Fourmis

De Triple Performance
Aller à :navigation, rechercher
Crédits photo : CC0 1.0
Ravageur



Les fourmis sont des insectes sociaux qui constituent la famille des Formicidae (ou formicidés en français) et, avec les guêpes et les abeilles, sont classées dans l’ordre des Hymenoptera, sous-ordre des Apocrita. Ces insectes eusociaux forment des colonies, appelées fourmilières, parfois extrêmement complexes, contenant de quelques dizaines à plusieurs millions d’individus. Certaines espèces forment des supercolonies à plusieurs centaines de millions d’individus. Les termites, parfois appelés fourmis blanches pour leur ressemblance formelle et comportementale, sont de l’ordre des Dictyoptera (sous-ordre des isoptères) mais ne sont pas de proches parents.


Les sociétés des fourmis ont une division du travail (polyéthisme d'âge et de caste), une communication entre individus et une capacité à résoudre des problèmes complexes. Ces analogies avec les sociétés humaines ont depuis longtemps été une source d'inspiration et le sujet d'études scientifiques.


En 2013, plus de 12 000 espèces ont été répertoriées, mais il en reste probablement des milliers encore à découvrir. Le recensement participatif, tel qu'il a été fait en 2019-2020 dans le canton de Vaud, en Suisse, pourrait être un moyen d'aquérir de nouvelles connaissances. Famille cosmopolite (la fourmi a colonisé toutes les régions terrestres à l'exception du Groenland et de l'Antarctique), elle atteint une grande densité dans les milieux tropicaux et néotropicaux. Bien que les fourmis représentent moins d'un pour cent des espèces d'insectes, leur population estimée à un milliard de milliards d'individus est telle que la masse de la myrmécofaune excède le poids de l'humanité et représente 10 à 15 % de la biomasse animale dans beaucoup d'habitats, cette masse conjuguée à celle des termites représentant le tiers de la biomasse animale de la forêt amazonienne.


Leur succès évolutif est en grande partie dû à leur organisation sociale, leur plasticité génétique associée à la présence de nombreux éléments mobiles dans le génome, et leur opportunisme alimentaire.()

Annexes



Partager sur :