Triple Performance

Créer des bandes culturales extensives

De Wiki Triple Performance
Icone categorie Pratiques.png Pratique agro-écologique
Crédits photo : CC0 1.0
Cet article est issu de la base GECO[CC BY-NC-SA 3.0]. Cliquez ici pour accéder à la page d’origine : Logo Geco

1. Présentation

Caractérisation de la technique

Description de la technique :

Jean Pierre Sarthou INRA sarthou(at)ensat.fr Castanet-Tolosan (31)
Julien Halska INRA julien.halska(at)grignon.inra.fr Dijon (21)

Lutte contre les courriers indésirables : Pour utiliser ces adresses, remplacer (at) par @


La technique consiste à ne pas apporter de pesticides (ou un type de pesticide, par exemple les insecticides) ni d'engrais sur quelques mètres de large (1 à 30) en bordure de culture, en fonction des outils utilisés. Les traitements insecticides doivent être proscrits en priorité pour la réduction de la pression exercée sur les insectes (notamment auxiliaires et pollinisateurs) et l'avifaune (qui se nourrit d'insectes). L'absence d'apports d'engrais et de pulvérisation d'herbicides est bénéfique pour la flore messicole. Les parcelles concernées doivent présenter un faible risque de salissement. Cette pratique ne doit être appliquée qu’une seule fois au même endroit au cours de la rotation, être associée à une surveillance accrue de la flore et à un programme de désherbage adapté.


Exemple de mise en oeuvre : Blé tendre hiver : une bande de blé semée précocément en bordure de parcelle et non traitée limiterait le développement de pucerons en favorisant les auxiliaires tels que Hyménoptères parasitoïdes et Syrphidés (en fin de cycle). Attention cependant au risque JNO (jaunisse nanisante de l'orge).


Précision sur la technique :

Surveiller l'évolution de la flore et de l'entomocénose (phytophages, ravageurs ou non, et surtout auxiliaires).


Période de mise en œuvre Sur culture implantée


Une seule fois au même endroit dans la rotation.


Echelle spatiale de mise en œuvre Parcelle


La technique concerne en priorité les parcelles les plus susceptibles d'accueillir des nichées, le long de bandes enherbées, de haies, de jachères, de chemins (idéalement avec des cultures de printemps d'un côté et des cultures d'hiver de l'autre).


Application de la technique à...

Positif Toutes les cultures : Facilement généralisable


La principale source bibliographique (fiche du réseau Ibis) ne mentionne cette pratique que sur céréales. Elle semble cependant appliquable à d'autres cultures. En Suisse, elle fait l'objet d'une mesure réglementaire qui s'applique au colza, au tournesol, aux céréales et aux légumineuses à graines.


Positif Tous les types de sols : Facilement généralisable


Tous les sols cultivés sont susceptibles de pouvoir accueillr la mesure, une flore spécifique pourra se développer à terme sur chaque type, dont l'évolution est à bien surveiller.


Positif Tous les contextes climatiques : Facilement généralisable


Réglementation

Influence POSITIVE


Les largeurs des Zones Non Traitées en bordures de cours d'eau varient selon le pesticide concerné et la présence de bandes enherbées. Les largeurs varient de 5 à 50 mètres.


Arrêté du 12 septembre 2006 relatif à la mise sur le marché et à l'utilisation des produits visés à l'article L.253-1 du code rural, qui définit les largeurs de Zones Non Traitées




2. Services rendus par la technique



3. Effets sur la durabilité du système de culture

Critères "environnementaux"

Positif Effet sur la qualité de l'air : En augmentation


émission phytosanitaires : DIMINUTION


émission GES : DIMINUTION


émission de particules : DIMINUTION


Positif Effet sur la qualité de l'eau : En augmentation


N.P. : DIMINUTION


pesticides : DIMINUTION


Positif Effet sur la consommation de ressources fossiles : En diminution


consommation d'énergie fossile : DIMINUTION


Neutre Autre : Pas d'effet (neutre)


Transfert polluant vers eaux (N, P, phyto ...) : Diminution


Via la réduction d'utilisation et la zone tampon que représente la bande culturale extensive (elle limite le transfert de polluants vers les eaux superficielles).


