Agroforesterie : Clé de voûte de la production, par Alain Canet et Marceau Bourdarias

De Triple Performance

Thumbnail youtube MXakrxMEaOo.jpg

Rendez-vous à Elne (66) pour le festival des Rencontres de l'Agroécologie du bassin méditerranéen, organisé par Arbre et paysage 66.


Suivez nos actions sur notre site https://ap66.org et sur notre page facebook

https://rb.gy/rfuz6a

Pour contribuer à nos missions, vous pouvez nous soutenir sur

https://ap66.org/don-et-mecenat/



Vous retrouverez dans cette vidéo une explication des racines et des microbes dans la gestion de l'eau, par Marc-André Sélosse, intervenant lors du festival !


Transcriptions

cette initiative carbone fertile ça me

semble tout à fait à propos parce qu'il
y avait un petit manque sur ce qui nous
lie et le carbone nous lie
particulièrement je crois et c'est le
j'utilise ce mot depuis ce matin mais
c'est le nouveau paradigme le paradigme
carbone a eu lieu on passe du paradigme
azote au paradigme carbone et quand on
commence à comprendre que donner du

Afficher la suite

carbone à la vie et l chine la zot on se

s'aperçoit qu'en fait on était passé à
côté du sujet avec la zot
j'ai bien fait je vais revenir savait
pas alors ici un tas de pierres un tas
de pierres ou le carbone est parti si le
carbone est partie la vie aussi il ya
plus d'eau il ya plus de sols il ya plus
de biodiversité il ya plus de
microclimat il ya plus de paysages alors
on a mis des personnages pour remplacer
les arbres mais ici on est quand même
sur un tas de pierres cette agriculture
minières alors tas de pierres en
reconstruction mais dans un état
d'urgence marceau floride en état
d'urgence c'est sûr parce que finalement
sur un tas de pierres comme ça la grande
politique qui as est l'impact de la
pierre qui récupère l'énergie lumineuse
équivalent a stocké sous forme de
chaleur et la re diffusé et quand on
parle de réchauffement climatique on a
tendance à penser tout de suite carbone
et
et atmosphère est en fait en fait il ya
aussi la manière dont la planète rayonne
résonne avec cette atmosphère là et les
cailloux en fait ce sont des des des
substances ou des minéraux qui ne
devrait pas être sur visible sur la
surface et sur la croûte terrestre cette
peau doit être tout le temps une peau
vivante hélas le fait de mettre les
cailloux à nu et de s'évertuer à mettre
les cailloux à nu au-delà de l'aspect
esthétique lunaire qui est incontestable
c'est vraiment magnifique
c'est tout c'est galella avec ces
plantes qui poussent dans les galets en
fait c'est en fait c'est complètement
impossible à l'image du vivant et on se
retrouve avec une situation impossible
que l'on entre un devoir de vivre et
cette situation impossible
il va falloir essayer de la deûle à
digérer de faire en sorte que on passe à
une autre
un autre type d'agriculture si on veut
limiter l'impact de ce réchauffement
climatique une forme de monoculture
qu'on a enrayé ici puisque ici en alsace
pendant des sols couverts
certains disent que les sols couverts
sont des sols prospère et puis on
commence à voir arriver les arbres
fruitiers on dire de ce vigneron c'est
sa parcelle la plus tranquille qu'est ce
que ça peut vouloir dire oui mais
paradoxalement c'est ce qu'un peu disais
tout à l'heure bruno sire vin c'est que
l'arbre il a tendance à ralentir un peu
aussi le cycle et donc ralentir le 6 a
peut être quelque chose de favorable sur
la fertilité des sols en tire le 6 et
aussi passés par l'intégralité du
système de fertilité et donc ralentir le
sigle ça signifie passer d'abord par le
carbone avant de transformer ce carbone
en azote est donc là c'est ce que nous
apprend cet arbre là au milieu de la
parcelle
le fait de changer complètement cette
manière là de voir l'agriculture c'est
vrai que c'est très particulier parce
que là en alsace éveillé une
pluviométrie qui fait que même si elle
est relativement faible en alsace
contrairement à ce qu'on peut penser on
a quand même d'autres types de sols un
autre type de climat qui est ben qui est
beaucoup moins méditerranéen bouées ou
océanique
on a des manques d'eau mais on a aussi
