Semis direct sous couvert permanent, par Daniel Brémond

De Triple Performance
Vidéo - Ver de Terre production (18 oct. 2020) - Daniel Brémond - Durée : 159 minutes

Thumbnail youtube Shv8fQpJ8tk.jpg

Bienvenue pour cette visite virtuelle de l’essai d’Oraison (04 – Alpes de Haute-Provence) réalisée le 9 juin 2020. Daniel Brémond (agriculteur) et l’équipe Méditerranée d’ARVALIS présentent les résultats du semis direct sous couvert végétal vivant en grandes cultures, en climat méditerranéen.


Merci à Arvalis et à Stéphane JEZEQUEL pour l'aimable autorisation de remise en ligne.


Retrouvez toute l'info technique des grandes cultures et des fourrages en vous abonnant à la lettre ARVALIS-infos.fr : http://arvalis.info


Transcriptions

bonjour à tous bonjour à tous ce n'est

pas une gêne et ken hill david pour line
25 minutes que tout le monde arrive
on va commencer juste on peut se
présenter stéphane oui donc moi je suis
le régional avec pauline de l'équipe
méditerranée est donc basée à gréoux les
bains et donc on va vous présenter les
résultats d'un essai de longue durée sur
l'agriculture de conservation qu'on mène

Afficher la suite

à oraison chez danièle breem depuis 2012

2013
et donc pauline david comme stéphane l'a
dit donc je suis ingénieur régional donc
moi je suis basée à nîmes et je
travaille sincèrement sur le blé dur
mais je gère aussi l'équipe qui a créé
ou les bains avec stéphane juste pour
vous donner quelques consignes par
rapport à la présentation donc on va
vous les rappeler sur la première diapos
qu'on d'ici quelques minutes
vous ne pouvez pas parler comme vous
avez pu le constater vous allez pouvoir
vous poser des questions par écrit
donc vous avez une petite bulle
normalement avec une petite bulle de bd
au dessus de la présentation si vous
cliquez dessus pouvez nous poser des
questions
ces questions sont anonymes et donc au
fur et à mesure je les pose en je vais
donc les poser à stéphane qui vous
répondra donc n'hésitez pas à poser des
questions on vous demande de relaxer de
la présentation si vous êtes d'accord de
nous envoyer vos adresses mail toujours
dans cette barre de conversations
sachant qu'il n'ya que stéphane et moi
même qui pouvons voir vos questions et
vos messages ce nous permettra de vous
renvoyer par la suite la présentation si
vous le désirez bon on va commencer
stéphane entendu donc si tout va bien
des voir la page d'accueil agriculture
de conservation des sols semis direct
vers végétal vivant etc d'oraison qui
s'affiche
et donc comme c'est indiqué c'est un
essai en coproduction entre un
agriculteur d'asnières prémont qu'ils
pratiquent le semis direct sous couvert
végétal depuis de nombreuses années et
arvalis et c'est vraiment une
collaboration entre dont c'est à dire
que les idées le idées viennent aussi
bien de daniel que de nous et bien sûr
c'est lui qui met en oeuvre avec son
propre matériel
c'est d'ailleurs une des raisons pour
lesquelles on a procédé comme ça en
faisant un essai grandes parcelles
plutôt qu'un essai en station puisque le
semis direct sous couvert nécessite
d'avoir du matériel adapté et notamment
le sol noir qui est quand même un peu
importe
alors pour vous présenter directement le
dispositif sur le terrain
donc ça un essai grandes parcelles qui
comporte 30 bande en fait donc on
pourrait dire qu'il ya trente modalités
mais il n'y a pas de répétition et ses
trente bande sont six mètres de large
c'est à dire un aller retour de ce mois
et 150 m de long et donc ses 30 vente
permettent d'expérimenter autant de
rotation de combinaisons couvert culture
que nécessaire vous voyez une partie de
l'essai est mené en sec sans irrigation
et une partie avec de l'irrigation pour
représenter les vraiment les conditions
méditerranéenne puisque or on sait bien
qu'en un climat méditerranéen le fait
d'avoir de l'irrigation change beaucoup
de choses et notamment donne accès à des
rotations qu'on n'a pas bien sur le sec
voilà donc le dispositif sur le terrain
pourquoi cet essai alors j'ai juste un
petit point sur l'évolution du climat
bien sûr on est un climat méditerranéen
c'est que le climat méditerranéen et est
assez chaotique qu'il est sujet à des
sécheresses assez prolongée bon sens le
sais parce que c'est la situation
actuelle et j'irai passer depuis le
milieu des années 90 mais si on
s'intéresse un peu à ce qui peut arriver
dans le futur
là j'ai représenté sur cette courbe en
cloche 1 qui représente en fait la
distribution des jours de l'année sur
les modèles climatiques du sud est de la
france
donc la situation actuelle c'est cette
courbe verte que vous voyez fin c'était
l'année 2016 il ya beaucoup de jours
dans l'année qui sont moyens en
température ou en quantité d'eau et puis
à gauche des jours extrêmement froid ou
extrêmement humide et et à droite des
jours extrêmement chaud ou extrêmement
sec mais le côté exceptionnel est assez
limité sur le nombre de jours de m selon
les modèles donc utilisée par le giec
pour le sud est de la france
avec la français est divisé en 4 pixels
pour des modèles climatiques mondiaux et
donc sur le pixel sud-est si on regarde
la distribution des jours de l'année en
2100 on obtient la courbe orange qui
s'affiche maintenant vous voyez que la
lure a un petit peu changé
en fait il ya deux choses qui ont changé
il ya bien sûr la moyenne des jours de
l'année qui s'est un petit peu déplacée
vers le show mais quand je dis un petit
peu c'est les chiffres que vous avez
l'habitude de voir dans la presse 2°
ennemis ou 4 degrés si on ne fait rien
de réchauffement moyen sur l'année
c'est pas vraiment ça qui va changer le
l'agriculture et qui va causer un gros
problème pour de la production agricole
c'est pas ce déplacement moyens par
contre ce qui va poser des problèmes
ce sont les extrêmes à gauche et à
droite donc à droite il y aura beaucoup
plus d'occurrences des joueurs
exceptionnels
exceptionnellement chaud ou
exceptionnellement sec et quand je dis
beaucoup plus la proportion est énorme
c'est à dire que l'on considère
qu'aujourd'hui il ya 1 % deux jours
exceptionnels sur l'année donc à peu
près quatre jours par an et ça passera à
30 % en 2100 donc en gros entier un
tiers des jours de l'année seront
exceptionnelles au niveau climatique
mais alors on pense plus chaud et plus
chaud et plus sec mais ça peut très bien
être aussi plus froid ou plus humide
1 c'est le côté gauche de l'ordre de la
couronne et ça évidemment quand on prend
conscience de ça quand on prend
conscience de ça ça impactera
nécessairement l'activité agricole avec
des des aléas climatiques qui seront de
plus en plus difficile à gérer
cette petite introduction pour vous
montrer que en fait le fait de
s'intéresser aux semis direct sous
couvert végétal c'est tout simplement de
la recherche d'un système plus résilient
vis-à-vis du climat parce qu'on n'est
certainement pas la seule solution
j'espère mais en tout cas on est à la
recherche d'un
le système qui arrive à tamponner ces
aléas climatiques dans les extrêmes
alors si on veut juste l'illustré on a
tous en mémoire des épisodes pluvieux
très important il y en a eu pour
l'estonie cette année il ya un léger en
2016 sas étaient des photos qui datent
de 2016 vous voyez ici une vue de l'esr
juste après 140 mm de pluie donc ben
voilà un sol qui reste en place bien sûr
avec les couvercles ou les cultures et
de l'autre côté de la route donc le même
type de sol mais travaillés labourer un
sol relativement plat vous voyez on peut
pas dire qu'il ya vraiment de la pente
et malgré tout de l'eau qui s'est
conclue et qui quand elles s'écoulent
s'écoule sur la route en étant chargé de
terre voilà c'est une illustration assez
parlant de ce qui peut arriver sur des
sols qui reste nu une certaine partie de
l'année voilà donc ces salles à la
raison principale de cet essai c'est
mettre au point un système celui direct
sous couvert végétal en condition
méditerranéenne donc avec un climat
particulièrement chaotique
alors je vous ai dit qu'il y avait 30
bande de tester 19 en 18 ans sec et puis
de 20 à 30 en irrigué et donc sur une
demande évidemment on va essayer de
trouver une rotation qui fonctionne et
dans cette pro tation par rapport à ce
qui se fait classiquement en production
céréalière dans la région va garder bien
sûr les cultures de vente
essentiellement du blé dur en sec et du
maïs en irrigué qui sont les principales
cultures de vente mais on va largement
allonger la rotation en intégrant des
cultures de légumineuses ou des coûts et
découverte pour que le sol reste
toujours couvert tout au long de l'année
puisque ça c'est vraiment le pilier
central de l'agriculture de conservation
c'est d'abord et avant tout un sol
toujours couverts et ben justement
l'utilisation de couverts et de
légumineuses sur une rotation variés
avec bien sûr la longue perturbations du
sol en utilisant uniquement un semoir à
celui de direct et sans travail du sol
donc ça c'est un exemple de bandes je
n'ai pas toutes les passes et parce que
les 30 ça serait trop longue mais pour
vous montrer un petit peu le type de
rotation qu'on a qui n'est pas fixé à
l'avancé
c'est à dire justement ce fameux climat
chaotique bien sûr va impacter les
rotations et même si on a prévu quelque
chose à l'avance pour l'année suivante
on change souvent notre fusil d'épaulé
pour s'adapter au climat
quand on voit bien sûr on sait qu'on
pense au colza dans la rotation
mais un le colza en provence certaines
années on doit pouvoir en faire s'il
pleut un petit peu fin août ou début
septembre
mais ils ont quatre années sur cinq on
n'aura pas les conditions idéales 1 sec
pour faire du colza donc on va ajuster
ses rotations climat et le climat vous
avez les années en eau 1 2 puis 2013 le
climat bien sûr a été très différent
d'une année sur l'autre
on peut citer pour mémoire 2017 2018 qui
aurait été d année particulièrement
chaotique avec la plus longue sécheresse
jamais connu en 2010 est au printemps
printemps été et puis en 2018 par contre
en printemps excessivement tout le jeu
donc on a eu en deux ans tous les
extrêmes depuis depuis les 30 dernières
années donc ça c'est des exemples de
rotation 1 sec en images voilà ce que ça
donne mais c'est là sur la partie gauche
de l'essai donc les premières bandes
cette première bande que vous voyez là
c'est de la voile de printemps ces duos
réfère c'était vraiment la bordure de
les seize employés d'avoine qui nous a
agréablement surpris par son son bon
développement végétatif quantité de
carbone produit bio masse réalisé en un
temps record là vous avez du sorgho
fourrager qui est venu en remplacement
d'un blaise était un blé dur au début
comme les bandes suivante vous riez du
blé voilà pour le sorgho c'était aussi
du blé mais qui s'est avérée trop sale
avec durée gras beaucoup de regrets et
donc on a décidé de sacrifier les deux
bandes pour ne pas laisser grainé leur
ai gr je voudrais pas dit mais donc on
est en situation de reg rare et
résistante sur cette parcelle depuis le
début de l'essai ce qui évidemment ne
facilite pas les choses
quand on travaille pas le sol géré
estrella résistants mais on a relevé le
défi parce que de toute façon c'est une
situation courante malheureusement dans
la région donc voilà c'est un essai qui
représente quand même bien les
conditions régionales
donc si je balaye très rapidement les
autres banques pour que vous ayez un
aperçu général vous voyez qu'on utilise
beaucoup de légumineuses soit ont
couvertes soit en culture de poids des
herses alors les airs c'est une petite
légumineuses de endémique de la provence
ça s'appelle vysya erv il ya en son nom
latin ça ressemble à une petite lentille
c'est une règle oms
hager
oui fans pour toi me demande quelle est
la différence entre les bandes 1 et de
leurs sec en blé dur sous sainfoin
quelle est la réussite de la régulation
du samsung
oui alors effectivement il y avait une
différence dans la réussite du blé sur
les bandes 1 et 2 qui était pour qui
avait pourtant le même le même
historique alors ça peut être le
l'itinéraire technique était le même
donc quand il ya des différences comme
ça sur la réussite de la culture
suivante
en général c'est qu'il ya eu un dégât
sur la bande ces bandes à des blés plus
claire des gars de campagnols par
exemple ou une zone avec un peu plus de
fusariose voilà donc cesser des dégâts
qui sont liées à l'hétérogénéité de
l'essec
à ce moment là plus que à l'itinéraire
technique qui est différent d'une bande
à l'autre ça reste un essai de grands
grande bambins donc on n'a pas la
puissance statistique dun été avec
répétition un microparcelles évidemment
et on va on va essayer de contourner ce
problème je vous montrerai dans les
résultats après en répétant des mesures
à la main alors il ya deux choses il ya
daniel qui va faire une moisson avec sa
moissonneuse de toute la bande et on va
peser les bandes avec un hymne benotto
pause
et puis aussi des mots durs à la main
avec des places être répété le long de
la bande va permettre d'avoir des
mesures un peu plus filmé pour la
qualité du grain du pmg des choses comme
ça du nombre d'épis qu'on aura à ce
moment là en place est au lieu d'avoir
des micros parcelles avec répétition
comme dans un de ces classes ont alors
on a fait aussi une cartographie de
toute la zone avec de la conductivité
pour voir s'il y avait des
hétérogénéités de soldes il y en a mais
elles sont assez légères et passe pas
des grosses veines le sol qui change
beaucoup mais quand même sur une
parcelle
à peu près homogène en termes besoin
donc pour en revenir le code couleur
vert vous voyez c'est les légumineuses
donc y en a quand même pas mal dans ces
bancs de décès en culture vous voyez en
orange
c'est en général du blé dur ou du blé
tendre et puis on a essayé de temps en
temps le tournesol ou le pois chiche au
chili et en qui al'avantage d'être à la
fois une culture de vente mais à la fois
aussi les légumineuses donc qu'il va qui
va améliorer la rotation
donc on verra des images de tout ça je
poursuis la sur les banques pour vous
voyez un petit peu la barre yann la
variété de ce qu'on a pu tester au fil
des années sa chambre 2019-2020
montrerai les images juste après donc la
voile avec des bandes ou vraiment on a
essayé le le colza associés vous allez
voir ce que ça a pu donner avec
différentes modalités de légumineuses
les herbes sainfoin trèfle violet trèfle
blanc lautié
et puis les faits sur le blé est ici et
puis là donc on arrive aux bandes
irriguées donc là on change de culture
bien sûr on garde du blé du riz irrigué
de temps en temps mais pas souvent et on
a d'autres cultures de vente car il le
maïs le soja qui sont bons sur les
cultures ont réalisé en irrigué dans la
région
voilà donc je pense que vous avez bien
compris le principe de fonctionnement
donc on va rentrer dans le vif du sujet
dans les résultats
alors donc si je résume l'objectif de
l'essai c'est de sécuriser un petit peu
se saisit tinée arts techniques semis
direct sous couvert en introduisant des
légumineuses dans les rotations
céréalière qui général en banque et ce
faisant améliorer la vie du sol
l'activité biologique du sol et garder
un sol toujours couverts au cours de
l'année chose qui n'est pas facile à
réaliser totalement sec dans un climat
méditerranéen avec l'un était long et
sec
alors la première les premières
modalités contestées
c'est pas très original c'est ce qui se
fait en général en france c'est
introduire à la légumineuse pérenne
grâce au colza le colza étant la culture
est la plus maîtrisée aujourd'hui pour
pour introduire en associés légumineuses
pérenne en même temps alors vous allez
me dire pourquoi une légumineuse pérèle
pourquoi pas une légumineuse annuel on a
commencé par essayer les annuaires mais
on s'épuise assez vite un climat
provençal affaires découvert annuel
c'est à dire évidemment faire un couvert
annuel il faut réussir sa levée en
général c'est dans un des intercultures
courte donc on est assez pressé de la
foire à un joli couverte en été c'est
pas possible il fait trop sec qui a rien
qui lève donc soit il faut le l'irrigué
mais on n'a pas toutes les régressions
donc c'est assez difficile en climat
méditerranéen de travailler avec
découvert à nu elle détruit à chaque
fois qu'on va remettre une culture par
la suite donc on est vite arrivée sur la
conclusion avec daniel qu'il fallait
plutôt travailler avec découverte et
rennes
déjà pour les implanter c'est pas facile
une fois qu'on les a implanté on
voudrait bien tranquille quelques années
c'est maintenir le couvert et son effet
bénéfique
quelques années sans devoir tout le
temps recevez découvert ressemer
découvert ce qui n'est pas facile en
climat méditerranéen
il ya un autre une autre raison assez
importante qui oriente vers les couverts
vivent en permanence c'est le la
dépendance au glyphosate évidemment qui
vit couvert annuel couvert détruit 10
usages du glyphosate pour détruire le
couvert qui découverts vivants qu'on
maintient dans la culture
ce maintien va pouvoir se faire avec les
herbicides de la culture à doses
réduites quelquefois ou pas mais donc
sans usage systématique du glyphosate
pour détruire le couvert puisque le
couvert on va le conserver au maximum
voilà donc ça c'était pour vous
expliquer pourquoi couvert de
