Stéphane LE FOLL - L'Avenir de l'Agroécologie

De Triple Performance
Aller à :navigation, rechercher
Vidéo - Ver de Terre production (31 août 2018) - Stéphane Le Foll - Durée : 84 minutes

Thumbnail youtube 48d383j7nAE.jpg

Entretien avec Stéphane LE FOLL- L'Avenir de l'Agroécologie


1:39 - Lien personnel avec l’agriculture

5:23 - Découverte du semis-direct

6:01 - Gestation de la démarche agroécologique

9:41 - Arrivée au pouvoir de François Hollande

12:26 - Lancement de l’agroécologie

18:35 - Lancement de EcoPhyto II

19:43 - La fable du chêne

22:35 - Accueil du gouvernement au projet agroécologique

24:40 - Mobilisation de l’administration à l’agroécologie

28:52 - Ministre des crises

33:30 - HVE 3.0 et valeur ajoutée

37:12 - Si c’était à refaire ? Le financement du développement agricole

45:57 - Un mandat réussit

48:56 - Les précédents ministres de l’agriculture

49:42 - Sortir de la contestation et de la sobriété heureuse

52:46 - Agriculture de prévention ou de réparation

55:09 - Société déconnectée du vivant, être singulier ou espèce ?

57:17 - Les autres pays européens et la smart agriculture

59:29 - Certificat d’économie des produits phytosanitaires

1:01:09 - Le 4 pour 1000

1:04:53 - Pourquoi pas de deuxième mandat ?

1:04:57 - Pourquoi l’agroécologie c’est pas la bio et Pierre Rabhi

1:06:45 - Konrad Schreiber, Pierre Chenu et le semi direct sous couvert

1:10:55 - Labellisation de l’agroécologie et Pour une Agriculture du Vivant

1:14:43 - La FAO et le club de l’agroécologie

1:16:06 - Living Soil Symposium 2017 de Montréal et Regenerative Agriculture

1:18:30 - Premier colloque international des vers de terre en Chine et la FAO


Cet été, Ver de Terre Production est venu à la rencontre de Stéphane LE FOLL, ancien ministre de l'agriculture, porteur du projet 4 pour 1000. Nous avons fait le point sur son parcours et sur l'avenir de l'agroécologie.


Chapitrage :



Transcriptions

bonjour à tous bienvenue pour ces grands

entretiens vers de terre production
aujourd'hui on reçoit stéphane le foll
qui nous fait l'amitié de nous accorder
une interview
donc aujourd'hui on a parlé du coût de
votre génèse en tant que ministre de la
culture comment vous êtes intéressé au
sujet à l'école puis après nos grands
sujets que vous avez traité pendant ces

