Journée Technique Elevage - LVH & PADV - 2/4

De Triple Performance
Aller à :navigation, rechercher
Vidéos - Ver de Terre production (5 sept. 2019) - - Durée : 157 minutes

Thumbnail youtube p1bmEX4abVg.jpg

Multistreaming with https://restream.io/

Transcriptions

si vous faites des fauches fréquente de

jeunes feuilles c'est pareil vous aurez
quelque chose de plus réduit et a priori
de plus énergétique que si vous fauché
des vieilles plantes
un peu plus grande donc ça c'est les
incidents ce qu'on peut voir rapidement
mais globalement si on replace tous ces
points dans la journée on voit la
photosynthèse c'est de la réduction de

Afficher la suite

l'acidification et donc tout ce qui va

baisser la photosynthèse sava oxydé les
plantes et vous allez avoir dans votre
alimentation des choses qui a priori
sont moins favorables
par temps couvert en particulier vous
allez récolter quelque chose de moins -
énergétique que par temps ensoleillé
il ya peut-être un décalage le temps que
la plante renoue rice le sol après le
soleil alors je vais passer rapidement
parce qu'il a osé me mettre toute les
tout ce qui va être carence en magnésium
azote fer phosphore et et manganèse ça
va faire chuter la photosynthèse
donc on a vu tout à l'heure le manganèse
peut être bloquée par de l'oxydation le
faire encore plus la zot on a vu le coup
donc toutes les incidences et tout ce
qui va nous faire chuter la
photosynthèse va nous embêter et boussu
tu es là frottés aux saintais ces deux
oligo mais ça va nous bloquer aussi en
nitrates sous mais en gros l'idée dans
cette situation de blocage savez
d'apporter en foliaire ce genre de
l'isolément pour booster la plante pour
qu'elles puissent réalimenter le sol la
microflore et et relancer le décident de
production ce qu'on voit aussi là on est
sûr le père plus ph mais on voit des
grosses différences variétale les
différences de couleurs c'est des
variétés très nette différence variétale
et puis ce qui se passe en fait c'est
que si le sol est équilibré si ça se
passe bien avec le vieillissement
le pe plus perche va baisser les plantes
vont vraiment accumuler l'énergie et si
ça se passe pas très bien ça va au
contraire ça va monter voilà on a des
différences spécifiques qui sont marqués
alors là on a on a du manioc qui est
très réduit on va avoir des paniques
sommes des fourrages tropicaux qui sont
ici vivent pas très loin du riz du maïs
du riz va être plus + oxydé du niébé
légumineuses doit être pas là c'est très
très lié à la variété et à l'espèce et
en particulier bain pourrait pour ici
d'un trèfle violet beaucoup beaucoup
plus oxydé qu'un trèfle blanc et du
tactile qui on avait tout à l'heure
globalement c'est un fourrage très oxydé
donc ça fonctionne pas pareil dans le
rumen et ça implique rapidement des
déséquilibres je vais passer rapidement
mais plus le sol et acide est oxydé plus
la plante s'acidifient et s'oxyde
rapidement d'accord
donc en gros on va perdre de l'énergie
encore c'est la même chose et puis on en
arrive aux pathogènes
alors en fait on met en boîte de pétri
sait on a publié récemment
on fait varier le pe plus ph donc
s'éloigne plus ou moins de cette pente
normal et on voit que les toutes les
espèces de champignons pathogènes ont
une zone favorable si c'est trop réduit
elle n'arrive pas à pousser
si c'est trop oxydé n'arrivent pas non
plus là c'est la croissance après qu
après qu un jour on voit que ça se
répète très très bien on va peut-être
dit faut à chaque fois même la
sporulation est très liée à ces niveaux
là donc là on modifie le milieu départ
et on regarde comment ça pousse
inversement ou mais un milieu neutre et
on regarde où sa satire le milieu en
fait les sclérotes inya vont être ici la
pire est que la rieuse du riz le
botrytis sera ici donc on a chaque
espèce de champignon tire le milieu à
son milieu optimum et si on sort de ce
milieu là n'arrivent pas à se développer
alors si on fait ce que j'appelle la
carte des mondes redox et ben là on a
tous nos champignons ce qu'on voit c'est
classe est jaune là ça va être les
champignons bio trophe qui vivent sans
tuer la plante là on va voir les nécro
trophe entre les deux on a ceux qui sont
intermédiaires les insectes bon groupe
et on regroupait toutes cette zone là
les nématodes vont être là les virus ou
être en basic oxydé les zoos miss est
donc les milieux où vont être par là les
bactéries plus tôt par là donc on arrive
maintenant à faire ce genre de carte est
en gros une plante qui fonctionne bien
elle va être là on n'aura pas de mal à
10 ans rumen il va être bien plus bas
et quand le champignon se développe il a
si difficile oxydes globalement la
plante alors ça ça a un impact sans
doute sur les phyto toxines donc je vais
chercher quelques quelques publications
en gros des champignons pathogènes de la
plante
donc en gros sur des soldes sur des
conditions trois sites roxy débat ça va
faire des charbons des fusariose s'est
associé à une sur oxydation de la plante
parce que la plante qui se fait attaquer
par un champignon elle n'a pas l'énergie
pour le contrôlé par réduction donc l
attaque par sur oxydation donc quand on
a des maladies sur nos plantes ont sur
oxyde au corps et on a un fourrage qui
est encore moins de moins bonne qualité
alors il faudrait distinguer les
deschamps dj des champignons dauphine du
jour
neotys podium ça fait des ergots va
l'insee en protection contre les
insectes et les nématodes les saponines
a priori c'est plutôt contraire de la
réduction en réaction ça va faire des
dents l'évacuer saponines pour pouvoir
réagir les au cra toxines c'est un
stress oxydatif de l'ordre la
métabolisation donc c'est ça pas mal
d'effets laser alone c'est la fusariose
donc encore une fois on est sur des
plantes 3,6 d'oxydé donc l'impact de
notre edox dans les sols donc nos
pratiques impactent leur box des sols
qui impactent leur et docks des plantes
qui impacte les maladies et puis pour
finir en fait si on y réfléchit bien en
train tube digestif est une racine et
ben c'est les mêmes structures c'est les
mêmes fonctions la seule différence
c'est que nous on a rentré notre tube
digestif on a rentré notre racines à
l'intérieur pour pouvoir se balader avec
mais on corrige notre milieu extérieur
comme la plante corrige son milieu
extérieur en sécrétant et et que donc en
gros le fourrage l'aliment qu'on met
dans le dans le rumen delà de la vache
ça correspond au sol qu'on produit peut
enfin qu'on fournit à la plante donc
c'est déséquilibré la ration de
de l'animal c'est comme déséquilibré un
sol pour la plante on est sur les mêmes
processus en fait derrière voilà
et si on remonte sais pas si vous
connaissez ça mais je pense que c'est un
des bouquins de référence solaire cancer
ça dit tout dans la santé de l'animal et
l'homme dépend de l'équilibré du sol et
il ya toute une série d'exemples sa date
de 1950
je ne sais plus combien enfin c'est pas
tout récent et déjà à l'époque et j'ai
un dessin de combien du 15e siècle où
c'est le laboureur et la mort on en
revient toujours à la même chose si on
n'a pas nos panneaux solaires sur le sol
donc nos plantes en permanence alors
lâché avec des éleveurs donc c'est quand
même moins grave que souvent en
agriculture mais on est en train de tuer
nos sols en gros d'avoir des sols sans
activité biologique et sans nourrir la
microflore c'est la même chose que
d'avoir des animaux sans pub digestif
quoi cents à 100 sans micro flanc dans
le tube digestif
après derrière on on les tient sous
perfusion mais c'est pas c'est pas comme
ça qu'on obtient la santé voilà donc
c'est plein d'exemples dedans voilà donc
je peux laisser la place à un christine
maintenant qui vous parlez plus de
comment ça fonctionne dans le rumen et
puis on aura le temps de discuter un peu
aussi après de différentes choses à voir
donc ce doit être d'abord j'aurai une
question pour toi parce que ça a l'air
très compliqué ça a l'air salut c'est
que surtout que ça fait beaucoup
d'informations en trois quarts d'heure
mais
en fait si on devait résumer les pistes
d'amélioration des fourrages elles vont
être de quel ordre
c'est dans les pratiques agricoles que
ça va se jouer à les pratiques agricoles
il ya le choix des espèces oui mais
est-ce qu en or et c'est ce qu'on aurait
des informations sur les variétés qui
irait bien puisque finalement on
découvre que le dactyle ça pourrait ne
pas le faire le dactyle c'est ce qu'on
fait mais ça ne le fait pas vous avez
quelqu'un comme chantal philip par
exemple et agro stolen qui travaille là
dessus depuis pas mal de temps qui vous
expliquerai je sais pas
conditions à peu près une expérience
tropicale mais de ce que j'ai compris là
la fétuque des prêts phléole il ya
différentes espèces qui pourrait qui
pourrait le faire et qu'ils vont être
beaucoup plus équilibré est ce que les
est-ce que ces fourrages là les listes
sont disponibles c'est connu c'est
répertoriés chantale philie pas ça et
elle le partage et c'est donc ça
pourrait faire l'objet du terrail de
l'année prochaine oui pierre emmanuel
radis christophe sudreau enfin il ya des
gens qui sont là dessus des vétos en
particulier cédé veto qui ont fait la
démarche de dire je veux pas vendre des
médicaments je veux faire en sorte que
les jets des animaux sains et donc il
arrive dans une ferme d'élevage et il
commence par dire on va voir les sols on
va voir on va voir les sols on va voir
les plantes les fourrages on commence à
travailler là dessus
et puis vous confirmerait que c'est de
l'herbe au près et du foin qui font
qu'ils font qu'ils ont plus besoin de
données de fin qui peuvent baisser très
fortement les antibiotiques et les
différents et qu'ils ont beaucoup moins
de maladies il ya différents processus
on parlera du reste aussi peut-être
après mais yahia il ya déjà des gens
qu'on sait info en france oui donc ça
veut dire que rendez vous l'année
prochaine pour finir le travail de
construction
christine
bonjour à tous et bien tout d'abord je
suis très contente d'être là et je
remercie les organisateurs de m'avoir
invité
ce sera une première pour moi et olivier
a passé son temps à vous dire qu'il
fallait arrêter regarder carré commencé
à voir on est dans le rumen on est
encore très très dans le carré on
démarre le rond mais on a encore
beaucoup de chemin
donc la conclusion c'était que il faut
qu'on amène des aspects pratiques
ben dans le rumen on a encore du travail
pour vous amener des aspects pratiques
mais aujourd'hui ce que je voudrais vous
montrer c'est le cheminement et c'est
moi aussi un manteau essayer de vous
convaincre que il n'ya pas que le ph
dans la vie et il ya le red box pour
donner du potentiel à vaulruz mène donc
j'associe à cela mes collègues et mes
anciens collègues puisque c'est un
travail
on n'est pas très nombreux à travers son
réseau curie romaine en france pour
polir pas nombreux du tout et notamment
donc c'est pas mal de résultats issus de
ma thèse et d'autres travaux de thèse
qui ont été faits à l insa de toulouse
avec corinne bas yourtes et un
partenariat avec donc l'entreprise pour
laquelle je travaille aujourd'hui qui
s'appelle le groupe lesaffre
