Pourquoi parler d’agroécologie pendant la semaine de l’agriculture ?

De Triple Performance
Aller à :navigation, rechercher
Vidéo - Ver de Terre production (17 mai 2021) - Anne Trombini, Arnaud Daguin, Ariane Warlin - Durée : 57 minutes

Thumbnail youtube T4unhx1Hch8.jpg

L'interview de la directrice et du porte-parole du mouvement par Ariane Warlin, journaliste, lancera le programme de la semaine de l'agriculture 2021.

Anne Trombini et Arnaud Daguin répondront à une question clé : "pourquoi parler d'agroécologie pendant la semaine de l'agriculture française ?" et rappeleront les messages clés du mouvement.

Cette première intervention sera également l'occasion d'annoncer la mise à disposition dès le 17 mai 2021 du premier outil open-source de mesure de la transition agroécolgogique : l'Indice de Régénération qui sera mis à l'honneur tout au long de cette semaine.

______________

🌻 REVIVEZ LA SEMAINE DE L'AGRICULTURE FRANÇAISE

Visionnez l'ensemble des replays vidéos de la semaine de l'Agriculture française en accédant à cette playlist

https://youtube.com/playlist?list=PLQNBggapGeH_Sjrisfk8bg5i_uxjEjkRD

______________

🌾 MESUREZ VOTRE INDICE DE RÉGÉNÉRATION

Accédez au simulateur de l'indice de régénération disponible sur la plateforme digitale pour la transition agroécologique  :

https://transition.agricultureduvivant.org/indice-de-regeneration

______________

💪 DECOUVREZ LE MOUVEMENT POUR UNE AGRICULTURE DU VIVANT

Pour une Agriculture du Vivant a pour objectif d’accélérer la transition agricole et alimentaire vers l’agroécologie via la structuration de filières et la diffusion d’outils open-source. Le mouvement fédère l’ensemble des acteurs de la transition et met en place avec eux, des actions collectives et des outils performants pour pérenniser leurs systèmes de production.

https://agricultureduvivant.org/qui-sommes-nous/


______________


Transcriptions

alors cette vidéo elle nous plonge en

pleine nature elle a le mérite de poser
un petit peu les fondamentaux de ce
qu'est pour une agriculture du vivant
avec notamment cette notion de
rassembler de fédérer un haut de gamme
vous êtes ancien chef cuisinier vous est
précisément à l'origine de ce mouvement
en quelques mots est ce que vous
pourriez nous expliquer en quoi il

