RETOUR D'EXPÉRIENCE EN SEMIS DIRECT À L'ETRANGER - Sylvain COURNET

De Triple Performance
Aller à :navigation, rechercher

Thumbnail youtube cBA OSJhRJs.jpg

Le site web de Sylvain :

https://resilientagriculture.wordpress.com/


Transcriptions

bonjour à tous je m'appelle s'il un

corner je suis originaire du béarn donc
le berne pour ce qui situe passer à une
heure au sud c'est dans le sud ouest une
heure des pyrénées une heure de la mer
[Applaudissements]
est ce que ce n'est pas grâce à ver de
terre production que vous avez réussi
votre dernier et tin erreur technique
nous avons besoin de votre aide

Afficher la suite

financière pour réaliser ces vidéos

merci de nous soutenir en faisant un don
sur le lien tipi
faire pour à sierre et surtout en fait
je suis conseiller à l'école au sein du
ser france au sein de sueur france dans
l'indifférence air france de france on
développe le conseil agronomique et donc
moi j'accompagne des agriculteurs en
conseil individuel en formation autour
des questions qu'ils veulent qui veulent
travailler sur d'un point de vue
technique qui m'amène un peu à part les
deux aujourd'hui c'est pas du tout le
veau ce que je fais actuellement c'est
ce que j'ai fait auparavant puisque
pendant mes études donc je fais des
études d'agro sur lyon et pendant mes
études après mes études j'ai fait les
postes pendant mes études et j'ai essayé
de voyage et un maximum de prendre ce
champ cela je suis allée du coup aux
etats-unis un an en argentine un an deux
fois six mois
et en australie un an et après aussi je
fais un petit détour par la roumanie où
c'est là où j'ai découvert le semis
direct là-bas en roumanie celle d'un
français qui maquille lancé ça sur sa
ferme puisque moi juste est originaire
de
2,2 d'un territoire où il se fait
beaucoup de maïs blonde d'aquitaine des
six thèmes qui sont pas trop rentable du
coup toujours essayé de savoir comment
comment est-ce qu'on pouvait vivre en
agriculture et faire un peu les choses
différemment de manière à améliorer la
fertilité des sols améliorer la
fertilité du porte monnaie on va dire et
puis voilà donc j'ai synthétiser un peu
tous et toutes ces rencontres sur la
sphère internet et qui s'appelle
résiliente agriculteurs.et ward
presse.com jeu quand je commence un
voyage jouer le joaillier plein de
choses et j'avais besoin de matière
papier puisque joaillier tellement de
choses je me dis aussi qu'il fallait
qu'il y avait un besoin de partage
partager tout ça parce qu'il y avait
quand même des choses assez
intéressantes même cité des contextes
pédoclimatiques très différents et donc
voilà j'ai écris pas sur toutes les
personnes que j'ai en eux que j'ai
rencontrés mais j'ai essayé de faire
quelques articles sur les quelques
points intéressants que j'ai pu voir à
droite à gauche
voilà du coup inde et des premiers qui
m'a fait commencer justement sur ce site
c'est mon voyage aux us donc la balle
j'étais allé en année de césure j'avais
commencé par faire un stage en fête dans
une boîte qui développe et
l'agroforesterie laval dans le midwest
qui s'appelle le serval institutes donc
que j'ai bossé un peu pour eux et puis
après ils vont ils m'ont donné un peu
carte blanche
on les sait profiter de mon visage je
suis allé voir une centaine
d'agriculteurs dans vraiment de point de
contact différent que ce soit donc dans
le midwest c'est au tour de chicago on
va dire la lost partie où ils produisent
du maïs dans les plaines du nord on va
dire coller au canada et après jusque
dans l'est jusqu'en californie où voilà
c'est plus de l'amande thomas de plein
champ et sur sur des dessins créés
surface du légume de la chance et
surtout une surface
donc voilà donc l'idée ce que je pense
qu'il ya 2,2 à gré qui m'ont vraiment
marqué
il y en a un premier cd volant ce qui en
fait un des acquis ses 40 ans qui fait
du semis direct sous couvert et c'est un
des gars les plus avancés que j'ai vu en
semis direct sous couvert aux états unis
donc il est dans l'ohio cdd plein très
très fertile où il se fait beaucoup de
maïs en siècle et lui grâce aux skis
