Triple Performance

Gérer les maladies du bois par la taille de la vigne

De Wiki Triple Performance
Icone categorie Pratiques.png Pratique agro-écologique
Taille de la vigne


La taille de la vigne est une étape essentielle dans l'entretien du vignoble. L'action de tailler peut provoquer d'importantes plaies sur les pieds de vigne, offrant ainsi de nombreuses portes d'entrée pour les champignons responsables des maladies du bois. Les bois de taille et les ceps symptomatiques sont une source d’inoculum. Il est donc important, pour limiter les maladies du bois, de mettre en place des stratégies préventives, dès la plantation d'une parcelle viticole. Plusieurs facteurs peuvent influencer les contaminations via les plaies de taille :

  • Les facteurs liés au type de taille : la longueur des baguettes et coursons, le nombre, la taille, la localisation, l’agrégation et l’âge des plaies de taille ainsi que leur protection,
  • Les facteurs liés à la période de la taille : les conditions météorologiques pendant la période de taille et le moment de la taille (taille précoce ou tardive),
  • Les facteurs liés aux résidus de taille et leur gestion (enfouis, broyés, exportés, laissés sur place...)


Type de taille

Les plaies de taille représentent une porte d’entrée pour les champignons impliqués dans les maladies du bois, qui sont alors capables de surmonter les mécanismes de défense de la plante par leur virulence. De grandes et nombreuses plaies de taille, fréquentes dans les vignobles âgés ou dans les parcelles dont le système de taille a été modifié, constituent une porte d’entrée importante pour les champignons en raison de la grande surface totale où les spores peuvent atterrir et induire des infections. Il est possible qu’une partie de l’inoculum fongique soit transmis par les plaies de taille ou par les outils de taille, mais la concentration de l’inoculum ainsi transmis est habituellement négligeable.

Il a été montré dans une expérience menée dans le Bordelais que la taille en Guyot augmente l'expression des symptômes de l'Eutypiose. En effet, le développement des symptômes foliaires de l’eutypiose est plus élevé sur une taille courte en comparaison à une taille longue, mais le taux de mortalité est plus faible en taille longue. Les vignes taillées long (Guyot) présentent des plaies de tailles groupées sur la partie supérieure du tronc alors que les vignes en taille courte (Cordon, gobelet) présente une plus grande surface de plaies de taille.


Période de taille

Afin de choisir la période de taille la plus appropriée, il est nécessaire de prendre en compte différents facteurs comme les spécificités climatiques de la région, les cycles de développement des champignons pathogènes, la libération des spores et la réceptivité des plaies de taille en fonction des conditions météorologiques et de la virulence des pathogènes.

Les conditions climatiques sont déterminantes dans la dispersion des spores des champignons impliqués dans les maladies du bois, par conséquent, tailler la vigne durant les périodes sèches est essentiel car l’inoculum fongique est significativement plus faible.


Gestion des bois de taille et autres sources d'inoculum

La source d’inoculum des champignons des maladies du bois peut se situer sur les vignes qui présentent des symptômes (dans le bois et/ou sur les feuilles) mais également sur d’autres cultures comme des vergers situés à proximité. L’inoculum peut se trouver sur :

  • les bois nécrosés
  • les feuilles
  • les grappes desséchées
  • l’écorce du vieux bois (tronc, charpente des cordons)
  • le bois mort
  • les débris de bois de taille.

Pour éliminer ces sources d’infections, différentes pratiques sont utilisées dans les vignobles européens. Les plus couramment appliquées par les viticulteurs sont :

  • le broyage des bois suivi d’un enfouissement dans le sol,
  • le brûlage (dans les vignobles où cela est autorisé),
  • le broyage suivi d’un compostage
  • l’exportation des ceps symptomatiques ou des souches mortes.