alors pour démarrer bon la ration de la
journée qui est ni trop oxydantes ni
trop réductrice je l'espère en tout cas
c'est qu'on va repartir de choses assez
simples parce que finalement repartir
souvent des basiques c'est comme ça
qu'on fait les meilleures choses et je
vais essayer de vous montrer un peu ce
qu'on a notre histoire en fait autour de
ce red sox dans le rumen vous la
partagez pour vous montrer qu'au final
on devient un peu d intoxiquer durée
ducks mais pour je pense de bonnes
raisons une chose simple que tout le
monde c'est notre vachala quatre
estomacs souvent tout le monde parle de
ça et y en a un qui nous intéresse donc
au ras de la introduit et qui vous
intéressent en tant qu'éleveur ce c'est
le rumen alors ce rumen si je le regarde
sur cette coupe là premièrement c'est le
plus grand des réservoirs
donc c'est pas parce qu'on est le plus
grand qu'on est plus intéressant mais
pour autant ici un peu quand même
ce grand réservoir c'est un réservoir où
il va y avoir un paquet de fermentation
alors avec olivier on était dans des
valeurs positives tout à l'heure nous on
va descendre dans des au bas de
l'échelle en fait un été tout en dessous
dans les sols qui vous a présenté on va
voir comment ça marche
mais faut pas oublier que ce rumen c'est
un sac mais c'est un sac qui aussi
musculeux une paroi musculaire il faut
tous ces fourrages convoler que leur
faire ingérer n'a parlé de structures on
a parlé de valeurs d'encombrement faut
pas oublier que oui à une musculature
autour tout ça pour que et un brassage
il ya des choses au delà des
fermentations qui vont se passer et puis
c'est surtout une zone où il va y avoir
de l'absorption puisqu'on va récupérer
un peu tout ce que ces micro-organismes
veux bien un veulent bien nous produire
donc les avantages d'être ruminants et
ça il faut pas qu'on m'oublie
et c'est l'objet en fait de votre
journée 1 c'est que celle ruminants d'un
gros avantage c'est qu'on est capable
d'utiliser de la cellulose donc
commençons par bien utiliser de la
cellule hausse on est capable d'utiliser
de la zone en protéique de manière assez
intéressante dans le rumen ya aussi
accessoirement la capacité parfois de
détruire certaines substances toxiques
alors on a longtemps cru qu'il n'y avait
pas de problème de mycotoxines chez les
vaches parce que tout était détruit au
niveau du rumen ce qui est absolument
pas le cas aujourd'hui
néanmoins ya certaines choses qui
peuvent être modifiés au niveau du rumen
pire des choses aussi intéressante qui
sont des synthèses notamment par exemple
d'acides aminés ces protéines
microbienne dont a parlé conrad qui sont
intéressants de la vitamine b qui est
aussi nécessaire à notre animal alors la
vache elle ne se nourrit pas de ce
qu'elle ingère mais de ce qui va sortir
du rumen donc ça nous ramène et ça
m'amène à être avec vous aujourd'hui
parce que ça justifie aussi de se
pencher beaucoup sur ce compartiment
c'est un compartiment où on va avoir des
fermentations va y avoir des
transformations par rapport à ce que
vous apportez à l'ofj va y avoir une
grosse partie qui va être transformée
elle résulte un ce que vous allez
chercher ces des produits qui vont être
issus de ces fermentation donc ça se
traduit par des acides gras volatiles 6
acide gras c'est la source d'énergie
pour lavage pour faire du lait c'est 60
à 70% l'énergie disponible pour faire de
la croissance du lait donc c'est capital
pour l'animal ces décors bactérien vous
passez votre temps à nourrir des vaches
pour qu'elle puisse produire de la
protéine microbienne pour que votre
vache est derrière des protéines des
acides aminés de la zot et enfin c'est
aussi une partie c'est les fameux
aliments qui sont non dégradé et pour
certains une partie d'aliments qui va
sortir du rumen qui va être digérée au
niveau de l'intestin
donc j'aime bien j'aime bien cette photo
pour dire que faut pas dénigrer les
bactéries et j'ai passé mon temps à
parler de bactéries parce que notamment
nos copines les vaches elles ont la
culture de la bactérie et c'est ça qui
les fait vivre alors la digestion chez
la vache il faut le voir on a parlé
beaucoup d'énergie chez olivier avec la
photosynthèse
mais en fait la digestion chez une vache
s'est transférée de l'énergie entre ce
que vous mettez dans loges pour le
récupérer
d'une autre manière et notamment par du
lait dans votre cas dans bon nombre de
cas alors quand on repart à l'école une
des choses qu'on nous apprend quand on
attaque la partie nutrition c'est
justement ce c'est de venir de l'énergie
donc vous avez de l'énergie brute au
départ prenez un kg de foin ou le fait
brûler et tout un tas d'énergie qui
s'est en allé de cette manière là mâcher
la vache en fait on passe par
différentes étapes chez l'animal au sens
large dont la partie d'énergie brute
pour finalement avoir des pertes au
cours du processus de transfert des
pertes par les urines des pertes au
niveau des faits cesse des pertes par du
gaz ce fameux méthane dont on va
reparler et tout ça pour arriver à une
quantité d'énergie nette qui va vous
permettre de faire du lait de faire
pousser des génisses d'engraisser des
animaux et bien souvent à l'école on
s'arrête là et en fait chez le ruminant
ce qui est intéressant c'est que il ya
effectivement toutes ces bactéries qui
se trouvent dans ce ruben maes et
bactéries elles aussi leur leur
quotidien c'est de vivre de se
multiplier donc de se nourrir et pour ça
ils ont besoin d'énergie
donc c'est ce qu'on a appelé avec mes
collègues de l'énergie utile pour toutes
ces bactéries
et comme notre travail ou votre travail
au final c'est nourrir tout ce petit
monde
c'est intéressant de savoir un peu ce
qu'il leur faut du coup je vous propose
de plonger un petit peu dans le rumen
donc ça c'est souvent la première
approche qu'on a du rumen qui est
importante c'est de se rappeler que dans
un romaine c'est effectivement un gros
fermenteurs dans lequel on va retrouver
un grand nombre de bactéries on va
retrouver aussi des protozoaires on va
retrouver aussi des champignons pour
être très honnête on en parle souvent
assez peu parce qu'ils sont pas très
bien décrit est assez peu connu et par
contre on parle souvent beaucoup d arc
et méthanogènes
pour pour des raisons environnementales
qui sont des
organismes qui vont produire ce fameux
méthane alors quand on regarde le rumen
moi je considère que c'est un écosystème
donc sage qu'on explique déjà pourquoi
la nutrition animale et en particulier
chez le ruminant basse est complexe
parce qu'un écosystème c'est complexe
donc d'un côté vous avez un microbiote
donc tout un tas de bactéries qui vont
passer leur temps à s'activer
beaucoup d'espèces multiples qui sont
capables de travailler d'interagir de
travailler en symbiose ou pas du tout ou
être en compétition
nous les chercheurs souvent cette partie
là on va essayer de comprendre qui est
là c'est la composition et qui fait quoi
donkey et là on est de plus en plus à
même de le dire
qui fait quoi on est encore un peu on a
encore du travail
le biotope c'est simplement un grand mot
pour dire le milieu dans lequel on se
trouve donc l'environnement dans lequel
on se trouve nous ici dans un rhume
haine c'est pareil on peut caractériser
par la température la teneur en humidité
on peut caractériser par un ph et puis
on verra combien importante de regarder
par le red sox et en fait quand on
nourrit la vache et ben on passe notre
temps à déséquilibrer en fait ça parce
qu'on va lui apporter son alimentation à
l'ofj elle va faire deux repas alors
peut-être vous faites deux distributions
une distribution et qu elle dans la
journée elle va faire plusieurs repas
donc il ya un paquet de substrat qui
vont tomber dans ce rumen de manière
plus ou moins régulière et qui vont
amener ma tous cet écosystème à chaque
fois seront modifiés à bouger ton copain
d'un écosystème dynamique c'est le moins
qu'on puisse dire
parfois on pourrait peut-être se
demander est-ce qu'on va pas vers du un
écosystème qui est un peu instable
souvent quand vous commencez à voir
l'instabilité c'est là qu'on voit les
problèmes sur les donc on est
allé quelque part un peu trop loin
ce ses slides eux reprennent assez
rapidement ce que conrad a présenté
c'est à dire si on devait faire un cours
d'alimentation de la vache en 2 diapos
très de manière très schématique des
protéines d'un côté donc des protéines
qui vont être utilisés en partie par
toutes ces bactéries qui sont dans le
rumen elles aussi elles ont besoin de
pousser son besoin de se multiplier leur
faut il leur faut la zot il leur faut de
l'énergie
donc elles vont couper elles vont
découper elles vont se multiplier et
donc vous allez avoir ces fameux pda qui
vont pouvoir sortir parce que eux ils
n'ont pas été dégradées par les
bactéries du rumen ils vont ressortir
mais vous avez tout un tas de protéines
microbienne qui vont pouvoir ressortir
également et qui vont faire l'apport
azoté et qui vont pouvoir être digérée
au niveau intestinal derrière mais si je
reprends très rapidement et
schématiquement qu'est ce qui se passe
d'un point de vue énergétique
globalement des fourrages beaucoup de
fibres déconcentré qui vont être
fermenté qui vont donner lieu à ces
fameuses acides gras volatiles qui sont
de différents types en fonction de ce
que vous apportez on va pas retrouver le
même type d'acides gras et donc ça ça va
orienter aussi derrière d'un plusieurs
choses et par exemple là aussi la
qualité du lait
donc une fois qu'on a dit ça on voit
combien cette dynamique et cet
écosystème est important et combien il
faut qu'on essaie de comprendre ce qui
se passe dedans alors pour comprendre en
recherche souvent la première chose
qu'on cherche c'est des indicateurs des
paramètres qu'on peut mesurer
on est capable de mesurer sur lesquels
ensuite on va avoir un regard critique
pour pouvoir positionner les choses
parmi les les indicateurs ben 7 diapos à
vocation de reprendre finalement ce que
disait olivier tout à l'heure si je
repars du sol c'est très intéressant en
fait de faire de sortir du rumen très
souvent puis d'aller voir ce qui se
passe dans d'autres milieux parce que on
est un peu en retard sur certains
aspects et finalement les autres les
autres domaines sont plus en avance
notamment dans les sols donc d'un dans
les sols
le ce qu'on a à manager ce que nous a
dit un policier tout à l'heure si ce
trio c'est à dire la plante le sol et
les micro-organismes qui a dans ce sol
moi je vais vous parler beaucoup
beaucoup de micro organismes
parce qu'en fait quand on regarde c'est
un petit peu la même chose de dire qu'on
va voir la vache le rumen et il va
falloir qu'on essaye de manager en fait
ce trio est la grosse différence
néanmoins c'est que dans les sols le
plus souvent en aérobie donc on est sur
des valeurs qui vont être plus oxydantes
que ce qu'on aurait dans un intrus mais
nous on va être en anaérobie io dia pas
d'oxygène
on va être sur des valeurs très négative
mais ça veut dire qu'il ya beaucoup de
choses vous allez faire des parallèles
entre des choses qui a dit olivier sur
les sols et que je vais vous dire dans
