Indicator Aglae Verified.png

Réduction de l'utilisation de fongicides sur blé tendre - retour d'expérience (Jean-Pierre Giammertini - Aglae)

De Triple Performance
JP Giammertini Ble.jpg
Retour d’expérience d’agriculteur, qualifié par un groupe d’expert dans le cadre du projet Aglae porté par la Chambre d’Agriculture d’Occitanie.

Logo Aglae Logo Chambre d'Agriculture Occitanie



Retour d'expérience de Jean-Pierre Giammertini, dans le cadre du projet Aglae. Il nous présente sa méthode pour diminuer l'utilisation des fongicides sur sa culture de blé tendre.


Motivations

J’ai préféré progressivement la culture du blé tendre au blé dur pour des raisons économiques mais aussi pour des raisons de tolérance aux maladies.

La culture du blé tendre représente 30 à 50% de l’assolement de mon exploitation selon les années, et le poste « fongicides » est historiquement non négligeable sur la culture (autour de 100€/ha).


Comme le prix des céréales était moins élevé, même si ma stratégie fongicide plutôt basée sur la prévention était efficace, j’ai cherché à réaliser des économies sur ce poste, sans pénaliser mes rendements et mes marges brutes.


En rentrant dans le groupe DEPHY polyculture élevage, j’ai pu participer à des formations et des tours de plaines adaptés avec les chambres d’agriculture de l’Aude et l’Ariège, qui m’ont permis d’évoluer rapidement sur cette thématique.


L'exploitation

  • Localisation : Pamiers (09)
  • SAU : 110 ha non irrigués
  • Polyculture-élevage : Blé tendre améliorant, Maïs grain, Prairies temporaires (20 ha en rotation), Prairies permanentes, 30 vaches allaitantes Aubrac.
  • UTH : 1
  • Sol : Coteaux argilocalcaires et boulbènes
  • Travail du sol : non labour depuis 15 ans
  • Pas de couverts en interculture


Mise en pratique

Mise en place depuis 2017.

Fongicides sur blé tendre : ma façon de faire

Formations sur la qualité de la pulvérisation

J’ai suivi 2 journées de formation pour améliorer mon travail de pulvérisation, les adaptations apportées ont été les suivantes :

  • Utilisation de buses jaunes à fente classique pour pulvériser à 80-100 L/ha (100-120 L/ha pour le traitement de l’épi) et obtenir des gouttelettes de bonnes dimensions (entre 200 et 350 μm), tout en roulant à 8 km/h maximum (parcellaire en pente).


Mesure de la taille des gouttelettes
Hygromètre anémomètre portatif

Crédit Photo: Txomin Elosegui


  • Achat d’un hygromètre – anémomètre portatif (120€ environ), et depuis tous les traitements sont réalisés avec au moins 70% d’hygrométrie (généralement tôt le matin) et moins de 15 km/h de vent.


Choix des fongicides et des variétés

Le choix de la variété est un paramètre important. En 2020 par exemple, j’ai fait du blé tendre Izalco qui a la caractéristique d’être plus résistant à la rouille jaune, il a cependant un rendement plus faible.

De plus, pour le blé tendre, je choisis des produits plus adaptés et plus économiques (notamment sur l’épi, avec le remplacement d’un produit à base de tébuconazole + prothioconazole par un produit uniquement composé de tébuconazole). En effet, le blé tendre est beaucoup moins sensible à la fusariose que le blé dur, que je cultivais également encore sur l’exploitation en 2018, et il ne justifie pas un traitement aussi onéreux.


Observation des symptômes : déclenchement des traitements en fonction des seuils

Observation du blé dans la parcelle

Suite aux tours de plaine avec le groupe DEPHY, je passe plus de temps à l’observation des maladies sur mes blés, et je déclenche les traitements uniquement quand les seuils suivants sont atteints :


Seuils de nuisibilité des maladies du blé tendre :

Echelle de notation en % de surface couverte
Contribution de chaque étage foliaire à la constitution de rendement final de la céréale

Source : Arvalis-Institut du Végétal.


