Comment éviter le tassement des sols ?

De Triple Performance
Aller à :navigation, rechercher
Vidéo - Ver de Terre production (4 mars 2020) - - Durée : 40 minutes
Icone categorie objectif.png Sol et fertilisation

Thumbnail youtube jozEazzCoz4.jpg

Aujourd'hui, on vous propose de suivre pendant une semaine les interventions qui ont eu lieu lors de la journée technique betteraves de Pour une Agriculture du Vivant !


Annexes

Transcriptions

bon ben maintenant j'ai passé la parole

à vincent thomis de gros transferts
merci merci à eric donc pour ma part
voilà je travaillais à gros transfert
donc on est une structure à l'interface
entre la recherche et le développement
agricoles donc l'objectif notamment de
valoriser les acquis de la recherche
agronomique donc se pète l'inra et puis
d'autres instituts de la recherche en

Afficher la suite

france à l'étranger va rechercher à

ressources où elle se trouve pour
ensuite valoriser ces travaux les
vulgariser auprès des acteurs du
développement
donc on a différentes thématiques de
recherche moi je travaille sur la
fertilité des sols donc la structure
et puis l'état organique des sols et
donc bah là je vais intervenir pour
présenter une partie des résultats nos
travaux sur la gestion à structure du
sol en betteraves bass rec lac des
traces et quelle culture formidable pour
à les maintenir ou restructurer le sol
en profondeur puisque sa pompe comme de
l'eau une période où le sol est plutôt
sec donc ça va pas favoriser la
dessiccation du sol la fissuration
problème c'est que la récolte
malheureusement souvent faut un peu tout
en l'air avec les machines lourdes on
les a déjà évoqué plus que 60 65 tonnes
quand c'est à pleine charge
donc on va voir comment on peut prévenir
ces problèmes et puis comme on peut
aussi vous aider à les régénérer
mais déjà avant la récolte il ya
l'implantation l'implantation c'est
normalement le moment on est censé
mettre en place le potentiel initial
sauf que dans certains cas comme ici bas
là on se tire une balle dans le pied dès
le départ où on part avec au lieu de
mettre en place le potentiel des gens
on part avec un défaut de structure du
sol lac est liée à l'implantation de de
la betterave donc là c'était lors de la
préparation c'était au mois de mars 2018
où le tracteur qui est venu préparer bon
dans des conditions a suffisamment
ressuyé des pneumatiques mal adaptés et
ça a tassé le sol et on retrouve
directement l'impact sur le sur le pivot
de la betterave donc là c'est un impact
direct sur la culture que l'on a mises
en mise en place et puis ensuite ce qui
a vraiment aussi attiré notre attention
qu'on a fait toute une série de profil
de sol où on va dire dans le nord bassin
parisien c'était le problème de
tassement plus profond sous les horizons
habituellement travaillé comme l'on voit
ici sur les illustrations là on a le
raison travail et qui est pas trop mal
et puis juste en dessous des des
semelles bien bien sévère que l'on
observe quand même assez fréquemment
dans un système où on retrouve assez
régulièrement la betterave la pomme de
terre ou les légumes irrigué avoir
parfois c'est l'horizon pédologiques
jusque 45 50 cm de profondeur on
retrouve encore des tassements et prat
de cest tassement profond bas c'est
qu'ils sont très peu réversible
forcément travail du sol d'intérieur
plus et puis les mécanismes de
régénération naturelle sont beaucoup
moins actifs en profondeur qu'en surface
voilà donc ces problèmes de tassement
ben voilà on les observe qu'ils existent
ils sont bien réels
et en plus des conséquences sur les
cultures en particulier sur
l'enracinement avait déjà mené des
expérimentations sur deux dates sera sur
des parcelles on avait deux dates
d'arrachage des betteraves pour regarder
l'impact sur la culture suivante la cité
sur des pommes de terre en l'occurrence
a donc une partie des betteraves a été
arrachée en bonne condition début
octobre et une partie des betteraves sur
l'autre partie de la parcelle à estaires
a arraché en quoi ils sont plus humide
en novembre
ensuite on a regardé l'impact sur la
culture suivante donc la partie à gauche
arrachée en bonne condition
donc là sur la culture suivante des
pommes de terre l'un sur le profil les
zones entouré en rouge dyna très peu de
téléphone passé et donc on voit qu'une
bonne ensuite là c'est le profit
racinaire des pommes de terre jusque
plus de 60 centimètres dans à ciment
elle appartient à droite là où les
betteraves ont été arrachés en mauvaises
conditions beaucoup plus de tassement
est hélas l'enracinement été bloqué à 35
cm de profondeur
donc on a beau à voir nous dans le sens
terre des soldats à plus de deux mètres
de profondeur mais si les rats si elles
sont bloquées à 35 cm à c'est un peu
dommage
et puis on a jusqu'au haut rendement sur
un réseau de parcelles on avait à chaque
fois des couples on avait des arrachages
en bonnes ou mauvaises conditions peut
en garder les impacts sur la culture
suivante et de la sela le rendement en
fonction la proportion de jeunes tassé
qu'on observait sur le profil
visuellement on voit que environnement
de pommes de terre on va de 30 à 50
tonnes de pommes de terre à peu près à
l'hectare selon le niveau 2 de tassement
sur la parcelle donc des pertes de
rendements ne sont vraiment pas
négligeable sur des cultures sensibles
comme la pomme de terre
et puis même sur du blick une culture
qui est moins sensible que
l'enracinement se faire en périodes
humides