légumineuses pérenne ce qu'on veut c'est
vraiment implanter des travaille avec
des légumes de ce fait donc avec le
colza c'est la première solution à
laquelle on pense puisque c'est ce qui
se fait en général en france avec succès
donc là vous voyez encore un jeu de
colza avec la lumineuse en premier plan
ça c'est un septembre 2016 vous m'avez
réussi dans le colza
ça c'est un petit peu plus tard novembre
je crois donc là on a là un colza qui
est bien présent et 2 ou de la
légumineuse ce qui est le but recherché
le problème c'est que cette situation
idéale est assez rare si on regarde les
années climatique on a pu la faire en
gros on a pu la faire deux fois depuis
depuis 2013 seulement parce qu'on n'a
pas les conditions pour faire lever un
col d'ares 1 sec et donc les
légumineuses ont par la même occasion
par contre quand c'est fait donc après
la formation du colza
kozak été sauvée en 2016 bah on avait
justement cette période sèche de l'été
2010 2017
et donc c'est intéressant de voir si la
légumineuse
l'entée sous le colza avait tenu le choc
avec l'été très très sec de 2017
donc ça c'est un visuel démarrage des
légumineuses qui avaient été semées
associé avec le colza donc ici la
luzerne voyez pas mal redémarrer ici le
sainfoin et jolie aussi équipements
développés ici le trèfle violet bon ça
dépend un peu des zones mais on voit que
c'est assez régulier il n'y a pas eu
trop de mortalité le sec de l'été
l'instant si le trèfle blanc c'est
beaucoup moins réussi pas mal de
mortalité et enfin le lotier qui était
régulier depuis le début on voit
quelques plein fleuret jaune mais c'est
pas terrible
ici c'est dans le ton qui servent de
s'allier avec les mauvaises herbes et là
on arrive sur la bande de blé avec celui
de soja ont dérobé dans le blé sur les
chauves doublé doublé ils ont été
moissonnés le 26 juin voilà bientôt sur
l'essai d'oraison voilà ça c'était une
petite vidéo faite à l'époque
donc on a on n'a plus comme ça à tester
la résistance de ces légumineuses
pérenne au sec
et vous avez vu qu'il ya des grosses
différences des solutions classiques à
base de trèfle assez mal marché à part
peut-être le trèfle violet est par
contre le sainfoin et la luzerne sont
vraiment les légumineuses pérenne qu'on
arrive à amener à maîtriser à rendre
pérennes justement dans la rotation
donc ça c'est une première conclusion
qu'on avait déjà vous connaissez déjà en
2016 2017 et donc qui nous oriente vers
la luzerne de st foy
comment comme couverte et rémy juste
stéphane par rapport aux bandes
justement on a une petite question et je
m'en tape intéresse tout le monde
et la dimension des bandes justement de
laisser oui alors les banques font six
mètres de large
un aller retour de ce noir semi direct
sur 150 mètres de long donc c'est des
bombes de 900 m² en superficie totale
une fête de faire un aller-retour de se
voir bien sûr c'est pratique pour toutes
les interventions
voilà donc légumineuses pérenne avec le
colza projets de taille mitigé vous avez
pu le voir parfois mais pas tous les ans
alors une autre solution bien sûr on a
l'habitude de cultiver du blé en celi
bon bah alors on va travailler que le
blé on va sonner une luzerne c'est un
point avant le blé ou en même temps que
le blé ou dans le blé est donc on va
voir ce que ça donne alors ça on
l'essaie qui est assez régulièrement
tous les ans donc en pensant même là on
est dans les premières bandes aux petits
nous traquons à la luzerne qui est
installé peut-être même qu'on pourrait
se passer de rotation et faire du blé
sur blé sur la luzerne en semis direct
ça c'était un peu le rêve du début de
l'essai de se dire tiens on va améliorer
on va pouvoir continuer à faire du blé
tous les ans parce que c'est la culture
de vente et on va au lieu que ce soit un
blé sur blé avec tous les inconvénients
piétin échaudage et c'est comment qu'on
connaît on va bénéficier d'un effet
rotation grâce à la luzerne pérenne
ça paraissait très bonne idée sur le
papier là vous allez un petit visuel on
voit le le blé de cette année avec un
petit peu de buts et remet dedans et
très très content
alors ça c'est une situation assez idéal
évidemment avec une gerbe comme ça il
n'y a aucune concurrence sur le blé
goudé s'était doublée en sec et qui est
quand même assez jolie est par contre
voilà on s'est approché de la luzerne et
pauline à zoomer pour la voir il y en a
quand même très très peu donc on peut
pas dire qu'on arrive régulièrement à
maintenir un couvert permanent de
luzerne comme sassou du blé plusieurs
années de manière homogène à la marge
savent ce que ça peut marcher alors une
autre solution pour implanter cette
fameuse luzerne
c'est de l'implanter dans le maïs
alors là on est passé sur le côté évitez
de laisser bien sûr mais là vous voyez
une photo qui représente assez bien ce
qui peut se passer donc une luzerne qui
a été implanté dans le maïs on voit les
cannes de maïs de l'année précédente au
sol
et puis du blé qui commence son cycle là
dans la dent aussi un petit peu de
luzerne et donc on comprend très bien
que cette luzerne du son état de
développement
on va pouvoir la réguler avec les
revisite du blé en choisissant un
herbicide avec une fonction anti dit
cote pas trop trop violente on va
pouvoir calmer la luzerne le blé va se
développer et ça devrait bien se passer
ensuite la photo voilà un petit peu plus
tard dans la saison pour la luzerne
entre le p et voyez ça c'est un blé qui
vont irriguer bien sûr mais qui a fait
74 saintot donc bonne réussite pour ce
pour ce qu'elle figure là ça peut
marcher
alors là on revient avec les blés de
cette année donc dans la dans les mêmes
conditions c'est-à-dire un blé qui suit
un malice avec de la luzerne au pied
mais là donc vous voyez bon il faut faut
chercher les endroits un petit peu comme
le la petite vidéo vous avez vu tout à
l'heure un sec faut chercher les
endroits où il ya la luzerne temps en
temps on en trouve la voyez qu'elle a un
peu plus monter que tout à l'heure
mais elles restent non concurrentiel
donc elle ne pénalise pas le rendement
du blé par contre elle est un petit peu
sporadiques au niveau de densité il y en
a par ci par là il y en a pas beaucoup
dans la partie c'est assez difficile de
maintenir sa de manière homogène
là aussi même avec l'irrigation là on a
vu des choses qui fonctionnait on va
aussi vous montrer des choses qui ont
moins bien fonctionné bien sûr on
apprend autant avec les échecs avec les
avec les réussites dont classes et des
bandes
alors là ce n'était pas de la luzerne
c'était du sainfoin mais enfin le
principe est le même du 5 fois installé
on est venu semer du blé dur dedans
alors là vous pouvez pas très bien
puisque la photo est floue je pense mais
le vert c'est du 501 surtout que vous
voyez en fait si on s'approche beaucoup
et consomme
vous reconnaissez les feuilles de sainte
foy et au milieu de temps en temps vous
voyez une mince feuille de blé donc le
blé est là la densité de blé est correct
mais il est complètement masqué par le 5
ans
alors là on mesure aussi l'intérêt
d'avoir ce type d'essai un climat local
parce que prendre des références
d'autres régions ce serait complètement
illusoire quand vous êtes dans le bassin
parisien au nord de la france on
considère souvent qu'avec les blés qui
sont souvent du blé tendre dans ces
régions là on peut laisser de la luzerne
du sainfoin non régulés donc sans
herbicides vivre sa vie l'hiver
tranquillement dans le blé voyez qu'ici
en climat méditerranéen c'est pas du
tout le cas là si on fait rien
évidemment le saintois va complètement
étouffé le blé donc on est obligé de
réguler avec un herbicide très
rapidement est la même sur la photo on
n'a que trop tardé pour intervenir on
l'a fait très vite en urgence donc vous
voyez en fin de l'hiver le blé a pris le
dessus sur le sainfoin reste quand même
bien vert qui continue quand même à être
vivant et au final mais qui il ressemble
quand même à quelque chose à la moisson
mais quelquefois le l'équilibré est
difficile à trouver
inférieur entre une régulation trop
faible qui fait qu'il y aura concurrence
du couvert sur le blé et une régulation
trop forte qui fait qu'on a tendance à
éliminer le couvert le l'équilibré est
un peu délicat à trouver
c'est ça justement c'est au fil des
années on a pu améliorer les solutions
qui doivent toujours être adaptées au
climat de l'année à la vigueur du blé à
la vigueur du 5-fu la luzerne et au
climat de l'année avec des réponses
d'herbicides qui change
justement selon les conditions donc
quelque chose d'assez pointu à maîtriser
j'ai plusieurs questions stéphane pour
toi donc on a une tu viens de répondre à
un mouvement de la luzerne at-elle été
régulée par des herbicides et on nous
demande également pourquoi pas un essai
avec du colza de printemps vers octobre
alors alors sur la première question oui
voilà c'est bien sûr réguler les termes
ici
on pensait avec mes collègues d'arvalis
pouvoir faire des essais un peu partout
et pouvoir classer les herbicides comme
on peut les faire sur les spectres
mauvaises herbes avec des doses adaptées
à différents aux différentes fleurs etc
et en fait on s'aperçoit qu'il faut on
est obligé de traiter les essais un par
un l'essai lorraine on va le traiter les
résultats individuels l'essai de raisons
pour le sud-est des essais à la janière
en pays de loire qui vont répondre
différemment à boigneville dans à
montardon et du maïs
on a à lyon etc on a des effets qui
répondent différemment pour la même dose
herbicide le même produit ça répond
différemment selon la région donc on est
bien en peine pour je dirais de faire un
dépliant vert pour ceux qui connaissent
sur le sur le l'usagé des herbicides
pour la régulation découvert tout
simplement parce que la réponse change
d'un lieu à l'autre et d'une année à
l'autre il ya quelques grands principes
mais après ça va être le savoir faire
local qui va ajuster les doses mais les
grands principes en gros on sait que le
lait la luzerne et le sainfoin donc
vraiment les légumineuses qu'on est
amené à utiliser en zone méditerranéenne
sont pas si sensible que ça aux
sulfonylurées c'est qu'en général on va
pas arrêter un couvert de luzerne ou
surtout de sainfoin avec une
sulfonylurée de même à dose plein par
contre elles seront plus sensibles aux
hormones aux hormones au cocktail
d'hormones avec la un effet plus rapide
qui est quelquefois passagers mais qui
en tout cas permet d'arrêter le couvert
c'est presque l'inversé sur les trèfles
donc plutôt les et lumineuse utilisée
sur la moitié nord de la france
il est très souvent un peu moins
sensibles aux hormones est nettement
plus sensible aux sulfonylurées mais une
fois qu'on a donné ses grands principes
l'ajustement
enfin il va être au niveau local l'autre
question c'est est sûre du colza en
octobre je crois alors pourquoi on bien
sûr au niveau climatique octobre bas
c'est la saison où il pleut en
quelquefois trop 1 et donc on peut
penser à cette solution
ceci dit un point'n légumineuses et ses
terrasses un point où une luzerne en
octobre c'est pas l'idéal c'est à dire
que c'est déjà un peu tard
on n'est pas alors je ne ferai pas la
même réponse sur le littoral mais
là-haut raison n'ait déjà en provence
intérieur pour que la légumineuse se
développent un petit peu avant l'hiver
il faut quand même la somme est assez
tôt fin août c'est parfait septembre
c'est très bien début octobre à la
limite mais fin octobre au niveau du
semis du blé adapte classique c'est déjà
un peu tard pour un légumineuses surtout
si la culture qu'on utilise elle va
commencer à pousser à occuper l'espace
assez vite qui est quand même le cas du
colza en général pas danser les trois
premières semaines mais après il va il
va vite occupé tout le tout le terrain
donc c'est vrai qu'on n'a pas essayé
cette solution de la pêche fut la nôtre
mais j'ai peur que pour un développement
initial de légumineuses optimale ça soit
déjà un peu tard sur un an mais on va je
vais vous montrer d'autres solutions
qu'on a testé qui ont l'air de pas mal
marché
ensuite tu as plusieurs questions
stéphane hains par rapport au désherbage
on se demande comment ça et et désherber
que ce soit la luzerne dans le blé ou la
luzerne dans le
il précisé tout à fait alors dans le
maïs on va le voir après je vais vous
répondre tout de suite et dans le blé en
général c'est désherber le le
déterminant du désherbage du blé là je
vous ai beaucoup parlé du couvert
associé à l'impression qu'on focalise
là-dessus mais évidemment ça reste les
mauvaises herbes
donc en fait je voulais dit en préambule
nous met dans une situation vedra
résistants donc de toutes façons le
programme de désherbage de blaye du blé
on va le caler sur le les mauvaises
herbes et en premier le leur ai gr voilà
vous voyez de la véronique c'est pas
très important par contre il a dû payer
pour ce qu'ils sont l'oeil aiguisé sur
les bords donc ça ça va ça va guider
aussi le désherbage sur le côté anti dit
cote
donc en gros on va choisir un désherbage
qui permet de limiter leurs grains et
qui va viser des ti coat un petit peu
embêtante comme le gagner et on va
regarder si la luzerne le supportent en
fait mais c'est pas la luzerne qui va
guider le choix de l'herbicide je dirais
le programme de désherbage du blé il
dépend des mauvaises herbes et en gros
on va compter les points à 10 rebonds
est ce que la luzerne à supporter le
choc ou pas et je vous dis en général
quand on n'utilise que des sulfonylurées
ce qui est quand même souvent le cas
quand on vise durée gras la luzerne
supporte crl salars est elle dépérit un
peu et puis voilà quand on à moissonner
le blé s'il pleut on voit qu'en fait
elle est toujours là et le sainfoin même
chose et donc on régule
en fait les couverts avec un désherbage
blé à bages dessus il faut classique et
qui est guidé par le réseau et pour le
maïs je vous réponds d'un peuple et en
toute demande également le rendement du
blé du coup alors je vais vous montrer
alors ses traits fins et variables selon
les bandes justement et je vais vous
montrer les résultats en gros l'ordre de
grandeur c'est
entre 30 et 50 quintaux en sec et entre
45 et 80 quintaux ha en irrigué
mais ça dépend beaucoup des bandes et de
l'année et je vais vous montrer des
résultats un peu plus tard alors là vous
voyez justement un blé bon là on voit le
blé de loin mais si on s'approche
une situation à peu près bien maîtrisée
pour le départ vous voyez le prêt le blé
avec des plans de luzerne qui sont pas
très concurrentiel mais qui sont quand
même présente densité correct donc ça je
dirais tu es un démarrage satisfaisant
pour une culture du blé sur le verbe
dans des bandes avec la guyane qui reste
présente et là encore une fois on va
déserter le blé en fonction des
mauvaises herbes présente sans trop se
préoccuper de la luzerne qui supportera
les désherbants pour peu qu'on soit
parce qu'il faut et pas trop d'hormones
en fin de cycle quelque chose de basse
et 7 6 ans et sarah sur ce que vous
montrez avec la liga lassé du sainfoin
voilà de temps en temps un 5 points qui
relève la tête qui fleurit dans le blé
mais pas trop pas trop sur une densité
pas trop élevé et donc sans trop de
concurrence vis-à-vis du blé juste
histoire de dire le 500 est toujours
présent quand on aura moins sonné il
aura la place pour se développer si que
alors la question du sommet du sub smi
dans le blé se pose bien sûr en termes
de quelle machine utilisée daniel avait
suggéré il a essayé pas mal de fois dû
semer à la volée bon le semis à la
volette pas très satisfaisant parce que
plutôt bien adapté à des climats ou plus
régulièrement
qui n'est pas le cas chez nous donc on
préfère quand même même même en mettant
sur semi avoir un petit peu de contacts
sol graines améliorées par rapport à
justin semer à la volée et donc là
daniel avait ressorti le vieux se voir
nos des plus tôt que le sait mais ado un
disque pour ne pas trop abîmer le blé et
venir semer dedans des légumineuses pois
donc ça peut être une solution
on voyait qu'il ya beaucoup de débris et
que c'est un peu frais savoure un petit
peu mais ça peut se faire venir recevez
là on a un stade du blé qui est tout à
fait adaptée pour faire ça on va pas
trop abîmer le blé il n'est pas encore
il recouvre pas à l'intérieur donc qui
va laisser un peu de lumière pour
permettre à la légumineuse de lever et
de l'arrivée au stade plantules sans
encombre alors deuxième solution
ces implants paix dont cette juge dans
le maïs
alors ça c'est une vue du maïs de cette
année justement est là donc la
légumineuse pareil on a essayé
différentes modalités du sainfoin de la
luzerne et des mélanges trèfle luzerne
lautier ou en se disant souvent un peu
déçu des réussites d'élever des
légumineuses donc on s'est dit en
mélangeant plusieurs légumes une hausse
pérenne avec un peu de chance on va
pouvoir optimiser la levée donc le
désherbage vous l'avez écrit en bas à
droite c'est de la pinta zone en premier
désherbant et puis du point bas en
deuxième désherbants en essayant de ne
pas trop revenir avec des antilles
d'icônes justement pour pour sauvegarder
les jeunes légumes nous
vous voyez il n'y a pas grande chose
entre maïs il ya un petit peu de trèfle
qui restent mais c'est pas une densité
très satisfaisant le bon côté de la
chose c'est qu'évidemment à ce niveau là
