Arbres fourragers

De Triple Performance
Aller à :navigation, rechercher
Vidéos - Ver de Terre production (31 juill. 2020) - Jérome Goust - Durée : 54 minutes

Thumbnail youtube 2BCtQpVFv-0.jpg

Ver de Terre Production s'invite à Paysages in Marciac 2020 ! 😍🍃

Et pour cette nouvelle édition mixée présentiel/visio, on vous propose aujourd’hui une conférence avec Jérome Goust.

Avec la collaboration d'Arbre & Paysage 32.

Retrouvez tout le programme par ici 👋 https://paysages-in-marciac.fr/programmation/


Annexes

Transcriptions

bonjour à tous donc c'est jérôme goust

ici présents qui va vous parler d'arbres
fourrager pendant une heure jérôme goust
a été pendant longtemps agriculteurs et
il s'est intéressé aux arbres fourrage
et voilà il a même écrit un bouquin qui
va vous en parlera plus en détail
bonjour voilà donc mais dans le zéro
gouges et ça fait 48 ans que je suis à
naturel progrès j'ai été producteur au

Afficher la suite

siècle dernier jusqu'en 95 et et ensuite

j'ai écrit un certain nombre de deux
livres de vulgarisation vont les arts
courage et vous l'avez à la librairie ce
lundi sur des graines quelques autres et
en fait l'histoire de ce lycéen 2011 ou
à la fin du printemps à une amie
éleveuse sur un cos avec un mois de juin
très sec commencé à entamer ses
fourrages et moi je me suis souvenu que
quand j'étais arrivé dans ta mans 74 à
tous les ans mes voisins éleveurs coupet
des frênes
donc j'ai décidé de démarrer
une recherche un travail ce qui a abouti
à ce livre est d'ailleurs a complètement
changé mon regard sur les arbres qui
d'ailleurs m'a fait je connaissais
l'agroforesterie mais qui me qui me l'a
fait mieux connaître
donc en fait commencé par une citation
l'arbre est un être faible pour
l'essentiel de bois et de temps oh quel
privilège unique chez les vivants il est
accordé de renaître à chaque printemps
après une mort apparente qui a restaure
la jeunesse et mais c'est vrai que d'un
ce qu'est l'agriculture
à l'heure actuelle ce qui apporte
l'arbre c'est le temps c'est
qu'effectivement les agriculteurs sont à
l'heure actuelle dans des cycles annuels
c'est cette notion de temps qui était la
notion de l'agriculture jusqu'à 70 ans
dans les générations précédentes où une
ferme n'existait même pas sur une
génération sur une succession de
générations
ça a été complètement perdu donc là je
commence aussi par un hommage à celui
qui a réintroduit l'arbre hors frais
dominique soltner on irait à ses
documents présentations en consultation
à la librairie avec mes livres aussi
donc le problème tout le monde le
connaît les sécheresses récurrentes du
surpâturage qui plus est du sarc du
surpâturage sans arbres des étendues
baehler en ce moment et encore on est
loin d'une année catastrophique
puisqu'il a bien plu cet hiver des
périodes de canicule on a eu des jours
caniculaires comme il aime on a pas eu
de période
comme l'an dernier où ça a été moins la
première fois dans ma vie où j'ai vu
trois fois qu un jour de canicule le
même été d'habitude c'était un voire
deux
le surpâturage du coup la pénurie
d'aliments lanta le fait d'entamer les
fourrages donc soit recours prématuré
aux stocks fourragers soit diminution du
cheptel achats extérieurs perte
d'autonomie pour la ferme et donc c'est
là où les arts fourrage et peuvent
apporter est bon on revient aussi dans
le dans le comment dire non
ce que démontre ce qu'on démontre en bio
en agroforesterie donc des sols
dévitalisées des plantes affaibli perte
de l'ue mousse perte de la profondeur
des sols chute de la biodiversité perte
des ruelles de toutes les régulations de
la plupart des régulations écologique
avec les changements climatiques locaux
régionaux ou mondiaux qui en découle est
aussi par contre des populations
pathologique qui augmente et ces
dernières décennies
l'effondrement de l'anthropocène 30%
d'oiseaux en moins en 20 ans un milliard
d'animaux moment en australie l'an
dernier dans l'est dans les incendies
un million d'espèces animales et
végétales menacées et tout le la fonte
du permafrost ils en ont parlé hier bon
en sibérie il ya des zones où il a fait
jusqu'à 38 degrés donc effectivement là
aussi libération combustion de toutous
le sait tout le carbone stocké dans le
sol depuis des millénaires même bien
plus que des mini mère d'ailleurs des
centaines de milliers d'années le
développement des espaces envahissante
par perte des déprédateurs le
développement d'algues de plantes
toxiques de champignons et ces
pathogènes et
et de virus ces virus fait furieusement
tendance au jour d'aujourd'hui est donc
le tout accéléré par le commerce
international donc les qui plus est à
l'heure actuelle on se retrouve aussi
dans une situation où l'élevage est
attaquée ou l'élevage et accusés de
fabriquer des gaz à effet de serre