une consommation d'eau qui est moindre
donc ça c'est quand même un peu une
particularité du sud et la plupart des
agriculteurs nous disent qu'ils ne
peuvent pas cultivé dans le sud avec des
enherbement et donc il ya cette
problématique l'a levé il ya une
problématique de gestion de l'eau et
cette problématique de gestion nous il
va falloir cela choper parce qu'en fait
je pense que c'est une erreur de penser
que l'enherbement concurrence c'est une
concurrence mais qui est sur le long
terme et c'est là où la lenteur va avoir
vent être à digérer digéré la lenteur du
processus pour reconstituer relancer ces
cycles de fertilité qui sont
profondément vertueux y compris pour
l'eau dans les systèmes on voit là des
paysages fertile qui cultive le carbone
et l'eau ici en corse on aime à rappeler
de la dispersion de l'arbre dans le
territoire et tu veux je réagis sur la
dispersion de l'art alors là c'est tout
mais par contre courait tout alors
geneviève nous parler du fait que ces
paysages là il était très en arbre et et
qu' on aurait pu peut-être imaginer que
c'est justement des arbres ans qu'on va
réinstaller des systèmes agricoles qui
créent de l'hétérogénéité dans le
paysage et encore une fois c'est cette
connexion et cette hétérogénéité qui va
nous permettre de continuer à cultiver
de continuer à faire prospérer le
système agricole et c'est ça qui est
difficile c'est qu'il ya une espèce
d'antinomie entre ce que l'on projette
de la nature qui est préservée est ce
que l'on doit projeter ce qu'on peut
projeter de notre place en tant
qu'agriculteur dans ce système là la
place de l'homme en fait est ce qu'on
refuse la place de l'homme et qu'en
sanctuary zh où est-ce qu'on s'inclut
dans le système et convient intervenir y
compris dans les zones où on pense qu'on
ne peut pas cultiver correctement comme
dans cette zone ici là ou en fait il n'y
a pas d'arbres y à rien s'il n'y a pas
d'arbres c'est un désert
il ya certaines fois fort et ouvrir pour
pouvoir bénéficier de l'arbre cercle là
probablement que si on laissait faire
il y aurait peut-être une forêt qui se
mettrait en place mais est ce qu'il y
aurait plus de diversité à cet endroit
là est ce qu'il y aurait suffisamment de
thé de territoire pour nourrir les
humains et c'est toujours ces questions
là un peu délicate qu'on doit s'attraper
oui on est nombreux et est ce que le
fait qu'on soit trop nombreux
c'est vraiment rédhibitoire ou est-ce
qu'on peut arriver à aménager les
systèmes pour que en étant nombreux en
cultive la vie
tout cas tu as bien répondu parce que
sur cette image il fallait dire l'arbre
hydrate les milieux secs bravo marceau
le cochon stimule aussi la biodiversité
et stimule aussi la vie du sol en fait
le cochon c'est une usine à une usine à
produire des bombes bactériologiques
ils mangent y consomme ici et quand ils
chient en fait ils stimulent il fait dès
le 20 de bio diversité des levains de
stimulation de la fertilité des sols
donc l'élevage là est un outil
indispensable et on doit absolument
prendre l'élevage comme un outil de
construction de nos agrosystèmes on y
reviendra merci est ce que tu as déjà
manger du jambon agroforestier il
semblerait que oui gingins j'ai un
copain qui est fantastique et qui
transforme du cochon agroforestier donc
là je sais pas si c'est des porc noir de
bigorre mais ça m'a tout l'air est
effectivement oui j'ai déjà mangé du
porc noir agroforestier avec une viande
d'une qualité fantastique qui si elle
est travaillé correctement nous donne
des aliments avec une richesse et en
minéraux une richesse alimentaire qui
est fantastique et cette richesse
alimentaire elle doit être toujours mis
en parallèle avec la quantité
alimentaire parce qu'en fait c'est pas
qu'une histoire de quantité à
l'agriculture souvent nous dit oui il
faut produire beaucoup mais en fait il
faut produire qualitatif on s'est tous
aujourd'hui que une tomate cultivée d'un
sol vivant à poids égal contient deux à
trois fois plus d'éléments nutritifs
qu'une tomate cultivée dans un système
hors sol donc ça c'est quelque chose
aussi qu'on doit ce dont on doit se