on retrouve aussi des conséquences là
c'est un profil sur un blé derrière un
arrachage de betteraves alors le blé il
avait été implanté en non labour
derrière l'arrachage et l'on retrouve
les vagues sur le blé liées au passage
de roue de la récolte précédente de la
récolte des betteraves
on avait fait des rendements placette on
avait 20 % de rendement - sur le blé au
niveau des passages de roues de
l'arrachage à betteraves par rapport aux
ozone qui était indemne qui était pas
foulé lors de lors de l'arrachage et les
problèmes de tassement là il se
ressentent surtout les années vraiment
soit très sèche soit très humide
c'est surtout ces années là on a des
conséquences importantes les est très
sèche forcément les racines sont besoin
d'elle en profondeur chercher l'eau et
si l'enracinement est bloqué ça limite
le l'exploitation de l'extraction d'eau
en profondeur et les années très humide
se fondent asphyxie racinaire qui se
ressent voilà puis dernier point on
évoque aussi sur le travail du sol qui
est néfaste pour les vers de terre c'est
vrai mais faut pas oublier que le
tassement s'est aussi très néfaste pour
les vers de terre
quand il ya des ans jared qui font plus
de 60 tonnes qui leur passe au dessus
par les apprécie pas toujours hélas
c'est une illustration d'un ver de terre
qui est écrasée sous un sou un passage
de roue c'est des choses qu'on observe
très fréquemment qu'on fait des
observations des airs des chantiers
lourds de voir des vers de terre donc le
maquereau funky et qui a impacté
directement par par le tassement
donc on évoque son le travail du sol il
faut pas oublier que le facteur numéro
un c'est déjà le tassement en
particulier pour les verts en dauger qui
y vivent plutôt dans les lots raison
organique
les 25 premiers centimètres ils sont
très sensibles au tassement des années'
qui font le relais galerie verticale oui
ils peuvent être plus profond et
forcément ils sont moins moins sensibles
au tassement voilà donc que bâle et à
son voit que ça a des conséquences quand
même sur la fin du sol surtout sur le
raffinement et donc la productivité des
cultures
donc ensuite là ce qu'on va voir c'est
comment on peut les prévenir et comme on
peut les régénérer donc déjà pour les
prévenir faut savoir que le tassement
c'est la résultante entre eux les
pressions qui sont exercées sur le sol
et la résistance du sol
donc en gros si les pressions qui sont
exercées sur le sol sont supérieurs à la
résistance du sol on a tu as m'en sépare
contre les pressions exercées sur le sol
sont inférieurs à la résistance du sol
va le seul résisté a pas de placement
donc la résistance du sol on va dire
souvent c'est au tour de à peu près 100
kg pascal après ça dépend forcément 2
de l'humidité du sens à la soul qui est
plus humide forcément il va être plus
plus sensibles ou au tassement mois
moins résistants on va aussi dépendre du
type de porosité qui écrit présents dans
le sol et ensuite les pressions qui sont
exercées sur le sol se dévoie des kg par
centimètre carré en boucle une charge
sur la surface de contact entre le sol
et le pneumatique
donc ça veut dire que si on veut limiter
les pressions sol pas soit on diminue la
charge à l'essieu ou son augmente la
surface de contact entre le sol et l'eau
pneumatiques en jouant sur le type de
pneumatiques ou sur la pression de
gonflage des pneus pour qu'ils
s'écrasent et qui le logo menthe la
surface d'empreintes
alors je vais vous montrer maintenant un
résultat qui illustre l'effet du poids
par essieu des machines et aussi du
nombre de passages de roues sur les
problèmes de tassement donc là on avait
sur un chantier d'arrachage de
betteraves avec une intégrale mais
intégral deux essieux là vous avez la
photo qui marche en crabe donc en avait
qu'un seul passage de roue et il y avait
une benne à côté on a du coup pu
comparer l'effet de l'intégrale à vider
à plein par rapport à la benne en le
graphique ce qui montre donc ces laveurs
payer trop métriques en gros vous
comprenez comme un indice de tassement
plus on va vers la droite plus le sol et
résistant à pénétration est donc plus
l'état c'est en fonction de la
profondeur en bleu c'est la zone témoin
c'est une zone qui n'était pas
affecté par le roulage lors de
l'arrachage ensuite en pointillés
c'était la roue arrière de la de
l'intégrale trémie vide entre et noir
plein c'était la roue arrière de
l'intégrale metering plein donc on avait
à peu près 14 tonnes à la roue quand la
tri mais les vides
le 14 tonnes par essieu pardon quand la
tribu et les villes et 24 tonnes à
l'essieu quand il a trimé les plaines
donc là on voit que l'on en fait les
entre la courbe bleue et la complainte y
est les deux coups elles se rejoignent
autour de 25 cm donc de dire qu'on a eu
un tassement quand la l'intégrale est
passé à vide un tassement de ce que 25
cm de profondeur et ça que ça signifie
par contre on voit bien que la courbe
noire ont classé quant à trimer les
plaines là les deux courbes entre la
bleue et la noire elles se rejoignent
plutôt autour de 35 40 cm de profondeur
donc c'est dire qu'on voit bien là en
fait que l'effet de la charge par essieu
quand la trémie les plaines 24 tonnes
par essieu ben tu as beaucoup plus en
profondeur phase aller les lois de la
physique qui font que quand on augmente
le pop art et europe et les contraintes
se transmettent en profondeur et ensuite
on a comparé c'est ça qui est
intéressant on a regardé la benne