direct grâce aux couverts végétaux ou
couverts végétaux multi-espèces ça c'est
une grosse grosse avancée qui quand il
avait conservé de la diversité dansez
dansez couverts végétaux
cela fait vraiment avancer sur la
fertilité des sols sur l'amélioration de
la productivité de ses de ses sols et du
coup aujourd'hui sur les parcelles qui
sont le plus avancé il arrive à avoir
des rendements photo convaincant il est
aux alentours des 12 14 tonnes de maïs
sans irrigation et avec une cinquantaine
d'unités d'azoté donc ça c'est quand
même ça parle on sera pareils des
rendements assez intéressant de mémoire
c
4 5 tonnes ou 5,6 tonnes je sais plus
trop
donc des rendements très intéressants
des niveaux en fertilité aussi qui
augmentait ses salons voix
on voit sur ces sols sur les plus
récents en fait des gradients de
terrenoire qui se font qu'ils descendent
au fur et à mesure sur des sols qui
était plutôt de couleur jaune de couleur
argile quoi etc gradient là qui seront
montés sur ces parcelles ou si vous
sentez 40 ans qui faisait du semis
direct sous couvert des soldats noirs
bien profond avec la matière organique
je pense que c'est une très bonne
expérience autour du direct sous couvert
et donc des points clés que vous pouvez
en multi espèces réduction de la
fertilisation
qui permettait aussi du coup de libérer
de plus en plus les minéraux dans ces
sols en fait ils prenaient limete rien
ils mettaient plus de fertiles de fond
et quand il tirait des analyses de sol
en fait les niveaux de minéraux
augmentée est en fait qu est ce qui se
passait c'est que juste qu'ils étaient
en dit plus disponible et ça c'est grâce
à l'ensemble des pratiques qu'il a mis
en place ce qui dirait couverts végétaux
il a réintégré aussi un peu l'élevage
sur sa ferme récemment plus de fertiles
de fonds plus de potasse après il faut
remettre les choses dans leur contexte
on est
sur des plaines avec des des sols très
chargé très profond donc des sens qui
sont très riches minérale mans donc il y
avait juste la composante biologique
dans ce sens là a rajouté
qui a permis du coup voilà de remettre à
disposition ce qui est l efo soir les
potasses qui étaient bloqués dans les
cales sienne tout ça a été remis en
disponibles grâce au végétal grâce à la
biologie et grâce juste à des semis de
couverts qu'il n'y a pas eu de rapport
de matières organiques c'est vraiment
que des couverts végétaux quoi belle
expérience c'est quand même quelqu'un
qui a 40 ans de 40 ans d'expérience donc
bien sûr il a essuyé les plâtres les
plâtres au début il a fallu qu'ils
rôdent les techniques de ce vieil de
couverts végétaux donc est ce que
aujourd'hui on dans les fermes france
est ce que on va mettre 40 ans je sais
pas ça ça va être dépendant des
contextes mais voilà c'est une bonne on
va dire une bon exemple pour pour se
dire que ben oui en fait ça on travaille
pas pour rien quand on met en place des
systèmes en son direct sous couvert et
qu'on va aller gratter des choses en
terme de productivité mais aussi
d'économie quoi
je pense que ce qu'il y avait à dire les
grandes idées risque qu'ils avaient à
dire pour die wand après y'a plus
l'article est plus détaillé sur le site
internet donc il faut pas hésiter à
aller voir ça donc ça c'était sur le
côté grandes cultures et après sur le
côté levage pareil j'ai fait un article
sur taux de mac pic qui étaient encadrés
par jay fureur qui a un gros nomme assez
connus qui sont dans le nord dakota
et ensuite dakota prenant
du coup en fait c'est quand je suis allé
c'était en plein été et il était en
plein milieu de ce serait plein milieu
de sécheresse il avait plu 50 mm depuis
l'année depuis l'été dernier donc il n'y
avait pas grand chose qui avait qui
avait poussé sachant que là bas quand
même cédé il ya des hivers très froids
très
très froid et où sa reprise par la
végétation donc on est vraiment sur des
périodes de pouce très très limité et du
coup donc ses talents mm en comptant les
neiges de l'hiver a donc c'était
vraiment le total de l'eau de l'eau qui
avait plu donc vous vous imaginez quand