préoccuper si j'osais un jeu de mots je
dirais que l'agro écologie c'est la
belle vie ici on est à rabat ici on est
à rabat au cultive de l'agneau mais on
cultive de l'herbe en cultive du liège
on cultive des glands on cultive du miel
enfin on cultive beaucoup de choses on
est on est aux portes de rabat et là
aussi sans les arbres cette zone serait
serait un désert on appris on a pris de
la hauteur et finalement là on a
diversifié nous pensons que nous nous
pensons et nous pensions que c'était
impossible et eux ils l'ont fait parce
qu'il n'avait pas le choix et c'est ce
que nous apprend
autre regard sur d'autres systèmes
agricoles d'autres cultures d'autres
regards sur le vivant d'autres postures
par rapport à la vie d'autres postures
aussi par rapport à la noire et c'est
cet ensemble de regard et de postures
qu'on a à faire évoluer on ne confondra
peut-être plus du coup le productivisme
et la productivité puisque ici en termes
de productivité c'est juste exceptionnel
et mathieu baissière qui est ici dans la
salle on rappellera qu'il ya au moins
autant d'herbe sous les arbres que n'y a
pas d'arbres dont il ya au moins autant
d'herbe plus du bois plus des fruits
plus des fleurs puces des insectes plus
des papillons plus tout ce qu'on essaie
de sauver avec des grandes lois avec des
grands principes avec des grandes règles
avec des grandes charges finalement les
paysans l'ont mis en oeuvre ah ça c'est
fantastique
moi quand j'étais content marceau la
suite j'ai réussi à le mettre
moi ça me fait penser à mathieu est ce
que nous apporte mathieu sur le regard
en fait et j'explique des choses il est
bon mathieu boys sont tous bons là en
fait mathieu c'est un alter ego pour moi
de là plantes annuelles bisannuelles ou
vivaces moi je m'occupe des plantes
pérennes mathieu s'occupe de d'alimenter
les animaux je connais un éleveur qui me
dit mais moi je suis pas éleveur
d'animaux je suis éleveur d'herbe les
animaux mangent de l'herbe et en fait ça
c'est pour moi un changement dans la
manière de penser les choses on
s'aperçoit que une prairie qui est
pâturer correctement sur lequel on gère
correctement la manière dont les animaux
mangent l'herbe est plus productif que
si on ne l'a l'entretien pas et c'est ça
qui est extraordinaire ça veut dire que
on peut mettre du plus partout stimuler
parce que on produit et c'est ça qui est
fantastique dans cette vision de
l'agriculture et de l'élevage au tour
l'agriculture on doit pouvoir utiliser
l'animal non pas comme quelque chose qui
va compenser dépenser trop qui est un
aliment qui dégradent en fait c'est un
aliment qui permet la gradation c'est ça
qui est fantastique
alors bien sûr il faut séparer les types
d'élevage pour faire des grandes
quantités de matières organiques que
l'on va faucher exporté pour nourrir des
animaux batterie là c'est sûr qu'on
ferait mieux d'arrêter de manger des
aliments batterie il n'y a pas de doute
là-dessus mais par contre là se poser la
question de savoir d'où vient notre
alimentation
comment elle est nourrie comment elles
participent au système ça c'est
fondamentalement important je crois que
il faut remettre ce sujet au coeur du
débat qui souvent un peu galvaudé avec
ses idées de savoir si on doit ou pas
manger de la viande en tant qu'humain 6
à polluer ou pas il faut remettre ça au
coeur du débat
et bien sûr qu'il faut manger de la
viande c'est absolument nécessaire de
d'élever des animaux on est construit
pour ça mais il faut le faire avec la
conscience de l'impact de ces animaux
sur notre système avec des indicateurs
des résultats par exemple voilà juste
modeste modeste poirier taille élaboré
pour que la juste quantité de lumière
tombe sur les légumes qui sont juste en
dessous miam miam miam miam
oui ça souvent on pense que les
ruminants les animaux il mange crue de
l'herbe et ça c'est une vraie erreur que
l'on fait c'est c'est pas du tout ça qui
se passe en fait les animaux ils adorent
manger des plantes
ligneuse et on le voit quand on est dans
un prêt et qu'on mondes un arbre en
était une partie de l'arbre bien sûr
faux pas et monde et tout l'arbre en est
