Logo MSV Normandie officiel.png

Ferme le Champ au Loup

De Triple Performance
Aller à :navigation, rechercher

ITK Maraîchage Sol Vivant sur petite surface
Hadrien Marquet
MSV Normandie Manche (département) Maraîchage

Hadrien Marquet.jpgLE CHAMP AUX LOUPS - Bannière.jpg


Présentation du contexte et des itinéraires techniques mis en place par Hadrien Marquet à la ferme Le Champ Au Loup, petite surface en maraîchage sol vivant à Gavray-sur-Sienne (50). Les informations présentées sur cette page sont issues de plusieurs comptes rendus de visites de ferme réalisées depuis 2019.


Présentation générale de la ferme

  • Localisation : Gavray-sur-Sienne, Manche (50).
  • Année d'installation : 2017, début de production en 2018 avec l’installation des serres.
  • Formation : Anciennement informaticien, BPREA, Biopousses (espace test).
  • Travail du sol : Zéro travail du sol.
  • SAU : 2,1 ha.
  • UTH : 1.
  • Surface cultivée : 0,45 ha.
  • Surface plein champs : 0,35 ha.
  • Surface sous abris : 0,1 ha.
  • Cahier des charges : Agriculture Biologique.
  • Temps de travail en pleine saison/UTH : 50 heures par semaine.
  • Temps de travail en hors saison/UTH : 35 heures par semaine.
  • Congés/an (hors week-end) : 20 jours.
  • Sol : Limono-sableux. En MSV (Maraîchage Sol Vivant) depuis le début, ce qui correspond bien au terrain car il y a peu de profondeur de sol de 15 à 40 cm et des cailloux. Donc ce n'est pas possible de travailler le sol sinon on remonte des cailloux. Et en plus de cela, les principes du MSV l'intéressaient.
  • pH : 6, Sol acide (roche mère = grès). Il était de 5,2  au démarrage. Un peu de calcium a été apporté à l’installation.
  • MO : 8 à 9, le taux était de 3,5 au démarrage.
  • Cultures : Planches permanentes de 80cm de large et 30m de long standardisées. Serre de 32 m de long et 8 m de large et passe-pieds de 30 à 45cm gérés au paillage (paille), 12 à 15 ballot de 250 à 300 kg pour gérer les passe-pieds.
  • Production : Carottes, pommes de terre, choux, courges, mandarines, pommes, poires, framboises, fraises, citrons, yuzu, poivre de Sichuan, aubergines, poivrons, tomates, basilic, haricots, ail, oignons, courgettes, concombres, poireaux, potimarrons, butternuts, patidou.


Organisation sur la ferme

  • Hadrien Marquet travaille seul sur la ferme, mais chaque année il prend un BPREA en stage. En 2022, il n'a pas trouvé de stagiaire mais il a commencé à prendre des woofers.
  • 35h l'hiver et 40 à 50h au printemps, été et automne. Il essaye de ne pas dépasser les 50h par semaine.
  • Il n'a pas d'enfant et sa compagne travaille à l'extérieur, ce qui permet de compléter avec un autre salaire.


Commercialisation

Il réalise sa commercialisation en circuit court uniquement.

  • Il livre deux fois par semaine un magasin de producteurs à Coutance = 48% du chiffre d'affaire. C'est une association où il y a un investissement (permanences, etc.) de 12 structures vraiment investies en plus de 20 autres structures qui approvisionnent. Le magasin est ouvert du mercredi au samedi. En livrant 2 fois par semaine Hadrien limite les pertes, car elles sont à sa charge.
  • Le reste de la production (48%) est vendu sur le marché de Bréhal le mardi matin. Pour ce qui est des 4% restant, il propose des paniers en ligne et les clients viennent les retirer à la ferme le vendredi de 17h à 19h.


Résultat économique

Chiffre d’affaire :

  • Année 1 : 18 000€.
  • Année 2 : 30 000€.
  • Année 3 : 46 000€.
  • Année 4 : 41 000€ avec 500€ de revenu.
  • Installation : 80 000€ au total sans déduire les aides DJA (Dotation Jeune Agriculteur) de 16 000€.
  • Les charges MSA : Environ 3 000 à 4 000€ par an.