le rumen c'est juste qu'on va pas se
mettre au même niveau en fait un mort
dans le rumen bas on a eu le même des
parcs dans les sols c'est à dire qu'au
départ on a regardé que du ph du péage
du ph du ph le péage c'est le
l'indicateur star du rumen et je ne le
dénigre pas parce qu'il est porteur de
beaucoup d'informations mais il ya une
bonne partie des choses qui ont été
basées sur ce paramètre là donc je vous
aurez défini pas où olivier s'en est
chargé mais le ph c'est la star du rumen
et cesser la star qui a fait qu'on a
aussi parlé qu'on parle de plus en plus
et toujours
par exemple d'acidose de phénomènes
d'acide autres chez la vache c'est parce
qu'on a mesurée évaluer ce paramètre là
qu'on a mis des mots sur un problème un
trouble digestif qui pouvait arriver
chez la vache alors je mets encore la
question je la pose toujours ckoi
l'acidose rumine al parce qu'on pourrai
je pense là aussi en parler pendant un
certain temps
donc si on comprend le la définition
stricte forcément si une accumulation
d'acide et vous avez vu que la vache
elle passe son temps donc pas la vache
mais les micro organismes qui sont au
niveau du rumen à fabriquer des acides
gras volatiles c'est leur travail
donc effectivement il ya un moment quand
on va peut-être trop loin on a une
accumulation cette accumulation elle est
pas forcément dus uniquement que des
problèmes alimentaires elle peut être
aussi dû à des stress des stress sociaux
des stress du stress thermique
différents types de stress sur le
terrain c'est difficile en fait souvent
on dit j'ai problème d'acidose mais
c'est pas forcément évident à voir
qu'est ce que vous regardez oui on peut
regarder des blues on peut regarder des
patrons peu regardé pas mal de choses et
globalement on arrive à tirer un
diagnostic mais c'est pas évident de
d'avoir une opinion strict sur ça par
contre en recherche bien en recherche on
aime bien les choses très carré donc
forcément on a une définition qui va se
baser sur le ph est donc vous avez
beaucoup de gens beaucoup de chercheurs
qui ont longuement travaillé sur
l'acidose et j'amène des questions sur
ça parce que quand on regarde la
biographie la définition de l'acidose on
n'est pas une j'en ai plein donc ça veut
dire que déjà on n'est pas tous d'accord
sur ce qu'est la 6 12 donc vous avez
plein définition qui sont fixés sur le
ph bien sûr parce que c'est l'indicateur
qu'on est disponible pour pour dire
qu'ils acidose ou pas
néanmoins parmi tous à un final est ce
que tout ça s'appelle l'acidose sais pas
si sûr et finalement dans les élevages
que l'on voit et soit on dit acidose est
ce que c'est vraiment de l'acidose au
sens ph ou est-ce que c'est autre chose
aujourd'hui la question se pose le ph
c'est un paramètre super importance a
cédé
résultats d'un essai qui a été conduit
dans le laboratoire à l'enesad vous
basculez chose qu'il ne faut pas faire
vous le savez une vache du jour au
lendemain d'une ration très fibreuse à
une ration plus tôt on va dire riche en
amidon
vous avez une grosse perturbation qui va
se mettre en place au moment du passage
grosses perturbations deuxième essai qui
a été conduit pour regarder ce qui se
passe quand vous faites une transition
alimentaire
ce sur quoi les conseils sont de dire
faites attention fait des transitions
sur deux semaines trois semaines vous
allez voir qu'en terme de ph vous allez
voir combien c'est important ici c'est
peu de vache mais ça permet de regarder
ce qui se passe au niveau du rumen on
part d'une ration on va vers une
relation qui est un peu plus riches en
amidon mais qui n'est pas non plus
démesurée en termes d'amidon et si on
suit le ph au fur et à mesure qu'on fait
la transition effectivement on voit bien
qu'on passe par certains paliers
donc quand on regarde cet indicateur
effectivement on est allé vers des
péages qui sont plus acides
on a modifié les conditions
physico-chimiques du rumen par contre si
je fait écho à tout ce qu'a dit olivier
tout à l'heure et que finalement je
m'arrête pas au ph qui est la star du
rumen je vais regarder un autre
indicateur et je reprends les mêmes les
mêmes et c'est que je vous ai montré
tout à l'heure donc je reprends par
exemple mes vaches en lactation ou sur
lesquels j'ai fait une transition
ménagers vers des régimes qui était pas
très très compliqué à gérer
je me rends compte que mon potentiel
redox au niveau du rumen lui aussi bouge
de manière assez graduel et vous voyez
que par rapport aux valeurs que vous
montrez olivier tout à l'heure dans les
sols
nous on va se retrouver sur des zones
qui sont très réductrice très basses
très négative mois reparler après et si
je reprends mes même vache là qu'on
avait un peu torturé à passer du jour au
lendemain d'une ration fibreuse à
amidonner bas on se rend compte que là
aussi c'est intéressant les
le point dur et ducks et ce qui est le
plus marrant et ce sur quoi j'attire
votre attention et qui commence à
justifier pourquoi il faut regarder du
red sox et que si je regarde mes vaches
après bon il ya une grosse ok il ya une
grosse perturbation mais après la
perturbation week le ph
bon il se stabilise plus ou moins il ya
de la variation un peu de jours jour
après jour mais il reste à peu près
stable sur cette période là par contre
je regarde le red sox il est pas stable
et continue de monter donc si je
m'arrête à mon indicateur ph me dis ben
finalement c'est pas si grave ça c'est
assez assez vite stabilisés ça va être
pas trop difficile à gérer
et en fait quand on a regardé le red sox
on se dit bah il se passe encore pas mal
de choses qui m'ont un peu échappé
finalement si j'avais regardé que le ph
que s'est-il passé pendant cette période
et finalement ben hilli à d'autres
phénomènes qui sont cachés derrière donc
ça justifie un petit peu l'intérêt et ça
nous a permis aussi de se dire mais
c'est quoi la signification biologique
de ce red sox dans le rumen qu'est ce
qu'il veut dire
parce que pour un chercheur avoir un
paramètre en plus c'est toujours
intéressant c'est passionnant ça peut
faire occuper pendant longtemps mais
qu'est-ce qu'il va m'apporter qu'est ce
qu'est ce qu'est ce qu'il signifie en
fait alors je vais pas vous refaire la
définition parce que olivier bien plus
passé est mieux placé que moi pour la
faire il vous la fais simplement moi ce
qui m'intéresse c'est de repartir
peut-être d'autres milieux pour essayer
de comprendre pourquoi c'est intéressant
alors ça c'est des travaux qui sont
hyper intéressant qui vient de
l'industrie agroalimentaire en fait pour
faire des yaourts pour faire du fromage
il faut utiliser des bactéries des
bactéries lactiques le plus souvent et
les industriels vont choisir que s'il ya
une quantité
quels types de bactéries l'association
de bactéries on peut utiliser pour
obtenir tel yaourt qui aura telle
caractéristique ou tel fromage etc et ce
qui est intéressant c'est que pour ça
mais en fait il ya déjà un petit moment
qu'ils regardent la capacité redox des
bactéries et non le fait même pas dans
leur mène alors quand on s'en sert
depuis des années est un des paramètres
de sélection des bactéries ça va être le
red box alors comment ils font c'est
assez simple il utilise du
les qui vont stériliser dont qui tue
toutes les bactéries qui sont présents
dans l'est et ils vont rajouter dans ce
lait stérilisé les candidates qu'ils
avaient identifié pour être intéressante
dans leurs procédés et ils vont aller
regarder l'évolution de ceux de ces
bactéries qu'est ce qu'elles font dans
ce milieu qui au départ était stérile
donc où elles sont les uniques
survivants j'allais dire et elles ont un
impact direct sur le niveau redox dans
ce dans ce milieu donc vous voyez qu'il
y en a qui vont rester dans des zones
qui sont plutôt oxydé très positive
par contre y en a d'autres dont le
premier travail ça va être de vite
descendre à des niveaux très bas premier
boulot c'est de se mettre dans des
conditions où elles vont être à l'aise
et donc de passer dans des zones qui
sont très réductrice et elle voit se
maintenir à ces zones là donc ça déjà ça
montre bien qu nous fait une bactérie
comme pour le ph est là une zone de
confort en termes de réseau que si on
veut qu'elle fonctionne bien
faut qu'elle soit dans sa zone de
confort
un autre exemple qui a c est rigolo
c'est les cornichons le principe de
fermentation en fait c'est de mettre des
bactéries lactiques mais aussi et comme
dans un ensilage de faire baisser le ph
pour conserver donc pour faire baisser
le ph on peut utiliser des bactéries
lactiques là aussi la difficulté c'est
que ben quand on est dans la vraie vie
on est pas on n'est pas dans un monde
stériliser donc il ya tout un tas
d'autres bactéries
parmi celles ci il y en a qui peuvent
conférer un autre cornichons ou est-ce
qu'on va conserver des goûts des
textures qui vont pas être bon du coup
ces chercheurs là ils ont regardé
ils ont fait pareil sont partis d'un
milieu stérile puis ils ont mis dedans
des bactéries qu'ils avaient choisi en
se disant voilà l'objectif c'est de
baisser le ph quand ils ont faim ils ont
testé 2 2
mélange de bactéries et quand on regarde
le ph aucun souci les deux font très
bien le travail le ph abaisser les
cornichons d'eau peuvent se conserver
donc
objectif atteint par contre en parallèle
ils ont mesuré le red box dans ses pot
de cornichons et on se rend compte que
en fonction du mélange de la bactérie e
parce qu'au final c'est que jamais que
deux bactéries en fonction de ce qu'ils
aient mis au départ on a bien même ph
on n'est pas du tout au même niveau
redox et et ça peut avoir des
conséquences sur comment vous
retrouverez le people sans le sortant du
pot il aura peut-être un goût bizarre où
il aura peut-être une texture un peu
différente donc finalement si on garde
que le ph on se dit c'est bon cette date
la bactérie est là le travail est fait
mais ça veut dire qu'en fait pour
arriver à ce résultat on n'est pas passé
par les mêmes chemins et les mêmes
chemins finalement n'implique pas les
mêmes résultats sur le produit donc ça
c'est super intéressant parce que ça
rejoint un peu ce qu'on a vu son adverse
tout à l'heure le ph est stabilisée pour
autant le raid hawks continuent à bouger
encore des choses qui se passent et donc
dans la vache ça se traduit comme ça et
c'est une des manières qu'on a trouvée
pour expliquer l'intérêt de regarder le
red sox dans le rumen c'est que ça c'est
pareil c'est une cinétique par exemple
qu'on mesure sur une vache entre 0 le
moment où il distribue la ration le
matin et 6 heures après donc premières
informations
on l'a déjà vu on est dans des zones
très réductrice puis deuxième
information ça bouge dans la journée ça
ça ressemble fortement à une cinétique
cas montre olivier tout à l'heure entre
le red sox dans la plante le matin et au
cours de la journée on a on a aussi deux
des choses qui bougent donc je rejoins
l'idée que en fonction d'eux quand on va
mesurer bas on peut tirer des
conclusions différentes
par contre on a fait on a fait
l'expérience de prendre du jus de rumen
de le stériliser donc de tuer tout vide
en sus de rumen est là c'est calme plein