Afficher la suite

consiste à ça ça sera un peu trop long

cette vidéo elle nous plonge et pas en
pleine nature et de plongée en plein de
culture comme on a pu le voir et on a
tendance à confondre un peu tout ça
c'est vrai que c'est le vivant qui me
produis de quoi manger et c'est vrai que
nous ne sommes qu'une fléchir la course
du vivant pour qu'il se produise ce dont
nous avons besoin et ce depuis déjà des
mistral ça fait quinze millénaire comme
c'est ça et on n'a jamais vraiment bien
chez en fait c'est ce constat là qui est
peut-être un peu humiliant quand on y
passe mais en fait il n'est pas puisque
nous sommes là nous sommes tous vivants
et à peu près à peu près un bonne santé
à peu près et donc ça veut dire que ça
veut dire que ça a marché au moins
jusqu'à maintenant
le constat qui a présidé à la création
de cette association c'est que justement
nous ne faisions pas de bonnes
agriculture où que ce soit dans le monde
- la question c'était en tant que
cuisinier et restaurateur ma question de
base c'était qu'est ce que c'est qu'un
bon produit c'est la question d'être
cuisinier le basique qui se dit moi je
restaure les gens mais pour les
restaurer j'ai besoin de bons produits
dans mon posant cette question je me
suis aperçu qu'en fait j'ai interrogé
quelque chose qui était de l'ordre de ma
phrase du futur de l'humanité puisque
effectivement depuis quinze mille ans
que nous faisons et agriculture mais
nous faisons principalement du désert et
nous ne faisons pas grand chose en fait
de pn nous avons une agriculture minière
de plus en plus destructrice des sols et
de moins en moins garante l'alimentation
dont nous avons besoin
donc c'est de ce constat qu'est née
cette association nous sommes aperçus à
quelques-uns qu en fait le monde de
l'alimentaire c'était tellement
les gens ne se parlaient pas il y avait
historiquement les paysans les plus ils
sont devenus des exploitants agricoles
il ya tout ce monde de l'art puis après
il ya ceux qui transportent ceux qui
stockent que ce qui transforme ce qui
met en vente
et tous ces gens ne se parlent pas
chacun bosse dans son coin pour cent sa
petite économie une grosse économie ça
dépend mais en tout cas il n'y avait pas
vraiment de relation forte
au travers de ces filières et ça
explique en partie au 6/9 qu'elle ne
soit pas si efficace que ça et donc ce
qui nous a motivés c'étaient de se dire
que qu'on pouvait peut-être un moment
donné faire parler des gens qui se
parlent jamais faire avancer
techniquement peut-être
philosophiquement aussi culturellement
en tout cas tout un tas de gens qui
étaient trop occupés pour lever le nez
du guidon du vélo ou dessous de la
charge et aux nouveaux avantages que
j'avais ces canettes un restaurateur on
raconte beaucoup de monde on fréquente
un peu de tout des chefs d'entreprise
des politiques qu'on fréquente des
paysans des marchés des transformateurs
les industriels et donc on écoute on
apprend et on peut faire des constats et
puis surtout on peut se dire que tient
la fois ci une telle savez ce que ça vu
un autre on peut faire des connexions et
on peut penser qu'à un moment donné les
progrès que l'on voit arriver sur
l'agronomie notamment sur la
compréhension du vivant de production
élevés toi les balles peuvent être
partagées par tout le monde et que
autant du numérique mais ma foi ça
serait peut-être pas mal
6e numériques que nous aider à partager
tous ces savoirs bien faire en sorte que
la transition agroécologiques aille plus
vite
voilà ce qui a présidé à la création de
cette association alors l'idée c'était
évidemment de faire financer par les
gens qui font le plus de marges
c'est-à-dire ceux qui sont à l'aval des
efforts que doivent faire apprendre aux
autres aussi ceux qui sont en amont
pour cette transition là on va parler
précisément du du fonctionnement au
quotidien concrètement comment avec vous
a trompé ni parce que vous vous êtes
vraiment dans l'opérationnel vous avez
une expérience de plus de dix ans à la
fois en france et à l'international dans
la conduite de projets de développement
durable et vous êtes à la tête de ce
mouvement pour une agriculture du vivant
dont la baseline c'est nourrir les sols
pour nourrir les hommes alors ça paraît
