Triple Performance

Syrphes prédatrices

De Wiki Triple Performance
Cet article est issu de la base GECO[CC BY-NC-SA 3.0]. Cliquez ici pour accéder à la page d’origine : Logo Geco
Syrphe (Projet Arena Auximore)


Les Syrphes présentent des ressemblances physiques avec les guêpes au niveau de leurs couleurs mais ce sont en réalité des mouche.

  • Taille adulte : entre 15 et 20 mm
  • Couleur : jaune et noir (rayures)
  • Taille larve : entre 10 et 20mm
  • Couleur : vert à blanc translucide
  • Plus de 500 espèces en France
  • Habitat : souvent observés dans les cultures de pois, de colza et de céréales

Mode habituel d’élimination des bioagresseurs

Les larves de Syrphes se nourrissent de pucerons, jeunes chenilles, cochenilles, cicadelles, psylles, de champignons pour certaines ou encore de matière organique en décomposition pour d’autres.

  • Cycle de vie court et fécondité élevé : bons auxiliaires de nettoyage
  • Sortie précoce des adultes : efficaces tôt dans la saison
  • Larve : 400 à 700 pucerons en moyenne/j
  • Episyrphus balteatus : sur 215 espèces de pucerons
  • Parasyphyrphus nigritarsis : œufs et larves de chrysomèles
  • Xanthandrus comtus : chenilles défoliatrices
  • Dasysyrphus trinctus : larves de tenthrèdes

Conseils de gestion technique et agronomique

Les syrphes adultes se nourrissent de nectar et de pollen. Il est important d’aménager les bordures de parcelles avec des plantes nectarifères : sarrazin, tournesol, phacélie… Choisir des plantes dont les périodes de floraison se chevauchent ou se succèdent.

Structures à mettre en place : bandes fleuries, bandes enherbées, haies arbustives.

Méthode d’observation

Technique de la tente Malaise pour un suivi des syrphes adultes. Les larves sont difficilement visibles en parcelles du fait de leur petite taille.

Annexes

Cet auxiliaire est évoqué dans les exemples de mise en œuvre suivants :


Pour plus de précision consultez les pages suivantes :

 

Pratiques et cultures qui peuvent augmenter la présence de ce bioagresseur


Pratiques diminuant la présence de ce bioagresseur