Black rot

De Triple Performance
Aller à :navigation, rechercher
Black rot
Ravageur

Le Black Rot, ou pourriture noire est une maladie cryptogamique de la vigne.

L'agent responsable de cette maladie est une espèce de champignons phytopathogènes ascomycètes de la famille des Botryosphaeriaceae, Guignardia bidwellii, originaire de l'est de l'Amérique du Nord où il frappait les vignes sauvages avant l'arrivée de la vigne européenne cultivée (Vitis vinifera subsp. vinifera ).Extrait de Wikipedia (CC-BY-SA)

Biologie du Black Rot

Sources d'inoculum

  • Guignardia bidwellii  se conserve sur les baies momifiées, les vrilles, les feuilles infectées tombées au sol et sur les chancres présents sur les sarments[1].
  • Le déchaussage au printemps peut ramener à la surface du sol ces baies momifiées enfouies et donc faire remonter un inoculum potentiel.
  • Les vignes abandonnées permettent à G. bidwellii de se multiplier et se conserver : elles maintiennent en permanence un inoculum potentiel à proximité des parcelles cultivées.

Invasion de l'hôte

  • Au printemps, l'augmentation de la température (20-25°C), associée à une humidité importante (pluie d'au moins 0,3mm), induit la production et la projection de spores ensuite transportées par le vent jusqu'aux plantes environnantes et notamment les feuilles et jeunes baies des vignes. Ces spores sont responsables de la contamination primaire.
  • Une fois sur les plantes, le mycélium du champignon perce la cuticule, pénètre dans les tissus foliaires et envahit la plante. L'apparition des premiers symptômes intervient après une dizaine de jours en été, 20 à 30 jours au printemps.


Facteurs influençant le développement du champignon

  • La durée de la période d'incubation dépend à la fois de la température et de l'âge du tissu au moment de l'infection.
  • Le climat influence particulièrement le développement de G. bidwellii, et notamment les pluies fréquentes et durables. C'est pour cette raison que le black rot est grave dans les régions tempérées humides, et moins actif en zones méditerranéennes.
  • Le Black Rot se développe sur une plage de température allant de 9°C à 32°C, son optimum se situant autour de 26°C.
  • Le feuillage de la vigne est réceptif à G. bidwellii de la sortie des premières feuilles à quelques jours après la floraison.
  • Les jeunes feuilles en phase de croissance sont plus sensibles que les feuilles adultes.
  • La grappe est très vulnérable du stade floraison au stade fermeture de la grappe, par la suite sa sensibilité diminue progressivement jusqu'à la véraison.


Cycle biologique du Black Rot


Cépages très sensibles au Black Rot


Cépages moins sensibles au Black Rot


Symptômes du Black Rot

G. bidwellii s'attaque à tous les organes jeunes de la vigne en phase de croissance active, et en particulier aux feuilles et aux grappes :

  • Incidence organoleptique : Elle est comparable à celle provoquée par la Pourriture grise : une attaque d'environ 30% sur Merlot entraîne une réduction de 39% de l'intensité colorante, de 29% du taux d'anthocyanes et de 7,5% des tanins.
    • Les vins sont moins colorés.
    • A l'odorat il y a un manque de fraîcheur et des nuances de fruit blet.
    • Au goût, les tanins sont moins bien constitués, secs et moins fondus.


Méthodes de protection

Pour être efficace, la lutte contre le Black Rot associe une protection chimique bien positionnée et des mesures prophylactiques ayant pour objectif de réduire la quantité d'inoculum présent au vignoble.


Prohylaxie

  • Utiliser des cépages moins sensibles.
  • Arracher les vignes abandonnées situées à proximité de la parcelle.
  • Respecter les densités de plantation afin d’obtenir une parcelle de vigne bien aérée.
  • Maîtriser la vigueur de la vigne, épamprer les ceps, et ne pas travailler dans la vigne lorsque les plantes sont humides.
  • Observer régulièrement les ceps afin de détecter les premiers foyers et enlever et détruire à tous moments les organes aériens présentant des symptômes de black rot, sinon ils constitueront ultérieurement des sources d'inoculum.
  • Lors de la taille, collecter et brûler les vrilles et les sarments présentant des lésions, et éliminer les grappes portant des baies momifiées : sources potentielles d'inoculum primaire.
  • Après la taille, selon le mode d’entretien du sol pratiqué, broyer et enfuir les restes des sarments sortir les bois et les restes de grappes de la parcelle et les brûler[2].

Lutte chimique

  • Utiliser des outils d'aide à la décision et suivre les bulletins de santé du végétal.
  • Lutte préventive ou curative, selon la situation.
  • Pas de lutte spécifique : opter pour des produits anti-mildiou et anti-oïdium homologués contre le black rot.
  • Attention : des souches de G. bidwelli moins sensibles voire résistantes à des fongicides sont présentes au vignoble ou sont susceptibles d'être sélectionnées plus ou moins rapidement. Il est conseillé d'alterner les fongicides possédants des modes d'action différents.
  • Si faible pression : traiter depuis les premières sorties de taches jusqu’à la fermeture.
  • Si forte pression : intervenir dès le début de saison avec des produits adaptés.
  • Renouvellement de la protection en tenant compte :
    • De l’annonce des pluies,
    • Du développement des organes à protéger,
    • De la persistance d’action des produits.


En viticulture biologique

  • Pas de produit homologué permettant de lutter contre le black rot.
  • Très peu d’effet des produits cupriques aux doses actuellement utilisées.
  • Utilisation combinée de soufre mouillable et de cuivre à fortes doses.
  • Effet freinant du soufre mouillable à pleine dose.


Annexes

S'attaque aux cultures

  1. Blancard D., en ligne, Black Rot, Ephytia
  2. Motais F. & Girard M., 2016, Fiche technique Black Rot, Chambre d'Agriculture de la Charente-Maritime
En crowdfunding sur
Partager sur :