et si non il va physiologiquement
dépérir mais quand on en est mon d'un
arbre en plein été on s'aperçoit que
l'intégralité du troupeau arif pour
consommer cet arbre là parce qu'en fait
il se passe dans une plante ligneuse
quelque chose de fondamental au niveau
de la diversité de la qualité de
l'alimentation en fait on parle de la
qualité de l'alimentation j'en parlais
juste avant pour l'humain mais il faut
aussi avoir cette conscience là pour
l'animal lui aussi en fête a besoin
d'une qualité alimentaire et si l'animal
mange bien l'humain mange bien et ça
c'est ça c'est fondamental
on a même mis le bousier parce que quand
on aura retrouvé le bousier dans les
prairies on aura vraiment la
biodiversité sur chaque mètre carré est
oui et ça c'est génial aussi d'avoir mis
en évidence j'ai une confidence
atmosphère faut pas que ça dure des
heures notre notre comédie là parce
qu'il ya du monde après nous dit pas si
le ca mais pose lui il est venu exprès
je passe rencontre il s'est trompé de
sortie d'autoroute mais il est quand
même là fallait pas m'inviter
je prenais un gros risque à te faire
venir on passe à mouvaux rigole donc on
pense à élever des animaux alors élever
des animaux est super mais en fait on
n'élève pas que les animaux que l'on
mange on ne lève pas que les animaux que
l'entrée ou que l'on utilisons les
lèvres aussi les animaux dans le sol
c'est-à-dire que quand on parle de
biodiversité fonctionnel moi ça me fait
très très peur parce qu'en fait ça veut
dire qu'on ne prend que ce qui nous
paraît être bénéficiaire est favorable
pour notre système
en fait le bousier c'est un animal quand
élèves parce qu'on élève des animaux qui
font des blues
donc oui quand on élève des vaches en
élève dépouillé faut que je fasse
attention à ce que j'ai emprunté
plusieurs photos à geneviève mais comme
elle n'était pas tout à fait dans la
salle encore elle était encore au café
mais mais en voilà une
en voilà une qui m'émeut beaucoup qui
m'émeut beaucoup parce qu elle parce
qu'elle dit tout elle dit tout elle dit
tout de l'arbre qui fait tout avec avec
rien si ce n'est un peu de un peu de co2
dans l'atmosphère dans des conditions
invraisemblables et c'est rogne ses
trois forages air qui nourrissent les
troupeaux qui ont permis aux paysans
sédentarisés de vivre
bien de leur de leur métier sont un
modèle et et si on est là aujourd'hui
c'est pas totalement par hasard si on
est à elle ne s'est pas totalement par
hasard parce que les chocs climatiques
sont d'une violence inouïe
1 la fréquence de lolo alliés encore
mais des fois le tombe à 100 mm en une
demi heure plus de 95% des sols
agricoles perte de la matière organique
perte du carbone donc de l'eau etc etc
et ça c'est de mon point de vue très
très inspirant parce qu'encore une fois
on sait jamais si c'est du bon sens ou
du génie paysans mais peut-être
geneviève durak c'est les deux cette
forêt cette forêt domestique qui lui est
si cher mars au matin on a super bien
parler de cette image donc moi la seule
chose que j'ai à dire c'est que c'était
la guerre il n'a pas son équipement de
protection individuelle lui manquait
armées et des cordes mais avec un peu de
chance il a une cro au pied de l'arbre
quand même pour eux et j'espère pour se
désaltérer et lui et lui on le trouve
on le trouve fin fond des pyrénées lui
gère la minitre au niger la clôture
vivantes végétales soudé élaboré et sa
mini tron il en fait du pâturage il en
fait donc du fourrage il en fait du de
la litière il en fait une protection
climatique des clôtures et de la clôture
et du bois de chauffage et lui on trouve
comme ça au coin des champs et il fait
tout il fait 5 fonctions juste avec avec
un frêne de tailles et de tous les deux
ans en plus il ya un truc qui est
fantastique c'est que c'est hyper
créatif le plessage en fait quand on se
met à faire du plessage ça devient
quelque chose dont on se sent tout d'un
coup investi d'un pouvoir créatif
fantastique et on n'en démord pas en
fait une fois qu'on a commencé en fait
c'est ce qu'on préfère faire parce que
ce qui reste c'est des constructions