l'élevage réduit comme image à la ferme
des millevaches en fait l'élevage
paysans au contraire est un formidable
outil de stockage du carbone
d'absorption du co2 l'élevage paysans
c'est quoi l'agriculture paysanne que
c'est quoi c'est une agriculteurs une
agriculture qui produit ici avec ce
qu'il ya ici c'est pas qu'on me fasse il
ya pas peur d'avoir dix pages de
définitions c'est très simple et à part
à côté ça la ferme des villages sont de
toute façon c'est plus de l'agriculture
c'est plus de l'élevage
c'est une usine avec des animaux qui
sont effectivement des machines qu'on
fait travailler à façon à sortir un
produit l'élevage accusé de maltraiter
les animaux
or un éleveur paysans il un rapport
affectif avec ses animaux et il s'agit
de vache qu'il s'agisse de poule ça
c'est pour la suite je la transition sur
l'intervention suivante
et c'est pas de sa faute si il est
obligé d'aller dans un abattoir
sur lesquels il n'a aucun moyen de
contrôle des procédures et des procédés
depuis un certain nombre d'années
il ya tout un mouvement pour revendiquer
le droit à l'abattage de proximité à la
ferme ou locales et qui mal ce qui
existe en europe du nord qui est
interdit en france accusé de nous
empoisonner
ben c'est vrai que malheureusement 95%
des produits animaux consommés dans
notre produit dans notre pays jusqu'à 95
c'est peut-être 80 et c'est peut-être
81,18 j'en sais rien mais l'immense
majorité des produits animaux qu'on
consomme proviennent d'élevages
industriels c'est sûr que pour que
leclerc affiche de la saucisse à 1 euro
50 le kilo
faut il n'y a pas tellement de choix sur
la composition du produit et sur la
manière dont il a été élaboré
voilà et voilà et là j'ai un père calais
ça a été une émission en voyant ces
envoyé spécial c'était en début d'année
nissan jrm nice fausse viande de
l'élevage paysans parce que à l'heure
actuelle j'ai eu à l'occasion de cette
émission que on va et c'est déjà en
avance en particulier aux etats-unis
nous proposer de la fosse gmg talent à
base de protéines végétales 2000 ce
tueur le reportage montrait une série de
flacons un mixeur et c est bientôt en
rayon aux états unis est con pour chacun
pourra faire chez soi avec une
imprimante 3d voilà
et puis la vraie-fausse viandes
fabriquées en éprouvette par culture de
cellules animales et c'est vrai ce
paroxysme d'anti élevage anti spécisme
etc où on arrive avec levée qu'à nice à
de l'anti écologie c'est à dire on va
s'habiller avec des choses fabriquer des
vêtements de synthèse
etc et par monsanto parce qu'on voudra
pas avoir de la laine de mouton on va
préférez des aliments végétaux garantie
100% végétaux industriel mais pour
refuser tout ce qui est animal
or l'écologie c'est quoi l'écologie
c'est le fonctionnement du monde dans
lequel nous vivons fonctionnement dans
le monde dans lequel nous vivons
c'est un certain nombre de chaînes
alimentaires c'est un certain nombre
d'entraînements depuis le ciel le
minéral les micro-organismes l'animal la
plante l'animal jusque jusqu'à l'homme
est effectivement avec des animaux qui
sont mangés dans la chaîne alimentaire
naturel et dans la chaîne alimentaire à
laquelle nous en tant qu'êtres humains
nous participons et donc l'arbre
fourrager jeu viendra fois j'ai ça a été
le premier aliment animal dans nos
régions
au départ nos contrées je ne parle pas
du croissant fertile où au néolithique a
été inventé l'agriculture et qui était
effectivement des savanes plus ou moins
arboré mêlant au pays
si suite il ment quand les premiers
élevage en vu le jour mais il n'y avait
pas c'était des couvertures boisé
partout et donc c'était bon les arcs et
aux botanistes ont trouvé comme dans
cette bergerie à côté de grenoble à
l'utilisation des feuillus pour le
bétail les chaînes les freine les
tilleuls et noah sied du sapin y compris
comme fourrage dudit en complément
alimentaire voire dif qui aurait pu
donner et donc la pratique de la
feuillée qui consistait à écouter les
feuillages d'arbres pour donner aux
animaux a constitué la base des
démarrages de l'élevage
dans nos contrées et c est d'autant plus
que par rapport à la récolte
les premières h au néolithique
bon c'est sûr que ça nous paraît plus
que sa mère mais c'était déjà fait
partie des premières avancées
technologiques agricole elle était
beaucoup plus efficace pour couper pour
couper le bois est beaucoup plus
efficace que les premiers couteaux en
silex et puis au moyen âge mais il ya eu
la foa 2 1 qui a été inventée qu'a fait
un bond technologique pour la récolte de
l'herbe avec en même temps les
monastères et le défrichage qui a
multiplié les soufflés a quand même et
puis arrivé au 20e siècle la
mécanisation de la récolte de l'herbe
foot faucheuse rate le slap ans dans des
zones difficiles la guerre de 14