il n'y a pas de concurrence vis-à-vis
d'humanisme vous le savez le maïs tu es
quand même culture délicate au niveau
concurrence dès qu'il ya une légumineuse
à densité élevée même pas très haute
notamment du trèfle blanc qui est connu
pour ça on a de la concurrence qui
s'exerce et on a une baisse du rendement
du maïs c'est assez délicat de
d'implanter une légumineuse dans le maïs
sans qu'elle soit concurrentes et en
ayant une densité élevée alors même
mêmes choses on a changé de légumineuses
sais pas si vous avez la reconnaître
c'est du simple point
on a changé de légumineuses on a changé
de taille et de densité voit les places
ça commence à être plus impressionnant
un matricule terre pourrait pourrait
légitimement s'inquiéter sur le sur le
rendement de son maïs parce que là on
est à la limite de la concurrence il ya
une petite concurrence à ce stade là
déjà
et du coup vous voyez que le programme
de désherbage a changé il est toujours
la pinta zoo dans mon premier désherbant
mais en plus dupes en paille calysto
estaran pour calmer le sainfoin et de
l'arrêter et permettre aux malices de
vraiment prendre le dessus en limitant
la concurrence
donc c'est pour ça que je voulais en
titre le sainfoin c'est une valeur sûre
pour l'installation c'est facile à
installer
c'est facile d'avoir une bonne densité
mais parfois trop puisqu'on bascule
assez facilement côté côté concurrence
après
alors donc ça c'était des créneaux assez
classique maintenant je voudrais vous
donner un petit aperçu de créer de plus
originaux qu'on a pu tester sur l'essai
et qui quelquefois donné satisfaction en
a plusieurs
l'échos couleurs mais on verra ça au fil
de la présentation or là il ya une
culture culture méditerranéenne type jeu
pas si vous la reconnaissez la photo est
un petit peu flou mais c'est du pois
chiche
alors bien sûr ça peut sembler saugrenue
de dire tiens on va implanter une
légumineuse pérenne dans du pois chiche
le pois chiche étant déjà une
légumineuse mais à la réflexion on
l'assimilé d'un peu plus près voyez que
le pois chiche
c'est pas une plante très couvrante donc
ça laisse passer la lumière
finalement c'est assez sympa pour
l'installation de soude une légumineuse
elle va pouvoir démarrer son cycle
tranquillement et en plus les dates un
ce qu'on vivait avec le colza qui était
assez délicat là les dates correspondent
pas ce que ça va être du pois chiche
sommet fin janvier en général fin
janvier début février dans la région est
une légumineuse se met fin février début
mars un mois après donc qui va
bénéficier à un général des pluies de
fin d'hiver ou de printemps et donc
finalement climatiquement et vis-à-vis
de la culture donne coïncidence des
besoins de la légumineuse pour son
installation une autres légumineuses
qu'on peut utiliser aussi c'est la fèvre
finalement la féverole après avoir pas
mal tâtonné sur les dates de semis
daniel a établi que la féverole c'est
quand une plante océanique à la base
elle n'aime pas trop les à-coups
climatique méditerranéen et la
sécheresse donc il vaut mieux la somme
et au finalement et qu'elle démarre
cencic tranquillement avec un peu d'eau
l'hiver voire même avant le blé donc des
semis de fin septembre par exemple
marche très bien et très drôle
et on se retrouve à cette époque là avec
une date de semis qui convient aussi
encore aux légumineuses comme je me
disais tout à l'heure pour le colza donc
en gros on va utiliser la féverole comme
un call cela finalement
dans cet exemple alors elle elle est un
peu plus loin que ça marche la
légumineuse et au pied de la féverole
aussi tranquillement
bon le défaut c'est un peu comme le
colza
si la féverole est très dense et pousse
très vite elle va être vite un peu
étouffant pour la légumineuse mais la
légumineuse est aussi capable de rester
au pied de végéter tranquillement sous
la très gros donc là vous avez à gauche
le pois chiche et à droite le 5 points
en pure ça c'est aussi un autre moyen
d'un planté là paraît évident et bien
sûr d'implanter la légumineuse c'est de
commencer par la sphère en tueur alors
évidemment un éleveur va le faire sans
souci parce que de la l'habitude de le
faire de la misère nous centrons mais un
producteur céréalier peut le faire aussi
notamment sur des contrats de semences
par exemple de la luzerne semences c'est
un bon moyen de démarrer ses ces
associations parce que de la luzerne
semences on va la sauver justement assez
clair plutôt vers 4 5 kg ha et donc le
ensuite quand on viendra semer du blé
dedans n'aura normalement le couvert
moins concurrentiel qui avec une luzerne
fourrage semaine très dense
donc on peut aussi dire juin plantes
monde pour être sûr de mon coup
notamment steve démarre en agriculture
de conservation
bah finalement j'ai un plan que l'on
couvert seul pour commencer et je
viendrai ensuite se met dedans du blé du
monde
alors toujours le jeu revient à mon
poids chiche donc je vous ai dit les pas
très concurrentiel ce qui est bien pour
le démarrage des légumineuses dessous
mais il aussi pas très concurrentiel
pour les armes c'est est donc en fait à
la fois parce qu'il ya du couvert qui va
avoir du jour et qui va se développer
dedans et aussi quelquefois pour des
problèmes de mauvaises herbes
bon si c'est vraiment très sale on est
là daniel a fauché à endéné le pois
chiche pour permettre à la légumineuse
dessous de se dessécher et ensuite a
repris à la moissonneuse les andins et
comme ça a pu moissonner le gran pois
chiches sans encombre sans avoir trop de
verre dans la maçonnerie
ensuite la liseuse l'été bien sûr s'il
pleut elle va pousser un lacet vente de
luzerne vous voyez elle pousse au point
que on peut la faucher ou la broyé en
fin d'été et ensuite on se retrouve avec
un légumineuses installé qu'est-ce qui
peut être support pour la culture
suivante on vraiment dans de bonnes
conditions
donc là c'est la vue du pois chiche de
cette année un 2020 et donc vous allez
voir on a fait quatre bandes quatre
modalités différents en utilisant
différentes légumineuses dans le pois
chiche
donc vous voyez c c'est un mélange
trèfle violet et lautier hockey du pois
chiche
il ya un petit peu de monde éserve et
puis il ya la vie de 10 ans au pied en
laser à mieux tout à l'heure
deuxième bande donc c'est de la luzerne
et rider rider c'est la variété comme
utilisé ici troisième mandat c'est une
autre variété de luzerne
il s'appelle azura est donc devant ça se
voit peut-être pas très bien mais si
vous regardez au loin voilà vous verrez
la luzerne à la luzerne des années
précédentes
à fleury est passée carrément au dessus
du coaching clan peut dire que la cure
de foi qui fait rater on a bien fait la
misère mais on a plus assez de profits
et c'est un peu la même chose sur cette
dernière bande
donc pour ceux qui connaissent la
floraison du sainfoin présent aux et
donc la joie que bon ok il ya du pois
chiche qu'il ya aussi pas mal de cinq
points donc ça va pas être moins stable
en l'état on a installé du sainfoin mai
et au détriment de la culture
vous pouvez sur les quatre banques
finalement 2 ou peut-être le sainfoin
sera le pois chiche carbone sera
raisonnable maison où il ya une belle
année 2011 quatre autres concurrents
cette fois ci donc la situation vous
souhaitent un cessez-le-feu
un registre développer et là les ubi 2
ok si on est revenu sur la bande trèfle
lautié où est la feuille large c'est le
trèfle violet et aux pieds là et en haut
à gauche vous voyez la petite feuille du
lotier donc là vraiment on a réussi
notre ou sur la première bande ne cachez
pas très très beau mais correct et en
dessous en ahl avec windows qu'on a bien
installés pour pour les années suivantes
alors autre solution je vous disais
c'est là d'utiliser la féverole donc là
c'est un peu comme le colza parce
qu'elle est les plus concurrentiels on
n'a pas trop peur du couvert pour la
concurrence est par contre c'est l'inter
qui on a quelquefois des déboires avec
du couvercle disparaît parce qu'il est
très content
il est trop concurrencée par la féverole
la situation qu'on souhaite c'est ça
vous voyez au pied de la scène rock
le petit couvert de légumineuses mais en
gros quand on quand on parcourt la bande
on s'aperçoit que là où il ya comme on
dit des clairières servia un peu d
espace entre la sèvre all bat on à la
légumineuse qui vit bien qui est pérenne
et par contre dans les zones où la
féverole est vraiment trop dense on a un
couvert qui disparaît
parlant de lumière donc en fait il faut
essayer de jongler de baisser un petit
peu la densité de la culture si on veut
garder couvert par rapport à une culture
pur très très dense mais la féverole
fonctionne aussi pour ça aussi
alors autre solution alors où là on va
plus utilisé une culture pour implanter
le couvert mais on va on va mélanger les
légumineuses
bon je vous ai parlé de mélanges pour
l'instant très flou lautier luzerne des
choses comme ça c'était des mélanges de
légumineuses pérenne par contre on peut
aussi associer des légumineuses annuels
et des légumineuses pérenne pourquoi
lorsqu'il ya des on sait que les
légumineuses pérenne le la luzerne le
sainfoin le trèfle sont très lents à
l'installation
et ça c'est un handicap alors soit on
laisse cette danse sous forme de
fourrage parce qu'on a dit tout à
l'heure mais à ce moment là on va devoir
gérer quelque chose de très dense dans
la culture suivante pour la concurrence
c'est pas très bon soit en scène très
clair je vous prenez l'exemple de la
luzerne porte graine mais à ce moment là
si on sème la légumineuse pur très
claire elle va s'implanter lentement et
donc elle va se salir hamon réserves
très rapidement donc la guider c'est non
pas de le faire sous une culture mais de
le faire avec une autres légumineuses en
l'occurrence le fait du grec l'oeuf ny
les légumineuses gélives donc qu'il va
pouvoir
normalement quand il ya un petit peu
diverses qui est pas toujours le cas
gelée l'hiver mais qui aura poussé assez
vite pour occuper le terrain en fin
d'automne début d'hiver et donc qu'il
pourra finalement limiter un petit peu
la mer d'oman
oui quelle question pour toi par rapport
au fait qu'on met plusieurs légumineuses
est ce qui est des preuve de combativité
racinaire entre légumineuses
oui alors ça c'est une question qu'on va
à laquelle on va essayer de répondre
pour l'instant on n'en a pas vu alors
qu'on a fait des mélanges et puis vous
avez vu dans la rotation les rotations
sont quand même fritsch en légumineuses
dans l'histoire après on a là aussi on a
du mal à se servir de référence de la
bibliographie parce qu'en fait les
référents sa biographie s'adresse à des
vrais rotation avec des légumineuses qui
ont fait leur cycle complet nous on a
tout vent l'avait légumineuses qui vont
être régulée par les arbitres il donc
qu'ils vont pas fleurir qui vous devez
gt etc et qui ont finalement pas le même
comportement d'une légumineuse culture
pur dans ce qu'on a fait on n'a pas vu
de maladies racinaire s'était rallié à
la sur utilisation de légumineuses alors
sauf peut-être sur du soja et ça le cers
et revenir trop souvent soja ou revenir
trop souvent pois chiches là on a des
effets négatifs mais qui sont connus
d'ici sont pas liées à de l'utilisation
aux gouvernants donc pour l'instant sur
un essai qui date de 2012 2013
on n'a pas encore eu d'effets négatifs
mais on y est attentif et on souhaite
quand même limiter l'utilisation de
légumineuses ou en tout cas pas avoir
constamment des racines de luzerne de
saint-point présente vivante
tous les ans comme ça parce qu'on dit
que nous il y aura certainement essayer
négatif ou encore une fois
on a du mal à utiliser les références de
la biographie et on n'a pas vu d'effets
négatifs pour l'instant dans l'est c'est
donc sur l'histoire du fenugrec voilà
vous verrez certainement mieux sur cette
photo donc le fait du grec c'est cette
petite plante là et alors vous voyez
qu'elle se développe plus vite que la
légumineuse pérenne qui peut être du
trèfle ou de la luzerne qui est en
intérim sous le rang et donc elle
remplit un peu sa fonction de deux
cultures d'installation comme un colza
ou le pois chiche que je vous ai montré
mes os l'intérêt c'est qu'elle va geler
tout seul l'hiver sans glyphosate et
donc ça par l'andra d'installer la
légumineuse opéré
donc là le panneau il indique luzerne
marina mais en fait les villes que vous
voyez un 5 octobre c'est le chai du grec
et la médiane est tout petit
aux pieds des sandales
voilà sur les légumineuses pérennes
notamment sec
alors je vais donner un petit aperçu sur
l'irrigué pour vous parler d'une
réussite
alors qui est pas forcément uniquement
sur les bandes de l'essai puisque daniel
breton je voudrais pas dit mais bien sûr
il mêle son exploitation intégralement
en se disant ouvert et donc quand ils
voient qu'il ya une technique qui marche
il exporte dans ces parcelles ailleurs
que dans les faits c'est ce qu'il a fait
ici en validant en fait le concept de
double couvert alors que les gens du
sud-ouest utilisent largement dans des
rotations à base de maïs c'est à dire
que quand on a une intercultures l'ong
était automne hiver on va faire plus tôt
deux couverts qu'un c'est un couvert qui
va vite poussé beaucoup poussé l'été là
en l'occurrence du sorgho fourrager vous
voyez à droite puis en train de daniel
est en train de le broyer la sur la
partie gauche donc le sorgho fourrager
pour faire de la biomasse du carbone
très rapidement c'est vraiment le
champion mais évidemment si on le
détruit si on le roule on le droit qu'on
me détruit pour pour la fin de l'hiver
il y aura plus grand chose et donc c'est
un deuxième coup vers qui va prendre le
relais pour l'hiver et avant le maïs qui
va suivre est donc là évidemment je
voulais pas dire voilà encore un photo
de sorgho fourrager
donc là on commence à distinguer qui a
pas que du sorgho et en fait elle va si
on va au pied du cerveau avec le 2ème
couvert qui est déjà présent et qu'il
prendra le relais et le sainfoin puisque
c'est la plante vraiment con qui réussit
le mieux la en climat méditerranéen est
donc en fait ce sont 500 on va le garder
vous avez compris le principe on va
venir semer le maïs dedans le sorgho on
l'aura plus on aura appliqué bail est
par contre le saint fons il sera
toujours vivant quand on sèmera le mali
donc là c'est le ce moraliste qui passe
dans le cinq fois
qui est le 2ème découvert donc
convaincre culture
alors ça c'est la photo pour faire peur
aux maïsiculteurs donc en fait le maïs a
été semé fin mars il ya à peu près un
mois
la photo est les dates de fin avril vous
voyez le maïs qui démarre son cycle on
peut dire péniblement parce que là il
est un petit peu jaune dans le dans le
couvert de sainfoin qui se porte plutôt
bien sur le côté et puis au milieu des
chaumes de sorts voulu un peu plus
générale ça sur un pour quelqu'un qui a
l'habitude de faire du maïs ça fait très
peur parce qu'on se dit que là il ya
déjà concurrence mais en fait week le
centre en commun sont quand même bien à
venir avec le il peut y avoir eu un
petit vitrage de glyphosate avant
d'enfin signaler des graminées
résistante mais le désherbant maïs va le
premier désherbant malice va bien
arrêter le safran est jolie et on
repassera 2e d à revoir ma liste pour
être sûr que le sainfoin ne démarre pas
au mauvais moment et laisse tranquille
le maïs au début de son cycle et là
c'est une photo donc là c'est une
parcelle très battante envoyé le premier
blanc c'est vraiment le limon battante
fait croûte et dès qu'il pleut à la
levée du manis il faut des croûtes et
enfin le une terre très très difficile à
travailler et la deuxième partie de la
photo c'est là où il ya le sainfoin week
là évidemment vague a pas la croûte et
le mali c'est au moins aussi jolie sinon
un peu plus beau que là où le sol est
l'une est donc si on n'utilise bien les
herbicides malice finalement ça se passe
bien et on aura un indice qui fait si
tout va de l'un 120 125 130 135 quintaux
ha sont les rendements de madison dans
le secteur voilà est-ce que vous avez
pauline haas qui a des questions à ce
stade sur les bandes sur les photos
qu'on a mis le pape ce résultat
plusieurs questions je te disais noté
parce que je vais pas être coupé par
rapport au maïs ou le demande du coup se
tapent à des problèmes d'ambroisie alors
non pas sur le secteur par contre c'est
plutôt un problème dans la vallée du
rhône
effectivement les collègues de lyon
pourrais pour y répondre là dessus mais
non en provence val de durance non on a
d'autres problèmes du sorgho dahleb des
choses comme ça mais pas dangereuse
excuse moi de te tenir
oui ok a ensuite le temps et que tu
finis de présenter un petit peu tous les
couverts parce qu'on a posé plusieurs
fois la question par rapport aux doses
de semis découvert donc maintenant qu'on
les a tous présentés si tu peux donner
que les doses des différents couverts
que l'on a sur les c'est bien sûr alors
je vous ai beaucoup parlé du saint point
le sainfoin c'est un aiguillon 2 qui se
récolte avec hancock en c'est une espèce
de goos avec des toutes petites graines
dedans donc là il faut semer à 2 élevé
c'est ça ça pèse pas lourd c'est très
léger et donc la dose de smith et 90 kg
ha pour le saint fons évidemment la
luzerne détresse à cesser complètement
différent les luzernes en général c'est