aussi solide que des cathédrales et on a
juste donné quelques coups de hache que
l'on a plié et là ça donne un sentiment
de satisfaction qui est hallucinant
l'art et la manière de produire de la
biodiversité
on change on change de lieu on change
d'échelle mais c'est toujours la même
chose donne donne donne du carbone at-on
sol pour être autonome là aussi je les
pique et geneviève t'as vu je suis allé
chercher loin dans les archives car ça
c'est quand même génial cette nouvelle
manière de voir et je crois que là le
la dynamique mariage la charge et de
décharge la dynamique paraît chasse au
sol vivant la permaculture elle nous a
apporté un regard quand même qui est
fantastique sur le fait que le carbone
nourrissent les sols en fait ça nous
vient finalement de 7 de cette mouvance
là ce regard sur la permaculture qui
petit à petit nous a développé cette ces
tests là de jardin design de mettre de
la matière et puis on s'est aperçu que
ça marche et surtout les sols et c'est
ça qui est fantastique c'est qu'on
s'aperçoit là que la plante est bien
génératrice de tous les systèmes vivants
et qu'on peut se mettre même à cultiver
grâce à ces matières des plantes
annuelles qui aurait besoin normalement
on pensait de deux pas de concurrence du
tout et que pour faire germer une graine
d'une plante annuelle en objet tout
détruire pour qu elles germent et en
fait on s'aperçoit que c'est pas une
obligation
comme dit si bien hervé l'art
d'apprivoiser le soleil c'est de
cultiver la pluie et de faire des fruits
des légumes avec une très grande valeur
nutritive mes choix je crois que tu
viens de le dire
on n'oublie pas dans cette
agroforesterie clé de voûte de la
fécondité la fertilité des sols
on n'oublie pas la couverture on
n'oublie pas la fierté de ses
agriculteurs qu'il a aussi réussi des
prouesses absolument invraisemblable à
poser finalement au sol une litière qui
ressemble à s'y méprendre à celle d'une
litière forestière il suffit de marcher
en chaussons ou en sandales danses et
chants là on ne sent jamais de mots ton
sans jamais de difficultés des sols qui
sont pas du coup on précarité mais mais
dans une boucle de la fécondité absolue
puisque ici on roule et on s'aime
derrière donc on remet pas tout en l'air
on ne casse pas la couverture de survie
et encore moins l'épiderme encore ça
donne ça ouais encore une fois je pense
que christian prenez des risques là de
rester devant le rouleau
donc j'aurais pensé encore une fois oui
c'est vrai veut dire faites attention à
ce que vous faites quand même dans le
système agricole
ouais mais menée dans une jungle comme
ça parce qu'il peut y avoir des serpents
des léopards et parfois même parfois
même des dragons on al'âge en sorte de
on a la chance en habitant en france et
qu'on peut se balader à poil à peu près
partout sans prendre de risques ouais
sauf oui presque faire gaffe quand même
donc voilà c'est ça le couvert c'est ça
le prospère mais mais riche riche de ce
carbone pour que pour que c'est ration
du sol qui est qui est importante en
agronomie on va parler de verticalité de
porosité conrad y reviendra tout à
l'heure mais c'est ration permanente et
perpétuelle qui se joue sur chaque mètre
oui ça ça nous importe beaucoup là ce
que cette image mais m'évoque c'est que
jusqu'à il n'y a pas longtemps pensé que
faire des semis sous couvert et de
travailler en couvert permanent ce
n'était pas possible sans glyphosate et
puis on s'aperçoit que l on est en train
de développer des systèmes les
agriculteurs avec leur ingéniosité les
fabricants de machines avec leur
ingéniosité aussi quand ils sont au
service du système on se met à pouvoir
construire des systèmes de production
intensive avec des sols couverts en
permanence sans utiliser de produits
phytopharmaceutiques et ça c'est
fantastique c'est une très bonne
nouvelle
il ya encore à développer on a encore
beaucoup à progresser mais je fais
confiance à notre ingéniosité oui on ne
dira jamais assez la meilleure technique
de désherbage c'est une plante puisque
ici pas besoin de l'expression du remix
de la folle avoine du chardon ou autres