avec l'hécatombe a fait que dans les
villages il n'y avait plus la main
d'oeuvre
donc voilà dans les pyrénées dans les
zones de piémont il ya des zones
entières qui ont été ou la main
l'agriculture a été abandonné et par
contre il y avait pas de mécanisation
pour la récolte des feuilles d'arbres
la première tronçonneuse est apparu en
france dans les années 1920 ça fait déjà
très longtemps qu'ils avaient de la
mutualisation pour la récolte d'herbe et
l'herbe larmes étaient réellement partie
intégrante des fermes dans les baux
ruraux
on retrouve encore dans des baux ruraux
allègre actuelle des baux qui stipule
que les arbres appartiennent au
propriétaire mais que les la ramure et
faisait partie de l' école du fermier et
il ya aussi le fait que au xviie xviiie
siècle on a débranché l'agriculture et
la forêt en 1600 olivier-de-serres les
arbres sont dans la sphère
en 1704 forrest 17ème siel code for code
forestier de colbert à la révolution
française
l'institution de l'administration des
eaux et forêts qui fait qu' on sait
l'âme n'a pu été considéré que comme
forestier son aspect agricole a été
évincé et en particulier l'arbre hors
forêt a été complètement évincé ce qui a
quelque part permis le développement des
membres au moment du remembrement le
rasage des haies puisque de toute façon
les airs et n'existait plus dir est dans
la pensée agricole donc c'était des
nonnes être on a plus on a pu les
supprimer et il restait des ressources
utilisation envers les ce qu'on appelle
la ram au sol dont j'essaie d'avancer
donc il ya les trognes les arbres
fourrager la différence c'est que les
trognes il ya d'utilisation en bois
énergie donc 7 10 15 ans et en fourrage
c'est beaucoup plus rapide et avec une
ressource fourragère précieuse décalé
dans l'espace aérien puisque elle occupe
une autostrade colère dans l'espace
souterrain puisque les racines plongent
l'eau plus loin dans le temps
puisqu'elle est disponible à d'autres
périodes bénéfiques comme coupe vent
comme régulateur pour stabiliser les
sols comme abrite biodiversité et comme
producteur dhombres pour le bétail par
contre là ça défile balle
voilà donc parce que je suis obligée de
me tourner du coup
bon une chose c'est qu'on parle de
forage ligne quand on parle des fois
j'ai alors ce qui est ligne c'est
l'arbre c'est pas la feuille la feuille
n'est pas plus ligneuse qu'une qu'une
n'ai pas pu ligneuse pikin qu'un point
très sec
et la seule chose c'est qu'elle n'a pas
la même structure elle n'a pas la même
texture au niveau alimentaire
voilà voilà voilà
oui donc c'est là donc j'ai eu la chance
quand j'ai démarré le livre que l'inra a
commencé un programme de recherche à
lusignan à côté de poitiers et donc ça
c'était entre elles 2013 leurs premières
analyses
ou quand on compare un certain nombre
d'arbres à 2 fourrage important de gras
la luzerne
on arrive à un niveau de massy recherche
équivalent à un niveau de protéines tout
à fait comparable alors effectivement le
frêne se distingue avec une meilleure
digestibilité mais au niveau qualité on
est dans les mêmes dans les mêmes
proportions et avec le fait
naturellement il s'agit pas de remplacer
l'herbe par la feuille d'armes est
d'avoir une alimentation diversifiée et
qui apporte mieux plus à l'arbre et je
veux dire on est passé justement d'une
première élevage a fait avec les
feuilles d'armes au à la ferme du
village avec de l'ensilage
c'est à dire déjà quelque chose de
antifi d'anti physiologique pour les
animaux concernés
elle est de toute façon la diversité
c'est qu'effectivement le fait que les
grosses bouchées les petites bouchées
tout ça ça stimule haut niveau et
l'extraction des éléments nutritifs et
c'est un meilleur équilibre et à l'heure
actuelle il ya justement au delà de leur
courage et rogne à l'arbre paturet est
effectivement où on s'aperçoit que
que les bêtes belle quand quand leurs
besoins leurs envies s'en fait sentir
prélève largement est donc là je cite
simplement cette méthode guillot
grenouille de ce côté là qui est une
analyse des parcours à abhorrer pour
valoriser au mieux donc là ça c'est des
alignements dans l'aubrac près de rodez
donc de frênes têtards qui autrefois
constituent elles qui sont toujours
entretenu de vieux chênes têtards mais
qui ont été laissés à leur sort depuis
des décennies la taille la taille mons
ac des amis au dessus de rodez
donc effectivement ça c'est la mise en
forme d'un frêne donc la hauteur
variable suivant l'emplacement suivant
le bétail donc effectivement c'est un et
étage dans ça peut pas être beau talent
viol en mai soit partielle en juin
juillet si vraiment la sécheresse est
lourde mais il faut laisser une partie
des branches pour que les racines
continuent leur travail soit enfin fin
juillet fin août suivant les régions
là on peut avec une période désister de