Afficher la suite

cinq ans au gouvernement

et enfin bon les dernières question
c'est quelle est votre action
aujourd'hui au niveau de l'international
vous êtres de lumière du monde peut-être
comment vous allez faire rayonner la
baule écologie au vent et puis à la fao
et que c'était donc je vais essayer
françois peut-être démarrer l'interview
donc on a quelques quelques questions là
sur comment comment vous êtes arrivé à
l'agriculture françois bien merci
stéphane de non recevoir donc si je
regarde ta fiche wikipédia des petits
fils d'agriculteur titulaire d'un bts
tradi copains une transformation
distribution commercialisation des
produits agricoles d'une maîtrise et
d'un dea d'économie et un diplôme du
conservatoire des arts et métiers
ouais donc on voit que tu as quand même
quelques accointances quelques lien avec
l'agriculture mais ça suffit pas tout à
fait pour expliquer comment on finit
ministre de l'agriculture ce que tu peux
nous en raconter un peu plus tu donnes
un certain nombre d'éléments dans son
livre mais je crois qu'on t'a jamais
interrogé en vidéo là dessus parce que
tu ne peux nous raconter un peu plus sur
ce qui t'a amené petit à petit au
ministère de la culture
moi d'abord c'est à c'est une histoire
qui commence plus tôt encore que ce que
dit wikipedia parce que c'est l'histoire
d'un village de l'ouest de la sarthe
dans le canton de louer
moi je vis toute ma jeunesse
avec un père instituteur secrétaire de
mairie mais non dans un contexte dans un
milieu dans un écosystème qu'était
agricole bocage et d'ailleurs et la
première fois
ça va me secouer un peu c'est quand 79
il ya l'autoroute qui va passer dans le
village et on va avoir un roman moment
donc on a attendu assez tard ils seront
membres est arrivée et après 79 moi je
vais reprendre contact avec des copains
dans la commune pour essayer de recréer
de replanter des haies après de
remembrement par définition en reprenant
le suttner en refaisant le béaba de ski
et la haie brise-vent avec le cp les
bourrages lézard dauger sa perméabilité
à 50% fait que ça diminue
l'évapotranspiration des plantes je vous
fais pas de détails les techniciens
connaîtront se reconnaîtront et c'est
que ça que ça commence je suis élu
conseiller municipal donc ma première
élection en 1983 à 23 ans après 1979
voilà c'est comme ça que au fond c'était
sur la jument m'intéresse mais j'étais
un bib et comment elles buvard dans ce
domaine dans ce milieu depuis vivent
depuis j'étais gamin mon chemin les
cabanes dans les bois
et puis la bretagne aussi puisque moi
mes grands parents étaient agriculteurs
côté maternelle à saint trimoël pas loin
de bréhan petite ferme de 5 ha qu'apache
une prairie un kilomètre et demi des
chemins traversés là aussi un bocage qui
va être complètement bouleversé avec
l'arrivée de la mutation des années 70
en bretagne la production hors sol qu'on
va appeler porcine laitière un
bouleversement colossal lives aider
aussi pour tout le monde là d'imiter
viagère de départ de mon père va
solliciter pendant grand père c'est la
première fois que
mon grand père ma grand mère vont se
retrouver la retraite avec un peu plus
d'argent que ce qu'ils ont jamais eu
pendant toute leur vie d'agriculteur
modeste sur 5 hectares et du côté de mon
père alors dans les monts d'arrée
par contre mon grand-père était devenu
militaire parce que c'était une famille
de cinq sets dont 6,6 garçon et que
l'aîné reprenez la ferme mais que les
autres partaient à faire autre chose
voilà on cette histoire moi je la
connais par coeur
cette mutation de l'agriculture gelé non
seulement vu mais j'ai aussi vécu
donc j'ai j'ai ensuite fait un bts
agricole possible à un moment je me suis
dit je veux m'installer
après je suis reparti après l'armée jure
fait des études
et puis le fait de devenir ministre là
c'est vraiment lié à autre chose c'est
la politique c'est le fait que j'ai été
directeur de cabinet de françois
hollande et que le domaine agricole
quand je suis devenu député européen
m'intéressait donc je venu je suis allé
à la commission agricole du parlement
j'en suis devenu vice président de cette
commission
et c'est là que j'ai commencé à
m'intéresser d'ailleurs à la lutte
contre le réchauffement climatique et
l'agriculture et j'avais fait un rapport
en 2005 je crois sur lutte contre le
réchauffement climatique et à la culture
par un problème mais c'est une solution
est dans ce rapport en plus revu avant
que je sois ministre comme ça un peu par
hasard me suis aperçu que ce qu'il y
avait dedans bien c'est ce que je vais
faire ensuite en tant que ministre en
2005 tu avais déjà commencé avec les
chiffres incluent et 2004 dès 2004
j'avais rencontré d'ailleurs à
l'occasion d'un article que j'avais vu
dans ouest france
pierre chevron et cora treiber du côté
de la bretagne des côtes d'armor
parce que ça m'avait frappé un espèce
d'articles qui avait été écrit que
j'avais vu comme ça qui disait que en
gros moins 50% de temps de tracteurs
donc l'économie d'énergie économie de
phyto une production de près équivalente
donc j'avais plus de téléphone puis
j'avais été remportées haut là c'était
le sujet ne c'était ma question suivant
l'impôt au ministre de l'agriculture a
ministre de l'agriculure j comme ça en
cinq minutes nord donc qu'est ce que tu
peux nous en dire plus sur la citation
de cette démarche qui t'as inspiré
événement particulier je sais pas la pac
peut-être un mot sur pisani
les gens qui t'ont inspiré quoi ce qui
m'a inspiré c'est que quand je suis
retourné au parlement européen j'avais
laissé l'agriculture puisque dans les
années 80 je m'étais beaucoup intéressé
et puis après la politique avait
rattrapé beaucoup de choses le débat
européen d'ailleurs en 2005 sur le oui
le non au traité constitutionnel va tout
ça ça va être l'un des moments
extrêmement il seulement l'intense en
termes politiques et où j'avais moins de
temps consacré à la culture mais je
continue quand même à regarder ça qu'est
ce qui fait que je cherche quelque chose
c'est que quand je reviens au parlement
européen après avoir laissé mairie
culture bon à peu près 7 8 ans je
m'aperçois que c'est toujours les mêmes
débats c'est le nombre d'agriculteurs
les petites exploitations contre les
grandes l'extensif à la moment comme
solution d'un nouveau modèle mais rien
rien avait vraiment bougé en termes
conceptuel s'utilise c'est pas alors
choisir son camp ils étaient choisis moi
j'étais plutôt pour une agriculture qui
reste à taille humaine qui soient
effectivement en symbiose avec ses
écosystèmes sas a toujours été la ligne
que j'avais eu la preuve c'est que quand
il ya eu le rôle j'ai cherché à
replanter des puisque je vais t
mobiliser parce que ça m'avait un peu
quand on dirais je chaque fille née ce
qui s'était passé
papa chéri n'est d'ailleurs plus que met
en colère par moment parce que quand
vous passez d'un système bocage et un
système de peine ouverte ça fait quand
même un petit choc quoi donc moi j'ai
cherché et ce que j'ai cherché s'est
trouvé une voix qui me permettent de
combiner quand même ce que je voyais
dans l'évolution de l'économie agricole
de la productivité agricole et qu'on
peut pas dire d'un scoop ça s'arrêtera
là à 30 hectares
et puis après on en discute plus j'avais
des discussions sempiternel sur ce sujet
souvenirs et vous
trop jeune mais c'est à l'époque des
quantums des prix différenciés on a
cherché des systèmes hyper complexe pour
arriver à valoriser des prix le plus
élevé pour les premiers hectares que
pour les hectares suivant enfin c'est
très compliqué et même six mois après
j'ai mis pour les premiers hectares une
nette supplémentaire sur les premiers
hectares qui fonctionne et qui est
aujourd'hui appliquée en france mais
tout ça c'était débat que je trouvais
qu'ils se renouvelait pas du tout et il
se trouve que c'est dans cet article
et donc je cherchais une voix qui
combine en fait d'écologie l'économie et
la dimension sociale s'est convaincu que
les modèles de production sont très
influents sur les modes d'organisation
sociale de la production et c'est en
allant en bretagne et en découvrant ce
que ce que faisait pierre chaunu et puis
et puis conrad que je me dis là enfin je
trouve éléments de combinaisons qui
m'intéresse voilà et puis après j'ai
cherché j'ai continué et donc j'étais
quand il convaincu du projet je voulais
porter ou du modèle que je voulais
défendre avant d'être venue de devenir
ministre
mais c'est ça qui te donne envie non
c'est pas ça c'est que euros c'est pas
ça qui va donner envie c'est vrai que
des pistes de l'agiculture c'était aussi
une forme d'aboutissement dans ce nom de
cette période et toute cette carrière je
suis dit oui je veux faire des choses et
en 2012 françois hollande arrive au
pouvoir donc il donne le portefeuille de
mise d'aviculture pas tout de suite
d'ailleurs je suis pas tout de suite
ministres n'ont pas tous pas tout mais
quand on regardera et si vous lisez le
rapport que j'avais écrit là sur la
lutte contre les changements climatiques
et et l'agriculture déjà dedans j'ai
intégré un nouveau modèle de production
et cette idée que l'économie l'écologie
pouvait tout à fait fonctionner ensemble
donc ça c'est la ligne après il n'y
avait pas vraiment non à l'époque il y
avait par exemple ce que faisait
parmentier avec avec michel griffon qui
est l agriculture écologiquement
intensive jeter le concept qui se
développer avec la us ça c'était ça qui
était je suis allé à le s1j et michel
griffon parce que on parlait de pisany
qui a été pour moi un moment
une rencontre importante puisqu'on a
créé un groupe saint germain pour
justement d'essayer de rebattre les
cartes
lerhe bat avec des sociologues des
historiens des agronomes un des
biologistes pour pour essayer de
rebattre les cartes de l'aviculture
juste en donc tout ce travail préalable
moi je le faisais aussi en tant que
député européen vice président du groupe
socialiste et démocrate vice président
de la commission agricole et je le
faisais pour moi pour moi et pour tous
ceux à qui ça pouvait servir et pisani
était le président d'honneur du groupe
saint germain donc on a fait un gros
travail là de conception de
conceptualisations en cherchant
justement à ne pas être enfermé dans les
débats confédération paysanne fnsea
parce que là où agriculture bio c'est
fantastique conventionnelle c'est
l'horreur et puis il n'y a pas de débat
entre ya rien n'y a pas de troisième
voie
il ya aucune synthèse affaire il n'y a
rien du tout 1
et puis du coup c'est toujours le même
débat et c'est un confort intellectuel
en fait oui parce que toi tu verras la
bio qui considère que tu es parfait et
tu considères que les autres sont des
barbares on va faire comme ça c'est
voilà et puis et barbara considère que
les autres sites du rêveur qui font pas
d'économie
et puis comme ça à rien ne bouge donc
quand on est sérieux on fait des
économies on sait pas prendre part les
petits sujets écologiques et de la
petite exploitation de dimanche
social on est dans l'économie et puis
quand tu fais de l'écologie d'un vrai
écolo est toute la question économique
saas et les le modèle industriel et
capitaliste et ça ne veut pas voilà donc
ces 13
c'est très confortable conceptuellement
met alors en termes de de capacité à
mobiliser des énergies pour faire autre
chose je vous fais pas de dessin vous