Transfert polluant vers air (N, P, phyto ...) : Diminution


Via la réduction d'utilisation et la zone tampon que représente la bande culturale extensive vis-à-vis des parcelles voisines ou cours d'eau voisin, en éloignant et diminuant la surface traitée.


Consommation d'énergie fossile : Diminution


Diminution modeste.


Dégagement de GES : Diminution


Diminution modeste via les économies de carburants (CO2) et d'engrais (N2O).


Biodiversité : Augmentation


Critères "agronomiques"

Négatif Productivité : En diminution


La production est légèrement diminuée sur la bordure non traitée et non fertilisée. Le stock de semences d'adventices peut être enrichi, ce qui peut avoir des conséquences sur la productivité du système de culture.


Négatif Qualité de la production : En diminution


Il y a un risque de réduction de la qualité de la récolte sur la zone non traitée et non fertilisée.


Positif Fertilité du sol : En augmentation


Au niveau de la bande culturale extensive et sous réserve d'une conduite adaptée (travail du sol simplifié, restitution des résidus, ce qui favorise la faune du sol, augmente la porosité et donc la réserve utile).


Positif Stress hydrique : En diminution


Au niveau de la bande culturale extensive et sous réserve d'une conduite adaptée (travail du sol simplifié, restitution des résidus, ce qui favorise la faune du sol, augmente la porosité et donc la réserve utile).


Positif Biodiversité fonctionnelle : En augmentation


L'absence de traitements favorise le développement des insectes, notamment des pollinisateurs et auxiliaires, de la macrofaune du sol et des microorganismes du sol. Leur développement est cependant fortement lié à la nature et à l'intensité de travail du sol.


Neutre Autres critères agronomiques : Variable


Risque de développement d'adventices : Augmentation


L'absence de traitements herbicides permet à des adventices de se développer et d'alimenter le stock semencier.


Critères "économiques"

Positif Charges opérationnelles : En diminution


Economies d'intrants sur céréale pour une bande culturale extensive de 12 m de large sur 100 m de long sans pesticides (4 passages en moins) ni engrais (trois passages en moins) : 29 à 25 euros


Positif Charges de mécanisation : En diminution


Economies d'intrants sur céréale pour une bande culturale extensive de 12 m de large sur 100 m de long sans pesticides ni engrais (en tout 7 passages en moins) : de 4 à 9 euros.


Neutre Marge : Variable


Fonction de la différence entre perte de rendement et économies d'intrants. L'effet est aussi fonction de la proportion de la parcelle concernée par la technique (dans notre exemple détaillé dans les autres champs, 50 à 70 euros de pertes pour un rendement réduit de 55%, soit 13 à 25 euros de marge nette en moins). Plus cette proportion est faible moins l'effet sur la marge de la culture est important. L'effet sur la rotation dépend de l'effet sur la banque de semences adventices.


Neutre Autres critères économiques : Variable


Consommation de carburant : Diminution


Economies de carburant sur céréale pour une bande culturale extensive de 12 m de large sur 100 m de long sans pesticides ni engrais (en tout 7 passages en moins) : 0,5 euros


Critères "sociaux"

Négatif Temps d'observation : En augmentation


Légère augmentation du fait que les bio-agresseurs (surtout les adventices) sont à surveiller spécifiquement sur la zone non traitée et non fertilisée.