datura par exemple oui c'est les
conditions de levée de dormance et on
voit toutes ces graines là qui germent
uniquement quand elles ont la place de
germer quand elles ont un rôle à jouer
et donc ça c'est ce qui est fantastique
c'est de voir à quel point la vie est
belle et bien construite et que comment
toutes les choses se sont emboîtées les
unes dans les autres pour construire une
histoire une histoire globale collective
en fait ces plantes là sont toutes
indépendantes les unes des autres mais
en même temps elles sont toutes en
collaboration permanente pour construire
un monde paradisiaque
c'est ça qui est fantastique et c'est ce
message là qui est extrêmement positif
de voir qu'on peut toujours avoir cet
objectif de paradis de construire un
paradis vous avez la possibilité de
construire votre paradis
soyez soyons ambassadeurs de cette
agroécologie soyons architectes soyons à
grenoble
soyons biologiste soyons biodynamie sts
mais soyons aussi botaniste ayant une
connaissance fine de ces végétaux de
cette palette du végétal incroyable qui
nous rend tous les services dont on a
bien besoin
la solution elle est dans le végétal
n'est pas dans le métal n'est pas dans
la chimie elle n'est pas dans le
satellite et l'ehpad c'est des outils d
aide à la décision
mais la solution elle est
fondamentalement végétales les vrais
botaniste y en a pas beaucoup et c'est
ça qui arrive est compliqué on
s'aperçoit que la botanique c'est
quelque chose qui est sorti un peu de
l'enseignement comme l'écologie
d'ailleurs l'ecologie qui n'a jamais été
une matière et qui doit être la mère de
toutes les matières en fait on doit
faire des maths de la physique on doit
faire du français en faisant de
l'écologie et ça c'est quelque chose
qu'on a un peu
est ce qu'on voit avec l'apparition de
gens comme gérard ducerf qui nous ont
légué leur manière de voir la botanique
c'est que c'est pas simplement en
connaissant le nom des plantes qu'on
fait de la botanique
c'est en connaissant leur place et leur
rôle dans le système et ça c'est aussi
un regard qu'on doit développer en fait
on lance un appel puisque vous êtes ici
dans la salle
vous êtes sur la chaîne youtube de vers
de terre production que tout le monde
connaît maintenant on lance un appel
on cherche des botanistes on cherche des
botanistes venez rejoignez nous devenez
ambassadeur de cet engrais agroécologie
soyez des transmetteurs des impulseur
des stockeurs et des diffuseurs
d'information on cherche aussi des
naturalistes et les naturalistes et le
naturaliste ça consiste pas simplement à
prendre des photos d'oiseaux et des
comptes et ça signifie aussi nous aider
à en tant qu'agriculteur à comprendre ce
dont les oiseaux ont besoin pour exister
donc élevé des insectes pour nourrir les
oiseaux c'est quelque chose de
fondamental et donc il faut être
entomologiste pour être ornithologistes
et et il faut être botaniste pour être
entomologiste et vous voyez c'est
l'intégralité encore du système si on
connecte les choses entre elles c'est là
qu'on développe du regard de la
compétence et de et des outils et la
collection ça commence ici la connexion
ça commence ici
ce carbone il est là il est vivant il
est fertile il est utile il est en
symbiose et il permet il permet d'aller
chercher ce qui manque il permet de les
propulser les excès de connecter de
faire circuler de faire vivre et donner
la vie ce ces grands règne l'animal le
végétal est le règne fongiques qu'on
n'oublie pas mais que l'on remet
évidemment perspective tout le temps
jamais seul comme dirait marc-andré
c'est l'os jamais seul jamais seul en
fait quand on l'a on a deux personnages
qui nous qui sont autour de nous qui
nous qui nous qui nous encouragent qui
nous valide notre regard qui nous qui
nous qui nous le précisons à marc-andré
ses lacets avec os qui sont des gens
fantastiques sur leur manière de
concevoir la microbiologie je peux
remercier aussi là les travaux de claude
et lydia bourguignon qui nous ont mis
sur la voie et ça c'est fantastique on
est sur la voie grâce à eux ils ont
énormément fait évoluer les mentalités