connaissez ça débouche pas sur grand
chose pour qu'on voie que celle issue
d'une longue gestation d'un parcours
personnel pour mettre en place un projet
cette dimension là il suffit pas d'en
parler il faut aussi réfléchir un plan
d'action un plan de bataille des actions
des nouilles et quelles ont été tes
premières idées en termes d'actions
levier
comment ça évolue tout au long de son
mandat j'ai deux hommes notamment nous
sur le terrain c'est ce qu'on a vraiment
plu il pas léger léger en avant il y
avait réfléchi dans le groupe saint
germain on savait j'avais porter ce
message qui consiste à dire que le
congrès de la fnsea 2004 au mans avait
mis l'accent sur l'idée que
d'exploitation agricole était une
entreprise et que le chef d'exploitation
était un chef d'entreprise tout seul
c'est la pire des analyses qui avait été
fait à l'époque ouf
au fond parce qu'en fait le système
agricole a besoin au contraire d'une
mutualisation a besoin de coopération a
besoin de systèmes coopératifs
moi j'ai toujours été très proche du mât
comment on mutualise parce qu'en fait il
faut que poète compétitif c'est ça alors
ça ça a bien peu de temps à être
intégrés pour ce qui me concerne en
terme de ce tract de stratégie politique
et économique
c'est que moins on m capital dans
l'aviculture j'entende le capital
financier et de capital
je machines outils mieux on se porte
mieux on est compétitif qui ont utilisé
écosystèmes intelligemment
- on y met capitale pourquoi parce que
le capital et sa rentabilité en arique
dur est extrêmement faible et toute
variation du produit brut liée à des
baisses ou des augmentations de prix
fragilise tout le dispositif et son
renouvellement d'ailleurs bon donc moi
je suis sur ses stratégies et l'écologie
est atteinte en danger d'une dynamique
qui permet justement de réfléchir à la
diminution du besoin en capital du
besoin de financement dit que c'est
quand on fait travailler les vers de
terre à la place un tracteur une chaire
yeux bon voilà on n'investit pas dans la
charrue dans le tracteur on n'y met pas
des chevaux mécaniques a dit mieux mieux
on n'a des vers de terre c'est-à-dire
dès dvd
les organismes vivants qui travaillent
est à notre place
c'est un exemple qui reste extrêmement
frappant est vrai et ce qui n'est pas un
biais de réflexions en france où l'on
transpose une logique d'industrie caci
que j'en ai investi on a des outils on
transpose ça dans le vivant en fait on
travaille pas et qui ne travaillent pas
du toc mais l'outil deuxièmement on
travaille avec quelque chose qui est
complètement fini qui le foncier sa
personne les gens qui disent c'est pour
ça que au niveau agricole de dire une
exploitation agricole c'est communiquer
c'est comme une entreprise et
l'agriculteur est hachette introduit
c'est une erreur mais colossal parce
qu'il ya un facteur qui est hors choix
du chef d'entreprise c'est foncier
bougera pas le contexte peugeot
climatiques la qualité des terres ça
bouge pas donc c'est un facteur qui est
complètement en plus naturel et or choix
économique pur proprement dit
deuxièmement c'est un facteur qui est
cher parce que dans des pays comme les
nôtres on le consomme on a besoin du
foncier pour faire de l'industrie pour
faire de l'urbanisation pour faire des
infrastructures et on en a consommé
énormément
ils en avaient gaspillé énormément
donc ne pas comprendre ça c'est faire
une erreur colossale et le foncier c'est
les soldes les soldes c'est du vivant
est vivant c'est pas c'est pas une usine
c'est tout c'est pas que des machines et
un hangar non c'est l'agriculture c'est
une exploitation c'est un écosystème cd
sol donc c'est complètement différent et
d'avoir perdu la dimension collective
c'est une erreur des majeures d'où le
fait qu'on ait remis en place et j2ee et
qu'on ait pensé ces regroupements
d'exploitants agricoles en leur donnant
un cadre qu'ils définissent eux mêmes
c'est pas nous qui définissons le talent
ça leur permet d'avoir des dynamiques
collectives et pour traiter des
questions environnementales en plus on a
intérêt d'avoir des dynamiques
collectives pour amener à des choix
individuels ou des contraintes
individuel c'est ce qui fait
qu'aujourd'hui ça marche tout est donc
cgi d eux ça ça a été simple à mettre en
place quelques problèmes
ben ouais ça beau ça bouge bien tu vas
juste satisfait d'un choix que j'ai fait
c'est que j'ai pas mis une mine est
spécifique et la création des gîtes des
yeux parce que je savais que le jour où
je partais et qui avait pu l'aide ça
ferait comme les c'était eux les
contrats territoriaux d'exploitation
bon ça a disparu parce que les
gouvernements conçu lui ont dit bon on
arrête ça et puis ça s'arrête là c'est
la dynamique des agriculteurs eux-mêmes
qui fait le génie 2e c'est eux qui sont
là on a mis des aides pour subventionner
les au travers du case d'art pour
subventionner des animateurs de c'est
parce que c'est très important
mais après c'est des projets des
agriculteurs donc c'est eux qui se sont
concernés ou pas et quand ils se sentent
concernés eh bien ils vont ils y vont
avec la volonté de réussir
c'est pour ça que du coup on est passé
de 200 400 600 et ça c'est très
important pour moi
trouvera dans les g20 qu'il ya plusieurs
tailles de faire représenter dans les
deux on va souvent de la petite ferme
jusqu'au
personnes qui sont sur 200 hectares et
le l'argument fort peut-être pour réagir
mais d'artisans du sol peut-être montrer
que tout le monde fait le même métier
avait tu l'as tuée que j'ai porté way
expérimenté est d'autant plus c'est
d'autant plus vrai que on le sait pour
avoir des rotations qui soit plus longue
et plus diversifiée beaucoup plus
diversifiée plus nombreuses
si on raisonne tout le temps que sur des
exploitations avec des petites surfaces
par définition se disent surface et
votations sont plus difficiles à faire
et le fait de se mettre en commun est
d'avoir des stratégies de rotation de
cultures de diversification de ses
cultures
ça c'est une avancée colossal et son
bénéfice de tout le monde
les autres outils racing métro place
qu'est ce que ne dit pas tout le plan
ecophyto deux la partie 2 pour arriver à
développer des stratégies de baisse de
l'utilisation des phytos qui est un vrai
sujet de société
dépassés série culte heures et
que ce soit du côté des pesticides et
herbicides et fongicides
il ya un complexe sémiotique post
industrielle et machines et très
chimiques qu'il faut il faut sortir et
on peut sortir de ce complexe que par un
choix agro écologiques au sens où on
récupère d'abord ce que peut nous
apporter à la nature et on vient
corriger que quand on a vraiment besoin
et surtout gros corons on construit pas
une nature complètement artificialisés
qui est totalement dépendante des
systèmes en particulier de la biochimie
de chimie et une fois qu'on est
dépendant de la biochimie on est dans un
cercle qui ne cessent de s'entretient
lui-même j'écris dans ce livre l'idée de
la fable du chêne qui qui raconte en
tête cette histoire un peu résumé mais
en gros sa chaîne dans une forêt
quand on voit ce que fait un chêne et le
nombre de gland qu'il laisse tomber par
terre pour avoir combien de chaînes à la
fin très peu et un mauvais génie qu'est
du doigt en disant mais qu'est ce que tu
viens speed on va prendre les meilleurs
gland on va les protéger une poudre et
puis comme ça tu aurais des beaux chênes
qui seront à descendance et toute la
forêt sera ta propre descendance
prochaine tu verras tu ok bon on
commence comme ça
donc du coup tous les auxiliaires qui
vivent des glands qui sont donnés par le
chaîne commence à bien frapper en dix
ans mais nous on a pu les écureuils les
tout l'hiver et tout ça on n'a plus rien
qu'est ce qui se passe qu'est ce qui se
passe
ah bah écoutez il ya du changement -
encore puis après disparaître tous les
parasites se fait parasitisme dix
semaines puisqu'on veut nous enlever on
va finir par venir
du coup les chaînes qui avaient été
sélectionnés qui peut c'est bien
commencé à venir donc le chêne pour
qu'on vote le génie t'inquiètes pas j'ai
une deuxième tour dont justement pour
contrer ce qui se passe mais troisième
point j'en ai aussi une troisième parce
que tu produis pas assez maintenant de
de glandes
donc il faut aller plus vite au galop
vieux chêne du web pour n'arrête
mais c'était simplement pour l'expliquer
quand tu rentres dans un processus de
dépendance de la chimie l'udc est
dépendant des chenilles plus tu vas être
dépendant de la chesnaie et à chaque
problème qu'elle te réseau lte en pause
1 c'est ce qu'on appelle la bio
résistance où les résistances des
plantes en particulier leur parce que ça
fait débat au glyphosate ont adhéré des
plantes qui finissent par être
résistantes au glyphosate
une fois qu'elles sont résistantes
terminé la lata plus que la binette
c'est odile inventé cette histoire c'est
moi qui ai inventé la fable du chêne la
ferme l'edition voilà écrit elle dans et
si on en fait un dessin animé tu nous
laisses tellement ah bah oui je voulais
ses droits la fable du chêne ou est ce
qu'elle est fou et ginou la page et je
vais vous lire la page
bon alors sous françois hollande donc ça
commence à démarrer son projet bon moi
l'époque j'ai pas entendu vraiment les
autres ministres et les autres membres
du gouvernement ont parlé trop de temps
projet ou page 79
j'aimerais vous faire part d'une fable
dit du chêne et du génie et j'en conclu
la morale de l'histoire même quand on
est des génies il faut se méfier des
glands mais ça n'affecte pas le sujet
non c'est pas ça la morale jamais faire
confiance au génie et aux solutions
miracles qui flatte deuxièmement pour
produire il faut savoir partager et
troisièmement cette efficacité ne veut
pas se faire au détriment de l'équilibré
écologique car on s'engage dans une
course sans fin dans laquelle a un
problème il faut trouver une solution et
sans cesse renouveler l'exercice page 79
79
donc sous françois hollande on n'a pas
vraiment moi l'époque j'ai pas entendu
trop canon il était complètement à côté
de la plaque
même le président de la république
tchèque il était quand il est arrivé en
corse ou la chimie verte
mais il ya eu un rapport qui avait été
fait par anne lauvergeon qu'est ce que
je vois sortir sur les 1,6 du coup cette
grande propres priorités la chimie verte
non pas j'y vais non non on va faire
verts mais pas de chimie donc tu leur as
dit foutez moi la paix c'est ça on va
moi je fais mon truc tout seul je me
suis débrouillé bien au fur et à mesure
j'ai il ya eu la conférence
environnementale en 2015 avec ségolène
royal et à hubert risque rives qui
introduisait et qui parle un peu des
vers de terre
donc après quand tu on me donnait là bas
ils pensaient que j'allais faire parler
toujours j'ai fait exprès j'ai fait
comme j'ai fait là avec une fable j'ai
dit vous savez il ya à peu près un
milliard et demi d'années à peu près on
sait pas trop enfin on a vérifié avec
rebsamen et michel sapin qui était
ministre des affaires sociales
il ya eu une grande conférence sociale
c'était celle des vers de terre et ils
ont décidé il ya un milliard et demi
d'années qui travailleraient tous les
jours cent trente cinq heures sans
congés payés et sans syndicats et ils
ont continué comme ça pendant des
milliards et demi d'années donc les
amène les vers de terre quand j'en