il pleut 50 mm sur un territoire comme
ça mais en fait voilà on avait de
l'herbe sur les prairies
les prairies naturelles c'était des
herbes qui faisait 20 30 cm de haut il y
en avait trois quatre paramètres car il
n'y a pas grand chose et en fait quand
on débarque chez ce gala sur les
parcelles qui l'a qu'il a régénéré
mais en fait on se retrouve avec dollars
qui fait un mètre 20 d'eau
très dense et avec en plus une herbe qui
avait été pâturer à l'automne à l'hiver
alors que les prairies des voisins que
je vous disais qu'ils faisaient à peine
dix centimes 10 cm de haut mais elle
n'avait pas été pâturer depuis l'été
dernier quoi donc le gars avait
clairement une grosse montée de
productivité et ça il a réussi à le
gagner en fait ils s'étaient sur ces
parcelles de foch il s'est dit donc ça
c'est des gens qui même s'il ya un mètre
de neige quoi il n'ya pas de bâtiment
c'est
ccc des animaux qui sont en dehors toute
l'année mais qui sont affouragés quand
même quand quand il manque de fourrage
est en fait sur les parcelles de force
qui faisait c'est sur une parcelle on va
dire de 2,2 de 10 hectares
qui va faire toute la forge tout le foin
et il va retrouver heureux concentrer
sur cinq hectares pendant l'hiver tout
le foin des dix hectares et il va
l'alimentent il va donner en
alimentation sur ses 5 hectares qui va
dérouler le foin et les vaches souvent
vont le manger et lui valent eux il va
déplacer sur ses 5 hectares à chaque
fois la ligne de ses discussions
d'alimentation pour pouvoir avoir un
impact animal au niveau des bourses de
l'uriné et aussi des résidus de queuleu
de foin qui avait vu qu'ils auraient pas
été mangés et du coup en faisant cela
mais il arrive à concentré de la
fertilité a concentré de la biologie les
arts e stimuler du coup la pousse de
l'herbe et du coup ça fait que l'année
d'après mais sur ce sur ce quart
d'hectare qui a été re régénérer et mais
il va au lieu de produire on va dire
dibou tu dis bol du bal parlant
mais il va en produire jusqu'à -10 1% de
plus et va faire de même du coup sûr le
quart suivant après l'hiver l'après sur
le troisième quart la troisième année
sur le quatrième quart la quatrième
année et tout ça va faire que du coup il
va produire de plus en plus de foin il
va réveiller la biologie
recyclé aussi les nutriments et du coup
on arrive à ce résultat qui était assez
bluffant de d'avoir juste 10 15 cm dans
le champ des voisins et quand on passait
la clôture vraiment c'était c'était
signé à couper au couteau que sur le
passé a clôturé v on avait une herbe qui
faisait à mettre 20 mai et en plus avec
un pâturage supplémentaires à l'automne
et au printemps comme donc très très
avec une pub et ricky est elle à même de
50 mm qui était très très limitant donc
la biologie a énormément
et nous en avoir dans cette affaire et
le rôle du bovin en temps qui n'occupe
en biologie qui est aussi
aussi une explication de ce qui se passe
dans ces danses estime l'aïe un peu
comme l'exemple de la vente tout à
l'heure mais les niveaux quand tu tires
des analyses de sol dansé dansé par
celle là mais les niveaux minéraux
augmente de ces parcelles et ça c'est
juste liée à une meilleure disponibles
biodisponibilité des minéraux grâce à
pratiques culturales quoi
voilà ce que j'avais à dire un peu sur
les sur les états unis il ya il se passe
beaucoup de choses ce qui rend beaucoup
de choses sur internet c'est vrai qu'il
se passe beaucoup de choses après a
toujours à prendre avec des pincettes ce
qui se passe aux etats unis puisque le
caractère américain toujours un peu
alliés en amérique à
ccc il faut faire attention mais voilà
il ya des choses intéressantes et des
choses des bons de mon apprentissage où
ils sont quand même dans les sols très
riche à ces jeunes qui n'auraient pas
été cultivées depuis trop longtemps donc
il ya aussi une certaine fertilité de
fond qui sur lequel ils peuvent tabler
mais en général voilà des quand même des
bons résultats
en termes de semis direct sous couvert
voiturage tournant amélioration de la
fertilité des sols qui qui qui qui donne
