Permaculture

De Triple Performance
Aller à :navigation, rechercher

Jardin permaculture pédagogique .jpg Principes de la permaculture, techniques, éthique, aménagement, ...

Permaculture en maraîchagePrincipes de la permaculture, techniques, éthique, aménagement, ...Jardin permaculture pédagogique .jpg
Jardin permacole


La permaculture est une manière d’appréhender un écosystème dans sa globalité, d’observer les interactions de ses composants, et de chercher à y intégrer les activités humaines dans le respect des processus naturels. Elle suppose un respect de la nature, par exemple par la réduction des déchets et le remplacement des biocides par des moyens de contrôle naturels. Elle s'applique aussi bien au réaménagement d’une vaste zone industrielle que d’une ferme individuelle. La permaculture constitue un mode de pensée et une vision du monde qui pour certains va au-delà des seules pratiques de production agricole.


Description

Initialement la permaculture signifiait "culture permanente" (de l'anglais "permanent agriculture") puis avec le temps il a été étendu pour signifier "culture de ce qui est permanent (dans le sens sociologique), pérenne ou viable". Les aspects sociaux font partie intégrante d'un système véritablement durable.

Avec ce sens étendu, la permaculture forme des individus à une éthique ainsi qu'à un ensemble de principes. L'objectif étant de permettre à ces individus de concevoir leur propre environnement, et ainsi de créer des habitats humains plus autonomes, durables et résilients, en s'inspirant des fonctionnements naturels locaux. L'idée est d'atteindre une société moins dépendante des systèmes industriels de production et de distribution.

La permaculture utilise entre autres des notions d'écologie, de paysage, d'Agriculture Biologique, d'agroécologie, de biomimétisme, d'éthique, de philosophie et de pédologie. La permaculture invite à mettre ces aspects théoriques en relation avec les observations réalisées sur le terrain de façon harmonieuse.


Ethique de la permaculture

La permaculture s'appuie sur une éthique. C'est un ensemble de valeurs fondamentales qui gouvernent la réflexion et l'action. L'éthique de la permaculture peut être résumée ainsi :

  • Prendre soin de la nature (les sols, les forêts, l’eau et l'air) : L’exploiter pour se nourrir en altérant le moins possible son fonctionnement naturel. Pour cela, s’inspirer du fonctionnement des écosystèmes sauvages, en s’appuyant également sur les innovations scientifiques en matière de sciences naturelles.
  • Prendre soin de l’humain (soi-même, la communauté et les générations futures) : En s’inspirant notamment des techniques utilisées par les peuples premiers, parfaitement adaptables à nos technologies actuelles contrairement aux idées reçues, et aux applications bien plus éthiques, efficaces et durables.
  • Partager équitablement, limiter la consommation et la reproduction et partager le surplus.

Concrètement, la permaculture est l’application directe du biomimétisme, c’est à dire le fait de s’inspirer du fonctionnement de la nature et de le reproduire, en l’adaptant si besoin.


Principes de la permaculture

La permaculture repose sur une observation minutieuse de l’efficacité des écosystèmes naturels pour en tirer des principes directeurs universels. Chaque permaculteur peut ajouter de nouveaux principes qui enrichissent ceux des origines.

Parmi ces principes, tirés de l'observation de systèmes naturels résilients, on peut citer : En termes simples, pratiquer un commerce équitable lorsqu’on a des surplus de production.


Les principes basiques

  • Observer et interagir.
  • Capter et stocker l'énergie.
  • Obtenir une production.
  • Utiliser et valoriser les services et les ressources renouvelables & biologique.
  • Les déchets des uns sont les ressources des autres.

Privilégier les petits systèmes intensifs et les solutions lentes.

  • Utiliser et valoriser la diversité.
  • Utiliser et valoriser l’effet de bordure.

Un travail à fournir est le résultat d’un besoin non rempli par le système que vous avez créé.


Les principes philosophiques

  • Intégrer plutôt que séparer.
  • Le problème est la solution.
  • Accepter les feedbacks, les limites et réagir de manière créative.
  • Tout se jardine.
  • Travailler avec la nature et non contre elle.
  • Faire de petites actions pour de grands changements.
  • Prendre la responsabilité de sa propre vie.


Les principes liés au design

  • Partir des structures d’ensemble pour arriver aux détails.
  • Chaque élément remplit plusieurs fonctions.
  • Chaque fonction est remplie par plusieurs éléments.
  • Conserver l’énergie (recycler, faire circuler et optimiser).
  • Accélérer l’évolution et la succession.
  • Chaque élément est placé selon ses relations avec les autres.
  • Planifier l’efficacité énergétique.
  • Commencer au pas de sa porte.
  • Commencer petit, puis s'étendre si nécessaire.
  • Appliquer l'autorégulation et accepter la rétroaction.



Aménagement de l'espace

L’aménagement de l'espace, ou zonage, est fondamental pour la permaculture.

Les zones en permaculture sont des cercles imbriqués les uns dans les autres où la mise en valeur d'un espace est fonction de sa distance avec le centre. Plus la zone est éloignée du centre, plus la viabilité économique de certaines productions diminuera. Le centre est souvent la maison en permaculture. Il convient de noter que ce n'est pas tant la viabilité économique que la moindre utilisation de l'énergie qui conduit à l'organisation de l'espace.

Ainsi, les zones de permaculture sont définies selon leur fréquence d'utilisation, c'est-à-dire la fréquence des déplacements nécessaires pour y accéder. Il y a en général 5 ou 6 zones, selon que l'on place la maison au centre ou non. Les zones moins fréquemment récoltées ou visitées étant situées plus loin.


Les 6 zones sont :

  • Zone 0 : la maison elle-même.
  • Zone 1 : le jardin et les éléments nécessitant une attention quotidienne et soutenue.
  • Zone 2 : le verger et la basse-cour.
  • Zone 3 : les pâturages et les céréales. Cette production tend à être plus orientée vers la vente.
  • Zone 4 : les pâtis et les bois. Cette zone est souvent laissée aux plantes indigènes.
  • Zone 5 : espace sauvage. L'intervention humaine se limite à la récolte de plantes utiles spontanées.


Zones permacoles.


Articles dans cette thématique

Portraits de ferme et retours d’expérience

Guides pratiques

Vidéos



Annexes

La technique est complémentaire des techniques suivantes

Pour aller plus loin


Sources

Partager sur :