On estime que les bois de taille sont une source potentielle d’inoculum pour les champignons du Black Dead Arm pendant 42 mois, mais que le pouvoir infectieux de l’inoculum diminue significativement après 24 mois et que la viabilité des spores est réduite à 44%. Les bois de taille et autres fragments de vigne peuvent être réintroduits dans les parcelles après un broyage suivi d’un compostage car ces procédés permettent d’éliminer les champignons des maladies du bois. S’ils sont appliqués de manière adéquate, il n’y aura pas de risque de recontamination du vignoble par l’Eutypiose, l’Esca ou le Black dead arm.

Le broyage mécanique et le compostage à 40-50°C durant une période de 6 mois éradique efficacement les champignons des maladies du bois (pour un compost composé de 40% de bois de vigne broyé, 40% de fumier de mouton et de 20% de déchets verts). De plus, certains champignons patho- gènes de l’Esca (P. chlamydospora et P. aleophilum) ne sont plus retrouvés dans les fragments de bois de taille après le broyage. Les chercheurs supposent que le broyage favorise l’activité des champignons saprophytes qui se développeraient plus rapidement que les champignons des maladies du bois.


Protection des plaies de taille

Adopter des méthodes préventives de contrôle des maladies du bois peu après la plantation d’une nouvelle parcelle est primordial. Le taux d’infection sur une longue période de temps est significativement plus faible si une stratégie de protection des plaies de taille est régulièrement appliquée 3 à 5 ans après la plantation d’un nouveau vignoble. Si la mise en place d’une gestion préventive de la maladie est réalisée peu après la plantation, cela minimise le développement des maladies et les coûts additionnels de remplacement des pieds comme le recépage ou la complantation.

Il est important de rappeler que les plaies de taille restent des portes d’entrée pour de potentielles infections durant une longue période et que la protection des nouvelles et anciennes plaies de taille est conseillée pour limiter l’installation des maladies du bois. La protection des plaies de taille peut être faite avec des fongicides chimiques (lorsqu’ils sont homologués) ou réalisée en biocontrôle de manière préventive, en prenant en compte les points critiques de chaque technique (attention, en France seul le produit Phytopast-V à base de Cyproconazole et de Thiophanate-méthyl est homologué contre l’eutypiose).

L’une des principales limites de l’utilisation des fongicides chimiques en protection des plaies, lorsqu’ils sont autorisés, est leur faible rémanence. La taille est habituellement réalisée dès le début de la saison hivernale pour des raisons d’organisation du travail ou des conditions météorologiques. Or il est peu probable d’atteindre des efficacités couvrant cette période. Certains fongicides sont efficaces 3 semaines après l’application et si nécessaire leur application peut être renouvelée. L’application pour protéger les plaies de taille est réalisée par pulvérisation ou par application avec un pinceau. Les formulations applicables en pulvérisation sont plus pratiques, moins couteuses et plus rapides mais elles sont facilement lessivées par les pluies.

Les agents de biocontrôle (par exemple Trichoderma spp.) et les molécules naturelles (chitosane) ont été décrites comme efficaces pour la protection des plaies de taille. De plus, les agents de biocontrôle sont capables de coloniser activement les plaies de taille jusqu’à 8 mois. Le traitement 6 heures après la taille avec des agents de biocontrôle, en taille précoce ou tardive, a entrainé une colonisation élevée des plaies de tailles par Trichoderma spp., et cela même si les conditions météorologiques étaient différentes lors des périodes de taille. Une fois la maladie installée, il est difficile de l’éradiquer efficacement en raison des moyens limités dont on dispose actuellement.

Aspects innovants dans la lutte contre les maladies du bois

La taille Guyot-Poussard

La méthode de taille respectueuse des flux de sève a été adoptée par Lafon (1927) à partir d’un système de taille en Guyot, nommé plus tard « Guyot-Poussard », du nom de son inventeur. L’objectif principal de cette taille est la préservation du même flux de sève d’une année sur l’autre avec une taille qui positionne toutes les plaies de tailles sur la partie supérieure du cordon. La taille Guyot-Poussard permet d’avoir des plaies de taille plus petites et moins nombreuses. Certaines techniques de taille nécessitent un rajeunissement de la charpente pouvant être évité avec cette méthode de taille. De plus, les blessures sur le vieux bois, courantes sur les vignes ayant été rajeunies, seraient moins résistantes aux infections par les champignons des maladies du bois que des plaies de taille réalisées sur du bois d’un an.