espoir ensuite du coup j'ai parlé aussi
de l'argentine ce que j'ai positionné à
deux reprises une première fois pour un
semestre d'études et une deuxième fois
pour mon mémoire de fin d'étude de mons
hainaut d'études semestre d'études entre
guillemets du coup j'ai on allait un peu
à l'école et puis on a et surtout voyagé
avec un ami un ami hier soir et on
allait voir des fermes on a pas mal de
la grille qui nous aurons qui nous ont
regardés des portes sur le premier
voyage et du coup ça a permis de
rencontrer un agronome qui s'appelle le
casse loquace andréoni qui est dans le
sud de cordoba de la province de cordoba
à la boue lâché et qui lui est
conseiller auprès de ses alliés
enfin les gars qui produisent
principalement du maïs et du soja sur
des surfaces qui vont de 2000 à 20 mille
hectares par ferme et donc voilà ça m'a
permis de rencontrer des gens rencontrés
aussi des associations comme un
président qui sont les associations de
semis direct en argentine historique des
coups d etat ils sont inspirés des
secteurs français pour les pour les
exporter en argentine qui sont les créa
serre et à des balles dynamique aussi de
territoire la voit
donc des agriculteurs qui sont dans un
système
très monoculture soja mais qui est lié
aussi à un historique donc des terres
qui ont été mis en culture pour la
plupart il ya une vingtaine d'années
dans les années 2000 avant c'était des
territoires d'élevage des terres vierges
vraiment il n'y avait pas eu les avaient
pas été retourné depuis qu'elle avait
été créée quoi donc des terres très
fertiles et donc et donc sa sélection
aux côtés on va dire pédoclimatiques
avec beaucoup depuis estivale qui
permettent quand même de réussir des
belles des belles des belles culture là
je parle vraiment sur mon expérience
donc c'est là sur la zone à nucléo ce
qu'il appelle donc c'est au tour entre
cordoba capital et buenos aires est ce
qu'ils sont en fait des terres très
fertiles l'hymne aux sableuses très
productive avec un bon contexte le
document tic et
donc donc en contexte climatique très
très poussant très fertile mais aimer un
contexte partie par contre politique
économique très très instable en pesos
avec une inflation terrible des
gouvernements politique très instable du
coup avec une capacité à investir et à
voir sur le long terme très limité il ya
beaucoup de location là-bas sur six mois
en fait parce que du comme en six mois
la politique peut changer du tout où là
bas mais il ya des gars qui peuvent
semer trois mille hectares une année et
rien semer l'année d'après parce que le
politique le contexte
politico-économique était stable ce qui
était très ce que je viens de dire sur
les semer trois mille hectares c'était
vrai il ya c'est vrai il ya dix ans
aujourd'hui ça commence à se tasser un
peu mais ce contexte politique
économique très instable continuer à
être avec le pcf qui a une inflation
terrible et du coup ça ça va pousser
beaucoup les agriculteurs à simplifier
les systèmes donc semis direct depuis
depuis 20 ans sur la zone anouk les os
et plus de 90% de semis direct
grâce entre guillemets à la technologie
ogm ils ont pu aussi simplifier les
itinéraires techniques donc c'est à dire
rentrer dans des champs d'adventices
semer directement passer un coup de
griffe au et peu et moissonner trois
tonnes de soja sans avoir fait grand
chose sauf que on arrive en fait dans un
système qui a été très bonne culture de
soja et est qui
comment dire qu'ils commencent à
péricliter parce qu'on a une explosion
des adventices résistance au glyphosate
il faut sature pas mal d'années this ne
fonctionne plus
dicamba pas mal pas mal de chimie lourde
qui ont des résistances et ça va c'est
exponentiel quand ils sont vraiment sur
une courbe exponentielle et après aussi
une forte stagnation des rendements soja
moins de résilience aussi autour de 2
des aléas climatiques et du coup ça fait
qu' il ya des agriculteurs qui commence
un peu à se remettre en question à
remettre en question le la monoculture
de soldats de de se dire bon mais
comment est ce qu'on peut améliorer tout
