Indicator Aglae Verified.png

Limiter les maladies fongiques du blé grâce au mélange variétal - retour d'expérience (Cédric Pradelles - Aglae)

De Triple Performance
Cedric Pradelles BleDrone.jpg
Retour d’expérience d’agriculteur, qualifié par un groupe d’expert dans le cadre du projet Aglae porté par la Chambre d’Agriculture d’Occitanie.

Logo Aglae Logo Chambre d'Agriculture Occitanie



Retour d'expérience de Cédric Pradelles, dans le cadre du projet Aglae. Il nous présente comment il est possible de limiter les maladies fongiques sur blé dur et tendre grâce au mélange variétal.


Motivations

Je réalise des mélanges variétaux sur blé tendre et dur depuis une dizaine d’années dans l’objectif d’optimiser ma stratégie de protection phyto, réduire mes IFT et diminuer mes charges. L’une des principales problématiques sur mon exploitation est la septoriose.

Mon objectif est d’aller chercher un compromis en jouant sur les caractéristiques de chaque variété. Je pars du principe que la variété parfaite n’existe pas. Le fait de diversifier les types variétaux sur mon exploitation permet selon moi de sécuriser en limitant les risques climatiques notamment.


L'exploitation

  • Localisation : LAUTREC (81)
  • SAU : 118 ha non irrigables
  • Grandes cultures : Blé dur, Blé tendre : 50 ha, Tournesol : 50 ha, Soja : 8 ha, Luzerne : 3 ha, Ail : 5 ha (constitue l’atelier principal de l’exploitation > 50% du chiffre d’affaires et du revenu)
  • UTH : 1 + main d’œuvre saisonnière
  • Sol : 90% argilo-calcaire, 10% argilo-limoneux
  • Travail du sol : Labour tous les 2-3 ans
  • Zone vulnérable


Mise en pratique

Mise en place en 2010.

Mon système de culture

Sur 115 ha, 3 modèles de rotation :

Cedric Pradelles Rotation1.png
Cedric Pradelles Rotation2.png
Cedric Pradelles Rotation3.png


Les autres leviers que j’utilise

  • Décalage de la date de semis.
  • Efficience d’application des produits.
  • Adaptation de la fertilisation.


Mélange variétal : ma façon de faire

Critères de choix

  • Je sélectionne, pour le mélange, des variétés adaptées à mon contexte pédoclimatique. Pour ça, je participe chaque année à la vitrine de la variété mise en place par Nicolas Boutié, membre du groupe DEPHY FERME (45 variétés de blé tendre et dur implantées chaque année).
  • Je ne sélectionne pas de variétés trop récentes : je privilégie celles pour lesquelles nous avons du recul et qui sont régulières, donc plutôt en « milieu de tableau ». Je recherche des variétés rustiques.
  • Niveau profil de maladies, je privilégie les variétés peu sensibles à la septoriose car c’est une intervention précoce, difficile à positionner et coûteuse. En contrepartie, elles peuvent être plus sensibles à la rouille brune et à la rouille jaune mais cette maladie se maîtrise mieux et un raisonnement est possible via d’autres leviers (densité de semis et fertilisation par exemple).
  • Je ne porte pas vraiment d’attention à la précocité. Mais le fait d’observer le comportement des variétés dans la vitrine variétale de Lautrec fait qu’indirectement, je sélectionne des variétés plutôt précoces qui sont adaptées à mon terroir, sans doute parce qu’elles permettent de limiter le risque d’échaudage en fin de cycle, et d’autant plus en sols superficiels.


En pratique

Je réalise des mélanges de deux variétés seulement à 50% - 50%, par praticité. Je fais moi-même le mélange en ouvrant deux big-bag de semence au-dessus de la vis, ce qui me permet de gérer facilement mes opérations de semis. J’arrive à obtenir un mélange homogène qui se voit bien au champ lorsque je mélange variétés barbue et non barbue.