rencontre jour dit salut camarades et
donc ça fait rire un peu tout le monde
ben fabius est le président de la
république et du coup il y avait dépêché
à effet mais kabbara les vers de terre
et j'avais parlé d'agroécologie après en
disant voilà c'est ça que j'ai mais moi
et donc dû quand même ça secoue un peu
tout le monde même ségolène a été plutôt
d'accord d'accord avec ça elle dit ah
ben oui enfin bon voila mais après elle
a voulu faire donc fils martin avait
voulu inventer les coûts agriculture et
ségolène veut parler d'agroécologie et
l'a fait je pu la retrouver aussi un mot
enfin je veux dire c'étaient des matches
nice a menti b enfin voilà ça n'avait
progressé que dans 2 3 ans a produit
donc un mécanisme encore la suite de
l'entretien on en était à son projet un
peu gazeux la bourre écologie
du mal à comprendre donc tu as fait ça
tranquille dans mon coin bon et dans le
reste des institutions
il aura à gérer leur est sûre la
mobiliser jeudi avoir commencé très tôt
à mobiliser toute l'administration qui
était la mienne vous des déplacements
sur place pour aller donner à voir aux
fonctionnaires et aux cadres d'une
certaine culture ce que c'était que
c'était pas du gazon voilà je suis allé
chez philippe pasteau un sartre avec
l'ensemble de mes directeurs généraux
c'est là que j'ai retrouvé d'ailleurs
solidaire qui était là c'était
fantastique puisque moi je vous ai
raconté qu'en 83 c'est avec le solaire
ayant 119,80 que je vais recommencer à
replanter des haies brise-vent que
j'avais compris ce qu'était c'était un
brise vent système d'horizon bon bref
et après je suis allé chez anton teaser
pour la production laitière
positionnement très aussi que tout ça
c'était des combinaisons intéressantes
une fois que l'administration et je peux
pas dire que là dessus j'ai eu deux
freins qu'ils ont bien compris ce que je
voulais ils sont venus d'ailleurs des
promoteurs encore plus zélés maintenant
de ces stratégies et ça c'est un point
très important parce que mon ministère
de la culture
c'est à la fois un mystère économie et
économique avec un secteur économique
c'est un secteur d'enseignement c'est un
certain ministère d'enseignement et
c'est un mystère de recherche
c'est tout à la fois et tout ça ça c'est
voit la mi-août que ça soit du côté de
l'inra où on a je suis déplacé à
plusieurs reprises à dijon la chaîne
agro écologie a pris sa place
williams ou que qu'a été créé où j'avais
fait travailler aussi marion guillou
avec la ligne homme pour la loi
rires et pour faire en sorte qu'on soit
raccord sur les objectifs les objectifs
de l'agroécologie et puis dans
l'enseignement agricole commencé à
travailler sur les référentiels qu'on
appelle les référentiels l'éducation
qu'est ce qu'on met dans ce que l'on
apprend dans lycée agricole qui change
un peu de ce qu'on a pu apprendre
jusque-là du conventionnel et de la
manière dont cette épreuve présentée et
l'agro écologie a été introduite fin aux
mesures avancées par les bts les bta
d'état et bepa l'ensemble des diplômés
de niveau et ça ça aujourd'hui ça
continue et l'agroforesterie dedans plan
national dans la confiance et ça 2015
agroparistech tu sais ça représente un
premier de première fois un plan sur
l'agroforesterie qui d'ailleurs
j'entends assez souvent parler
maintenant du plan et surtout de
l'agroforesterie se développe énormément
et du coup l administration vous a suivi
ma cuisine je ne peux pas vraiment alors
après des choses nouvelles
well résistance mais ce que j'ai fait
c'est que j'ai cherché parce que j'avais
compris avec ce que m'avait dit une
jeune ingénieure quand j'étais à la fao
pour la première fois à rome que la
gouaille kojima unis c'est un peu gros a
eu d'abord le concept et le mot j'ai dit
alors qu'on était sur l'aviculture
écologiquement intensive que chacun
avait des mots sur l'école et écologique
écologie agriculture pêche pas bon
l'agroécologie finit par le choisir ce
mot il est rentré d'ailleurs dans le
robert
après la loi d'avenir officiellement
écrit avec un tir et parce que les
débats c'est pour le team et les fautes
et de l'écrire d'un seul tenant pas va
des sujets qui sont passionnants comme
vous pouvez l'imaginer mais c'est très
intéressant malgré tout
donc il sait rentrée en dictionnaire
après la loi d'avenir dans le code rural
définition précise
oui parce qu'elle sait dans la loi parce
qu'on a travaillé alors là il des vraies
discussions avec mon cabinet et
l'administration mais c'est quand on a
écrit la loi on a mis comme objectif l
écologie et on a défini la loi écologie
et ça c'était très important
et du coup dans le dictionnaire ça a été
redéfini leur décliner ensuite l'islam
était de faire rentrer dans l'ère du
temps une bonne fois pour toutes
ouais pas connu dans l'air du temps à la
loi c'est pour ça que quand j'en entends
qui parle qui disent non pas créer on va
faire d'antan mais qui ils ont nommé un
ministre
oui ministre avait donc c'est forcément
un beau et tout cela s'est bien passé
mais dont on en a quand même dû avoir
quelques quelques coups bas oui mais
quoi donc sur tout ce qui a été dur pour
moi c'est que je parité pendant cinq ans
d'être confrontée facture pour moi je
dis ça c'est pour les agriculteurs
d'abord sous des crises qui était même
des chocs colossaux vrai vous quand même
se rendre compte quand j'arrive en 2012
on est sur une flambée des prix des
céréales qui fait qu'on est à plus de
300 euros la tonne
bon du coup du côté de l'élevage la
catastrophe la flambée des prix de
l'alimentation du doubs le les
stratégies qu'on va mettre en place sur
le rééquilibrage de la pac vis-à-vis de
l'élevage et tout ça puis ensuite on à
la crise laitière qui commence qui
pointe crise porcine crise bovine bien
sûr qu'ils traversent
sauf en 2014 2013 plutôt qui est une
constante
bon et puis qui avec des chocs puissant
pour les agriculteurs non plus les
problèmes sanitaires gip aviaire et puis
tu mets le type du chapitre ses
ministres des cris des cris des crises
que inondations sécheresses franchement
district u 10 et u et pendant ce temps
là malgré tout chaud le cap
mais au fur et à mesure on construisait
avec la comité de pilotage de
l'agroécologie alors il ya un truc qui
vachement bien j'ai revu qui avait été
présentée à l'époque c'est ce qu'a fait
chevassus au louis qui a présenté un
document
comment piloter l'agroécologie celle qui
sortait l'indicé certains critères ce
truc est un document qu'il a fait en
tant qu'inspecteur général du cje et le
r c'est vraiment ce que je vérifie ça
continue à être réutilisé
c'est vraiment une manière d'avoir un
tableau de bord pour dire comment ça
évolue entre ce que sont des
utilisations comment j'allais dire des
mesures dadis direct dit combien de
rotation comme ya de sûr façon couverte
aujourd'hui en france et à quel niveau
ça évolue quels sont les rotations
combien de surface de légumineuses on
n'a ni la mise à terre puis après les
plus immatérielles évolution dans les
pratiques de
développement avis que dans la recherche
dans il a et c'est un vrai beau document
de politique de conduite de politiques
agro écologiques mais qui vaut
d'ailleurs plus largement sur pilotage
politique d'une politique à l'échelle
d'un pays comme la france
ça j'en suis un bon il avait présenté
cete utile mais quand je prends un peu
de recul je pense que c'est plus
qu'utile c'est très important
qu'est ce qui va advenir de clan mais ce
document il était toujours disponible
un choix c'est celui de cgr vous avez
les critères depuis la pêche de la gaule
et ça continue être utilisé en vo
d'administration pour pouvoir dans le
cadre du comité de pilotage collet j ils
se tiennent encore donc tout va bien et
continue de piloter
il y avait un beau document du conseil
économique social et environnemental n'y
a pas été votée mais ouais qui était à
ça ça veut dire aussi qu'il ya eu encore
quelques wii wheel est déréglée c'est à
dire que l'agro écologie après la loi le
conseil économique et social et que la
reprise oui c'est ce qui était très bien
de la même manière que c'est ça qui m'a
dit ah oui un débat peut-être en section
mais il la loi a fait bouger les choses
j'ai vu des députés d'un qui aujourd'hui
constater que pour lutter contre les
phytosanitaires
il fallait revenir à l'agroécologie que
c'était la meilleure stratégie bien je
vous ai pas lu la loi c'est dans la loi
déjà mis jeudi alors il y en avait un
qui était là qu'il avait voté gelot tu
n'étais pas là par définition il peut
pas toujours savoir mais j c'est dans la
loi
bien sûr que selon la loi bon t'as pas
quelques belles anecdotes
j'ai beaucoup vous
ici c'est beaucoup plus cool soir tu
rentres tu dis ah j'ai fait un truc
sympa aujourd'hui ouais c'est de trois
premiers jets de jeu les plus beaux
c'est cela qu'ils m'ont fait le plus
plaisir
j'ai en tête d'aider j2ee c'est ça qui
m'a été le plus c'est plus satisfaisant
donc globalement bons mois j'étais sur
le terrain j'ai vu tout a circulé un peu
partout en france pour aller les voir
j'ai deux vrais agriculteurs
globalement comment ont réagi les
agriculteurs au début j'imagine qu'ils
étaient un peu ironique ce ton projet
comment ça va évoluer tout le monde
d'avoir moi j'ai cherché à m'appuyer sur
ce qui était déjà des structures
collectives et cuba ont été très
importantes dans ce domaine et des civam
aussi on s'est parlé clairement
après il y avait d'autres futurs comme
les chambres un peu qui s'y sont mises
un peu un peu les coop mais c'est
surtout ce c'est miami collective que je
me suis appuyée et j'ai vu la diversité
arriver entre soul en compte par exemple
avec ses objectifs très précis très
structuré et techniquement très
intéressant et des gis de voeux type
pastoraux avec
le pastoralisme dans les alpes-maritimes
ou dans un certain nombre d'endroits ça
c'est des trucs qui sont très
intéressants parce que c'est là je
voyais la variété toujours avec
l'objectif le plus joli le plus sympa à
côté du pic saint-loup cas des
viticulteurs qui crée le gde des en
herbe heures c'était génial je quitte
l'iphone et ses enjeux et voir les en
herbe heures je compte souvent des andes
herder mais là ce sera des en herbe
heures et ils ont fait des trucs
formidables
les mecs ils sont commencé avec les
herbes donc quand on parle du glyphosate
c'est là que il faut intégrer ce qui
peut permettre d'éviter d'utiliser dans
plein herbicides cdc l'herbe on commence
par là bon et eux étaient dans une
stratégie où historiquement vous savez
dans le languedoc roussillon est partout
d'ailleurs bon une ville propre et sans
herbe et l'herbe est un concurrent pour
la vigne dans la flotte
en fait tu regardes un peu ça ne l'est
pas du tout et eux alors après ça
c'était très intéressant sur les
techniques culturales de couverture
comme ça ils ont mis en place des
stratégies avec par exemple le mail de
l'herbe du seigle et après du match
puisqu'il récupère la paille et
immeubles et des vignes ce qui fait que
tu gardes de la flotte dedans vacants
c'est là que c'est très impressionnant
de voir comment au départ avec un choix
on ouvre des perspectives et des
techniques en fait qu'ils peuvent aller
très très loin et avec des stratégies
inattendue ce matin je prends le tgv
pour venir vous voir et je tombe sur les
en présentant des poulets de loué et à
l'inao maintenant ça y est on avec vous