Oïdium
  • Période de risque : à partir du stade épi 1cm et jusqu’à fin floraison.
  • Seuils de nuisibilité sur 20 plantes consécutives : en fonction des sensibilités variétales :
    • variétés sensibles (Calumet, Illico, Izalco, Nemo, Oregrain) : plus de 20 % des 3 feuilles supérieures sont atteintes à plus de 5 %
    • autres variétés : plus de 50 % des 3 feuilles supérieures sont atteintes à plus de 5 %


Rouille jaune
  • Période de risque : à partir du stade épi 1 cm
  • Seuils de nuisibilité : présence de foyers actifs de rouille jaune (pustules pulvérulentes)
  • Variétés sensibles : Oregrain, Tiepolo, Adesso, Complice, Illico


Piétin verse
  • Période de risque sur 40 tiges consécutives : à partir du stade épi 1cm et jusqu’au stade 2 nœuds
  • Seuils de nuisibilité : si plus de 30% des tiges sont atteintes


Septoriose
  • Période de risque sur 20 plantes consécutives : à partir de 2 nœuds jusqu’à fin floraison
  • Seuils de nuisibilité : en fonction des sensibilités variétales :
    • variétés sensibles : plus de 20 % des troisièmes feuilles présentent des symptômes
    • autres variétés : plus de 50 % des troisièmes feuilles présentent des symptômes.
  • Variétés sensibles : Apache, Bologna, Oregrain, Sy Moisson, Rebelde, Illico, Bermude


Rouille brune
  • Période de risque sur 20 plantes consécutives : à partir de 2 nœuds jusqu’à grain pâteux.
  • Seuils de nuisibilité : Apparition de pustules sur l’une des 3 feuilles supérieures.
  • Variétés sensibles : Arezzo, Apache, Bologna, Cellule, Solehio, Nemo, Galibier, Boregar, Pakito, Arkeos, Calumet, Oregrain, Pibrac


Fusariose des épis
  • Conditions météo : pluies persistantes (à partir de 20 mm de précipitations cumulées) et températures supérieures à 15°C pendant la phase épiaison-début floraison
  • Variété sensibles : Ascott, Cesario, Nemo, Calumet

Source : Bulletin de Santé du Végétal


En appliquant ces seuils, j’ai rapidement supprimé le T1 réalisé à 1-2 nœuds historiquement, car 2018 et 2019 étaient des années sans pression maladie à cette période là.


Evolution de mes traitements fongicides sur blé tendre et de mes rendements

Année Date Produit Dose (L/ha) IFT Prix (€/L) Coût/ha

2016

7 avril Yeti 0,8 0,8 25 20,00 €
23 avril Viverda 1,25 0,5 38 47,50 €
10 mai Prosaro 0,8 0,8 48 38,40 €
TOTAL 2,1 105,90 €

2017

7 avril Yeti 0,8 0,8 25 20,00 €
23 avril Viverda 1,25 0,5 38 47,50 €
10 mai Prosaro 0,6 0,6 48 28,80 €
TOTAL 1,9 96,30 €

2018

27 avril Voxan 1 0,4 42 42,00 €
17 mai Balmora 1 1 14 14,00 €
TOTAL 1,4 56,00 €

2019

27 avril Juventus 0,8 0,8 26 26,00 €
17 mai Balmora 1 1 14 14,00 €
TOTAL 1,8 40,00 €


Courbe bleue : IFT, courbe orange : coût/ha


Hormis 2018 où les rendements ont été très décevants, je ne vois pas de différence de végétation ni de rendement suite à ce changement de stratégie sur les fongicides. En pratique, je passe plus de temps à observer mes parcelles, mais si j’estime sur 2018 et 2019 les économies réalisées à hauteur de 50€/ ha sur une moyenne de 40 ha de blés : 40x50= 2000€, c’est l’équivalent de 100 heures de travail que j’ai économisé par année !


Mon analyse sur la combinaison de leviers que j'utilise

Intérêts

  • Economie de fongicides.
  • Réduction du nombre de pulvérisations.


Points de vigilance

  • Réactivité plus importante nécessaire qu’en traitement préventif.
  • Difficulté, avec certains fournisseurs, pour obtenir les produits adaptés ou casser les « packs » proposés.
  • Anticiper le retrait du tébuconazole prévu en 2023.


Mes conseils pour réussir

Prendre le temps d’observer pour déclencher les traitements.


Mes perspectives

  • Faire du blé tendre avec des variétés plus rustiques notamment au niveau de la septoriose qui est une vraie problématique sur mes terres.
  • Je recherche des variétés qui ont moins besoin d’apport en azote et qui sont donc moins sensibles aux maladies.


L'avis du comité d'experts

Evaluation selon la grille d'analyse ESR.

Efficience

L'objectif est d’augmenter l’efficience des moyens de lutte disponibles grâce au développement de technologies qui améliorent leur emploi ou par un meilleur positionnement. Dans ce cadre, se positionnent les outils d’aide au raisonnement mais aussi l’agriculture de précision.


Evaluation selon la grille d'analyse ESR : Efficience


Annexes et liens


Matériel évoqué dans ce retour d'expérience

Cultures évoquées


Bioagresseurs évoqués dans ce retour d'expérience