le tracteur qui tient à la ben qu'est ce
que ça donne et de classer la courbe
rouge là qu'en surface
on voit bien qu'on a on a un tassement
qui est quand même réel et qui est
relativement important par contre la
courbe rouge et la courbe bleue se
rejoignent autour de 25 cm de profondeur
qu'avec la benne on a tassé manière
importante en surface mais en profondeur
on n'a pas tasser au delà de 25 cm de
profondeur et on voit bien que ce qui
occasionne le alors pourquoi on a cette
allure de
la courbe rouge là cette allure ont un
avantage en surface parce qu'on a cinq
passages de roue par rapport à
l'intégrale on n'a qu'un seul passage de
roue là c'était une benne 3 essieux donc
on a deux essieux du tracteur les trois
essieux de la benne donc ça fait cinq
passages de roues successifs donc mine
de rien qu'on a cinq passages de roues 1
accentuent le tassement du moins en
surface
par contre en profondeur on voit qu'on a
pas beaucoup de placement parce que le
poids d'une benne poil et suit le
relativement raisonnable en avait une
benne autour de 8 à 9 tonnes par essieu
ça reste raisonnable et donc on passe
pas en profondeur
donc si par contre vous êtes sensible à
l'état de surface vous allez voir votre
passage de ben vous allez dire j'ai
passé davantage avec ma ben en surface
ok mais en profondeur
oui bien que c'est votre intégral qui a
passé beaucoup plus que votre ben donc
ça c'est un résultat qui est très très
important se dire que en profondeur en
fait c'est vraiment la charge par essieu
qui est déterminante
on dit un peu autrement vaut mieux
préférer plusieurs freins si on veut
limiter le tassement profond vous mieux
préférer plusieurs passages avec des
faibles charges plutôt qu'un seul
passage avec des charges élevées donc
derrière ça veut dire qu'il faut mieux
préférer plusieurs essieux pourra nous
mêmes capacités pas par exemple trop
transbordeur de même capacité vaut mieux
préférer plusieurs issus des chantiers
d'arrachage de betteraves là les deux
chantiers ici en bas ils font 50 tonnes
au total tous les deux sauf que à droite
le chantier avec l'intégrale le pot à
lait concentré sur deux essieux alors
qu'à gauche le chantier décomposer le
poids les réparties sur huit et six au
total
ma gauche le poids par essieu les
diviser par 4 donc en forcément limite
le tassement profondeur même si on aura
plus de trafic en surface du fait des
nombreux passages de roues après
d'autres solutions sont veut limiter les
tassements va ça va être augmentée les
essieux
alors pour les intégrales souvent c'est
un faux problème vu que conrad il avait
utilisé le
l'umih aussi cette photo de l'intégrale
4 essieux
quand on augmente le nombre d'essieux
sur une intégrale souvent les capacités
trémie elle augmente également et donc
finalement c'est un faux problème parce
que bas le poids par la sueur est
toujours à peu près là par contre quand
on commence à passer sur des chantiers
des composés des pistes petites
intégrales et si on augmente la largeur
d'arrachage et compass 112e rang voilà
des gens limitent la surface affecté par
le tassement parce que parce que tous
les six mètres et en plus on limite la
charge par essieu en particulier que le
chantier d'arrachage 12e rang des
composés dont classe à un entrepreneur
dans le dans le sens terre qui a importé
le chantier à l'ouest donc c'est un
chantier 12e rang 2 qui est répandu aux
états unis l'a importée est adapté aux
conditions françaises
donc ces voix une une solution pour à la
fois limiter les impacts des tassements
profond et illimité aussi la surface
affecté par les tassements donc là c'est
pour limiter du coup les tassements
profond ensuite si on veut limiter et à
semences en surface là le pneumatique là
tout son intérêt en particulier la
pression de gonflage la c2 pneumatiques
de 900 qui sont gonflés à gauche à 1,5
baruah à doite 08 bar on voit qu'en
diminuant la pression de gonflage on
augmente la longueur de la surface
emprunta ya à peu près un crampon de
plus ce qui touche au sol et donc on
augmente
enfin donc du coup on réduit les
pressions qui sont exercées sur le sol
donc si on réduit ces pressions exercées
sur le sol on va limiter le le tassement
et les pneumatiques c'est un rôle énorme
par rapport au tassement surface sur les
25 premiers centimètres
autre facteur rouge si qui joue sur le
tassement au niveau de la résistance du
sol ça va être le type de projet initial
alors que dans le sang on a trois types
de porosité on y apposer d'assemblage
qui lie au travail du sol quand vous la
bourre et où passait un coup de cheese
elle sera créée de la peau et et
d'assemblage ensuite on appose des fils
yoann
ok plutôt liés aux fissures créé par les
alternances une méditation dessiccation
et ensuite la porosité tubulaire qui est
relié à la biologie du sol les galeries
de vers de terre ou passage de racine
donc on avait fait une expérimentation
avec l'inra de rennes qui permettait
avec un logiciel d'année images de
reconnaître le type de porosité qui est
affecté par le tassement donc on l'avait
fait sur un chantier de récolte de maïs
on avait prélevé un bloc de sol avant la
récolte
donc voilà le type de porosité que l'on
avait alors c'était une parcelle qui
était labourer et enrichie avec pas mal
d'apport de fumier bon il y avait
beaucoup de vers de terre donc beaucoup
de gâteries galerie de verre de terre
donc beaucoup de porosité tubulaire
assez peu de touristes efficio râle
parce qu'il y avait assez peu d'argile
