Nicolas HALLEGOUET - Pommes de Terre et couverts végétaux - 2/2

De Triple Performance
Aller à :navigation, rechercher
Vidéos - Ver de Terre production (9 mars 2018) - Nicolas Hallegouet - Durée : 23 minutes

Thumbnail youtube K8Os LFXeR4.jpg

2/2 - Nicolas HALLEGOUET - Des Pommes de Terre en Rotation Courte... A 12 Espèces !


Aujourd'hui, une visite de ferme de Nicolas HALLEGOUET, producteur de pommes de terre à Guipavas (29). Il nous explique ici comment il a réussi à faire de l'agriculture de conservation et de la rotation courte sur pomme de terre.


Transcriptions

non en fait c'est ce qui se passe là les

cailloux je les mets sur le côté donc
après ils sont juste en dessous là et je
les retrouve à chaque fois que je passe
sous les 3 ans le seul constat que je
fais c'est plus savoir et moi j'ai
besoin d'aller profond ouais parce que
plus j'ai de terre fine plus la terre
est facile à travailler donc finalement
moi j'ai voilà plus j'ai peut faire des

Afficher la suite

petits billon et donc moi je consomme de

cardio et moi j'veux plus je peux aller
vite en français c'est par rapport à des
voisins où il leur faut alors est
beaucoup plus de puissance de traction
pour faire le même travail et on se rend
compte que plus aussi mots on a besoin
dans les profonds et moi on va des
structures et le sol également quoi
puisque bon des clés
une dague le sol comment cela serait ce
lié s'assécher en fait tous les années
sic beaucoup de vers de terre comme
descendent en dessous de la zone
travailler ce qui fait qu'on les
préserve et on les retrouve soit à
l'automne soit on était si la pluie
revient dans les buts
en fait est un petit peu bon surtout en
bas on a des zones plus riches en limant
et on peut être sujet à la bataille on
ira tout à l'heure ça vous permettra de
voir un peu la battance à l'extérieur
donc là en face vous avez le semoir de
semis direct que j'utilise pour
l'implantation des couverts végétaux et
du blé d'hiver et du blé de printemps
lorsque je peux dire quand même sur le
matériel c'est c'est pas la marque qui
va faire la réussite dans le smi c'est
vraiment là là comment la le sol lui
même quand il est réceptif ou pas voilà
être semer en direct on se rend compte
que peu importe la marque parce que
souvent les gens ils se focalisent
autour de la marque du matériel pour
savoir lequel est le plus performant
finalement chaque matériel à des
avantages et des inconvénients mais je
crois après c'est la façon dont on gère
le sol et l'a notamment la surface qui
fait la qualité d'implantation tout
simplement
donc là c'est un semoir de trois mètres
de large
voilà qui mécanique qui sape la règle et
kim que j'utilise
voilà trois fois par an kwh avec un
tracteur de son faux en général je roule
en verre soit 5,6 km heure
le plus important plus la végétation est
grande et mieux c'est et mieux sa route
dans le département on a un peu toutes
les marques de matériel ou ça nous a
permis de comparer mais très vite on
s'est aperçu que c'est là c'est plus la
façon dont on gère les couverts végétaux
qui font la qualité de travail coct
bon à côté de ça dont on a une tamiseuse
donc ça c'est une machine qui permet de
séparer les mottes et les cailloux de la
terre fine c'est pas un outil travail du
sol c'est important de le préciser
c'est juste un outil pour préparer le
lit de semence de la pomme de terre
cela permet de faciliter après la
récolte et de limiter les endommagements
des tubercules ce qu'on se retrouve avec
une terre sans caillou j'ai pas
forcément beaucoup de cailloux puisqu'au
fur et à mesure de mon laborde qu on a
beaucoup moins de cailloux dans le
profil mais il y en a toujours un peu et
ses petits cailloux peuvent poser
problème lors de la récolte d'où l'idée
de les mettre de côté et puis on les
retrouvera près dans le profil pour le
blé
projet pareil aussi par rapport à la
force de traction je suis sur une
puissance que de son fou et je roule à
entre 5 et 6 km heure ce qui est quand
même correct puisque la terre est
tellement facile à travailler l'objectif
de cette machine c'est c'est juste de
séparer les canines
par rapport à ça je pourrais pas me dire
que par rapport au début je faisais à
