Sarah SINGLA - L'Agriculture en Conservation des Sols

De Triple Performance
Aller à :navigation, rechercher
Vidéo - Ver de Terre production (15 mars 2019) - Sarah Singla - Durée : 15 minutes
Icone categorie objectif.png Sol et fertilisation

Thumbnail youtube ffHvwpk22-4.jpg

Sarah SINGLA - L'Agriculture en Conservation des Sols

Le témoignage de Sarah Singla lors des conférences organisées par le SIMA 2019


Transcriptions

d'accord donc merci pour l'invitation

donc sarah singla je suis agricultrice
en aveyron donc j'ai repris la ferme de
mon grand-père en 2010 et une ferme qui
a la particularité d'être un agriculture
de conservation des sols depuis 1981
donc ça c'est pour vous dire aussi que
ça fait 40 ans qu'on n'a pas du tout la
bourrée au travail et les sols donc être
agriculteur c'est produire de la

Afficher la suite

nourriture

c est géré de la biodiversité c'est eux
s'en sortir dans un contexte de
compétitivité accrue
mais c'est aussi et surtout gérer des
cycles donc des cycles de l'eau des
cycles du carbone
le cycle et des éléments minéraux donc
si on veut regarder tout d'abord le
cycle du carbone en tant qu'agricultrice
mon objectif ça va être de produire de
l'oxygène pour produire de l'oxygène
il faut que j'aie des plantes vivantes
toute l'année puisque la plante qui est
vivante toute l'année elle va convertir
donc le co2 de l'atmosphère et l'eau en
sucre pour attraper ce carbone il faut
absolument que j'ai des plantes vivantes
donc première chose pour boucher les
trous avoir un sol couverts en
permanence toute l'année ça a été dit en
introduction en moyenne en france
pendant quatre mois par an les sols sont
venus un sol nu ne stocke pas de carbone
donc premièrement couvrir toute l'année
deuxième élément minimiser le travail du
sol il ya des études qui ont été faites
notamment pardonnerez koskie aux états
unis qui montrent que plus en
travaillant un sol plus on va d stocker
le carbone et qui était dans le sol et
on va les remettre dans l'atmosphère en
revanche si je diminue mon travail du
sol je vais pouvoir conserver le carbone
dans le sol et plus j'ai de carbone dans
le sol donc plus je vais favoriser la
lutte contre le réchauffement climatique
mais plus je vais avoir aussi un lien
intime avec les autres éléments minéraux
donc que ce soit les oligo-éléments et
aussi par rapport à l'eau si on doit
parler de carbone c'est de la matière
organique dans un sol dans lequel vous
avez deux tours
100 de matières organiques vous ne
retiendrez que 40 kg d'eau dans un sol
dans lequel il ya 4 % de matière
organique en routine 80 kg d'eau ça veut
dire qu'en multipliant par deux le taux
de matière organique en multiplie par 4
la capacité de rétention en nous et ça
c'est très important pour le futur
puisque vous le voyez autant à l'époque
on avait automne hiver printemps été
maintenant on s'oriente davantage vers
la saison sèche et la saison des pluies
donc plus j'aurai de carbone dans le sol
plus je vais pouvoir stocker de l'eau
pendant l'hiver si jamais il pleut et
plus je vais pouvoir utiliser cette eau
au printemps et pendant l'été par
rapport à l'eau le fait qu'on ne
travaille plus trop les sols et qu'on
minimise le travail du sol on va aussi
favoriser la l'infiltration de l'eau
dans le sol
donc ce qui signifie que même si jamais
il pleut trop l'eau va pouvoir
s'infiltrer puisque ce qui va faire de
la porosité dans le sol ce sont
principalement les vers de terre et les
et les racines de plantes vivantes
en revanche si jamais y ait du travail
du sol généralement le travail du sol va
provoquer ce qu'on appelle et des
structures horizontales
quand on a des structures horizontales
comme des semelles de labours ou les
semelles de tcs l'on ne va pas pouvoir
s'infiltrer donc là ça veut dire que
j'ai les trous encore à boucher donc là
on est sûr en oeuvre on vient de voir le
cycle du carbone
le cycle de l'eau troisième cycle le
cycle de l'azoté