sur la parcelle et puis beaucoup de
pauvreté d'assemblage parce que c'est
une parcelle labourer et ensuite la
moissonneuse est passé on a fait un
prélèvement juste derrière le passage de
la moissonneuse et toute la porosité
d'assemblage qui était présente elle a
complètement diminué donc ça veut bien
dire qu'en fait le travail du sol qui
crée d'apporter ça crée de la pauvreté
mais qui va être très sensibles au
tassement et on voit qu ici la seule
pause des cas rester c'est surtout la
porosité naturel les fissures et n'est
pas beaucoup mais il a bien résisté et
les porosités tubulaire les galeries de
vers de terre
ça a quand même diminué en verre ici
mais
ça a quand même pas mal pas mal résisté
au tassement donc ce qui signifie en
qu'en fait quand vous avez de la
projeter plus tôt verticale des fissures
des galeries basse et de la pauvreté qui
va rester beaucoup mieux au tassement
que d'apporter issus du travail du sol
dans le vois je pense que vous voyez sur
la photo c'est un mini profil on avait
une zone tasse et là il ya une galerie
de vers de terre qui a résisté au
tassement qui avait lieu sur sur la
parcelle
donc attention quand vous travaillez le
sol a pas trop fragilisé votre structure
est-ce que ce soit ça va être ça va
rendre le sol plus sensibles aux futurs
tassement voilà donc après le travail du
sol il veut quand même participé à
régénérer le sol s'il est fait en bonne
en bonne condition pour donner un petit
coup de pouce des fois ça peut être ça
peut être nécessaire mais vraiment faut
vraiment faire attention à ce que ce
soit en bonne condition et en
particulier pour le décompactage va par
exemple on va vous avez une illustration
d'un décompactage encore ils sont trop
timides
on revoit toutes les dents enfin tous
les passages de l'âme de décompactage
cela ici c'est comme passer à une lame
de couteau dans du beurre ça a rien fait
de bon parce que leurs en l'occurrence
al travail du sol a été fait en
commission trop humide sur sur la
parcelle donc attention aux conditions
d'intervention et puis attention aussi à
pas vouloir créer trop de porosité là on
avait fait une expé intéressante avec
arvalis sur du linge donc du lac une
culture très sensible au tassement
accepter une parcelle qui est en non
labour permanent on a testé une partie
une partie qui a été tassé et une autre
partie qu'on a la bourrie sur sur cela
pour qu'on avait eu quatre modalités
finalement non labour tassé manta c est
la bourre tassé montasser et finalement
quand on regarde les biomasses du lent
là où la biomasse est le plus faible
sans labour tasser pourquoi parce que le
labour il a créé beaucoup de porosité et
7 pour osé t-elle été complètement
détruite par le tassement qui était à
réaliser en sortie d'hiver on a pris un
tracteur qu'on a passé au roudourou pour
créer un tassement à partie fils yale
pour les besoins de l'exp et là où le
lin a accusé le plus c'est vraiment la
mode était là buchta c'est parce que le
labour et la cré de la porosité qui a
été fortement rtas et par le par le
chantier ensuite on retrouve le labour
le non-labour tasser ensuite les deux
modalités tête c'est non la bourse
entassement est la bourse entassement de
l'envoi quand même que le labour
s'entassent mans il ya inférieur aux
noms la bourse entassement et quand on
regarde d'un peu plus près les faciès
mais on comprend vite en fait voilà le
type de porosité qu'on avait en labour
alors qu'on regarde qu'on n'est pas
forcément experts on peut dire super il
ya plein de portes et c'est génial
sauf qu'en fait ici on a un excès de
porosité et là on était un printemps et
un été assez secs et les pour les
commentaires les racines qui se faufile
dans la dola macro port crespin trail du
sol
bah c'est pas du tout fonctionnel parce
que la racine qui se retrouve à l'air
libre
la racj avait besoin d'être en contact
avec les particules de sol pour aller
puiser l'eau les éléments minéraux et là
il y avait un gros manque de rapiats ge
l'excès de porosité finalement créé par
le travail du sol qui a été néfaste là
pour pour le lac est pourtant une
culture sensible et là pour le coup ça a
été néfaste
après l'envoi le type de faciès en
labourd tassées ces terres qu en fait
toute cette beauté qui était créée par
le par le labour
quand on a passé un tracteur toute cette
porosité halak s'est complètement
effondrée et l'a finalement le profil le
plus tassé c'était en labourd modalités
tasser ensuite on non labour nom assez
on retrouve ce type de faciès finalement
on voit qu'on n'a pas en excès de
porosité
mais cette porte elle est bien orienté
on a beaucoup de micro propose t on à
des fissures ne des galeries de vers de
terre comme ici et finalement c'est ce
type de de faciès qui a permis la
meilleure biomasse du lin bon comme quoi
il faut pas du tout cherché un excès de
pauvreté dans le sol et ensuite la mode
et et non la burqa c'est bon on voit que
finalement il est quelques galeries de
vers de terre qu'on avait qui étaient
présentes mais elles ont quand même
résisté aux tasses moi c'est pour ça que
le non labour il a beaucoup mieux
résisté au tassement que la mode était
labour donc c'est quand même riche
d'enseignement parce que ça montre que
faux pas du tout cherché un excès de
pour rester dans le sol pour le
permettre le développement des cultures
et donc ensuite si on veut réduire
complètement le travail du sol à se dire
qu'il faut optimiser vraiment le la
restructuration naturel donc soit par
