Optimisation de la santé des noyers par leur nutrition

De Triple Performance
Aller à :navigation, rechercher

Leymarie Noix.jpg

Lydie Leymarie Lachaud, partage avec nous les résultats d'une expérimentation d'application de biofertilisants pour améliorer la nutrition des noyers, qu'elle a menée au sein du groupe de nuciculteurs "La noix de demain" en 2022.


Présentation

  • Nom : Lydie Leymarie Lachaud.
  • Localisation : Floirac, Lot (46).
  • Statut : Ancienne agricultrice, responsable agronomie chez Horizom depuis avril 2023.
  • Exploitation : SCEA Delvert.
  • SAU : 50 ha.
  • UTH : 2.
  • Cahier des charges : Agriculture Biologique.
  • Production : Noix (5ha), châtaignes (10 ha) et céréales (5 ha).
  • Sol : Limoneux.
  • Mode de commercialisation : Coopérative.


Motivations

Les motivations du groupe de nuciculteurs étaient d'optimiser la santé des noyers via leur nutrition afin qu'ils puissent produire des noix de meilleure qualité, avec un meilleur rendement. Une autre motivation était de réduire l'utilisation de fertilisants classiques et ainsi pouvoir réaliser quelques économies.


Protocole expérimental

L'objectif est de vérifier l'efficacité du système sol / plante / microorganismes, c'est pourquoi, en 2022, un essai est mené sur 2 parcelles ("Chez Bouat" et "Sogne") contenant 3 rangs témoins ayant reçu une fertilisation classique et 3 rangs traités avec 3 types de biofertilisants :

Les applications sont faites au sol et en foliaire. Au moment de l'application, entre 60 et 100 L de biofertilisants sont dilués dans de l’eau pour atteindre un volume total de 400 L/ha. Après chaque application, des analyses de sèves ont été réalisées pour mesurer l'impact des biofertilisants sur les noyers et en fonction des résultats, Lydie a adapté les dosages des applications suivantes. En passant par Novacrop, elle reçoit les résultats sous 1 semaine.

Leymarie Parcelles.jpg


Leymarie AnalyseSeve.jpg

Des suivis vont être faits tout au long de l'essai :

  • Du potentiel de production : Comptages de pertes de fleurs et de fruits (% de pertes), 6 fois entre mai et septembre.
  • De la nutrition : Par des analyses de sève après chaque application. Elles vont permettre la mesure des sels dissous, prélevés pour le développement de la plante (contrairement aux éléments organiques qui sont plus difficilement accessibles).
  • De la récolte : Poids brut récolte (en kg), taux de déchets (%), calibre des noix, (<28, 28-30, 32-34, 36-38), qualité du cerneau.

Toutes les préparations ont été préparées par Lydie.


La LiFoFer

Son de meunerie.

Solide

3-4 sacs (de 50 L) de litière de forêt + 60-70 kg de son de blé + 30-35 kg de remoulage fin(comme du son mais avec une granulométrie plus petite)+8 à 10 kg de mélasse de canne à sucre diluée (dans de l’eau tiède ça va plus vite) dans 40 à 80 L d’eau.

Mélanger  et compacter dans un bidon de 200L, en laissant 15 cm de libre en haut du bidon, éventuellement ajouter 0,5 cm de farine de roche en surface. Fermer et laisser fermenter pendant 30 jours sans ouvrir le bidon.

Le son et le remoulage ont été récupérés en meunerie. Lydie avait fait l'erreur de prendre de la vinasse au lieu de la mélasse, mais ce n'était pas assez sucré et la fermentation ne s'est pas bien passée. Il faut un taux de sucre > 70%.

LiFoFer solide.


Liquide

Recette pour un bidon de 200 L : 5 à 10kg de LiFoFer solide dans un sac en jute + 6 kg mélasse de canne à sucre (à diluer au préalable dans 10 L d'eau) + eau sans chlore jusqu’à 5 cm du bord du bidon (≈ 180 L d’eau).


