L'arbre & le vivant grandeur nature, avec Bruno Sirven

De Triple Performance
Aller à :navigation, rechercher
Vidéo - Ver de Terre production (17 avr. 2020) - Bruno Sirven - Durée : 114 minutes

Thumbnail youtube zf6EnWbhm3k.jpg

Pendant le confinement, Ver de Terre Production propose de diffuser des webinaires avec vos intervenants préférés !


Aujourd'hui, on continue le cycle avec l'agroforesterie l’arbre et la manière - session 2 : l’arbre & le vivant grandeur nature.


Avec Arbre & Paysage 32 et Pour une Agriculture du Vivant.


Transcriptions

ce

chers amis bonjour bienvenue à ce
nouveau rendez-vous de l'agroécologie
après françois mulet et marcel bouchez
ce matin nous avons le plaisir de vous
retrouver et de retrouver bruno sire
d'un salut bruno salut salut et hervé
com s et à jerez bonjour hervé la ville
est belle bonjour à tous bienvenue
toujours fidèle toujours présent

Afficher la suite

toujours là je crois que vous connaissez

maintenant la musique vous connaissez la
séquence vous réagissez vous
interagissez sur youtube vous posez vos
questions
aujourd'hui on a un grand lecteur grand
lecteur devant l'éternel qui est hervé
hervé qui va reprendre analysé traduire
et remettre en scène et en perspective
et du cou n'oublions pas dire qu'on a
deux princes aujourd'hui avec nous un
dylan tu le savais pas mais on a deux
princes parce que on apprend ce bocage
mais on a aussi le prince du sport le
prince du sport razès
comment comme on l'écrit le sport
nouveaux princes puisque l'on ne l'avait
pas fait celle ci encore ah ben oui ça y
est vous vient de réaliser le prince du
sport mme de kies qu'il parle de ses
spores de champignons à mais oui bien
sûr bien sûr ça te vois quand appelle
comme ça prince du sport ou enfin prince
a fait un peu pompeux on a déjà on a
déjà prince bocage bord super vous
voulez vous faire un petit cadeau tous
les deux parce que je sais que vous êtes
très occupé vous n'avez pas eu le temps
de nous suivre en direct avec geneviève
donc geneviève une amitié de m'envoyer
cette image fabuleuse fabuleuse qui dit
tout de l'agroforesterie qui dit tout
des forêts domestique du climat du sol
de l'emploi de la prospérité et de l'
enthousiasme de ses deux millions de
personnes deux millions de personnes qui
vivent sur huit cent mille hectares
c'est l'arganeraie la prospère
arganeraies menacé un petit peu par
l'urbanisme par les cultures
tomates intensive et d'autres mauvaises
intentions donc aussi parce que il ya
chez plus comment ça s'appelle si c'est
le replay non c'est pas le replay celle
directs permanents sur youtube où vous
retrouverez tous ses rendez-vous de
l'agro écologie qui plus est de
l'agroforesterie et notamment avec petit
clin d'oeil à geneviève un magnifique
voyage le titre exact de son
intervention s'était de troyer en trogne
le maroc de trognon trogne si un voyage
absolument fabuleux or fait un petit
coucou à marie-france barrier et à sa
structure son association des enfants et
les arbres et puis je crois qu'on va
pouvoir démarrer bruno reparlera
évidemment du génie de l'arbre le génie
de l'arbre 420 pages de bonheur 25 ans
de travail d'analysé d'études quelques
palettes
alors elle à la fois il ya eu des
palettes tu le serbe il ya eu des
palettes de papier écrémé puis des
palettes de bière un les deux chaque
ensemble
quand on décrit elle malade dans à un
bruno une palette d'encre une palette de
papier et une palette de bière mais du
coup le blé loyer pour l'arbre qui plus
est pour l'agroforesterie synthétique
organiser un vibrant plaidoyer pour ces
arbres dont on a tant besoin
voilà bruno je te laisse attraper le
partage d'écran je te laisse te préparer
et puis je sais que tu as quelque chose
d'important à nous dire que la vie est
belle bien sûr les les arbres des arbres
sont en sont d après existait avant les
plantes herbacées 1 il semblerait que
avant que la nature sur terre est
inventé elle a commencé par inventer les
arbres et tout le reste a découlé de la
notification des arbres da en arbustes
et ensuite on plante herbacée quelque
chose qui prime c'est quelque chose qui
est primordial aucun écosystèmes ne peut
se concevoir sans arbres la vie est
belle donc nous raconte nous un petit
peu qu'est ce qu'on va faire de ces
arbres
je ne veux pas à partager l'écran isaïe
excuse moi c'est moi qui avais fait une
manif de trop
excusez moi mais ça y est je pense qu'on
est parti et que bruno on va être lancé
aujourd'hui j'ai décidé vous parlez
barbre du vivant et puis d'en parler à
la dimension du paysage
donc je suis tout petit voyage que j'ai
proposé très synthétique la 1ère fois on
va reprendre
on va reprendre à la dernière image de
mon intervention précédente va parler de
vive en commençant et de la vie en
commençant par la mort s'est d'autre
part la com comment ils sont plutôt que
recommence la vie et cette évocation je
voulais surtout reparler de nature
nature au sens large dans l'idée que que
la nature ça fait référence l'étymologie
du mot même fait référence à l'idée de
n'être et de renaître et de manière
perpétuelle donc cette idée de de bien
commun que représente cet élan de vie
permanent et dont on bénéficie en tout
ont toutes gratuites et à ne pas oublier
ça l'idée de renaissance de naître et et
de de génération spontanée on pourrait
dire des générations permanente de la
vie c'est ça que nous dit le mot nature
même s'il ya d'autres sens derrière
évidemment vous parlez dans les cultures
puisqu'on parle agroforesterie avec
cette idée d'une agriculture qui
normalement est là pour cultiver pour
élever donc pour développer pour tous
ces mots sondés sont les termes qui nous
porte vers vers le haut et vers le plus
une agriculture et qui a fait ça pendant
de nombreuses décennies elle a fait
certaines bêtises partout dans le monde
elle a fait aussi beaucoup elle est la
normale avant son propre bénéfice pour
enrichir le le vivant est évidemment par
le truchement des arbres parce que ça se
trouve nous t'y irremplaçable mais je
voulais rappeler que en développant
plein de d'aménagement d'éléments fixe
elle a créé peine d'habitat donc elle a
pu permettre à une biodiversité
florissante de de se développer en
diversifiant l'espace elle a créé la
même chose inutile en créant différents
d'utilisation de l'espace en aménageant
de manière différenciée et puis elle a
aussi inventé
de nombreuses variétés et des nombreuses
espèces notamment des espèces animales
des races plus tôt donc c'est quand même
prélable qu'il faut mois
il trompait pas pas oublier une chose
quand même c'est que qui dit agriculture
dit de toute manière intervention sur le
milieu je vous parlais de nature tout à
l'heure mais l'agriculture utilise le
milieu ne peut pas parler à proprement
parler pardon de de deux natures et
l'agriculteur est toujours un
perturbateur
mais il a le choix entre deux grandes de
grandes orientations de grandes
directions où il est là pour développer
ce milieu et cette capacité
cette richesse ou pour la détruire mais
en tout cas deux aspects qui me semble
important a rappelé sur le rôle de
l'agriculteur il aménage l'espace c'est
à dire il va l'investir l'équipe est
sans doute pour pour l'améliorer si
possible
mais aussi un gestionnaire un
utilisateur temporaire qui doit ménager
cette nature allez j'ai lu que vais donc
on n'oublie pas dire tu es reviendra
mais que c'est à ça peut être un très
grand créateur de paysages et de
diversité ça c'est l'objet c'est l'autre
c'est l'objet de ce qui va suivre
c'est ce que je viens de dire donc
l'idée de pouvoir au contraire
développer des paysages plus riche plus
vivant et une diversité du vivant de
façon je n'insiste un petit peu parce
qu'on est toujours dans la logique que
la biodiversité devrait se préserver à
tout prix on devrait sauf qu'on doit
pouvoir faire avec hervé qu'est-ce que
ça t'inspire ça oui là la diversité la
diversité ce se cultive la biodiversité
se cultive est une production
une conséquence finalement de notre
relation à un écosystème
chaque animal dans la nature même une
plombe d'ailleurs construit son
écosystème la plante va construire par
ses relations par sa rhizosphère par des
interactions qu'elle a avec le sun ra
construire un un milieu qui va être de
plus en plus propice à son développement
ou à l'aboutissement d'une forêt un
animal de par sa façon de vivre dans un
écosystème va va modifier cet écosystème
ne serait-ce qu'en ce moment les graines
qu en dispersant des sports en va
favoriser va développer en fait un
écosystème qui va lui être de plus en
plus favorables et homo sapiens dont sa
version initiale il ya deux cent mille
ans faisait exactement pareil là où il
passait il venait avec ces graines il
venait avec ces sports il venait avec
son écosystème qui transplantés au fur
et à mesure de ces évolutions et de ces
migrations et puis ensuite quand on a
commencé à se détend sédentarisés ben
c'est la même chose qui apparaît et une
boîte des écosystèmes qui fonctionne
bien on voyait c'est un cadre et dans le
pourtour méditerranéen sont des systèmes
complètement con co construit par
l'homme et la nature
c'est une co-construction des choses
ensemble et c'est ça qui est important
je crois
de bien avoir dans la tête les
écosystèmes sont des lieux d'une très
grande richesse
lorsqu'ils répondent aux besoins de tous
des êtres qui vivent ça nous faisait
l'objet cette image où l'image qu'on a
vu au tout début l'image de geneviève
qui montre qu'il n'y a pas d'opposition
à avoir entre entre nature et culture au
sens de l'agriculture et que
effectivement c'est agrosystèmes housse
et agro écosystèmes
ils sont mêmes facteurs de biodiversité
et même de conservation puisqu'on voit
bien que le fai d'artificialité de
conduire correctement ces milieux ça
permet justement à la fin de sauvages
d'être protégé prendre celle d'un
ouvrage de geneviève on le vit très bien
et dans d'autres bien sûr mais cette
idée qu'il n'y a pas de d'opposition
mais au contraire une complémentarité ça
c'est aussi une règle la différence
c'est souvent une possibilité de
complémentarité même mieux de synergies
et finalement hôtel à insectes
pardon finalement c'est cette oasis du
sahara a convoyé la juste avance c'est
s'il avait pas eu d'action humaine ce
serait un désert il y aurait juste un
trou d'eau ou au milieu du désert et la
l'action humaine a permis de transformer
ce trou d'eau en une oasis tout à fait
sublime dans laquelle il ya énormément
de vie est d'être vivant qui qui
coexistent voilà un et les sondages
est ce qu'on se trouve bon c'est qu'on
n'est pourtant dans le désert et malgré
ça ça tous les traits d'une zone
tropicale
oui parce que c'est ça peut être très
bien considérée comme une annonce fort
voilà je veux leur montrer puisque
puisque l'homme artifices artificialisés
beaucoup et partis ont beaucoup son
environnement jeu le monde vous montrer
cet hôtel à insectes ou est ce que c'est
c'est un taux de chômage est peut-être
je pressens de terrain est sec parce
qu'effectivement même sans le vouloir le
même à développer la biodiversité on
s'est rendu compte
je crois que c'est en roumanie que la
disparition des toits de chaume avait
provoqué la disparition d'un petit
insecte très très utile auxiliaires des
pommiers les pommiers aujourd'hui serait
assez attaqué parce que on ne le savait
pas mais effectivement même le les
habitations les établissements humaines
sont favorables peuvent être favorable
et beaucoup d'espèces cherche la
compagnie est habité avec les autres
parce que effectivement lui-même peut
aussi être sécurisant et pourvoyeur de
ressources
l'idée est aussi d'évoquer la question
de la production agricole et puis des
paramètres que l'on met pour que pour
qu'il y ait production donc on a
tendance à simplifier l'idée d'une
agriculture qui serait basée sur une
station c'est à dire du sol du climat et
puis évidemment de la technique et de la
culture qui serait une économie de la
ressource naturelle avec de la ressource
humaine et on essaye de produire le plus
possible mais justement
est-ce que la viticulture n'est pas une
question de d'économies et une question
de deux visions de projection vers
l'avenir alors quelques définitions
économie 1 j'allais dire aux 4,5 du
terme
déjà c'est la gestion la bonne
administration comme on le disait
autrefois des richesses et des flux si
possible avec un minimum de partage
économie ça veut dire aussi favoriser
favoriser les échanges créer des
échanges et puis économie au sens de
économiser c'est à dire d'éviter les
dépenses inutiles et puis économie aussi
au sens de d'épargné c'est à dire le bas
de laine de m 2 m de couple
et c'est vrai que l'agriculture
normalement c'est l'autre tout ça ça
d'être une économie et on va retrouver
dans le vide en le même façon de
raisonner et la nature 90 que ça
fonctionne aussi comme ça il ya de la
gestion de flux il ya des échanges qui
se crée on évite le gaspillage il espère
t elle frugalité une certaine rusticité
