la tomate et de la carotte
    -Trottin-Caudal Y. et al. CTIFL, Brochure technique, 2006

Infos-CTIFL n° 224, 36-42. Pour accéder à la brochure voir lien

  • Traitements biologiques des semences, Focus sur la thermothérapie
    -Itab ITAB, Multimédia, 2008 Journée technique, Paris. Pour accéder à l'information voir lien

6. Mots clés



Méthode de contrôle des bioagresseurs :

Contrôle génétique

Mode d'action :

Action sur le stock initial

Type de stratégie vis-à-vis de l'utilisation de pesticides :

Substitution Reconception

Annexes

Cette technique est évoquée les exemples de mise en œuvre suivants :


Voir les les cultures suivantes :