12 13 kg ha des douze de celui ont
couvert peut-être qu'on pourrait baisser
en fin justement c'est à judith et
jusque je vous ai dit si vous constatez
que dans vos cultures vous êtes en doute
plutôt à de la concurrence
il faudra un peu hésité de baisser
al'inverse il constaté qu'ils avaient du
mal à réussir la levée de vos couverts
il faut plutôt augmenter voilà c'est
indicatif en cause mais disons 12 kg ha
et ensuite il est très fort on est assez
réticents à laisser mais pur un trèfle
et lautier vous avez vu que ça en pure
ça marche pas très bien ici peut-être le
trèfle violet c'est celui qui marchera
mieux leur est pas trop et donc ont
ensuite on a tendance plutôt à faire des
mélanges des mélanges qui vont qui vont
respecter c'était 15 kg 12 15 kg ha mais
à ce moment là on mettra si on fait un
mélange bref le lotier luzerne à mettre
à voile à 6,7 kg de l'ain 4 kg de
l'autre de trèfle blanc et ses racks et
on fera un mélange qui lui sera mélangé
à 15 15 kg ha à peu près donc en fait la
grosse différence elle 520 c'est le seul
qu'on va semer à 90 kg et ensuite on me
demande par rapport à la luz et as tu
peux préciser comment tu aimes plainte
et luzerne
alors justement alors le soumis lui se
fait au choix sont tous les semis se
font en ce mois où se vend à semis
direct en général alors sauf les essais
qu'on a fait à la volée mais qui était
pas très concluant je vous ai dit où des
essais dans le blé avec du noir
le second arnaudet lacombe à vue et donc
ça se fait souvent en double passage à
la presse à des pans du semoir qu'on a
il ya des semoirs qui sont à double
caisse ou ou si on a quelques unes
qu'une autre ennemi on fait un double
passage au moment du semis de la culture
mais où ce moratoire directeur général
alors ça c'est le matériel après quand
exactement là il ya de nombreuses
modalités on les a vus sur les bandes
je peux peut-être vous montrer ça sera
après je vous refais un petit point sur
les modalités de celui de la luzerne
un peu plus tard sur un graphique comme
ça on les verra oui parce que du coup il
pose également la question est là quand
tu sais que tu l'aies plainte et 7
luzerne est implantée à l'automne en
sortie d'hiver quel moment voilà alors
ça va dépendre dit le chose qui marche
bien alors ce soir vous débrouiller pour
implanter de la luzerne du sainfoin à la
date optimale dans la région qui est fin
août début septembre dix sections début
septembre ses commandes assez soit en
tueur soit avec du colza soit avec de la
féverole à l'e3 solution qu'on a tout
seul
en attendant du blé tout non parce que
elle va se salir ou avec le fait du gras
qu'un de ma vie au site ward ont publié
cette solution saas et pour l'implanter
à sa date je dirais idéal son
développement et après il ya une
deuxième période favorable
c'est la fin d'hiver où l'appareil de la
luzerne du sainfoin va pouvoir se
développer mais là ça va être sous une
culture donc sous le pois chiche on a vu
on va on va tester certainement l'année
prochaine dessous du tournesol dont la
patte pas tellement tester cette
solution jusque là où sous du maïs en
irrigué on vient de le voir et là par
contre c'est des smiths bien sûr de
printemps à peu près au moment du semis
de la culture
mais je reviendrai là dessus un peu plus
ensuite on a plus des questions
concernant maladies parasites
tout d'abord sur le maïs on te demande
est ce qu'il ya des problèmes de susa
dans le blé dur après malice oui alors
il ya des problèmes de susa mais pas
plus que en systèmes conventionnels
on va le voir après montré des résultats
là dessus la question est on l'a très
près illégalement tout pousse peut-être
même problématique de maladies là c'est
plus maladies et parasites
est ce que tu as déjà des soucis sur
légumineuses alors il ya des soucis liés
aux légumineuses bon mais qu'il faut
relativiser je m'explique quand on quand
on démarre le timide y en a qui pleurent
végétales bon il faut s'attendre à des
problèmes je vais un peu mou les lycées
mais de l'aveu même des agriculteurs du
réseau c'est verbalisme donc les parties
daniel prénom il s'est assez cyclique
quand on démarre souvent on a peur des
limmat
il ya des années où les masques sont des
dégâts je mens ne pas travailler le sol
où je vais je suis venu rejet par les
masses bon en général ça s'estompe pour
trouver des solutions et puis quelques
années après on n'en parle plus
et puis après on parle des campagnols et
là on se dit alors justement ça c'est
lié aux légumineuses séquençage en parle
est une légumineuse pérenne c'est un gic
idéal pour les campagnols et quand vous
faites quelques années de 50 de buzet
rebond c'est bien rare que vous ayez pas
d un moment ou un autre une pullulation
de campagnols donc ça peut paraître
insurmontable et qui l'a aussi en
général avec avec l'expérience et
quelques années c'est un problème qui se
surmonte il faut un petit peu changé ses
pratiques au lieu de moissonner haut on
sait que les ce mois à semis direct en
bien
qu'on laisse plutôt les pailles haute
pour pas avoir trop de résidus plaqué au
sol
parce que pour la mise en terre de la
graine il vaut mieux qu'ils soient
auteurs que plaqué au sol mais du coup
c'est mon petit moissonner trop les
rapaces et les prédateurs ne voit plus
le trou de campagnols et ne peuvent pas
faire leur travail si on commence à voir
des campagnols il faut moissonner
rapporte que les trous soit visible on a
des faux pas tuer tous les renards faut
vous mettre des abris pour les rapaces
il ya plusieurs choses à faire et après
la régulation naturelle se se met en
oeuvre en général pas toujours on peut
très bien aussi avoir des dégâts qui
font qu'un beau jour on est obligé de
passer le cover up pour boucher les
galeries et et renouveler le sol je vous
ai cité les campagnols ça peut être
aussi les sangliers évidemment des
blaireaux des choses comme ça ça c'est
vraiment lié au fait d'utiliser des
légumineuses père m
effectivement un toujours sur la même
problématique au moment de cette épreuve
de taupins sur maïs oui les problèmes de
taux peinture mailly alors on va mettre
un été en inde et est en place
certainement l'année prochaine là dessus
veut baser sur dumas strapping du
piégeage de vase pour diminuer les
populations bon après on n'est pas en
bio donc il faut il faut dire aussi vous
êtes bien vu on utilise les herbicides
désherber mais aussi pour réguler les
couverts et même si en général les
agriculteurs en agriculture de
conservation aime pas trop utiliser des
insecticides ou des fongicides pour pour
l'activité du sol s'il ya des dégâts à
des niveaux importants il faut il faut
utiliser un insecticide du sol à ce
moment là voilà mais je dirais de
comment un système classique et pour
finir il y avait beaucoup de réactions
par rapport au double couvert le sorgho
et on te demande de préciser su préciser
donc les deux comme tu fais du bas du
double couvert comme ça alors le
sainfoin lui va être toujours se met à
peu près à la nauze en 90 kg ha et le
sort dehors je dirais pas qu'on a trouvé
le solution idéale avec sa dépendance
aux objectifs si on doit pas mettre une
dose de sorgho fourrager donc assez
importante
si on veut produire beaucoup de biomasse
qui souvent le cas quand on démarre une
parcelle je voulais je voulais pas dit
mais quand on démarre une parcelle en
agriculture de conservation
je voulais pas dit mais sur la parcelle
qu'on a vu on a vu les photos une
parcelle est assez difficile à
travailler pas si vous avez vu la partie
classée la 105 points
donc là pour démarrer l'activité du sol
ont une densité élevée on a sauvé à
densité élevée pour que le cerveau
produise beaucoup monté
et fasse vraiment un tonnage de matières
sèches important par contre si on veut
sauvegarder le savoir si on a plutôt du
mal à installer son couvert perret on va
éclaircir le sorgho et on va se lever
plus clair que ce confrère le sorgho ce
courage classique donc tout dépend de
son objectif et il faut penser enfin il
faut réfléchir à son objectif en
fonction de l'état de sa parcelle et on
va complètement ajuster la dose de
sorgho à son objectif et on se demande
du coup de préciser que j'en ai trois
quatre questions sur sa si du coup le
sango elle cinq fois on laisse m
en même temps où la scala à quel moment
les sem alors oui on peut les sommets en
même temps c'est parce que la date de
semis de 2 dt pour le saint point c'est
très bien simplement
l'idéal bien sûr c'est d'arriver le
symbole il faut le sommet donc il faut
le sommet plutôt 14 juillet st juste
après moisson puisqu'on a moissonné
avant de son précédent après le sainfoin
soit il est présent parce que c'est la
légumineuse pérenne qui avait avant il
vient semer le sorgho dans le saint
point soit il n'est pas présent et on va
on peut le sauver en même temps que le
sort beau mais à ce moment là il va
falloir la rose en général toute façon
pour sécuriser la levée du charbo c'est
bien de la rose et même s'il sort ou
colère bien le sec pour qu'ils poussent
il faut aussi de l'eau donc là ce moment
là on peut les semer en même temps et le
plus tôt sera le mieux ou 14 juillet 15
juillet fin juillet vers vers le 20
juillet voilà c'est une très bonne date
pour installer parce que pour que notre
sorgho face de la biomasse lui il a
besoin d'être se met assez tôt après
tout dépend si on à l'irrigation
disponibles pas trop cher ou pas ça
c'est la situation idéale que je vous
décris avec de l'irrigation tout
la main pas de limitations de quantités
d'eau et de l'eau pas trop cher si on
appelle d'autres disponible où que l est
très cher et qu'on n'a pas envie de riz
d'irriguer pour la levée des couverts on
va décaler d'un mois c'est à dire que ce
que je vous dis là on va plutôt le faire
sur le 15 août le 20 août plutôt que le
15 juillet 20 juillet en se disant qu'il
a des stomies en août on pourra
bénéficier de pluies fin de dos sans
irrigation quoi mais avec quelque chose
de beaucoup plus aléatoire cercla faudra
accepter les années où il pleut pas fin
août 2 ou début septembre de gâcher la
semence et de de miser pour rien si on
n'a pas de vérification pour régulariser
la levée
à ce moment là ça sera plutôt des semis
30
et ensuite dernières questions à
stéphane et on te demande si tu as déjà
testé un itinéraire bio ou pas alors pas
dans cet essai puisque la cet effet on a
vraiment choisi avec daniel de de ne pas
du tout travailler le sol vous allez
voir les résultats au niveau d'activité
du saut à la presse mais dans d'autres
effets oui notamment au lycée agricole
de valabre à aix en provence en
collaboration avec la mairie bio 04 /
avec mathieu marguerie sur des réseaux
d'agriculteurs le avec le lycée de la
ricarda l'isle sur sorgue nokia il ya
des endroits comme ça où une plateforme
agréé ou chez un agriculteur en bio ou
marc rich cho ou en test des solutions
en bio de gestion découvert mais on
n'est pas arrivé à faire du semis direct
sous couvert sens strict sans travail du
sol en bio dire qu'en fait soit on
s'autorise des herbicides comme non sur
l'essai soit on travaille le sol après
être plus ou moins bien sûr c'est là
qu'on va pouvoir essayer de travailler
ça peut être dans l'idéal avec une tombe
deux comme vous êtes vous l'avez
peut-être juste dans les publications
arvalis avec les travaux d'une collègue
régis elias on pourrait avec un matériel
adapté de fer que ton dans la luzerne en
intégrant de blé par exemple ou fauché
si on est gagné par les mauvaises herbes
avec un une utilisation par les animaux
mais aujourd'hui du non travail du sol
au sens strict en bio avec découverts
vivants
il peut encore arriver on n'arrive pas à
le maîtriser donc oui on y travaille
bien sûr parce que tout le monde
aimerait que ce système fonctionne sans
centraux du sitho du tout mais
malheureusement il faut être honnête
aujourd'hui il fit il faut choisir quoi
que ce soit on va introduire soit on va
mettre un peu d'herbicides soit on va
mettre un peu de travail du sol mais ni
l'un ni l'autre
pour l'instant on ne sait pas faire sauf
peut-être en basculant sur un système
élevage là on fauche ou en pâture dès
que les choses se passent mal qu'on
on peut passer à la suite je pense
stéphane après c'est plus y aller qu'on
est amis on en parlera à la fin très
bien alors donc bon vous avez vu un peu
la multiplicité les résultats de des
choses quelquefois des équilibres à
trouver des choses comme ça donc je vous
disais c'est assez difficile d'imaginer
un moyen de vous restituer les résultats
de manière opérationnelle en utilisant
des canaux classiques et des tableaux
des articles dans perspective à l'école
des clients vers des choses comme ça
donc on est en train de travailler avec
vos idées sont les bienvenues pour
trouver des moyens de diffuser ses
résultats de manière opérationnelle
alors je vous en ai pas parlé quand même
c'est un point important
évidemment on va chercher des
indicateurs pour évaluer ce système dans
différentes dans différents
compartiments et le sol en étant très
important donc régulièrement c'est bien
faire un profil pour voir où on en est
dans la structure du sol
bien sûr on attend de ce système qui est
une très bonne structure de sol
évidemment pas de soleil de la bourne et
un enracinement profond des galeries de
vers de terre et c'est donc là voyons
n'avait que c'est un profil ou vers des
profils en l'année dernière on mai 2010
note
donc là on est en train de calculer 20
de mesurer le profil d'enracinement
donc j'ai pas si vous connaissez a
envoyé la grille qui a été fixé au à la
paroisse en fait c d'écart et grillagée
de 2 cm 2 cm et on regarde centimètre
par centimètre s'il ya des racines s'il
y en a pas et on m'a recueillie donc
chaque fois qu'il ya présence de racisme
et du coup ça concerne c'est ce que je
dis à g comme ça donc la fessée en sait
qu'un sur la bande minéraux disque
excellent sec
donc on est descendu à 1 mètre de
profondeur quand il ya une petite carte
verte ce qui est une racine et kantienne
15 villes ont marqué zéro c'est qu'il
n'y a pas de racisme oui qui on avait
des racines bas jusqu'à un mètre
il y en a ont jusqu'à 75 à une densité
assez importante
belle colonisation du profil par les
racines
et si on parle de galeries de vers de
terre elles elles descendent carrément
profond à 1 mètre 50 voire plus profond
des galeries plutôt orientées
verticalement en irrigué bien sûr ça va
un peu meilleure au niveau enracinement
c'était sous du blé de et de bande
donc là on est descendu à 1 mètre 50
bons jusqu'à un mètre en mai devant la
densité de racine est très importante en
dessous il y en a moins mais c'est des
grâces in quand même active qui
descendent en profondeur et qui pourront
ramener de l'eau et des nutriments de la
profondeur du sol même chose bien sûr
quand c'est qu'avec les galeries de vers
de terre
alors puisqu'on est sur le
fonctionnement du sol bon ça c'est un
profil c'est quand même assez lourds à
réaliser
il ya des analyses plus facile à faire
avec juste un prélèvement d'échantillons
de sol qu'on peut envoyer un labo donc
là en l'occurrence celle installable qui
est située à mauguio à côté de
montpellier et qui va permettre d'avoir
des indicateurs d'activité biologie news
il ya d'abord ce qui est lié à la
matière organique
quand on a en général dans une analyse
de sol classique on a un pourcentage de
matière organique totale là vous voyez
que c'est 3,4 pour cent pour ce sol ce
qui est ce qui est bon c'est une bonne
valeur mais cette nature organique
on peut la fractionner c'est à dire on
peut mesurer son la taille des fragments
de matières organiques
on sait que la matière organique liée au
sol c'est-à-dire protégé par les argiles
et qui est intimement liée à la partie
minéralogiques
ll est elle est à peu près hors
d'atteinte de la biomasse bactérienne
donc elle va elle va pas servir de
nourriture à biomasse matériel et donc
de carburant pour de la minéralisation
donc il y en a une certaine fraction qui
est lié et il ya une certaine traction
qui est libre on appelle donc l'hôte est
attaquable parler des microbes et qui
est donc minéralise à bhl qui se
transformera en carbone azote et est
donc cette matière organique libre elle
c'est la nourriture finalement de la
biomasse bactérienne donc là quand on
vous quand on on a ce fractionnement de
la nature organique banal ou pourcentage
de la matière organique
l'idée qu'on pourrait appeler nidifier
lemus l'expliqué aussi qui représente le
stockage de carbone puisque en beaucoup
de nous le bilan carbone de stocker du
carbone dans les sols etc
donc ça ça va être plutôt la matière
organique ailier donc la rouge là sur le
graphique et puis la jaune ça sera avec
un beat libre qui va servir de
nourriture à
la vie du sol et donc de réservoir pour
ensuite faire de l'azoté minéral par
exemple pour les cultures donc vous
voyez bien que quand un seul fonctionne
bien il faut qu'il ait les deux on va
pas en privilégier une par rapport à
l'autre si on dit je veux un jeux veut
stocker du carbone
bien sûr il faut qu'on augmente la
hongrie 1 la rouge mais souvent ça va se
faire au détriment de la zone
et si la pluie de libre il ya plus de
carburant pour la vie du sol donc donc
là aussi tout est question d'équilibré
et améliorer un seul entre guillemets
retrouver plus de deux cartes elite est
naturelle des sols
