Combinaison de leviers alternatifs dans la protection des vignes contre le gel

De Triple Performance
EARL de Plaisance



L'EARL de Plaisance, également connue sous le nom "La ferme de Romane", met en place depuis de nombreuses années des pratiques agroécologiques (couverture du sol, plantation de haies et d'arbres, utilisation d'extraits végétaux,...) afin d'atteindre la plus grande autonomie possible. Dans le cadre de leurs essais, Mathilde et Noël Lassus ont mis en place des leviers permettant de protéger les vignes du gel. Mathilde nous présente dans ce retour d'expérience les résultats des pratiques mises en place lors des violentes gelées noires (jusqu'à -5°C) survenues en avril 2021.

Parcours

L'EARL de Plaisance a engagé une transition agroécologique lorsque la ferme a été certifiée en agriculture biologique, en 2013. Cette transition est née d'observations de terrain et d'une prise de conscience environnementale. La certification biologique a permis à Noël Lassus d'assumer une conviction forte : produire dans le bien-être de la biodiversité en pratiquant une agriculture plus durable. Les observations et les essais sur le terrain ont été soutenus par les nombreuses formations d'Arbres & Paysages 32 suivies par Noël Lassus (aujourd'hui président de l'association). Lorsque Mathilde Lassus prend la suite de l'exploitation, en 2016, elle s'engage naturellement dans cette transition agroécologique en appliquant les pratiques utilisées par son père et en diversifiant davantage l'exploitation. En effet, dès son installation, Mathilde créé un atelier bovins viande de race Jersiaise.

Présentation de l'exploitation

L'EARL de Plaisance, en bref

L'EARL de Plaisance est une ferme familiale de polyculture-élevage créée en 1860, certifiée biologique depuis 2013 et en cours de certification Demeter.

La ferme est composée de divers ateliers :

  • Viticulture (production de vins, Armagnac et eaux de vie de vin)

Les cépages suivants sont produits sur la ferme : Chardonnay, Colombard, Cabernet-Franc, Côtes de Gascogne.

L'activité principale est l'atelier viticole, la vinification se réalise directement à la ferme et la production de vins est majoritairement vendue en vente directe : vente à la ferme, marchés, foires...

  • Apiculture
  • Elevage de bœufs de race Jersiaise
  • Production de céréales et de farines de blé ancien


Contexte pédoclimatique

  • Sols argilo-calcaire, en côteaux principalement
  • Certaines parcelles situées en plaines sont utilisées en prairies.
  • Climat océanique
  • Pluviométrie : 650 mm/an


Protection des cultures

Traitements en prévention :

  • Soufre (20kg/ha/an)
  • Cuivre (2kg/ha/an)
  • Préparations biodynamiques

Dans la recherche d'autonomie de la ferme, l'un des objectifs à long terme de Mathilde Lassus est de ne plus utiliser de soufre et de cuivre et de remplacer l'ensemble des traitements par des préparations biodynamiques. Il sera plus facile de se passer du cuivre et le remplacer par des préparations biodynamiques car les attaques de mildiou sont généralement faibles dans la région. Il sera néanmoins plus difficile de se passer de soufre car les parcelles de vigne sont grandes et rapprochées. Il faudra donc plusieurs années de transition avant de remplacer complètement les produits cupriques et sulfuriques par des préparations biodynamiques : le temps nécessaire pour rendre à la vigne toute sa vigueur et son équilibre.

Les pratiques mises en place

Les motivations

Les pratiques mises en place sur l'EARL de Plaisance dans le cadre de la conduite des vignes et de la lutte contre le gel ont été initiées par des observations de terrain ensuite testées à grande échelle sur les parcelles du vignoble. Les gelées de 2017 ont également accéléré la recherche de méthodes de lutte contre le gel et ont initié l'application de ces mesures à l'ensemble du vignoble.

Conduire les vignes hautes

Le principal levier d'intérêt dans la lutte contre le gel dans le vignoble de Mathilde Lassus est la conduite de vignes hautes.

Parcelle de Colombard conduite en vignes hautes (1m60) à l'EARL de Plaisance (le 09/04/2021).