Hadrien a contracté un prêt de 40 000€. Avec 32 000€ de serres dont 55% de subventions fournies par le PCAE (dispositif d'aide aux investissements). Au début il payait une comptable mais a décidé de faire sa comptabilité lui même.

Matériel, stockage et irrigation

Matériel

  • Micro tracteur de 25CV à 6 000€ d’occasion. Les pièces coûtent cher, l'entretien et les outils aussi. Il y a un pique botte à l'arrière.
  • Bennette pour le compost. 3 à 4 voyages pour une planche.
  • Semoir : Terradonis jp1.


Serres

2 serres bi-tunnels et 1 serre pépinière et agrumes.


Stockage

Stockages des courges dans la maison avec déshumidificateur, dans une pièce non chauffée et il n'y a pas de chambre froide.


Irrigation

Arrosage par aspersion et gouttes à gouttes dans les serres et en micro aspersion (Naimkab) pour l’extérieur.

Il y a un forage à 33m qui avait un débit de 15m3/h au début, maintenant il n'y a plus que 3m3/h, c'est pourquoi Hadrien doit trouver une solution.

Il ne sait pas combien d'eau est utilisée car il utilise aussi l'eau pour le chauffage de la maison.


Autonomie

Hadrien est autonome en légumes à 75 % il manque parfois de pommes de terre et de poireaux, ce qui est légèrement en dessous de la moyenne des fermes du réseau MSV Normandie, mais il est autonome en plants à hauteur de 85%, car il n'a besoin d'acheter que les bulbilles d'oignons, les aubergines greffées et des salades. Il produit environ 2% de ses semences notamment les aromatiques, les tomates et les haricots. Pour ce qui est de l'autonomie en matière organique (MO) il est actuellement difficile de l'être notamment en compost, c'est pourquoi il utilise un compost de déchets verts acquis auprès d'une déchetterie, commandé avec d'autres maraîchers pour 16,20 euros la tonne livrée. C'est très utile pour les semis (carottes, etc.).

Sur les premières années il y a eu 75 tonnes par an de compost apportées en surface. Parfois il y a un décompactage mécanique avec des dents. Après une planche de compost c'est quasiment "propre", donc un coup de broyeur pour une plantation ce qui permet d'utiliser 2 fois la matière avec un seul épandage.


Analyse environnementale

  • Taux de matière organique : Entre 1,5 et 8% de taux de matière organique.[1]
  • Nombre d'espèces cultivées : 100% au delà de 30 espèces cultivées sur la ferme.
  • Absence de chimie : 100% quand la ferme est en bio.
  • Non travail du sol : % de la SAU qui n'est jamais travaillée.
  • Biodiversité : Pourcentage de la surface d'intérêt écologique sur la SAU.
  • Couverture de sol : 100% quand moins de 10 jours de sols nus dans l'année - 0% au delà de 150 j/an.


Analyse socio-économique

Pour ce qui est du confort de travail et du cadre de vie, Hadrien est iso à la moyenne du réseau MSV Normandie. Il apprécie son encrage social et apprécie ses relations avec ses clients et surtout son cadre de travail dans un environnement bocager et calme.

Le matériel choisi et les serres bitunnels offrent un confort au travail à ne pas négliger car même en plein été elles montent moins vite en température et ainsi il est possible de travailler dessous dans de meilleures conditions qu'avec des serres mono tunnels. Hadrien pense qu'il encore possible de travailler sur l'ergonomie pour attribuer une meilleure note au confort de travail.

Pour ce qui est de la satisfaction économique, Hadrien ne se dégage pas encore le salaire souhaité pour vivre convenablement de son activité, ce qui explique la note de 5. Pour ce qui est de son efficacité au travail et l'EBE/UTH, il est au dessus de la moyenne du groupe.


Itinéraires techniques

Pépinière et plants

  • Arbres : Il y a un mandarinier (35kg l’année dernière), citronnier yuzu (une centaine de fruits), poivrier du Sichuan, etc. Il a aussi planté pas mal de pommiers, poiriers, framboisiers, fraisiers, citronniers.
  • Plants : Hadrien se fournit chez Agrosemens. Tous les plants sont faits par lui même, sauf les aubergines et poivrons greffés qui sont de 3 à 4€ / plant. Il fait de la F1 car il reste pragmatique. Si des variétés populations marchent bien il reste sur de la population. Si ça ne marche pas, il fait de la F1.