comment boucher les trous mais déjà
c'est un optimisant le les apports
d'azoté dans l'atmosphère il ya 78 %
d'azoté on n'est pas obligé normalement
de mettre autant d'assaut tôt que ce que
l'on met et on se rend compte aussi que
si jamais on met trop d'azoté on peut
créer des maladies sur les plantes
il ya une étude qui a été faite en au
pays bastion du poivron
ils ont mesuré en fait sous quelle forme
et l azote dans la plante chaque fois
que la zone était sous forme et no 3 -
quand on avait plus de 55% d'azoté se
forme no3 - dans une plante on avait des
pucerons simon azotés sous forme nh4
plus où se forme acides aminés ou sous
forme protéine est beaucoup moins de
maladies et ça c'était une théorie aussi
qui s'appelle la théorie de lait trop
furieuse qui avait été développé par
monsieur chagos ou qui travaillait à
l'inra à l'époque où en fait
plantes malades vont aussi attiré des
insectes ravageurs et ça signifie qu'on
n'est pas obligé de mettre autant
d'adeptes que ce que l'on me et l'enzyme
qui va convertir le no3 - en lainage 4
plus c'est une enzyme qu'on l'appelle la
limite roger naze et la nitro gymnase
elle a besoin de soufre et de molybdène
donc ça veut dire que je peux me
permettre de mettre moins d'azoté
si je nourris correctement ma plante
avec souffre et molybdène je vais
assurer la conversion du no3 - en
lainage 4 plus j'aurai des plantes et
qu'ils seront moins malade et on
explique souvent aussi la plante telecom
nous non moi je passe tous les repas de
la semaine le dimanche soir sinon on
serait malade on aime bien manger un peu
tous les jours pour les plantes c'est
pareil aujourd'hui on arrive à faire 100
quintaux avec 100 unités d'azoté en bib
ronan c'est 30 unités d'azoté par
passage pas plus pas moins
si on en met plus on va voir des risque
de lessivage
donc on a dit comment on fait pour
limiter les fuites et déjà je j'évite
d'en mettre trop parce que si jamais
comme on n'a pas d'impact sur la pluie
si jamais il pleut trop je peux perdre
par lessivage et le jeu mais aussi
diminuer mes pertes par volatilisation
je vous rappelle 78% de l'atmosphère ces
deux là zot et comment si on regarde le
sifflet de la photosynthèse c'est la
conversion du co2 plus de l'eau en sucre
mais pour faire ça il me faut du
magnésium
il me faut du bord il me faut du zinc il
me faut du molybdène les
micro-organismes que l'on appelle les
assauts tobback terre et asos pire il y
sommes qui vivent à la surface du sol
qui convertissent le dièse hautes de
l'atmosphère en hainaut 3 - et
emménagent 4 plus ont besoin de soufre
et de molybdène
donc on fait on va nourrir la vie du sol
on va favoriser le développement de ces
micro organismes qui vont faire le
travail et ma place et qui me
permettront d'économiser des apports
d'azoté qui sont aujourd'hui trop
conséquents et qu'il pollue et il faut
travailler vers là en fait l'agriculture
de demain on va passer de la
fertilisation raisonnée à la nutrition
minérale des plantes
on va travailler sur ces oligo éléments
pourquoi est-ce qu'on nous parle
toujours de haine de pékin ça c'est
uniquement de la physiologie c'est parce
que n e
et qu'at il faut savoir que les éléments
minéraux dans une plante sont classés en
fonction de leur importance pondérale
c'est à dire en fonction du poids qu'ils
représentent dans la plante mais pas en
fonction de ce dont on a besoin et si
tomberez si on regarde de quoi il nous
plante a besoin de la plante elle va
avoir besoin de zinc de cuivre de
molybdène de soufre de magnésium de
calcium est tout en haut de la pyramide
elle aura besoin d'un tout petit peu des
autres et en gros travail et faire à
l'avenir sur ce sur 16 au total
en complément d'avoir un sol couverts en
permanence par des plantes vivantes qui
va stocker du carbone et pour voir aussi
avoir de l'eau donc c'est sur le site et
des éléments minéraux
maintenant on nous parle toujours
beaucoup de carbone azote et oxygène