ça et j'ai eu la chance de rencontrer
plusieurs soit gabriel garnero que ce
soit le cassandre ironie que ce soit des
chargeurs aussi de l'état et là je
parlais de ce que faisait le cas sans
droits ni puisque j'ai passé six mois
avec lui à travailler avec les
agriculteurs qui a accompagné les
groupes créa qui l'accompagnait enfin
avec qu'il continue à l'accompagner et
qui continue à accompagner actuellement
donc des fermes qui sont gérés pour en
général par des propriétaires qui sont
souvent à 300 que 300 400 bornes de la
ferme donc des fermes ou talent de
salariés sur de 3000 hectares qui sont
généralement d'un bloc de 1000 hectares
d'un bloc et donc des salariés peu
qualifiés
donc où il faut simplifier les choses
mais du coup ils ont quand même voulu
avec des agriculteurs qui avaient envie
de travailler dans ce sens là
travailler sur les couverts végétaux sur
la rotation
intégrer plus de génie végétal au sein
de leurs systèmes de culture et grâce à
cela grâce à l'intégration des couverts
végétaux de la rotation mais dans ce
système là en fait ils arrivent à gagner
une tonne à l'échelle de la ferme en
soja à faire des maïs qui vont entre 8
et 10 tonnes sans fertilisation et ça je
parle de de faire des maïs et de soja en
sexe et sans irrigation des soldats qui
sont en général aux alentours des 3
tonnes et demie en moyenne dans sur le
territoire où on travaille et qu'il
assure du coup sûr des moyennes de ferme
qui était à quatre semaines et demie
donc là ça commence sur des fermes de
2000 hectares qui on va dire 60% de
soudja dans l'assolement ça fait ça fait
quand même du chiffre d'affaires pour un
retour sur investissement très très bon
et est assez rapide parce que en fait
dans ces sommes là où il ya énormément
de 26 résistante b c'était c'est un très
bon outil le couvert végétal pour
limiter la
limite et le développement ou surtout
l'agressivité de ses avensis et diminuer
les gelées lafferty azotés grâce aux
coups à végétaux et puis surtout
améliorer la structure du sol parce que
en fait ce qui leur manque dans leur
système
c'est ce carbone liquide qu'ils avaient
au début sur les premières années quand
ils ont cassé ses prairies ces prairies
naturelles il avait énormément de
carbone l'habile et ils ont commencé ils
ont ils ont consommé jusqu'à maintenant
en 15 ans quoi et là il fit commence à
le remettre grâce couverts végétaux
grâce aux rotations
et là il commence vraiment à
remonter en productivité et à remonter
en résidence de notre culture avec sur
des années sèches des voisins qui vous
c'est là où c'est vraiment marqué des
voisins ou qui ont vraiment des jeunes
qui décrochent énormément et alors que
de l'autre côté de la clôture sur les
gars qui qui mettent en place des
couverts végétaux de la rotation
qui peuvent mentionner l'intégralité de
la parcelle sans faire de rendement
exceptionnel mais qui peuvent rocchi qui
rompt des cultures plus homogène quoi
des parcelles plus homogène donc voix
sur l'argentine je pense qu'on en a fait
le tour donc s'il n'y a rien de très
spécial c'est énormément de semis direct
60% de maïs 60% de soja 40% de maïs dans
les rotations en général un peu de blé
dans les territoires qu ici pour te
vient mais juste voilà de remettre les
choses dans l'ordre de comprendre
qu'est-ce que quels sont les facteurs
limitant donc c'est à dire comprend que
la structure de sol n'est plus bonne
l'accord et l'a corrigée avec des
couverts végétaux ils sont pas trop
travailler le sol puisque c'est de cela
ces sables qui se structure assez bien
avec avec des couverts végétaux
donc voilà comprendre les facteurs
limitants ça c'était le un peu en mots
clés de de ce texte rien cela et du coup
tout ça ça m'a amené à vouloir continuer
à voyager look après les études je
partis un peu plus d'un an en australie
là j'ai bossé dans les fermes je vais
bosser pour des agronomes j'ai bossé peu
dans les fermes tant que salarié à
l'école je bossais dans des élevages
étiez 400 vaches laitières en bio par
exemple tout en pâturage tournant les
vaches dehors toute l'année systèmes