peu près 800 heures de tracteur par an
aujourd'hui j'en fais plus que 400 donc
j'ai diminué par par delà le nombre
d'heures de travail mais 400 heures cela
représente quand même plus de deux mois
de deux mois plus de deux mois 35 heures
par semaine donc c'est conséquent les
économies qu'on fait derrière puisque à
léon j'estime à peu près six mille 6000
euros par an d'économiser en entre
l'entretien et le carburant plus sa
pression mais une valeur un chauffeur
dessus où je suis à peu près à 15000
euros
quinze mille euros pour simplement 30
hectares donc ça veut dire que pour une
fois on ferme de 100 hectares on serait
à 45000 euros d'économies rien qu'en
force de traction
donc si on va pour une ferme de 200 ans
a fait 90 mille euros donc là les
chiffres pas par eux mêmes et là je ne
parle que de la force de traction
derrière après il ya tout toutes les
machines si on était en systèmes
conventionnels et para moi j'ai une
approche ou un tracteur pluies dure et
plus il est rentable
donc ça veut dire moins il fait d'heures
et moi il est en tain et plus il est
rentable
beaucoup de gens en conventionnel non
pas cette approche donne pour beaucoup
de gens conventionnelle maps lui fait
d'heure plus tard elle le tracteur est
rentable mais ça veut dire que plus il
coûte cher aussi comme quelque part ça
veut dire des renouvellements beaucoup
plus important
je préfère investir de l'argent dans des
semences de couverts végétaux non les
voilà dans le végétal plutôt que
qu'investir non voilà dans du carbure
aux aidants dans la machine
bon c'est intéressant les racines ça
descend verticale il n'y a pas grand
chose qui les arrête
ce qui est intéressant quand même là on
est un mi janvier 2018
vu les quantités d'eau qu'on a eu cet
hiver on se rend compte que la terre
elle et elle est presque sèche entre
guillemets elle serait cdu c'est du
billard et ça il ya que le ya que les
couverts végétaux et la façon de
pratiquer on a une culture de
conservation qui nous permet d'avoir ce
à quoi on se rend compte qu'une main une
terre comme ça dans la tamise ça va
s'effriter à une vitesse
donc j'ai besoin de peu de passage en
fait de d'outils pour avoir un lit de
semence pas fait pour la pomme de terre
crue
et ce qui est important c'est voilà la
terre doit tenir autour des racines quoi
une terre qui tient pas autour des
racines c'est qu'elle est donc ici en
précédent c'était humble et un blé de
printemps
donc on retrouve encore un petit peu les
pailles mais il reste plus grand chose
en fait tout a été la letonne dernier on
a eu un peu d'eau ce qui fait que la les
pailles se sont dégradées beaucoup plus
rapidement que l'année dernière et
derrière
bon heureusement qu'on a le couvert
végétal pour faire la protection contre
les contrôler plus qu'en l'hivernale
mais bon l'objectif c'est toujours faire
le maximum
donc pour ça l'idée c'est j'essaye de
semer le plus tôt après la récolte de
blé le plus tôt possible parce que
l'aller c'est vrai que les journées une
journée au mois d'août ces deux journées
en septembre ces quatre journées en
octobre donc c'est vrai qu'il faut aller
très très vite après la récolte pour
pour implanter le couvert et pour lancer
la voilà je sais me sens moi donc je n'y
a pas de déchaumage on laisse les
pailles en surface
et puis on implante voilà
on s'applique on roule à six kilomètres
heure l'idée c'est vraiment de
s'appliquer comme un comme un couvercle
parti au moment où on a mis 50 60 euros
dans la dans la graine autant aller au
bout de la démarche est bien faire les
choses quoi puisque après on voit que
quatre mois en fin mai quatre mois
quatre mois et demi après on
on récolte les fruits sains parce que là
on va se retrouver avec une terre qui va
être ça va être du billard quoi à
travailler ça demandera peu de peu de
carburant que mécanisation parce que la
terre elle est déjà l ai fait là donc
c'est la seule culture où je vais faire
on va faire un broyage mécanique autant
pour l'assemblée de printemps là on sème
dans ce genre de couverts lors la
semaine prochaine on va semer s'est
découvert comme ça par contre ma pour
les pour la pomme de terre comme il ya
un travail mécanique un moment donné on
