Triple Performance

Cameline

De Wiki Triple Performance
Cameline; auteur : Oast House Archive ; licence: (CC BY-SA 2.0)
 

Carte d'identité

  • Nom scientifique : Camelina sativa
  • Famille : Brassicacées
  • Morphologie : Dicotylédone herbacée de 40 à 80 cm de haut, dressée, simple ou rameuse dans le haut. Sa racine pivotante s’enfonce profondément dans le sol.
  • Mode(s) de reproduction : sexué, principallement autogame
  • Famille des crucifères
  • Existence de variétés d’hiver et de printemps
  • Regain d’intérêt en agriculture biologique
  • Plante peu exigeante

Cycle de culture

Dans la rotation Fichier:Rotation de la cameline.png


Interventions Stade/période Conseils
Choix parcelle Peu contraignant, adapté aux sols peu profonds
Préparation sol Préparation fine avec un bon rappuyage
Semis A partir de mi-mars Semoir céréales mais attention graine très petite
Fertilisation
Désherbage Plante relativement étouffante et effet allélopathique
Maladies
Récolte Absence d’égrenage


Associations possibles

  • Lentille : Pour les variétés de lentille semées au printemps. La caméline joue à la fois un rôle de tuteur et de couverture pour limiter l’enherbement. Les graines des deux espèces sont récoltées. 
  • Céréales de printemps : de préférence l’orge ou le blé, éventuellement l’avoine mais avec un risque plus important que la caméline étouffe.
  • Autres cultures de printemps : sarrasin, pois protéagineux, féverole, haricot…  

Rendements, débouchés, réglementation Débouchés

  • Alimentation humaine : Ses graines renferment environ 30% d’huile comestible, appréciée pour ses qualités nutritionnelles, mais les possibilités de valorisation restent très limitées à l’heure actuelle (accès à une presse, débouchés de vente…).
  • Alimentation animale : La cameline permet la production d’un fourrage riche en acides aminés.
  • Agrocarburant : l’huile de caméline peut être utilisée comme carburant, en mélange avec du gazole.  

Production française Surface cultivée : La culture de la caméline occuper une surface très modeste en France.

Débouchés :

  • marché essentiellement pour la production d’huile en bio – filière cosmétique
  • quelques débouchés en semences pour couverts d’intercultures
  • Absence de filière structurée (vente directe essentiellement)
Soit une marge brute ?? €/ha[1]
Charges opérationnelles en €/ha Produit
Semences : ?? €
Fertilisation : ?? €
Herbicides : ?? €
Fongicides : ?? €
Rendement : 6 à 15 q/ha
Prix de vente : ??? €/t
Total : ??? € Total : ???


Annexes

Cette culture est évoquée dans les exemples de mise en œuvre suivants :

Pratiques s'appliquant à ce type de culture

Guides et outils renseignant ce sujet


Sources

  • Bilan économique des cultures - CA de l'Indre https://centre-valdeloire.chambres-agriculture.fr/fileadmin/user_upload/Centre-Val-de-Loire/122_Inst-Centre-Val-de-Loire/Votre_Chambre/CA36/Actualites_agenda/2018/PanneauCulturesavenir2018-10Cultures.pdf