irrigués irriguer les prairies
pour des céréaliers pour les semis et
les moissons et ça ça m'a permis de ces
expériences là c'est ces rencontres là
ça m'a permis de notamment m m me mettre
en contact avec l'association vie que
vick ne tienne de l'état de victoria
dont qvick nautile c'est l'association
de semis direct du victoria et
ces gars là en fait c'est un groupe
d'agriculteurs très bien milk à ces
jeunes ils ont la quarantaine les
acteurs et qui ont vraiment ce focus
améliora sur la fertile des sols dans
des contextes
très
très très difficile avec des pubs
mettrie très variable
des pluviométries qui vont de 200 à 400
mm ce qui ont 600 mm ils sont considérés
comme comme des gens qui ont beaucoup de
pluviométrie dans cette tendance et
territoires où je suis allé ces gars là
qu'est-ce qui qu'est ce qu'ils ont fait
ça fait un paquet d'années qu'il faut
qu'ils font du semis direct mais ils ont
fait ils ont fait le distinguo parce que
comme dans ce système là quand tu
pousses un petit facteur qui ont vu que
vu que tout tient sur sur sur un fil de
fil rouge et quand tu pousses un petit
facteur et b tu gagnes quelques quintaux
et ça ce niveau économique ça se reflète
sur sur l'exploitation et du coup ils
ont réussi à avoir la sensibilité entre
du chemin direct à disque et du semis
direct à dans
le système classique c'est de faire là
bas c'est aussi beaucoup de semis direct
mais du semis direct adam qui se
ressemble un peu à un passage de
cultivateurs où il ya très peu de
résidus au final qui reste parce qu'ils
font ch il fauche aussi très bas avec
des cultures voilà qui font pas des
rendements exceptionnels de 2 3 tonnes
et du coup des rendements du coude et
peu de résidus et donc ils s'aiment
directement dedans et est en fait ce
rendu compte quand ils sont passés sur
du semis direct à disque avec le strip
affronte donc le tri par franz c'est en
fait une mare de coupe qui récoltent que
les épis salesse l'intégralité de la de
la paille et du coup avec ce système là
ils se sont rendu compte qu'ils
laissaient beaucoup plus de résidus et
donc qu'ils avaient beaucoup moins cela
vous pas se développe à des veaux
d'évapotranspiration
pendant le
printemps en train d'arrêter parce que
là c'est que des rotations céréalière ya
pas de culture de printemps dans les
fermes où j'étais et
donc qu'ils sont rendus compte que mais
en faisant ça ils ont gagné des quintaux
ils ont gagné énormément de résilience
face aux aléas climatiques une capacité
à infiltrer de l'eau avec les centres
les sons de tensio métriques ils se sont
rendus compte qu'ils avaient quand même
beaucoup une meilleure dynamique de
l'eau la
verticale ouais c'est verticale non il a
dans la lah la paille reste en hauteur
tout tout l'été et c'est vraiment qu'au
moment du semis semis direct à disque
qu'elle ait coulé coucher rouler et
voilà et sur des espacements ils ont
bien vu puisque au début il se met large
pour pouvoir limiter le semer large il
se met à 35 et puis sont rendus compte
que en allant plutôt à 18 avec les
résidus avec celui directes a dit ce qu
il arrivait à avoir une bien meilleure
dynamique et 9e de l'eau et une bien
meilleure valorisation du sol aussi en
gros outils une grosse organisation
qu'ils avaient c'était au tour du ctf du
contrôle trafic farming donc ils
passaient toujours les mêmes voies sur
les mêmes voies sur le même passage que
ce soit les batteuses les les bennes à
la moisson les semis les pulls vestes
étaient toutes des multiples des
multiples en longueur donc donc ça
permettait d'avoir les mêmes voies de
passage pareil les voix de tracteurs
étaient mises aux voix de la batteuse
sur des largeurs de voix de la batteuse
donc sur des 3 m 3 90 et sata permettait
du coup au lieu de rouler on va dire
100% la surface au bout de deux trois
ans avec des longueurs différentes et b
en fait il concentrait les passages sur
seulement 20 % de la surface du du chant
donc ça ça permettait vraiment de
travail dans des systèmes là où tu peux
pas faire beaucoup de vg couverts
végétaux où ils font pas du tout de
travail du sol parce que dès que je