et puis il ya cette question aussi de
capitaliser et puis d'assurer d'assurer
ses arguments donc voilà une comédie
vivant est ce que l'agriculteur
d'agriculture n'a pas à s'inscrire dans
ces cycles du vivant à les contrarier
pour ça on le sait donc l'idée de
produire
d'utiliser de recycler mais plus encore
de développer et puis l'idée est aussi
de faire un bilan
donc là on va pas faire un compte de
résultat au regard des scans en
trésorerie c'est à dire de voir qu'est
ce qui se passe sur le long terme et le
bilan en termes de gains et de pertes et
bien sûr les parties faciles c'est c'est
l'érosion c'est très polluant celles et
tous ceux qui ont dépensé mais l'idée
l'idée d'efficacité c'est aussi tout
autre chose
c'est dans l'absolu qu'est-ce que je
laisse dans mon paysage delhommeau en
termes de vie bas
et puis aussi sur une parcelle donné
l'idée de savoir quelle est sa meilleure
modalités d'utilisation ça mais les
meilleures modalités de d'exploitation
bien parce que c'est sûr qu'il vaut
mieux parfois au lieu de s'acharner à
mettre en culture certaines jambes mais
voilà sur le 10 ans sur le temps long
cette parcelle son meilleur rendement
sa meilleure efficacité cela telle et
telle vocation c'est une logique de
terroir nouveau crois tout à l'heure
mais cette idée de de rendement et de
bilan en terme de vies l'enjeu
je vous laisse aussi des mots que le
vitalité c'est à dire la bonne santé la
vigueur et la vivacité aussi avec cette
idée de résilience et de durabilité
il rentrait alors c'est parti dans ces
cas une question une question qui vient
d'arriver qui cite m zurcher homme qui
dit que les arbres credo
et quand on voit le paysage ceux d'avant
avec ses couverts végétaux avec césar et
tout ça est ce qu'on peut imaginer que
de planter des arbres et tout refaire
venir de l'eau dans nos parcelles
alors c'est ce que je propose de voir
tout à l'heure en voyant comment danser
danser pour les matinées à l'arbre ce
ceux proposés et même s'imposer
merveilleux on attend sa formule quelle
belle formule une eau alors l'arbre ci
propose 5 nous occupons aussi du coup on
dispose on dispose mais c'est bien
éviter de cette image qui fait bien pire
disposer de quoi disposer temps parce
qu'il ya ce que peu nature nature est
généreuse mais elle est aussi limitée
hong kong rapidement et et puis bon
l'agriculture mais mais et puis nos
réflexions qui est aussi finalement
économique mais l'idée de de pouvoir
d'agriculture est ce que l'objectif ce
n'est pas de deux en fonction du
potentiel et des capacités de milieu de
deux d'utiliser de maximiser la capacité
de production
et d'avoir de tirer le meilleur parti du
milieu est d'avoir un optimum un optimum
là que je ne qualifierais pas
d'écologique mais d'agroécologie qu'au
sens de cette alliance entre ce que fait
nature est ce que le riz culture donc
calé l'optimum le potentiel des rouges
peu tendre avec les données naturelles
est aussi humaine que j'ai à disposition
on doit rentrer dans cette logique que
de terroir que je vous proposerai
d'accorder tout à l'heure alors toutes
ces histoires de vivent d'agriculture et
l'économie est ce que ce ne pouvait pas
se résumer à une question ou une
approche paysage d'autres diraient une
approche système mais l'idée d'envisager
des choses dans leur globalité et avec
la dessus des diminutions un peu
particulière donc là on va envisager la
question du paysage comme quitté de la
constitution de physique puisqu'il
compose laisse passer plus de temps en
temps du fonctionnement que logistique à
l'intérieur à 10 ans je dirais le cadre
le bassin du devis pour le vivant
comment ce milieu va être suffisamment
vivant pour produire du vivant
agriculture on va parler ceux contenant
et des interactions qui sont qui sont à
l'intérieur et et l'idée
culture et puis pour la collectivité en
général de piloter un paysage voilà donc
d'imaginer les choses les interactions
le visible l'invisible son entièreté
dans sa globalité et pas très facile
imaginez aussi qu'il s'agit de produire
mais aussi de fête de protéger d'eau
mourir de ressources et ce paysage
parce que finalement être que ce n'est
pas le paysage qui produit c'est marrant
parce qu'on voit quand même c'est ces
deux animaux et ce paysan qui sut et qui
peine à produire mais moi je dis de
sousse et le paysage qui produit mais
dans le sens où c'est le paysage qui est
le pourvoyeur de toutes ses ressources
et qui d'ailleurs bien souvent on aimait
le contraire vous voyez le produit sur
secteur c'est sur ce vieux paquet de
caramel mais on voit tout on voit un peu
le paysage où s colonne et on voit aussi
qu'il ya des gens qui travaillent
derrière
effectivement mais c'est une c'est une
totalité
et on peut partir de l'hypothèse que
lorsqu'on dispose je reprends cette
image d'un paysage qui est vivant riche
diversité diversifié nourissat en bonne
santé mais peut-être comme les produits
sont l'expression du visage comme ça
qu'on peut attendre et c'est même assez
logique d'avoir des produits vivant
riche en scène voilà les quelques les
quelques interrogations et quelques
propositions que je joue au tennis faire
rappeler aussi les enjeux d'un paysage
et notamment d'avoir un paysage
diversifié on le sait bien je vais
répéter ce qui se dit beaucoup mais on a
vraiment du mal à réaliser je crois dans
nos dans nos sociétés combien le fait
d'avoir un paysage diversifié
on pourrait parler de notre pays de nos
régions de notre continent
c'est une richesse comment et combien
une succession d'univers les multitudes
ambiance c'est gage d'une pluralité de
ressources
ça permet de foisonner ça permet
d'avancer s'est permise de grouiller je
dirais de créer des complémentarités est
lorsqu elles sont positives des
signalements combien lorsque le paysage
complexe
il est productif et combien à cette
complexité on peut trouver de l'intimité
lentini t on le sait bien c'est le gage
de tout de tout grouillement de la vie
c'est comme ça qu'on se reproduise c'est
comme ça qu'on peut être sait quand il
faut un peu un peu d'intimité et
d'ailleurs on le voit même nom d'arnaud
et de nos élevages et même dans nos
productions végétales
bruno lorsque lorsque je vois ce paysage
voilà on a des amis de barcelone qui
viennent de nous rejoindre
on peut imaginer que sous tout type de
climat ils puissent avoir des paysages
particulièrement fertile 1
mais dans notre petit ce changement
climatique
est-ce qu'il faut aussi se préparer à ce
que nos paysages changent assez
fondamentalement
ils sont en train mais chaque chaque
milieu peut être productif à sa mesure
et l'acceptation le mot paysans à une
acceptation totem c'est le changement le
mouvement dans le paysage on aime bien
que ce changement ils sont modérées par
définition payzone ça signifie
changement mais il faut le modéré et on
verra et on sait bien combien le végétal
jouons un rôle de ralentisseur par
rapport à ces changements et de
régulateur et et de front
non je disais par rapport à ces deux
suggestions
hervé beaucoup de choses vont changer
la première chose que l'on a à faire
c'est de multiplier par trois la
quantité d'arbres agro forestiers dont
on a vraiment besoin au plus vite et ça
on le sait tous bien et c'est aussi pour
ça que je vous invite à aller voir
l'intervention de geneviève michon parce
que c'est un formidable voyage au maroc
de diversité de prospérité de fécondité
dans des conditions extrêmes extrêmement
extrêmement difficile et ça montre le
com comme tu dis souvent au bout nous le
génie le génie végétal est le bon sens
paysan et l'assemblage et l'assemblage
des deux heures sur des tas de cailloux
sur des tas de cailloux la des frênes 10
morne qui font 30 mètres de haut et qui
font quatre hectares de surfaces de
production de fourrage ces deux surfaces
foliaires sur des tas de cailloux dans
l'atlas j'espérais avec aussi l'idée de
la 3d qui effectivement est un peu
l'arbre de la situation souvent qu'ils
la voient des conditions les plus les
plus extrêmes soit l'arbre immortel de
l'extrême
donc on le met dans le guinness des
trucs des records et puis quand je parle
de paysages je parle aussi de cette
mention subtil tout ce qui est
imperceptible tout ce qui est même
inconscient donc là on va pas rentrer
dans les bonnes émissions d'esthétique
de perception mais mais de ce qui se
passe dans un lieu donné dans cette
interaction entre la terre et le ciel
fait exprès utiliser ces deux mots mais
qui sont réels c'est à dire ce qui se
passe vraiment un mot est vraiment bas
au delà du seul événement c'est ce qui
se passe de manière temporaire et
permanente
et puis tout ce qu'on en voit pas lolo
là j'ai fait exprès de prendre des
images où il ya de la boue mais il ya
beaucoup d'eau dans notre ère il ya
beaucoup à le parler d'eux de virus de
bactéries d'algues de levure ça c'est
même extrêmement important mais là je
suis pas du tout spécialiste il ya
beaucoup d' onde et ses danses et bella
que effectivement ce fait compte de là
le secret et le début de la vie et est
en permanence donc il faut pouvoir
maintenir ce fragile et surtout ce
subtil dans mon paysage on sait très
bien qu'un paysage monolithique la
subtilité par définition
l'idée paysans se rendra aussi à une
épaisseur à une durée l'idée que l'on
est dans différentes histoires dans
différents cycles qui se combinent et
103 s'entremêlent et que lorsqu'on est
en présence d'un paysage il ya toute
cette cette mémoire toutes ces histoires
naturelles et humaines et qui sont qui
sont combinés et tout s'est tu
là je parle surtout des sportifs de co
évolution et adaptation qui nous est
livré là et comme parfois je reviens au
début on ne détruit et s'attend à voir
cette cette conscience et cette
perception et ses paysages d'un ctp sur
la elles vont combiner du jeu
je le répète du domestique et du sauvage
du semi naturels entre les deux des
choses qui sont très stables et je le
répète du fragile et c'est cette fragile
auquel il faut être attentif parce que
ce fragile
peut-être pas systématiquement mais
absolument essentiel
évidemment là l'idée du mouvement et
aurait donc on a parlé du paysage comme
une entité vivante c'est une entité un
organisme supra organismes le cercle
mais cette dynamique et d'envisager
d'envisager les relations qui ce qui se
trame et surtout les interactions au
milieu de différentes manières bien
différentes composantes et chacune de
ses composantes joue plusieurs fonctions
fait très très rock
il y est comme dans notre société et
nous nos techniques bien cadrer un objet
qui ne sert qu'à une chose dans l'absolu
c'est plutôt très rare j'aime beaucoup
j'aime beaucoup cette idée de mouvement
un ce mouvement que l'on ressent un
trouve que c'est la dynamique c'est la
vie et c'est l'acceptation du changement
qui peut être parfois brutales et mais
il ya une image que j'aime bien dans le
mouvement tu sais c'est quand on apprend
à faire du vélo
si on veut faire du vélo en restant sur
place ça demande énormément d'énergie
mais dès qu'on avance ça devient facile
quoi et de se rendre compte que la vie
est un mouvement et qu'il s'agit
d'avancer avec avec lui dans ce
mouvement là est quelque chose qui est à
la fois une fois dur à comprendre parce
qu'on a souvent une défi j'ai de ce que
l'on veut faire
mais à la fois faciles à réaliser
facile à réaliser parce que la vie va
souvent vers plus de vie et donc une
meilleure productivité de nos
écosystèmes et c'est ça qui est
intéressant c'est que ça nous montre que
sans effort ça tient la route
sylvain pillet pour reprendre la
métaphore dur ça tient la route et
l'autre idée très forte que tu as 10 et
de l'importance de ce qui est fragile
peut danser petite chose fragile ténu
qui quelquefois on comprend pas trop ce
que ça vient faire là dedans et que
finalement ça c'est tout aussi important
que le reste c'est d'être l'arrivée
l'idée ça peut être la clé d'ailleurs on
le sait et c'est pas marc andré qui
contredira lénine
la clé c'est souvent des choses qui sont
on va penser qu'ils pourraient paraître
vulnérable alors c'est
que je voulais soumettre quand je dis je
il faut soumettre c'est l'idée de
paysages qui a plusieurs composantes
mais que chacune d'elles joue plusieurs
rôles et que de la même manière alors ça
c'est ses composantes et sont visibles
et sont perceptibles tangible par contre
les fonctions dans le paysage on ne voit
pas ce qui se passe pas forcément en
tout cas et ses fonctions il ya toujours
plusieurs composants qui aussi vont les
remplir
ça c'est vraiment c'est vraiment c'est
vraiment important une fonction n'existe
pas dans la plupart des clubs en soi est
une composante n'existe pas en soi pour
jouer un seul rond donc ce vis-à-vis
c'est me paraît important et puis l'idée
l'idée aussi la diversité
c'était important milliers de la
variabilité dans là on amène nous
notions un peu plus sur la temporalité
n'est pas que mais c'est vrai que le
fait de la variabilité alors combinée à
de la diversité sangong si vous avez