quelques années
faux hasek malheureusement à l'heure
actuelle on a pas on n'a pas les outils
qu'il faut donc là c'était donc un
troupeau de la taille
le troupeau qui est qu'ils aient lâché
sur la rame au sol et la fin
l'utilisation en br f en fagots en bois
de chauffage en vf sur les cultures mais
aussi par exemple admission auvergne
mission et auvergne travaillait sur
justement le les litières en brf bon les
petits usages qui autrefois était très
traditionnel le fag otages et la
capacité de régénération des arbres ou
effectivement on voit là alors ça c'est
un très vieux trogne vont couper un
coupé en 2010 donc en un an après en
août
cinq ans après en avril donc la vitalité
la capacité de 2 des arts de
reconstituer très rapidement une masse
végétale et donc il ya eu le programme
de recherche de l'inra donc sur un an et
sur une ferme
très intensive d'élevage laitier
holstein joue sur 80 hectares où il y
avait pratiquement plus un art plus une
et c est donc qui a été de réintroduire
l'arbre pour pour atténuer les effets du
changement climatique
l'autonomie fourragère valoriser les
ressources du fun et puis arrivé un
système économique viable et donc ils
ont planté un tronyo scop c'est à dire
ils ont ils ont listé une cinquantaine
de d'espèces d'arbres qu'ils ont planté
dans chaque espèce il ya quatre sujets
trois sujets qui vont être conduits en
trogne comme ac/dc libre laquelle ils
vont faire des analyses etc
c'est 50 c'est ce que j'avais trouvé à
peu près la même liste avant de les
rencontrer
c'est ce dont dans la littérature qu au
moins on a eu une fois au moins
mention qu'ils étaient consommés par les
animaux il ya un certain nombre dans ses
pas plus donc justement eux il faut que
chaque année des analyses et donc ils
ont planté des têtards entendu en dehors
de ces de ce trop news cop témoins des
têtards haut et bas des arbres précieux
ont conduit en agroforesterie des bandes
brouter un certain nombre de
combinaisons
ils ont mis des vignes à pâturer un
palissage haut et
un arbre que je distingue c'est le
féviers d'amérique où là c'est pas le
foeil seller gust les gousses de 30 40
des x 50 cm de long qui sont extrêmement
riches en glucides et en protéines qui
sont aussi risque du tourteau de soja et
qui on sent très productif ce que je
veux pas lui piquer son temps donc là
les plantations
alors c'est sûr que par exemple en
agroforesterie on développe des
plantations à partir de pépinières
sélectionnés c'est sûr que là par
rapport à de l'arbre fourrager peut très
bien faire des plantations avec des ce
qu'on appelle les les a crus
c'est-à-dire bad et des friches où il ya
des jeunes plants d'armes donc prélevé
prélever ces jeunes plants et le
replanter on avait fait une une
plantation donc en 2012 quatre ans après
donc qu'on a on a déjà des arbres qui
sont qui sont bien développés alors que
d'ailleurs la première année il n'avait
pas été les deux premières années il
n'avait pas été protégé du troupeau donc
si c'est encore m étais bien bien solide
on a fait d'autres plantations avec des
des arbres sélectionnés des arbres de
pépinières et par rapport à ça il ya
aussi les arbres qu'on peut conduire en
cp justement par rapport aux arbres
regard de la ccl voir les différentes
manières dont des arbres taillés court
qui au lieu de partir d'un trogne à 1 m
à 2 m de haut on part du raz du sol bon
c'est le cas du noisetier ça peut être
de losne ça peut être
dufresne qui n'est pas bien comment en
pétard et
le problème par rapport à cette
description c'est les affouages et
comment faire justement pour qu elle qui
reviennent dans la pratique d'élevage
c'est sûr que pour le moment ce ne sont
que des utilisations très ponctuel
éventuellement sos fourrage en situation
mais on n'est pas encore ni ni
techniquement ni en quantité d'armes en
situation à ce qu'il devienne une
ressource importante en termes
d'alimentation ça c'est une longue
marche pour y arriver est le premier
frein c'est effectivement pour beaucoup
d'éleveurs et justement ce cette
qualification péjorative de fourrage
ligneux donc nutritive mans de mauvaise
qualité
alors comme j'ai dit et comme les
analyses le monde
ils sont d'une richesse tout à fait
comparable à l'herbe est donc là aussi
un problème d'information et toutes les
mains toutes les analyses menées par
l'inra peuvent donner l'information sur
la complémentarité sur la valeur
solitaire et le docteur alain soir au
qui a été un des premiers vétérinaire
naturopathe en france dans les années
60-70 raconte qu'en 76 d'or de la très
grande sécheresse de 1976 donc il était
vétérinaire dans le charolais et là les
uns les éleveurs tout d'un coup ce sont
sont appelés qui avait des arbres
malheureusement ça a été assez massacre
à la tronçonneuse très mais lui il dit