4. Organismes favorisés ou défavorisés

Bioagresseurs favorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions


Bioagresseurs défavorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions
Noctuelle de la tomate ravageur, prédateur ou parasite
acarien ravageur, prédateur ou parasite
charançon de la tige ravageur, prédateur ou parasite
charançon du bourgeon terminal ravageur, prédateur ou parasite
cicadelle de la betterave ravageur, prédateur ou parasite
cicadelle du blé ravageur, prédateur ou parasite
cicadelle du maïs ravageur, prédateur ou parasite
cécidomyie des fleurs de blé ravageur, prédateur ou parasite
cécidomyie du pois ravageur, prédateur ou parasite
hanneton ravageur, prédateur ou parasite
limace ravageur, prédateur ou parasite
méligèthe ravageur, prédateur ou parasite
noctuelle terricole ravageur, prédateur ou parasite
puceron d’automne ravageur, prédateur ou parasite Une bande de blé semée en bordure de parcelle précocément et non traitée limiterait le développement de pucerons en favorisant des hyménoptères auxiliaires.
puceron noir de la fève ravageur, prédateur ou parasite
puceron vert du pois ravageur, prédateur ou parasite
puceron vert et rose de la pomme de terre ravageur, prédateur ou parasite
puceron vert et rose de la pomme de terre ravageur, prédateur ou parasite
pucerons de la pomme de terre ravageur, prédateur ou parasite
pucerons des crucifères ravageur, prédateur ou parasite
pucerons vecteurs de la jaunisse grave ravageur, prédateur ou parasite
pucerons vecteurs de la jaunisse modérée ravageur, prédateur ou parasite
pyrale du haricot ravageur, prédateur ou parasite
pyrale du maïs ravageur, prédateur ou parasite
scutigérelles ravageur, prédateur ou parasite
taupin ravageur, prédateur ou parasite
thrips du lin et des céréales ravageur, prédateur ou parasite
thrips du pois ravageur, prédateur ou parasite
tordeuse du pois ravageur, prédateur ou parasite


Auxiliaires favorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions
Araignées MOYENNE Ennemis naturels des bioagresseurs Certaines espèces
Carabes prédateurs et granivores MOYENNE Ennemis naturels des bioagresseurs
Champignons (auxiliaire) MOYENNE Ennemis naturels des bioagresseurs Zones non traitées aux fongicides.
Chrysopes et hémérobes MOYENNE Ennemis naturels des bioagresseurs Les adultes ont besoin de plantes à fleurs.
Coccinelles MOYENNE Ennemis naturels des bioagresseurs Certaines espèces
Oiseaux insectivores MOYENNE Ennemis naturels des bioagresseurs
Oiseaux prédateurs MOYENNE Ennemis naturels des bioagresseurs
Parasitoïdes MOYENNE Ennemis naturels des bioagresseurs
Punaises prédatrices ou granivores MOYENNE Ennemis naturels des bioagresseurs dont mirides
Staphylins MOYENNE Ennemis naturels des bioagresseurs
Syrphes prédatrices MOYENNE Ennemis naturels des bioagresseurs Si des plantes mellifères sont présentes dans la bande culturale extensive.


Auxiliaires défavorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions


Accidents climatiques et physiologiques favorisés

Organisme Impact de la technique Précisions


Accidents climatiques et physiologiques défavorisés

Organisme Impact de la technique Précisions




5. Pour en savoir plus

  • Absence de traitement en bordure de parcelles de céréales
    -Ibis


Ibis, Brochure technique, 2011


lien vers la brochure Une grande partie des informations de la fiche provient de ce document.

  • Itinéraires techniques intégrés du blé tendre d'hiver en Picardie
    -Mischler P. (AlternatecH) ; Lieven J. (CA Aisne) ; Dumoulin F. (CA Oise) ; Menu P. (CA Somme)


Chambre d'Agriculture de Picardie, AlternatecH, INRA, Région Picardie, Brochure technique, 2006


lien vers la brochure Donne la référence pour la gestion des pucerons par des hyménoptères auxiliaires.

  • Les plantes messicoles
    -Conservatoire des espaces naturels du Languedoc-Roussillon, Association Geyser, Chambres d'agricultures de l'Aude, du Gard, de l'Hérault, de la Lozère, Chambre régionale d'agriculture languedoc-Roussillon, Fédération régionale des chasseurs, DIREN, Région Languedoc-Roussillon


Brochure technique, 2011


lien vers la brochure




6. Mots clés

Méthode de contrôle des bioagresseurs : Contrôle cultural


Mode d'action : Action sur le stock initial


Type de stratégie vis-à-vis de l'utilisation de pesticides : Reconception


Annexes

Favorise les auxiliaires

Défavorise les bioagresseurs suivants