plein de choses diverses qui est le même
varie alors démultiplie complètement le
vivant il suffit de regarder par exemple
le mouvement de du soleil qui va créer
un mouvement dans d'autres de l'arbre et
de voir ce qui se passe au niveau au
niveau du vivant ce 8e bien le soleil
ils vont le suivre le soleil ceux qui
n'aiment pas si roland cette variabilité
comment ça complexifie comment ça mène
encore plus vivant et plus de
possibilités en tout cas le bilan donc
ce qui est bien dans un paysage en
fonction de cette idée c'est c'est
d'avoir dû du fixe
du pprn doute persiste en parlant dans
les choses qui durent
et puis aussi du temps de port air du
mobile du monde et c'est bien d'abord
d'avoir tout et puis en tant qu'entité
en tant que j'allais dire être vivant
même quantité les ventes
l'idée de la vie c'est de pouvoir capter
c'est de pouvoir transformer garder on
peut accumuler et puis diffusé
participer en étant bilan diffusé lundi
c'est exactement ce que nous montre
l'arbre la plante est l'art de manière
de plus prononcé
moi lorsqu'on parle de paysages on parle
aussi d'autres d'autre chose on parle de
la relation à plusieurs dimensions
plusieurs échelles colonna avec l'espace
lorsqu on est avec toi on est toujours
contenu dans un paysage global à
l'intérieur on a des systèmes
d'exploitation avec une unité qui nous
dépasse et puis on contient de la
diversité aussi comme notre nous mêmes
notre individu on est contenue dans un
environnement plus large et à
l'intérieur de nous-mêmes de notre corps
nous avons aussi de la diversité bien
sûr voilà tout ça pour dire que cette
idée le paysan c'est plusieurs
dimensions
là je ne souhaite pas être exhaustif
mais il est de l'espace 80 etc etc et du
politique bien sûr
c'est
alors on parlait tout à l'heure et à les
villages confié tout oublié un truc bien
tout bien truc dans le paysage il ya de
l'amour dans le paysage avec la cour
à l'avenir je dois donc que veut pas
juste une petite anecdote la sur youtube
après le plan marshall on nous propose
un plan cannes et un plan canet pour
replanter des arbres sur toute la france
après le coït 19 un problème on va
planter laisser pousser
c'est aussi simple que ça optimiste dans
des paysages prospère et avec de l'amour
alors avant il y avait les discothèques
à tous les coins de rue bruno cotte
était jeune maintenant c'est une autre
forme d'amour elle est plus est les plus
naturelles c'est ma nature
réponse m m c'est comme dénoncé la
nature mais que le mot nature on peut
mettre on peut mettre derrière plein de
choses peut être vivant on peut mettre
amour parce que effectivement lire et
dans les dom ou positif c'est plutôt
chez plutôt synonyme d'amour
alors nos histoires de génie aller et de
bon sens
gris alors le paysage c'est aussi je
disais fait de de terre et de ciel la
rencontre qui existe entre un homme
prénommé entre tout ce qui se passe en
du lointain du soleil et du ciel profond
jusqu'à quelques centimètres
d'atmosphère au dessus de la surface du
sol et tout ce qui se passe en bas dans
le sol dans la roche mère et même
jusqu'au plus profond de des nervis
telluriques
c'est c'est ça le paysage et puis dessus
évidemment il faut qu'il ait lui-même
pour les paysages et quand on associe
terre si elle est humain mais on va
parler d'une notion tout tout s'est
impliqué très complexe la question du
terroir et la question des ressources à
l'est oui j'aime beaucoup cette image
parce que ce gars que j'avais croisé au
fin fond de jeu - quelle zone des
pyrénées comme ça tu sais comme comme on
aime à se perdre quand on est bon moi je
suis pas aussi bon géographe que toi moi
j'ai faits sociaux départ donc j'ai pas
mes facultés de géographes il nommait la
sociaux ça sert aussi ça c'est rocio ça
sert aussi la sociaux du design mais
j'aime à dire que cette image
j'ai discuté pendant une heure avec ce
type évidemment c'est la première fois
que ce qu'on lui posait la question
pourquoi il avait maintenu cette clôture
végétale génial qui à la fois une trogne
une plaie ce qu'ils produisent au
chauffage et jamais personne c'était
très occupés de lui demander pourquoi il
continué comment pourquoi parce que ça
c'est évident mais comment il entra de
pessah y comment il faisait vivre
l'ensemble de cette clôture qui aurait
été la clôture c'était juste son
réservoir de chauffage
ça c'était intéressant
le terroir des ressources naturelles et
humaines et puis aussi comme on lisait
tout à l'heure une durée d une histoire
toute une toute une évolution
et dans ce terroir qu'on peut je vous
propose que que ce que ce terroir et que
ce paysannes soient soient habités par
des génies et je vous propose est donc
d'imaginer que notre âme notamment pour
notre notre question d'agriculture de
production mais de territoire au sens
large de convoquer ces trois génies et
génie dans le sens aussi bien sûr
essentiellement de générer de produire
de créer ces trois génie c'est le génie
du lieu
le génie du végétal et puis le génie
lui-même souvent génie paysans le génie
du lieu oui c'est cette capacité
souhaité revoir à ce point de rencontre
entre la terre le sien qu'est-ce qui est
la possibilité qu'elle ait la
possibilité de produire quelle est cette
femme est optimum que l'on peut retenir
de cette rencontre
le génie du végétal alors je vais pas
utiliser le mot de génération spontanée
mais on pourrait presque un dévié et
utiliser ce terme c'est à dire cette
capacité à foisonner jaillir à envahir
mais dans le bon sens du terme à
brouiller et puis
à l'interface et au pilotage et au
milieu de tout cela le gênait de
l'humain avec aussi une grande
profondeur sur le dé sera offert sur une
culture et sur cette relation à
l'environnement et au paysage
fondamentale sans laquelle on ne serait
pas là si on n'avait pas su souk où
évoluent et donc guider c'est de piloter
ces trois génies finalement est de
réunir de les réunir et ça ça ça
interpelle sur un certain nombre de
choses nous faut du point de vue de lui
même de la créativité de l'ingéniosité
génie ingéniosité
et ça rendront à des concepts un peu
particulier qu'on ne doit pas de
subtilité évoqué la question de
l'efficacité c'est à dire le bilan de
tout à l'heure qu'est-ce que qu'est-ce
que je balance comme énergie comme nous
tous pour pouvoir avoir bénéficié d'une
productivité
qui pourrait être relativement c'est
presque gratuite puisque la nature nous
montre que beaucoup de ce qu'elle fait
et gratuit à nos yeux de travailleurs
que je dirais la notion de nécessité
qu'un jus paysans que j'ai pas beaucoup
de sous je vais pas faire du jeu et
revenir en arrière mais on se fatigue
pas trop c'est à dire on fait les choses
par nécessité et puis on fait avec des
choses simples les plus simples
possibles - d'artifice moins de moyens
possibles et ça rend pas aussi la notion
de frugalité ce qu'on nous montre la
nature c'est à dire qu'avec peu de
choses finalement avec ce que juste que
l'on en a besoin on peut prospérer et
prospérer dans cette idée là de la
notion de durée et et d'assurer ce qu'on
pourrait rapprocher du mont résilience
mais qui est un peu particulier alors le
fameux bon sens paysan allait moins bien
c'est cette capacité à recréer à
perpétuer ce mouvement de la vie une fin
dosage entre entre l'effort que l'on
fournit à l'effet alors c'est vrai
qu'aujourd'hui quand on a vraiment
romande et moyen de techniques mécanique
énergétique très très puissante
en fait on se rend pas compte de
l'effort que l'on fournit un certain
nombre de bilans qui sont est là dessus
et de bon sens paysan ça veut dire faire
de l'économie souvenez-vous de ce qui a
été évoqué tout à l'heure de l'économie
de l'espace dans le midi dans l'espace
donné je vais faire le plus de choses
possibles plus de de production donc
intensifier une économie des ressources
et à dire je vais utiliser le moine ou
d'énergie le moins de 2 ceci de cela
pour enrichir cet espace et le 10 et le
faire devenir de plus en plus fécond des
ressources et des flux au sens large
et puis l'économie du geste on revient
cette notion d'efficacité ça veut dire
qu'avec un seul geste je vais essayer de
faire plusieurs choses à la fois ça
c'est important
voilà qui est en train de ramasser les
oignons dernier tome clôt les ramasse je
suis en train de préparer pour mettre
autre chose je vais pas commencer à
multiplier les efforts vous l'a déjà
évoqué la cette notion d' entretenir ou
gt notion de de faire des choses va
perdre ce normalement ça n'existe pas
dans le bon sens paysan et globalement
on pourrait le résumer
fameuse idée de rusticité c'est à dire
d'une économie de moyens les choses
rustiques ça veut dire ça veut dire on
voit là ça veut dire l'économie de
moyens ça ne veut pas dire mme archaïsme
ça ne veut pas dire mais ça veut dire
d'essayer avec simplicité et efficacité
d'avoir le meilleur résultat posting
wire donc le l'économie l'économie du
geste et voilà ça je trouve ça quelque
chose d'absolument fondamentale et 1d
fondamental de l'agro de l'agroécologie
on pourrait dire ou d'agriculteurs de
trouver le geste optimale mais minimum
le plus petit geste pour le maximum
d'effet d'avoir ce qui fait que
l'agriculture va devenir un art c'est
que chacun va devenir un spécialiste de
certains types de gestes 1 et de la même
façon que quand on apprend à faire de
nouveaux instruments de musique on
commence par faire des gars comme ça et
puis un la technique et puis un jour on
arrive à se dépasser la technique pour
faire quelque chose d'une grande
justesse et dans notre relation à la
nature c'est vraiment ce geste là qu'il
faut essayer de ré apprendre comprendre
de retravailler pour que notre
agriculture deviennent vraiment un art
alors le moulleau mots justes et si ton
bien à pic et en a aussi cet honneur les
règles de l'art je dirais du bon sens
paysan mais cette idée de juste et c'est
lé dans cette notion de dosage en fait
le boulot de producteurs mais dans
beaucoup de métiers dans beaucoup de
domaines de la vie tout est question de
dosage
c'est ce que montre le vivant et
lorsqu'on est dans la dans l'utilisation
de l'espace n'est pas que l'agriculture
de je vais faire un petit jeu de mots
très simples mais l'idée de voir le
faire le bon dosage pour éviter le
dommage si je vais trop loin je vais et
l'idée le bon sens paysan c'est qu'est
ce que je peux retirer qu'est ce que je
peux prélevés dans ce fameux bilan du
vivant pour ne pas mettre en péril cette
j'allais dire unités de production
c'est tout simple c'est voilà je peux
récolté je peux retirer du milieu ça
sans rendre hommage et je dirai au sens
pour mettre en péril la le milieu de
production la grosse système le chant la
parcelle l'idée d'optimiser les
potentialités et le mot important c'est
le potentiel c'est quand même parce que
là c'est ce qu'il peut y avoir en toutes
situations
et ça c'est des grandes leçons ce délire
où que l'on soit tout à l'heure on
parlait de la désertification et du
changement climatique mais la nature à
bonn où que l'on soit elle va produire
en fonction de ce qu'elle peut produire
mais elle a bon elle est abondante
où que l'on soit à sa mesure et l'idée
que tout est quasiment gratuits ou
beaucoup en tout cas dans la nature
l'idée que tout est utile dans la nature
et que finalement il ya plus
d'opportunités que de contrainte ça
c'est une nation importante
là aussi je veux pas faire de passéisme
parce que les choses n'étaient pas
forcément aussi aussi y avait pas
forcément autant de bon sens mais cette
idée de même une vieille friche qui
pourrit pas beaucoup on va en tirer des
produits tout et utilisent à l'idée de
développer j'en parlais tout à l'heure
et l'idée surtout de diversifier et
d'associer d'associer la notion d'homme
de polyculture la notion de
d'interaction pour pouvoir est de
combiner pour pouvoir assurer ne pas
dépendre d'une seule d'une seule
spéculation comme on dit et puis l'idée
que tout se recycle que tout serait
utilisé que tout se rajeunit puisque ça
renaît chacun nous c'est souvent ça
l'écriture même si si il ya des choix
des végétaux pérenne ils reconnaissent
aussi tous les ans et cette idée du
bouclage du cycle de vie vent où ça
n'existe pas parfois on dit on dit tiens
tel plat ou tel produit est perdue
instance de gâtés au sens de pourri en
fait ça n'est rien n'est jamais perdu
alors tout ça c'est la bonne théorie
mais comment on fait pour avoir un
paysage c'est quoi les grandes de règles
qui puisse accueillir ceux vivant et
être dit dans comment fait-on
bon déjà on connaît le fonctionnement c
est ce qu on peut d'ailleurs c'est une
question est renié ce qu'on peut résumer
l'idée de l'art au système comme
dépendantes comme étant surtout une
activité économique je dirais solaire
oui dardouri côté de soleil c'est ça
c'est étonnant parce que justement dans
les messages sur youtube il ya tout un
débat sur la définition de
l'agroécologie avec deux belles façons
elle veut juste les dires de deux des