que pendant les mois qui ont suivi en
tant que vétérinaire il a eu moins à
intervenir sur les troupeaux
le deuxième francs c'est effectivement
cette convection cette conviction que la
ressource fourragère ne peut pas être
quelque chose de significatif et
l'important donc c'est là c'est vrai ou
que ça va demander beaucoup d'années et
c'est vrai par rapport à ça j'ai fait
depuis la sortie du livre une dizaine de
journées de formation d'éleveurs c'est
qu'en fait beaucoup des verts leur
problème c'est qu'en 70 ans
l'agriculture se le dit au début avec la
citation de pierre lieutaghi est devenu
quelque chose qui était sur des
générations est quelque chose qui est
annuel qui est avec une ceinture de
contention anel je dirais oui non mais
c'est pas là c'est le problème des
éleveurs de se dire oui mais là il va
falloir que je raisonne dans un autre
espace temps donc ça c'est très alors
que la plupart du temps c'est des
éleveurs qui ont des équipes landais et
c
mais dans le raisonnement de leur cycle
d'élevage par rapport à leurs troupeaux
ils sont dans la mire le le troisième
donc lever ces freins partir des
ressources et d'ailleurs ont lieu au
début moi c'était très très sûr la
bretagne etc
c'est déjà de partir sur les ressources
de l'exploitation de la ferme est
presque commencer par les herbes à
pâturer les bosquets les parcours s'il
ya des parcours et et que la brdt état
soit un plus mais c'est à dire que déjà
partir des ressources
maintenant dès maintenant et ensuite
évoluer donc travailler sur des mises en
forme d'arbre travailler sur
sur les récoltes en verre etc
mais travailler sur l'ensemble des aides
et bosquets pourra augmenter
progressivement les ressources
bon là par exemple dont l'âge est en
septembre une journée technique ans et
en bretagne mais c'est effectivement
faire le tour de la ferme
regardez les ailes et bois mais le voir
dans toutes les strates depuis le sol
jusqu'en haut des airs
ce qui peut être consommée par les
animaux ce qui peut être taillé depuis
la cp et puisque les sujets dans la
haine qui vont dépasser et non celle
dont on pense qu'effectivement la e on
peut les mettre en rogne
mais du coup au lieu de partir d'une
plantation où le temps de mettre en
forme les trognes il va falloir des
années là on a déjà dans tout l'est est
des sujets qui sont déjà un niveau à une
hauteur ou pouvoir jeudi à ce moment là
a ajouté un étage à la et sous forme de
trognes et qui donnera rapidement ou
relativement rapidement une ressource
ça peut être justement là et carhaix
paysage du tarn on a une journée trogne
en septembre où l'après midi va y avoir
une mise en forme d'armes et une
restauration de trognes anciens et dans
les freins le troisième frein c'est un
frein technique et de matériel c'est
qu'effectivement autant tout ce qui
concerne la récolte le conditionnement
de l'herbe et
tout à fait élaborée mais il y avait
mille mécanisée autant par rapport aux
zarbs forage est entre new way
on en est à la tronçonneuse
est ce qu'un outil individuel manuel
limité de de productivité de rendement
assez lent et d'arriver à travailler sur
sur comment valoriser bon dans le tarn
cette année on a constitué un groupe de
travail avec nature et progrès la
confédération paysanne la d art et art
et paysage du tarn pour avancer
malheureusement on a eu notre première
réunion le 10 mars donc
et on devait le 25 mars avoir une
journée avec l'atelier paysans en
particulier à l'instigation d'un copain
paysan boulanger et qui voulaient
travailler sur justement dans une
optique d'arbres fourrage et de
travailler dur la mise au point d'une
fabuleuse pour son fournil donc là aussi
à tout ce problème d'élaboration
technique ou en fait
et en plus naturellement dans le cas de
dan lutins élevage paysans d'élaboration
technique qui ne soit pas dans une dans
une logique mccormick ou massey ferguson
excusez moi je pense à des marques du
siècle dernier de l'époque où il était
producteur et j'étais tombé au moment
d'écrire de livres sur un projet les
têtards des chemins du roi en 2011
et malheureusement après quand
j'essayais de les contacter savès avait
disparu des écrans mais la démarche
était intéressante eux il s'agissait de
prendre en compte le fait d'un projet de
cuma arbres fourrager et c'était
intéressant parce qu'il s'agissait pour
eux de partir du constat que donc
c'était en maine-et-loire que au niveau
du conseil départemental au niveau des
entrepreneurs tous les outils les
matériels d'élagage et est
essentiellement utilisé de plus larges
d'octobre hamas et que avec des tailles
d'arbres fourrager en fin d'été il
procurait à ces matériels un
élargissement de sa saison d'utilisation
et c'était donc de passer des accords
avec le conseil départemental avec les
entrepreneurs malheureusement après je