est obligé de faire un broyage comme
pour faciliter après le travail des
engins mécaniques notre roman
globalement où en est on
jean n'en vois pas trop l'intérêt pour
nous broyer c'est c'est gaspiller du
carburant pour rien quoi parce que la
nature est capable de tout dégradé et
les avantages d'un couvert vivent bien
vert c'est la terre tient beaucoup mieux
aux racines
ce qui fait que le disque ouvreur est
l'élément summer vont faire un bien
meilleur travail aussi quand on préfère
toujours travaillé dans découverts
vivants vraiment bien enraciné que dans
des meules soudée
non et au delà du côté physique de ses
racines c'est que ça veut dire qu'il ya
aussi aujourd'hui une microbiologie il
ya une dynamique avec ses couverts
vivant qui vont il y aura pas cette
rupture alors que si on avait un match
qui était là depuis qu'ils étaient
broyées depuis un mois on aurait pu
cette dynamique biologique derrière et
un sol dès que là il ya plus de plantes
vivantes
il va ce retard est automatiquement
là aussi on broie on arrête la
végétation un mois après très vite on
perd on perd la porosité la structure
puisque si un peu d'eau à venir derrière
ça ça ça se tasse automatiquement quand
c'est vraiment la racine qui soulève et
qui est avec l'association de la
microbiologie qui permet cette aire est
toujours le seul la seule exception
c'est au moment où on va mettre la pomme
de terre
c'est le seul moment où là je reconnais
j'ai un plan dans une terre qui est
entre guillemets qui est morte mais
aujourd'hui on n'a pas trouvé vraiment
de méthode pour à planter les pommes de
terre comme ça dans découvert un moment
donné la mécanisation ne serait pas
adapté à des la forte végétation et puis
bon il faut être pragmatique donc on ne
peut pas non plus
je pense qu'on parti au moment où on
arrive à sortir 80 quintaux de blé après
pomme de terre c'est que finalement le
blé a c'est pas si mal comporté derrière
quoi mais ce que je disais partout le
moment on ne touche plus vraiment que la
surface la réparation se fait aussi plus
rapidement quoi c'est sur ce si on
travaillait sur 30 35 cm de profondeur
ce serait plus long à réparer que quand
on travaille que sur 15 cm oui avec avec
déjà 15 centimètres de sol on est pas
mal puisque la terre est tellement
friable que y'a pas grand chose ouais
voilà il n'y a pas de donc ici c'est un
couvert où il ya des mélanges d'avoine
blanche de moutarde brune de moutarde
blanche de il ya du radis il ya eu de la
facilité à moment donné mais le gel un
peu secoué les traits font plus de mal à
s'implanter il y avait un peu de ferrol
il y avait il y avait un peu de weis à
un moment donné je crois aussi mais bon
non après même on nous dit la phacélie
attention par rapport aux clercs ati
intentions mais je pense qu'à un moment
donné six cantons mais par petites doses
finalement ce qu'on n'a pas parlé de
quelque chose là les nématodes par
exemple je pense qu'une des meilleures
façons gérer les nématodes c'est
justement cette diversité de plantes que
c'est souvent quand on tombe dans des
voies là dans l'excès de la monoculture
de la mono espèces qu'on a des problèmes
de nématodes mais parce que la pomme de
terre comme beaucoup de plantes sont
sensibles aux nématodes notamment les
légumes et de pouvoir introduire une
diversité d'espèces fait que l'on gère
aussi les nématodes indirectement donc
après scientifiquement bon voilà il n'y
a rien qui est prouvée ou c'est juste on
revient aux fondamentaux et puis on
s'appuie sur ce qu'on pense qui voit
qu'il ya une certaine valeur c'est là
les fondamentaux et puis après le reste
la nature fait le reste
donc ici on est sur des sols un peu plus
lourd que ce qu'on a vu précédemment là
on est rare yvan fond de verre l'oeil
dont il ya plus de l'immo donc ça
ressemble un peu plus à la terre que
vous avez par chez vous en
seine-maritime
donc ici on est sur un blé semé vers le
20 octobre dans un couvert de de
moutarde blanche et de sarrasin
avec un précédent pomme de terre primeur
donc le couvert a été semé vers le vert
fin juillet vers la fin juillet et en
deux mois et demi on avait une
végétation qui faisait un maître un
mètre cinquante d'un mètre soixante on