sur la manière de concevoir la grosse
l'agroécologie quoi ça a été de bons
déclencheurs de bons déclencheurs tout
d'un coup un champ s'ouvre je le prends
les ingrédients sur la et je le traduis
rapidement vous avez vu les éléments de
constitution de ces de ces trames
arborer des projets gm a montré ce
projet parmi d'autres parce qu'il a été
fait par le vigneron que tu connais
d'ailleurs que tu connais bien suite à
des journées techniques et suite à des
formations c'est un viticulteur qui a eu
une chance fantastique c'est qu'il a
embauché quelqu'un qui a un naturaliste
un des trois meilleurs naturaliste de
france et qui a une vision vraiment
globale du système et on a vécu des
moments fantastiques où il nous a
expliqué comment le vignoble de ce
viticulteur là qui est que ces
viticulteurs son mari et florian kurt et
en savoie s'est transformé au fur et à
mesure qu'ils ont changé de manière de
cultiver leur système et ça c'est ça
c'est vraiment génial c'est l'arrivée de
la faune il nous a raconté le processus
d'arrivée de la faune dans le système
absolument en voilà d'autres des schémas
pour que chacun traduisez s'inspire ça
c'est le travail qu'on réalise en ce
moment avec avec le fameux mathieu qu'on
a déjà bien nommé qui même s'il est au
fond de la salle reste malgré tout
premier de la classe et puis voilà on
fait un petit tour en corrèze un petit
signe à hervé que tu viennes nommé et
puis toi aussi pour voir ici un
agriculteur qui finalement est un
autodidacte qui dit tous les ans moi je
plante 500 arbres plein de 500 arbres et
bien en plantant 500 arbres par an ça
donne ça donc on voit bien le phasage on
voit bien l'âge des arbres
sauf qu'on voit aujourd'hui que cet
agriculteur gagner autant d'argent avec
les châtaignes puisque ce sont des
châtaigniers qu'avec son élevage qui est
lui-même protégé et en pâturage tournant
et c'est donc voilà cet assemblage cet
assemblage de principes élémentaires qui
sont des graines en l'occurrence des
châtaignes l'appui qui finalement font
des aventures des crises adjacent la
corrèze en fait été intégralement
construite comme ça bien avant que ce
cher agriculteurs face ce job et on
s'aperçoit que l'intégralité des tày qui
a en corrèze c'était des anciennes
châtaigneraie avec des spots de
d'anciens châtaignier qui
on qui ont été abandonnés transformer en
taillis qui aujourd'hui sert simplement
à construire malheureusement du bois
énergie et d'une catastrophe je pense
que replanter des châtaigniers et
recultivée des châtaignes ce serait pas
une moins bonne solution ça aussi
qu'elle passe par le cochon par notre
estomac c'est pas mal voilà rapidement
les produits les produits de cette
agroforesterie si c'est plutôt du bois
fertilité ça pourrait être du bois
énergie
ça pourrait être du bois litière l'idée
de wim et les arbres ils vont prendre de
la place rubben peut-être qu'il prenne
un peu de place mais cette place elle
est tellement compensée par d'autres
d'autres services ils vont prendre du
temps oui mais ce temps donne derrière
des ingrédients des éléments mais il ya
une énergie phénoménale dans le bois
d'ailleurs il suffit de mettre en brique
et d'allumer des copeaux de bois pour
s'apercevoir que l'énergie contenue dans
le bois est extraordinaire essayez de
faire brûler une un petit tas de fientes
de poule comme nous dit françois mulet
et bien vous verrez que ça va fut mallet
qui a pas beaucoup d'énergie contenue
dans la firme de poule pourtant c'est ce
qu'on utilise pour aggraver nos systèmes
hockey petites images sur ces
indicateurs de résultats qui nous
tiennent à coeur qu'il n'y a pas de
système agricole quelle que soit la
latitude la longitude l'échelle la
taille et la forme qui échappe à
l'agronomie et à l'agro écologie et
polluent reviendra dans quelques
instants
un indicateur de résultat qui nous tient
très à coeur c'est de savoir si on
stocke aussi aux des stocks est ce que
l'onda grade ou est-ce que l'on dégrade
voilà pour finir avec cette
agroforesterie potentiel clé de voûte et
cette empreinte cette empreinte est ce
que je suis dans un paysage agro
forestiers

Partager sur :