ça va être surveillé un petit peu ces
compartiments de matières organiques
pour être sûr qu'il ya toujours quand
même de la matière organique libre
rapide la jaune du carburant et qu'on ne
fait pas que stocker du carbone mais
avoir un sol qui fonctionne de moins en
moins
donc ça c'est le premier indicateur qui
est intéressant c'est combien mais
surtout quelles matières organiques on a
dans le sous-sol et est-ce qu'on a
suffisamment matières organiques libre
pour le pour servir de carburant ou aux
bactéries et ensuite il ya justement la
quantité de bactéries
c'est à dire est-ce que j'ai delà des
microbes actif dans mon seul et combien
donc là vous voyez que c'est forcé de
mémoire c'est la banque 10 et on fait en
général d'eauze analyse par par bandes
enfin même plus que ça mais deux
horizons 1-0 10 cm donc vraiment la
surface du sol qui est le la zone qui
est la plus riche en matière organique
et qui s'améliore assez rapidement quand
on est un semis direct sous couvert
végétal puisqu'on va enrichir cette
couche superficielle du sol en débris en
matière organique assez rapidement pour
peu qu'on arrive à garder du sol
toujours couverte pas de sony est donc
là surtout sur 0 10 sont en général
beaucoup de biomasse microbien nous et
c'est le cas à droite c'est un peu
l'échelle de notation de cette biomasse
microbienne voyez que bon dans un sol
classiquement on a entre 300 et 400 mg
de cardone microbien par kilo de terre
sèche et là on met à 800 quasiment huit
cents donc on explose les scores en
termes de biomasse microbienne décès sur
0,10 donc ses ministres et c'est presque
normal quand un vrai système en semis
direct sous couvert c'est ça qui doit
arriver mais ça veut dire qu'on a on a
beaucoup de monde qui est là et qui va
pouvoir fonctionner dégrader la matière
organique et l'été et faire de la
minéralisation
donc ça c'est le deuxième indicateur est
le troisième donc je vous rappelle le
premier qu'est ce que j'ai comme un
tueur organique
ce que j'ai du carburant le deuxième qui
qui géant microbes disponible pour
travailler
combien de biomasse microbienne et le
troisième celui là c'est eh ben est ce
que le est ce que le fonctionnement des
microbes et optimale
est-ce qui est ce qu ils travaillent
beaucoup ou pas parce qu'on peut aussi
avoir des masses microbienne qui est
très très peu active notamment dans des
seaux l'asphyxié par exemple on sait
très bien que les sols gorgés d'eau
asphyxié vous avez beau avoir des
microbes du vent ils ont peut être
accrue donc ça ce dernier indicateur
c'est l'activité de ces microbes en
termes de minéralisation du carbone et
de l'azoté
donc c'est en laboratoire c'est un cube
et 28 jours et on regarde le dégagement
de co2 ou de nitrates et donc l'activité
de ces microbes sur le sol donc là vous
venez qu'on a non seulement des microbes
nombreux mais qui travaillent très fort
avec un potentiel de minéralisation très
élevé donc si on regarde la zot voyez en
bas à droite ça correspondrait à une
fourniture d'azoté annuel de 138 unités
sur l'année donc c'est loin loin loin
d'être négligeable
alors vas pas raisonner comme ça on
pourrait dire presque
c'est presque une quantité d'azoté
suffisante pour faire pousser humble et
150 vrai alors c'est certainement parce
qu'on va faire ce qu'ils en parlent peu
après mais en tout cas ça donne la
mesure de ce potentiel de minéralisation
sur un solde qui fonctionne bien
ce qui n'était pas forcément le cas
avant de passer en systèmes semis direct
sous couvert dans nos sols
argilo-calcaires de provence
alors on va regarder donc les résultats
de manière un peu global puisqu'on a la
chance d'avoir cet essai de longue durée
vous voyez qu'on a fait ce même site
d'analystes donc l'an 2020 je vous ai
montré un exemple la juste avant et on
l'avait fait en 2015 en rouge sur les
mêmes bandes donc les banques
alors je vous ai encadrer ce qui est
comparable donc c'est il faut le prendre
le graphique de gauche à droite
vous voyez qu'on a les bandes 1 et 2
c'est marqué 12 mais en fait ces bandes
un d'eux parce qu'on était entre le
entre la bande et la bande 2 en 2015 en
rouge en 2020 en jaune
élise avait les deux profondeurs de
prélèvement 0,10 les dix premiers
centimètres et 10/20 donc les 20 cm
enfin les 10 cm en dessous pour aller
jusqu'à 20 cm ont fait ça pour parce que
c'est bien normal qu'en dessous il ya un
tout le moins de matière organique
là on n'a pas de dilution puisqu'on n'a
pas de travail du sol les choses se
superpose une strate si on peut dire
mais on aime bien avoir de quoi comparer
en général avec les analyses six tombes
classique donc système labour ou
systèmes techniques culturales
simplifiées en général aux analyses en
labour se fondant sur 25 voire 30 donc
on a essayé on fait les deux jeunes
amants pas trop besoin fait les deux
profondeur pour avoir après une moyenne
comparable
système la cour tout ça pour en revenir
au graphique donc voyez qu'en 2015 sur
0,10 alors 2015 si vous vous rappelez ça
faisait deux ans que l'essai était en
place
donc au bout de deux ans on était à 2 %
matières organiques sur les 10 premiers
centimètres et 1,7 sur 10 cm en dessous
et voyez qu'on est passé en cinq ans à
+2 3% sur zéro vis et on est resté à un
peu augmenté aussi quand même en dessous
de 10
dépassé d'un virus est un gars de 8 sur
les bandes de gauche de l'es7
vous avez compris le principe alors
après il ya un petit moulin c'est que
quelquefois comme les bandes sont 150 m
de long 1 n'a pas forcément tout à fait
le même sol en haut de la bande est en
bas donc on a fait des mesures en bas
est on sûr différente aux différentes
prince très léman voilà les mais encadré
suivant vous allez à la fois les mesures
en va à gauche et en haut à droite de
chaque pour chaque modalité donc la
bande y voyez que là aussi on partage un
peu plus haut on était déjà à plus de
2,5 2,7 de matières organiques sur 0,10
mg et même quand on part de on améliore
encore et qu'on dépasse 3 2 presque à
3,5 sur zéro vis sur la banquise qui est
une des banques qui fonctionne bien je
sais pas si vous vous rappelez les
premiers graphique met donc il ya quand
même une corrélation entre le résultat
agronomique un haut rendement du blé est
ce que les couverts pousse bien et c est
finalement ces analyses de sol
rien que sur l'aspect taux de matière
organique il ya une corrélation ensuite
cédé devant d'irriguer l'avant 19 et la
bande 28 ans élégant diriez là aussi on
a amélioré peut-être un peu moins on
sait bien qu'avec les riga sion on a
déjà une activité du sol améliorée sur
l'année 1
parce qu'on amène de l'eau c'est
important pour l'activité du sol donc on
peut sans doute dire qu'on améliore un
peu moins les choses avec ce système en
irrigation peu au sec
mais voilà c'est une amélioration quand
même assez rapide près de 0,5 point de
matière organique s'est passé pas anodin
en 55 ans s'est pas beaucoup pour des
évolutions de matières organiques
bon ça correspond à peu près à autre un
de classiques en considère qu'on
améliore en général sur des pratiques
d'agriculture de conservation de 0 1
point par an ou 2 1% tous les dix ans
qui viennent et on a à peu près sur ce
set pendant cela sur l'essai donc ça
c'était le premier critère matières
organiques alors là c'est la matière
organique totale bien sûr faudrait
regarder la matière organique lier la
matière organique stable pour pour aller
plus dans le détail mais vous avez
compris le principe
ensuite le deuxième critère vous
rappeler c'était la quantité de biomasse
microbienne donc maintenant vous savez
lire un graphique je vais je vais passer
vite
mais là aussi on améliore de manière
spectaculaire puisqu'on est qu on a
gagné 100 mg de carbone microbien par
kilo de terre sèche passe en gros dit ça
dépend beaucoup des bandes mais on
n'améliore pas sans gros de voile à 300
400 à 500 600 donc quand on était dans
un sol pas terribles ou moyens on
devient un sol plutôt bon évidemment sur
la partie 0 10 cm et un peu plus
lentement sous mais avec aussi une
tendance à l'amélioration sur l'allée la
partie 10 20 cm et donc la
concrétisation bien sûr c'est par
exemple la généralisation du carbone de
la donne en terme d' adobe ce que ça ça
parle bien en quantité d'azoté minéral
is able minéralisées sur six mois sur 20
cm x de 1,6 en pour une année non pas
tout à fait par deux parce qu'il ya les
mois d'hiver quand web
donc là on a gagné en gros en moyenne
complète 40 unités
certains gros village minéralisées en
moyenne 45 50 unités sur dans le cm et
maintenant mon ami d'un réalisent 90 kwh
en moyenne toutes banques confondues
donc en cinq ans quand même une
évolution positive du sol se voit qui
est qu'il y assez évidente
quelles que soient les indicateurs qu'on
retient et bien sûr là conclut
concrétisation de ça c'est que plus on
part d'un sol dégradé à l'origine plus
on la médium plus on part d'un sol bon
avec un bon fonctionnaire à l'origine -
l'amour
donc c'est pour ça qu'on a dit et je
pense avec juste raison que c'est un
système qui est très bénéfique
quand on parle d'un sol dégradé alors le
problème c'est que pour que le système
fonctionne vous avez vu il faut que les
couverts fonctionne il faut que ce faux
que salaires etc
et plus on fera un sol dégradé au départ
plus on a du mal à lancer le système
voilà tout est lié mais n'empêche que
c'est un améliorera sauteur finalement
assez rapide de soldats s'est dégradée
pour peu qu'on arrive à lancer le
système sert à produire de l'opium
impliqué dans c'était son côté sol
ensuite sur le coteau réussite découvert
donc par rapport à la question qui avait
là sur la luzerne quand est-ce qu'on
implante la bern aurait qu'on a là j'ai
repris un petit peu ce que je vous ai
montré en photo tout à l'heure c'est à
dire différentes modalités contestées
sur les sectes d'implantation de luzerne
luzerne avec les vols d'hiver le dernier
poids chiche
donc quand je dis avec ses en même temps
se met en même temps ou un mois
d'intervalle pour le pois chiche luzerne
avec le blé luzerne avant le blé ou les
errements dans le blé au printemps et
ensuite luzerne dans colza donc
solutions classiques françaises luzerne
seul en fourrage pour les premières
années ou luzerne sol en porte graine
pour les premières années
voilà voilà ça existe tout ça est
possible tout ça peut marcher
on l'a on l'a vu mais tout ça comment
choisir pour un agriculteur
saleh selon ces conditions selon ce qui
l'attend sur ce qu'il est capable de
faire à terme irrigation etc et bien sûr
selon ces cultures de vente pour la
stabilité financière de son exploitation
puisqu'on sait bien que les premières
années il ya quand même une prise de
risque donc le sens qu'on va proposer
c'est d'améliorer l'outil choix
découverte qui existe sur internet
arvalis qui était plutôt orientée sur
les cipan les couverts pièges à nitrates
serra et d'intégrer ses résultats
d'essai régionaux couvert vivant
permanent pour avoir une rubrique
couvert vivent en permanence dans
l'outil choix découverte et on aura
sûrement une évaluation multicritères
donc c'est le diagramme en toile
d'araignée là vous avez en termes de
facilité d'implantation en vertical est
ce que le couvert et facile à réussir à
implanter une pompe à fric et des
grosses différences en termes de
pérennité une fois qu une fois qu il est
là est ce qu'il dure quelques années
facilement ou pas est-ce qu'on gère
facilement le couvert dans la culture
important emblée très important très
important en maïs qui craint la
concurrence par exemple est ce que quand
on veut le détruire il est facile à
détruire ou pas quelquefois non si on
mettait cinq points ce serait assez
difficile à détruire et les bénéfices or
les bénéfices ça ça représente quoi ça
représente quand on a géré justement
correctement son couvert est-ce qu'on a
des bénéfices agronomique des requêtes
et quand je dis bénéfices agronomique
c'est est ce qu'on a atteint finalement
le rendement qu'on aurait eu en culture
bien maîtrisée système labour qui est un
peu lent lent de référence du blé du
maïs et c'est un système bien maîtrisé
donc là et parce qu on est paré 5 1 il
ya toujours une prise de risque mais il
ya des mondanités quand même un peu plus
facile à mener que d'autres et donc on
peut les différencier sur ce prix
sergent
alors justement sur cet aspect rendement
on vous a vu la tête des cultures en
photo je fais maintenant je vais vous
montrer des vrais rendement bien sûr
l'année climatique comme beaucoup en
labour déjà elle compte mais alors vous
imaginez quand je me dirai tout faire
elle compte encore plus puisque c'est
elle qui va jouer sur le l'aspect
concurrence à ce que nous réserve et
c'est donc il faut le voir en
pluriannuel évidemment alors une manière
de juger se dévaluer cette performance
ces deux en fait de pas prendre le
rendement absolu valeur absolue les
quintaux quoi mais deux en fait c'est
évalué est-ce que ce rendement il est
satisfaisant c'est est ce que cette
année-là 2018 qui était une catastrophe
pour le blé 2017 qui était pas terrible
et finalement les puissants arrive à la
fin est-ce que gère j'ai obtenu avec mon
blé maïs le rendement attendu avec les
conditions pédoclimatiques de l'année
c'est ça le bon critère d'évaluation
donc en fait vous voyez quand en
ordonnée j'ai en fait le pourcentage du
rendement attendu en conventionnel est
en fait en blé on est on est assez bien
armé maintenant que même modéliser un ce
rendement en fonction du type de sol du
climat de la ressource en eau etc
on a sur le climat méditerranéen où la
ressource en eau compte beaucoup
rien qu'en regardant le confort hydrique
on peut modéliser le rendement du blé
l'année données et donc ça nous donne
une valeur et en fait on va comparer le
rendement obtenu dans les bandes pesé
avec la mort de daniel ou mesurer à la
main avec les plaçait va comparer ce
rendement avec le rendement potentiel
attendu en fonction du climat de l'année
et c'est ça qui nous donne cette échelle
en ordonnée donc en fait les points qui
sont à 100% c'est les points qui ont
obtenu le rendement potentiel
il y en a il y en a aussi en dessous
alors sur ce graphique il ya beaucoup de
points différence il ya les clcv et il
ya aussi des mesures faites chez des
agriculteurs
donc c'est l'échelle que vous voyez en
bas à droite sur des mesures grande
parcelle est finalement eu aussi le
mesurer sa cent des grandes parcelles
d'agriculteurs avec la méthode diack
chance qui est une méthode va mesurer
sur un an le final et on va se donner
quelques mesures au fil de la saison
deux facteurs limitants pour comprendre
pourquoi on a un tel écart avec le
rendement attendu
vous voyez que pour répondre à la
question sur le bio on a suivi des gens
en bio 1 avec un petit peu de travail du
sol mais qu'il menait découvert en bio
il ya un gouverneur couvert vivant il ya
vancouver vivant en bio ça c'est très
très très très exploratoire et du goût
vous voyez que par rapport à un
rendement potentiel climatique on en est
loin
donc en fait ça m'amène à vous parler
maintenant de lax des abscisses voyez
que les points se distribue bien
finalement
selon un indicateur qui qu'on a appelé
l' indice de nutrition azotée n à
floraison qu'il s'agit d'une double et
l'étang de blé dur et on sait très bien
que la mesure de l'un d'eux lundi ce de
nutrition azotée à floraison c'est un
très très bon indicateur de la nutrition
azotée du blé donc on a fait cette
mesure pour faire cette mesure en fait
on prélève du blé à floraison au couple
le blé lopez les par la partie aérienne
au ras du sol on pèse la biomasse et on
en envoie au labo un échantillon le sec
pour qu'ils dosent la zot
en fait on a deux valeurs à la biomasse
du blé et la quantité d'azoté dans cette
biomasse et selon il ya des courbes de
référence si on a la quantité d'azoté
nécessaire pour la violation d'un
produit tu vas être inégal
1 c'est à dire d'emblée parfaitement
dosé en azote qui pourra être nourris
convenablement général jusqu'à la fin du
cycle
et puis si on est en sueur nutrition on
est au dessus de 1,2 de 1,4 il ya
quelques points et n'a pas 30 n'ont pas
beaucoup et par contre souvent en
situation de sous nutrition azotée or
tant que c'est entre 0,8 et 1 c'est pas
très grave
les caciques en dessous de 0,8 ça
commence à être un peu de stress azotés
et en dessous de 0,6 alors là ça
commence à être un stress à sauter assez
sévère ou et j'ai tout un paquet de
points à gauche qui sont vers 0,4 et qui
sont justement des points en général en
bio parce que en bio notamment sans
élevage avec juste un peu de gaz hotte
organique engrais et coûte très cher on
est en général au moins sur les points
qu'on a suivi en provence en short forte
carence azotée pour le blé voilà donc il
ya évidemment une espèce de relation
quand même entre le rendement
enfin l'écart au potentiel de rendement
et 7,26 de nutrition azotée plus on est
vers un plus on a des chances d'être
rendement potentiel
les points qui sont voisinage de la
courbe bah finalement leur nutrition
azotée explique tout à fait leur bonheur
leur performance en termes de rendement
par contre il ya quand même pas mal de
points en dessous là sous la courbe est
donc ça veut dire quoi ça veut dire tout
simplement qu'il y avait pas que la zot
comme facteur limitant mais qui avait