travaille du solde des apports tout tous
les quelques millimètres que tu as ça
permet vraiment de limiter la compaction
et du coup de concentrer les bonnes les
bonnes
la bonne productivité sur les partis
n'ont roulé sur les 80% restants de la
parcelle et ça c'est des petits outils
qu'ils ont rajoutés au fur et à mesure
et qu'il aura permis vraiment d'avoir
des gains en ramant des gains en
efficacité
d'eau et du coup de déplafonner aussi un
peu les référentiels qu'ils avaient
qui était établie par les instituts de
recherche sur b combien de quintaux ont
fait part mm d'eau depuis ce qu' ils
comptent quand par exemple le langage va
te dire il pleut 250 millimètres d'eau
chez moi il compte depuis la dernière
mention quoi donc qui compte toutes les
pluies estivales les pluies dans la
culture jusqu'à jeu quand même réponse
est vraiment sur 365 jours donc c'est
ils comptent vraiment chaque millimètre
d'eau ce que nous ont fait par contre
plutôt la prime + batterie / sur le
cycle la culture quoi donc voilà donc ce
une finesse une finesse à travers ça et
puis et puis en fait le dans ce groupe
là le dernier outil qu'ils ont rajouté
c'est la nutrition une triste ion des
plaintes nutrition du sol qui leur a
permis vraiment de gagner en efficacité
minérale en
productivité là je suis l exemple du cas
chez qui j'ai mentionné qui j'ai passé
pas mal de temps qui est maintenant
qu'il l'est qui étaient dans le norfolk
du coup il était du côté de signer on va
dire
et donc sans gac quand on était au moins
sont sur les orges par exemple ont
moissonné 3 tonnes d'orge sur une
pluviométrie l'avait fait 225 mm d'eau
je crois depuis donc depuis de la
dernière moisson et sur 200 sur ses 225
mm d'eau donc rendement de 3 tonnes en
ange et alors que les voisins faisait
entre 801 kg et une tonne de
une tonne de denges et donc lui matt
qu'est ce qu'il avait mis en place mais
c'est semis direct à disque avec le
strip air france du contrôle trafic
farming et après aussi la nutrition des
sols et des plantes donc on est là bas
on est sur des budgets assez limité
quand même quand on fait 3 tonnes entre
les charges de structure les charges
opérationnelles
il faut qu'il arrive à avoir à une tonne
et demie il faut qu'ils rentrent dans
leurs frais quoi et il faut que je
puisse se régénérer avec une tonne et
demie et donc à vous grâce à la
nutrition il a réussi à gagner ce plus
en économie ou en fait s'il arrivait en
seulement en travaillant avec la
nutrition foliaire avec d azote beaucoup
plus efficace a travaillé avec 21 unités
entre 21 et 28 unités d'azoté pour faire
3 tonnes alors que les autres voisins
ils mettent entre 100 et 120 unités
d'azoté pour faire les hinton de une
tonne de hors jeu s'ils ont vraiment ce
travail là autour de la nutrition avec
des annexes de sève analyses de sol
comprendre c'est des sols qui sont très
très forts en magnésium avec des grosses
toxicité à l'unique qui limite la
productivité du de la culture notamment
quand on commence à enlever des engrais
starter parce que je voulais vraiment
travailler sans engrais minérale enfin
du coup il ne faisait pas entièrement
mais voilà l'idée c'était ça donc dès
que dès que tu enlèves du 18 46 par
exemple mais tu as plus de toxi talmi
donc c'est de trouver comment avec des
du carbone des minéraux comment bloquer
ce set occitane munich comment ne pas
faire de faux pas de fongicides
insecticides
bon ça plombe les choses ça peut étonner
certains mais oui avec 245 mm dont il
faut quand même des fongicides et
insecticides et
et du coup il en faisait pas parce
qu'ils arrivent à avoir une bonne santé
de la plante
et donc voilà donc c'était petit outil
là qui leur permettait de gagner en
productivité mais aussi d'atteindre des
nouveaux marchés parce que ben wallace
et des systèmes qui utilisent moins de
points de phyto donc potentiellement des
marchés qui s'ouvrent avec du sang
résidus de pesticides donc c'est des
choses que sur lesquels ils travaillent
sur aussi des stockage de carbone et ce
genre de rémunération supplémentaire que
tu peux faire grâce à