Il vend également quelques plants de tomates et basilic. Les choux ne se vendent pas bien ici, donc il n'en fait presque plus. Il utilise une table chauffante avec des câbles faits maison, ça fonctionne et c'est à moindre coût.


Détails d'un ITK carottes sous serre

Cet itinéraire est celui utilisé en 2023 pour des carottes primeurs Mérida sous serre :

  • Variété : Mérida.
  • Coût : 25000 graines pour 70,30 euros chez Essem'Bio.
  • Implantation : Semis direct sur compost.
  • Date du semis : Mi octobre.
  • Densité de plantation : 5 rangs sur 80 cm de large, avec 1 graine par cm sur 3 planches de 30 m.
  • Type d’irrigation : Asperseur.
  • Irrigation avant levée : Tous les jours pendant 45 minutes.
  • Irrigation post levée : 1h par semaine si pas de pluie.
  • Protection de la culture : Aucune protection.
  • Fertilisation : Pas de fertilisation.
  • Rendement : Pas de données chiffrées cette année, sera fait pour 2024.


Temps de travail

Action Temps de travail
Désherbage Pas de désherbage sauf dans

les allées environ 45 minutes

pour l'ensemble des planches

Bâchage Pas de bâchage
Paillage Pas de paillage sur les planches,

mais 2h de paillage des allées en

Février quand la culture est implantée

Plantation 4h pour toutes les planches
Récolte Environ 20 bottes par m² soit 15 minutes


Détails d'un ITK carottes en plein champs

Cet itinéraire est celui utilisé en 2023 pour des carottes en extérieur :

  • Variété : Nipomo.
  • Coût : 25000 graines pour 45,80 euros chez Essem'Bio .
  • Implantation : Semis direct sur compost après un bâchage (bâche ensilage) entre novembre et mai. Les allées sont paillées, puis le compost est déposé grossièrement, puis il y a un passage du broyeur pour étaler le compost, ce qui enlève l'utilisation du râteau.
  • Date du semis : 2 séries ont été réalisées. 1ère série en avril et la seconde en mai.
  • Densité de plantation : 5 rangs sur 80 cm de large, avec 1 graine par cm sur 3 planches de 30 m (fin avril) pour la première série puis 10 planches pour la seconde série.
  • Type d’irrigation : Asperseur.
  • Irrigation avant levée : Tous les jours toute la nuit.
  • Irrigation post levée : Dépend de la météo mais s'il n'y a pas de pluie, environ 2 fois par semaine pendant 4 à 5 h.
  • Protection de la culture : Filet sur la série de mai pour limiter la mouche piqueuse.
  • Fertilisation : Pas de fertilisation.
  • Rendement : Pas de données chiffrées cette année, sera fait pour 2024.


Détails d'un ITK tomates sous serre

Cet itinéraire est celui utilisé en 2023 pour des tomates sous serre :

  • Variété : 30 variétés différentes.
  • Coût : Graines personnelles.
  • Implantation : Précédent de légumes feuilles qui a été broyé, puis ajout de fertilisation et compost avant de mettre la bâche tissée.
  • Date du semis : Fin mars : 4 planches sont semées, puis fin mai : 2 planches sont semées à la suite des pommes de terre primeurs. Dans ce cas la paille est réutilisée et il n'y a pas de bâche.
  • Densité de plantation : Plantation tous les 25 cm, 1 rang par planche conduite en 1 tête. Les tomates cerises sont laissées en buisson.
  • Type d’irrigation : Aspersion jusqu'au première fleurs gouttes à gouttes 30 minutes par semaine. En cas de grosses chaleurs, aspersion pendant 10 minutes. En général fin du gouttes à gouttes vers mi août.
  • Fertilisation : 7/1/7, 2kg par planches (30m*80cm) et 1kg de 3/5/10, puis ajout de compost.
  • Rendement : Pas de données chiffrées cette année, sera fait pour 2024.


