Alternative au désherbage par paillage ou enherbement

De Triple Performance

Résumé de l'exploitation

Clape PaillageLaineJuillet2019.jpg


Cet article est issu de la base GECO. Cliquez ici pour accéder à la page d’origine : Logo Geco


Le paillage de laine ou l'enherbement permanent avec le sedum comme alternatives au désherbage chimique, autre que par piochage.


Contexte de la mise en œuvre

Le domaine Auguste Clape, en bref

  • Nom de l'agriculteur : Olivier Clape.
  • Département : Ardèche (07).
  • SAU : Total: 8,9 ha. Vigne: 8,9 ha. Système de culture DEPHY: 8,9 ha.
  • Main d'œuvre : 5 UTH permanents + 3 UTH saisonniers.
  • Types de vins / Cépages :
  • Appellations :
    • AOC St-Péray (10%).
    • Cornas (62%).
    • Côtes du Rhône et Vins de France (28%).
  • Objectifs de rendement :
    • AOC locales : 38-40 hl/ha.
    • Côtes du Rhône & Vin de France : 40-45 hl/ha mais rarement atteints.
  • Circuit commercial : Cave particulière.
  • Autres ateliers : Non.
  • Mode de conduite :
    • Taille gobelet sur échalas majoritaire.
    • Densité / écartement : 1,10*1,10 m en coteau, en plaine 2,40*1m.
    • Type de sol : granitique (85%), profondeur de 50 à 150 cm en pente parfois supérieur à 30%.
    • Travail du sol au treuil ou à la pioche.
    • Parcellaire plutôt dispersé dans un faible rayon.
    • Le paillage et l’enherbement sont réservés à de petites surfaces difficilement travaillables (ou uniquement à la pioche). Cela concerne certaines terrasses de 3 parcelles différentes.


Origine de la pratique

Depuis quelques années les pratiques du domaine avaient évolué vers de moins en moins de désherbage chimique. Il restait toutefois certaines parties difficilement accessibles notamment en désherbage mécanique (utilisation de la pioche uniquement). D’où le choix de s’orienter vers des techniques innovantes et locales.


Objectifs

L’objectif du viticulteur en mettant en place ce paillage de laine ou cet enherbement permanent est de pouvoir se passer soit de désherbage chimique soit de travail du sol à la pioche dans ces coins difficilement accessibles par les autres alternatives.

Ses attentes sont également, pour la partie réalisée au paillage, un meilleur comportement hydrique en limitant l’évaporation du sol et en conservant l’humidité après une pluie.

Concernant le paillage, le souhait est que cela perdure au minimum 3 ans sans trop se dégrader. Pour l’enherbement le maximum de temps sera le mieux tant que cela n’est pas trop concurrentiel pour la vigne.


Description de la pratique

  • Mise en place d'un paillage de laine issu d’une entreprise locale qui se sert de ses déchets pour réaliser ce paillage.
    • Le paillage se présente sous forme de rouleau d’1,20 m de largeur avec ou sans préparation de sol à la pioche, installé par de grandes agrafes.
    • Installé en mars 2019.
    • Coût matériaux + mise en place entre 80 000 et 100 000 €/ha.
  • Mise en place d’un enherbement permanent de sedum, petite plante grasse que l’on trouve naturellement sur nos rochers, peu concurrentielle et peu poussante.
    • Semis réalisé en automne 2019 à la volée de fragments de sedum récupérés aux abords de la parcelle.


Étapes de mise en place

  • Sedum : C’est une petite plante grasse, il faut donc avoir un sol adapté au sedum, assez pauvre sinon il se fera coloniser par les autres espèces. Le mieux est d’en trouver aux abords des parcelles et de se faire son propre semis en faisant une multitude de petits fragments qui seront ensuite semés sur sols travaillés préalablement, à l’automne, à raison de 200 à 300 g/m². Souvent il gagne rapidement le terrain par stolons.
  • Paillage de laine : Nous ne sommes qu’au début du test sur cette pratique. A ce jour, l’important est de mettre le sol propre avant la pose et de bien faire recouvrir les deux bandes, mettre assez d’agrafes afin que même avec le temps les deux bandes ne s’éloignent pas pour laisser passer quelques adventices.