personnes qui qui nous suivent le donc
une agriculture respectueuse de la
nature
pas de travail du sol un maximum d'armes
et des sols couverts tu vois donc cet
aspect bien évidemment de capter un
maximum de soleil un autre aspect c'est
une culture qui élèvent des biotopes
âmes qui sont courtes comme un
écosystème 1 pour des milieux plus
prospères et qui s'appuie sur des
mécanismes naturels
c'est vraiment des gens qui ont tout
couple inquiet tout compris que la la la
forme d'agriculture que l'on peut mettre
en place cette agriculture qui doit
fonctionner comme un écosystème et qui
doit capter un maximum de soleil et nos
amis des amis du sénégal qui sont
arrivés là un groupe qui est là un grand
bonjour à eux
le soleil y connaissent bien là et dont
leur agrosystèmes rempli d'armes rempli
dessous de buissons rempli de plantes
cultivées voilà il ya des choses
extraordinaires
l'endroit est une richesse et voilà on
va pas trop trop s'étaler sur sept cas
positive mais c'est juste rappeler quel
est le moteur calé le carburant quel est
le mécanisme
et puis le principe lorsqu'on doit
piloter tous à la couverture végétale
donc on va y venir
et puis surtout le résultat la fertilité
la fécondité ou où je sais pas plus de
vie ou plus la troupe lui d'abord cette
économie de vivant il faut qu'elle
intègre un certain nombre d'idées qui
sont importantes
ils font l'actualité on en parle
beaucoup des continuités des corridors
c'est un oui certes mais il faut aussi
qu'elles puissent être fixé il faut de
la fixité donc il faut qu'on me permette
est con
concret de la fixation il faut de la
mobilité il faut qu'ils échangent
mais il faut aussi pouvoir s'établir
pour développer pour pour pour c'est
pour pour créer une économie du vivant
et puis il yal idée aussi de la
continuité sur laquelle il faut éviter
tout isolement
ça on le sait donc il faut jouer est
vraiment doser entre ccc ces deux pôles
à chaque fois resté partir circulé ne
pas circuler
d'ailleurs son bilan lui tous en ce
moment et puis rappelé que l'économie du
vivant elle elle est sur trois choses
principalement elle se joue sur trois
choses des fûts des échanges sur sur de
la matière de l'énergie de l'information
c'est à mon avis les trois facile de
nous mêmes choses de la vie la vie c'est
de la matière de l'énergie de
l'information ces trois façons de voir
exactement la même chose mais avec des
économies qui sont différentes
l'idée de de la matière c'est que cette
économie et les la matière défini c'est
à dire on sait bien que dans sur notre
planète dans notre parcelle la matière
et qu'il ya hélas donc si on doit la
partager mais tout ce que l'on dans tout
ce qu'on n'a pas on n'a plus la question
de l'économie de l'énergie c'est un peu
plus compliqué parce qu'on dit oui mais
l'énergie s'est complètement est fini le
soleil non non c'est pas complètement
elle définit pas ce que la quantité
d'énergie qui nous est délivrée dépend
de notre latitude et parle du terroir de
là où nous sommes et ça c'est
complètement défini et puis l'économie
de l'information mais ça par contre
c'est complètement finie parce que même
l'information peut circuler ça coûte un
peu d'énergie et de matière mais pas
tant que ça et puis surtout l'institut
d'économie si je partage d'informations
venant sont à plus pop parfois même plus
riches parce que l'effort de partager
enrichi lorsqu'on parle d'informations
et donc c'est cette économie et les airs
il est infinie voilà donc on peut on
peut parler d'économie circulaire
obligatoirement d'économie bleus le
terme consacré pour pour cette matière
dont on doit absolument faire rentrer
dans des bouclages et tout en tournant
recyclé parce qu'elle est toute manière
limitée en termes d'énergie mais il faut
le piloter de manière différente mais
être être être conscient que même s'il
ya une constante d'une linéarité bien
aussi des cycles mais il ya aussi une
limite
et puis l'idée de cette économie
positive je mets des guillemets parce
qu'ils sont aussi une autre définition
le thème le positif
mais cette idée de d'économies qui qui
qui peut toujours toujours avancer sans
sans avoir les connaître les déboires
que que une économie débridée de la
matière à laquelle le ça peut conduire
donnez moi et puis comment on fait aussi
donc pour piloter tout ça très bien qu
un peu plus concrètement parce qu'on va
rester encore très conceptuel dans le
paysage dans le territoire il faut
essayer de maintenir ces ces quatre
propositions ses quatre petits plats
dans cette complexité 5 est limitée du
paysage on va on va l'observer mais
d'avoir de maintenir au minimum selon ce
que le milieu permet qu'est ce que
l'amour au système permet de maintenir
la diversité des espèces d'avoir des
paysages et des espaces et les plus et
moins homogène possible
lorsqu on redescend à la surface essayer
d'avoir un peu de rugosité parce qu'il
faut que les choses circuit les passes
mais il faut aussi qu'elles ça il faut
aussi quelque chose pour arrêter et
séduire cette vie sinon elles passent et
les flux parce que ce soit des flux
biotiques et abiotiques ne s'arrête pas
le vin s'emballe au samba là les êtres
vivants seconde syrienne pour les pour
les accueillir et puis de manière
verticale lorsqu'on est aussi à la
surface entre la terre et le ciel il
faut qu'il y ait de l'échangé et de de
la porosité parce qu'on sait très bien
que c'est sur la croûte terrestre en
tout cas le le chaudron ou ceux où se
réalise la vie
j'accélère un petit peu bon on sait que
à la base le végétal est capable de
remplir tout cela et on y viendra
l'arbre bien évidemment alors la
diversité des espèces c'est important
parce que effectivement lorsque on a
plusieurs espèces vivantes
on va avoir des comportements des sticks
et des besoins de différents dont combat
mieux mieux je vais dire occuper
l'espace et le temps partiel par cette
diversité et de manière on ne peut plus
un peu plus égoïste en termes
d'agriculture
ce qui est intéressant c'est que ces
espèces n'auront pas au même moment où
dans le même espace besoin de la même
ressource voire même des mêmes
ressources sur l'image que je vous
montre là on voit bien que même le blé
va avoir besoin et de ressources qui
sont situées là et en même temps la roja
au besoin de ressources d'eau qui seront
ailleurs
donc cette idée de diversité c'est aussi
la possibilité de d'avoir plus sans être
dans la compétition
c'est ce qui se passe dans les métiers
quand on a plusieurs mélanges dans un
champ ça permet d'aller dans différentes
strates du sol là on est dans un groupe
mais aussi d'avoir dans le temps un
étalement de 2 ce qui produit de ce qui
fleurit de scripts et voilà chacun à son
rythme et cette image les nuits seront
tout à fait ça c'est à dire à la fois un
autre moment donné un chêne qui n'a pas
encore perdu c'est fait même si elles
sont bien et un petit prunellier qui est
déjà en train de reconnaître et les
vivres sont alors l'idée de l'art de
l'hétérogénéité des espaces ccsa
l'instant nous renvoie à l'idée de
paysage en mosaïque
non j'ai superposé les parcelles actuel
avec les anciennes parcelles
le cadavre est donc et ça nous renvoie
cette idée de 2,2 à la fois de
juxtaposition de deux choses différentes
dans l'espace l'occupation du sol mais
aussi ça nous renvoie à la dimension de
ces de ses surfaces ça c'est important
ça c'est sans doute un jeu dans notre
culture de
limiter la taille des parcelles là aussi
en fonction des milieux il faut moduler
mais je pense que c'est une notion
importante
si on veut maintenir dans une loi du
vivant c'était toujours une éternité
voilà on a le paysage d'open fils et on
voit bien que certes il ya de la
mosaïque
mais est-ce qu'il ya beaucoup de vivant
certes il n'y a pas forcément la même
culture y ait une forme de polyculture à
l'échelle du paysage mais je suis pas
persuadé que que le vivant soit très
très développés ont récolté les surfaces
on sait très bien ce que ça veut dire ça
veut dire au juste
en août elle pesait verticalité pour lui
tous les flux dont j'ai parlé tout à
l'heure et souvent en agriculture le
vertical il est à la parcelle on y
viendra il a déjà beaucoup évoqué et
aussi dans les bordures et dans les
parcelles déjà quelles que soient les
plantes c'est important d'avoir une
couverture de sol on le sait bien
la trame de porosité mais on sait déjà
le rôle que va jouer le sol lorsqu'il
est couvert et lorsqu'il est profond
et surtout lorsqu'il est vivant puisque
le sol fait partie aussi des entités
vente pour la maison bleue porosité
comment le végétal peut considérablement
je reviendrai un parent de l'arbre tout
à l'heure mais considérablement augmenté
cette porosité erding oui donc prosit et
d'un côté absences de porosité de
l'autre après faut bien se rappeler que
ce sont des tonnes et des tonnes des
millions de tonnes au niveau de notre
pays qui chaque année se retrouvent dans
les estuaires et disparaît quoi de la
terre qui est perdu dans du capital tu
disais que d'entre économie à l'économie
s'est économisé et sait mettre de côté
le mal m 2 coûte économiser son sol et
mettre de côté tout le sol que l'on créé
et aujourd'hui voilà un élément de
l'économie agricole qui est encore trop
mal perçu trop mal vécu dans dans notre
monde agricole est presque c'est sûr que
c'est très difficile de connaître ce que
c'est que le sol de contention
d'intimité mais méconnue mais qui par
méconnaissance aussi été ignorés parce
que parce qu'on a été mal habitué par
cette nature et ce soir il ya une
inertie considérable et finalement il
répond tellement bien il est tellement
généreux qu'au bout d'un moment c'est un
peu trop tard quand on se rend compte
que on a un peu trop dit capitaliser la
voie que l'être humain est un peu comme
ça c'est quand comptez choses ne vont
pas qu'on se rend compte que c'est un
peu trop tard et de rentrer dans
l'intimité d'un seul doigt c'est comme
de rentrer dans l'intimité de quelqu'un
c'est ça ça se mérite
tu vois ça s'apprend sa demande de la
patience beaucoup d' écoute beaucoup
d'observations 1 et c'est pas impossible
mais c'est vrai quand dd fondement mais
vous l'aurez compris du paysage c'est
bien sûr le soin et tout ce dont on a
parlé parlé d'intimité on parle de
productivité de ces deux de fécondité
c'est quand même le sol mes leçons
n'existe pas seule ou rarement dans la
nature ça existe
sûr mais l'idée de d'une association
parce que le sol appelle toujours du
végétal et le végétal a toujours besoin
de sol la plupart tout et c'était le bio
couple dit bien bio couple parce que
parce que c'est plus qu'on conseille
beau couple c'est un peu de bruit de la
cinétique au monde thermocouple c'est à
dire que l'homme dans le roman à l'autre
les là pour le coup l'interaction les
très dynamiques dans ce cadre le bio
couple killer qui le fondement est le
terreau est et qui est vraiment la
frange le le contact qui est vraiment
infime véhicule va enfin catalyser ce
qui se fait cette relation de terre au
ciel
c'est cette relation avec tout ce qui ce
qui peut combiner le vivent donc dans de
l'herbe on a dit j'ai déjà montré cette
image déjà c'est énorme et puis avec
cette diversité c'est ont couvert
végétal mais qui a de la tient de la
diversité ainsi on voit bien que sans
doute quelques végétaux ne peut
disparaître quelques espèces ont disparu
mais en tout cas celles qui sont là ils
ont l'air d'être un bonheur
complémentarité et puis bien sûr l'arbre
qui va lui pouvoir représenter c'est
pour moi ces trois niveaux
d'hétérogénéité de rugosité de porosité
par cette façon de fonctionner bon là
c'est surtout sur la question de l'eau
que j'ai mis un accent mais c'est
valable pour la plupart des flux ce qui
se passe en hausse ce qui se passe à la
surface est ce qui se passe en dessous
donc l'idée c'est d'avoir un paysage un
peu comme ça de la mosaïque oui mais
avec de la rugosité de dans et autour
des parcelles qui ne sont pas d'une
grande qui ne sont pas une trop grande
de taille donc l'image un peu idyllique
réalisé par mon collègue david hélas
mais qui qui montre à peu près la plaie
dit même si les dimensions sont pas
forcément le respecter mais quand même
une certaine mesure dans dans l'idée de
contrarier ou de perturber le vivent
comme je le disais tout à l'heure
et puis dans ce paysage qui va être
précieux c'est de maintenir et de
prendre soin des différents lieux de
rencontres et d'échangés là on est
encore dans des dents de la relation
c'est un lieu de particuliers des lieu
de confluence et de carrefour là je vous
ai montré une image c'est une une
conférence le petit cours d'eau et
l'intersection de l'est donc c'est dans
ces noeuds là que se passe en termes de
choses les zones de contact en général
les aurais les lisières les bordures les
berges les franges tout ce qui est tout
ce qui est laid est bien sûr je ne parle
pas parce que c'est un peu évident tout
cela va être vraiment important pour
voilà le vivant et puis tout ce qui est
ce pas cet impôt parce que là on est
