Installer une zone tampon pour réguler les limaces en maraîchage

De Triple Performance
Aller à :navigation, rechercher
Micro-ferme-du-bourbonnais.png

La microferme du Bourbonnais recherche un équilibre entre différents écosystèmes : zones de production, prairies, insectes, végétal...

Dans ce contexte, Rémi, maraîcher sur petite surface a mis en place une méthode de régulation des limaces efficace basée sur les équilibres écosystémiques.


La microferme du bourbonnais, en bref

Après 14 ans d'expérience en tant que paysagiste, Rémi Montagnier a créé la microferme du Bourbonnais en juin 2020. Les différentes méthodes de culture mises en place sur la ferme sont :


Rémi cultive 2000 m² des 6200 m² de la microferme du Bourbonnais.

Inspirées de la méthode Jean-Martin Fortier, les planches de cultures mesurent 10 m de long, 75 cm de large et espacées par des passe-pieds de 45 cm.


Contexte de la mise en œuvre

Dans le but de réguler la prolifération des limaces et des escargots provenant notamment des prairies voisines, Rémi a intégré à son système une diversité de faune et de flore afin de former un équilibre des écosystèmes.

Selon Rémi, le rôle d'un maraîcher est de comprendre l'ensemble des mécanismes naturels, de les favoriser afin de protéger les cultures en place naturellement et pour cela il faut avoir des auxiliaires dans ses parcelles et pour les faire venir il faut leur offrir le gîte et le couvert.

La ceinture verte

L'ensemble des parcelles cultivées de la microferme du Bourbonnais est entouré d'une zone tampon : la ceinture verte.

Cet espace de régulation des écosystèmes permet de filtrer le passage des limaces entre les prairies avoisinant la ferme, où les limaces et escargots prolifèrent au printemps, et les zones de culture.


La ceinture verte est un couloir d'une largeur comprise entre 70 cm et 2m50. Chacune des planches de culture de la ferme a un accès direct à cette zone tampon et permet ainsi de remplir diverses fonctions :

  • zone de compostage,
  • parcours des volailles,
  • système de défense contre les limaces et escargots.




Les volailles dans la gestion des limaces

La ceinture verte offre ainsi un parcours supplémentaire aux 90 volailles de la microferme.

Chaque animal de la ferme a un rôle essentiel dans la ferme, les oies, poules, canards coureurs indiens et cailles participent à la régulation des limaces et escargots. En effet, ils ont accès à des parcelles de la ceinture verte et les divers déchets végétaux épandus dans cette zone les attirent. Une fois dans la ceinture verte, ils mangent les limaces présentes et les empêchent d'accéder aux planches de culture.

Lors de périodes sanitaires critiques (grippes aviaires) les parcours sont grillagés (sur les côtés et sur le dessus) pour éviter que des oiseaux externes à la ferme contaminent les volailles.


Canards Coureur Indien-2-cliche Jean Weber.jpg

Le canard coureur indien, un allié de taille en maraîchage

Le canard coureur indien est un animal docile, friand d'escargots et de limaces permettant de :

  • limiter la prolifération des limaces au printemps,
  • produire plus de 200 œufs par an pour les femelles,
  • fertiliser les sols.


Pour chasser les escargots, les canards coureurs indiens les plongent dans l'eau, d'où la nécessité de leur mettre à disposition une mare ou un bassin, ces derniers sortent de leur coquille et c'est à ce moment que les canards les mangent.


A la microferme du Bourbonnais, les canards coureurs indiens sont la plupart du temps dans la ceinture verte et dans des parcours séparés des zones de cultures. Cependant, il est tout à fait possible de les lâcher dans les planches de cultures.


En effet, ils s'attaquent rarement aux cultures, hormis les plants de salades dont ils raffolent ou en période sèche s'il n'ont pas accès à d'autres nourritures. Ces canards ne touchent pas aux courges ou encore à la vigne et peuvent être laissés aisément dans ces cultures pour gérer les limaces.


Bilan

  • Aucune limace ni escargot sur les zones de production cette année
  • Economie de temps : pas besoin de remplacer des salades mangées par les limaces et les résidus de cultures sont directement intégrés à la ceinture verte à proximité des planches cela évite de traverser la ferme pour les déposer sur un tas de compost.
  • Gain d'argent : pas d'achat d'antilimaces et autres pièges.
  • Pas de prédation des limaces et des canards coureurs indiens sur la production. Les pertes causées par les limaces sur les cultures sont estimées à 1 ou 2% contre 10-15% sans moyens de régulation.
  • Rentabilité économique augmentée.

Conseils

Pour mettre en place une gestion holistique des limaces, Rémi conseille de :

  • réfléchir à une gestion différenciée
  • intégrer des éléments multifonctionnels au système
  • intégrer des animaux sur la ferme qui permettent de pondre des œufs (atelier complémentaire), gérer les insectes, fertiliser les sols, manger les restes de production.


Pour en savoir plus...

Pour en savoir plus, n'hésitez pas à consulter la chaîne YouTube de la microferme du Bourbonnais, juste ici.


Annexes

Leviers évoqués dans ce système


Cultures évoquées

Bio-agresseurs évoqués

Auxiliaires évoqués

Partager sur :