très clair mais encore en effet bonjour
ariane vennin bonjour à tous
donc ces mouvements en effet il a été
créé il ya trois ans avec ses boys line
qui vient traduire en fait les deux
enjeux que que souhaite adresser ce
mouvement et kaka un peu introduit
arnaud c'est-à-dire réconcilier les
acteurs et régénérer les sols et les
écosystèmes vivement c'est vraiment ça
qui nous anime parce que pour nous on
voit bien à me l'expliquer aujourd'hui
une problématique absolument
fondamentale qui est celle de pouvoir
continuer à produire demain de
l'alimentation et d'éviter de produire
du désert comme on le fait depuis une
quinzaine de millionnaire donc la
première priorité absolue pour tous les
hommes
aujourd'hui c'est de nourrir les sols
c'est à dire de faire une agriculture
qu'on appelle à nous écologique ou
régénératrice c'est à dire qu'il va
permettre de protéger ses sols et de
tendre vers l'auto fertilité et ce
deuxième enjeu qui est la réconciliation
qui est absolument fondamental parce que
si on veut réussir ce pari de
l'agriculture régénératrice hounhanou
écologie et bien on voit bien qu'en fait
il va falloir changer complètement
paradigme parce que quand on aborde ce
sujet du vivant quand on aborde ce sujet
de la régénération pour comprendre très
vite qu'on va tendre vers une approche
systémique parce que dans le vivant tout
est lié et tout est sujet d' équilibre
donc on ne peut pas séparer les sujets
on ne peut pas traiter d'un côté et la
biodiversité
les ruches les sols le carbone de
manière isolée nom va devoir prendre
tout de manière très concrète ensemble
et devant le défi que cela constitue
aujourd'hui
ben il est absolument fondamental qu'on
fasse tous ensemble d'où la nécessité de
cette réconciliation qui est vraiment
car du mouvement est donc aujourd'hui ce
mouvement depuis trois ans mais il a
permis de rassembler plus de 600
adhérents de l'agriculteur jusqu'à la
grande distribution passant par tous les
acteurs qu'ils soient partenaires
techniques partenaires financiers etc
pour arriver à construire ensemble les
outils de d'accompagnement de cette
transition est donc finalement les
adhérents lucani chercher au sein de
notre association
un collectif qui partagent les mêmes
valeurs et des solutions très concrètes
et très pragmatique pour les accompagner
dans leur transition
c'est assez polémique quand vous dites
tous les deux arrêtés de produire du
désert qu'est ce que qu'est ce que vous
entendez par produire du désert parce
que ça peut interpeller cette expression
oui bien c est en fait simplement
historique
ici on est des moyens techniques pour
aller voir ça c'est un léger d'ailleurs
un exercice intéressant vous prenez
votre manuel d'histoire d'humanité vont
regarder tous les endroits qui sont
répertoriés comme étant des endroits
pionniers de l'agriculture et vous
regardez ce qu'ils sont devenus
c'est pas très compliqué le meilleur
exemple le croissant fertile du zoo
permis un marchand de cailloux
aujourd'hui entièrement bio il a jamais
connu la chine y suis là c'est vraiment
le désert qu'elle est éclairé par une
culture et rose hill valley en fait
c'est ce qui nous a les nouveaux noms à
sa pièce sur la 250 millions 250 mille
ans avec pierre 250 millénaire ça fait
seulement une quinzaine de millionnaires
que nous produisons notre réputation
donc on regarde notre de notre histoire
et de notre ancienneté
cette phase agricole elle est
relativement courte même si quinze mille
ans c'est long mais c'est quand même
relativement court et on commence à
peine maintenant à comprendre le
mécanisme inverse de celui de la
stabilisation des sols qu'on appelle la
paix dauger neige pendant des centaines
de milliers d'années les plans toucher
le sol
c'est comme ça que ça marche une plante
4 carbone dans l'atmosphère le stock
dans la structure puis elle me wolson
elle fabrique des sols cessole son
histoire des forêts dont on a hérité
sont des sols agricoles avec terrains
travail ou janvier et sur lesquels on
produit était le problème c'est que nous
avec ces sommes nous avons un
comportement qui est de l'entrée de la
mine c'est à dire qu'on ne s'en sert pas
seulement pour attirer les rentes