sonné à la surface ça mais il ya aussi
les surfaces est en pente par exemple
les zones humides des zones de marnage
des des zones qui subissent d d d
immersion temporaire ou pas c'est aussi
des espaces de rencontre évidemment les
passions peu flou et c'est là où on le
sait se trame la biodiversité
et puis comme on n'est pas en train de
d'exclure l'homme il ya le laisse passer
dix semi-naturels bella inc
c'est une structure entre guillemets
semi naturels ça aussi c'est important
de maintenir ça parce que souvent
justement lui-même a développé le vit
dans la diversité dans ses structures
artificielles
donc c'est vrai que l'idée de
l'artificiel et de l'assister n'est pas
antinomique
mais ces lieux là pour être un peu plus
respectés voire sanctuariser parce que à
l'échelle des paysages ils ont un
intérêt un intérêt particulier
donc évidemment là et le bocage
j'y viens c'est fait partie de ces
choses là qui qui léchaient les paysages
présente un intérêt et qui sont
complètement artificielle là pour le
coup c'est en angleterre et l'ont
justement en angleterre lors de notre
voyage
il y avait aussi cette image la dernière
intervention mai
ce n'était pas pour des raisons d'
d'agriculture de biodiversité visa n'est
pas sollicitée au contraire pour
clôturer ce n'était pas forcément très
bénéfique mais le résultat est un
paysage qui est particulièrement
productif et et protecteur et revêtu
voulez oui oui c'est c'est toujours
étonné de différentes formes
c'est en angleterre tu vois en france il
est beaucoup d'endroits qui était comme
ça qu'est ce qui va faire qu'à un moment
donné dans un pays où on change tout et
que dans d'autres on arrive à garder
aussi jusqu'à aujourd'hui finalement on
voit ce sont des fermes avec des grosses
structures où il ya gros tracteurs et
tout ça et ça les hommes
ça les a pas empêché de garder un
maillage important de bocage il ya
quelque chose qui me surprend
qu'est ce qui fait que chez nous il ya
plein d'endroits où ces blocages ont été
complètement supprimée alors que jusqu'à
aujourd'hui ç'a bien fonctionné dans
votre région et ça continue toujours
dans ça continue le désarmement le le
retournement des prairies ça continue
aujourd'hui encore alors qu'on sait très
bien que ce sont des choses aménager pas
forcément singulariser mais quand même
et on sait qu'aujourd'hui avec nos
changements climatiques et
environnementaux au sens large
on sait et dans le discours s'est passé
on ne peut pas se passer d'un état d'une
trame armor et minimale certes ou
ligneuse mais dans les actes
alors j'ai coutume de dire que dans les
esprits les choses sont à peu près
installés mais dans l'espace on trouve
pas encore le retentissement
cette prise de conscience mais c'est pas
une prise de conscience et une
sinon une prise d'information je dirais
on est on est conscient que ce n'est pas
conscient on est éclairé on est informé
que il faut faire attention avec la
nature au sens large avec l'arbre etc
mais ensuite la pratique c'est un peu
plus compliqué une autre pression aussi
mais ça tu l'avais déjà abordé ou tout
début hervé cette idée que
automatiquement le vivant augmentent les
villans si automatique dans le simple
fait de vivre ça va vite alizés
dynamiser le le fait d'être traversés
par des flux et de les redistribuer
autrement de les transformer ça va
augmenter jaillir la fécondité en
général et dans la culture
on a vraiment l'incapacité je pense se
passe et d'animaux je vais beaucoup
parler d'eux le végétal mais si je dois
parler de paysages
alors même si l'aliment pour l'élevage
le plus le plus conséquent les jaillir
le plus fondamental mais ils le sont
tous c'est un des plus connus mais on en
a parlé ce matin j'imagine le ver de
terre donc d'un animal qui symbolise
vraiment cette idée de je suis traversée
est derrière moi dans ce que je vais
rejeté je vais donner encore plus de
vies plus de fertilité avec des choses
assez surprenante
et puis le vivant perpétue le vivant
parce que naturellement il y adeux
l'échangé il ya de la sexualité la
pollinisation la régénération qui passe
par part du nouveau et de la progéniture
ça c'est une notion importante est hélas
c'est naturellement automatiquement
aussi on peut assister tout ce que je
viens de montrer oui mais ça marche on
sait déjà c'est très coûteux on sait
bien ce que ça peut coûter
l'improvisation difficile par exemple
mais voilà une notion qui est qui et qui
est important c'est que si on laisse un
minimum d'eau sauvage et de nature mais
tout ça c'est automatique et ça va dans
le sens de non pas la dégradation comme
on l'a déjà évoqué de la dune à
gradation oui
plus plus de vie donne plus de vie c'est
une espèce de dallas tx comme ça qui
veut peut-être mais c'est là le principe
de la fécondité
depuis le 7 diapos tu nous montres et
insolent avec de l'herbe simplement
dessus et que finalement ce seul au
départ c'était c'était du désert et que
l'herbe a commencé à retravailler le
soin les affaires plus et chaque fois
qu'un nouvel individu que la nouvelle
population que de nouvelles strates
viens viens ici dans ce milieu là eh ben
ça apporte à chaque fois beaucoup
beaucoup plus de choses et aujourd'hui
en fait on n'est même pas capable
d'imaginer ce que pourrait être le monde
finale quand on aura remis en place des
écosystèmes avec une grande abondance 2
vict dans pense qu'aujourd'hui on est on
n'est pas encore capable de bien de bien
s'imaginer en faites quoi pourrait
ressembler ces écosystèmes là parce que
chaque fois qu'on rajoute une strate
chaque fois qu'on qu'on fait ce pari ce
pari de la vie on se rend compte qu'on
peut encore aller plus loin quoi ça
c'est extraordinaire des cumulatifs et
entre guillemets on finit avec toutes
les les précautions et toutes les
métaphores que je mets derrière
évidemment est elle finie puisque ce
renouvellement il et je compte finir
là-dessus si si je développe des
patrouilles dans le temps dans l'idée
que le rajeunissement et cette
augmentation du vivant et elle et elle
est infinie quelque chose qui relève du
génie là dedans et c'est pourquoi je me
propose de devoir d'observer sûr on sait
pas comment qualifier là-bas c'est un
être un peu particulier en tout cas en
être léger talent le génie est ce que
dans tout ce que l'on vienne de
d'évoquer la tient une place
prépondérante
ne serait ce que parce qu'il est un peu
grand il est un petit âne est ce que
toutes ces actions de d'être ville le
fait même et l'action on peut dire est
d'être vivant ça va avoir des effets
augmenté on va trouver ces petits plis
tout coupe naturel qui montre que
effectivement un arbre c'est plein de
choses alors on va pas
parler de l'arbre de manière strictement
objectivement je voulais juste vous
communiquer certaines idées certaines
réflexions sur l'art ou qui vont
permettre d'alimenter ce débat et de
peut-être d'ouvrir les yeux sur le rôle
de l'art notamment dans la culture et
navo foresterie
sachant que la vo foresterie en pratique
on le verra la troisième intervention
semaine prochaine alors alors un petit
exercice voyez c'est il ya huit ou neuf
heures je sais plus où me laisser une
petite heure avec une tête une
récolteuse sylvicoles tu veux venir
on estime qu lutter parce que j'ai pas
besoin d'une heure mais après s'il veut
bien nettoyer bien faire tout préparé
comme un petit balai mécanique
voilà ce qui reste ça veut dire que ce
lieu où il connaît design bien c'est
très particulière que je n'ai en 16 ans
et que on juste ces quelques éléments
d'un an - on se retrouve dans une
situation l'ambiance évidemment ces
trucs et vous avez bien compris
mais en attendant c'est exactement le
résultat que l'on obtient si ce petit
bouquet qui était le seul disparaît
voilà la différence
donc c'est vrai qu'on voit un premier
abord l'idée de du rôle de filtre par
rapport à notre environnement quelques
jours que joue la voyez cette idée
d'ambiance même bien c'est ressemble du
vide ans et pas en bien 66 et sept-îles
et d'harmonisation et on parlait tout à
l'heure de est-ce que la roue va amener
de l'eau est ce que là on va amener mais
là où il va être un harmonisateurs il va
être un régulateur il va être un giant
rieurs un tamiseur de d'énergie de
chaleur et d'eau ça c'est important
d'autres choses aussi bien sûr mais je
vais pas tout énumérer
et puis rappelé que ces cônes arbres
déjà l'arrêt vivant parce que je le
rappelle bon évidemment y signer un prêt
ni scié mais parce que c'est pas
forcément évident pour au port tout le
monde parce que comme ça donc pas trop
voilà que c'est une plante géante et que
en tant que plante c'est complètement
autre ça c'est quand même intéressant
parce que cette altérité donc bien
d'autres personnes très bien parlé
l'ajustement à le fait d'être autres ça
permet d'être complémentaires mais toute
manière on est complémentaire avec
l'egypte
le sellier
par définition de ces locales ça aussi
c'est intéressant c'est à dire que c'est
une à la fois on produit du paysage est
une ressource du paysage
on n'a pas besoin d'aller chercher à
l'extérieur c'est là c'est là et c'est
plutôt bien dans madame ans et autonome
un art se débrouille tout seul peut-être
pas continuer on peut décoller un peu
mais après s'il ne signait pas capable
de se suffire à lui même s'il ne peut
pas et ne peut pas vivre donc il est
toujours fertile puisque c'est une
plante qui dure mais qui est toujours en
train de pousser même un petit peu même
un très vieil arbre continue à augmenter
son être physique toujours
et puis ça la particularité aussi être
stable d'être toujours là et d'avoir un
effet cumulatif
on en parlait tout à l'heure c'est à
dire au château fort chaque fois qu'il
se passe quelque chose là où on est tout
le temps en train aussi d'augmenter lé
interagir avec son ami hervé oui parce
que par rapport aux questions et aux
remarques qui sont faites là sur youtube
il ya une réflexion là sur les arbres
que launière cette merveilleuse
observations révélée par les équipes ii
de francis hallé et là on voit bien sur
les différentes représentations sur la
photo du milieu et celle en bas à droite
en fait là où il ya un art en fait il ya
une colonie peut y avoir une colonne
heures tous les arbres ne sont pas
nécessairement colonne hier mais mais
c'est quand même une fausse très
troublante 1 et qui est bien illustré
sur sur cette diapos c'est pour ça que
je voulais vous présenter ça aux anneaux
internautes qui nous suivent
c'est audrey création et ce
rajeunissement de perpétuels chacko
bourges en étant une nouvelle nouveau
départ sur une même une même base mais
ça ça a été très bien très bien expliqué
je pourrais être en être un peu le
le rapporteur mais sans doute au moins
que les gens qui ont étudié ça donc donc
de la voir et les vidéos tournées avec
marceau beaucoup d'arrières ce qui
explique cela rend beaucoup beaucoup de
talent et nous livre aussi un film sur
tous les livres de francis qui ont
beaucoup parlé là dessus
donc en tête le japon le boulou le fait
d'exister pour un arbre si on le voit
égoïstement et de manière intéressée de
l'autre côté du même ben ça participer
pour beaucoup à rendre utilisable et
consommables un peu tout ce qu'il ya
autour de nous toutes les ressources qui
sont là qui sont pas forcément
disponibles dans les formes que l'on
doit avoir la peau en partie les rendre
les rend accessibles et puis ça rend nos
paysages et on le sait puisque notamment
en production d'eau et d'oxygène et
d'humus l'arbre est vraiment fondamental
ça rendre plus vivable jaillir plus
aimable tu vois on vient cette idée
d'amour vraiment non nos paysages et nos
milieux de vie alors la voir qu'est ce
qu'il fait mais ils donnent plus ils
augmentent très vivant nous donnons aux
points
je vous laisse lire parce que c'est des
choses qui sont assez mais surtout
comment disait il ressources 2009 il
crée des choses qui n'existaient pas il
transforme et créent de nouvelles routes
sans parler de l'autre l'oxygène du sol
et puis surtout il est une chose qui est
importante il est capable de mobiliser
des idées et d'augmenter les ressources
dans le temps donc dans le temps ça veut
dire à l'échelle du paysage d'étaler des
choses d'étaler d'allonger les durées et
dans l'espace comme les univers qu'on
forme une conformation de pilotis ils
permettent d'étagés alors voilà un petit
jeu de mot qui est pas si anodin que ça
est tellement étagement comment on va
pouvoir être plus longtemps ici et plus
ailleurs tout en restant ici
et puis il donne au mieux il rend le
meilleur et filtres il donne de l'eau
correct de l'eau qui a été et va pleurer
il donne une bûche que londres ne nous
donne pas de coup de soleil important
c'est de l'énergie solaire ni filtre de
nos meilleurs atouts jour et donnent
aussi créé le poison mais je te laisse à
part regarder le x 27 questions une
question le x 27 là au début j'avais
jamais vu
j'ai oublié d'où je tenais ça mais sur
une une publication qui disait que