Cette pratique a été initiée par des observations de terrain : lorsque Noël Lassus a repris l'exploitation de son père, il a rabaissé les vignes initialement conduites en hauteur et en tonnelle, hormis une parcelle conduite à 1m60. Après quelques années, il s'est rendu compte que lorsque les vignes étaient plus hautes, il y avait beaucoup moins de dégâts dus au gel. C'est par cette observation que Noël Lassus a décidé de réaliser des essais sur la pratique de la viticulture avec des vignes hautes. Il a ainsi rehaussé plusieurs parcelles de vignes de 60 cm. Les premiers résultats ont été sans appel : les vignes sont nettement moins sujettes au gel dans ces conditions. Il a donc été décidé de repasser l'ensemble du vignoble en conduite haute : les vignes sont à environ 1m40-1m50 du sol.


Pour ce faire, lors de la saison de taille, une baguette de chaque pied de vigne a été remontée : au lieu de l'attacher sur le fil du bas, elle a été remontée au niveau du fil intermédiaire.

Pour certaines vignes peu vigoureuses il n'est pas possible de remonter la baguette, ces vignes sont donc conduites de façon "traditionnelle" une année supplémentaire jusqu'à ce qu'elles aient suffisamment de vigueur pour réaliser le changement de conduite.

Cette transition n'est donc pas difficile à mettre en place si la vigne est vigoureuse : en une saison de taille, le changement peut être effectué.


La conduite en vigne haute permettrait de gagner 1°C par rapport à une conduite conventionnelle.


Taille douce de la vigne

La vigne a gagné beaucoup de vigueur depuis que Mathilde Lassus s'est formée auprès de Marceau Bourdarias et a adopté la taille douce et tardive de la vigne il y a maintenant 5 ans. Elle a noté une nette amélioration de la santé de ses ceps :

  • Augmentation de la résistance par rapport aux maladies
  • Augmentation de la vitalité des vignes
  • Augmentation de la vigueur des vignes

Si cette pratique n'est pas un levier direct dans la protection des vignes contre le gel, le fait de conduire des vignes en bonne santé et vigoureuses permet d'augmenter leur résilience face aux stress et aux accidents climatiques tels que le gel.


Pour d'autres vidéos sur la taille douce de la vigne par Marceau Bourdarias, cliquer ici.


Couverts végétaux

Couverts végétaux dans les vignes.


En parallèle de ces pratiques, dans l'objectif de favoriser les conditions de croissance des vignes par la vie du sol, Mathilde et Noël Lassus ont mis en place il y a 6 ans un enherbement des vignes (total ou 1 rang sur 2 selon les années) par un couvert végétal composé de féverole et de seigle.

Ces couverts sont détruits en juin lorsqu'ils sont en fleurs afin de maximiser la biomasse apportée au sol et permettre la pollinisation.

Du fait de la hauteur des vignes, l'enherbement a moins d'impact lors des périodes de gel.


Préparations biodynamiques

Infusion de Valériane.

Cette année (2021), à l'annonce des violentes gelées de printemps, Mathilde Lassus a décidé de pulvériser un jus de fleurs de Valériane sur les vignes le soir même des gelées et au moment du dégel pour protéger au maximum la vigne et la réchauffer de 1 à 2°c, selon les dosages suivants :

  • 5 ml/ha mélangés à de l'eau tiède pour booster les plantes. L'eau tiède permet de rendre la valériane plus efficace sur la distribution de chaleur.
  • dynamisation des préparations avant pulvérisation foliaire.


Pulvérisation de Valériane.


Les vignes semblent avoir bien répondu à ce traitement au vu des résultats observés sur le vignoble :

  • Vignes sans Valériane : 60% de dégâts causés par le gel
  • Vignes avec Valériane : 10 à 15% de dégâts là où habituellement il y a 80 à 100% de dégâts car les vignes sont situées dans une cuvette.




Agroforesterie

L'EARL de Plaisance a également pour projet d'augmenter la surface de ses parcelles agroforestières. Sur une parcelle de vignes hautes, des érables champêtres ont été plantés il y a 3 ans dans l'objectif de les trogner à la même hauteur que la vigne (environ 1m60) et de faire un apport de bois. S'il n'y a pas assez de recul pour voir l’impact de ces arbres sur le gel, Mathilde Lassus a tout de même pour projet d'intégrer des arbres, voire même des haies, dans une des plus grandes parcelles (5ha) sujette au gel habituellement, une partie de la parcelle étant dans une cuvette, afin de limiter les impacts du gel sur les vignes.