il se passe plus rien il ya plus de vie
tout est plein d'eau finalement le red
box c'est une bonne manière d'évaluer la
vie qui a dans le rumen et de c'est un
bon reflet de l'activité de cette micro
flore
en combinaison avec le ps donc on va
revenir la conclusion qui est faut
associer ph nuage christine de volée
vite coupé noir aussi stéphane le foll
qui est avec nous vous avez vu tout à
l'heure
et bientôt il va partir mais je voulais
qu'on veut pas prendre le mot et je vous
le dis quand même remercier je pense au
nom de tous deux vous aussi c'est lui
qui l'a remis en route
cette développement pourquoi nous avons
aujourd'hui lens aussi s'est
développement de voir les choses
autrement
il a mis il a porté sa plus loin aux
jeux tiers des chercheurs qui passe on a
parlé tout à l'heure sur l'herbe tout ça
où les grands mineo des plantes c'est
plutôt la base privée
je pense là y'a encore du boulot à faire
là nous commence à constater c'est les
chercheurs qui sont au boulot mais dans
les plantes
je pense fond noir il va développer
encore beaucoup de choses niveau les
chercheurs c'est important et ça a mené
directement des informations pour nous
mais aussi pour l'alimentation humaine
surtout moi je stéphane petit à petit
mot quand même à dire bonjour et puis
juste un petit bout parce que je vous
coupe on plaint réflexion sur les
équilibres en rut ph et dreadlocks et
j'ai eu l'occasion d'en gers d'avoir un
cours particulier sur des enjeux qui
vous ont été présentés donc je je vais
vous laisser ruby née après un toutes
ces informations
non ce que je voulais dire c'est que
simplement tout ça c'était au départ
l'idée que dans le débat qui agite
aujourd'hui le monde
je vois encore des histoires par exemple
de l'obligation faite aux collectivités
d'avoir des
deux repas végétariens maintenant le
procès qui est fait à l'élevage autour
de la méthanisation
tous ces éléments dans le débat public
un impacte directement le l'élevage
l'élevage français et les joueurs
européens
bonds est la seule condition qu'on a
pour arriver à sortir par le haut de ce
débat c'est d'arriver à montrer que dans
ces débats là il ya des fausses vérités
l'élevage l'échelle de la planète ne
sera pas la cause ou du réchauffement ou
du nom réchauffement de la question
posée sur l'élevage l'alimentation la
santé s'est pas uniquement ce qui est
dit depuis quelques années et 3 la
partie liée à l'environnement
l'écosystème et la question de
l'agroécologie la couverture des sols la
manière dont on aborde la production
agricole du sol des végétaux jusqu'aux
animaux
eh bien il faut qu'on la change et c'est
en la changeant en fait qu on combine
aussi c'est un peu comme le red dog clp
hb combine l'enjeu économique est
l'enjeu écologique et c'est ça le sujet
donc au delà de la question technique un
qui est expliqué ce matin
il ya un vrai message agricole faire
passer dans les débats qui sont souvent
extrêmement biaisées qui partent dans
tous les sens c'est qu'à regarder ce qui
s'est passé ce qui faisait at on va tout
le monde se jette ce qu'il faut at faut
l'interdire personnes s'oppose à
l'action de savoir qu'est ce qui va se
passer après est ce pas grave on fait le
procès du passé
et puis après on ne sait pas trop ce qui
va se passer
c'est le cas de le dire donc c'est ça le
débat en fait ce que vous faites c'est
d'aller chercher scientifiquement des
raisons d'expliquer qu' il ya des
fausses pistes et il ya des bonnes
pistes et il faut mettre en avant les
bonnes pistes la photosynthèse les sols
étant la bonne piste
au départ c'est ça qui après il ya tout
l'élevage derrière donc ce lien entre le
sol son équipe phr edox et puis ce qu'on
retrouve dans le rumen eh bien on a une
analogie qui doit faire que la logique
c'est celle là et c'est ça qu'il faut
qu'on pousse et dans les fourrages si
j'ai bien compris c'est que
à terme ce que vous allez chercher à
montrer c'est que l'efficacité
économique la production laitière peut
dépendre de la photosynthèse qu'on a
dans les champs et pas uniquement des
compléments qu'on va importer d'ailleurs
c'est bien c'est un sujet très bon bain
et plus on sera autonome et moi le coût
de la production sera important plus
économiquement ça sera intéressant donc
on combine la les enjeux
environnementaux dont tous ceux qui vous
disent il suffit de supprimer 6
supprimer ça non on essaye de construire
des systèmes qui sont suffisamment
performant pour être économiquement
intéressant et ils sont performants
écologiquement donc ça vaut le coup
comme voilà moi c'est ce que je voulais
dire et c'est ce que je défends des fut
un temps ça n'a pas été facile au début
entonne ce qu'il disait ou conrad
c'était sujet où ça bouleverse un peu la
culture générale la science met du temps
parce que des inerties sont très
importantes aussi vous ne disiez très
bien on s'est focalisé sous le ph
pour faire changer les gars dans leur
tête de dire n'y a pas que le ph
il faut aller chercher un il faut en
amener des preuves avant que l'on se
dise ah bah ouais c'est vrai c'est
peut-être bien redox tus ph
ça se fait pas facilement parce que
culturellement voilà il ya eu pendant 20
30 ans l'agronomie c'était la génétique
les sols on l'a oublié
et quand vous alliez à l'inra bas on
vous expliquait que si tu faisais pas de
génétique n'était pas un chercheur il
s'amuse du temps aussi un pour qu'ils
arrivent à changer un peu la proche qui
est la leur donc c'est ça le sujet est
pour ça que toutes ces réunions qui sont
quant à eux déjà combinaison entre
l'efficacité économique parce que
derrière il ya l'équilibré économique
des exploitations et puis le contexte
environnemental et donc politique
générale ça c'est très important et
c'est pourquoi je maire du mans je suis
passé à 3 est un jeu que je connais bien
et on aura l'occasion toute façon de
refaire quelque chose sur ce sujet au
mans on est dans des périodes de lui 19
en 2020 c'est comme le ph et dreadlocks
faut avoir un bon équilibre entre les
deux allez merci en tout cas et puis
bravo puis à bientôt
[Applaudissements]
oui je pense vous avez tout compris nous
pourrions longtemps parlé c'est très
important cette journée là mais comme
nous on doit aussi quelqu'un philippe
godard qui avec nous un ancien
industriel qui sait vendre derrière
aussi à des grossistes et consommateurs
l'autre côté à la même temps qu'ils nous
commence à découvrir quelque chose est
folle où les faces faut déjà commencer
faire l'épreuve
les analyses et du résultat sinon vous
pouvez les pas rendre ça c'est le
deuxième défi vous avez compris mais
c'est très court mais c'est encore plus
grand cette montagne est encore plus
grand que celle là si je te laisse
conter mais j'avais essayé excuses au
nom alors je vous ramène du coup on
replonge dans le rumen et je vous donne
juste un exemple j'avais à dire vivant
mais même si tout ça est vivant mais un
exemple quotidien en fait de ce coupé h
vous le vivez tous les jours à chaque
village en fête
parce que quand on regarde le ph et le f
dans un rhume end dans un rumen un petit
veau ben en fait vous avez exactement la
même chose que ce qui s'est passé dans
mes beaux qu avec du jus de rumen
stérilisés mais vous l'avez dans le veau
en fait en vrai c'est à dire qu'à la
naissance quand on a regardé de près au
niveau du du rumen du vos dons qui n'est
pas encore un ruminant fonctionnel qui
est qu un ruminant anatomiques
ben en fait son potentiel redhawks il
est très très très occident voyez est
très positif
pas du tout ce qu'on a vu tout à l'heure
dans des vaches est en fait la mise en
place de ces bactéries des toutes
premières qui vont arriver très vite
chez le veau par contact avec la mer par
le milieu dans lequel vous allez le
mettre dans la niche s'il ya du bois
s'il ya le lait le colostrum etc
mais il ya une foultitude de bactéries
qui vont en profiter qui vont
s'installer et qui vont passer
j'allais dire la première chose à faire
pour elle c'est de se mettre dans des
conditions qui leur sont favorables et
donc qu'ils vont ramener un des redhawks
qui leur convienne pour que votre vos et
puisse démarrer et progressivement
il va passer d'un stade pré ruminants et
il va se mettre en route et les
bactéries elles se mettent en route très
tôt pour lui en fait très très très tôt
pour mettre en place tout le matériel
qui froid qui deviendra un vrai
ruminants fonctionnelle par la suite
donc ça c'est un exemple finalement en
dehors de nos de nos boîtes de culture
dans les labos que vous avez au
quotidien alors on a dit ph nuage c'est
important et bages et le un peu le
pendant de ce colis vient montrer tout à
l'heure c'est à dire que première chose
qu'on fait si on regarde la corrélation
que le ph et le h est effectivement il
ya un lien aussi dans le rumen qui
assemble peut-être un petit peu moins
linéaire mais on a encore du travail
dans le rumen on n'est pas nombreux à
mesurer tout ça donc il ya encore
beaucoup de me donner à accumuler mais
néanmoins y avait quand même une
relation et olivier l'a expliqué c'est
pas parce qu'une relation qui n'est pas
important de mesurer les deux et de
considérer les deux mais ce qui est
flagrant dans ce travail qui a été fait
c'est qu'il reste encore beaucoup de
variabilité vous voyez que c'est pas
contrairement au sol où les choses
étaient assez bien aligné sur la droite
il reste encore beaucoup de bruit autour
en fait tout ça ça nous a mené à se
demander comment je fais pour faire
bouger un mort et dox dans la romaine de
ma vache qu'est ce qui fait que le red
box va bouger dans le rumen est donc
logiquement en tant que plutôt
nutritionniste on va se pencher d'abord
sur la ration qu'est ce qui fait quand
je change ma ration que les niveaux
redox que je vais retrouver dans la
vache vont changer et on a encore bien
du travail et malheureusement je
pourrais pas vous donner les réponses à
toutes vos questions
mais on commence à avoir une meilleure
idée alors pour ça il ya plusieurs
essais qui ont été conduits où on a
regardé des phd redox chez des animaux
qui recevait des rations un peu
différente mais quand même pour la
plupart très très orienté maïs donc
voilà clairement donc j'espère bien que
dans le futur et des peas a déjà
commencé avec tout ce que collecte
pierre-emmanuel radis qu'on n'aura
d'autre idée de ce qui se passe sur
d'autres à sion mais ça nous donne quand
même des garde-fous c'est déjà pas mal
là par contre je démarre pas que du maïs
pour couche démarre avec du foin ça
c'est un
une manip qui a été fait sur des vaches
taries auquel on a donné du foin de crau
donc oui pas le moins cher qu'on ait
trouvé mais néanmoins un avantage c'est
très digestible donc c'était ça qu'on
allait chercher en allant chercher du
foin de crau et sur ses vaches taries
qui ont des niveaux d'ingestion qui sont
faibles on a essayé d'augmenter un peu
là par la part de concentrer donc
c'était essentiellement de l'orge et du
blé qu'on pouvait rajouter sur ces
rations donc logiquement les péages sont
plutôt très bon et assez j'allais dire
aux uns pour une vache donc pas de
problème d'acidose un tout va bien sur
ma vache tard il met néanmoins quand