l'arbre de fait de ces phénomènes de
piloter je voulais finir là-dessus
développe multiplierait les laisse pas
sa part 27
on parle pas des surfaces de contact qui
sont beaucoup plus beaucoup plus
nombreuses puisque à peine 1,3 si on
compte autour des boules ou de branches
de feuilles de bourgeons c'est énorme
mais un équivalent arbres ses 27 fois ce
que seule une surface plus tôt nus ou en
herbe propose
voilà donc ça veut dire que si on met
des arbres partout on va multiplier
notre monde de para one tech pas tout à
fait à vent pousse pas partout et puis
surtout pas parce que on partouche de
vivre sous les arbres c'est toutes les
latitudes on a bien vu mais c'est une
théorie un peu c'est un peu grotesque
mais c'est quand même ça et donc c'est
vrai que comme le disait haleine tout à
l'heure en multipliant par trois là
l'installation a pas forcément la
plantation des arbres sur nos
territoires déjà c'était non parce qu'on
va avoir ce coefficient qui est très
très théorique et très vraiment les
prendre avec des grosses ou tenaille
mais c'était important de d'imaginer
cette puissance là donc c'est je suis
désolé de fois que je retrouve la source
mais et donc voilà le phénomène à bosser
ça s'est dilaté l'espace remonte à la
surface et dilatés le temps d'augmenter
les débits cycle de production
puis marc pillas plus dans les honneurs
il ya plus de plusieurs choses qui sont
produites de manière simultanée
il ya à la fois le bois qui est là les
free c'est géré même espace il va
multiplier
et puis il dilate le le vivent aussi
parce que même de fait d'être un élément
fixe et d'un univers à la fois
accueillir et nourrir donc là c'est ça
c'est plus longtemps plus même plus fort
est toujours imaginer les trois
dimensions même si très simpliste de la
scala dessous dessus et à la surface
mais et ça on l'obtient bien et toi qui
travaille beaucoup notamment sur les
champignons
très bien que la capacité de propos de
prospection et de deux déplacements
racinaire émis ces liens que peut avoir
cette puissance est là à voir les arbres
voilà une notion qui est extrêmement
importante c'est celle ci c'est
quelqu'un que ces cibles d'inaccessible
vous voyez l'image c'est de la roche
calcaire bon j'imagine que personne n'a
planté là il s'est exprimé tout seul ce
chien ben il a trouvé loin il a trouvé
les minéraux les éléments dessous alors
non seulement ils accèdent parce qu'il a
plus de puissance vous savez que dans
les grottes parfois très profondément
on va rencontrer les racines de d'arbres
qui sont beaucoup plus haut mais le fait
d'accéder c'est une chose mais surtout
ce qui est intrigué mais perdu fossiles
inaccessible il le remède aller d'un
lieu dans le cycle du vivant il leur
remet il remet l'eau dans le cycle il
remet les éléments dans l'humus dans les
airs et ça c'est vraiment important
donc cette idée de pompe de fertilité le
dirai voilà on voit bien que en termes 2
de v g2 de végétation et de verre il est
le seul à pouvoir donner cette toutes
leurs filets cet ordre sociaux sont là
voilà alors cette idée de cette idée de
bio pompe
c'est à dire de une pompe permanente qui
une noria de fertilité cette idée de
circulateurs aussi c'est à dire à la
fois une fusée est diffusé souvenez-vous
de la matière de l'énergie de
l'information et à tous les sens du
terme cette idée de 2,2 de circulation
c'est-à-dire de brasser de ventiler de
d'hydrater cette idée d' injecter cette
idée de capter cette idée de ne rejeter
comme une cheminée il a tous ses rôles
là et donc il va animer il va donner le
souffle considérable aux paysages et
surtout il va lui donner de l'épaisseur
il va donner de l'épaisseur aux vivants
et ont senti la verticalité s'élève à
donner sur cette très fines couches
tient à la surface de la planète qui va
donner une épaisseur relative et ça
c'était c'est important parce que baisse
le soutien des choses et là on va on va
un problème qui est important on se
compare de surfaces agricoles par
exemple là on peut parler de volume
c'est aussi colonnades notamment avec la
pac parce que quand on regarde les
surfaces mais on oublie que si la
surface et le tout et partout les armes
s'est pas échoué il ya des animaux et du
style au pastoralisme
donc il faut plus raisonner la surface
il faut raisonner en épaisseur ne pas
oublier que il est à la fois nourricier
protecteur qu'il a la foi en habitat est
une source de revenus pour de très très
nombreuses autres et puis en plus là
aussi on démultiplie encore embrassé
encore les ressources vous voyez là
l'oiseau il allait chercher du lichen et
ce qu'ils ont mangé ce qu'il est ce
qu'il va s'en servir pour son habitat
c'est c'est pas que là on essaie tout ce
qui va avec donc qu'on a on va générer
aussi aujourd'hui que là où il est est
au coeur de blé de tous de tous les ans
les jeux qui nous pressent et de tout
jaillir les urgences mais parce qu'il
interagit avec toutefois il est au coeur
de tout ça l'à beaucoup fait le végétal
en particulier mais là avec cette
capacité et ses effets augmenter encore
plus conservons notre homme qui me
paraît fondamental c'était l'idée d'art
de pays ou d'espèces locales
si les termes qui sont un peu
particulier mais en tout cas ça ça
signifie une chose ça signifie que voyez
ce chenil sommes poussés tout seul comme
la plupart des arbres que vous voyez sur
cette image comme la plupart des âges
des arbres que l'on boit d'un beau
paysage déjà ça veut dire que ce sont
des arbres qui ont réussi surtout quand
il vient d'être bien mieux ce sont des
arbres qui sont de fait comme je le
disais autonome durable
mais l'idée d'arbres deux pays dans la
plupart des cas en tout cas ça ne se
développe pas la question de de
l'endémie ce n'est pas une question
d'argent de pays c'est pas très rarement
l'idée d'appartenir à un espace un pays
mais c'est au contraire l'idée d'avoir
suivi
certes vocalement mais une évolution
dans le cas où deux pays c'est celui qui
dans le temps à picot évolué même si
justement
du point de vue génétique le brassage
des beaucoup plus larges colonnes mais
c'est la retient cc puis notion de
dévolution de temps une évolution des
espaces et d'appartenance mais on est
condamnés utiliser des arbres
pays on s'installe à rejeter en seniors
les armes qui sont capables d'être au
tournoi et nous duré longtemps dans le
paysage
et puis l'idée de la présence de l'art
du paysage c'est l'idée de la dispersion
ce serait très compliqué d'avoir une
planète où un territoire où d'un côté il
ya des arbres ou perforé et de l'autre
bien ça serait même suicidaire donc
l'idée c'est de pouvoir avoir une une
réunissent père sion c3 c3 aspect là
dans l'espace dont évidemment
spécialement quand on est un peu toutes
les formes un peu puisque distribuer ce
qu'il faut pas oublier c'est que pour
avoir ce résultat là dans l'espace il
faut qu'ils ont renouvellement de
continuer que ce renouvellement il se
fasse ça me passe un passage à vide par
dont on ne veut pas comme n'importe
quelle population
on est obligé d'avoir des recettes de
pyramide des âges permanente et puis
quelque chose qui est plus important
qu'il apparaît notamment sous nos
latitudes essayer de maintenir
artificiellement parfois la diversité
c'est une notion qui est importante et
c'est tout l'objet de la bricole et de
la foresterie
c'est de dire que bon c'est vrai un
chêne c'est chouette mais il ya plein
d'autres choses et puis on a besoin de
toutes les utilités
tous les arbres capable de pousser ici
tous les arbres pour cible en deux pays
dans on va les ferveurs ce qui explique
qu'on a beaucoup aidé à remonter les
hameaux d'ailleurs sous nos latitudes
alors on parlera
sous trois aspects différents dans le
paysage l'arbre notamment l'abandon pour
rester et où les armes c'est à dire on
va le retrouver sur la forme de points
de bouquets d'arbres isolés de ligne et
alignement et ses puits de surface on là
je rajouterais en main soit un volume
aussi parce que pour le coup dans le
paysage on rajoute la hauteur je le
rappelle alors on va pas trop trop
regarder mais c'est pour dire et puis
vous pourriez consulte éventuellement
cette idée de qu'elles sont un peu les
typologies qu'on me retrouver dans ces
différentes façons de des trames vertes
arboré litres en toute façon dont elles
sont dans le paysage
et puis les effets que jouent ces sept
rames à redorer dans le paysage déjà en
termes de production parle de protection
notamment thématique elle est prise au
vent j'ai déjà évoqué mais c'est aussi
les des besoins colonna non je parle
pour la question de la culture de la
pression de la régulation j'aurais pu
mettre biologique et puis mécanique
aussi un coup devant le congo le coup de
neige et puis 3 effet lorsqu'on est un
paysage comme celui ci mais le fait
d'avoir cette forme de bocage entre
guillemets même si ça on parle pas que
devait de résille et dorée ça va jouer
un rôle qu'on pourrait résumer en trois
coups il est de couper de fragmenter le
paysage voyez on est un peu dans cette
idée de curiosité dans des effets de
barrières l'idée de servir de corredores
on le voit si on le suit ne et si on
suit les lisières si je suis une surface
ça permet de de problèmes couloir encore
ils ont elles aussi reculé
et puis cette idée de deux à la fois
séparé est à la fois réunir deux espaces
différents
l'idée de la couture le troisième coup
et de phénomènes l'effet de lisière des
idées de déco tom que que j'évoquais
tout à l'heure pour les un peu vite
et puis c'est pour rappeler aussi que
nos histoires d'arbres ses savoir faire
mais c'est aussi de la technologie c'est
aussi quelque chose qui est devenu un
peu plus facile
c'est plein de possibilités et
effectivement dans le paysage aidant
notamment dans histoires d'arbres
il y a tout un voire invisible et toute
une connaissance qui est considérable
sur la manière dont on s'est associé
dans des civilisations anciennes
traditionnelles et aujourd'hui encore
avec l'arbre pour produire encore de
meilleurs paysage
et je rappelle l'avoir peut-être un
gratuit et ottomane donc en mode
économie j'y reviens la question de
l'investissement ça pour ça peut être
pas très cher si on sait piloter si l'on
s'est régénéré et autonome lui faut pas
s'amuser à l'intro trop brusque et trop
et que si on utilise les arbres si on le
cultive part évidemment le coup il est
il démonte haïder normalement compensée
par l'utilisation que l'on fait perdre
et voilà la vie existe sur terre depuis
plusieurs milliards d'années
donc la preuve de l'autonomie et de de
la fécondité du système n'est peut-être
plus plus à faire aujourd'hui même si
certains en doutent encore
et voilà puis que tout soit donnée vers
la gratuité 1
finalement quel quelques graines et
quelques graines et et puis voilà une
armée et une palombe un peu gourmand qui
s'est gorgé de gland kitty van les plus
pauvres à un coup d'aile et puis pour ça
et c'est c'est semer un voilà donc
finalement souvent sais c'est pas un
investissement démesuré qu'on est bien
aidé par par la nature justement pour
avancer dans cette voie là
et cette capacité de nature il faut
comme utiliser si on veut effectivement
un chien au paysage
alors là aussi il faut être modéré il
faut pas dire que de là on va tout
régler tout à mener mais en tout cas ce
qui est sûr c'est qu'on ne peut pas s'en
passer et que c'est un des outils
fondamentaux et là je vois pas qui
pointent contredire star ensuite il faut
être plutôt pas expert mais plutôt malin
plutôt paysans c'est à dire plutôt être
locale et ou avoir une approche locale
pour bien doser la présence d'armes et
c'est ça va être l'objet de ce combat
évoqué tout de suite c'est à dire la
question de la foresterie parce que la
fois historique ça ne conduit pas
uniquement associé dans l'agriculture
dans l'économie et dans l'espace à
l'école de la patience à ses partenaires
offrent l'image que je vous montre
après tout il ya désormais un tracteur
mais ça va pas beaucoup plaint que ça et
c'est beaucoup plus compliqué donc je le
disais l'idée de connaître l'épaisseur
aux vivants paysage et l'écosystème tout
ce que je parlais l'idée du du volume
agricole qui va plus loin et qu'on
commente cette notion de surface à plat
de la production agricole et cette idée
d'empilement et pour le coup cette image
j'espère qu'elle illustre en tout cas on
a déjà vu c'est cette idée de de pouvoir
superposés empilés étage est à la fois
les produits et à la fois les ressources
ce n'est pas comment se passe mais c'est
sûr que lorsqu'on observe ses vaches
mangent et d'un dans cette langue
ben va manger à tous les étages donc
c'est un empilement et des
diversifications
parce que ça amène à la la verticalité
et se poser la question de
l'acceptabilité de l'arbre dans un un
gros système de données ou une parcelle
données c'est à dire est ce que est ce
que il est possible que dans ce milieu
là dans cette parcelle le partage puis
se fait pas ce qu'il faut pas oublier
que là bas comme il est là les effets