les vers de terre vous en avait un qui
est en train de d'être pris en
en pleine action de à partir d'une zone
qui est qui est assez était en train de
de régénérer la zone passait donc voilà
le type de faciès de nous en passer
d'une zone qui a été régénérés par
l'action des vers de terre indique lui
bouffe le sort les pieds toutes leurs
déjections derrière les petits agrégats
biologique participe à la régénération à
la sauce biologiquement actifs les vers
de terre sont capables à peu près de
teint gérer 300 tonnes de terre par
hectare et par an équivalent à peu près
à un dixième de la couche arable donc
c'est vraiment pas négligeable ensuite
le climat alternance une méditation
fille de dessiccation gel dégel
ça va jouer ma condition qu'on ait quand
même un minimum d'argile et c'est un
phénomène qui est aussi plus en surface
qui est forcément moins en moins actif
en profondeur voilà et puis par rapport
aux à l'effet des racines on avait aussi
beaucoup de questions sur ce que les
racines des cultures des couverts
végétaux sont capables de régénérer des
soldats sait et il ya très très peu de
travaux un peu scientifique là dessus
donc nous du coup on a amené une expé
donc déjà on a cherché une parcelle qui
était assez pour sa part une situation
passée au départ et puis on a
créer une expérimentation avec trois
modalités sol nu et puis deux espèces on
avait avoine ra deep et puis on a
regardé du coup va comment les racines
colonisés se profile à quelle vitesse
est ce qu'elle passa très raison tasser
et puis surtout est-ce qu'elle
permettait d'améliorer la structure du
sol donc déjà qu'on a fait l'expert en
2017 et 2018
donc on est découvert qu'ils étaient
quand même assez bien développée en a eu
que 3 4 tonnes de matière sèche de 2 de
ses couverts ces années-là donc déjà la
première chose qu'on va regarder c est
ce que les racines permettait de
colonisé l'ensemble du profil de sol en
l'espace de quelques mois on lors d'une
d'une artère culture or le graphique ici
donc c'est la up
j'ai un treuil pointer donc là c'est la
densité racinaire en fonction de la
profondeur donc plus on va vers la
droite plus on a de racine donc en
fonction de la profondeur en rouge c'est
le radis et en noir c'est le lavoine
entrée plein sa 500 degrés jours donc en
gros un mois et demi après le semis et
en traits pointillés sa 1000 degrés
jours donc c'est à peu près trois quatre
mois après le semis environ donc déjà on
voit qu'il ya assez peu d'effet du type
d'espèce que soient radiés ou avoine
finalement assez peu de d'effets sur la
colonisation du profil par contre le
vrai effet cela dure et de végétation
voit bien qu'entre 500 degrés jours ici
et 1000 degrés jours au colonise
beaucoup plus le sol par les racines à
1000 degrés jours qui peut paraître
logique mais où est vraiment ce qui est
important par rapport à la colonisation
racinaire c'est la durée de végétation
donc je me suis amusé à faire un petit
un petit calcul sur à partir de quand
date a nié ces 1000 degrés jours pour la
ces pour la picardie se sera adapté dans
dans vos régions mais c'est pour vous
montrer un exemple sont sème le couvert
début août et qu'il sait qu'il lève au
10 août les 1000 degrés jours les
atteint autour du 20 octobre par exemple
ensuite si on sème le couvert plus tôt
au 15 août et qui lève le 20 août les
1000 degrés jours on les atteint
seulement que le 10 octobre
et c'est par contre on sème le couvert
en septembre élèves que le 10 septembre
les milieux gré jour les atteint puisque
areva prenait arrive en décembre puis en
décembre
on est à 800 degrés joie puis après bâle
et la température ne va pas être
suffisante pour atteindre les 1000
degrés jours donc ça dérape déjà le
premier point clé c'est que si on veut
optimiser la colonisation racinaire par
le couvert bon bah cette façon je pense
que vous le savez mais c'est à optimiser
la durée de végétation et donc se met le
plus tôt possible
donc ça c'est le premier point ensuite
on a cherché à savoir les racines
comment elles réagissent et par rapport
à quand elles arrivaient sur la zone
quand à ses ébats malheureusement les
racines sont quand même fainéanter quand
elle arrive cette zone d'assez belles
vont plutôt chercher à coude et et à
contourner cette zone tassé a par
exemple vous avez un profil où on avait
il y avait une zone tassée en profondeur
en surface la structure était plutôt
favorable ce que savait faire travailler
on voit qu'il ya plaindra c en surface
par contre aucune racine qui traverse la
zone tassé sauf à un endroit ici et
pourquoi toutes les racines se faufile
là parce qu'il ya une galerie de vers de
terre
donc là on a man show de racinaire nous
toutes les racines se sont concentrés à
100 à cet endroit là parce que elles ont
été bloquées ailleurs parce que c'était
de la structure était assez donc ça veut
bien dire que les racines c'est pas des
marteaux piqueurs quand il arrive sur
une zone tassé elles ont plutôt cherché
à le contourner et à passer dans la
porosité existantes et ça on l'a bien
mis en évidence dans nos profils
racinaire elle a par exemple ici on a un
profil tassée en profondeur
on voit qu'on a des voix préférentiels
pour le passage des racines
donc là c'est le profil racinaire ici en
bas ensuite la racine recolonise
l'horizon pédologiques en fait quand on
regarde d'un peu plus près on se rend
compte que les voies préférentiels pour
les racines c'est soit des fissures soit