même quand je rajoute quand je rajoute
du concentré j'ai tendance à faire
baisser un peu le ph ce qui est quand
même un peu logique parce que je ramène
des acides
quand je regarde les niveaux redox qui
se passe dans cet animal donc ça ce sont
des cinétique partir du repas du matin
jusqu'à huit heures après huit heures
après étant la deuxième alimentation en
gros 9h 17h est ce qu'on voit c'est que
avec l'ingestion
on apporte ce point le premier travail
ben il va y avoir une activité du rumen
qui se met en place si on voit que le
raid hawks baisse c'est ce qui se passe
de manière classique quand on nourrit la
vache on voit le raid hawks qui baisse
c'est le premier travail pour ces
bactéries qui doivent ramener aussi dans
des milieux où elles vont pouvoir être
efficace
elles vont pouvoir fonctionner mais
malgré tout même si on était sur des
rations qui sont a priori pas du tout
challenger pour l'animal on a des
niveaux redox qui varie pas énormément
mais qui varient c'est à dire que quand
je ramène du concentré je commence à
faire remonter un peu le niveau redox
moins j'ai de concentrer plus bas donc à
l'arrivée quand on a fini cet essai on
s'est dit bon bah plus je suis bas je
suis que sur du foin donc ça veut dire
dans le rumen il faut que je dégrade de
la fibre je fais que ça puisque j'ai que
ça que disposition quasiment c'est un
peu un petit peu réducteur de dire ça
pour le coup mais oui j'ai de la fihg de
la cellulose
donc je passe mon temps à faire ça et a
priori les bactéries sont capables de
bien faire sa ba finalement ils ont un
index assez bas donc on a continué
le travail est là on est parti sur
l'ensilage de maïs mais on va revenir
sur on a parlé tout à l'heure de
tourteaux tanner ou pas tannés je crois
dans les rations et là on s'est dit on
va regarder ce qui se passe quand on
perturbe un peu le rumen en termes de
nutrition azotée et en particulier de
disponibilité de la zot au niveau du
rumen donc ça rejoint un peu l'idée au
départ de cette idée de calculer est-ce
qu'on associe et original qu un testing
al mais là on est dans la caricature je
vous le dis c'était purement
expérimental
donc en gros on a pris un tour taux
normal qui va rapporter normalement au
niveau communal et puis on a pris un
tour totanes et traite année pour être
franche
et à ce moment là avec la volonté de
dire je vais pas ramené trop de la zot
dégradable au niveau du rumen et on
s'est rendu compte que quand on faisait
ça on avait des niveaux redox au niveau
du romaine qui n'est pas du tout les
mêmes
on a juste entre guillemets on n'a rien
changé sur ce qu'il y avait à côté dans
la ration d'ensilage de maïs et puis de
la farine de blé en l'occurrence la nave
mi mai on avait deux tourteaux quitté
différent et on fait on marche avec des
niveaux redox qui sont complètement
différent avec une remontée du red sox
qui est qui est apparu avec le tourteau
de soja tanner et ce qui est intéressant
là aussi je reviens une fois une fois de
plus sur ce couple
ph c'est que si j'en crois un peu les
références que j'ai en termes
d'incidence de fonctionnement du rumen
en moyenne ma vache sur la journée elle
tournait à 6 2 6 2 ph nominale donc si
je reprends un peu les tablettes c'est
pas a priori on n'a pas de problème
d'acidose tout va bien dans ma vache
donc si je regarde le pea je vais vous
dire ma vache va bien ce qui n'était pas
du tout le cas
ma vache n'allait pas du tout bien et
premier traité moins de ça c'est que en
termes de réseau que ça n'était pas du
tout au même niveau
deuxième témoin de ça c'est que quand on
a regardé les concentration en ammoniac
au niveau du rumen on était très très
très bas on était tellement bas qu'on
n'avait quasiment pas assez d'ammoniaque
pour faire vivre toutes ces bactéries
pour les nourrir pour qu'elles puissent
est encore capable de se multiplier donc
si je suis pas capable de les faire
multiplié dans le rumen on va pas les
digérer au niveau intestinal et derrière
on va pas faire de la performance
donc oui le ph été plutôt bon mais quand
je regardais le red sox il y avait des
choses bizarres et au final ma vache
elle fonctionnait pas bien un romaine
qui fonctionnait pas bien on a regardé
une autre source de variations qui est
la nature des amidons est ce que
j'utilise du maïs est ce que j'utilise
du blé donc est ce que j'utilise un ami
donc plutôt lent ou un ami donc plutôt
rapide donc même même principe sauf que
là ce qu'on a changé c'est que d'un côté
on appris de la farine de maïs et puis
l'autre côté on appris de la farine de
blé et au final on avec des rations qui
d'un point de vue énergétique était iso
énergétique et iso azotés donc si je
prends la composition chimique
elles se ressemblent j'ai changé la
nature de ce que j'ai apporté un mât
microflore et là encore une fois je me
rends compte que j'ai des niveaux de
potentiel redox qui sont complètement
différent avec ici des amis dont l'un
qui vont faire remonter un peu plus leur
et docks ce que mes amis dont rapide
donc encore une fois en fonction de la
nature de ce que j'ai apporté je me
retrouve pas à des niveaux identiques et
donc derrière c'était de se dire ça veut
dire que je fais pas travailler sans
doute les mêmes bactéries
je vais pas rechercher à faire
travailler les mêmes bactéries et c'est
ce qu'on a regardé donc derrière ce ce
schéma en fait vous lire que le schéma
ici c'est un peu la faute aux deux des
bactéries qui dans le rumen donc en gros
je passe si je me mets ici un pic ça
veut dire qu'ici par exemple j'ai une
bactérie dont je ne connais pas le nom
je les connais pas je n'ai pas identifié
mais plus mon pic est élevé plus j'en ai
et donc quand on a regardé entre ces
deux entre ces deux types de rations
donc ma complémenter farine de maïs on
m'a complimenté farine de blé je me
rends compte que dans globalement dans
le profil des bactéries du rumen y avait
20 % différence j'avais juste changé
j'avais mis la même quantité d'algues
d'amidon mais j'ai dû changer la nature
d'amis donc j'ai amené donc ça veut dire
que en faisant ce choix j'ai orienté les
bactéries du rumen vers des populations
qui étaient différentes
et puis un dernier exemple qui est un
peu rapide et qui est un peu plus récent
c'est on a parlé aussi des sucres
solubles et en fait quand on a regardé
un peu les données dans nos tablettes on
s'est rendu compte que 1 des trucs qui
pouvait peut-être influencé pas mal de
redbox c'était les sucres solubles dans
les rations et donc on a décidé de faire
un essai où on allait jouer avec de la
mélasse pour apporter des sucres
solubles
donc c'est un régime à eau en sucres
solubles et un régime bas en sucres
solubles
la première chose c'est qu'en termes de
red hot bas même quand ces mêmes
constats on n'est pas du tout même
niveau je prends les valeurs là avec des
pincettes parce que on a encore on en
discutait encore avec olivier est un
truc qu'on vous a pas dit mais c'est
quand même hyper compliqué de mesurer un
potentiel redox d'un point de vue
technique et là on a encore des
problèmes avec nos fournisseurs parce
que il ya quelque chose qui est potes
correct dans le truc néanmoins comme on
s'intéresse quand même à l'écart qui
hantent nos deux rations on confirme
bien l'idée que si je fais je rajoute du
succès au but dans ma ration je vais
faire bouger mon redox dans mon humaine
et donc là en l'occurrence on l'a fait
remonter ce qui était attendu
c'est l'hypothèse qu'on avait vu qu'on
avait posé et même chose on a regardé on
s'est dit voilà la combinaison ce qui
est important dans le rumen c'est qu'il
faut ok les paramètres physicochimiques
c'est intéressant mais il faut que je
fasse travailler mais bactéries il faut
qu'elle fasse des choses pour derrière
je transfère l'énergie à lavage pour
qu'elles puissent faire du lait donc
même chose on a regardé d'une manière
différente on a regardé un certain
nombre de groupes de bactéries dont vous
en avez qui sont plutôt des bactéries
qui vont découper de la protéine vous en
avez d'autres c'est plutôt des bactéries
qui vont potentiellement produire de
l'acide lactique
ça c'est pas terrible et on se rend du
compte qu'entre ces deux rations là je
modifiais ces profils en bactéries donc
j'avais la capacité par le choix que je
faisais dans mon rationnement de
modifier ça et quand on a regardé
derrière le profil de qu'est ce qu'elles
font tout à l'heure on a dit c'est bien
de savoir qui est là mais elles font
quoi et donc on a les moyens aujourd'hui
de regarder ce qu'on appelle mes
tableaux monrose une photo de tous les
métabolites qui sont produits un instant
t dans le rumen par toutes ces bactéries
et si je les mets sur une carte
géographique
ben en gros j'ai mes vaches qui était à
bas niveau de sucre qui se retrouve
plutôt à gauche en bleu et mes vaches
qui était au niveau de sucre plutôt à
droite
donc effectivement je fais pas
travailler le mal les mêmes bactéries et
je n'ai pas les mêmes résultats en
termes de métabolites produits donc le
ph et le h a eu deux sont incapables
d'orienter la composition en fait des
bactéries et de cette flore qu'on
utilise au quotidien et que la vache
utilisent au quotidien au niveau du
rumen est ce qu'il faut retenir c'est
que chaque bactérie va être adapté à un
niveau à une gamme de ph
ça c'est bien connu dans la
microbiologie depuis longtemps si vous
demandez un microbiologiste le tableau
avec la liste des bactéries et la gamme
de ph il est capable de vous le dire
si on lui demande la même chose avec le
h il est incapable de nous le sortir et
alors donc vous dites bien vous dis bien
que nous il faut qu'on aille faire le
tableau dans le rumen eh ben on a encore
du boulot mais il faut s'y atteler et le
hachis va être très lié donc à la
composition et à l'activité du
microbiote alors il me reste deux
minutes c'est bien ça donc j'en arrive à
la fin la discussion s'est aide aux
finales de se dire qu'on a quand même un
moyen important à travers nos rations de
piloter ce potentiel radox au niveau du
rumen on n'a pas toutes les clefs encore
à donner mais on commence à voir des
choses ce qui est sûr c'est que dans
cette région il ya plusieurs choses qui
sont importantes d'abord il ya le niveau
de matières sèches ingéré gelé je suis
passé assez vite dessus mais c'est clair
qu'entre une vache qui va gérer 8 kg de
matière sèche par jour une laitière qui
va en manger 21 où ils les tiers qui va
manger 28 kg de matière sèche ça va
avoir une importance une influence sur
le niveau de la stature et docks ce que
pouvait attendre
et puis une des raisons principales
c'est foncièrement ce qu'on a encore
jamais regardé ses caisses que quel est
le red dot de tout ce que vous lui
mettez dans l'eau ce qui va arriver
directement dans le rumen et puis vous
en mettez
la composition est importante la
composition au sens chimique
quand on regarde une ration souvent
regard d'un pourcentage d'amis dont on
garde un pourcentage d'azoté en regard
d'un pourcentage de ndf de cellulose
mais la nature est importante donc on
l'a vu sur l'exemple des des amis dont
c'est la même chose sur les fibres jeu