on les détruit et on les envoie à
l'océan
c'est à chaque fois qu'on fait une queue
de charrue sur gens qui en parlent de
notre prochaine à bannu pour cette
famille qui a une fin de partie il ce
qu'on a ramené qui va finir en russe en
fait la rivière puis à l'océan donc ça
c'est même pas discutable
aujourd'hui tout le monde est d'accord
là dessus tout le monde se demande
comment on peut faire pour éviter sound4
le ralenti si notre agriculture
majoritairement celle du travail du sol
c'est une agriculture qui envoie nous
sommes à losse landes
voilà ça c'est très bien parce que je
vous interromps on comprend bien cette
attitude irresponsable de d'olonne et
comme un certain nombre de sujets à
traiter en sorte ça fait une transition
parfaite pour savoir pourquoi c'est
nécessaire de parler d'agroécologie
l'agroécologie qui va présenter un point
essentiel de cet événement est en tout
cas cette introduction
pourquoi c'est nécessaire de parler
d'agos écologie pendant la semaine de
l'agriculture
c'est justement pour ça et à ne va vous
en parler en détail
techniquement mieux que moi et
simplement une phrase pour vous dire que
aujourd'hui cette vision de
l'agroécologie que nous avons c'est que
j'essaie de porter au tout début
c'est en fait que nous regardions tous
vers les enjeux majeurs de l'agricole et
ses enjeux majeurs sont peut-être parce
que l'on passe au départ est donc en
gros l'agroécologie c'est de s'occuper
de ces enjeux là et non pas de s'occuper
des moyens c'est vraiment s'occuper du
résultat et c5 qui est la différence qui
est très important aujourd'hui est à
vous expliquer comment on fait ça selon
ana en effet en fait l'agroécologie si
on doit la définir peut-être simplement
avant de répondre à votre question de
pourquoi en parler cette semaine
pour nous la vraie écologie finition
très simple c'est de faire de
l'agriculture en s'inspirant du vivant
pour produire et protéger en même temps
et c'est un peu tout ce changement de
paradigme que j'évoquais tout à l'heure
c'est qu'on a tendance à voir une
culture soit qui produit soit qui
protègent l'environnement
mais tout le défi qui est en fait face
aujourd'hui à notre société moderne
c'est d'arriver à relever le pari elle
revêt le décrit de le faire en même
temps
et aujourd'hui on sait le faire parce
que il ya des pionners depuis 30 ans
qu'ils le font qu'ils ont mis en place
des nouvelles pratiques qui permettent
de régénérer ses salles justement est de
passer d'une agriculture mines hier que
key locarno à une agriculture
régénératrice donc c'est tout ce défi là
aujourd'hui cours d'un métronome est en
fait pourquoi il est absolument
indispensable et qui nous tenait à coeur
aujourd'hui de faire en fait cette
semaine d'événements autour de
l'agroécologie durant la semaine de
l'agriculture française c'est que
régénérer les sols c'est à la fois
régénéré les écosystèmes vivante
c'est à la fois relever le défi de
pouvoir continuer à produire et donc le
défi de la souveraineté alimentaire de
notre pays
mais c'est aussi également le relever le
défi qui est le plus grand défi
l'humanité aujourd'hui du changement
climatique
parce que avec le changement climatique
on est en train d'accélérer cet effet
l'érosion mais c'était l'effet de
désertification et ce qui se passe
également c'est qu'on sait aujourd'hui
cette agriculture sur une agriculture
qui permet de réduire les effets du
changement climatique en retoquant de
carbone dans les sols
donc en fait face à nous on a la foi en
défi qu'on ne peut pas ignorer et qui
est absolument crucial pour la survie
décéda sionnel mais qui aussi une
véritable solution face à nos enjeux
modernes
donc j'ai envie de dire pourquoi hésiter
il ya eu le choix et on voit bien que
dans l'algorithme légiste n'est pas une
troisième voie c'est un énième la belle
mais c'est bien une absolue nécessité
si on veut continuer de produire demain
et de vivre sereinement sur cette
planète
on entend très bien dans ce que vous
dites la nécessité d'être responsable et
d'ailleurs je cite une remarque de régis
qui nous suit qui est écrit en mai qu
est ce que le disiez arnaud les
agriculteurs voit ainsi partir leur
capital à la mer c'est exactement ce que
ce que vous disiez alors où on entend