certainement d'autres facteurs qui ont
pénalisé le rendement donc ensuite tout
le travail d'analysé des résultats ça va
être de déterminer ces facteurs
qu'est-ce qui a eu qu'est ce qu'il est
arrivé à la culture pour que le
rendement soit décevant par rapport à un
potentiel climatique et en asie plus
très sûr a ajouté
heureusement il ya aussi quelques points
au dessus sur la peur de voir même un
peu au dessus il y en a pas tant que ça
mais c'est des points qui manifestement
représentent des situations qui ont très
bien fonctionné et pour certaines même
notamment vers 08 10 nm là où on pensait
pas qu'il ya un nutrition azotée au
suffisantes pour avoir un très bon
rendement et un bon finalement on a été
agréablement surpris au final donc
probablement des points si on était très
bien nourris en azote sur la fin d'un
cycle puisque l'imc à floraison mais
après il se passe quand même encore
quelque chose
le remplissage du grain etc ou pias
manifestement des points qui ont été
très très bien nourrie après la
floraison en azote
alors même qu'ils avaient pas d'apport
d'engrais supplémentaire donc avec sans
doute un fonctionnement du sol améliorée
et d'ailleurs or vous voyez peut-être le
chiffre dans les discours on sait le
rendement réels obtenus et qu'il ya des
rondes et disque bleu sans fin chiffres
au milieu ce sont les pointes 2019 et de
laisser 2010 ne semblait et donc la
voyez qu'on est en général sur la courbe
plutôt corner mais on est bien nourri en
azote et ça s'est bien passé alors même
qu'on n'avait pas d'apport des autres
tardif je vais vous le montrer la preuve
on est juste un point un disque bleu qui
est un petit peu en dessous de la courbe
là vers 07 10 nm et c1 contrairement à
ce qu'on aurait pu penser c'est un point
la guérilla sion c'est la bande de blé
irrigué mais qui a vu des problèmes de
fusariose donc ça me permet de répondre
un peu de commencer à répondre à la
question qui avait sur la fusariose
derrière maïs là donc oui il arrive
qu'il y ait des problèmes de facteurs
habitants fusariose mais qu'on aurait
lui aussi je pense a après ma liste
sur le climat favorable à la fusariose
en système d c'est peut-être pas un
système labour pour aller plus loin sur
l'essai et vous montrez pas chiffré
c'est un peu plus facile à dire que ce
graphique
c'était un peu un intégrateur donc là
c'est les bandes de blé et 2019 vous
avez vu le point mais point bleu sur le
graphique
mais avec les résultats chiffrés donc b2
b5 b6 b9 b12 c des bandeaux steak et
l'abbé 19 grille est donc le rendement
mesuré dont axa a chuté en ailier la
fusa le potentiel de l'année en fonction
du climat et donc l'écart au potentiel
wake on a des bandes très bien
fonctionné puisqu'elle quasiment pas
d'écart au potentiel
on est sur le potentiel de l'année
pourtant alors avec des indics de
récolte pas forcément très bon 11 04 04
04
comment cette bombe 'l'indice de récolte
c'est le le grain par rapport à la
biomasse totale qu en général par les le
remplissage du grain quand la finition
se fait bien on a des bons indices de
récolte quand la finition se fait mal on
a des bons des indices de recolle vous
voyez que allie rigueur on a un mauvais
indice de récolte ça représente tout à
fait ce qui s'est passé avec de l'attak
de fusée qui empêche les grains de se
remplir la fin il ya de la floraison on
l'a vu sur le graphique mais là vous
avez les chiffres les protéines dans le
grain vrai qu'on a des très bonne valeur
sauf irrigué encore une fois puisqu'il
n'a pas rempli son nom des valeurs très
haute pour le blé dur
du coup on peut faire le calcul des
coefficients apparent d'utilisation de
la zot amené sous forme d'engrais
il est très bon alors en steaks
alors comme les insectes et il était
craint d ennuyer et du coup le tibet le
tibet c'est le
le coefficient qu'on vous dit quand vous
diviser les unités d'azoté par le
rendement position blé dur blé tendre
blé dur c'est souvent vers 3,8
ça dépend que des variétés de blé dur
blé tendre plutôt autour de 3 le blé
panifiable mais ça dépend des variétés
aussi le plus de force c'est un peu
comme le blé dur là vous voyez des
coefficients de 3,5 pour du blé dur
surtout du blé dieu avec un bon taux de
protéines
c'est très très bon ça veut dire qu'on a
vraiment très bien utiliser la zone de
landes
enfin la zot en termes de bilan azoté
par rapport à ce qu'on a mis en engrais
mais vous avez vu que pour comprendre
tout ça il faut il faut absolument avoir
des indicateurs sol parce que le
fonctionnement du sol va être très très
important aux plus importants
certainement à prendre en compte dans ce
système que dans le système labour et
voyez alors je vous ai remis la
fertilisation azotée qui serait
complètement délirante en systèmes
labour puisque vous voyez 150 unités
d'un coup le 19 janvier avec un blé est
tout petit et 40 unités seulement le 11
avril
et c'est tout un dos total 198 unités
bon c'est là c'est largement suffisant
de même pu mettre moins nous parlons
dans ce système mais pourquoi il ya eu 8
158 unités le 19 janvier
tout simplement parce qu'on s'est aperçu
que en système celui d'hier est que sous
couvert qui fonctionne donc avec
toujours des résidus ou du couvert
vivant qui est aussi capable d'absorber
de base atteint parce que c'est une
légumineuse donc d un fonctionnement du
sol important on a des besoins en azote
de notre biomasse microbienne pour
attaquer le carbone de la matière
organique et et digérer les résidus qui
est assez important et que donc phase
critique qui l'hiver la sortie d'hiver
ou la biomasse microbienne va se
remettre en fonctionnement
donc va avoir des besoins d'azoté
minéral
et si on ne considère c'est le blé ce
qu'on a tendance à faire un système
classique on dit bon bah le blé il avait
juste pour le tallage il a pratiquement
pas de besoin on met 0 où les 40 unités
si on fait ça comme la biomasse
microbienne à des gros besoins on va on
va faire humble et 40 c en début de
cycle enfin au moment du talent
inversement si on anticipe beaucoup les
besoins à sauter du blé donc 150 unités
évidemment il y en a pas besoin 19
janvier des 150 unités le besoin de 40
mais 150 ça veut dire que on va nourrir
le sol
il va la biomasse microbienne va avoir
un rôle en azote utilisable et donc il
va quand même rester ce qu'il faut pour
le blé pour pour son début de saison ou
en titres anticiper les besoins doublé
on a des soldes il ya très très peu de
risque de lessivage ou là on a respecté
après le 15 janvier 1 de toute façon on
a plus de risque de lessivage parce que
même si les autres descendent d'un
horizon c'est pas bien grave et même
pour descendre un horizon ils feront
plus apparemment beaucoup parce qu'ivan
général pas le cas en février mars
mais voilà on anticipe les besoins et
finalement 48 et le 11 à brix et très
très peu à 11 avril on est on est
bientôt à dernières feuilles
donc on sait que là pour du blé dur des
protéines
normalement on mettrait plutôt 80 mais
on considère que ces 80 on les a déjà
livré en janvier elles sont toujours là
et par contre on compte sur le sol pour
alimenter le blé en fin de cycle et vous
voyez qu'on a raison conques études
puisque finalement les taux de protéines
son jeu dur elle même presque un peu
trop élevé donc moi je considère avec le
recul qu'on aurait presque pu supprimer
ces 40 unités le nous aveuglent chose
qu'un qu'on n'ose pas faire quand on
fait du blé dur en provence normalement
pas ce que c'est
c'est bien qu'il faut de nourrir la
dernière feuille pour nourrir le grain
etc
mais là on a un seul maintenant avec nos
bancs de mon souvenir est recouvert une
historique qui a qui fonctionne
tellement bien que l'on va pouvoir
passer certainement sur une
fertilisation du blé en une fois en
hiver
absolument parce qu'on dirait sur un blé
classique né en six thèmes travaillés du
sud alors désolé j'ai été un petit peu
longue peut-être sur cette partie mais
ça fait partie des résultats
intéressants je pense qu'ils peuvent
être tirées de cette es7
je pense qu'on n'est pas en avance
police trimestre du temps
on voit là je vais avancer un peu j'ai
quasiment fini vous apprendre toutes vos
questions
peut-être sur la partie bio un petit
clin d'oeil pour vous dire quand même
qu'on a essayé on n'est peut-être pas
d'un événement et moi n'est plus à même
de d'ajuster un système suivi de laxou
couvert en bio parce que on n'a pas
l'élevage tout simplement déjà et on n'a
pas forcément un historique un
savoir-faire en bio qui permettent de le
faire mais c'est un certain c'est une
question donc on a essayé simplement
alors oui juste avant je voulais quand
même vous montrer le les facteurs
limitants je vous en ai parlé
les facteurs limitants qui explique les
chutes de rendement un autre que la zone
puisque la zot on a largement parlé
évidemment il ya autre chose alors
l'azoté en numéro un j'ai quand même
tout en haut
la concurrence des mauvaises herbes ça
reste le numéro deux alors ça c'est pas
original c'est l'essai c'est la même
chose en tcs c'est moins vrai en labourd
on sait que là le labour c'est quand
même son gros avantage c'est de baisser
la pression de mon réserve
je vous rappelle que dans les serres
mais une situation de très grave à
distance donc tout le temps l'oeil rivé
sur les quantités de riz gras qui est
susceptible de grès né il ya d'autres
tracteurs et là on arrive à vos
questions les facteurs plus lié au
système semis direct sous couvertes
alors fusariose de base des tiges ou
fusariose des épis comme en 2018
oui ça existe mais je ne le vois pas
tellement plus en systèmes semis direct
sous couvert quand système classique
donc je les jeux j'ai me voyez l'échelle
en abscisse c'est la spécificité liée au
système classique dario devons y en a
autant en systèmes classiques les
anémies en a il y en a partout et sur
les épices un peu la même chose
vous me direz c'est pas pas tellement
liés au système solidaire etc sont
couvertes levi rose non plus
il y en a ni plus ni moins pour autant
sur le système celui d'hier ex couvert
quand système classique
bon ça va dépendre beaucoup des gags de
ce dit on et quel que soit le type de
système
par contre je vous en ai déjà parlé mais
c'est à souligner la concurrence du
couvert vivant quand on travaille que
découverts vivants ou la perte de
densité à cause des campagnols certaines
années quand on a fait des légumineuses
pérenne ça bien sûr c'est très lié au
système un scellé puisque vous n'aurez
pas en système classique
voilà un peu le panorama des facteurs
limitants rencontrés sur l'essai ou sur
des tests agriculteurs en grande
parcelle pour le système est scellée sur
les conditions méditerranéenne je
précise donc en termes de conclusions
avant le petit clin d'oeil de laisser
sur le bio bon vous l'avez vu de vrais
bénéfices agronomique ça c'est en gypse
et mesurables c'est finalement assez
rapide plus content parce qu'on
prévoyait à l'origine c'est d'autant
plus important qu'on prend un sol
dégradé
à l'origine elle serait passée où un
seul trait limoux de battant et l'aspect
tolérance aux atouts climatiques et est
bien rempli si on respecte le sol
toujours couler on l'a vu sur l'épisode
de l'inondation de provence
ensuite un équilibre culture ouvert et
mauvaises herbes à gérer qui est plus
compliqué qu'en système classique
puisque finalement vous introduisez un
élément supplémentaire qu'est le couvert
vivant et vous enlever un élément de
contrôle qui est le labo où le travail
du sol même simplifiée donc ça c'est
vraiment le point clé avec des
équilibres à trouver qui vont mettre
certainement selon le savoir-faire de
l'agriculteur de ses techniciens autour
et ses quelques années à se mettre en
place
un peu comme mon bios quand on
des années de conversion bio il peut
considérer qu'il ya aussi des années
conversion à une culture de conservation
ça il faut pas le faut pas le nier
donc économiquement ça peut être
difficile à supporter ça c'est
indéniable est sûre alors je n'ai pas
encore très loin aller très loin sur les
aspects économiques l'essai est en train
d'être dépouillée on va ressortir des
indicateurs sister économique et érable
s'emparer d'une autre fois mais disons
que on peut compter sur un volant
économique créée par la baisse des
charges de mécanisation puisqu'il ya
plus de la rue il ya plus de gros
tracteurs puissant il ya qu un seul sou
noir dont il peut coûter cher à l'achat
mais qui après être amorti donc on
économise beaucoup en gasoil qu'en
général on économise en charges de
mécanisation surtout par rapport au
labour 150 euros à 250 euros à l'hectare
donc ça va donner un petit volant
économique pour supporter des échecs
les premières années mais qui peut ne
pas être suffisant il faut faire
attention à ça ensuite le deuxième point
clé c'est la réactivité vous l'avez vu
au travers des exemples dans les serres
chaque année est différente
climatiquement là la réaction des
couples culture couvert est aussi
différente selon la densité du couvert
sa vigueur
la vigueur de la culture donc il faut
être très réactif saisir tous les
créneaux d'implantation même des
créneaux qui peuvent sembler un peu
bizarre comme le pois chiche
parce que ils peuvent très bien marché
alors que le credo classiques sur lequel
on comptait elle ne marche pas comme
vous comme ça certaines zones et
beaucoup de réactivité beaucoup de
souplesse y compris dans le moment de
faire un herbicide pour calvé le couvert
des herbes etc
et ça on va le gérer à la parcelle et
puis d inventer quand même bien sûr on
vous des 50 validation du double couvert
avant le maïs ça marche plutôt très bien
des mélanges couvert et rennes couvert
gélif notamment et que fait du grec
comme gras comme légumineuses qui
poussent vite qui est qui disparaît avec
le gène et puis bien sûr des points
améliorant encore qu'on maîtrise
toujours pas qui sont gérés le raid la
résistance à nous empêche de revenir
souvent anglais inde et qu'on revient un
peu trop souvent emblée on imaginait de
blessure une luzerne
la sanction est immédiate trop dorée
graver votre couple et ça et donc pas
une dépendance quand même aux herbicides
du caire sur les cultures sur laquelle
on peut le faire du glyphosate en
interculture sur du saint point par
exemple qui tolèrent très bien de
glyphosate ça nous permet de gérer la
pression de red rat résistant et du goût
de repartir en blé derrière mais voilà
si on le dit on fait sans herbicides
fait sans glyphosate
on sait pas faire et puis ce le sainfoin
donc qui ressort un kop légumineuses
intérêts dans la région mais qui est
quand même un peu difficile à maîtriser
quelquefois concurrentiel difficile à
arrêter ou quelquefois qui ressort qu'on
aurait voulu détruire et donc on veut
quand même trouver d'autres cordes à
notre arc des types de luzerne
concurrentiel ou de trèfle pour varier
du 501 et puis pas toujours avoir une
légumineuse parce que dans la rotation
et pour la la pérennité à ce qu'on
disait on mais pas sûr que d'avoir tout
le temps des racines de la même
légumineuses dans l'eau la parcelle ce
soit bénéfique
voilà quelques mots quelques phrases des
points de conclusion en 2020 sur cet
essai j'espère vous avoir brossé un
panorama assez complet et donc pour
finir puisque je voulais promis notre
essai quand même zéro phyto 0 azote
minéral puisque en général les gens qui
visitent les seize disent ah c'est quand
même dommage pourquoi vous essayez pas
sans désherbant sans azote minéral
puisque vous
il fonctionne très bien et puis on voit
ce que ça donne certains chercheurs du
cnrs par exemple il faut laisser faire
la nature les régulations naturel vont
se faire et donc vous avez un bon sol ça
devrait marcher donc on a essayé en 2019
donc on avait notre sainfoin bien sûr on
à semer du blé dedans et on n'a rien
fait donc pas de désherbant et pas de
l'azoté minéral du tout donc ça c'est
une photo du 21 mai donc c'est du blé je
vous le rappelle donc les dieux exercer
retrouvant quelques épis de blé en haut
à gauche par exemple les voyez qu'on
voit surtout alors le fameux 5.1 qui
fleurit et rose
et puis bien sûr des coquelicots pas mal
de coquelicots donc les gens qui veulent
des coquelicots bien il n'y a pas de
souci on peut avoir facilement des
coquelicots et donc les résultats
les voici donc le témoin alors là
c'était à petite échelle
c'est pas que c'est moi de battre les
places est fait à la main avec des
cadres à 2,1 mètres carrés donc sur un
mètre carré le témoin blé désherber
azotés et le 0 0
et c est justement de 130 phyto enfin
sans phyto et ce en azote minéral
donc vous voyez qu'en termes de nombre
d'épis m² finalement il y avait des épis
de blé c'était un peu caché dans le
coquelicot et le sainfoin mais on allait
300 épi mètres carrés dont cours du blé
au sexe est quasi correct il y avait des
épi sauf qu'ils étaient tout petits
voilà donc de grains par épi on passe de
40 39 41 paris qui a 13 donc on a des
épis tout petit donc de grains en mètres
carrés parce que treize mille grains à
3600
et sans des fois les composantes de
rendement ce qu'on pense que les autres
quand on n'a pas beaucoup de grains à
des grains bien remplie mais là ce
n'était pas le cas
vous voyez on a 45 de pm juste qui est
un très gros pmg pour le témoin et on a
plus que 39 sur les sept dont des tout
petits gants moissonné à la batteuse à
