JOURNÉE NATIONALE SOL VIVANT - MARCIAC 2018 - Alain CANET

De Triple Performance
Aller à :navigation, rechercher
Vidéo - Ver de Terre production (10 août 2018) - Alain Canet - Durée : 16 minutes

Thumbnail youtube PLopvYFQ1r0.jpg

JOURNÉE NATIONALE SOL VIVANT - MARCIAC 2018 - Alain CANET


Agriculture & alimentation, comprendre ce que nous mangeons !

Cette journée du 3 août s’adresse à tous les professionnels du secteur agroalimentaire tout comme au grand public curieux de découvrir les bénéfices associés aux pratiques agricoles sur sols vivants.


Transcriptions

le sol vivant parce que c'est quand même

le thème de la journée c'est quand même
une grande première aujourd'hui on est
là c'est la première journée nationale
des sols vivants qui fait ce lien entre
une agriculture optimiste bio fils qui
répond aux grands enjeux
environnementaux actuels ce qu'on
appelle l'agroécologie vous avez
sûrement dû entendre parler de ce mot et

Afficher la suite

une alimentation saine qui a du goût

ekin empoisonne pas alors aujourd'hui je
pense que si vous êtes là vous savez
mais il ya beaucoup de gens qui savent
pas quelles sont les valeurs des
produits qui a dans dance dans les
assiettes
on ne parle pas de prix mais des valeurs
environnementales
est ce que c'est bon pour le climat pour
la santé pour le social l'économie tout
cet ensemble de valeurs que porte un
produit aujourd'hui on va on va
disséquer tout ça avec tous nos
intervenants de la matinée l'hypothèse
posé sur la table ce matin et plus
largement par la thématique de
l'agriculture du vivant donc c'est une
agriculture qui repose sur trois piliers
des seules vivant toujours couverts et
jamais travaillé et le retour de l'arbre
dans les systèmes agricoles
si on parlera en introduction je vais
essayer donc au fil de cette matinée on
va voir donc des techniques on verra que
les les vers de terre ne sont plus à
négliger que les sols sont à nourrir et
respecté que la biodiversité
on ne la protège pas mais on la produit
je sais que tu aimes bien cette formule
et il faut la folle a répété et on
comprendra aussi pourquoi le fagot
forestier à de multiples valeurs
peut-être que tu nous le magret le
magret agroforestier on va voir en
fonction de deux niveaux d'appétit si on
reste sur d'animal du végétal et enfin
on verra pourquoi il faut penser le
changement d'échelle de cette
agriculture
parce qu'on est déjà quinze mille
agriculteurs en france mais il faut
atteindre le million gagner les hectares
de sols vivants les uns après les autres
et donc c'est pour ça qu'on est là
les partenaires du jour le montre c'est
le lien entre le sol et l'assiette ou le
sol et les selles comme on verra avec
marc-andré c'est l'os avec tous les la
microbiologie qui fonde les
civilisations alors un dernier mot donc
tu l'as dit l'organisation donc ce matin
on va faire des interventions jusqu'à
11h30 une heure de questions vous
donnera la parole n'hésitez pas à poser
des questions
on passera entre vous la parole est
libre on va ensuite à la ferme de
refaire pour déjeuner si vous n'avez pas
votre déjeuner vous pouvez venir avec on
continue à discussion avec les
intervenants c'est sur la d3 17h la
suite des conférences et ce soir je
crois qu'il ya un spectacle sur les vers
de terre et maintenant goethe introduit
à nouveau parce qu n'est pas que
directeur d'arbre et paysage 32 tués
agronome agroforestier tu es né sous les
arbres et donc tu vas nous expliquer
pourquoi cet arbre est si important pour
l'agriculture que nous construisons je
vais essayer je vais essayer reste reste
le reste près de moi une mélodie jpack i
à marcel bouchez dans la salle c'est
quand même incroyable
et pareil qui arthur buresi donne
l'option marc-andré c'est l'os et que du
beau monde
les amis des plantes incroyable oui
tiens au fait je terminais un petit
cadeau jeter a mené une prune parce que
cette agriculture du vivant elles
comptent pas pour des prunes et et une
prune sur du vivant avec de la biologie
avec des micro organismes avec des
champignons avec des coopérations des
juxtapositions en plus sous cette peine
peut être qu'il pousse du blé ou du
petit et pose enfin peu importe
enfin une prune du vivant vous le savez
il ya un fait est il ya magret et
magrets et il ya plus n'est plus il ya
la peine du vivant et puis la plume du
moins vivant bon on a toute la matinée
pour en parler à ce sujet de société
on met la prune au coeur de la société
voilà je te l'offre et on aura
peut-être bien besoin parce que c'est de
la prune du vivant donc salue sa fille
de la patate
ah oui elle est à bloc alors du coup je
vais avoir évidemment la lourde tâche de
démarrer la lourde tâche d'attendre que
la salle se remplissent donc je vais
essayer d'être un petit peu long je vais