voit bien il reste encore comme des
tiges conséquences
oui aucun au contraire au contraire et
au delà de ça c'est que ça bon la
moutarde a vu le temps de faire un peu
de grain et ça permet aussi à de nourrir
ce qu'on n'a pas beaucoup parlé de la
faune qui nous environne mais pas tous
les oiseaux après viennent manger en
hiver toutes les graines qui reste sur
les couverts végétaux donc ça aussi une
fonction de la de de protéger le sol
c'est que ça permet de nourrir toute la
faune environnante et cette faune je
pense qu'elle a aussi une fonction dans
la laque de production agricole alors là
ça mange des insectes ça mange voilà les
oiseaux laisse également le petit chien
qu'elle l'est c'est aussi une
réorganisation du phosphore donc ça tous
à un moment donné ça à l'échelle d'un
territoire
ça ça peut compter quand donc il faut
les prendre comme des comme des alliés
donc si on peut leur donner un peu de
nourriture en hiver indirectement il
faut le faire quand il faut le faire
mais directement ouais parce qu'au début
là là là ça commence à s'affaisser mais
au début c'était tellement les tiges
était tellement de boue que général et
ouais les étourneaux les ils ont
beaucoup de mal à attirer en nombre
puisqu'ils sont allés il ya tellement de
tiges verticales qui ils ont du mal à
trouver des pistes d'atterrissage en
fait ce qui fait que c'est une façon
aussi de se prémunir et les ces genres
de prédateurs sont habitués à voir des
sols nus dont qu'ils ont du mal après
ils sont pas habitués à voir des semis
de blé dans des dents découvert et donc
visuellement
ils sont pas plus attirés par ces
parcelles là ils préfèrent aller sur une
parcelle qui partent parfaitement
alignées au cordeau avec la herse coincé
à thivel ce mois plutôt que venir dans
des parcelles
voilà où il ya plein de débris il ya
plein de par contre après la la je pense
que là la faune qui nous intéresse les
maisons gens viennent par la suite et
après ils viennent manger beaucoup plus
de choses quoi mais donc les étourneaux
le fait d'avoir avancé y est les dates
de semis ici de quinze jours trois
semaines ça nous a solutionné aussi tous
ces problèmes d'étourneaux parce que
souvent les étourneaux par exemple il
arrive à une période de l'année où les
le froid est déjà là quoi ce qui fait
que les semis nous ils sont déjà bien
implantés dont il n'y a pas de risque de
dommage donc la halle on reconnaît un
par rapport à la terre cimeterre qui
était voilà on voit une terre qui était
travaillée mécaniquement n'y a pas si
longtemps que ça par rapport à la terre
qu'on a vu précédemment
et donc voilà il ya tout un travail de
ben voilà pour redonner de l'agrégat des
agrégats à la terre mais ça ça va venir
assez vite quoi déjà avec les racines de
blé elles vont fur et à mesure elles
vont coloniser ici un ver de terre l'un
qui qui fait aussi son boulot en surface
on voit yahia qu un maillet un peu de
battance mais c'est pas non plus par
rapport à ce que tu as que tu peux voir
on voit quand même que les les racines
du couvert ont déjà fait un certes un
certain boulot et que le blé va
continuer à restructurer et puis les
vers de terre ou ce qu'il faut en
surface donc au fur et à mesure ils vont
ils vont qu'à me reconstruire des
galeries ouais voilà voilà donc c'est un
éternel recommencement
je pense qu'au fur et à mesure qu'on
comprend un peu les rouages les tenants
et les aboutissants s'il y aura de
toujours de plus en plus vite que je
pense que au fur et à mesure après pour
nous c'est voilà c'est la condition pour
faire de la pomme de terre on n'a pas le
choix
mais on voit quand même voilà c'est ça
se tient comme ça siens et pourtant la
gelateria alors c'est sûr que
visuellement un agriculteur dans le
conventionnel il est complètement
choqués de voir ça aujourd'hui moi c'est
vraiment le contraire je suis choqué de
voir un sol nu quoi et quand je vois mes
pommes de terre tant qu'elles sont
partants qu'elle recouvre pas le sol
j'ai l'impression que c'est comme si on
le stérilise comme le sol au soleil
comme alors que bon là c'est vrai que
pour un conventionnelle bad et voir des
résidus au sol comme ça ça c'est pas du
travail bien fait

Partager sur :