La pratique au sein de la stratégie de l'agriculteur

Clape Stratégie.jpg


Résultats attendus

  • Objectif de production : 35-38 hl/ha.
  • Objectif sanitaire : vendange saine.
  • Tolérance : un peu d’herbe non concurrentielle.
  • Les terrains visés par les méthodes paillage de laine et sedum sont aujourd’hui ceux entretenus par le Scénario n° 2, l’objectif premier a donc été l’alternative aux herbicides chimiques.
  • Diminution de la pénibilité et du temps de travail dans ces coins uniquement réalisés à la pioche.
  • A l’avenir voir si le paillage permet également un meilleur comportement hydrique.


Résultats

Niveau de satisfaction/ performance
Maîtrise des adventices avec sedum Espérait mieux.
Coût sedum Très faible donc très bien.
Temps de mise en place sedum Rapide et simple.
Maîtrise des adventices avec paillage Très satisfaisante pour l’instant.
Coût du paillage Très élevé surtout la mise en place.
Temps de mise en place du paillage Longue et fastidieuse mais une fois

que cela est BIEN fait, ça tient bien.

Charges de mécanisation Aucune.
Carburant Aucun, à part pour approcher le matériel en 4x4.


Les résultats sont assez convaincants pour le paillage de laine, reste à voir comment va évoluer la laine dans le temps, sa dégradation.

Paillage laine mars 2019. Crédit photo : Amandine Fauriat
Paillage laine juillet 2019. Crédit photo : Amandine Fauriat
Paillage laine juillet 2020. Crédit photo : Amandine Fauriat
Paillage laine septembre 2020. Crédit photo : Amandine Fauriat


Pour le sedum, l’implantation est longue et nous n’obtenons pas, pour l’instant, une couverture suffisante pour retenir l’humidité, par contre ça arrive tout doucement à monopoliser la place.

Sedum mars 2020. Crédit photo : Amandine Fauriat
Sedum mars 2020. Crédit photo : Amandine Fauriat


Pour aller plus loin : Travail de la Chambre d’Agriculture du Rhône sur le sujet (texte et vidéo)


Bilan

Avantages

  • Limite l’érosion des sols.
  • Améliore l’infiltration de l’eau (sedum).
  • Conservation de l’humidité (paillage).
  • Favorise la vie du sol.


Limites

  • Mise en place progressive de petites surfaces.
  • Coût de mise en place (paillage) et utilisation d’agrafes.
  • Concurrence possible avec la vigne (sedum).


Améliorations envisagées

Paillage de laine :

  • Trouver des agrafes biodégradables, voir des durabilités plus longues sur la tenue des paillages.
  • Réduction du coût (diminution de main d’œuvre sur le moyen terme).


Conseils de l'agriculteur

  • Paillage à mettre en place seulement pour des petites surfaces.
  • Prendre le temps de bien agrafer partout pour éviter à l’herbe de sortir ainsi que le vent de soulever le paillage.
  • Sedum : simple à installer.
  • Il vaut mieux mettre des plaques entières plutôt que de disséminer pleins de petits bout de sedum.


Avis de l'ingénieur réseau Dephy Amandine FAURIAT (Chambre d’Agriculture de l’Ardèche)

Paillage

A ce jour la pratique est assez nouvelle, les objectifs sont atteints en terme de limitation des adventices sur 2 années, il faudra attendre de voir à l’avenir le comportement de la vigne et la dégradation du matériau. L’autre objectif est d’également pouvoir observer ou non un meilleur comportement des vignes paillées par rapport à un stress hydrique. A ce jour, pas de différences notables entre les différentes parties.


Sedum

Cette petite plante a déjà fait ses preuves sur les terroirs de Condrieu et Côte Rôtie un peu plus au Nord de chez nous. Aujourd’hui il a l’air de bien s’implanter sur les terrasses sur lesquelles Olivier l’a installé. Dans le futur il nous reste a estimer si il n’apporte pas une concurrence trop forte à la vigne.


Ce que retient l’agriculteur

« C’est toujours intéressant de tester d’autres solutions. Il n’y aura jamais la solution parfaite mais plutôt plusieurs à combiner et à adapter. Très belle surprise pour le paillage laine, ça garde très bien l’humidité. Reste à faire baisser le coût de la matière première si plusieurs vignerons ou maraîchers (très intéressant je pense), s’y mettent aussi. »


Annexes




Cultures évoquées

Bio-agresseurs évoqués