on avait adopté la ligne de l'agro
écologie et maintenant c'est une
stratégie sur les signes de qualité qui
va être affichées c'est très important
donc maintenant le vrai sujet est ce
qu'on est capables tous ensemble de se
donner un cadre
j'allais dire de construction qui qui
permette quelque part de valider ce qui
est agroécologie que ce qui n'y est pas
on sait que dans la loi la sur les états
généraux ils ont essayé de 2 c'est petit
et d'essayer de le faire demain dit de
dire que la haute valeur ajoutée
environnementale
je vais eux c'est l'agroécologie le
niveau 3 bon question posée parce que ça
veut dire
qu'est-ce qu'on en fait qui sait qu'il
valide comme on regarde ça c'est des
questions qui restent posées est-ce que
ça pas simplement être force des choses
ce qui se passe sur le terrain et qui va
définir ramel le terrain est en train de
lui même de définir sa propre
labellisation que tant mieux tant mieux
mais ensuite on a quand même des
questions à se poser
qui c'est qui le récupère pour en faire
de la valeur ajoutée c'est ça la
question qui est posée un acquis cette
valeur ajoutée va-t-elle être destinée
ça la question aussi
moi je pense qu'il faut que les
indicateurs lagarde en parc non partie
parce qu'il y aura toujours une partie
qui sera dissous il faut qu'ils en
gardent la majorité sinon ça va être
bouffé encore et donc pour finir un peu
sur ton mandat qu est ce qui au final
bien fonctionné moins bien fonctionné et
si c'était à refaire keith est à refaire
qu'est ce que je pourrais dire que je
referai pratiquement la même chose sauf
peut-être sur un point c'est le
financement du développement agricole
que j'avais pas dans mon radar qu'en
dirait jeudi d enfin j'avais pas repéré
que cette question du développement et
du financement avec le case data est un
sujet qui aurait fallu revoir bon et ça
maintenant je le saurai mais je ne serai
plus mise de culture mais ça je pense
que prévu parce qu'on pourrait être
beaucoup plus de moyens pour faire
évoluer les modèles monde ya trop de
moyens qui sont consommés simplement
pour du fonctionnement d'institutions
d'instituts voilà mais ça je pense de
répétition oui alors qu'on devrait avoir
un financement du développement sur
projet tu vois tout simplement
financiers par exemple 80% est pris par
les chambres d'agriculture ont très bien
après ils font des projets mais elle a
beaucoup
j'ai bon non s'ils osent y est peut-être
un système et un niveau même servir le
malheur d'indicateurs et d'indicateurs
résultat c'est ça donc s'il est ce que
je disais c'est que maintenant il
faudrait qu'on travaille sur des projets
c'est ça le développement fait et idées
d'ailleurs un slice aille plus vite
c'est pas possible de faire simplement
le constat quand même qui vient
inquiétant de la perte de biodiversité à
la vitesse à laquelle ça va il ya des
facteurs sûrement qui sont extérieurs à
l'agriculture mais le gros paquet rien à
des cultures donc il ya un sujet pas
possible il ya encore un mois il y avait
des milliards de tonnes de terre dans
les cours d'eau partout milliards c'est
ce que j'essaie d'expliquer aux gens si
vous vous baladez voyez la rivière la
couleur mais tout ça c'est du sol voilà
et plus on laboure alors avec le
printemps et ses labours de printemps
déjà un deuxième truc que je regrette
c'est pratiquement j'aurais dû interdire
les labours de printemps
parce que cela s'est passé les plus
mortelles pour les orages
alors ça ça te fait
donc du coup là tu lis on passe à
l'action il faut se remettre
continuellement s'y intéresse toujours
kouassi g6 utilité de ventes et
commandes à science pourra côté là si la
science pendant une minute pour dire
voilà ce qu'il faut faire
culture aujourd'hui parce que t'as vu ta
eu des arbitrages valeur une puissante
glory t.abh avec quelques couleurs il ya
quelques arbitrages j'ai eu quelques
contournement du programme agricole j
aujourd'hui ta parole libre devant les
caméras ne le ver de terre tu est
parfaitement libre dames et messieurs
les claviers azerty mais coûte donc ça
va embêter
je les soutiens mais donc du coup tu dis
oh là il ya transactions en mettant en
oeuvre la rapide mort alors chacun
écouteurs chaque agriculteur a minima
dans l'hexagone mais trois actions en
place là tout de suite maintenant qu'ils
coûtent pas cher qui soit simple et
qu'ils puissent se reproduire à grande
échelle
on y va il n'y a pas de problème de
courant de pensée devrait toujours des
programmes et indique avoir à condition
d'y aller chaque agriculteur à la
méthode centenaire puisque effectivement
l'arbre et la hesse et 74 des semaines
on n'a pas inventé d'anjou alors chacun
d'ailleurs les systèmes bocage est jeune
je vais réfléchir au niveau du mans dans
les arbres qu'on va planter là à venir
je vais essayer de reprendre des
méthodes des bonnes vieilles méthodes
des systèmes têtards pour faire du bois
après et de la biomasse ça et de la
biodiversité de jeu
je vais regarder ça c'est ce que j'ai
dit au conseil municipal hier donc je le
dis devant les vers de terre à l'eau les
vers de terre
je vais proposer au mans effectivement
de regarder que l'on reprend des
systèmes à mettre des armes ce qu'il ya
un besoin mais avec ce souci qui était
celui de nos ancêtres il ya passé pas si
vieux dans des systèmes bocage et où il
est utilisé au maximum le bois ou le
bois était l'essence de tout se chauffer
pour faire des voitures et des
charrettes c'était du mois pour
construire des maisons cité du bois pour
se protéger c'est du bois
enfin se rend pas compte que c'était une
économique complète qui s'appuyait sur
les arbres puis suffrages 1 2 sur les
arbres étaient au coeur de tout de
l'énergie de de la construction et de la
mobilité personnes
ça vaut donc il faut qu'on re découvre
en partie mais c'est vrai que les
platanes qui sont taillés ça existe on
pourrait avoir des stratégies de
platanes thê thao signer pour pouvoir
avoir le maximum
lorsqu'on taille de biomasse derrière
pour pouvoir faire des plaies des
système de chaufferie tout ça non je
pense qu'il ya un vrai sujet là et puis
bien sûr que ça s'applique à
l'agriculture c'est l'agroforesterie
on a suffisamment parlé on sait ce qu'on
est capable de faire et là c'est pas il
ya des gros progrès à faire
bon alors qu'est ce qu'il faudrait faire
tout de suite dire aux agriculteurs
d'abord sur ses semis de printemps et
que tu es là
couvrez cherchait plus à vous enlever
oiseaux semblent été arrêté avec des
couvertures post-récolte sipan là c'est
pareil associations pro deux
associations de ceux en semences pour
avoir une couverture qui vient
directement derrière la halle a récolté
la production ça ça devrait être
rapidement mis en place a séduit cipango
vers les jeunes c'est ça directement
il s'agit de faire de la poussière de
l'érosion éolienne quand tu es dans le
sud ouest de la france
après harry caul doublait enfin
franchement à part faire de la poussière
de rien ne pousse et l'amélioration de
la zac de ce fait quand même et toujours
pendant la voilà donc c'est
catastrophique et avait déblayé luzerne
à un moment alors après sa règle pas ton
problème d'azoté enfin puisque par
définition les biens n'a pas besoin elle
tend fixes à la place
enfin des couvertures associés c'est
absolument nécessaire
ça va vite et déjà on gagne du temps et
après on ouvre des perspectives qui sont
différentes
ça après qu'est ce qu'on pourrait faire
comme ça immédiatement
ben tu l'as dit on va faire des treuils
ça veut dire que là on va rentrer dans
la négociation pack interminables et un
fini on va sortir des centaines de
milliers de pages finalement on peut
dire un chacun j'ai culteurs sur une
note qui fait une demi page on peut dire
tu fais des couvertures des seuils tu
plantes et tu tron quelques arbres et
peut-être que tu iras de bien aller on
fait ça on ne met ça dans le 4 pour
mille ans fait un programme il devrait
au niveau de la pac au niveau privé ont
fait ça bien sûr mais c'est assez facile
à faire c'est pas c'est pas difficile
d'après son niveau de la pac c'est qu'il
faut reprendre ce qu'on a commencé à
faire avec le verdissement pour le
conforter dans la stratégie d'abord 2
réchauffement climatique est dans une
stratégie aussi de reconquête de la
biodiversité silva simplement la
protection des de diverses cpc il faut
plus construire du tout parce que
maintenant on est vraiment arrivé à un
niveau trop bas on va pas conserver
uniquement ce qui existe il faut
repartir il faut en produire de la
biodiversité c'est pas possible
bon il est seul à ce titre ont des
ressources ou des capacités de nos
diversités qui sont immenses pourtant
déjà les sols mais de manière plus
globale et alors c'est là que pour
refaire du verdissement il faut fixer à
l'échelle de l'impact ce que j'avais
commencé à faire c'est de dire en termes
pédoclimatiques définir des grandes
zones homogènes pour que dans ces jaunes
homogène on est objectif d' indices de
matières organiques dans l'essonne de
biodiversité et de couverture qu'ils
puissent tête des bases sur lesquelles
on s'appuie pour financer justement du
verdissement
c'est ça le sujet c'est ça qui est le
plus difficile
définir les zones homogènes à partir de
là à voir des indices matières
organiques quel niveau de matières
organiques auquel je suis en moyenne
quel est l'objectif que je me fixe et
finances est ce que je dis stop
où est ce que je stocke n'est que
justice que je t'avais jeu avec
l'objectif de stocker bien sûr qu'est ce
que j'ai comme biodiversité dans des
sols ou des points de départ 1 et dans
l'écosystème agricole et quels objectifs
je me fixe ou bout de cinq ans de
politique agricole pour pouvoir générer
et développer la biodiversité
ça c'est des vrais stratégie avec comme
je le disais tout à l'heure
fois un pilotage politique et donc il
faut un point de départ et des points
d'arrivée c'est sinon tu pilotes rien tu
veux pas justifier des aides ciblées
comme ça qu'il faut qu'on travaille donc
j'avais écrit c était écrit d'ailleurs
un second contribution française sur ces
fameuses zones homogènes
donc on peut compter sur toi pour la
prochaine pac
oui oui je vais je vais retrouver
réécrire encore quelques quelques textes
là dessus à moi la fin de son mandat bon
c'est un point de vue très terrain mais
j'ai vu
le champ lexical de tous nos
institutions changer petit à petit et un
jour ça m'a marqué j'ai un gars de la
préfecture de mon coin qui concerne par
les dires de terre donc là je me suis en
train de se passer un truc quand j'ai
les jambes d'un drap qui viennent et qui
commence à me parler d' activité
biologique des sols et où il se passe
quelque chose
est-ce que ça est-ce que juste ça c'est
pas simplement qu'on dirait que ça
démontre pas juste soit en tout cas ça
démontre que les choses ont bougé sous
le quinquennat sous le quinquennat de
françois se montre moi j'ai fait mon
quinquennat quand même aussi le seul à
des amies d'arthur toute l'histoire
oui ça d'avoir un signe qui est que
malgré les difficultés que j'ai pu
rencontrer les difficultés qu'ont
rencontrées je le dis d'abord les
agriculteurs bon on a tenu une ligne et
on a essayé d'imprimer quelque chose
d'ailleurs les députés me l'ont dit
souvent après quand je suis parti là ils
ont été sympas eu pas mal
d'applaudissements pour ma dernière
question est que ce soit des gens de