augmenté il a des capacités augmentées à
s'accaparer les ressources et c'est sûr
que s'il aime bien partager si les
ressources viennent à manquer ça dans la
plupart des cas le dernier à vivre parce
que c'est lui qui a le plus de 2 de
capacité pour pour survivre l'arbre
dominé par sa d'être dominateur mais il
a il a cette capacité il a gagné la
course la lumière la garde et là il a
gagné la course à l'ours l'espace
voilà donc c'est pas il faut pas lui
prêter de mauvaises mais c'est sûr que
quelquefois on dit oui moi je veux sur
l'agroforesterie je vais mettre des
ardents à part c'est bien sûr parce que
là et que si on met deux là ça sera très
bien parce que ça permettra peut-être de
réactiver et de redonner du moteur et du
souffle comme je le disais dans le
milieu mais n'est pas forcément possible
de partager avec de la culture
beaucoup plus possible avec les animaux
si c'est bien piloté aussi n c'est
d'ailleurs ce qu'on voit c'est de
capacité à partager dans les milieux les
plus depuis compliqué on a vu certaines
parts que agroforestier l'adessa le
sylvo pastorales et nous donner des
garrigues etc
c'est parce que mais là pour le coup le
partage il est un peu plus facile
ça fait partie des grandes grands
fondamentaux de l'écologie que plus la
situation est difficile plus on a besoin
d'animaux pour arriver à gré à gré des
milieux et même dans les milieux où il
n'ya pas du mas sont les animaux
certains champignons certaine mesure
mais d'abord les animaux qui sont le
plus efficaces et les plus n'est plus
adapté à reconstituer des milieux
important qu'ils jouent dans les milieux
pourtant très riche comme la forêt la
forêt équatoriale et et la forêt les
forêts pluviales mais aussi dans ces
milieux très difficile les zones arides
qu'on a un peu chamboulé
mes interventions et il se mit à rider
voire même très aride d'animal
contribuent ou c'est l'animal le seul
qui peut valoriser les milieux il ya
deux choses sauf quand l'arbre est là
pour répondre justement l'assisté et
venir une complémentarité avec lui donc
les ressources qu'il faut avoir pour
l'arbre c'est de l'eau et puis de la
chaleur et de l'insolation messi lui
prend ça au détriment des autres
cultures
il faut le piloter donc je disais
partage oui et quand c'est possible et
ça donne de très très bonne synergie et
dosage c'est à dire souvent demande mais
comme je peux mettre d'arbres dans ma
parcelle
on va voir
ce qu'on peut imaginer et puis ça va
être évolutif parce que peut-être qu'on
ne te complais un peu peut-être comment
ajouter votre mandat levée et puis
connaître qu'il va falloir évoluer parce
que le paysage change et cette idée de
dynamique et de dosage voilà et de
prudence
mais avec le nord on risque parce que le
temps que let's pousse et qu'on le mette
en place le moi je vois très bien dans
mon environnement proche je veux dire il
ya plein de petits chênes qui pourrait
faire cinq ou six mètres de haut
si à ce moment là on voit qui nous
embête c'est quand même pas compliqué de
les enlever ils vont pas nous manger et
on a toujours peur de lasser particulier
alors que l'on peut tenter et puis
ensuite ne pas se faire dépasser certes
mais là on n'est pas méchants 20 n'a pas
l'air ni la capacité ni sans doute la
conscience voilà et puis la présence
d'havas dans permettre toutes les
régulations dont tu parlais tout à
l'heure sur la plupart des ressources
nécessaires à la production
donc l'avant foresterie ce que
j'appellerais plus largement la loire
pour moi puisque chez nous peu de
l'espace forestier et même de forêts
claires se prête à la voix faut
restaurer nos latitudes ben voilà c'est
l'idée de d'essayer de faire plusieurs
choses à la fois d'intensifier avec le
bon sens paysan en fonction des
ressources
ce qui est maintenant la et du potentiel
c'est-à-dire de l'optimum qu'on peut
espérer ou de ce qu'on peut développer
grâce au végétal la capacité de la
gradation du groupe seule plante et
grâce à ce grand berger talk et l'arbre
et puis de l'adapter aussi en fonction
de la variabilité
des contextes et des pratiques c'est à
dire que dans l'espace ont peu de choses
à la fois mais parfois aussi on peut
comme on le voit on a évoqué la question
des forêts story temporaire ou en
séquentiel et c'est à dire que ben on va
pouvoir utiliser les arbres dessous des
âmes maintenant à tel moment où il peut
structurer après c'est le principe de la
partie c'est le principe du site au
pastoralisme du pâturage intrigué mais
tourne à la possibilité de pouvoir
piloter les choses n'ont pas de manière
figé mais justement de manière dynamique
et puis l'idée de mettre de l'arbre ça
veut dire voilà alors plusieurs cultures
dans un même espace ça veut dire de
pouvoir faire utiliser cet espace là en
utilisant l'arbre comme deux pommes de
fertilité ça veut dire faire une des
deux à la fois parfois aussi mais
globalement la re fois et c'est l'idée
de maximiser la production devient donc
voir on à produire de la vie qu'au
strict on va produire de la ses dérives
et ses produits n'oublions pas que c'est
toujours plusieurs productions à la fois
on va pouvoir produire aussi de la
ressource à l'école puisque puisque cet
humus puisque c'est c'est tout ce que
peut amener l'arbre nous observerons
notre lors de notre prochaine rencontre
les auxiliaires etc tous les arbres tout
ce que les arbres met au service de
l'agriculture mais c'est des ressources
in situ mais qui sont là et puis aussi
d'autres ressources qui vont de
l'agriculture pour l'ensemble de la
collectivité
et puis surtout surtout pas le bon sens
paysan c'est à dire l'idée du tous
laboureur de jean de la fontaine c'est à
dire que ben oui on utilise ont fait
tourner la machine et on prélève mais on
capitalise et normalement on donne à nos
enfants une parcelle un champ beaucoup
plus riche et d'une forêt beaucoup plus
riches aussi que celle que l'on a trouvé
et au lancement seulement tiré profit
mais on a cultivé élevé
voilà donc l'idée du haut forez story
c'est ça c'est ses combinés tout combiné
c'est piloter toutes ces choses là du
temps de l'espace d'une espèce les
formes les différents produits qu'on
peut en tirer faire des choix
bien sûr différentes pratiques
différentes façon d'installer l'arbre il
ya plein de possibilités on ne peut pas
obliger que de laisser pousser que de
penser que deux semaines tout un tas de
possibilités et la manière aussi de
d'envisager l'origine des du matériel
végétal andrieu mais que l'on utilisait
de sa génétique donc ça sera l'objet de
voir comment on peut piloter tout ça au
service agriculture et comment le mettre
au service des cultures des élevages de
la viticulture et c'est oui pour pas
faire peur à tout le monde que c'est
vrai ce pilotage ça peut paraître
complexe
il ya tellement de nouvelles choses à
prendre en compte mais rappelons nous
simplement ce que nous avions appris à
conduire au début quand on apprend une
voiture ya beaucoup de choses à voir
quand on veut tourner à droite on peut
lire dans le rétroviseur on met le
clignotant ont tout et après on trouve
débrayent on tourne on freine va donc
passer plein de choses en même temps et
quand on apprenait ça nous paraissait
très compliqué mais une fois qu'on sait
contre ça devient naturel spontané et
aujourd'hui en fait toutes ces grandes 7
agro écologiques ou en fin de rencontre
l'espace le temps les espèces et fort
les produits les pratiques et un système
au début ça va faire beaucoup de choses
à mettre dans sa tête mais quand on aura
appris à les rentrer peut-être des unes
après les autres
notre dette eh bien on arrivera à le
faire aussi facilement qu'on concoursde
réfléchit plus quand on conduit sa
voiture au bout d'un moment
finalement l'agriculture elle sera très
facile à faire simplement voudra des
choses dans la tête et on arrivera à le
piloter tout à fait naturellement de
douala et et puis ce sera d'autant plus
facilement à faire à piloter que les
neuro neurophysiologie
nous enseigne que dans notre dans nos
réflexes dans notre cerveau on est issu
d'une forêt un homo sapiens et est né
dans une forêt et on en a on nous tous
les éléments instinctif qui nous
permettent de bien appréhender ce que
c'est que de vivre avec un arbre de
vivre avec unique de vivre avec une
forêt que de vivre avec des plantes
on a ça en nous mais c'est juste se ré
apprendre et donc bas nos enfants chaque
fois qu on prend un enfant pour lui
faire planter un arbre et ben en fait
c'est lui permettent de renouer en même
temps avec ce qu'on a tous en nous un
7/7 termeer qui nous a fait naître dans
une forêt et dans dans laquelle on on
sait bien ce disque déplacé se
développer on sait bien se comporter
c'est juste à réapprendre et cette
potentialité comme on l'a on ou un c
comment une grande source de bonheur et
d'espoir pour le futur on nous promet
est à venir mais ce que tu nous dit
enquêter relais c'est que c'est que
l'apport de l'arbre c'est presque un
reniement de nos origines et ses dettes
il dit
c'est le frère avec qui va dire je pense
que là la bible un dans sa façon de
séparer le paradis de de la nature
sauvage a commis une espèce de deux
parce que d'erreurs ne nous donnera
représentation des choses puisqu'il
s'agit de représenter l'image de à 10
mai mais que ce jardin n'a pu être que
parce qu'il était dans toute la nature
et qu'il est forcément reliés à à tous
et aujourd'hui c'est de retrouver cette
notion de gardiens david e gardien d'un
de de la terre et de de faire avec et on
a ça en nous on a ça en nous et donc ce
sera d'autant plus facile à mettre en
place que qu'on a un atavisme qui va
nous orienter vers les uns les autres je
me tiens pas mal de questions qui
arrivent et notamment autour des
d europe il ya plein de remarques qui
sont faites sous les associations devine
d'arbres fruitiers de maraîchage un bon
gars y'a pleins d'expérience donc là on
va pas rentrer dans le détail mais quand
même en ciel que arbres mal aimés et
j'aimerais avoir un petit peu ton avis
là-dessus bruno l'eucalyptus les
conifères un point ça va être
malheureusement très simple je vais
m'abriter derrière une réponse de gascon
c'est à dire qu' il n'y a pas de
mauvaises il ya juste mauvaise
adaptation si de mauvaises installations
en arbre dans son milieu il a tout à
fait une raison d'être
quand on dira qu'elle ait pu 130 bout on
parle surtout de deux ou trois espèces
mais les calyptus fort heureusement
qu'ils sont là notamment dans beaucoup
de pays du monde parce que cette famille
grande famille d'art c'est parfois la
seule russie dans mon cou devenu lors
les les conifères sont très bien dans
leur vie dans leur milieu et ils sont
même et puissants ils font partie de
notre diversité à l'échelle planétaire
mais même échelle au milieu d'un nombre
dans nos pays puis même dans nos plaines
d'ailleurs il ya quelques conifères qui
sont là très bien il participe à
diversifier c'est toujours une question
de mesure de dosage et puis de
s'inscrire en sont mais derrière
est-ce que j'ai besoin de ça et est ce
que si je n'ai besoin ce qu'il faut
absolument que massivement je veux pas
du tout tourné est ce que je devais
faire de la monoculture de cette espèce
alors évidemment quand on met un champ
de calyptus de courtaulds rotation
surtout quand on veut produire des
biocarburants et qu'on sait pas trop ce
qui va se passer on va faire tourner la
pompe à fond et là par contre c'est aux
pompes puissantes de l'arbre peuvent
être physiquement épuisés mais c'est
compliqué mais il faut pas être
dogmatique envoyé par exemple sur les
idées de l'espèce deux pays ce que je
disais c'est que l'espèce de pays c'est
pas c'est le ténor patrice que celles
qui peuvent pousser l'homme et y recense
thiam s'il n'y a pas une espèce qui est
peu mais qui ont peut-être pas vous à
notre ici elles peuvent être ici aussi
uniquement pour des raisons esthétiques
pour des raisons culturelles
tout est possible mais question de
dosage et surtout qu'est ce qu'on met
derrière
l'idée vous soigner tout à l'heure je
parlais de l'idée de nécessité les
matches ça sert à quoi
voyez dans nos métiers les métiers la
nature quand on intervient quand on
perturbe le milieu et l'espace on se
pose la question mais si je fais ça
c'est pourquoi ça ça va est ce qu'il ne
bouge même si j'en ai besoin je me pose
pas de questions parce que j'ai pas le
choix parce que parce que oui il faut il
faut éventuellement passer passer outre
mon pouvoir cultiver et vivre c'est un
meilleur c'est le singe moi ça sert et
dans lequel dans quelle optique je le
fais quoi mais voilà j'ai dit que j'ai
coutume de dire qu'il faut pas être
intégré ces puits fermé les visiter à
faire les essais d'ailleurs sur les
armes est toujours pareille mesure
garder
merci d'avoir d'avoir d'avoir parlé de
cette idée c'est une cette image elle
est de faire peur mais ce qui pollue
tout l'objet est d'ailleurs le
changerait le titre parce que l'idée
c'était de montrer aux contres cette
grande liberté du champ des possibles et
