Triple Performance

Aménagement de haies et buissons pour favoriser la biodiversité

De Wiki Triple Performance
Icone categorie Pratiques.png Pratique agro-écologique
Intégration d'une haie dans le parcellaire


Dans les aménagements favorables aux auxiliaires et à la biodiversité possibles, il y a la mise en place de haies et buissons.


Description

Haie large jeune et basse ou ancienne et haute mais toujours accompagnée de son pied de haie. Crédit photo : Charles Boutour.

Une haie favorable à la biodiversité est une haie hétérogène par sa composition et sa structure.


La composition favorable à la biodiversité est dépendante de sa richesse floristique (floraison étalée sur l’ensemble de l’année) et fructifère (ressource alimentaire hivernale pour les oiseaux) ainsi que de la diversité de ses strates : arbres, arbustes, lianes et banquette herbeuse au pied de haie[1]. Cette dernière est fondamentale à la survie des amphibiens et reptiles des champs cultivés[2].


La diversité de strates offre également des sites de nidification à l’ensemble des oiseaux inféodés aux haies (fauvette, grives…).


Il est préférable d’implanter des haies assez larges (double ou triple rangs) pour constituer un refuge efficace à la faune terrestre. Le maintien d’une bande herbeuse en pied de haie est également judicieux pour compléter l’attrait pour les auxiliaires, mais aussi pour faciliter l’accès à la haie par l’agriculteur.


Parole d'expert

«  La diversité de strates est très favorable aux auxiliaires car les ressources alimentaires et refuges sont multiples pour les insectes.» Véronique Tosser, Arvalis Institut du Végétal.


Les remembrements successifs depuis les années 50 ont encouragé un arrachage massif des haies. C’est vrai en zone de bocage. Cependant dans les zones de grandes cultures ou d’open field, les haies n’étaient que peu ou pas présentes. Dans ces espaces, ce sont surtout les lisières qui ont été réduites. Ces lisières sont indispensables pour la biodiversité des plaines[3].


Pour en savoir plus sur ce sujet, RDV sur la page Favoriser la biodiversité en organisant le parcellaire pour augmenter l'effet de lisière.

Conseils pour une nouvelle plantation

Pour une nouvelle plantation de haie ou de buisson, il est pertinent de s’inspirer de la composition des haies anciennes déjà présentes dans le secteur pour sélectionner les essences adaptées à votre exploitation. Voici une liste indicative non exhaustive d’espèces pouvant être utilisées pour une nouvelle plantation[4] :


OFB Amenagements haie essences.png


A l’inverse, certaines essences sont à éviter en grandes cultures :

  • Les conifères car ils sont moins intéressants pour les auxiliaires des cultures et certains sont même des plantes hôtes à une famille de noctuelles nuisibles : Agrotis.
  • Les Prunus (cerisier, merisier à grappes) car ils hébergent le puceron du merisier à grappes (Rhopalosiphum padi). Ce puceron est susceptible de s’attaquer aux céréales à paille et au maïs.
  • Le prunier car il est l’hôte primaire du puceron vert du pêcher (Myzus persicae) et peut attaquer le colza.


Pour être accompagné dans un projet de plantation, il est possible de se rapprocher d’une structure locale spécialisée.


Pour aller plus loin

Pour choisir des essences favorables aux auxiliaires les plus adaptés à son exploitation, il est possible de s’aider de l’outil Auxil'Haie.

Conseil à la plantation

Pour permettre un développement optimal des jeunes plants, il est important :

  • De les protéger de la faune sauvage, comme le chevreuil ou le lapin.
  • D’installer un paillage afin de limiter la concurrence avec la flore du lieu de plantation.


Entretien de la haie ou des buissons

  • Entretenir les haies entre décembre et avril[5].
  • Ne pas entretenir toutes les haies à la même hauteur et les mêmes années. Certaines espèces d’oiseaux préfèrent des haies basses et denses comme la Fauvette à tête noir. Celle-ci réalise son nid à environ 1 m du sol. D’autres d’espèces préféreront au contraire des haies plus hautes avec un pied clair (haie type parapluie) comme le Chardonneret élégant. Ce dernier nidifie dans les fourches des arbres entre 2 et 10 m de hauteur.
  • Développer des haies larges car elles accueillent une avifaune et une entomofaune plus riche et abondante[6].
  • Maintenir un ourlet herbeux au pied.

La réglementation PAC interdit la taille des haies entre le 1er avril et le 31 juillet.

OFB Amenagements buissons.jpg OFB Amenagements bosquet.jpg

Buissons ou bosquet dans une angle de parcelle, ces éléments sont plus fonctionnels lorsqu’ils sont accompagnés d’une banquettes herbeuses.

Limite

Concernant les haies, la réglementation PAC française (BCAE 7) limite strictement leurs possibilités de déplacement. Cette surtransposition française est le principal frein aux nouvelles plantations. Pour la biodiversité, il est fortement conseillé de veiller au maintien et à la conservation des haies anciennes à haute valeur écologique et paysagère, comme les haies multi strates épaisses à composition diversifiée, les haies composées d’essences remarquables (orme, tilleul, etc) ou les haies sur talus.


Pour plus d’informations.

Sources


  1. Pasquet G. ;2014. La chasse verte, Montbel, 296p.
  2. Boissinot A. et al ; 2013. Influence de la structure du bocage sur les amphibiens et les reptiles, Une approche multi-échelles, Faune sauvage, n°301, p41-48.
  3. Omnès F. ; 2017. Parcellaire et faune sauvage : vers un aménagement foncier agro-écologique?, Faune sauvage, p 66-73.
  4. Source : Villenave-Chasset J. (2019) Biodiversité fonctionnelle, Protection des cultures et auxiliaires sauvages. Edition la France Agricole, 148p
  5. Aubinneau J. et al ; 2007. Bocage, haie et faune sauvage, Gestion pratique. ONCFS
  6. Chevallier N. et al. ;2013. L’entretien des haies a-t-il un impact sur la communauté d’oiseaux du bocage de l’Avesnois ? Faune Sauvage, N° 299.

Annexes