droite la république en marche la gauche
parce qu'il y avait cette vérité en
particulier de la clarté des objectifs
que j'avais fixé et j'ai pas changé on
savait qu'avec stéphane le foll il y
avait labouré cologie à une stratégie
derrière après discute mais on n'avait
ni est souvent en politique c'est ce qui
manque
s'il fallait retourner qui retourna oui
mais ça se reproduira plus c'est vrai
qu'on peut jamais savoir métissé la vie
en face on avance en voix toujours
recommencer ce qu'on a fait du coup là
apparemment tu travaille à mi-temps
moment en ce moment parce que ces douze
heures par jour les réunions c'est ça
c'était joseph r il a travaillé à
mi-temps qui n'ont pas rejoint la ville
du coup tu as eu le temps de regarder la
proposition là les 90 mesures de nicolas
hulot sur la biodiversité non j'ai pas
eu le temps hier j'étais complètement je
sais pas d'après ce que je voyais à des
commentaires qui disent ça c'est exister
ya rien n'y fit rien de nouveau donc je
ne sais pas moi quels sont les faudrait
que je regarde
malheureusement chez polydor bon
j'imagine je vois à peu près ce que
c'est mais souvent silicose il a dit qu
elle ne vaut alors stéphane travert il
est midi soleil ou aux milices de
l'agroécologie aujourd'hui mise en
culture stéphane travert n'a pas n'a pas
porté un projet il ne remet pas en cause
bien au contraire donc de ce côté là je
suis moi j'ai pas si rien à lui
reprocher mais c'était pas si pas
arriver en disant voilà j'ai un projet
agro écologiques oui c'est pas venus de
loin comme moi c'est arrivé et
d'ailleurs dans l'histoire ça doit être
assez rare aussi d'avoir ces espèce de
conjonction tu vois cette concordance
est arrivé un jour ministre d'avoir
avant travail et enfin travaillé
réfléchi à un sujet qu'on existe de
longue date a qu'à regarder les
ministres agriculture et le fait qu'ils
aient changé souvent et tu que tu te
rendras compte qu'à mon avis ils
n'avaient pas réfléchir et les cultures
avant tu prends comment il s'appelle
du fmi aujourd'hui c'est vrai oui
jha christine lagarde qui est émise
agriculture un mois vous ne savez pas
ouais et à prester barnier qui avait pas
forcément tu connaissais l'agriculture
de montagne mais qui était pas après
bruno le maire est arrivé
bises de l'agriculture ils voulaient
mise des finances pour voilà
il ya connu en agriculture bah oui est
ce qu un peu mon problème parce que
quand même moi je trouve que ça a perdu
un peu de temps démarrage est ce qu est
le plus gros problème par rapport à la
grue cologie c'est tout le monde n'a pas
bien compris qu'on pouvait produire et
protéger en même temps est-ce que c'est
pas ça un peu comme si c'est ça mais
culturelle et politique au sens où on
est dans un débat très confortable pour
certains c'est ce que je disais tout à
l'heure tu fais d'écologie tu considères
que l'économie c'est une horreur et
c'est le capitalisme donc il faut le
rejeter
et puis tu fais d'économie et tu prends
les écologistes ou l'écologie comme un
petit truc pour les petits oiseaux dont
il faut pas s'occuper
aujourd'hui on voit bien que et l'un et
l'autre sont complètement maintenant lié
ou alors on va à la catastrophe
on va à la catastrophe déjà bien avancée
de ce côté là avec le réchauffement
climatique la perte de biodiversité donc
on peut continuer et ça peut aller très
loin et pays un sujet qui me paraît très
important en terme d'écologie politique
c'est qu'il faut sortir aussi du fait
qu' une partie de cette écologie
politique s'est construite sur la
contestation du modèle industriel
capitaliste et a conçu forme de réponse
individuelle au travers de la sobriété
d'ailleurs avec un titre qu'avait il
rabbit était la sobriété heureuse
c'est vrai on va être sobre et heureux
et on sera écolo et c'est comme ça qu'on
va faire l'écologie moi je suis plus
pour revenir à des principes
d'efficacité collective de démarche
collective
ça rejoint d'ailleurs ce que j'ai fait
sur l'agroécologie j2ee
plutôt que d'être sur l'idée qu' en
étant sobre on va régler les problèmes
du monde
parce que quand on dit ça ceux qui le
pensent et qui peuvent être plus sobre
que ce qu'ils sont c'est qu'ils ont déjà
des moyens bien supérieurs à la moyenne
celui qui considère qu'il a pratiquement
rien tu l'aimés tu vas être sort et tu
verras ça ira mieux pour la planète
on risque pas de le convaincre
ouais mais c'est un vrai sujet et c'est
pour ça que l'écologie là là à essayer
de le sans se poser la vraie question
c'est est du gauchisme quand on parle du
social et de la punition quand on parle
de l'écologie c'est la manière de
traiter le sujet donc ségolène a été la
première à dire on veut pas d'écologie
politique mais conceptuellement il faut
contrer les modèles qui sont
écologiquement et durable et pas
simplement qu'on crée des choses qui
soit c'est uniquement des contre-modèle
à ce qui existe c'est ça le sujet et ça
c'est très important ici dit comme ça
c'est exactement ce qu utiliser c'est
que ça doit nous obliger à sortir de
cette espèce de dichotomie économie
l'écologie bio trains des bus au
conventionnel et puis voilà il ya une
dialectique qui se crée et après basta
c'est pas vrai faut bien qu'on passe
d'une agriculture de la réparation en
est sûrs de la prévention est ce que est
ce que oui ou la vie future de 2,2 à une
agriculture durable sûr mais ce que avec
chorale on a écrit et publié que la
crise agricole
les crises agricoles et il les a
rappelés ont quand même toute une
origine qui est le sol c'est la crise du
sol du coup à produire de la battance de
la compaction de l'érosion de la force
de traction nécessaire on pourrait te
auprès de renvoyer à la en disant mais
attend la fiche du port c'est la crise
du hors sol bon c'est pas du sol ce que
je disais tout à l'heure c'est que la
vraie question qui est posée c'est que
on a construit une agriculture qui
avaient des besoins de financement
capital énorme énorme et que elle est
hyper fragile du fait que la rentabilité
du capital agriculture est faible donc
la moindre variation de prix te fait
exploser le système quand tu es obligé
d'investir sur 15 ans sur des bâtiments
d'élevage
tu rends compte mais on économise en
industrie tu fais gaffe quand tu
investis sur 15 ans faut déjà avoir les
reins solides
l'amendement des agriculteurs qui
s'installent d'investir pour 15 ans
pour 15 ans votre prix est normalement
en moyenne de temps d'accord
et puis le jour où le prix où les coûts
de production se bouge avec un effet de
ciseau mais tu exploses système c'est ce
qui se passe et je disais que le foncier
il sole c'est l'axé aussi à mettre dans
la tête et on va répéter encore dans la
tête de tout le monde sait que
l'agriculture n'est pas une activité
industrielle ou économiques comme les
autres puisque le sol n'est pas un
facteur de production comme les autres
c'est du vivant et ses limites et quand
tu veux construire une usine si tu as
besoin de produire plus de la grande île
usine quand les souris d'exploitation à
70 ha tu peut agrandir mais si la france
fait 55 millions d'hectares et quant à
25 millions de cultivateurs à 25
millions de cultivateurs points tuez pas
après tu peut optimiser et multiplier la
surface parce que tu fais plus de
rotations parce que tu montes et utilise
le volume pas simplement la surface bon
d'accord et là on peut faire un x 30 1
fois qu'à un x 5 la surface de base bon
ça je suis d'accord
n'empêche que c'est quelque chose de
très fini et qui coûte cher en plus
dès lors un appareil d'agriculture mais
est ce que tu penses pas que globalement
sur la société
on a un problème de lien aux vivants
pour les déconnexions si évident est en
fait si vu qu'il y avait des ruptures
entre la ville la campagne entre les
agriculteurs ceux qui sont même entre
les aviculteurs entre parce que tu
penses que l'individualisme ne sais pas
où vivent qu'ils un problème c'est
l'amour au triste de le dire mais c'est
quand même ça la vérité puisque je pense
moi c'est que cette projection de la
conception individualiste de la société
qu'on a aujourd'hui où chaque individu
ce sens je voudrais pratiquement éternel
projeté sur la nature chaque animal dans
sa singularité est aussi important que
l'espèce dans sa globalité dans
l'histoire de la nature et dans
l'histoire du monde
ça ça marche pas et à ce titre le
véganisme et quelque chose d'à regarder
à cette aune à la mort l'idée que tu es
de manger manger pour tous et nous tuer
pour manger ça fonctionne plus parce que
un animal dans sa singularité est aussi
important qu'une espèce écraser une
fourmi c'est très grave mais c'est
pratiquement aussi grave que de perdre
la forme hier c'est non non non c'est
pas c'est pas vrai ça marche pas comme
ça et ça c'est très important de le dire
c'est ça qui donc c'est pas le rapport
aux vivante est un problème à mon avis
quand tu es habitué à vivre avec le
vivent tous les jours s'est passé des
choses qui sont des évidences mais c'est
une fois menés là qui perd 3 fourmis
s'en fout une partie de son quotidien
ça veut peut-être pas dire qu'il faut
briller les yeux fermés hier
non surtout pas non non mais tu vois
pourquoi tout a basculé de l'autre côté
on dit souvent que le véganisme c'est
l'avenir de l'humanité
non c'est plutôt
mais on note la butte pour sortir le
mulot des choix ouais état et si tu as
des bulots me fit a débuté parce que tu
as des millions visitons projet donc toi
tu as tenu bon en france nous allons
parler aussi de la pac la pac c'est
l'école communale c'est propre et 1
comment ont réagi les autres pays
vis-à-vis de ton projet parce qu'on sait
qu'on fera pas bouger la pac si le pays
où je pense qu'actuellement moi j'avais
obtenu verdissement de la pac un jet ski
était quand même pas mal et qui n'était
pas gagné mais c'est quand je suis
arrivée des hypothèses de verdissement
été remise en cause par tous ou presque
en allemagne que ça soit sur les
surfaces d'intérêt écologique que ce
soit sur la préservation des prairies
permanentes qu'on connait quand même
comme un élément stockage de carbone et
d&g vie de déstockage et que ça soit sur
les trois rotations de sa
diversification sur les sols nécessaire
pour pouvoir vers d avoir un paiement de
verdissement c'est quand même ça qui a
été mis dans le paquet du verdissement
de la pac ce n'était pas rien à l'époque
sa part rien aux allemands voulaient
rien ah bah oui puisqu'on a obtenu après
l'agroécologie ils sont arrivés ils ont
regardé ça en se disant mais oui mais
bon mais quand même c'est vrai que là
les combats qu néerlandaise aux mondieux
de deux comédiens jouant de la coop 21
que ça se mange l'agriculture là avec
les américains pour dire tout est dans
la science la chimie la technologie puis
on va résoudre tous les grands problèmes
comme ça je leur avais dit oui la
lecture klimato intelligente c'est mieux
qu'une agriculture complètement con et
pas climatiquement intelligente 1g et
c'est là que le 4 pour mille le stockage
de carbone dans les sols est arrivé
comme un élément venant de l'agriculture
et pas simplement venant de l'industrie
et de la recherche pour corriger les
effets tchoubaïs pour corriger les
effets négatifs de l'agriculture
industrielle avec encore en fait des
produits qui viennent de l'industrie
c'est toujours le même principe que la
femme du chef du chêne et du génie génie
venant toujours donné des bons des
mauvais conseils