aussi avoir la lourde tâche de vous
parler des mots de l'agriculture comme
ça on n'en parlera plus parce qu'il ya
toujours un gros un petit un méchant
hein pas gentil un bios en conventionnel
inquiet plutôt à droite un qui est
plutôt maladroite qui est plutôt mal à
gauche qui est plutôt à gauche inquiète
plutôt viticulteurs inquiets plutôt
éleveurs
il ya des mots dans l'agriculture et les
mots et mahut x extrêmement important je
vais vous en montrer quelques-uns c'est
un constat général est généralisée quand
on a préparé ces journées on ne savait
pas encore séjourner à la demande de
jazz in marciac
comment on vient au festival comment
manger comment on coopère et on discute
et on pose ses sujets de société sur la
table nous ne savions pas encore que
nous allions vivre une période
d'inondations sans précédent dans
l'hexagone mais une période d'inondation
c'est avant tout une période d'érosion
bien évidemment alors en quelques mots
cette agriculture
elle en est là aujourd'hui elle est
basée sur un dispositif qui dans ce
secteur parce qu'on parle de ce qu'on
connaît bien s'appelle agro et surat
gros ou caractérise des fermes on les
identifie il ya des agriculteurs dans la
salle ils témoigneront ce soir on
regarde ce qui s'y passe et on émet des
objectifs de résultats de qualification
de quantification et de progression on a
ver de terre production là j'ai pas le
t-shirt aujourd'hui c'est pour ça que
j'en fait la réclame au tableau vers de
terre qui tue la cellule d'amplification
toutes ces bonnes pratiques et puis
agriculture du vivant dont on parlera
qui en bio comme en conventionnel va
étayer structuré et accompagner cette
progression de l'agriculture vers la
fertilité
puisque vous le savez mais françois
mulet m'a demandé de le répéter une fois
de plus aujourd'hui dans toutes les
agricultures à 95% dans 95% des cas nous
perdons chaque jour qui passe de la
fertilité toutes celles qu'on voit
couler dans les rivières et finir dans
les estuaires
donc cette question d'alimentation et
lés cruciale elle est fondamentale est
ce que je mange du vivant que je mange
quelque chose qu'il est un peu moins
voilà le territoire qui nous préoccupe
le territoire agroforestier avec ses
arbres dispersées et diluées dans le
territoire l'arbre comme maillon
de cette boucle de la fertilité comme
maillon uniquement mais en principe dans
les boucles quand on enlève les maillons
ça pose parfois quelques problèmes
quelques problèmes de sols nus de sol
trop pulvérisé de sol trop travailler
vous voyez la photo aérienne 80% des
sols de cet espace sont nus donc en état
de précarité avancé et plus ils sont
clairs - ils contiennent de matières
organiques et plus elles sont claires on
est sur la roche-mère essayer de faire
l'agriculture y compris biologique sur
la roche mère ça va être un petit peu
difficile
regardez sous nos latitudes ce que l'on
voit des prairies qui ne pousse plus des
vaches qui ont faim et les tracteurs qui
se perdent dans les déserts
quand on me dit est ce que tu es déjà
dans le désert je dis oui tous les jours
la définition d'un désert c'est un pays
sans arbres essence ou et puis quand on
se rapproche malgré tout on fait une
culture parents et on a toujours du sol
nu on a toujours du sol craquelé
on a toujours du sol un sol et quand on
sait que le soleil a les ultra violets
ne devrait jamais le toucher sous sol la
regarder l'état de difficultés regarder
l'état de précarité d'un côté du
tournesol de l'autre côté du soja de ces
plantes pour pousser dans ce qui
s'appelle communément du béton alors on
a misé sur la matière organique sur le
compost ça n'a pas fonctionné
on a toujours autant de mauvaises herbes
dans les champs on a toujours autant de
coulées de boue on a toujours autant de
fissures de craquelures de période on
est très humide et très sec
on est encore dans la poussière
parfois on s'enlise et ensemble bourbes
dans cette hydromorphes y prononcer avec
gérard ducerf nous avons trouvé sur le
même mètre carré de sol il ya quelques
jours une plante de désert est une
plante de milieux aquatiques dans un
champ à 400 mètres d'ici c'est somme
toute
mesdames messieurs un peu inquiétant on
pulvérise toujours ça nous empêche pas
d'avoir des maladies et des mauvaises
herbes
regardez le fond de cette bouteille
quand on fait un peu de prélèvements
dans l'eau de nos rivières celle que
nous buvons dans le département du gers
heureusement le ver de terre revient au
galop
regardez ce que nous trouvons dans nos
vergers ça fait pas forcément envie
regardons ce que nous trouvons soon
auxerre une poignée d'engrais une pomme
de terre une plants de tomates
ça c'est en bio mais ça pourrait tendre
conventionnelles en aucun cas les
racines vont dans le sol
elle reste dans la poignée d'engrais