Temps de travail

Action Temps de travail
Désherbage 1 désherbage, environ 20 minutes/planches
Bâchage + pose des voiles 2 h
Paillage Pas de paillage sur les planches,

mais 2h de paillage des allées

Plantation 1h/ planche
Récolte Environ 20 bottes par m² soit 15 minutes


Sous abris

  • Haricot en plants : Avec un filet plastique pour le tuteurage et association avec maïs doux. Gros problème de campagnol.
  • Carotte primeur : Aemis fin octobre début novembre sur compost.
  • Poivrons : Associés au basilic.
  • Tomates : Sur bâches tissées, avec un engrais bouchon (sur tomates, aubergines, poivrons, et plantes gourmandes) à la préparation de la planche avant le broyage des résidus de culture. Un plant tous les 25 cm, conduite à une tête, effeuillage quand il fait beau.
  • Aubergines greffées : Sur bâches tissées, plantées début avril. Tous les 50cm. Effeuillage et taille au début. Variété Shakira.
  • Ail et oignons : Sur paille, plantés mi octobre, sur le sol nu puis apport d’une bonne épaisseur de paille. Broyage après la culture. Il utilise des bulbilles d'oignons jaunes même pour faire l'oignon botte. Plantation dense. Ce qui reste après les oignons bottes est laissé au champ pour oignon de conservation. L'ail est planté dense car il est utilisé en primeur et pour ceux qui restent c'est utilisé en conservation.
  • Courgettes : En serre plantées tous les 50cm sur bâche, c'est assez dense. Plantées en mars.  Elles se terminent mi-juillet ensuite broyage et implantation d'une autre culture derrière. Début des récoltes en mai. Variété Parthenon principalement et un peu de population. Hadrien fait aussi une série en extérieur, plantation début juin et fait des pickles avec le surplus de courgette.
  • Concombre : Sur bâche tissée tous les 25 cm, tuteurage au fil.


Plein champ

La rotation se fait sur 7 ans. Hadrien pense à changer pour réduire la rotation car des plants se plaisent mieux sur le haut de la parcelle plutôt que sur le bas. Et aussi pour mettre les cultures où il faut aller plus souvent en haut de la parcelle.

  • Pommes de terre buttées : Il y a 2 buttages, le premier lors de la plantation puis un autre plus tard. Précédent engrais vert d'automne qui a poussé au printemps. Il y a un nettoyage de la parcelle au printemps. Pour nettoyer il aurait dû bâcher mais il n’a pas eu temps donc travail du sol. Après la récolte en septembre, il y a bâchage. Avant il faisait la pomme de terre sur paille mais ça coûtait 500€ de paille pour 500m2 donc ce n'était pas ou peu rentable.
  • Carottes de conservation : Cultivée sur compost.
  • Poireaux : Cultivés sur compost. Les trous sont fait au plantoir à 5 dents.
  • Courges : Cultivée sur bâches, avec un intervalle de 50cm entre chaque plant.
  • Potimarrons : De variété Red curry.
  • Butternuts : De variété Sucrine du Berry.
  • Patidous.
  • Oignons : Sur bâche tissée, plantés tous les 10 cm x 15 cm. Semis et bulbilles mais c'est plus simple avec les oignons semis. La première année, il a fallut pas mal de temps pour trouer les bâches et il y a quand même un désherbage dans les trous.


Temps de travail

Action Temps de travail
Désherbage En juin et juillet, environ 2h au global
Bâchage 15 minutes par planche (4 planches à faire)
Paillage 1h par planches (2 planches à faire)
Plantation 2h/ planche, ce qui représente 120 pieds par planche
Récolte Récolte faite tous les jours, pas de données
Chiffre d'affaire tomates 5000 euros/an (données de 2022)


Ressources en matière organique

Type de matière

organique

Objectif de l'apport Prix €/t

(livrée)

Quantité

par an (t)

Paille Nourrir le sol et lutter

contre les adventices

20 15
Compost Semi direct implantation 16.20 80


Galerie photos


  1. Dans l'analyse de terre, la matières organiques (MO) est quantifiée à partir du dosage de la teneur en carbone organique (C) son constituant majeur, que l'on multiplie par un coefficient censé refléter la teneur en carbone de la MO, qui peut différer selon les laboratoires Français : 1.72 ou 2. Ce coefficient est toujours précisé sur les bulletins d'analyse. Il est donc nécessaire de vérifier le coefficient utilisé si on change de laboratoire pour éviter une interprétation erronée de l'évolution de la teneur en MO.
Partager sur :