sais pas mais c'est une idée
effectivement qui a vu toujours et puis
reste ensuite à aller un peu plus loin
c'est à dire que à l'heure actuelle
c'est surtout ce qu'on fait en à
fourrage et c'est pour l'utilisation
envers la ram au sol c'est sûr que un
objectif c'est aussi de faire du
stockage
parce que que ce soit sur le plan de la
ressource fourragère que ce soit sur la
qualité sanitaire
le jour on aura avancé sur une récolte
et instant gage de ressources
fourragères à bord et là on aura les
faits sanitaires pour être
les troupeaux pourront bénéficier de
l'effet salutaire toute l'année et après
tout techniquement c'est certainement
possible de faire une chaîne de récolte
avec la taille les feuillages du séchage
comme l'ont fait le séchage du foin en
grange et c'est beaucoup plus facile à
sécher que de l'herbe puisque la
structure d'une d'une feuille d'armes y
compris en tas est beaucoup plus facile
à et aéré pour sécher et pour avoir donc
vraiment donc ça c'est le le l'étape à
franchir dont pour pour avait à voir
vraiment une ressource et pour valoriser
l'ensemble c'est à dire ben je dire il
ya des agriculteurs est de plus en plus
mon chèque avait paysage du gers a
beaucoup travaillé dessus sur le bois
énergie les trognes et le bois énergie
c'est à dire effectivement les mêmes
arbres mais quand on utilise le bois
après la chute des feuilles donc
finalement ce travail de coupe
il est fait dans un seul objectif de
bois énergie de brf etc
mais après tout il peut être fait
quelques mois avant avec en plus le
bénéfice le bénéfice du feuillage est le
jour ou demain ses aspects d'une chaîne
de récolte taille taille et feuillages
et donc récolte voix une voix stockage
faille une voix
utilisation du bois là on arrivera
vraiment à à maîtriser une chaîne et qui
pourra vraiment être pleinement
bénéfique à l'élevage et aux animaux
donc intégrer le la taille
l'élagage le broyage le maternelle des
feuillages les techniques de séchage en
grange pour arriver à a vraiment avoir
une ressource fourragère fourragères un
équilibre écologique
de la ferme et donc
voilà voilà un vaste chantier donc ça
c'est malheureusement ça c'était à
lusignan ou au départ il ya eu des
protections un peu un peu insuffisantes
des plantations et bombay la vache la
vache ne s'y est pas trompé voilà donc
un aperçu un aperçu rapide sur la
question pour avoir le temps de
dialoguer et de répondre si réponse il
ya aux questions posées
alors bon je précise
si le lit vous intéresse il est
disponible à la librairie à côté voilà
merci beaucoup
vous êtes beau coup sûr sur youtube à
nous suivre parce que je pense que c'est
une question qui en intéresse pas mal en
termes de pratiques dans l'élevage c'est
une solution très intéressante que vous
remettez au goût du jour que voudront
montrer donc déjà merci on va vous poser
quelques questions d'abord les questions
du live youtube et puis on les prendra
un peu dans la salle il y en a une
première qui traite de là je pense qu'il
y en a 2 mais qui sont assez
complémentaires
ce serait ou bien sur l'automédication
des du bétail par la consommation des
arbres ou bien la toxicité pour poser
les deux questions plus précisément il
ya quelqu'un qui nous demandent si les
arbres à thann 1 le chêne par exemple
pourrait servir à l'automédication des
caprins éviter et éviter de passer par
des produits les vermifuges et c est la
deuxième pause la question des arbres
comme un conte aurait en france lesquels
seraient éventuellement toxique pour le
bétail voilà donc c'est une question qui
se recoupent un peu je laisse la parole
sur le premier volet
bon par exemple les journées là que je
fais donc le matin ya la théorie l'après
midi ont fait le tour des ressources à
bord et on prélève des échantillons et
on termine la journée par le goûter du
troupeau et souvent on a amassé 10 15
espèces
où l'éleveur valeur diab assis là le
poignet sauvage à sa part contre celui
là je sais pas si le consomment ce qui
n'est pas toujours à regarder les
changes entre la et l'animal ouais et
donc on met les 10 15 échantillons et
puis le troupeau viens viens faire sa
sélection et donc il ya effectivement
des cds petits bouquets pour chacun il y
en a qui en 5 minutes y'a peut rien il y
en a d'autres
il vient ni goodies aériennes et de
toutes façons de la même manière que
quand un troupeau et sur un parcours et
le long du doubs et ben tu es des bêtes
qui vont choisir si telle ou telle
plante ainsi si aujourd'hui tient
aujourd'hui j'ai servi d'un peu de
feuilles de frêne aujourd'hui j'ai un
peu envie d'un peu de deux chaînes d'un
peu de pruneaux liés d'un peu de que
sais-je encore la lisière bon ça c'est
le premier aspect par rapport aux tanins
on en discute est tout à leur petit
déjeuner c'est sûr que je mange parler