j'aurais beaucoup aimé faire la même
manip que j'ai fait avec le foin de crau
avec la paille et je suis sûr qu'on
n'aurait pas sorti les mêmes niveaux ça
c'est clair
et donc au final on arrive à se dire que
la santé rumine halles et la santé de la
vache au sens large est là un peu des
coordonnées bioélectrique
et ça c'était au final une des
conclusions de ma thèse donc il ya déjà
un petit moment mais on avance quand on
remet tout ça donc là c'est en rh donc
on combine le ph et le h
voilà pe plus péage d'olivier x 2 et
donc plus on est bas plus on est
réducteur plus on monte plus on et
occident tout simplement ça c'est tout
un peu tous les régimes là que je vous
ai présenté vite fait quand on les
regarde un peu dans leur ensemble
qu'est ce qu'on voit c'est que oui plus
le rh baisse plus on est réducteur au
qu'est ce qu'on s'est rendu compte c'est
que quand on fait baisser on va vers
plus de cellules au lisent plus de
dégradations sans doute des fibres
costaud mais faut faire attention parce
que peut-être qu'à ce moment là on va
aussi et sans doute vers des rations qui
vont produire du méthane des vaches qui
vont faire du méthane et le méthane
malgré tout pour un nutritionniste pas
pour un environnementaliste c'est de la
perte énergétique aussi quand même au
niveau du rumen quand on a beaucoup de
méthane c'est qu'on a de la perte
énergétique c'est qu'il ya des choses
dans notre action notamment dans vos
fourrage qu'on n'est pas allé chercher
on aurait pu mieux les valoriser
donc il faut de la cellule all is me
faites pas dire ce que j'ai pas dit mais
il faut peut-être faire attention aussi
parce que votre but si c'est de faire 25
litres de lait c'est qu'il faut aller
chercher le maximum du fourrage qu'on va
donner à la vache
donc ça veut dire qu'on est encore en
train peu dans un entre deux comme dans
les sols pas trop par pas assez va
falloir bien se positionner
donc il ya cette question du méthane ça
reste une hypothèse on l'a pas mesuré
mais je pense pas qu'on se plante trop
en disant ça et puis on si on revient un
peu à la santé sur certains de ces
régimes ont été un peu limite peut-être
sur la partie acidose alors je dis
limites parce que voilà quand on
commence à être sur des régimes un peu
plus dense où on veut faire du les bains
c'est vrai oui on va aller vers un peu
plus de risques d'acidose même si on
tombe pas du tout dans de l'acide aux
cliniques enfin attention mais néanmoins
dans ces zones là on s'est rendu compte
quand même quand on commençait à voir
certains troubles donc des profils
fermentaires qui dérive un peu d manque
d'azoté soluble dans le rumen on a
tendance à avoir leur est donc cette
fois ci qui remonte donc ça veut dire
faut faire attention faut pas non plus
remontés vers des niveaux trop occident
déjà parce que vous allez perdre toutes
les bactéries qui sont
rue mais ne sont pas là pour vivre dans
ces milieux là et oui il faut peut-être
remonter un peu parce qu'il faut aller
chercher d'autres choses dans votre
fourrage mais il faut faire attention et
donc la conclusion est là j'ai essayé de
remettre ça un peu sur une échelle je
sais pas si ça me permettra peut-être de
mieux voir mais les travaux si on essaie
d'aller un peu plus loin
ça nous permet de voir un peu en
fonction de ce qu'on veut faire de ce
qu'on met dans un rue mais nous est-ce
que je vais retrouver les populations
qui m'intéresse donc certainement on va
retrouver vers ces niveaux-là des bars
et des bactéries cellules olitique si on
super importante pour dégrader nos
fourrage les bactéries qui sont capables
d'utiliser de l'amidon des sucres elles
seront certainement dans un niveau un
petit peu moins réduits
donc il va falloir qu'on remonte un peu
peut-être ce donc ça veut dire faut
peut-être pas chercher toujours à être
trop bas non plus parce que plus bas je
vais descendre vers des zones où les
méthanogènes se plaisent bien et où
finalement vous allez peut-être perdre
l'intérêt de certaines bactéries qui
était l'un des seuils au dessus et qui
aurait pu aller piocher des choses
intéressantes dans le dans l'aliment
mais bon comme on indique qu'il faut pas
se mettre sur une seule dimension donc
j'ai essayé de remettre ça en 2d donc le
ph et le red sox s'est améliorée mais on
a encore des choses à faire mais ce qui
est intéressante c'est voilà après il
faut faire attention c'est sur les
bactéries productrices de lactate elles
vont nous amener à des péages sont
souvent trop bas bon là quand on arrive
dans ces zones il faut faire attention
c'est pas mon lacet on est on est on a
un truc à revoir sur la copie quand on
commence à générer ça mais après il va
falloir essayer de s'amuser à jouer à à
les stimuler et utiliser ces bactéries
là parce que on en a besoin et on en a
besoin de manière combinée pour bien
utiliser tout ce que vous mettez dans
votre ration donc
et c'est là où aujourd'hui on manque
encore beaucoup d'informations
goudailler de fil s en fait et encore
pas mal de travail à faire et puis du
coup bien sûr on commence à se mettre un
peu en route mais comme on est au final
maintenant on doit être qu'une seule
équipe à travailler sur ça on démarre un
peu à mesure et de la conductivité parce
que ça reste sans doute le troisième le
troisième paramètre à les mesurer
on a commencé on voit qu'il ya des
choses qui bougent mais on est très très
très loin encore de malgré tout de
donner des des choses très précises mais
là encore il ya des gens qu'ils font sur
le terrain et qui avance pour nous donc
c'est ça qui est super et donc on a
parlé de 5e vais tout à l'heure c'est
intéressant qu'on discute souvent
ensemble parce que ce que nous on peut
pas toujours faire aussi en recherche en
combinant avec ce qui se fait sur le
terrain ont déjà d'une part on voit
qu'on n'est pas complètement déconnecté
que ça va dans le bon sens qu'on
confirme des choses et surtout on
collecte des données qui nous font
apprendre est qu'il nous faut avancer
voilà donc ok la conclusion c'est que la
ration c'est une moyens de piloter
on a on se retrouve à un carrefour un
peu particulier c'est qu'aujourd'hui je
vous ai parlé beaucoup d' approche un
peu fondamental je pense donc ces deux
là on essaie de comprendre en fait la
compréhension de ce qui se passe on cela
on a des difficultés de mesure ça c'est
clair c'est quelque chose de difficile à
mesurer encore plus dans une vache et en
plus il voulait faire dans la vache qui
bouge
vous n'allez pas lui demander de pas
bouger pour vous n'êtes pas trop près
d'un champ magnétique pas trop loin
enfin voilà tout ça donc c'est pas
évident et on fait sans doute des
erreurs encore peut-être qu'il faut
qu'on simplifie notre approche donc on a
aujourd'hui nous lâcher filet on
al'avantage d'avoir pas mal d'outils
invitro qui sont peut-être un peu
simpliste mais qui vont peut-être aussi
nous permet d'avancer un peu plus vite
donc c'est des choses a sollicité et
d'un autre côté on aurait grandement
envie d'arriver à mettre tout ça en
musique pour une approche pratique c'est
à dire qu'est ce que vous allez faire de
ça on va pas vous demander de mesurer
des red sox
il ya des gens qui peuvent le faire 5e
fête le fait mais qu'est-ce qu'on en
fait comme en conseil comme en orient tu
es donc une des manières qu'ont à une
des manières dont on l'a abordée sur
laquelle on travaille encore c'est que
ce soit pas une mesure forcément mais
que ce soit un outil dès la décision
dans le rationnement et que on avait
commencé mais on est encore pas bon
c'est si vous me donnez vous la
composition de votre ration l'analyse de
vos fourrage que je mets ça dans mon
équation que j'ai déjà une idée de quel
reddox pour attendant un rumen et vous
dire bon là il faut peut-être à faire
attention il ya peut-être un niveau à
corriger ou ça a pas l'air mal et ça
peut bien fonctionner donc on a commencé
je vous ai mis un premier modèle qui
avait été fait en 2010 on on essaie
d'avancer mais il ya beaucoup de choses
à prendre en compte aujourd'hui on a
encore un peu trop grossier sur l'
approche est on est on est tellement
grossier que oui moi je vous ai
focaliser sur la ration mais une vache
ça boit énormément et donc olivier
pourra reprendre la parole mais le red
sox dans l'autre buvez de veau vache va
pas être le même entre mois à toulouse
et vous en bretagne où je sais pas où
donc est la vache boit énormément 70 80
cents litres voire plus sans problème
quand il fait chaud et donc là quel est
l'impact de tout ça
le contexte dans quel milieu se trouve
la vache
qui peut influencer voire encore bien
d'autres choses que nous on a pas on n'a
pas encore mesuré
voilà donc effectivement il reste encore
un gros boulot à faire sur sur l'autre
boissons
alors olivier est ce que tu pourrais
nous donner quelques précisions sur
l'eau de boisson justement c'est leur
vision sur l'eau comme christine le
design bois une vache chabat 60 70 80
100 litres par jour par rapport à ce que
ça mange on peut vite basculer fortement
au niveau des sortir dès la lumière on
peut avoir des énormes différences au
niveau redbox sur l'eau entre de l'eau
d'orage qui est très chargé en électrons
qui est très réduite de l'eau de pluie
qui est assez réduite
et puis de l'eau de la ville qui est
chlorée qui est souvent passé par de
l'aluminium donc l'aluminium le chlore
cd occident fort on se retrouve
forcément avec des différences très
forte
quand on met de l'eau chlorée pour faire
de la fermentation
ça peut ça peut déséquilibrer un autre
truc sur sur l'eau et les vaches c'est
que elle va utiliser aussi l'eau pour
modifier la conductivité électrique en
fonction des déséquilibres edox qu'elle
va avoir
elle va diluer plus ou moins et ça va ça
va modifier ça va après longue pierre
emmanuel en particulier ils ont
identifié ça amène à différentes
maladies en fonction de ce paramètre
dont klaus est fondamentale ce qu'il
faut savoir aussi c'est que c'est qu'une
autre pluie
enfin une eau depuis pardon pompe et
avec une pompe
qui pas bien mise à la terre ça peut
faire de l'autre est oxydé alors on se
dit on est au delà de la super eaux de
forage qui a toutes les qualités qu'on
peut avoir ailleurs on peut mesurer
classiquement et puis en fait on se
retrouve avec une eau qui peut oxydé
donc on se dit löw s'est a priori s'est
réduit non l'eau peut être très excité
surtout quand on a mis du chlore de
l'aluminium ou des choses comme ça donc
qu'il y à il ya un gros enjeu là dessus
et puis et puis avec sabiine
rien que l'endroit on peut stocker l'eau
peut faire en sorte qu elle s'oxyde donc
là on va rentrer dans des choses un peu
plus et moins connus mais enfin je pense
que certains d'entre vous ont déjà fait
intervenir des géobiologue ça joue
fortement tout l'environnement
électromagnétique va perturber les
vaches en particulier enfin les animaux
il ya des études de l'inra alors je vais
me quelques diapos en plus là je sais
pas s'ils y sont mais en gros il ya des
études qui montrent qu'une vache qui
ont-elles à plus de 2 milliampères entre
le sol et l'eau de l'abreuvoir en fait
entre les sabots et la bouche elle va
commencer à ne pas boire beaucoup parce