des gardes et de vers de terre
bon ça montre bien que les racines vont
plutôt contourner les hommes passaient
ensuite on a quand même essayé de voir
oh qu'elle contourne les entasser mais
est ce que ce sont quand même capables
de régénérer ou d'améliorer quand même
la structure du sol ou pas et donc on a
regardé déjà au niveau du faciès là
c'est différent type de mort de deux
structures qu'on peut observer
visuellement donc là ces structures
tassé n'en avait beaucoup dans notre
profil parce qu'on a choisi exprès une
situation passée pour les besoins d'exp
ensuite on instruit dans un faciès as tu
as aimé fissuré et là on a un faciès de
structures très très favorable en fait
ce qu'on observe c'est que bas comme on
pouvait s'en douter
on ne passe pas d'une structure traite à
c'est une structure favorable comme ça
en quelques mois par les filets des
racines bon sens on peut s'en douter
par contre entre deux arts graphiques et
peut-être un peu difficile à comprendre
mais je passe rapidement sur les
conclusions en fait qu'on observe c'est
que à chaque fois entre deux dates la
date septembre c'est le telle
observation à l'implantation du couvert
et ensuite fin novembre où pratiquement
lors de la destruction du couvert
on a réduit la proportion des zones
tasser et par contre on a augmenté la
proportion de zone qui toujours tassés
mais fissuré et pourquoi season elle
aurait été fissuré en l'espace de
quelques mois pas tout simplement parce
que les la culture intermédiaire la
pomper de l'eau et en pompant de l'eau
elle favorise la dessiccation du sol et
en décider avec cette phase de
dessiccation ça créé des fissures et
donc du coup à partir de faciès comme
ici est assez on obtient ce type de
faciès en augmente la proportion de de
faciès ou s'est toujours passé parce que
ça fait pas de miracle mais s'est
fissurée et à partir du moment s'est
fissurée là c'est de gagner parce que
les racines derrière elles peuvent
passer dans les fissures le le gl il va
être beaucoup plus actif aussi pour être
plus exploser les zones qui sont déjà un
peu fissurée donc la sava participe
grandement à la régénération de la
structure du sol
on a regardé aussi l'infiltration de
l'eau donc on a décaissé le l'horizon la
structure favorable en surface on s'est
mis sur l'horizon tasser on a regardé
l'infiltration de l'eau donc on met des
des voies d
et comment dire des canettes et puis on
verse de l'eau regarde les vitesses à
quel l'eau s'infiltre donc là c'est les
résultats en sol nu on avait très peu
d'infiltration en augmente quand même
l'infiltration surtout en mode étaient
avec leur a dit également aussi avec la
mode était à one donc visuellement on
voit qu'on a beaucoup plus de fissures
et on augmente aussi la perméabilité à
l'air l'infiltration de l'eau par
l'effet des racines donc on a quand même
un effet bénéfique des racines découvert
sur l'amélioration la structure du sol
par l'effet finalement à dire est que
les cultures pont de loup et donc
participer les fissurations ensuite pour
que cet effet soit durable notamment les
galeries de vers de terre les passages
de racines mais il faut aussi veiller au
bon entretien organique du sol parce que
sinon on se retrouve avec des comment
dire des racines qui sont plus du tout
fonctionnel parce que bouchées par du
leem enfin là par exemple c'est ce qu'on
observe assez régulièrement qu'on fait
des profils temps de sol limoneux
notamment en event galerie de vers de
terre ici mais qui va plus du tout
fonctionnel parce que les complètement
bouchées par du limon et la ceac un
défaut de dette organique du sol ce qui
a créé ce 2 décembre de limons et tout
simplement nous un défaut de stabilité
structurale avec le complexe ar je lui
mets qui permet d'avoir des agrégats
stable en pré particules de limon
d'argile et de et de matières organiques
donc c'est un manque de matières
organiques forcément se lit mot fin il
lévite entraînée par la pluie vient
boucher les galeries de 20 km vers de
terre ou le la porosité un autre effet
de deux qu'illustre l'entretien
organique du sol la scène parcelles de
blé qui était récemment remembrer donc
s'il y eut un arrachage de betteraves
ensuite un semis de blé en condition un
petit peu tardif et une forte pluie
rapidement après le semis du blé est ici
donc là c'est vraiment le même
agriculteur qui cultive la parcelle sauf
que auparavant quelques années
auparavant cité de deux agriculteurs
différents avant le remembrement donc la
partie à droite
sté auparavant un éleveur qui est
apporté assez régulièrement du fumier et
puis travailler aussi assez peu
profondément autour de 20 cm de
profondeur son sol et la partie à gauche
c'était un agriculteur qui avaient des
pratiques plus tôt avec des cultures
betteraves pommes de terre légumes
beaucoup moins de rester dessus
organique à la le travail du sol plus
profond à 30 cm et là on à 1,4 pour cent
de matières organiques et à droite on à
2,2 pour cent de matières organiques
on voit très clairement l'effet de
l'entretien organique sur le
fonctionnement du sol et là sur le
comportement du sol après une forte
pluie donc ensuite pour savoir si vos
pratiques elles vont permettre de plutôt
favorisé le enfin plutôt permettre de
stocker du carbone et donc de la matière
ging dans le sol ou si au contraire
l'ont plutôt participer à dégrader les
tang heng solde parce qu'il faut faire
c'est un bilan humique un coup c'est ça
comparé les entrées et les pertes de