la main donc en plus donc c'est pas dit
quelle est la moissonneuse classique
qu'on serait arrivé à récolter tous ces
gars là tous les petits grains donc très
peu de poids de grains par épi et une
biomasse totale produite vous voyez qui
est comparable dans les deux modalités d
un kilo de biomasse tant que témoin un
petit lot un an le tesla
mais le problème c'est que c'est pas la
même biomasse voyez que la biomasse dans
le blé désherber évidemment c'est que du
blé enfin quasiment que du blé il n'y a
presque pas de 500 presque pas de
coquelicots par contre dans la partie
zéro phyto 0 à autre ça se partage le
sainfoin a pris la part du lion en effet
500 grammes sur un kilo 5 donc quasiment
la moitié et le restant à parts égales
entre le blé les coquelicots
donc au final ça nous donne un rendement
ramené à l'hectare le 58 quintaux pour
le témoin et 14 pour le blé du test donc
on peut effectivement faire ça en phyto
et ce en azote
il ya du blé pas forcément facile à
moissonner est pas en grande quantité
voilà on voulait faire le test on l'a
fait daniel est très peu enclin à
rééditer le test j'essayerai peut-être
de le convaincre de refaire une banda
c'était un peu le clin d'oeil
jusqu'où on peut aller et jusque on ne
sait pas aller encore malheureusement
aujourd'hui voilà j'en ai terminé sur la
présentation place à vos questions à
notre attention
on a plusieurs questions tout d'abord
on demande est ce qu'il existe des
essais de semis sous couvert vivent dans
des systèmes que les cultures élevage ce
qui permettrait notamment de valoriser l
par les couverts est ce que ça existe
parce que c'est fait en france ou même à
l'étranger
alors il y à des agriculteurs qui en
font alors après tout tout dépend ce
qu'on appelle l'effet des essais que les
répétitions etc
je disais c'est assez difficile à mettre
en place après il existe des essais
grandes parcelles je pense notamment
plateforme sip rentes et instituts ou
selon la région
il ya des systèmes avec l'élevage
excellent alors après ça veut dire
intégrer dans ses plateformes d'essais
en gros ces plateformes d'essais sont
faites pour prendre en compte les
problématiques régionales et essayer de
proposer des solutions qui améliorent
les systèmes de production
donc si vous avez dans la région d d
exploitation avec élevage en général le
sait les allocs et de l'âge aussi et
donc si le semis direct sous couvert a
été un intégré dans les voies
d'évolution
parce que voilà il ya une partie et
s'est dédié à ça alors de mémoire c'est
un petit peu le cas sur un des systèmes
en lorraine avec des essais après il ya
des essais sur des c'est a aussi qui
font des essais de systèmes élevage et
puis des points chez des agriculteurs
dans le réseau arvalis 7 cv il y à des
agriculteurs qui sont un système élevage
et qui font donc de la gestion découvert
avec élevage en général sont là et
qu'ils introduisent des méteil il
pratique la fauche ce qu'ils permettent
pourra l'utiliser d'herbicides même s'il
a un salissement par les mauvaises
herbes et donc ça ça améliore le système
de ce point de vue là après ils ont
ils ont pour vous parler de ce que je
connais donc les agriculteurs du réseau
arvalis militaires etc sous couvert ils
ont d'autres défis à relever qui sont
que finalement la concurrence sur la
biomasse est à dire que un céréalier pur
vont lui il veut vendre du grand général
de ces cultures et puis c'est couvert il
peut les dédier au sol assez facilement
un éleveur il va avoir à gérer sur un
couvert son devenir est ce que il le met
au sol pour améliorer son sol est ce que
il le façonne enfin il le fauche en
fourrage pour son bétail ou est ce que
il le quelquefois ya même une troisième
utilisation qui sont les méthaniseurs
qui se développe assez de manière assez
importante en zones d'élevage donc on a
par exemple sur un la chambre
d'agriculture un groupe de l'allier
actifs en semis direct sous couvert des
problématiques de la location de la
réserve 20 de la biomasse carbone avec
des choix selon les situations est ce
que ça peut aller au méthaniseur est-ce
que ça va aller pas je pense que ça va
au sol donc c'est d'autres équilibre ils
feront qu ils sont à trouver pour les
systèmes élevage
c'est pas du tout ce que je vous ai
raconté là qui va pouvoir marcher par
contre déséquilibre d'autres équilibre à
trouver
mais aussi un gros avantage qui est de
pouvoir en cas de systèmes qui dévie
vers des mauvaises herbes ou vers un
couvert trop concurrentiel bas avoir une
valorisation par le par le fourrage qui
permet de quand même ne pas tout perdre
économiquement comme ce que ce serait le
cas pour impulser la ville
donc c'est assez clair que l'élevage
sera plutôt un plus pour la gestion de
ses systèmes notamment si on veut faire
avec moins de produits phyto
ensuite quand on a un peu parlé mais
l'intérêt économique de cette technique
de conservation quel gain alors je sais
que yara en parlant avec daniel donc
l'agriculteur il disait donc qu'on avait
presque en maîtriser une bonne année
donc on pouvait avoir 300 euros par
hectare de gagner au diminution des
charges de mécanisation est ce que ça on
peut le généraliser ou est ce que tu
fais ce que tu as vu stéphane toit en
termes de gains sur les exploitations
qui au bout de bâle plusieurs années
commence à bien tourner à maîtriser la
technique
oui c'est ça c'est 300 euros c'est la
somme de 100 euros
attention en rythme de croisière sur un
système maîtrisé donc c'est bien ça le
problème
moi je me suis un peu je me suis refusé
mais j'ai pas voulu communiquer beaucoup
sur des exploitations système semis
direct sous couvert trop tôt parce qu'en
fait on ne s'adresse souvent à des gens
qui sont pas en système de croisière et
caen alors c'est la même chose en bio
d'ailleurs et quand vous n'êtes pas un
système de croisière soit vous avez un
système qui qui finalement accumule des
échecs sur une fréquence trop importante
on me dit ah bah ouais mais je n'arrive
pas au rendement des cultures
quand j'ai comme quand j'étais en
labourd donc ça pénalise
finalement ce que j'ai gagné en charges
de mécanisation je leur père parce que
je n'ai pas nagé pas des bons rendements
et même des fois je le perds enfin je
faire davantage que ce que j'ai gagné
donc c'est un système qui vaut rien
fatick et dangereux économiquement ou à
l inverse
vous êtes chez des gens qui démarre et
qui va il démarre derrière des luzerne
super propre terreur peuvent ils ont
tout de suite des très bons rendements
par chance ils ont bien géré la
concurrence du couvert donc ils ont en
fait ils ont le rendement du système
classique avec moins d'azoté un peu
moins d'azoté engrais minérale sans
mauvaises herbes
ils ont économisé en charges de
mécanisation ils ont gagné sur tous les
tableaux et là vous dites quoi il gagne
400 euros de marge par hectare c'est
magique
non il à monclar peut-être que ça peut
arriver mais il faut pas communiqué de
manière trop trop rapide là dessus c'est
intéressant de communiqué lorsqu'on est
à peu près sûr qu'on est sur un système
en rythme de croisière c'est à dire avec
le fonctionnement normal du sol qui est
déjà qui s'est déjà améliorée mais en
ayant passé certainement des années
difficiles et quand je dis des années
difficiles
c'est des années où ce que je vous
disais le la marge de manoeuvre créé par
les économies de charges de mécanisation
finalement on s'en est servi pour
tamponner et des aléas économiques liées
à des cultures pas réussi pour une
raison x ou y
donc ça peut considérer que ça va être
le cas pendant peut-être ses lacunes des
succès variables selon les systèmes et
puis selon d'euros 2 comparé mais disons
aller pour donner un ordre de grandeur
2 3 ans en système au sec et peut-être
quatre cinq ans avec du maïs sur les
systèmes irrigués puisque maïs tournesol
sont des cultures plus délicate de ce
point de vue là mais après tout dépend
de la structure d'exploitation en
province en fait c'est un petit peu
particulier donc je ne veux pas que vous
preniez ces résultats que l'on argent
comptant pour la france entière parce
que on a des systèmes céréaliers qui en
fait sont pour leurs revenus de
l'exploitation
je dirais pas annexes mais partielle
était en fait les exploitations
provençales ont en général un atelier à
haute valeur ajoutée qui fait vivre
l'exploitation qui est pas forcément
très grande du coup et il ya aussi des
céréales mais qui sont le second atelier
en termes de rentabilité
donc si vous voulez ça donne aussi un
peu de marge de manoeuvre sterk le plus
houleux le provençal qui fait de la
viticulture qui fait de l'arboriculture
du maraîchage des semences de la lavande
du monde qui réussit sa culture
principale que la conjoncture économique
est bonne ça va aussi lui donner des
marges de manoeuvre pour démarrer un
système de semis direct sous couvert
avec quelques échecs pendant quelques
années sans mettre en péril son
exploitation
si vous êtes un céréalier pur je ne sais
pas dans le dans le sud de la beauce où
je ne sais où en france
évidemment vous n'allez pas pouvoir
fonctionner comme ça et vous allez
vouloir très vite en deux ans si c'est
possible en deux ans limiter les échecs
et avoir un système un rythme de
croisière
qui donc économiquement va être être
viable plus rapidement et ça ça va
dépendre de votre système de débats
achetez n'a plus des questions sur les
analystes que tu as effectué notamment
par rapport à la teneur en matière
organique pour savoir si du coup on
voyait ça aime fouiller sur le taux de
protéines notamment du blé dur ference
de passer alors j'ai pas encore fait les
corrélations dans ce sens là il pourrait
y en avoir un mais je ne sais pas quels
mécanismes devons les expliquer bien sûr
que ça peut avoir une influence
en fait vous avez vu dans les analyses
il y avait une partie azote minéral is
able mais qui est très liée pour les
coûts là les corrélations sont évidents
comme les avait lui même sans faire de
graphiques entre matières organiques
libre donc le carburant des microbes
quantité de biomasse microbienne et
azote minéral is able là pour le coup
les corrélations sont très bonnes à dire
que les bandes qui fonctionne qui ont un
taux de matière organique élevée et
notamment avec pas mal de matière
organique libres sont les mêmes qui ont
en général un quantité de biomasse
importante et qui ont un potentiel de
minéralisation important donc là les
corrélations sont veufs
donc on sait bien que sur l'année c'est
même s'ils ont un seul toujours vivant
on sait qu'on va tamponner les choses
mais mon niveau température et
hygrométrie donc on peut penser qu'on va
élargir la au niveau du nombre de jours
de l'année de nombre de mois la plage ou
la biomasse bactérienne va travailler
hier qu elle va avant qu'il fasse très
très très très sec
elle va travailler un peu plus longtemps
certainement quand systèmes sol lui et
inversement comme le sol va être
insensible à l'endroit non elle va elle
va davantage travailler l'hiver alors
que peut-être un système labour en
aurait certainement été et sera envoyé
donc qu'il fonctionne plus
donc dans l'année le solde va
fonctionner sans doute plus là
longuement mais on sait très bien que
pour répondre à la question de taux de
protéines du blé pour le coup les mois
de l'année où ce fonctionnement du sol
va être le plus élevé le plus
différencier par rapport à un seul
classic ba ça va être justement mai juin
avril mai juin
parce que là on a normalement on a tous
on allait température on a encore un peu
d'unité et puis bien sûr on a en plus la
culture qui est qui des comprimés de la
zone mera l'europe est là pour pour
l'absorber
donc ce qui va jouer sur le taux de
protéines internes de fonctionnement du
sol c'est certainement le fonctionnement
du sol justement sur ces mois la femme
sur les migrants du printemps et le fait
qu'on on voit que 40 unités de la zot
début avril
si c'est presque trop enfin c'est ce
qu'on avait mis avant ça ça renforce
cette hypothèse là donc oui je pense
qu'il ya tout à fait corrélation entre
le fonctionnement du sol et le taux de
protéines du blé après on ne va pas
s'arrêter là le skill falloir faire
c'est piloter les choses c'est à dire
dire voilà qu'est ce que j'attends de
monsols fin à partir de quel seuil je me
dis ah bah tiens je peux me passer
d'abord deux autres tarifs ou pas et et
qu'est ce que je fais donc en amont
puisque j'ai bien compris que pour
lancer le fonctionnement du sol quand on
a des fin d'hiver froid comme en
provence faut faire attention si on a
des gros précédent à digérer lesquels de
maïs des choses comme ça blaise derrière
maïs ou le sol va les gérer tout ça va
demander beaucoup d'azoté minéral
quand est ce que je dois à lancer ça
est-ce que c'est en novembre décembre
janvier
est-ce que c'est compatible parce que je
suis en zone vulnérable non s'il fait
pas avec la réglementation actuelle donc
c'est tout ça qui va falloir piloter
c'est pas simplement la portable
c'est toute la fertilisation puisque ce
qu'on va être on va avoir comme
hypothèse de travail c'est finalement
mon pilotage de la fertilisation ça va
pas être juste que vous dit le blé avec
des indicateurs plantes de plus en plus
pointus ont collé aux besoins au climat
mais ça va être aussi ce que me dit le
sol et peut-être de plus en plus ce que
me dit dr
donc on est en train de travailler à
notamment aux un modèle chn là le modèle
comme mesures la nutrition azotée
hydrique de manière dynamique pas
intégrer des caractéristiques semis
direct ouvert donc gestion découvert
pour pouvoir avoir des outils de
pilotage de sa adat les ou à la culture
de conservation
ensuite une autre question intéressante
également donc une personne qui me dit
vu comme le matières organiques et quand
même stocker pour relativement de plus
sur la partie supérieure du sol c'est
quand même relativement sur la couche en
surface est ce que si le réchauffement
s'accélère
est ce que ça peut pas poser des
problèmes en suspens de libération de
carbone la surface et je te demande pas
en profondeur alors sur l'attrait
profondeur c'est une question assez
importante parce que il ya deux choses
il ya on a enrichi la surface
effectivement donc surplus de matière
organique
il est surtout en surface ça c'est tout
à fait le cas mais aussi en alors on a
on n'a pas de dilution sur 30 cm
puisqu'on n'a pas de labour
quand on n'a pas de nom plus de semelles
de labour donc vous l'avez vu on a on en
fait un espèce de gradient continue au
vert vers la profondeur gradient qui est
avec des circulations soit accélérée par
les galeries de vers de terre de manière
physique a on le voit sur de la capacité
dans des tensions dos du sol vous avez
vu il pleut il pleut il ya pas de flacq
le lendemain vous marchez
en chaussures parce que le sol a tout
absorbé c'est en partie lié à la
porosité de surface mais c'est aussi lié
au drainage par les galeries de vers de
terre alors qu'il peut être à double
tranchant ça peut descendre très profond
et donc être perdus si on parle de
nitrates par exemple mais en tout cas ça
favorise la circulation verticale donc
arrêté dire voilà je vais faire mon
bilan carbone sur 30 cm parce que c'est
ce qui se fait dans les modèles amg
modèle stx qui compte les il regarde
tous les compartiments du carbone qui
est stocké ce qui a ruiné réaliser ce
qui est et ça c'est sur 30 cm parce que
finalement c'est là que ça se passe
c'est pas si vrai que ça c'est que c'est
complètement vrai en labour ou au tcs
c'est pas si vrai que ça en systèmes
semis direct sous couvert parce qu'on
sait très bien que la quantité de
matière organique en dessous des 30 cm
est pas négligeable et qu'elle va aussi
augmenter au fil du temps via les
galeries de vers de terre les exsudats
racinaire pour peu que vous travaillez
avec des légumineuses on sait très bien
tout comme l enracinement de la luzerne
du sainfoin c'est très profond donc on
sait bien qu'on va avoir des et le fait
de dire ah oui mais en dessous c'est il
n'y a pas assez d'oxygène donc la
biomasse peut pas fonctionner non c'est
plus vrai c'est peut-être vrai un labour
comme vous avez une semaine mais c'est
plus vrai en systèmes semis direct sous
couvert quand vous avez des galeries de
vers de terre qui vous a l'air le sol
jusqu'à un mètre cinquante de profondeur
donc
donc il va falloir prendre en compte
millions dans les modèles y compris les
modèles amg pour le carbone le ce qui se
passe un petit peu plus profond
d'ailleurs l'inra bien dit l inra c'est
un rapport en juillet 2019 je crois sur
les capacités de stockage du carbone des
sols français très intéressant basé sur
de la modélisation et ils disent que
c'est ces 30 cm sont bien pour comparer
les systèmes
quand on a dû la boue rouge hors des
effets régionaux macroscopique et c'est
pour faire tourner les modèles mais que
quand on est en système soit forestier
donc agroforesterie ou en systèmes ce
média avec ceux couverts le ce qui se
passe en dessous des plus négligeable
donc oui de ne stocker quand tu refasses
ça peut être repris aussi vite que c'est
stocker et je dirais tant mieux même
parce que c'est le réservoir principal
de nourriture de la biomasse donc si
vous voulez un solo qui fonctionne il
faut qu'ils aient du carbone qui tourne
pas du carbone stocké sous forme de