qu'en fait elle prend une décharge
électrique et par une mini des charges
si milliampères elle ne boit plus donc
si elle boit plus ça déséquilibre tout
le tout le reste
une vache c'est à peu près 500 romans
entre entre les pattes et la bouche donc
le résultat ça fait que quelques volts
de différence parce que c'est pape parce
qu'on n'ait pas mis à la terre comme il
faut parce qu'on est sur des caillebotis
qui sont qui prennent un courant
électrique quelques pas ça perturbe
complètement les animaux donc là il ya
un gros gros boulot à faire en premier
c'est l'environnement de la vache ou est
ce qu'elle est mise 10 millions perd
entre les deux pas de gauche de la vache
le rythme cardiaque augmente de 25% et
les productions laitières baisse
donc c'est des choses qu'on obtient
rapidement ça paraisse apparaît pas
facile mais donc cesser de plus en plus
à prendre en compte d'autant plus qu'on
va quand même vers l'élevage avec de
plus en plus de détecteurs de chaleur de
détecteurs de vêlage de capteurs de
température d'humidité en aquaculture ça
pose de gros problèmes
les détecteurs de faim les tous les
capteurs de température ces choses là
toutes les pompes masse même mal mise à
la terre tous contre tous cette chose là
ça perturbe fortement l'environnement et
après plus les côtés failles naturelles
plus le côté on installe des panneaux
solaires avec des onduleurs pas
forcément placé
pami à la terre comme il faut tout ça ça
peut ça peut engendrer très rapidement
des gros déséquilibre qui se disent les
éoliennes
après tout ça c'est je pas en train de
dire qu'il faut qu'il en faut 1 0 il en
faut mais on sent enfin on en a besoin
de certains trucs mais il faut faire
attention à comment s'est mis à la terre
commence et c'est on protège les animaux
de toute façon il vous le dise il ya des
endroits ils vont pas se mettre
c'est quand ils vont pas dans certains
endroits une salle de traite mal mise à
la terre et benjamines nous mettez le
triomphe d'un coup parce qu'elle prend
une décharge électrique quelque part
donc il ya tout tout un trush je pense
sur le comportement des animaux aussi
qu'on peut qu'on peut voir là dessus
mais c'est ca c'est fondamental on peut
perturber fortement globalement les
champs électromagnétiques qui s'oxyde
alors les traitements de l'eau par
électrolyse ça peut ça peut être bien
mais il faut bien utiliser le problème
du traitement de l'eau par lectra liste
principale que je vois c'est que on va
rester globalement sur la pente ph redox
classique c'est à dire que on va
acidifier oxydé d'un côté on va réduire
et alcaniz et de l'autre on a du mal à
sortir de la zone énergétique donc et
après c'est très fort si vous en fin ça
peut être un très bon outil s'il est
bien maîtrisée mais si si ça dérape ça
peut déséquilibrer de l'autre côté on a
vu ces années c'est un niveau
c'est un équilibre si on va trop d'un
côté ou trop de l'autre ça bascule et
aider sa ce genre dos ça peut aller très
rapidement
assure sur le sur ces eaux
il va falloir le ph le red box et en
plus la conductivité qui est le
troisième paramètre qui va avec
dans les sols on en rajoute un quatrième
maintenant que la susceptibilité
magnétique c'est un autre aspect qu on a
oublié mais on va en rester à trois déjà
déjà avec deux plus deux coups plutôt
qu'un on progresse beaucoup avec les
trois je pense qu'on sera déjà très
performant et puis le quatrième il est
plus difficile puis sur plus fin mais
déjà si on a progressé sur 2 puis un
troisième
on aura fait un sacré chemin navan et
pierre-emmanuel ils avancent très vite
là dessus une fois que les les pièces du
peuple ont été mises en place après on
n'a pas besoin de mesures est forcément
globalement il faut se dire on est
plutôt par là il va falloir aller de
l'autre côté et avoir des outils pour
moi je le vois comme un jeu playstation
après on a une cible
et puis il va falloir trouver les cars
et les ronds les triangles ou est ce que
ça nous emmène et on met deux coups à
droite un coup en bas
et puis et puis on devrait on devrait y
arriver il ya du boulot encore un mais
sur les fourrages
il ya de quoi y'a de quoi brosser un
moment et on n'a pas parlé de du mode de
conservation du fourrage
il reviendra cet après midi voilà mais
juste pour enfants nus en un mot un
ensilage bien fait ça peut être plutôt
bon on va plutôt vers des sifi clamait
de la fermentation quelque part quand
c'est mal fait ça peut partir en traître
est oxydé voilà donc c'est l'avantagé
maintenant c'est qu'on a quand même un
peu la carte on se repère un peu mieux
où on peut être et où est ce qu'il
faudrait aller quoi donc
il nous reste encore à bien comprendre
comment on y va mais on est plus perdu
complètement
si on regarde les
je sais pas s'il y en a qui ont essayé
de donner du biochar des charbons de
bois leurs vaches
voilà donc ça peut être très efficace à
royat une publication très récente qui
fait une synthèse là dessus ça peut
marcher très bien sauf que un bios chat
en fonction de du matériau de pyrolyse
de la température on l'a fait et des
traitements éventuellement coin fait on
peut avoir des choses très acide très
basique très réduite très oxydé on a
tous les cas de figure donc si on ne
mesure pas qu'on sait pas quel biochar
on donne des fois ça marche des fois ça
marche pas c'est un peu la roulette quoi
on essaye et puis on voit ce que ça
donne donc y ait au moins maintenant on
a les moyens de savoir où on est de
savoir où on veut aller quoi merci
olivier pour ces précisions
on accueille maintenant catherine
journel à qui on a demandé quelque chose
de pas facile du tout c'est nous résumer
cette matinée est le vétérinaire elle va
se présenter et ça nous résumer cette
matinée avec son analyse son point de
vue extérieur en tant que vétérinaire b
surtout ce qu'on a évoqué ce matin et
puis surtout ce que vous faites
finalement dans vos fermes
merci de me donner la parole alors bas
c'était pas très facile parce que vous
avez quand même déjà demandé à monsieur
stéphane le foll d' de faire le donc le
le point sur cette matinée donc là je
pense que vous avez mis la barre un peu
haut mais je vais essayer de le faire
très très simplement en vous faisant pas
en fait des pas vraiment des points
d'intérêt qui ont qui m'ont qui m'ont
beaucoup plu alors déjà je voudrais vous
remercier monsieur sidler conrad et puis
et puis monsieur l'option donc de
m'avoir invité est en fait moi on se
connaît depuis très peu de temps nous
avons été mis en contact avec emmanuel
choisi comme quoi le monde et le monde
est petit alors moi je découvre
totalement 7,7 ce domaine et je ne suis
pas du tout agronome puisque je suis
formation un vétérinaire
alors je vais reprendre un petit peu le
la chronologie de la matinée et la
première intervention notamment celle de
conrad a énormément plu par rapport à la
volonté de simplifier
moi j'ai comme je suis comme vous j'ai
subi le système pays dans le temps au
cours de mes études
et c'est vrai que c'est le meilleur
moyen de noyer le poisson et surtout
dégoûter les gens de l'alimentation hors
apporte
avoir une approche aussi simples que
celles de la division des ya sur
la hem hâter pour évaluer de façon toute
simple
qu'est ce qui va être utile d'un point
de vu source de protéines dans le rumen
de la vache c'est finalement une
approche très simple
absolument pas simpliste mais surtout à
volonté de pouvoir partager entre tous
des notions et des chiffres parlants et
qui de toute évidence on sont efficaces
alors j'ai beaucoup aimé également la
proche de florian sur son sur son
pragmatisme quand à la recherche en fait
de la bonne recherche des bonnes
solutions en fait il a la chance dans
son département donc en lozère de
d'avoir beaucoup de systèmes différents
avec des conditions très différentes
altitudes température nature des
fourrages et en fait cette méthode douce
que j'appellerais le screening d'aller
chercher en fait dans les différents
systèmes où les gens ont tous un
objectif commun qui est bien celui de la
journée à savoir donc les 25 kg de lait
permis donc en production par par les
fourrages et bien de trouver les bonnes
recettes
et qu'est ce qui ressort c'est que
finalement il n'y a pas une recette ya
pas un modèle mais en fonction justement
de ces conditions qui sont très
différentes
et bien certains éleveurs vont
s'approcher avec déjà des sources de
fourrage très très différentes et et je
pense que ça rejoint également bain au
travers de ce département la diversité
en fait des systèmes que l'on a en
france
de par mon travail donc j'ai l'occasion
de rencontrer des élevages pas aussi
bien où il ya trente vaches que que 300
avec des systèmes de fourrage est très
très différents et en fait il n'ya pas
une voie royale
il ya différents moyens d'arriver à des
résultats intéressants productif où on a
des animaux qui évalue il vaut lui
pardon dans des bonnes conditions
d'ambiance dans ce qu'on appellerait le
l'objectif de la de la vache heureuse
mais également avec des des producteurs
de lait qui vivent bien les choses
que ce soit dans des petits élevages ou
des très grands élevages pour moi ya pas
un modèle du 10 mai des modèles et
j'aime beaucoup donc la méthode de
travail de florian
l'exposé d'olivier bon alors là moi j'ai
été complètement scotché parce que comme
je n'y connais rien du tout en agronomie
j'ai appris énormément de choses alors
je pense que vous vous êtes forcément
tous des agronomes puisque vous vous
êtes à la fois producteur de lait mais
forcément à grenoble g je trouve que
vous avez parfaitement bien démystifier
sur le petit le petit comme schéma avec
l'eau en horizontal le système ph et en
vertical l'oxi de réduction bon voilà
c'est pareil je pense que si on avait on
nous avait expliqué ça à l'école de
façon aussi simple pas peut-être que
certains auraient beaucoup plus aimé la
physique chimie en tout cas cette
approche
cette approche qui est on va dire
absolument pas non plus simpliste mais à
volonté de pas de comprendre qu'on est
dans un système de variation nous amène
quand même à nous poser énormément de
questions et moi m'apporte énormément de
questions et là je vais faire le lien
avec l'exposé de l'exposé de christelle
de christine sur justement le lien entre
ce que vit la plante lors de sa
croissance notamment avec toutes ces
variations qu'elle subit en fait donc
d'oxydoréduction la façon dont les
protéines vont se constituer dont elles
vont s'organiser ont elles vont se
ironisé et justement la vie de ce qui
nous intéresse
des bactéries dans le rumen de lavage
qui vont quand même se nourrir
essentiellement donc 2 ces cellules
végétales qui de toute évidence
j'essaye de faire le lien entre vos deux
exposés entre la construction anatomique
protéique le conditionnement électrique
et électro sera tic et le comment le
mode de conservation donc on n'a pas
évoqué mais qui à mon avis fait évoluer
le fourrage entre sa croissance sur le
sol et son arrivée dans le rumen de la
vache
et bien nos pauvres bactéries qu'on
caractérise de façon un peu simpliste
entre les cellules li tic et les amis
politiques
et bien finalement elle se retrouve avec