cette nécessité de parler des gros
d'agroécologie d'être d'être enfin un
peu responsable et c'est vrai que quand
vous nous expliquer tout ça ça semble
rose
le limpide pourtant le mouvement a fait
polémique notamment quand il s'est créé
aujourd'hui après trois ans vous avez
parlé de 600 adhérents
après trois ans il n'y a plus énormément
de détracteurs mais pour ceux qui
persistent à est tout à fait d'accord
qu'est ce que vous avez envie de leur
dire à me béguin
alors il ya quelque chose que j'ai
compris il ya déjà pas mal de temps un
cela c'est que de toute façon il y aura
toujours une partie des gens qui
préfèrent rôle là la polémique au sujet
de la polémique
ça c'est la première chose c'est déjà
pour qui sonne le fonds de commerce une
activité de se sur la gueule avec
les autres bon ben voilà c'est comme ça
il faut faire avec mais c'est pas c'est
pas cela qui me meut qui nous font ch
ici en fait là où il ya des points de
frottement aujourd'hui évidemment pas
mal encore
c'est comment vous dire j'essaie de me
prendre
vous devez faire mienne une métaphore
vous savez c'est cette histoire d'une du
nouveau monde qui émerge et aidé
l'ancien monde qui disparaît et la
difficulté c'est pas tellement de
laisser émerger le monde sait d'amortir
la chute de l'ancien on est dans
l'agricole sur une activité et dans
l'agroalimentaire en général qui a
généré qui continue à générer énormément
découvrir énormément d'heures sup et
selon énormément de postulats et des
postures d'autorité et de pouvoir lui
mère est ainsi chevaux et donc comme
toujours quand il ya un changement de
paradigme majeur qui va retourner
énormément de choses y compris des
valeurs là dedans
eh bien on va avoir de la résistance
parce que forcément il y aura des gens
qui ne vont pas vouloir lâcher leur
petit patrimoine ou non des différentes
situations où la roche où la lumière ou
qu'il ne s'implantent ne vont pas
vouloir changer parce que le vie
pratique ma phase la plus dangereuse du
monde vous la connaissez la fin du monde
non et bien on a toujours fait comme ça
en fait c'est ça l'origine des querelles
et l'origine des polémiques sait rien
sur le fond
personne aujourd'hui ne peut nier que
nous avons besoin d'une agriculture d'y
stocker du carbone qu'ils refassent donc
ces sols qui fasse des sociétés pourront
ensuite rennes finit très stocker de
l'eau qui produisent encore beaucoup de
biodiversité qui nous fasse une
alimentation qui nous va bien et qui
nous constitue comme il faut et puis en
plus simple de dp me sens heureux voyez
personne ne doit aller contre ça le
premier qui vous dit qu'il est contre ça
savait bien qui cherchent vraiment la
baston doit donc c'est pas le problème
le fond du sujet les problèmes quand ils
arrivent c'est sur la façon dont on y va
et c'est ça tout là moi je suis très
très content d'avoir une équipe fait
d'avoir travaillé avec une équipe de
jeunes et a mené par année mais c'est
extraordinaire de les voir bosser dans
ses méandres dans ces labyrinthes
d'avancé dans ce monde hyper complexe de
l'agriculture pour justement essayer
tous les jours de faire émerger ses
priorités la cej moi je veux démontrer
clairement à tous les acteurs en
ordonnant les moyens d'y aller par leur
propre chemin ne faut pas oublier que
l'agriculture c'est que des cas unique
il ya une autre phrase tout à suivre
dans le jeu alors tu m'aimes morte end à
celle là dans l'agriculture mais pas que
c'est une phrase qu'on entend souvent
des écoles d'administration et elle dit
toutes choses étant égales par ailleurs
à ce truc qui n'existe jamais à vous
pour être tranquille qu'une solution qui
a été élaboré avec ce genre de cadre ça
c'est sûr
voilà pourquoi bien on va bien tout ça
n'est pas du tout arithmétique
en fait il ya 12 ans jeu il ya l'enjeu
de la l'absence de remise en question
que vous évoquez est qu on a toujours
fait comme ça de gens qui nous en veut
faire autrement parce qu'ils n'ont pas
envie effectivement d'être bousculés
dans leurs petites habitudes et puis au
delà de l'enjeu de remise en question
est un autre enjeu qui est celui de la
compréhension parce qu'il a fallu
expliquer aux uns et aux autres que ce
soit les agriculteurs les