du séchage des feuilles engrange d'avoir
ça comme objectif est l'interlocuteur
disait oui mais moi j'ai jamais vu un
des bêtes l'hiver manger des feuilles
mortes dans les sous bois
sauf qu'une feuille de meurthe c'est pas
une feuille verte sécher et qu'en
particulier une formule va avoir
beaucoup plus de tanins donc par rapport
aux tanins bon on n'a pas encore assez
d'éléments puisque les premières
plantations de l'inra ont été en 2013
donc apparemment au stade où ça en est
on peut pas ni en termes d'appétence ni
en berne en termes de bénéfices
nutritionnels on n'a pas encore
d'éléments pour juger mais à priori il
ya des feuilles riche en tanins qui sont
très importantes pour le deuxième la
volée de la question sur la toxicité
et l'automédication il faut les mettre
en regard là aussi de toute façon il ya
ya ya ya un truc je suis passé peut-être
un peu rapidement
c'est sûr que dans l'accession d'un
troupeau à la nourriture fourrager à
abhorrer il ya aussi un problème mais
nous avons parlé de vous en reparlerez
avec vos poules et vos yeux tout à
l'heure il ya un problème d'éducation
alimentaire
donc c'est sûr que juhasz coppola qui a
travaillé par exemple sur les parcours
en savoie mais c'est sur des des jeunes
bovins abondance sur des pâturages en
savoie ils ont ils vont tout de suite
savoir très tôt une femme une feuille
d'arbre son intérêt j'ai fait il ya deux
ans une formation au lycée agricole
d'aurillac wyss agricole derrière qu'ils
ont deux troupeaux ils ont un troupeau
laitier de holstein
voilà donc qui leur crachent la lune kg
de lait par lactation et puis ils ont un
groupe haut à viande de salers ces deux
races bovines de rusticité assez
opposées je dirais c'est sûr que quand
on a apporté les échantillons de
feuilles devant les troupeaux d'ailleurs
les stein n'était pas en pleine en prêt
sur près c'était au mois de septembre
alors que les salaires et c'était dans
un pré même ratiboiser par la sécheresse
ben c'est sûr que les salaires saison de
tout bouffer à la bouche que veux tu leo
stein aussi mais les y sont allés
plus avec plus de mini psy donc
effectivement on peut penser qu'un
kamanine mal de déjà un animal entre
guillemets mal mal éduqué au niveau
alimentaire
il va chipoter voir il va refuser un
animal avec encore il ya un instinct
alimentaire a suffisamment développés il
va faire le tri et de toute façon si
c'était pas le cas comment un animal
élevé en plein air savaient ils seraient
des six mais s'il mangeait tout et
n'importe quoi n'importe quoi n'importe
quel moment
donc faire confiance aux troupeaux que
ce soit pour l'automédication ou la
toxicité celle bien éduqué
alimentairement vous vous conseiller de
oui très bien
tellement sèches
à paris
ainsi si bord d'abord j'ai composé ma
réponse en tout d'abord ben je vois par
exemple quand j'étais allée fin août
chez les copains en dessous de rodez
permet photo et participer à leur
journée de taille puisque on avait
convenu que le joli taillerait il
préviendrait c'est sûr que là les prêts
étaient secs de chez saic et c'est vrai
que justement à l'heure actuelle dans
dans l'utilisation de la boussole un peu
comme sos dépannage le fourrage
elle souhaite fourrage donc c'est leur
bobine toute l'année elle mange de
l'herbe elle mange des fois
elles sont au maximum quand même imprimé
à l'hiver c'est l'essentiel de
l'alimentation est le fourrage mais
j'avais posé la question à eux et à
d'autres on pourrait dire que tout d'un
coup pendant saout ils vont tailler un
certain nombre de et les apporter à des
brebis qui n'ont sinon ça au menu une
fois par an apparemment ça ne cause
aucune permis je parle pas de toxicité
je dirais perturbations digestive donc a
priori non non c'est sûr que l'idéal ce
serait que la source à bord et puis
cette pratiquement sur toute l'année
mais je dire là aussi ça dépend du
comment dirais-je du je suppose que la
ferme des virages tout à tous tout à
coup on fout le troupeau le long d'une
haie qu'on a taillé je sais pas ce
qu'elle daigneront manger mais un animal
il je pense
il va au pire et apparemment ce qu'ils
pratiquent encore je vous dis non pas eu
de perturbations
la toxicité oui
et la vision posée
avec ces décrets
il est en jeu
je m'amuse que je vous dirais c'est que
je déconseille de passer d'un extrême à
l'autre
voilà mais de toute façon là à l'heure
actuelle on n'a pas de données et de
toute façon la première étape de la
démarche c'est le test donc comme quand
on fait avec le goûter
on arrive dans un élevage on a dit
bouquet de rameaux feuillus qu'on met
par terre on ouvre la porte aux trop
pauvre bon appétit messieurs dames dunks
là effectivement on voit et on
ils vont se diriger où ils vont venir
flairé un bouquet et puis vous mangez
celui d'à côté c'est quand ils auront
fini solide à côté qui vont revenir sur