carbone dans le sol donc les entre elles
proviennent des risques d'une culture
principalement résumée rien faut pas
oublier toutes les racines racines et
plus sexy des rationnaires sans
n'importe qui est vraiment pas
négligeable donc ça pour les cultures
principales mais aussi pour les cultures
intermédiaires et puis les éventuels
ap organiques sont là donc ça c'est les
entrées de carbone qui viennent enrichir
le pool de carbone ou de matière
organique dans le sol
ensuite on a des pertes père de carbone
qui proviennent de la minéralisation la
matière organique par l'effet des
micro-organismes bon que ce qui va jouer
c'est le climat température humidité
plus fait chaud plus femise plus les
micro-organismes lui son actif à pluies
vont dégrader le carbone le type de sol
et le mode de travail du sol qui vient à
accélérer légèrement les processus
voilà notamment en réchauffant le sol en
stimulant légèrement la minoration et
surtout en diluant la matière organique
dans le profil ouais donc le bilan mais
que sa constance à comparer les entrées
les pertes
donc si on a les entrées de carbone sont
supérieurs aux pertes par la
minéralisation on stocke du carbone
parfait c'est par contre les entrées de
carbone sont inférieures aux pertes de
carbone valence des stocks du carbone et
ont demandé crade et organique du sol
donc les leviers agronomique disponibles
ça va être la gestion des résidus de
cultures les cultures intermédiaires
peau de biomasse notamment espèces et
surtout biomasse et les fréquences et
éventuellement les apports de produits
organiques et puis ensuite au niveau des
pères c'est le le travail du sol et en
particulier la profondeur de travail du
sol qui est le levier le plus puissant
notamment par rapport à la répartition
des matières organiques
voilà donc nous à gros transferts on a
développé un petit outil qui s'appelle 6
mai au cng qui permet justement de
simuler l'évolution des teneurs à des
stocks en matière organique
donc il est accessible librement sur
internet une version de démo qui est
accessible librement et qui permet
justement à partir de données simples de
l'exploitation pouvoir voir où est ce
que vous en êtes ce que vous stockez ou
déstockées la matière organique dans vos
parcelles
donc il suffit de rentrer votre type de
sol votre
d'avoir le comment dire de mettre le
poste au climatique le plus proche de
chez vous et ensuite vous rentrez votre
station cultural vos pratiques et puis
voilà ce que vous seul outil c'est
l'évolution de la teneur en carbone
nous exprimons carbone en matière
organique en fonction du temps donc là
j'ai pris un exemple potentiellement
problématique avec une rotation
betteraves pommes de terre légumes avec
un labour assez régulier et puis un
engrais vert une année sur trois est
donc on voit qu on dégrade et organes du
sobre ce qui est pas des cônes en vue le
système de départ assez où il ya assez
peu de restitution organique ensuite
voilà on peut tester de différents
scénarios soit on augmente les rester
sur mick la part d apport de compost ou
on booste un peu les les engrais verts
on l'aimé plus fréquemment la courbe
verte on voit qu'on arrive à stabiliser
la situation à deuxième scénario joue
sur le travail du sol je réduis le
l'intensité du travail du sol et la
profondeur de travail du sol et on voit
qu'on arrive à a augmenté légèrement la
teneur
ensuite si on combine les deux
n'augmente les restitutions et on réduit
le travail du sol
on voit qu'on arrive à améliorer
les teneurs en matières organiques dans
le profil donc là c'est un exemple
d'utilisation de l'outil
mais voilà je vous invite à regarder ce
que ça donne sur votre propre
exploitation qui a testé tout un tas de
scénarios pour voir si vous êtes plutôt
aux pratiques participe à stocker ou au
contraire a dégradé
l'état organique de votre de votre sol
voilà puis voilà c'était le graphique
que maxime avait repris la qui est
montrée justement le les niveaux de
restitution pour différents types de
cultures qui est relativement
intéressant puisqu'on voit bien du coup
la classification des cultures que les
cultures qui restait du plus de matières
organiques basse et le colza maïs grain
blé où on restitue les pailles 7 et
culture qui produisent le plus de
biomasse et au contraire les cultures
qui sont ici un peu à la traîne savates
nos cultures légumières
l'infime on exporte même partie des
racines ou alors le
le pomme de terre également et ensuite
ici avec le trait rouge si ça va bien
aller
on ressemble aux blocs est bon je crois
que j'ai bloqué le redis aspirations je
voulais vous montrer mais que bon ça
passe et du coup voilà le trait rouge
c'est la perte naturelle de carbone par
la menèrent nation ça veut dire là ces
points sli mois rejet le à 2 % de
matière organique
on a une perte moyenne de 650 kg de
carbone par hectare et par an donc pour
se dire que pour toutes les cultures qui
sont au dessus
doc laddh le colza le maïs grain le blé
ou en restitue les pailles
ça va restituer plus de carbone que ce
qui va être perdu naturellement par la
minoration donc on va plutôt stocker du
carbone qu'on va cultiver ces cultures
par contre toutes les cultures qui sont
en dessous du en dessous du trait rouge
donc les légumes la betterave humble et
où on exporte les pailles
bah ça va restituer moins de carbone que
ce qui va être perdu naturellement par
la minoration donc là c'est à dire qu'il
faudra compenser par des cultures
intermédiaires par des apports de