muscles par contre si vous me les
stocker du carbone pour améliorer le
bilan des effets de serre etc
il faut augmenter le carbone ulus
effectivement on augmente beaucoup sur
la partie superficielle mais était
fragile parce qu'il est pas protégé et
donc qui va certainement déterminant sur
la capacité à stocker du carbone sans
pour autant pénaliser le fonctionnement
du sol c'est ce qui va se passer un peu
en dessous je vous parlais des 10 20 ans
va finalement les 10 20 l'augmentation
de deux matières organiques dans ce
compartiment là quant à cette profondeur
là elle est certainement un peu plus
facile a eu lui sied donc la protéger
costumes et finalement c'est peut-être
celle là qu'il faut regarder je ne sais
pas pour voir les potentialités de
stockage du carbone de ce système
agriculteur de conservation sans pour
autant pénaliser les cultures et les
couverts puisque je vous rappelle quand
même on prête à ce système la vertu de
stocker du carbone ok mais il faut
surtout pas que ce soit au détriment du
du carbone qui dit gérer et qui sert à
la minéralisation et ensuite à nourrir
les cultures en aide
parce que là pour le coup vous baisserez
le potentiel productif de ce système ce
qu'on ne veut pas donc faut pas avoir un
système qui ne fait que stocker parce
que ça sera au détriment de la
production
donc oui superficie c'est fragile c'est
souvent la bile donc c'est peut-être un
petit peu en dessous qu'il faut
s'intéresser aux potentialités de
stockage
hu
pauline je suppose que tu lis les
dernières questions
pardon j'avais peu la micro je vous
disais je le pense oui donc j'ai une
question aussi par rapport à la
fertilité physique du sol dont parce que
tu dois parler de fertilité chimiques
mon niveau physique est ce que des tests
qui ont été réalisés par exemple des
tests bêche
est-ce que ça a été évaluée cet aspect
là de la fertilité
oui oui oui oui les tests bêche marche
très bien pour évaluer ça vous déteste
de commandes de la pénétration de l'eau
de cylindres marche très bien aussi
effectivement tous les tests qu'ont fait
le montre on a des agrégats plus stable
donc on a moins de fractions limo deux
qui part avec l'eau d'ailleurs les
agriculteurs nous dirons quand il ya ces
fortes pluies dont vous avez vu le
chargé de boue qui s'est conduit des
parcelles où un seul nul quand il ya des
parcelles un peu en pointe avec deux des
sources qui sortait tout vous avez aussi
bio qui peut couler de ses parcelles en
général 100 en ligne un coup leclerc
donc ça c'est bien qu'il ya une
stabilité structurelle traître et donne
de ces sols et après il ya pas deux
semaines de labeur évidemment donc pas
trop de passes et vous avez vu quand on
a fait les pros clip finalement le ya
pas de discontinuité
c'est ça qui apparaît au bout de
quelques années vous avez pas vous avez
plus de zones différentes de
discontinuité de changement brusque d'un
horizon à l'autre ça n'existe plus alors
je sais tu pas que il faut pas prendre
tout ça des bénéfices il ya il ya
globalement un passement un petit peu
plus important c'est à dire qu'enfin les
moyens d'inciter apparente du sol un peu
plus importante
un système avec travail du sol en gros
un système avec travail du sol sur la
profondeur du labour ou des disques du
cover crop quand vous passez
régulièrement vous avez du sol très très
aéré donc un enracinement plutôt que
plus rapide etc
là on va avoir un sol
qui à part la couche très très
enrichissant débris végétaux du dessus
en dessous sera un petit peu plus tassé
qu'un seul en systèmes labour quand même
donc ça il faut le prendre en compte
mais avec l'otan ce qui est un défaut
débuts à la culture démarre mal elle

etc

elle a du mal a tendance à s'estomper
avec le temps pour autant qu'on compte
qu'on reste avec un seul toujours
couverts encore une fois des racines
soient mortes ou vivantes mais toujours
un enracinement de présents pour pour
structurer ce solde en dessous tu as des
beaucoup il ya eu beaucoup de réactions
par rapport à la quantité d'azoté qui
est apporté 1 sortie d'hiver sur le fait
que ben selon les zones notamment en
bretagne c'était pas possible d'apporter
autant d'alsace et du coup voilà les
questions sur ben elle n'y a pas de
contraintes de directive nitrates dans
le sud faire de tels rapports et comment
faire comprendre que 150 unités d'abord
en sortie d'haze hot c'est ce qu'il faut
faire comment le faire comprendre auprès
de l'administration
oui oui bien sûr c'est une très très
importante question surtout ne prenez
pas ces apports comme des préconisations
encore une fois c'est nous on est dans
le cadre d'un essai et en essayant de
comprendre ce qui se passait avec ce
fonctionnement du sol de plus en plus
important on en est arrivé à ça mais
encore une fois c'est pas piloter à nous
voir la liste il faut absolument qu'on
pilote ce genre de choses qu'on ait des
indicateurs pour que justement ça
s'adapte à toutes les régions et pour
aussi qu'on ait des arguments à
présenter à l'administration évidemment
l'administration va pas se contenter de
dire ah il faut mettre 150 unités
pourquoi oui c'est peut-être sans doute
que 80 salariés passent et on va dire
150 cc c'est qu'ils attendent à bhl on
en est bien conscient donc absolument
pas une préconisation simplement c'est
encore une fois je vous le redis on a
voulu faire une coproduction d'un
agriculteur avec son savoir-faire sans
matériel sont son historique en ce qu'il
dirait qu'ils couvert et un institut qui
en réalise le bon la collaboration
brad soir on n'a pas toujours les mêmes
objectifs effectivement envahissant dire
maintenant il faut il faut que nos yeux
on va faire des courbes de réponse à la
zot on va comprendre que ce qui se passe
et après on ajustera d'agriculteurs guy
bo
moi je vois mon blé qui est jaune vas-y
mesure on a mesuré on voit que son amie
hélène au début avec un fractionnement
classique on avait des i ll de blessure
maïs ce qui n' as they want to thé cette
fameuse indice de nutrition azotée c'est
un peu le juge de paix alors pour le
coup qui est très pertinent vis-à-vis de
l'administration
donc c'est le juge de paix de est ce que
mon blé a absorbé acda zot à floraison
par rapport à la biomasse qui l'a fait
donc un blé carences et il n'a pas
absorbé assez naze hot
donc il n'ya den en dessous de 1 pour 1
m en dessous de 0,8 et d'un hollandais
08 07 quand on est en dessous de ça en
examen carence azotée à tel point qu'on
aura du mal même si on fait un apport
d'azoté à floraison aura du mal à
rattraper le coup en terme de rendement
on rattrapera peut-être en protéines
rattrapera pas en un est par contre
quand on est dans des indices de
nutrition azotée entre 0,8 et 1 on
considère que le blé bien nourris à 1 il
a il a tout ce qui lui faut et au dessus
de 20 on serait bien sûr fertilisation
azotée donc vous avez vu les chiffres
effectivement en faisant les choses un
peu à vue que quelquefois trop en
quantité trop élevé avec l'apport de
janvier on pouvait trouver des points
delà de 1 à 1,1 1,2 donc 1,2
l'administration peut dire oh là les
gars vous avez pris des risques
vous avez un peu sur sur fertiliser bon
en provence il pleut pas souvent
beaucoup plus en plus venant des sols ou
quand il pleut l'eau ne fuit pas sur la
route mais en bretagne on va pas prendre
le risque de se refaire si bizet et
l'hiver
du lessivage des sols superficiels et
c'est donc aider la pop proches donc
donc ça va pas pour proposer une méthode
finalement qui va faire que quand on
mesure millénaire on soit jamais
au-dessus de 1 09
l'administration qui va y avoir un
dialogue entre nous institut aidé par
l'inra et l'administration en disant
voilà qu'est ce qu'ils semblent
raisonnables et prudents pour éviter
tout risque de lessivage des nitrates et
l'administration nous dira certainement
comme elle l'a fait en zone de l'onera
blanc visant il faut des outils de
pilotage
est-ce que c'est jubile le nt steurs
refaire le bilan à se doter en fonction
du rendement réel voilà qu'est ce que
vous proposez comme outil de pilotage
pour être sûr qu'on fait pas des bêtises
en gros l'administration nous va nous
questionner là dessus donc ce travail il
faut le faire bien sûr de 2,2 dialogue
avec l'administration pour faire parce
que des zones vulnérables y en a mais il
y en a un peu partout en france et y en
a un peu partout avec éventuellement des
agriculteurs à ce que je dirai que ceux
couverts dedans et donc des années 40
milliards xpf ouverte aujourd'hui
si pour respecter la réglementation
neuneu fertilise pas le blé à l'optimum
c'est assez évident donc nous à partir
d'essais comme celui ci si possible
régionaliser puisque il va falloir
dialoguer avec l' agence de l'eau la
diren et c'est donc il vaut mieux avoir
des s'est régionalisé pour avoir le
climat de la région les sols de la
région s'étend donc sous réserve d'avoir
des billes des essais régionaliser
d'avoir fait les courbes de réponse à
l'azoté tout on aura les arguments pour
faire reconnaître cette spécificité
vis-à-vis
l'administration et des deux alors après
l'administration dira mais pourquoi pas
des dérogations pourquoi pas je pense
pas qu'on fasse sauter les autres
générale juste parce qu'on va dire ah
oui mais là il ya un peu trop nette de
la zone tôt mais par contre des régimes
de dérogation certainement c'est vers ça
qu'on peut aller encore une fois on il
faut y aller
méthodiquement avec des des données
fiables et des indicateurs qui
permettent de suivre la situation et de
piloter donc c'est à ça dans ton travail
aujourd'hui il ya ensuite stephen jones
pour terminer parce qu'il nous reste des
biens aux heures et demie plus tôt des
questions sur des perspectives de
recherche au niveau des découvert qu'on
pourrait implanter
est-ce que des essais avec du sud là ont
déjà été réalisées oui alors du félin on
en a déjà mais dans les faits en gros
alors je dis pas que il faut pas
l'essayer dans d'autres conditions aussi
mais pour nous il apporte pas grand
chose par rapport à 2 5 fois un
classique
en gros il était un petit peu plus
difficile à faire lever maîtriser les
doses de semis tout ça et il était
presque encore plus concurrentiel après
avec un développement végétatif un peu
plus 8 go donc en gros on a préféré le
saint point que le soul et le suit l'aï
connu pour sa sa tolérance au sec et son
adaptation conditions vraiment très
difficile encore meilleur que le
sainfoin puisque c'est ce qui est
utilisée en afrique du nord largement
voire même en suite de l'espagne
portugal d'utiliser aussi du sud là et
ensuite est ce qu'il pourrait exister
une plante qui pourra offrir le carbone
via les racines seulement pour pallier à
ce problème de stockage qui se fait
essentiellement à la surface oui j'ai
effectivement faire ça tu pensé une très
bonne piste
alors pour finir de répondre quand même
à la question suivante il y avait le
suit là qu'il y avait actuellement autre
chose
oh oui je n'ai peut-être pas assez
insisté là dessus je vais peut-être
donner un plat
quelques 500 et la luzerne est ce qu'on
voulait non c'est trop restreint je
crois je les dis à un moment mais il
faut combiner tout un éventail de
couverts disponibles d'une part parce
que pour la rotation il faut varier les
types de racisme des types de plantes et
d'autre part parce que si on si on veut
avoir des solutions adaptées à toutes
les régions de france et à tous les
climats avec l'aspect chaotique d'une
année sur l'autre on peut pas dire
fonctionne juste avec la luzerne du 5
ans c'est les régionaux sert monde c'est
évident que aujourd'hui les légumineuses
qu'on utilise
parce qu'elles marchent bien les biens
et tout s'est plutôt de légumineuses
fourragères qui ont été sélectionnés là
dessus au niveau des variétés un parité
de luzerne et que pour découvert on
demande des fonctionnalités différentes
des fourrages on veut pas des choses qui
poussent beaucoup au printemps au
contraire des choses qui soient très
résistante mais plutôt peu productive et
donc il ya certainement beaucoup de
progrès pour répondre à la question à
travailler les types de variétés en
luzerne éventuellement 5.1 certainement
entre f le lotti etc pour pour un usage
de couvert permanent en agriculture de
conservation
alors que ça c'était pour répondre à
cette question là et on suit donc la
question ce qui a pas des plantes qui
pourrait donc favoriser du stockage en
profondeur de carbone oui certainement
bien sûr des plantes à parce que par
exemple on a parlé des cerveaux ils ont
un enracinement assez rapide et assez
profond ensuite le problème c'est de
vérifier que ces stocker en fait on peut
considérer que le carbone est stocké
alors sourèzes je parle sous contrôle de
collègues de l'inra qui serait plus sur
la monétisation des sites du carbone
plus pointu que - mais en gros on peut
d'après ce que j'ai compris on peut
considérer que le carbone est stocké
lorsque la matière organique qui avec ce
carbone est unifiée et c'est à dire
devient de la matière organique est de
lier protégé par les argiles elle est
donc fier c'est à dire lié aux colonies
de d argile ou feuillet darier et là
elle est plus trop attaquable par la
biomasse microbienne donc en fait il
faut bien voir que c'est pas parce que
vous avez une plante qui va deux mètres
de profondeur et qui donc a fait des
racines et donc du carbone des études à
deux mètres de profondeur que ce carbone
est automatiquement stocker il va être
stockées quand il sera unifié donc en
fait et le processus du midi fiq de
d'unification pardon c'est justement un
processus où qui est gouverné par le
déséquilibre de biomasse microbienne
donc pour qu'ils démarrent il faut que
ce soit suffisamment aéré donc là le
fait qu'ils aient les racines en
profondeur et ou des galeries de vers de
terre
c'est bien parce que ça veut dire que ce
processus que avoir lieu y compris en
profondeur un peu la nouveauté par
rapport à des systèmes d'amour vous
considère qu'il est négligeable en
profondeur donc ça c'est bon mais
ensuite il faut que ce processus
aboutisse à une certaine quantité de
surplus de matière organique liés et
c'est en mesurant cette quantité l'a
certainement on pourra estimer la
quantité de carbone stockée
alors je veux dire j'en parle sans être
un grand spécialiste des équipes du
carbone donc leur on le traitera
certainement avec les collègues de
l'inra qui sont mes collègues qui ont
l'habitude de nous de modéliser à kmg
pour justement voir quels compartiments
doivent être impactés par le semis
direct sous couvert végétal et qui était
peut-être pas assez bien modélisés
jusque là parce qu'on était intéressé au
système classique
je pense qu'on peut finir à l'ats stefan
alors principale question je pense que
je te disais posez peut-être pour finir
s'il y avait cette question on n'a pas
parlé de la fertilité en phosphore
potassium du sol est ce qu'une évolution
qui a été observée ou pas alors il ya
des quantités de phosphore et au
phosphore et azote tu m'as demandé non
phosphore et potassium pas trop tôt et
peut-être il ya des quantités d'autres
soirées potasse qui sont mesurées dans
les analystes de sal là je vous ai
montré la partie des indicateurs
d'activité biologique mais il ya aussi
la partie physico chimique classique et
visa d un les indicateurs sont mesurés
dans les suit bon c'est pas c'est pas en
déclin mais on utilise de la
fertilisation azotée vous l'avez vu et
de temps en temps alors là on va
surveiller la potasse notamment dans des
bons pour les sols qu'on a en phosphore
sur des rotations purement céréalière ça
reste ça reste bon on surveille cet
indicateur là et on surveille aussi la
potasse notamment quand on a des
exportations 2,5 fois un fourrage de
luzerne fourrage
je pensais bien qu'à ce moment là on a
tendance à appauvrir en potasse donc oui
on le suit on n'a pas vu d'évolution
pour l'instant marquantes et on a des
taux qui sont toujours satisfaisant à ce
stade de l'est c'est ok
si je pense qu'on peut finir sur soeur
du coup on a à peu près traiter toutes
les questions qui ont été posées
si jamais vous avez d'autres questions
qui vous venez n'hésitez pas à les
mettre maintenant sur la messagerie à 8
on vous dira reprendra plus tard par
mail ou alors n'hésitez pas trouvera un
moyen de vous y répondre si alors tous
les toutes les personnes qui ne se sont
pas inscrits via weezevent penser à
m'envoyer votre adresse mail par la
messagerie vous inquiétez pas c'est donc
marcel essais privés comme ça je vous
enverrai également les présentations
donc on avait l'impression avec un petit
questionnaire également de satisfaction
et on pourra comme ça aussi bien
profiter pour vous répondre à des
questions c'est une partie des pertes
des personnes qui ont encore des
questions maintenant
donc oui je vois est ce que cette grande
attention sera disponible en ligne
donc voilà on vous l'envoi par mail on
vous remercie à tous pour votre
participation
donc c'est un plaisir de voir que tant
de monde qu'ils étaient intéressés par
cette thématique là et pour votre
attention parce qu'avec nos excuses pour
avoir explosé le temps de temps et c'est
que c'était très intéressant tout ce que
tu nous racontes et stéphane on va vous
remercier à tous et on vous dis à très
bientôt et à votre disposition pour
continuer d'échanger sur le sujet bien
sûr