Triple Performance

Cameline

De Wiki Triple Performance
Cameline; auteur : Oast House Archive ; licence: (CC BY-SA 2.0)


Carte d'identité

  • Nom scientifique : Camelina sativa
  • Famille : Brassicacées
  • Morphologie : Dicotylédone herbacée de 40 à 80 cm de haut, dressée, simple ou rameuse dans le haut. Sa racine pivotante s’enfonce profondément dans le sol.
  • Mode(s) de reproduction : sexué, principallement autogame
  • Famille des crucifères
  • Existence de variétés d’hiver et de printemps
  • Regain d’intérêt en agriculture biologique
  • Plante peu exigeante

Cycle de culture

Dans la rotation Rotation de la cameline.png


Interventions Stade/période Conseils
Choix parcelle Peu contraignant, adapté aux sols peu profonds
Préparation sol Préparation fine avec un bon rappuyage
Semis A partir de mi-mars Semoir céréales mais attention graine très petite
Fertilisation
Désherbage Plante relativement étouffante et effet allélopathique
Maladies
Récolte Absence d’égrenage

Associations possibles

  • Lentille : Pour les variétés de lentille semées au printemps. La caméline joue à la fois un rôle de tuteur et de couverture pour limiter l’enherbement. Les graines des deux espèces sont récoltées. 
  • Céréales de printemps : de préférence l’orge ou le blé, éventuellement l’avoine mais avec un risque plus important que la caméline étouffe.
  • Autres cultures de printemps : sarrasin, pois protéagineux, féverole, haricot…  

Principaux bioagresseurs

Catégorie Sensibilité Précisions
Adventices  -- Se défend généralement assez bien
Ravageurs  -- Ni sensible aux attaques de pucerons, ni aux attaques d'altises
Maladies  +- Attention à la rouille et à l'oïdium


Exigences pédoclimatiques

Facteur Exigence Précisions
Eau moyennement exigeant Résiste mieux que le colza au manque d’eau, à condition que la pluviométrie soit suffisante jusqu’à la floraison. Grande tolérance à la sécheresse estivale.
Sol peu exigeant Se contente de terres « maigres ». L’une des seules cultures de printemps à pouvoir tirer parti des sols séchants.
Températures, luminosité peu exigeant Peu sensible au froid. Résiste mieux que le colza aux fortes chaleurs.
Nutriments peu exigeant Se passe très bien de fertilisation.


Rendements, débouchés, réglementation

  • Alimentation humaine : Ses graines renferment environ 30% d’huile comestible, appréciée pour ses qualités nutritionnelles, mais les possibilités de valorisation restent très limitées à l’heure actuelle (accès à une presse, débouchés de vente…).
  • Alimentation animale : La cameline permet la production d’un fourrage riche en acides aminés.
  • Agrocarburant : l’huile de caméline peut être utilisée comme carburant, en mélange avec du gazole.  

Production française Surface cultivée : La culture de la caméline occuper une surface très modeste en France.


Rendement : 6 à 15 quintaux/ha en pur.


Débouchés :

  • marché essentiellement pour la production d’huile en bio – filière cosmétique
  • quelques débouchés en semences pour couverts d’intercultures
  • Absence de filière structurée (vente directe essentiellement)
Soit une marge brute ?? €/ha[1]
Charges opérationnelles en €/ha Produit
Semences : ?? €
Fertilisation : ?? €
Herbicides : ?? €
Fongicides : ?? €
Rendement : 6 à 15 q/ha
Prix de vente : ??? €/t
Total : ??? € Total : ???

Pour aller plus loin...

  • Fiche culture : la caméline (article de presse, 2009) - J. Pousset, A. Coulombel (ITAB), L. Fontaine (ITAB) - Alter Agri, 96, pp 23-26 lien vers l'article
  • La caméline : Une petite graine qui a tout d'une grande (Article de presse, 2010) - J.M. Poupeau - Biofil, 72, pp 46-49 lien vers l'article

Annexes

Techniques mobilisant cette culture