produits organiques ou autres si on veut
équilibrer le bilan humique ces années
on voit là quelques quelques exemples
pour ensuite bien géré le et organique
du sol qui est hyper important pour
permettre la prési résilience de vos
sols notamment par rapport à la
stabilité structurelle et puis pouvoir
maintenir est également là pour rester
qui va être créé a donc quelques points
en conclusion les points pour moi d
important à retenir le tassement et même
des préjudices importants en particulier
est très sèche ou les et très humide on
voit l'importance aussi on a vu
l'importance des pneumatiques pour
préserver la structure du sol en
particulier en surface sur les 30
premiers centimètres
par contre en profondeur vraiment la
charge par essieu couple et à l'humidité
du sol qui est déterminant donc si vous
avez plus de 15 16 tonnes par essieu sur
un sol humide vous allez passer en
profondeur et après basse et tassements
profond la problématique quel qui sont
très difficilement
ce qu'ils sont très durable parce que
les mécanismes de régénération naturelle
sont beaucoup moins actifs en profondeur
qu'en surface donc sachant qu'on n'a
toujours pas trouvé le moyen de pouvoir
récolter nos betterave ou de céréales
par des drones pas fait attention à vos
chantiers en particulier à la charge par
essieu quand le sol est humide pour tous
au lycée qui est pas de souci mais quand
le seuil limite faire attention vis des
plus régulièrement la trémie notamment
pour limiter les tassements profond qui
sont quand même ils peuvent être très
préjudiciable mais sèche
voilà bonjour merci notre attention
merci vincent alors j'en attends on va
passer aux questions si vous en avez oui
est ce que je me trompe en disant que la
résistance du sol dont tu parlais en
début de
de ton exposés elle améliore le
à les améliorer avec le semis direct ou
le strict yves du coup le lard et 100
200 semis direct forcément on va avoir
une portée différente quand labour ou
entrailles du sol
parce que bon on n'a plus cette porosité
d'assemblage télé au trail du salon va
plutôt trouver de la porosité qui est
liée aux galeries de vers de terre au
passage de racine aux fissures et en
effet saddier cette pause télé beaucoup
plus résistance trop tassement que la
pauvreté qui est liée au travail du sol
donc oui oui clairement oui les
parcelles en semis direct vont mieux
résisté au tassement après ça veut pas
dire que l'on peut faire tout et
n'importe quoi est passé dans les
conditions humides mais ça va être plus
résistants au tassement que des
parcelles qui vont être travaillées
fréquemment
eh oui
du coup est ce que tu as un comparatif
décès de deux commandes de tassement de
seul entre semis direct en betteraves et
la burla comme tu nous a montré tout à
l'heure malheureusement non on savait
que les parcelles de semis direct en
betteraves ça court pas les rues
mais non non il faut faudrait qu'on
puisse travailler là dessus et notamment
regarder aussi les impacts un peu à long
terme aussi mais non n'a pas n'a pas de
résultats directement on a pu voir que
le comment dire de des horizons on va
dire non travaillées pour mieux résister
au tassement on n'a pas pu comparer des
parcelles en semis direct de longue date
par rapport au labour mais en tout cas
on continue à travailler sur cette
thématique et où on est amenés
prochainement à pouvoir travailler sur
sur cette question là
une question je connais un peu la
réponse mais comment est-ce qu'on peut
mesurer la nécessité de régénérer le sol
le régénérer la structure du sol et
quand est ce qu'il faut retravailler
quand est-ce qu'il faut pas retravailler
cette fois la meilleure façon pour
mesurer la meilleure façon de mesurer
c'est l'observation
donc c on a évoqué le petro m si vous le
faites par exemple en sortie d'hiver
sera écolo moelle avantage c'est que
vous avez une valeur chiffrée et souvent
dans la littérature n'entend qu'eux ou
sont nés au delà de 2 mégas pascal de
résistance à la pénétration
ç'a un impact pour pour les cultures les
cultures elles vont avoir du mal à sa
racine et s'il ya une résistance
supérieure à 2 mégas pascal bon après
forcément une culture celle aura du mal
si à côté se trouve une galerie de verre
de terre une fissure pas finalement et
pourra passer donc c'est pour ça que
finalement le meilleur moyen c'est
vraiment l'observation visuelle pour
voir est-ce qu'on a des fissures est-ce
qu'on a des galeries et ce qu'on observe
la porosité que la simple observation
visuelle c'est largement suffisant pour
savoir ce que vous devez hui ou non des
compacts et et si oui à quelle
profondeur donc vraiment ce qui ce qu'il
faut c'est pour observer est ce que le
meilleur moyen c'est finalement c'est de
l'observer sur un engrais vert moyens
les racines qui sont en place les
racines de l'engrais vert et se trouve
que les racines cd très bon révélateur
de la structure du sol si elle bloque à
se dire que la culture suivante l on
pourra le bloquera aussi très très
probablement par contre si votre culture
intermédiaire les racines elle se
faufile dans le sol convenablement
vous pouvez penser que votre betterave
ou autres pommes de terre plein derrière
il doit se faufiler aussi très
facilement la meilleure le meilleur
moyen c'est l'observation et en en
priorité sur une culture intermédiaire
en place à observer la manière dont les
racines se comportent et ce qu'elle
passe
ou est-ce qu'elles sont bloquées

Partager sur :