Triple Performance

Rés0Pest Grignon : combiner un maximum de leviers pour un système de grande culture sans pesticides

De Wiki Triple Performance
Cet article est issu de la base GECO[CC BY-NC-SA 3.0]. Cliquez ici pour accéder à la page d’origine : Logo Geco
Res0Pest).  

Cet essai a été mené de 2012 à 2017 sur l'unité expérimentale INRA de Grignon (78) dans le cadre du projet "Rés0Pest". Les objectifs de ce projet sont de concevoir, expérimenter et évaluer les performances de systèmes de culture sans pesticides et d’analyser le fonctionnement de ces agroécosystèmes, notamment les régulations biologiques. Le niveau de rupture est très important par rapport aux pratiques agricoles conventionnelles et Rés0Pest se démarque de l’agriculture biologique par la possibilité d’utiliser des engrais de synthèse, ce qui donne, la possibilité de viser des niveaux de rendements plus élevés.

Leviers mobilisés

Principaux résultats et enseignements

Les impacts des maladies, malgré les combinaisons de pratiques mises en œuvre, restent élevées notamment en cas de fortes pressions. De fortes attaques de ravageurs, tels les pucerons, ont pu occasionner de sévères pertes de rendement sur la féverole de printemps. Les risques « pucerons d’automne » sur blé et triticale sont minimisés par les dates de semis tardives et ceux liés aux limaces réduits par les passages réguliers d’outils à dents. Les adventices sont bien maitrisées tout au long de la rotation, excepté dans les espèces de printemps. Les objectifs de production sont majoritairement atteints, exceptés en années de fortes pressions de maladies. Cependant, les rendements de la féverole de printemps sont régulièrement faibles (i.e. effets d’une multiplicité de bioagresseurs, différents selon les années).

Les résultats obtenus depuis le début de l’expérimentation sont très satisfaisants avec une bonne maîtrise des bioagresseurs en année normale et de bons résultats économiques.  

-> PLUS D'INFO DANS LA FICHE SYSTÈME DE CULTURE EXPE

Annexes

Autres leviers utilisés dans ce système

Bioagresseurs concernés par ce retour d'expérience

Cultures évoquées