des possibilités que ce soit en termes
d'espèces de forme de produits de
génétique de l'installation
la grande liberté et les grands de
combinaisons possibles pour aménager
n'ont pas tellement de paramètres et
qu'en même temps merci d'avoir dit que
de toute manière ça se fait de manière
naturelle aussi et voilà
et puis nous pas oublier que
l'aménagement et ça je n'ai pas trop ça
vient me parler dans l'idée du snu du
bon sens paysan c'est une interaction ça
fais tout ton côté humain du sensible de
l'intuitif du ressenti de l'inconscient
je dirais ma mémoire n'est aussi
inconscients qui qui qui permet que
lorsqu'on pratique lorsqu'on éprouve
lorsqu'on fréquente le milieu mais
d'agir et de se mettre un peu en
résonance et des trompes l'adéquation et
puis de toute manière quand on a du
temps quand on a patiné dans le
territoire on sait pas ce qu'il faut on
le ressent on le conscientisent aussi on
en a l'expérience
le technicien fait il faut et puis c'est
dans le temps c'est dans le temps bol
c'est sûr que là je vais je vais semer
des radis j'espère pas me louper
et après s'il commence à décoller les
arts autour de chez moi c'est pas
chez je suis prudent puis on y va quoi
parce que ce que je vois de bien
agréables c'est que parmi les parmi nos
auditeurs voix les messages des drogués
de la vie voilà nos deux personnes qui
se disent être des drones et de la vie
je pense que c'est quelque chose que
nous que nous partagerons à que cette
vie nous l'aimons nous l'aimons et nous
en vouloir encore plus + de vie en
abondance grande joie et c'est possible
nous dit j'ai bien fait de commencer par
l'idée de nature de n'être naître de
foisonner visons bientôt terminée mais
c'était quand même pour pour introduire
la suite et surtout pour pour dire
comment comment avoir un paysage un agro
paysages vivants
comment il faut procéder mais c'est
l'idée évidemment de s'inspirer à petite
échelle du modèle de la plante
notre économie le l'idée du modèle de
l'arbre c'est à dire cette croissance
qui continue qui l'a pas passer les âges
qui va tout autre et j'allais dire
infinie si les avants se relaie ainsi
les problèmes alors c'est inspiré j'ai
même pas du modèle forestier mais du
processus forestier de voir ce qui se
passe dans la forêt mais pas que devront
aussi ce qui se passe à la période on a
besoin aussi d'un mot art et culture
selon les milieux en général partout de
voir comment le milieu fermé et milieu
ouvert millions de volumes millions
surface
comment tirer de ces deux
fonctionnements la prairie la forêt qui
sont deux extrêmes puisque il ya tout un
tas de choses entre comment on peut
s'inspirer en fonctionnement de nos
conditions naturelles pour faire de
l'art au système et on va pas lire ce
qui est ce qu il a même si ça ne pose
pas de problème mais voilà les maîtres
au mourre ses diversités mixité
complexité mais pas trop et de la
complexité qu'on mélange de tous les
cons diversifie tout compte est bien
mais c'est quand même des mots avoir en
tête et une
et de faire simple c'est c'est compliqué
de faire un complexe
sap est trop simple je vous laisse
réfléchir et philosophique c'est quand
même ça c'est à dire que cette maxime à
l'achat ducks à dire une grenade mais
c'est plutôt à l'achat d'or mais on va
retrouver on va retrouver comme ça il y
aurait peut-être un peu de temps pour
les interactions justement parce que
j'étais un peu bavard mais on va
retrouver des images que l'on connaît
sur le choix entre deux extrêmes le
cache du choix ce n'est pas le bon bout
se positionner entre ces deux pôles
surtout pas être manichéen ne surtout
pas dire je veux où ça en ce moment
c'est entre les deux entre ce que
j'appelle une agriculture du vivant à
gauche et une agriculture du désert à
droite je sais que c'est un peu extrême
comment maintenant on est là mais entre
il ya plein de choses qui existent et
plein de possibilités d'adaptation
possible progressive d'un la manière
dont on peut conduire b sur une chanson
exploitation son terroir
et puis une illustration un petit petit
petit message mais pour vous rappeler
que effectivement le choix il se fait
avec la verdure le verre et les vertus
du r c'est aussi un jeu le mot que je
joue le jeu des sous mais parce que mais
parce que finalement le vert après
maintes réflexions ça ne mène que que
des bonnes choses dans le paysage et
pour terminer un petit peu de poésie
le petit prince et qui lui n a pas la
chance d'avoir beaucoup de diversité
y'a même pas d'armes c'est pour dire sa
pauvre fleurs s'arrose pas du tout envie
de la perdre et il
il est vraiment vraiment coincé parce
que parce que faire et quoi faire il a
bien dire eh bien on oublie de vivre sur
une autre planète a dit il avoir l'oeil
écrit disney montgascon je m'excuse ce
n'était pas volontaire mais c'est vrai
que cette image les prises à un
dessinateur d'origine britannique qui
vient grèce connaît qui jette sur nous
regarde ses truculents et voilà ce qu'il
a fait c'est vrai qu'il a bien raison
parce que notamment dans certaines de
nos compris
condamnable on a cette chance d'avoir de
l'agriculture on a cette chance d'avoir
du verre qui foisonnent et on s'est
peut-être pas le voir et c'est vrai que
quand même se poser la question de ce
don au niveau de ce que l'on évoqué tout
à l'heure est ce que notre planète
elle est obligatoire montrent que bleu
est ce qu'il ne peut pas être un peu
verte aussi est ce que pourrait être le
et verte plus verte en tout cas ça c'est
sûr et l'autre question qui se pose
c'est est-ce que certains définis en
termes de matières mais si on active
cette capacité infinie a renouvelé à
rajeunir à rafraîchir grâce aux verts et
au végétal notre monde il est
effectivement une finir le repas end et
finalement extensible mais mes dents
dans son évolution et dans la capacité
aussi à mieux accueillir tous les êtres
qui s'y développent
y compris les humains il ya sans doute
eu la possibilité de faire quelque chose
et puis pour y revenir c'est s'envoyer
quand on enlève le e le des égarements
des emmerdements des erreurs la planète
mais ça fait plein alors c'est peut-être
de linguistique de comptoir mais ça fait
quand même réfléchir
voilà voilà voilà ce que je voulais
soumettre avant de penser à des choses
un peu plus pratique mais qui resteront
de lors de l'évocation puisqu'il ya
d'autres personnes qui sont plus
indiqués pour rentrer ça a déjà été le
cas dans les différentes façon
d'associer la à nos espaces de
production agricole sa pourrait être le
moment de présenter le programme la dea
des journées des journées à venir vers
de terre production on remercie
d'ailleurs dylan qui a la technique et
qui permet le passage de désinformation
donc mardi à 10 heures c'est ma vie
prochain donc à 10h l'importance d'avoir
l'ensemble du réseau trophique dans le
sol 1 on va accueillir marie thérèse
gaessler un qui vient nous à 10 heures
donc mardi au nou camp
un sujet très passionnant 1 la vie ce
sont des réseaux à tulle
parler bruno ça commence par de la mort
donc ça commence par des choses qui se
mange et des choses qui évoluent voilà
et donc l'importance d'avoir l'ensemble
du réseau trophique dans le sol mais de
cette diversité là ne ça promet d'être
très intéressant mardi 14 ans toujours
mardi donc l'après midi par contre à 14h
on retrouve marc angelo ce donc qui va
nous parler de mycorhizes et de microbes
ces précieuses alliées du sol un
marc-andré nous a parlé de
l'intelligence des plantes
cette semaine et la semaine prochaine
donc on va le retrouver sur un terrain
qui est celui de prédilection pour lui
puisque c'est un des grands spécialistes
des champignons mycorhiziens du sol à ne
rater sous aucun prétexte et bio si vous
le ratez pourrait le revoir aussi un
petit peu après y'a jeudi 9 the bee neuf
donc là alors oui jochen au 6 novembre
une rencontre fort attendu puisque mark
henry alors m'a caressé le grand
spécialiste de l'eau de l'eau des
messages de l'eau de ce que porte l'eau
l'eau c'est la vie
donc ne barrent une connaissance une
bonne information de de ce précieux
fluide et quelque chose d'indispensable
et donc avec françois mulet un françois
mulet qui est aussi un maraîcher et donc
qu'ils pratiquent de plus en plus cette
connaissance de connaissances subtil
autour de l'eau 1
donc pour une conférence donc jeudi à 9h
de la cellule à la planète en passant
par le ver de terre un très beau voyage
en perspective un très beau voyage et on
en a besoin en ces temps de confinement
donc jeudi à 9 heures et vendredi bien
vendredi prochain bruno va se retrouver
un à 10h01 et donc dû
notre passage à l'arbre un aménagement
et production donc là on peut présenter
mais on voit petit peut-être un petit
peu plus concrètement comment comment
s'y prendre maintenant pour de bon un
jeu finalement c'est bien d'avoir des
idées d'avoir des belles maxime de
comptoir disais tout à l'heure mais ça
qui fait ta qualité bruno sais que tu as
les idées mais tu les mets en oeuvre et
donc turin nous témoigner de la façon
dont tu fais ça de façon admirable et
donc on attend ça avec impatience donc
vendredi prochain a lancé à 10h22 matin
bien qu'en disait ok voilà la vbl un
petit message que tu aimerais passer aux
gens avant d'arrêter
ce message d'espoir qui qui est la même
le petit prince il est plein d'espoir et
plein d'amour c'est dire que
effectivement la nature c'est une c'est
une promesse d'avenir c'est bien
qu'aujourd'hui beaucoup de choses sont
en suspens et en question mais c'est
naturel et nous montre cet exemple c'est
s'était lancé t-elle en de vie et il
faut savoir surfer dessus c'est tout
notre boulot du même finalement mais
peut-être comment notre une
responsabilité que parler de de la bible
ou tout à l'heure et être que notre pape
actuel a revu le tir est un peu un peu
adouci le message mais c'est vrai qu'on
a une responsabilité en partie
aujourd'hui avec les moyens que nous
avons sur la nature sur le sauvage sur
des êtres et l'environnement que nous
partageons et mais plein de choses sont
possibles mais c'est justement
maintenant
sans être catastrophistes il faut y
aller mais ça fait ce qui est bizarre
c'est que ça fait 50 ans qu'on dit qu'il
fallait depuis que je suis tout petit
peut-être qu'on va y aller mais mais
tout est possible et je vois beaucoup
beaucoup de jeunes en au contact de
jeunes gens nos jeunes filles qui sont
qui sont très enthousiastes qui ont
cette tendance est cette fois je dirais
qu'ils font bien de croire que tout est
possible
hors de question de ne pas continuer à
se relever les manches et à profiter de
toutes ces choses et toutes ces beautés
parce que le maître mot dans tout ça
c'est calme en beauté
thiam parlé lors de nos dernières
entrevues et voilà donc un message
message de beauté la vie est belle merci
beaucoup nos baskets beaucoup beaucoup
d'espoir d'autres ça que finalement le
monde le monde de demain
le monde de demain ben on est un peu
confiné donc on le rêve mais je pense
qu'il faut que chacun dans sa tête on
réfléchisse un petit peu à 20 dès que le
confinement est finie qu'est ce que je
vais faire comment je vais incarner
comment je vais
disait quelque chose ou presque je vais
planter des arbres avec qui avec l
association ou est-ce que je peux le
faire seul comment es tu toi si même nos
structures avec le pape est capable
d'évoluer sur une question aussi
fondamentale que ce à dire que tout le
monde va être capable de le faire
toi tu vois c'est ça qui est beau tout
c'est le siècle était donnée tout est
fragile
1 et cette fragilité donc c'est à nous
aussi peut-être d'en prendre un petit
peu plus loin d'être conscient et cette
nature est là pour nous aider pour nous
permettre d'avancer sur ce beau chemin
de la vie et finalement si on veut que
ce chemin de la vie deviennent de plus
en plus beau ce sera avec la nature
qu'on le fera ça pour moi c'est une
certitude aujourd'hui mais c'est vrai
que cette période nous nous nous adorent
ça l'idée de de se poser la question est
ce que le fait elle le fait d'être au
monde ça veut dire ça veut dire qu'est
ce que je fais de mon cerveau qu'est ce
que je fais de mes muscles
qu'est ce que je vais faire parce que
parce qu'on a une entre guillemets
responsabilités par rapport à ça serait
bien mon commentaite et nos muscles
servent à faire quelques choix tu es
notre temps et donc le temps des muscles
à thala le temps être au monde
merci merci beaucoup bruno d'étourneaux
au plaisir de nous retrouver sur verre
de thé reproduction n'hésitez pas
anciens re visionner les autres vidéos
tout le temps de beaux échanges de vos
intervenants et de quoi passer
d'agréables moments pendant sept ans de
confinement 1 alain alain canet à la can
et alain canet n'ai pas d'à peut-être
mais n'oublions pas que c'est bientôt
l'heure de l'apéro est classé 1/6 à de
l'agroforesterie et l'agro écologie
c'est de passer de bons moments ensemble
allez au revoir à tous je vous aime
[Rires]

Partager sur :