Système de taille Guyot-Poussard

La prétaille

La prétaille est une modification de la taille tardive récemment mise en place pour lutter préventivement contre les maladies du bois dans les vignobles en taille courte. Cette pratique n’est pas applicable pour les vignes en Guyot, taillées en baguettes, mais dans les vignobles en taille courte c’est une technique efficace pour retarder la date de taille et réduire les taux d’infections par les pathogènes des maladies du bois. La prétaille est réalisée mécaniquement, à une hauteur uniforme de 30 à 45 cm au-dessus du cordon et n’est pas sélective. Une seconde taille manuelle, plus précise est réalisée ensuite. Cette technique de taille qui conserve des bois plus longs au-dessus du cordon réduit les contaminations du vieux bois de la charpente et du tronc, en limitant tous les ans la progression des champignons des maladies du bois. Cependant, une évaluation économique estime que la double taille est coûteuse par rapport à une taille tardive simple, avec des efficacités similaires.


La taille minimale

La taille minimale consiste à ne presque pas tailler la vigne et est depuis peu considérée comme une pratique qui peut potentiellement réduire le taux d’infection des plaies de taille par les champignons des maladies du bois. Bien que ce système de taille réduise les coûts de main d’œuvre de la taille, c’est un système de production à haut rendement et de moindre qualité de raisin. La taille minimale, en comparaison avec la taille en cordon, présente moins de bois nécrosé, moins de symptômes foliaires d’Esca, moins de dégâts de champignons pathogènes. Une étude portant sur l’impact des systèmes de taille sur l’Eutypiose a montré que l’incidence et la sévérité des attaques sont plus faibles pour la taille minimale en comparaison avec une taille classique.

Les bonnes pratiques de la taille

Réduire l'inoculum

  • Supprimer les sources d’infection avant la taille (arracher et exporter les ceps morts).
  • Tailler la vigne par temps sec.
  • Supprimer les bois de taille dès que possible (broyage, compostage …).
  • Eviter le dépôt de bois de taille ou de ceps morts dans ou à proximité des parcelles.

Minimiser les nouvelles contaminations

  • Protéger de manière préventive les plaies de taille (protection physique, biologique ou chimique) rapidement après la taille.
  • Les fongicides (biologiques ou chimiques) ne sont efficaces que dans une stratégie de traitement en préventif pour limiter les nouvelles contaminations.
  • Limiter le nombre de plaies sur la vigne (blessures lors de la vendange mécanique, de l’épamprage, de la taille mécanique…)
  • Le rajeunissement des charpentes, si nécessaire, devra être réalisé avec une baguette longue de 2 ans pour éviter les plaies de taille de grand diamètre.
  • Augmenter la longueur des coursons et des baguettes afin de minimiser la pénétration des champignons.
  • La taille des ceps symptomatiques et asymptomatiques les uns à la suite des autres est possible car la transmission des champignons pathogènes par les outils de taille est négligeable.
  • La désinfection des outils de taille est une bonne pratique d’hygiène mais n’est pas un point clé pour limiter la dissémination des maladies du bois.
  • Mettre en place la pré-taille et, si ce n’est pas applicable, réaliser une taille précoce/tardive.


Gestion collective des maladies du bois

  • L’application d’une seule méthode de lutte pour gérer les maladies du bois n’a qu’une efficacité partielle. La mise en place de plusieurs méthodes de lutte est essentielle pour une gestion globale des maladies du bois.


Limites

  • Connaissances techniques.
  • Manque d’équipement (compostage, taille mécanique...)
  • Disponibilité et homologation des produits de protection des plaies de taille (mastics ou fongicides, biologiques ou chimiques) sur le marché.
  • Rapport entre la rentabilité et l’efficacité de la technique.



Sources


Annexes