une amélioration des travaux pratiques
culturales tout en gardant ce cap de la
rentabilité de son exploitation dans un
système de commercialisation
traditionnel quoi du coup ma conclusion
un peu de toutes ces expériences que ce
soit b aux états unis argentine
australie
roumanie j'ai aussi faire des tours en
uruguay en
aller voir des producteurs en uruguay
aller voir des producteurs au chili
moi j'ai vu car le scrutin
conclusion c'est qu'en fait on peut
améliorer la fertilité des sols tout en
restant productifs tout en restant
rentable parce que c'est quand même le
nerf de la guerre reste est rentable
rester sur des exploitations qui qui
gèrent leurs coûts de structure leurs
charges de structure charges
opérationnelles donc ça c'est possible
seulement en comprenant les facteurs
limitants je sais ce que je m'attache
beaucoup à faire quand je te conseil
individuel c'est comprendre les facteurs
limitants des fermes comprendre les
facteurs limitants ddd contexte
pédoclimatiques pour permettre derrière
en fait c'est un escalier qu'on monte en
un objectif et c'est un escalier qu'on
monte en fait il faut pour pouvoir
passer à la marche supérieure il faut
virer sur le facteur limitant et du coup
il faut le comprendre pour pouvoir le
virer et donc donc voilà donc il faut
comprendre et facteur limitant pour vous
permettre de gagner en productivité en
rentabilité parce que partir sur moi je
l'aimé beaucoup des gars qui allait sur
des conférences et qui en fait essayer
de de travailler sur un facteur de
production qui en fait n'était pas leur
facteur limitant et il travaillait
travailler ils sont dégoûtés parce qu'il
n'avait pas de réponse et en fait c'est
parce qu'il s'attaquait pas aux vrais
problèmes qui qui leur permettait d'être
voilà la prochaine marche donc ça c'est
vraiment important de le comprendre de
le replacer sur son exploitation ou
quand on fait de l'accompagnement auprès
des agriculteurs sur ce côté économique
qui
paraît essentiel
j'ai trouvé quand même que
l'exploitation qui vraiment avancer
encore plus c'était des exploitations
qui travaille sur la commercialisation
de la rien sur la recommandation de leur
produit parce que que ce soit voilà bon
il ya le classique de la vente directe
mais
il ya aussi sur la conversation sans
pesticides on en parle et là la
commercialisation auprès de filières
locales qui cherchent des produits un
peu spéciaux et c'est ça qui s'est
produit la ccc marge de rentabilité qui
permettent vraiment de gagner en
rentabilité sur chiffre d'affaires ha
parce que voilà allez économiser un peu
de sorties a sauté à économiser un peu
de travail du sol bon sur la compta au
final ça se retrouve mes
ccc qu'on dira c'est un peu noyés dans
la masse alors que dès qu'on commence à
m mais plus de chiffre d'affaires par
barton ou par par hectare et bien c'est
là qu'on arrive à vraiment passé à une
exploitation qui est vraiment rentables
ou l'excellent exploitants à delà de la
facilité pour pouvoir investir pour
pouvoir vivre pour pouvoir se prendre
des vacances et qui au fond de lui aussi
est serein quoi parce que ça c'est ça
c'est hyper important de sur son
exploitation d'être d'être surpris ya
plein de choses encore à discuter
il ya quelques quelques informations sur
le site résidents taille culture.fr et
puis moi j'encourage tous fans en régie
intégrée culture pour voir de près ce
point fr ou points comme je sais plus je
vous vois en quoi je vraiment où tout le
monde à aller voir ce qui se passe à
droite à gauche que ce soit chez son
voisin mais aussi dans un autre pays
j'en croise beaucoup les jeunes à qui
son qui sont encore en étude de faire de
césure de partir sur des stages de fin
d'études à l'étranger de partir sur des
semestres à l'étranger
si vous avez des déserts fois qu'ils
s'intéressent à l'agriculture et de les
envoyer de leur payer le voyage et de
les envoyer à l'étranger pour pour pour
pour qu'ils aillent voir ailleurs ce qui
se passe parce que ça c'est vraiment
très formateur et ça permet humainement
de vraiment avancer quoi

Partager sur :