donc ici nous avons une agriculture bio
en sous sol
posé sur le sol
et pourtant et pourtant partout où elle
peut la terre appellent des arbres
regardez ce champ qui n'a pas été
cultivé pendant deux ans la dynamique de
pouce l'appel de la lignine l'appel de
l'arbre cette nécessaire ration du sol
alors du coup on a regardé un peu plus
finement
il est content marc-andré il est ravi il
est venu exprès pour nous il arrêtait
l'écriture de son prochain livre pour
être in marciac
monsieur c'est l'os en personne est ici
déchirure des champignons et bactéries
des micro-organismes à tout un tas de
trucs qu'on avait probablement somme
tout oublié même la limace cher à hervé
qu est ce qui fait une grande partie du
boulot encore fallait-il l'accepter s'en
rendre compte
et puis celui-là il faut qu'ils bossent
tous les jours qu'ils aient à manger que
ces conditions pour la trappe âge
l'enrôlement et la mise en cavité de la
feuille puisse se faire dans de bonnes
conditions
évidemment sous chaque coup de bêche
on doit trouver 4 vers de terre y
compris des gros qui aurait plusieurs
années puisqu'on va vouloir manger nos
paysages
à l'avenir la france
il y avait longtemps alors cette
agriculture du vivant elle arrive
doucement elle arrive doucement et à
toutes les échelles
elle oppose personne puisque toutes les
agricultures ont besoin de progresser
je suis maraîchers je fais de la grande
culture je fais la même chose c'est
chaque mètre carré qui compte sur la
partie droite
je suis en train d'écraser un couvert
végétal je le roule je sème dedans mon
couvert végétal a nourri mais
pollinisateurs a nourri et protéger mon
sol monsols ayant eu sa ration il va pas
faire pousser une plante on dira plus
jamais mauvaises herbes
surtout quand gérard dans la salle une
plante bio indicatrices de la fin ou du
manque ou de l'excès le sol est nourrie
j'écrase je sème somme toute comme dans
la litière forestière où mon gland tombe
lentement je vais essayer de faire du
hervé covès ça va peut-être marché et là
mon gland qui tombe doucement par la
litière trouve que la vie est belle des
agriculteurs un peu fou qui sème en
direct du blé dans la prairie pour faire
du pain vivant avec du foie gras
succulent celui-là était dj à ses heures
perdues comme il savait pas il a osé et
ça a marché
hop là
au coin des campagnes des trognes
toujours des treuils encore des trognes
des jeunes qui se forment qui
s'informent qui travaillent qui
coopèrent avec toute la difficulté de
l'installation et du foncier
et puis des vieux des vieux qui partent
sans reprise avec une pyramide des âges
un peu impressionnante des trognes que
l'on taille et les arbres qui furent qui
fournissent de la biomasse qui
fournissent de la biodiversité de l'eau
des micro climat est de plus en plus et
qui fournissent du bois sans qu'on les
coupe jamais au pied
voilà la normalité elle est là vous avez
vu mon pied de soja tout à l'heure voilà
un nouveau pied de soja dans une litière
forestière un précédent insolent
occupations chez christian abadie iléo
christian se cache c'est chez toi ça non
ça marche bien
la question de l'énergie de l'élevage
qu'est ce qu'on va faire de nos
territoires
le poulet agroforestier on sait qu'il a
lui tu sois plus de valeur que celui qui
ne l'est pas des essais des échecs en
couvert végétal comme en agroforesterie
mais des échecs compris analysé traduit
et aujourd'hui en mode de développement
de la biodiversité des auxiliaires de la
vie partout à tous les échelles à toutes
les échelles
au milieu de cette agriculture regarder
au dessus de mes poulets chez des cires
j'ai des papillons j'ai des abeilles est
en dessous j'ai des vers de terre j'ai
des chauves souris dans la cavité de mon
art prêter tard avec des mycorhizes des
champignons qui vivent qu'ils coopèrent
qui s'informent qui se font passer des
éléments nutritifs
oui la symbiose et les coopérations
entre les plantes c'est quelque chose
d'important
et puis mon groupe d'agriculteurs qui se
réunit deux fois par mois qui échangent
qui traduit qui essaient qui vérifient
qu'ils modifient le semoir par exemple
pour être
toujours efficace alors voilà ces arbres
on les plante on les laisse pousser on
les gère on a besoin de jeunes on a
besoin de vieux on a besoin de sol on a
besoin de lierre on a besoin de noix ce
tir n'a besoin de cornouillers on a
besoin de fresnes ici la ronce est le
berceau du chêne j'ai laissé un cordon
de ronces et trois ans après j'ai eu dès
qu'ils rentrent en plus dans la
politique agricole commune qui protège
mes cultures qui nourrit on va beaucoup
parler de nourriture d'habitat la maison
en bonne santé pour tout le monde
voilà nourrir les sols nourrir
l'humanité nourrir la biodiversité bonne
matinée merci pour votre attention
[Applaudissements]

Partager sur :