le principe aux légions ton projet
c'était la smart agriculture way to tout
le système a dû c'est d'ailleurs pour la
mise en place par exemple des
certificats d'économies de
phytosanitaires était d'application des
certificats d'économie d'énergie à
hôpitaux sanitaire le développement des
alternatives le biocontrôle le bio
stimulant les toutes les alternatives
qui s'il s'est opposé pas d'abord la
fnsea sur le fait que j'avais mis une
sanction il a fallu baisser au niveau de
la sanction
puis après j'ai eu un recours au conseil
d'état un pour une aile tout fallacieux
parce qu'on avait vérifié on vous
conseille d'état qu'il fallait faire l'
enquête publique avant l'ordonnancé
avant le décret après leur donnant puis
aux résultats le conseil d'état me
contredit
et retoque du certificat d'économie de
phytosanitaires recours déposé par qui
il y eut pp et comme de france
revendeurs mais donc cela je peux dire
ils disent rien mais enfin il a juste
quand même eux ils bossent j'étais
furieux juin en plus c'est un rêve
c'était en octobre 2016 truc mais
vraiment qui est arrivé comme ça pour me
flinguer un projet qu'on avait bossé
pour deux ans et demi ont commencé à
mettre en oeuvre
christian huyghe avait fait un bouquin
de l'inra sur le sujet les leurs robes
s'intéresser à ce système des
certificats d'économie d'énergie qui
oblige si tu veux les vendeurs les
vendeurs à trouver des alternatives aux
phyto et à la chimie
ç'a failli capoter alors j'ai récupéré
sa part une ppl de potiers qu'on a ferré
adopté début 2010 est donc l'application
des certificats lé fait que de commencer
on a perdu deux ans donc le cadre pour
min a commencé à développer cinq ans mon
mandat c'est qu'on idée de 4 pour mille
c'est venu d'un colloque qu'il y avait
qui avait à montpellier justement sur
lacrymal 30 agriculture en début d'année
2015 et où j'allais en tant que ministre
devant des scientifiques pour leur dire
voilà la préparation de la com com 21 la
place de l'agriculture qui était très
très mal parti
la place de l'agriculture parce que
c'est la contestation des émissions de
gaz par l'élevage déjà la contestation
de la consommation de viande et la
génitrice l'agiculture été maîtrise donc
il faut qu'elles corrigent et on est sûr
d'une solution c'est vraiment un
problème
c'est en allant à montpellier que je
demande une note
falcone en dix ans mais moi sur un
papier 10/10/10 pointe qui sont en débat
aujourd'hui qui traîne et qui pourraient
être utiles pour essayer de
repositionner la question de la coop 21
d'une manière un peu plus intelligente
bon il y avait déjà le débat de la clim
à la classe morte agriculture qui pour
moi était un truc correspondait pas et
dans la note des dix points là je vois
un truc qui s'appelle 4 pour mille et
l'explication est assez lapidaire
c'était comment stocker du carbone dans
les sols donc de la matière organique
tata 10
je rappelle je me tiens c'est que s'est
construite la sas et home explique
vaguement donc je comprend à peu près de
prix se retourne je vais aller devant le
truc à montpellier je fais mon trio
écologie et je termine pas un poids en
disant je vous propose de lancer un
grand projet que ça peut être quatre
pour mines qu'il y avait été faite par
l'inra et qui va nous positionner dans
21 pour être non pas un problème et pas
simplement sur
la réduction des émissions mais est
aussi sur la captation et la baisse du
carbone stocké dans l'atmosphère et puis
après j'ai vu la première fois derrière
ton article du monde d'ailleurs qui
était très sympa derrière nous selon le
ministre a bousculé des scientifiques
qui était surpris de voir quelqu'un qui
connaissait son sujet il a lancé un
grand projet 4 pour une
et puis quatre ports et les parties et
aujourd'hui on peut pas dire que ce soit
celle sais c'est quand même quelque
chose qui qui qui est structurant je
vois là je disais que j'ai rencontrés
selon le chief projet comme il appelle à
san francisco qui veut lancer une grande
opération d'épandage des la matière
organique que produit la ville de san
francisco l'ont ils en sont à cent
cinquante mille deux cent mille tonnes
et est avec un label quatre mois mais
une série stockage de carbone dans les
sols et donc voit alors je le vends je
vends pas je gagne en rien là-dessus
mais je veux que ces vacheron c'est très
important et donc ils font à san
francisco un sommet climatique
c'est bête climat sur lesquels ils
veulent proposer cette perspective
d'être les prêts la première grande
ville du monde à retraiter sa matière
organique pour stocké dans les sols
agricoles et favoriser partir de la
production du palier de la rivière célé
des chiens guides de la ville ne cessa
mais veulent faire ça les chefs de la
bim est vrai que paris fasse pareil sauf
que paris n'a pas les carènes kolo toure
mais bien sûr tout le monde pense bien
que après ça je vais m'en occuper moi
c'est du monde
pourquoi tu n'as pas fait un deuxième
mandat parce qu'il ya changement de
président de la république et que voilà
et puis au bout de cinq ans vous arrêtez
un peu pourquoi l'agroécologie c'est
dans la bio et pourquoi t'as pas laisser
pierre rabhi prenne sa place c'est
d'abord pierre habile veut pas prendre
ma place parce que pire habite année
chercheur est ravi il s'est construit un
monde politique il est confronté au
monde tel qu'il est et il essaye de le
faire bouger avec une idée possible du
monde qu'il sauterait etc
et puis deuxièmement pourquoi j'ai pas
laisser ma place à l'époque parce que
j'étais ministre d'un gouvernement et je
m'étais engagé derrière françois
hollande pendant sa campagne mais
l'avant sans même vouloir être ministre
puisque ça je l'avais dit et il se
trouve qu'au moment où il a fait son
premier gouvernement je n'y étais pas
donc j'aurais pu tu vois ne pas devenir
ministre n'est pas faire tout ça
j'aurais regretté
très poursuivre en effet oui c'est ça
ouais je suis resté je réussis de
rencontrer les copains de temps en temps
mais les civils business intelligence
passion qu'est ce qui fait que j'ai
entre au gouvernement
deuxième point c'est toi qui pousse
aussi pour prendre ce sujet là sur quoi
j'aurais agriculture comme le premier
gouvernement n'était pas bien fait le
premier grain on est jamais sorti le
seul gouvernement qui compte c'est celui
dans lequel j'ai été puisque moi j'ai
commencé dès le début du quinquennat
donc dans le premier gouvernement il y
avait des équipes politique je n'étais
pas à pied au fur et à mesure quand même
ça s'est resserré et puis je suis arrivé
et le mercredi 16 mai à 16h
j'ai le coup de fil du prieuré but et
qui me dit ça y est ému et ça y est je
suis ministre
bon ok moi je voulais même revenir sur
cette histoire par notre scheiber a
parlé d'un mois qu'on rate j'ai
rencontré la première fois avec pierre
chaunu c'était gelé dit yves rilhac là
quand j'avais vu cet article dans le
ouest france qui m'avait surpris sur 50
% de temps de gagné de tracteurs 50 % ou
30 % de phyto en moi je me dis tiens
qu'est ce que c'est que ça intéresse ça
m'interpelle en deux ans dont j'avais
été de voir et quand j'avais été voir
pierre jeunet on a été boire un coup et
des tués avec coatch treiber et c'est là
que j'ai découvert le fait que le maïs
se met dans un ter dans une terre qui
n'avait pas été retournés c'était en
2004 je crois c'est l été 2004 sec en
septembre quand j'y suis allé on voyait
la différence de couleur
et surtout le fait que la zune sol était
encore un peu meuble et humide alors
qu'à côté c'était devenu de béton quoi
et donc là j'ai compris qu'il y avait un
truc qui était assez pour moi très
intéressant et de la discussion que j'ai
vu avec chorale à l'époque m'avait aussi
expliquer ça ça m'avait frappé parce que
moi j'étais toujours souligné que la
bourse était une aération du solde
s'annonce était désherbage en fait au
début c'est du désherbage d'où le fait
que diffuse la dette arrivait aussi avec
les techniques culturales simplifiées et
que pour ceux qui sont dans la bio pure
considère que toutes ces techniques de
couverture du sol vont avec le diffuseur
parce que tu laboures but donc tu
désires pas et s'il faut désherber faut
utiliser alors à ce moment-là du
illifaut that on est vraiment dans un
truc una schéma où ça se bloque vite
alors pourquoi pas que la bio parce que
d'abord la bio quand je suis arrivé et à
3 8 % des surfaces agricoles utiles elle
est passée à 6 7 bis est donc là bien
doubler la surface de qu'on est loin de
la capacité de production globale et
donc il fallait développer la bio mais
en même temps moi j'ai jamais accepter
l'idée du grenelle de l'environnement
que fait sarko en gros j'ai 20 % de la
surface quête en bio et j'ai le grenelle
de l'environnement qui réussit les 86 %
qui restent ce qui se passe c'est autre
chose
donc j'ai toujours dit oui il faut
peut-être de là il faut la bio enfin il
faut traiter la chambre de l'agriculture
alors certains le font parce qu'ils ont
aussi des techniques de cul de culture
sans labour est avec celui des fins mis
dans les cultures précédentes y en a qui
le font mais toi doute comme la bio a
été faite uniquement au départ comme un
refus du conventionnel mais un refus
calquer du conventionnel cia cia
conventionnel au début un sauf sans
produits chimiques
c'était ça la bio
avec la bo parce qu'il fallait désherber
et ça assez galéré voilà c'était une
forme de d'antithèse scénario qui s'est
mis à dominer parce qu'une autre
tendance de l'avion tu t'écoutes
vorilhon parler de l'avion on se rend
compte qu'ils ont ils n'ont pas une
vision de viau qui s'était améliorée de
il parle de philo du mercure biologique
on est sympa mais on voit dans toute la
jeunesse du mouvement diot il ya une
tendance puis on a eu une effectivement
c'est qu'après le pascaa elle était ado
c'est un engagement politique contre ce
capitalisme et cette agriculture
industrielle c'est ça qui a fait aussi
cette dialectique qui a fait qu'ils ont
été extrêmement et qu'ils ont dominé et
que la bio a fini par sur ce type de bio
fini par l'emporter
la vraie question qui est posée c'est
que si on réussit à faire basculer le
plus grand la totalité d'agriculture
dans un modèle qui va être pratiquement
non consommateurs de phyto et chimie la
justification de la bio restera parce
qu'il y aura une histoire et puis il y
aura une spécificité je le pense mais ça
ne pourra plus être uniquement le fait
qu'ils aient pas qu'il ya des produits
chez client n'a pas trahi plus loin
alors comme on est des suppôts du
capital on a commencé un don camillo un
mouvement on a commencé à des copains du
monde qui s'appelle pour une agriculture
du vivant on a déjà parlé
est ce qu'on peut considérer que c'est
une continuité de ton projet aux abords
écologie et donc l'idée c'est de
développer des filières agro écologique
avec des cahiers des charges qui
implique la réduction du travail du sol
la couverture des sols
pourquoi t'as pas fait ça c'était trop
tôt tu es tout seul voilà je n'ai pas
fait pour que j'ai pas labellisé parce
que c'était trop tôt parce que en
alliant j'y ai pensé mais c'était un peu
tôt parce qu'il faut arriver à
structurer et à contrôler
voici le moment où saga du ministère
c'est un sujet qui doit être contrôlée
par l'état et j'en ai pas les moyens
l'époque et ça demande un travail
colossal
alors où on passe après par les