Les extraits fermentés de plantes

Chaque extrait est préparé individuellement, puis ils seront mélangés avant utilisation. Les plantes utilisées sont récoltées autour du bâtiment.

Recette pour 1 bidon de 200 L : 20 kg de plantes (ortie, luzerne, bardane, fougère, consoude,...) + 6kg de mélasse de canne à sucre + 20 à 100 L de LiFoFer liquide et on complète avec de l’eau et on laisse fermenter. La fermentation s’arrêtera toute seule quand le pH aura atteint 4. Le produit se conserve très bien, on l’utilise au fur et à mesure, il n’y a pas de putréfaction.


Biofertilisants minéraux

Il s'agit d'un cocktail de macro et micro éléments. Chaque biofertilisant minéral est mis à fermenter individuellement et sera mélangé aux autres au moment de l'application.

Recette pour un bidon de 200 L : 10 kg de LiFoFer solide (ou de bouse de vache fraiche) + 6 kg de mélasse de canne à sucre dilués dans 20 L de LiFoFer liquide + 10 à 80 L de petit lait + eau non chlorée pour compléter le bidon jusqu’à la moitié.

Puis, au bout de 4 j de fermentation ajouter un minéral (azote, potassium, calcium, phosphore, fer, bore, zinc, cuivre, magnésium, manganèse, silice, oligoéléments, cobalt, molybdène) + 6 kg de mélasse diluée + 20 à 100L de LiFoFer liquide + compléter avec de l’eau non chlorée ou de la LiFoFer liquide. Laisser fermenter encore 15-30 jours.


Le BioN a été fait à partir d'un engrais organique 9/5/0 issu de Protéines Animales Transformées (PAT), norme 42001.

Doses et dates d'application

Leymarie Protocole.jpg


Résultats

  • Etat sanitaire : Très satisfaisant.
  • Rendement et calibre : Le résultat est trop bon car les arbres biofertilisés ont pris 31% de plus en poids brut à la parcelle comparé au témoin. Mais sur 1 année on ne peut pas affirmer que ce soit juste dû aux biofertilisants.
  • Taux de chute : Pas d’écart entre la parcelle traitée et le témoin. Le protocole est de suivre 8 branches par arbres sur 5 arbres par modalité, puis d'y compter le nombre de noix de la floraison à la récolte (6 comptages de mai à septembre)..
  • Assimilation des biofertilisants : Grâce aux analyses de sève, il est certain que le fer, le zinc, la silice, le manganèse, le phosphore et l'azote sont directement montés dans la sève après application et ça se voit (avec juste 2 répétitions).
Leymarie ResultatsFer.jpg
  • Economiques : Pour 2 applications au sol et 5 applications foliaires sur 40 ha, le coût de revient est de 150 €/ha (main d'œuvre comprise), comparé à 400€/ha environ  pour des fertilisants foliaires homologués AB achetés dans le commerce.
Leymarie Couts.jpg


  • Temps : Les différents biofertilisants employés ont été préparés "maison" par Lydie afin de pouvoir évaluer le temps que cela représentait comparé à un achat dans le commerce. Au total, pour 40 ha, Lydie a passé 110 h de travail entre les différentes préparations + les temps de chargement des atomiseurs et des rampes. Donc c'est tout à fait réalisable, surtout au vue des économies réalisées.


Bilan

Cet essai mériterait d’être refait pour conforter ces résultats.


Les investissements

  • Les cuves : 50€ d’occasion.
  • Des sacs à compost : 8€ le sac.


Si c'était à refaire

Lydie simplifierait le nombre de produits en mélange, car là elle avait 14 cuves de 1000L de produits différents dans son hangar.

Elle appliquerait plutôt des minéraux simples que des éléments fermentés (sans les passer en biofertilisant).


Sources

Interview de Lydie Leymarie Lachaud réalisée le 05/12/2023.


Annexes





Partager sur :