Ensuite, puisque j’ai recours à 95% de semence de ferme, je récolte la parcelle et mets le mélange dans une cellule pour les semis de l’année suivante. Pour régler le semoir, je fais la moyenne des PMG de chaque variété.


Exemple de mélanges réalisés :

  • Blé dur : Daurur / Anvergur et Babylone / Anvergur.
  • Blé tendre : RGT Césario / Cellule et Rubisko / Solehio.


Depuis 10 ans, j’ai pu observer :

  • Que l’association variétale permettait de trouver un « équilibre » car les variétés se complètent en fonction de leurs caractéristiques.
  • Que des variétés de hauteurs différentes se tenaient mieux face à la verse.
  • Que des variétés aux teneurs en protéines différentes permettaient de « lisser » et d’obtenir des résultats plus réguliers.
  • Que le fait d’avoir un léger décalage de précocité pouvait être un atout en cas d’attaque de fusariose par exemple ou d’accidents climatiques au cours du cycle.


Caractéristiques des variétés que j’utilise dans mes mélanges

Cedric Pradelles ResistanceMaladies.png


Cedric Pradelles Caracteristique Qualite.png


En résumé je choisis des variétés :

  • Adaptées à mon contexte pédoclimatique.
  • Rustiques.
  • Peu sensibles à la septoriose.


Mes résultats

Blé tendre 2017 2018 2019 2020
Date semis 17/11 20/11 02/11 20/11
IFT H 0.75

1 passage 29/03

0.97

1 passage 12/04

0.95

1 passage 23/03

1.18

1 passage 12/03

IFT F 1

1 passage : 03/05

0.97

2 passages : 1er le 10/05

0.95

1 passage : le 29/04

1

1 passage : le 06/05

IFT TS 1 TS 1 TS 1 TS 1 TS
IFT ToT 2.75 2.59 2.90 3.18
Rendement 65 qx/ha 60 qx/ha 75 qx/ha 59 qx/ha


Mon analyse sur la combinaison de leviers que j'utilise

Intérêts

  • Gagner en rusticité.
  • Optimiser mes interventions tout en assurant mon objectif de rendement.
  • Optimiser mon itinéraire (un seul passage pour la gestion des maladies).
  • Optimiser mon temps de travail


Points de vigilance

  • Adapter ma pratique aux deux variétés (semis, fertilisation, protection et moisson…).
  • Bien choisir les variétés à intégrer aux mélanges en fonction des intérêts agronomiques et commerciaux (norme de contractualisation sur le blé tendre de force).


Mes conseils pour réussir

Cédric Pradelles
  • Bien mélanger les variétés pour avoir une répartition homogène.
  • Observer ses parcelles pour suivre le comportement de la culture.


Mes perspectives

Pour les semis 2020, je n’ai pas intégré Cellule car j’ai remarqué que cette variété décrochait un peu. Je suis parti sur Absalon, variété avec un potentiel modéré mais avec un profil maladies intéressant (septoriose mais aussi rouille).


L'avis du comité d'experts

Evaluation selon la grille d'analyse ESR.

Efficience/Substitution

L’objectif est d’augmenter l’efficience des moyens de lutte disponibles grâce au développement de technologies qui améliorent leur emploi ou par un meilleur positionnement. Dans ce cadre, se positionnent les outils d’aide au raisonnement mais aussi l’agriculture de précision. Mise en œuvre de méthodes de lutte alternatives remplaçant les moyens chimiques.


Evaluation selon la grille d'analyse ESR : Efficience-Substitution


Agriculteur membre du réseau DEPHY Ferme, animé par la Chambre d’Agriculture du Tarn.

Logo DEPHY.jpg Logo CA Tarn.jpg


Auteure de la fiche : Anne-Laure Fuscien.

Date d'édition : 2021.


Annexes et liens


Matériel évoqué dans ce retour d'expérience

Cultures évoquées


Bioagresseurs évoqués dans ce retour d'expérience