le premier mais ça ça va être toute une
phase qui ne dépendra pas seulement des
analyses importante qu'on va faire mais
ça va être de voir ça ça leur plaît ça
ça leur plaît mince ça ça leur plaît pas
et en termes de toxicité c'est vrai par
exemple dans les camps citer les
recherches à archéobotanique de la bri
ou à côté de grenoble l'abri sous roche
de la grande rivière
ils ont trouvé des reliefs dif
oui et contrairement aux autres
feuillages dont il était sûr qu'il y
avait eu un usage alimentaire ou
sanitaire ils ont mis un point
d'interrogation
ils n'ont pas présenté comme usages
potentiels alimentaire ils l'ont
présenté alors moi je suis parti aux
botanistes mais ils l'ont présenté comme
un éventuel et un potentiel usages
sanitaires
donc là je ne suis pas non plus
phytothérapeute animale née
c'est pour ça que c'est intéressant
c'est que dans la cinquantaine d'espèces
mise en culture et qui vont être testés
qui ont commencé à être testé à lusignan
ben justement ça va être de voir alors
parce qu'il faut dire c'est qu'à
lusignan non seulement ils ont planté
ses egos caisse et ses alignements mais
du coup et ça ça a été peut-être le plus
dur à faire admettre dans leur recherche
c'est que du coup ils ont fait admettre
une évolution génétique du troupeau
alors naturellement les techniciens
élevage laitier
comment toucher holstein c'est un crime
de lèse majesté et d'autres qu'ils ont
réussi à introduire des croisements moi
je vais passer en octobre parce qu'il ya
il ya aussi les deux en parallèle très
bien on a deux trois questions remarques
puis on va devoir conclure pour
enchaîner sur les os la première donc je
pense que vous nous direz que comme vous
venez d vous n'êtes pas phytothérapeute
animal mais on nous demandait s'il y
avait des conseils de plantes à
favoriser à semer pour l'automédication
des chevaux ou des ânes
donc voilà si vous avez une réponse ben
là c'est pas c'est pas c'est pas
vraiment mon registre et ma compétence
donc je passe une autre remarque sur le
fait que les glands pouvait être
vraiment toxique par contre parfois donc
là voilà on est encore une fois sur un
de toute façon vous demain à l'époque où
l'arbre faisait partie de la ferme à
l'époque où les forêts faisaient partie
de la ferme
on a parlé aussi ce matin les forêts
entretenu quand elle était entretenu
alors elle était entretenu de manière
patrimoniale c'est à dire que tout d'un
coup on allait vendre quelques beaux
chênes qui avait été planté par le grand
père
à voir avant ça allait permettent
d'acheter une pièce de terre un nouveau
soc de charrue de doter la fille des
excuses à mesdames
ça fait partie des moeurs de l'époque et
puis il y avait le la ressource
permanente en bois aux fruits si c'était
des châtaigneraies s'ils étaient des
chaînes pour les glands et puis et puis
les troupes au sol en bois c'était
l'éclaircissage pour favoriser à la fois
un éclairement pour qu'il y ait aussi
une couverture végétale au sol et les
glandes mais de toute façon il y avait
aussi un aspect sanitaire c'est que les
troupeaux qui passaient n'étant après
les récoltes de châtaignes ou de granby
il nettoyait il avait un effet de
déparasitage donc la façon les grands
les glands les faits n'en fin toutes les
graines darmon dimanche va être consacré
au grain mais les graines et les fruits
des arbres puisque c'est aussi une
ressource alimentaire et non négligeable
bon j'ai parlé juste des gousses de
féviers d'amérique
parce que papa à la domination du
tourteau de soja c11 particulièrement
intéressant mais mais là c'est quelque
chose de d'intéressant élargiront dira
peut-être aussi parfois on va manquer
d'attrait processus parce que vous le
montrez nous mais juste un truc c'est
qu'effectivement par affamé n'a pas
d'oreilles donc si on a vraiment conduit
les animaux est extrêmement affamé
peut-être fallu y penser un peu plus tôt
qu'ils soient pas au dernier stade de la
malnutrition
c'est pas c'est pas des chevaux du
biafra dont vous parlez nous du soudan
mais effectivement une bête extrêmement
affamé
elle va sans doute avoir perdu une
partie de sa compétence de sélection
mais sinon voilà très bien on voit qu'il
ya encore beaucoup de place pour
beaucoup de questions beaucoup de débats
on va continuer ça entre nous ici à
marciac et puis sur sur internet je
rappelle le nom du livre y avait des
gens qui le soutenaient pas c'est donc
un arbre fourrage et de l'élevage
paysans au respect de l'environnement
voilà donc voilà puis bon la journée
s'il ya d'autres questions on peut
toujours parler
et une fois que vous aurez eu le complot
le complément alimentaire des poules
pondeuses et poids pourra parler vous
pourrez donc vous procurer les livres
poser des questions voilà merci merci
beaucoup
[Applaudissements]
bonjour

Partager sur :