Le lupin bleu, un "équivalent colza" pour ramener de la protéine dans la ration

De Triple Performance
Aller à :navigation, rechercher
Lupin bleu. Crédit photo : Terres Inovia
Cet article est issu de la base GECO. Cliquez ici pour accéder à la page d’origine : Logo Geco


L’agriculteur, qui voulait trouver une alternative au soja bio pour nourrir son troupeau de vache, a choisi d’insérer du lupin bleu pour couvrir ses besoins en protéine. Il sème ce dernier avec une faible dose d’orge afin de tuteurer le lupin bleu en fin de cycle et de réduire sa sensibilité aux maladies et aux adventices en début de cycle. Le lupin, (i) travail bien le sol grâce à ses racines, et (ii) il est un bon précédent pour le maïs. Grâce à sa bonne teneur en MAT (autour de 30 %), il lui permet d’être autonome en protéine sur son exploitation.


Contexte de l'exploitation

  • Localisation : Finistère (29).
  • Ateliers / Productions : Bovins lait.
  • SAU : 160 ha avec 130 ha accessibles aux vaches.
  • Type de sol : Sols argileux avec beaucoup de cailloux (coteau d’ancienne montagne), séchants.
  • Pluviométrie : 1000 à 1100 mm par an.
  • Cahier des charges : Agriculture Biologique.


Objectifs

Trouver une source de protéine comme solution alternative au prix du soja en Bio, avec des taux de MAT intéressants afin de couvrir ses besoins en protéine.


Description de la pratique

  • Lupin bleu de printemps semé entre 150 et 170 kg/ha associé avec 25 à 30 kg/ha d’orge. But principal de l’orge, c’est de venir couvrir très vite le sol en début de cycle pour concurrencer les adventices et servir de tuteur pour le lupin en fin de cycle.
  • Choix du lupin bleu, car il s’adapte mieux à des pH plus faibles (5.5<pH<6.5), meilleur démarrage au printemps, moins de risques maladies en fin de cycle.
  • Vise des rendements autour de 30 à 35 qtx/ha en moyenne avec des taux de MAT (Matière Azotée Totale) du même ordre à 30, 35% de la MS.
  • Semé entre le 15 mars et le 15 avril, dernier délai.
  • L'agriculteur travaille depuis 2 ans essentiellement avec la variété BOREGINE qui fonctionne bien sur son exploitation.


Le système de culture

  • Avant implantation du lupin bleu, destruction du couvert végétal (cette année colza fourrager et l’année d’avant, radis chinois/phacélie) suivi d’un labour et de 2 faux semis. Parfois même pas de faux semis.
  • Lupin bleu moins demandeur qu’un lupin blanc donc aucune fertilisation sur la culture.
  • Pour la maîtrise des adventices, au moins 1 passage de herse étrille (souvent 2) à l’arrivée de 3-4 feuilles vraies.

Attention à la multiplication des passages d’outils, les plants sont assez fragiles.

LupinBleu Rotation.jpg

Résultats

  • Récolte avec une coupe classique, entre le 20 Août et le 5 septembre : Essaye de récolter après plusieurs jours de beau temps pour battre en dessous de 15% d’humidité.
  • Orge très peu présente dans le lupin puisque la récolte arrive plus tard dans la saison.
  • Lupin bleu conservé à plat et broyé grossièrement au fur et à mesure de l’hiver pour l’incorporer à la ration à raison de 1.5 kg à 2 kg par vache.
  • En 2020 lupin à 45 qtx/ha pour 29% de MAT.
  • Ne garde pas de semence, car sa priorité est de corriger la ration des vaches.


Les plus sur l'exploitation

  • Lupin qui ne verse pas grâce à l’orge donc moins de sensibilité aux maladies.
  • Pas de problèmes maladies et ravageurs sur le lupin bleu jusqu’à maintenant.
  • Bon maïs en suivant derrière un lupin bleu.
  • Système racinaire du lupin bleu qui travaille bien le sol.


Évaluation de l’agriculteur

Neutre Fourniture et disponibilité en semence.

Neutre Moins de rendement qu’un lupin blanc…

Positif … mais plus stable en MAT.

Positif Depuis 3 ans, il est autonome en protéine sur l’exploitation, ce qui lui permet même de vendre des enrubannés.


Conditions de réussite et point de vigilance

  • Attention, le lupin bleu n’apprécie pas le toastage : l'année où il l'a fait toaster correspond à l’année où il a fait le moins de taux de MAT et le moins de lait.
  • Rôle primordial de l’orge en tuteur du lupin bleu.
  • Ne pas semer trop tôt, ni trop tard + culture qui apprécie les légers coups de froid fin avril début mai.


Sources

Le lupin bleu, un « équivalent colza » pour ramener de la protéine dans la ration - Fiche LEGVALUE. Document réalisé par Bourdin L. , Jeuffroy M.-H., UMR Agronomie, INRAe.


Le projet LEGVALUE est un projet européen qui rassemble plusieurs acteurs de la production de légumineuses en Europe, dans le but de développer des systèmes agricoles et agro-alimentaires durables et compétitifs basés sur des légumineuses. Dans ce cadre, des entretiens avec des agriculteurs ont été réalisés afin de présenter des expériences réussies autour de la culture de légumineuses.

Logos REXLupinBleu.png


Annexes

Leviers évoqués dans ce système

Materiel évoqué

Cultures évoquées

Partager sur :