il ya aussi tout ce qui est phosphore
souffre quand on parle de la dégradation
des couverts végétaux on parle très
souvent du csu rennes
mais il faudra également intégrer le c /
s le c / p donc c'est à dire le rapport
carbone sur souffle carbone surface fort
puisqu'on sait aussi que ces éléments là
vont être immobilisé par les
micro-organismes il ya une étude récente
qui a été fait aux états unis qui
montrent qu'on regarde toujours la
partie aéré mais on oublie souvent la
partie souterraine
les racines de seigle lorsqu'elles se
décomposent vont me mobiliser beaucoup
plus d'azoté que la décomposition des
feuilles du seigle qu'on avait utilisé
en couverts végétaux
donc ça vaudra aussi dire qu'il faudra
investiguer toutes ces parties racinaire
quand on tiendra compte du recyclage des
éléments minéraux
donc c'est quelque chose qui est
positivement voix qui a encore beaucoup
beaucoup de travailler là dessus donc
l'avenir de l'agriculture ce sera de
l'agriculture de conservation ou de
régénération des sols tout en
travaillant sur la nutrition des plantes
puisque l'on va aussi répondre aux
attentes sociétales
si aujourd'hui les consommateurs veulent
manger bio c'est parce qu'ils pensent
que c'est bon pour leur santé
et nous notre rôle demain ce sera de
montrer que les nôtres la nourriture que
l'on produit et les consommables et que
à l'intérieur il ya aussi des oligo
éléments on va se baser sur du résultat
plutôt que de se baser sur des cahiers
des charges et donc je sais pas si
merci ça j'ai peut-être pas rien de plus
vite avec vous nous avez vous des
questions par ap
alors merci lisait dans un document de
l'inra que l'agriculture de conservation
était l'une des des cas où on ne pouvait
pas se passer de glyphosate
comment fait alors aujourd'hui
l'agriculture de conservation des sols
sans glyphosate on ne sait pas faire
ponctuellement on va pouvoir s'en passer
en personnellement sur ma ferme
il ya de temps en temps j'ai pas besoin
d'utiliser du glyphosate puisque je vais
faire des sur semi de méteil dans les
luzernes donc pendant trois années
consécutives g0 applications de
glyphosate et aujourd'hui vous le savez
tous il faut désherber pour éviter la
compétition entre eux n'ont réservé la
culture donc on a deux types de
désherbant soit ça va être le travail du
sol c'est désherbage mécanique ou un
désherbage chimique dans tous les cas
faut pour désherber on a le choix entre
les deux mais au regard de
l'intensification des phénomènes
climatiques avec les sécheresses et des
inondations
au regard de ce que l'on veut faire pour
demain on se rend compte que un tout
petit peu de chimie a beaucoup moins
d'impact que du travail du sol
c'est le challenge de notre génération
et maître de régénérer les sols pour les
générations à venir pour les pour ceux
qui vont nous succéder
on a créé des déserts les déserts n'ont
pas été créés avec du glyphosate les
déserts ont été créés avec du travail du
sol
aujourd'hui nous savons tous que si nous
n'avons pas de soldes mais nous ne
pourrons pas produire on parlait tout à
l'heure de faire du photovoltaïque c'est
parce qu'en fait on a du mal à faire
pousser des plantes
de même j'ai pas envie de manger du
panneau photovoltaïque et ça va pas me
nourrir donc c'est comment peut-on faire
pour régénérer les sols et on sait
aujourd'hui avec les études
scientifiques actuelles inutiles qui a
été fait par ligne par l'université
d'amiens pardon où il montre que un
litre et demi de glyphosate correctement
appliquée à moins d'impact sur la vie
microbiologique du sol que le travail du
sol
donc l'idée n'est pas de se disputer sur
les outils l'idéal est de regarder
quelle agriculture vos tombes domaine et
j'ai cette agriculture la laisser
les trois piliers de la durabilité du
premier pilier c'est l'aspect économique
on va pouvoir réduire nos charges de
mécanisation tout en produisant plus
deuxième aspect c'est l'aspect
environnemental ont favorisé au maintien