industriels de la grande distribution
qui valide qui sont eux des
prescripteurs avec un label mais si on
passait par l'état en fallait que je
sois en capacité d'avoir des indicateurs
déjà précis parce que sinon ça marche
pas et deuxième point d'avoir les moyens
pour pouvoir le faire ce n'est pas
évident comme ça bon donc c'est pour ça
que j'ai pas pu faire et puis c'était un
peu trop tôt parce que la loi a été
votée en 2014
elle s'appliquait en 2015 16 17 et voilà
ça va vite
dès 8 ans nous allons études aujourd'hui
il ya des melons il va y avoir des menus
de la restauration collective pour les
cultures du vivant donc tu peux au moins
avoir la fin j'espère donc à la
satisfaction de savoir que nous
continuons peut remercier pour tout ça
tu as quand même été un ministre à
l'ecoute qui lisait les messages qu'ils
regardent les photos c'est l'effet quand
il fallait aux moments où c'est
important quand même oui mais non je
rêve je suis je veux dire je
quand même fier de ce que j'ai fait un
communiste j'ai été présent quand j'ai
pu et sur tous les fronts sur le front
de l'agroécologie du projet que j'ai
porté sur le fond après des difficultés
que rencontrent les agriculteurs à
chaque fois j'ai dû faire plus de 250
déplacements partout en france j'en ai
fait vraiment cherché à être aux proches
et aux contacts ça m'est arrivé
d'ailleurs plusieurs reprises et cette
fois ci avec une traction du un bon
contact même un dimanche soir mais non
j'ai cherché à être vraiment un acteur
la fois innovants dans les méthodes dans
l'objet dans le projet et en temps très
proches vont pouvoir passer des messages
c'est bien cachés mais nous là dans
notre quotidien ne trouve pas d'acteurs
qui refusent ce principe d'agrico
logique c'est quand même une réussite
même si moi je le redis je pense que y
compris dans telle équipe ça a été un
peu loin comprendre moi je le dis comme
je les ai vécus avec toi et avec
d'autres je trouvais que c'était un peu
long que tu devais expliquer beaucoup
plus d'éléments sur ça mais tu vas fort
mais je comprends vite mais fort et uni
entend on peut
sache que on travaille avec des gens qui
ont le marché dans quelques mois il y
aura des menus agroécologie comines et
c'est très bien
moi je suis vraiment très dur là toutes
ces dynamiques elles ont été lancées et
on les a mises en oeuvres mises en place
mais en tout cas l'ami les jalons pour
pouvoir commander le belge est balisé le
chemin et puis après les gens pour le
coup je veux apprendre une formule
marche et ça se fait en marchant
ça se fait en avant sont en tout cas moi
je suis convaincu que ça donc à vous
maintenant aussi d'être des relais faut
faire avec la diligence qu'on a eu de
bien regarder comment ça pouvait servir
l'agriculture
tu m'as dit tout à l'heure que nous on
avait proposé 2
président de l'aefo quand j'ai été
invité à la fao
dans ce cas là qui a porté sur
l'agroécologie stassin podium et 70 pays
700 personnes c'est un succès et c'était
au mois de mars à rome
non vous vous étiez vérité c'est moi
peut être réalité tout le temps n'avait
pas été invitée d'honneur et j'ai été
d'ailleurs très très bien que pour ce
que j'ai fait sur l'écologie puisqu'elle
a effarouché lancé l'agroécologie le
club des pays de la loire goji été créé
je le dis au passage donc il ya des
choses qui avaient bougé j'avais emmené
plusieurs agriculteurs de la chapelle en
particulier pour avoir aussi des leur
donner des choses à voir et à comprendre
je jugeais et donc tout ça ça s'est mis
à diffuser un peu beaucoup
et du coup là lors de ce symposium quand
même là et fao et non j'ai obtenu ma
médaille la fao a adopté une stratégie
sur l'agroécologie et à l'époque c'est
vrai certains me disaient mais ce soit
toi mais bon la vie politique étant ce
qu'elle est je vais pas vous faire de
dessin maintenant je ne suis pas à rome
je suis dos voilà surtout renommé
on s'était rencontrés au moins d'octobre
à montréal
mon action sur les lectures du vivant
aussi qui avait été organisée par des
étudiants de l'université
juste comme ça par curiosité temps à
penser quoi de qui se tient comme
différence fondamentale est-ce que tu a
perçu une différence fondamentale entre
le rapproche la nôtre
même si c'est assez court n'a pas le
temps doit elle appelle cela la question
des ogm en europe est dit est très
présente
j'ai les ogm monde de predict à être la
balle est très présent dans le clivage
chimiques chimie il faut pas qu'il faut
j'ai un peu ogm il est encore plus
violente et moi c'est ce qui m'a saisi
en tout cas est ce que voit d'abord
parce qu'il va saisi c'est que dans
cette amérique du nord qui est traversée
par quand même et mouvements très
conservateur et avec le trump est en
partie lié tout un mouvement sur cette
génération en génération du soldat qui
fonctionne entre le canada les
etats-unis dans toute cette amérique du
nord une espèce de deux mouvances qui
s'organise très bio organiques pas
vraiment moi ce que j'ai perçu assez que
l'on dit âge avancé sur un certain
nombre d'éléments techniques sur les
sols mettrait sur couvertures
traditionnelles nautile 2000 appels
alors que je pense que on a fait
quelques progrès de notre côté qui vont
être aussi des éléments importants sur
le carbone dans les sols sur la place
des vers de terre ils sont plutôt micro
bio bio quoi bon mais c'est un mouvement
ça qui m'a frappé de jeunes et qui
s'organise et qui très structurelles
américaine quoi c'est à dire que terme
de com dans l'animation stick à la coloc
quaida gueule voilà d'accord qu avait de
la gueule
et toutes ces je vois d'ailleurs il me
renvoie maintenant toujours un peu les
infos et ça continue et d'ailleurs sur
san francisco c'est démocrates
américains la californie qui justement
fait ce qu'il ce sommet sur le climat
avec des grands enjeux
parce qu'ils veulent montrer qu'ils
existent et que face à 30 qui dit que le
réchauffement climatique n'existe pas
voilà vous avez vu d'ailleurs que le rio
grande et aider à sec sec puisque ils
arrêtent les largages et tout ça tape
une goutte d'eau là et sa mesure ça ne
cesse d'avancer
j'ai vu ce que c'était jusqu'à reportage
qui étaient passés les pas longtemps là
alors c'est une grande nouvelle cette
semaine
marcel bouchez reviennent shanghai
premier colloque international sur les
vers de terre à shanghai shanghai 300
participants marcel bouchez a fêté ses
cinquante ans de mariage et il a marié
la fille de son premier thésards chinois
qui aujourd'hui est aujourd'hui donc
marcel bouchez grand d'éminents
chercheurs sur les vers de terre france
est donc un athée zaki et qu'il a
commencé dossier une quinzaine d'années
l'homme à lui-même à une dizaine
d'étudiants en thèse
sur les vers de terre premier colloque
international sur les vers de terre en
chine
président d'honneur marcel bouchez nous
la france tu as lu son livre iii en plus
j'ai eu toute la première partie parce
que c'est tellement un épais qui m'avait
offert ça quand tu as des tons
controverse à marcillac
mais j'ai lu son livre est d'ailleurs
allé tirer un certain nombre de
d'éléments dans le mon bouquin monsieur
gilles les chinois sont très intéressés
par l'agro écologie puisqu'ils ont été
membres du club de l'agroécologie les
fagots et j'avais fait venir
moi j'ai on a poussé pour que la chine
vienne à laïfaoui jeudi au passage en
plus à la france appelée premier tenant
il n'était pas premier voyage de de
hollande en 2012 fin 2012 et on va faire
rentrer chez nous puis du coup il
s'intéresse à un gros écologie parce
qu'ils ont un gros problème de sol et
d'érosion éoliennes et les nuages de
poussière à pékin sont des problèmes
majeurs tant qu'ils ont bien compris
agroforesterie et agro écologie c'est ça
c'est la même histoire de ce bol des
états unis qui eux mais en même temps
comme toujours ils sont aussi sur un
versus complètement industrialisés de
l'agriculture grande échelle et donc
autant ils avancent très vite sur la
question de l'écologie parce qu'ils ont
un vrai problème est que les sols autant
il bascule aussi dans le délire des des
élevages de production à des milliers d
le truisme donc là ils ont un problème
de réglage mais ils ont un gros problème
c'est que ils ont 9 % de leur surface
vraiment utile pour produire de produire
de l'alimentation et des produits
agricoles alors qu'ils sont 1 milliard
400 millions
donc c'est un vrai sujet vital s'est pas
tu vois pas où on gaspille des
territoires
ils n'ont pas assez et c'est pour ça
qu'ils n'achètent partout et ils ont un
prêt de rationalisation et de reconquête
d'une partie de la perte d'état une
toile qu'ils ont laissé c'est aussi
parce que la désertification
ils ont envisagé deux tracés envisagés
ils ont déjà traduit le week-end dans sa
bouche et les américains l'ont pas fait
non non les américains soit vers des
terres sont un peu en deçà d'ailleurs je
l'avais vu à mort à montréal il était
beaucoup sur une micro bio collemboles
et tout ça mais peu sur les vers de
terre
on s'en est aperçu tous les vingt ans
qui la bourde de ces vers de terre vous
n'avez pas faire ce même ce qu'ils
abhorrent pas tort il n'était pas
branché sur et en particulier ce qui est
possible avec les vers de terre c'est
que tu as une partie de de la fertilité
des sols qui peut être lié au nombre de
vers de terre qui te font de la zot
ben oui ouais mais c'est un vrai sujet
c'est le fond du débat quand même des
soldes on a l'impression qu'ils n'ont
pas encore été non non mais c'est une
très belle reconnaissance du code pour
marseille eq co2 avec le 4 pour mille
enfin une section spécifique vers
l'international pour wii revient à
aristote
bon mes amis en fait on a oublié de te
dire ce que t'as le bonjour de christian
abadie ouais ouais je ne sais pas on a
fait des additions chez lui beaucoup le
fait des pilots unique on a regardé un
petit peu le stockage du carbone il ya
24 pour mille aujourd'hui 24 formule
christian ya 24 pour me donc ils donnent
aujourd hui en velay de faire une
confidence on n'a jamais pu te le dire
mais aujourd'hui on peut juste avant du
parc on a pleins pleins d'agriculteurs
qui nous ont appelés et parce qu'il
fallait que tu partes
il y avait comme une échéance n'est ce
pas les acteurs qui était plutôt de la
fédé plutôt pas tellement je pense pas
qu'ils avaient la carte au ps
mais qu'est ce qui va se passer il va
partir à cinq ans selon l'oif soit
habitué à la fois après une tête de turc
pour taper dessus puis en même temps ils
respectés quand même bon voilà il est
licite et il était inquiète les
agriculteurs qui n'est pas ton bord
politique pour dire comme ça il était
inquiet savoir que j'allais partir ça
c'était c'était assez c'est assez
surprenant voire un peu stupéfiants dur
mais mais mais mais le foll va partir à
la chorale là qu'est ce qui va se passer
dès mercredi
vous posez des questions humaines à fond
la réponse de l'audi parce que c'est
quand même extrêmement important cette
reconnaissance agricole sur un projet
agronomique et pas juste un peu projet
politique bien fait rire non mettant moi
je le rencontre je me rends compte aussi
parce que la plupart du temps je renvoie
je discute avec certains je vois bien
quand même que il s'était lié il s'était
passé quelque chose
voilà quand même et ils reconnaissent
tous comme moi il y avait une ligne
indispensable merci merci à vous

Partager sur :