Soins apportés après le gel

Pour les vignes gelées, Mathilde Lassus préfère attendre de passer les saints de glace et les potentielles futures gelées avant de leur apporter des soins. Une fois cette période critique passée, des extraits de Valériane, d'Ortie ou d'Achillée Millefeuille seront pulvérisés pour aider la vigne à redémarrer si besoin. Mais il ne faut pas oublier que la vigne a une capacité de résilience importante donc si toutes les conditions sont réunies elle peut se regénérer d'elle-même.

Au niveau de la taille, comme elle a été très tardive cette année et que la taille est douce, de nombreux bourgeons sont laissés, ce qui va permettre une bonne reprise de la vigne.

Les résultats

Les observations faites sur ce dernier gel poussent Mathilde Lassus à continuer dans le sens de ces pratiques. Elle explique d'ailleurs que l'ensemble des pratiques a permis de limiter les dégâts causés par le gel cette année mais que les essais ne s'arrêtent pas là et qu'il va falloir confirmer les observations suivantes sur le long terme :

  • Les vignes hautes ont un effet “chaleur” (+1°C par rapport à une conduite traditionnelle)
  • Les extraits de Valériane apportent un plus dans la résistance des vignes contre le gel
  • La taille douce apporte plus de résistances aux maladies et plus de flux de sève dans la vigne donc une meilleure réponse aux attaques


La mise en place de ces pratiques intervient dans la reconception totale du système mis en place sur le vignoble.

Reconception pensée depuis de nombreuses années et affinée au fil des observations sur le terrain.

Evaluation selon la grille d'analyse ESR : Reconception


Evaluation selon la grille d'analyse ESR.

Quels investissements ?

Les pratiques mises en pace n'ont pas demandé de lourds investissements :

  • Pour la biodynamie, il a fallu adopter une logistique différente car on ne peut pas utiliser le même pulvérisateur pour le soufre, le cuivre et les préparations biodynamiques, au risque de limiter l'efficacité des extraits végétaux. Il a fallu également s'équiper d'un dynamiseur.
  • Au niveau du temps de travail, Mathilde Lassus estime que le changement des pratiques n'a pas engagé une surcharge de travail.


Les avantages

Hormis les avantages cités sur les résultats de ces pratiques dans la lutte contre le gel observés cette année, Mathilde Lassus a identifié d'autres avantages, notamment dans la conduite de vignes hautes :

  • Cela permet de laisser les couverts plus longtemps donc augmenter la pollinisation par les abeilles.


Les points de vigilance

L'EARL de Plaisance n'a pas rencontré de difficultés particulières lors des changements de pratiques. Le seul point de vigilance à garder en tête provient de la vigne et de sa physiologie : toutes les vignes ne vont pas aussi haut que l'on souhaiterait pour les palisser, il faut donc prendre en compte leur nature et s'y adapter.

Mathilde Lassus nous indique quelques points de vigilance externes, en lien avec les personnes travaillant sur l'exploitation :

  • Lorsqu'on laisse pousser des couverts végétaux très hauts, certains saisonniers peuvent avoir une crainte pour les tiques lors des travaux sur les vignes. Pour éviter d'avoir des problèmes, il peut être intéressant de semer entre les roues du tracteur afin de laisser des bandes non semées de chaque côté pour le passage des ouvriers.
  • De même, lorsque les vignes sont hautes, cela peut être plutôt difficile pour des personnes de petites tailles de réaliser les travaux d'épamprage, de taille....


Les appuis mobilisés

Tout au long de la mise en place de ces pratiques, Mathilde et Noël Lassus se sont formés et ont échangé avec des structures et conseillers :

  • Pour la biodynamie, Mathilde Lassus prépare les extraits végétaux avec une association locale (Biodynamie en pays d'Oc)
  • Pour les conseils techniques, Mathilde Lassus a suivi de nombreuses formations auprès de Ver de Terre Production et Arbres & Paysage 32. Elle conseille d'ailleurs à toutes personnes souhaitant engager une transition de s'intéresser de près aux et formations proposées par Ver de Terre Production pour gagner en compétences et connaissances techniques.

Annexes et liens

  • Cet article a été rédigé suite à un entretien avec Mathilde Lassus réalisé le 15/04/2021.


Leviers évoqués dans ce système

Cultures évoquées


Bioagresseurs évoqués

Accidents climatiques évoqués