un matériau très
variable et on a évoqué donc le
potentiel redox sur le comportement donc
des bactéries mais qu'elle en quoi la
nature des fourrages et la construction
cellulaire de la paroisse végétal va
évoluer et va influencer également le
comportement des bactéries du rumen et
là je pense qu'il ya vraiment deux
grandes questions et et là des voix
énorme faim si c'est pas des boulevards
de voir des autoroutes de recherche et
je pense que c'est dans ce domaine là
que l'on est amené à peut-être mieux
comprendre pourquoi dans certains
systèmes on va avoir une réaction pour
produire 35 kg de lait et puis
finalement en vain faire que 25
et puis ça décollera pas et puis dans un
autre système avec les mêmes vaches les
mêmes conditions d'ambiance on va dire
le même stress occasionné aux animaux
peut-être même une hausse comparable
parce que le sujet de l'eau est encore
un troisième sujet et bien cette cette
même ration en fête permettra de
produire 30 kg était sauf que peut-être
qu entre les deux là les conditions
d'évolution et de et de croissance et de
et de et de nourriture de la plante en
on modifier fortement la façon dont la
bactérie en fait va l'aborder dans son
objectif en fait de destruction et de
construction de matières nobles quoi
voilà alors vous avez évoqué en dernier
point et de façon synchrone l'eau alors
là moi je suis un peu resté sur ma faim
non pas sur ma soif mais bon voilà je
j'ai eu l'occasion par le passé de
travailler sur l'eau alors de façon très
modeste et au travers d'observation en
élevage donc j'avais travaillé sur le ph
de l'eau de façon très simpliste est
très réducteur et j'avais noté de façon
très objectifs et est mesuré que lorsque
les vaches tout bêtement un consommé de
l'eau acide notamment un ph inférieur à
6 eh bien on observait des troubles
comparables à ceux que l'on qualifie en
2 subasi dos
donc moi mes conclusions c'était de
façon très modeste que le ph de l'eau
influencent de façon directe en fait le
la vie biologique est en fait du rumen
et qu' il fallait être prudent sur le
contrôle de ce ph donc
ouvrait de nouvelles pistes avec donc
cette approche du potentiel redox et je
crois qu'aujourd'hui ne perd donc quand
même pas de vue que le premier aliment
de la vache reste l'eau et que
finalement nous avons une grande
inconnue dans cette dans cette
composante aussi bien sur l'aspect
quantitatif que sur l'aspect qualitatif
on parle de consommation moyenne de dos
chez les vaches ce que l'on constate
lorsque l'on commence à poser des
compteurs donc on fait des choses
sérieusement qu'on a des moyenne des
évaluations à l'échelle des troupeaux
dont puisqu'on a à ce jour pas les
moyens de connaître ce qu'elle consomme
individuellement on a des variabilités
énorme à des consommations comparable de
fourrage et des productions comparable
de l'est ce qui veut dire et là
aujourd'hui
moi j'ai quelques certitudes sur la
question c'est que les vaches sont
capables de transformer d'oxydoréduction
justement les nutriments de façon très
variable en fonction de la qualité
initiale de l'eau et qui dans certains
cas il va leur falloir énormément d'eau
et dans d'autres dans des situations de
stress
alors soit de stress parce qu'elles ne
peuvent pas boire de l'eau elles n'y ont
pas accès ou alors parce que c'est tout
génère de l'inconfort et du et parce
qu'elle y est les chargées
électriquement
on a des phénomènes de valorisation des
nutriments qui sont très différents avec
des variations de cantine de
consommation d'eau qui peuvent aller du
simple au double donc là je pense qu'on
a encore également beaucoup d'inconnues
mais derrière ces inconnus tout le
travail que vous faites sur le potentiel
redox je pense que c'était des normes
pistes pour peut-être mieux comprendre
ces énormes variabilité que l'on trouve
en élevage en tout cas voilà je trouve
qu'on a eu vraiment une matinée très
très riche en informations certaines
quitté bon voilà fallait s'accrocher
quand même parce que avec olivier
c'était un petit peu un petit peu
compliqué mais on sent bien que bien
voilà c'est pas on peut pas travailler
les choses de façon individualisée c'est
un tout c'est un ensemble c'est une
logique et surtout c'est ce sont des
équilibres ce sont des équilibres le
les extrêmes sont nuisibles aussi bien
en production végétale que dans le le ph
et potentiels redox du rumen et et tous
ces travaux là sont énormément d'espoir
pour mieux comprendre ce qui se passe et
est augmentée balle à la santé et la
rentabilité dans l'est dans les
troupeaux et surtout comprendre les
anomalies et comme moi j'aime bien
comprendre ce qui se passe bas ce matin
j'ai appris plein de choses ça me donne
envie de travailler plein de sujets
merci beaucoup
oui merci à 4 m
je pense tout ça ça tombe très bien pour
olivier va revenir un autre fois pour
m'expliquer un peu plus précise notre
année c'est clair on peut être avant
déjà par contre aussi ça tombe très bien
noir 180 chercheurs de salles potentiel
avec un gros potentiel
alors c'est à nous à jouer c'est ce
qu'ils ont tous voulu dire finalement
aussi merci antoine on a le temps de 32
questions pas corade rapidement on les
fera après alors l'après midi monsieur
yves bigot peut-être qui va nous
présenter la société gaillagos qui vous
offre qui nous offre l'apéro aujourd'hui
voilà ça paraissait important très
important
les gosses
donc bonjour à toutes et à tous avant
toute chose je souhaite au nom de
l'entreprise gaillagos et moi même
remercier l'équipe de la vache est
heureuse de qui nous a sollicités pour
partager avec vous le moment convivial
de l'apéritif qu'on va prendre tout à
l'heure je vais très rapide et concis
pour ne pas retarder ce petit moment
cinq minutes maximum
pour ma part je me nomme yves bigot
je m'occupe de la mise en place et le
suivi de ferme référence au niveau
gaillagos ai-je assure également le
suivi des effets grandes parcelles sur
l'ensemble de la france est un peu la
belgique
l'histoire de gaillagos en quelques mots
nous avons créé l'entreprise en 2011
elle est située entre rennes et le mont
saint michel ou donc c'est là bas que
nous fabriquons et conditionnons toutes
les solutions gaillagos donc nous avons
toute une gamme de produits c'est aussi
de là que l'on achemine tous les
produits vers une quinzaine de pays
aujourd'hui sur l'europe et l'afrique du
nord
donc ce qui nous vaut d'être aujourd'hui
ici c'est un partenariat donc avec la
vache heureuse pour la conception et la
fabrication de solutions spécifiques
sous l'égide de conrad puisque le corps
à des venu un jour nous demande et voilà
j'ai besoin de tel et tel produit est ce
que vous êtes en mesure de me les
fabriquer et on lui ai répondu oui
et de fait aujourd'hui nous avons ce
partenariat qui dure depuis deux ans et
demi trois ans donc la vision j'aimerais
vous la partagez notre vision de
gaillagos l'homme est vivant quand la
terre est vivante de cette vision des
coûts de la mission de gaillagos celle
de proposer une nouvelle génération
doughty d'amélioration des sols efficace
pour toutes les agricultures nous
travaillons vraiment sur tous les
domaines du maraîchage en passant par
l'art beau maraîchage et prairies
grandes cultures
nous entendons ainsi partager la mission
des agriculteurs à savoir cultiver et
transmettre une terre saine et fertile
donc je vais encore vous demander
quelques minutes vous présentait donc
les web où j'ai perdu le fil
je vais vous demander encore deux trois
petites minutes avant que donc valérie
et sandy qui sont avec nous ou vont vous
servir l'apéritif breton alors c'est un
apéritif 100% breton choses importantes
et les légumes que vous allez apprécier
sont des légumes qui ont reçu aussi nos
produits ainsi que le cidre d'ailleurs
donc je vais vous présenter de trois
produits très rapidement donc la 6000
cas starter à 6000 cas pourquoi 6000 cas
à 6000 conrad tout simplement donc est
un est un engrais starter abbas
d'oligo-éléments essentiellement une
application localisé à raison de 25 à 38
hectares
et chose importante depuis avril 2019 ce
produit était utilisable en agriculture
biologique puisque nous avions jusqu'à
lors un des composants qui ne rentraient
pas dans dans le cahier des charges de
l'agriculture biologique et qui
aujourd'hui est reconnue l'assimilent
cassante et toujours pareil à 6000
conrad
donc c'est un complexe d'oligo éléments
avec une particularité c'est que nous
ira chaud on y rajoute une vitamine
c'est donc un antioxydant infor hanté
occident et ce depuis juin 2019
jusqu alors pour ceux qu'ils utilisaient
vous deviez rajouter peut-être un peu de
vitamine c est donc aujourd'hui le
produit est complet à ce niveau là d
autres produits je voudrais vous
présenter le nutri géo qui est vraiment
un produit 100% gaillagos qui est un
conditionneur de sol objectif travailler
sur l'arve il revit qualité des sols
pardon restructuration est vraiment la
gestion et la création du mus je vais
pas m'étendre si les uns et les autres
au cours de la journée avec des
questions je serai je resterai à votre
disposition durant l'après midi
chose importante c'est que ce sont des
résultats qui sont visibles très
rapidement il suffit d'aller voir alors
pour voir les résultats
on est bien d'accord il faut aller les
voir il faut savoir aussi ce qu'il faut
regarder
donc ça c'est important et enfin le free
n où on est sur des a's autobacs terre
objectif du produit capter la zone de
l'air je veux faire simple d'un maïs on
va en faire une légumineuse en exagérant
beaucoup c'est à dire que les bactéries
vont migrer vers le système racinaire et
vont aller capter la zot comme peut le
faire une légumineuse les dodoz it et
d'une légumineuse pour alimenter la
plante
l'objectif c'est d'aider la plante a
piloté son alimentation a sauté sous la
forme abiotique pour autant ça ça
n'exclura pas l'apport d'azoté minéral
ou organiques mais par contre ça
permettra de la diminuer l'objectif de
tout ça c'est l'aspect et quantitatifs
et qualitatifs donc tout tous ces flyers
sont à votre disposition pour ceux qui
le souhaitent
donc je vous invite donc à vous lever et
aller prendre l'apéritif et pour le
reste du déroulement de la journée
je laisse la la parole angie angela du
coup pour l'apéro breton c'est par ici
et après nous on en salive déjà le repas
du midi sur l'étape du fond on ouvre les
portes et comme ça vous pouvez aussi
prendre de cdd verrines etc
vous pouvez aussi un peu prendre l'air
si vous souhaitez et on va reprendre à
reprend à 14 heures pour une après-midi
des changes avec témoignages de trois
d'entre vous dans la salle présentation
de la ferme et puis là un gros travail
des changes questions réponses avec tout
le monde les intervenants du matin elle
et les présentations de l'après midi
donc voilà ap reprise à 14 heures merci
non
3
non
arrivé
moi
2
les jours
les gamins
il ya plusieurs années
problème
oui
je vais
voilà
2
l'exploit
oui
m
je
iman envoyée
ça démarre
dumas
2
du moins
en hiver
non pas du tout
mais l'ancien copain et l'audi a8 à côté
merci
c'est faux
j'ai découvert un monde
la guerre
je récupère
mais

Partager sur :