la biodiversité
on favorise les infiltrations de l'eau
troisième aspect aspect social si je
passe moins de temps sur le tracteur
mais je pense que c'est des agriculteurs
qui sont dans la salle on est quand même
content aussi
et je rajouterais un quatrième pilier
qui est le pilier sociétale les
consommateurs veulent eu zéro pesticide
et dans les grilles personnellement et
même d'autres agriculteurs ont fait ça
nous avons fait des analyses de grains
il ya zéro phyto zéro pesticide pardon
sur les grains que nous produisons et
quand je parle de pesticides il ya deux
types de pesticides donc et les
pesticides de synthèse qui sont
communément appelées par nos
agriculteurs produits phytosanitaires ou
santé des plantes on soigne une plainte
et si elle est malade et le deuxième
piste ici que nous n'avons pas sur nos
graines ce sont des pesticides et
naturel parce que je tiens à vous
rappeler que si nous soignons les
plantes c'est pour protéger la
nourriture pour que ce que l'on est à
l'affût puis cet opus et être
consommable
donc à partir du moment où en terme de
résultats jacques roy la biodiversité
l'eau s'infiltre mieux on s'en sort
mieux et le grain qui est qui sort de la
ferme et consommables on répond donc aux
attentes sociétales je vois pas où est
le problème avec les désherbants
chimiques
ce niveau évitez de limiter le problème
des pesticides c'est là la seule
question du glyphosate et je pense pas
non plus que ce soit le travail du sol
qui crée de ça il ya eu un certain
nombre d'autres mécanismes qu'un jouet à
ce moment là oui mais on sait que le
travail du sol diminue le taux de
matière organique et sur le long terme
il y est plurielle mais il ya des
travaux dans le sud du ca du sahel
notamment qui avait que du travail de
l'intelligence ans originaires d'essonne
et un moment donné il faut intervenir
quand même je pense qu'il faut éviter le
noir et le gris le noir et blanc
le travail du sol a engendré ça le fait
qu'on ait du travail du sol ou qu'ils
aient un sol nu si j'ai un son venu je
ne valais pas de d'évaporation de l'eau
du sol donc on va aussi limiter la
formation de nuages en surface et qui
fait de la pub va pas retomber là aux
etats unis ils ont pu modifier
le climat comme ça dans un endroit en
passant en agriculture de conservation
des sols il ya un exemple qui est en
train d'être développé sur un peu plus
de 3500 kilomètres carrés au nord du
pakistan inde émirats a décidé de
replanter plusieurs millions tard pour
effectivement régénérer régénérer à qui
donc est un terme vous n'avez pas
utilisé
c'est que vous avez les limites et les
plantes et le sol mais vous n'avez pas
parlé de l'interface qui est créée par
le microbiote le microbiote du sol
notamment ses ascendants à cet endroit
là sans doute que se joue une partie des
problématiques du phosphore et du soufre
donc le l'agriculture a beaucoup parlé
de mécanique de chimie et de mai n'ont
pas vraiment partir vers ce microbiote
et microbienne du sol parce que le
microbiote de la plante donc ça va être
l'ensemble des micro organismes qui
vivent avec une plante vous avez les
micro organismes qui vivent avec les
racines qu'on appelle la rhizosphère
vous avez des micro organismes qui
vivent sur les feuilles qu'on appelle et
la philo ce faire tout ça c'est le
microbiote et ce sont les micro
organismes qui d'eux mêmes vont nous
aider à régénérer les sols plus vite et
à recycler aussi ces éléments minéraux
quand on parlait tout à l'heure de
convertir le dièse hautes de
l'atmosphère en est on n o 3 - one h4
plus ce sont les a's autobacs terre et
asos pire il y en a qui font cela donc
ça va être le premier au bio et
l'adhésion des masses enfants plus que
d'autres oui les réseaux deviennent donc
vivent en symbiose avec la plante à
autobacs terre asos pire et lyon ce sont
des bactéries libre fixatrices d'azoté
que l'on trouve aussi dans des champs de
céréales

Partager sur :