institutionnels voir les médias il a
fallu leur expliquer ce qu'était pour
une agriculture du vivant qu'un
mouvement comme ça qui émergeraient
j'avais envie de dire presque de nulle
part et qui aujourd'hui a réussi à
s'imposer et donc au delà des polémiques
que vous évoquez anneaux
il ya la question encore des zones
d'orient n'a encore quelques unes et
parmi ces zones londres il ya beaucoup
de personnes qui ne comprennent pas très
bien si pour une agriculture du vivant
c'est un label ou pas un label
est-ce que l'agro écologie c'est un
label de bonnes questions en effet que
que tout le monde se pose et même nous
la sommes opposés au démarrage d'être
déjà je vais surfer mais la question
c'est déjà qu'est ce qu'un label un
label à quoi ça sert un label ça sert
tout simplement un rassurer le
consommateur en allant trouver
finalement une certaine qualité une
certaines allégations qui va être fait à
ce consommateur
et si on en rien à la définition de
l'agroécologie que que j'expliquais tout
à l'heure s'inspirer du vivant pour
produire et protéger mon temps on
revient que finalement on est sur un
concept qui va être beaucoup plus large
que celui d'un label ce qui nous a
convaincus très tôt qu'il ne fallait
surtout pas créer un label à curico
logique parce que l'agro écologie c'est
accompagner les agriculteurs dans une
trajectoire démarche de progrès qui va
leur permettre d'améliorer leur système
est de trouver cet équilibre
justement entre la production et la
protection de l'environnement et tout
ces externalités que si tarnos le
carbone la biodiversité etc et donc
résumé finalement labour écologie un
label ce serait extrêmement réducteur et
tout l'enjeu il est plutôt d'aller
accompagner les agriculteurs et
l'ensemble de ses acteurs dans cette
démarche et donc nous notre notre choix
il a été assez clair c'est à dire que
notre objectif il est plutôt d'aller
créer les outils qui vont permettre
d'accompagner cette transition et en
particulier de mesurer les résultats de
cette transition pour pouvoir
accompagner chaque agriculteur dans sa
progression
et à partir de là libre à chacun ensuite
qu'elle soit individus qu'ils soient
marque entreprises au sein de
l'association d'aller créer de la valeur
à partir de tout c'est de tout cet
écosystème vibrant de toute cette
démarche de progrès de cette mesure des
résultats pour aller créer la valeur
jusqu'au consommateur mais on est assez
convaincu qu'aujourd'hui il n'ya pas
besoin d'un label pour faire ça et que
on le voit aujourd'hui on a un certain
nombre de marques qui vont venir
témoigner tout au long de la semaine
notamment au niveau des différents
intervenants qu'on va avoir et qui vont
venir justement démontré qu'ils arrivent
aujourd'hui à accompagner cette
transition est allé
mais aux consommateurs de cette
transition sans avoir besoin d'un label
et je dirais la meilleure preuve de ça
aujourd'hui ce sont les chiffres au sein
du mouvement
on a mené une enquête récemment auprès
des agriculteurs qui met en avant
justement cette réconciliation que l'on
évoqué ce concept d'agroécologie c'est
que parmi les agriculteurs qui seraient
des vents mouvement on a découvert du
coup que 49% de ses six mandats gris
culture biologique aujourd'hui ils ont
déjà un label on en a 30 % qui sont en
conventionnel sans label on va dire on a
10 pour 10 7 % qui sont labellisés à
cheveux et puis le reste c'est ces
quelques autres labels donc finalement
on voit bien que dans l'association avec
ce sujet à curico logique on parle à
tout le monde et en fait ça intéresse
tous les agriculteurs et les agresseurs
au quotidien ce qui les intéresse c'est
bien leur production et l'amélioration
d'un système et pas d'avoir un énième
label et donc c'est vraiment tout notre
pari d'arriver à réconcilier tout le
monde de leur apporter les outils que
chacun s'en empare et libre à chacun
parce que nous créons des outils open
source de son saisir et d'ensuite
d'aller créer cette valeur jusqu'au
consommateur avant tout arnaud sur ce
sujet des labels on sait bien que les
contrats quand comment en tant que
cuisinier que quand on achète tel ou tel
produit on peut savoir si c'est un
produit responsable qui a été fabriqué
sur ma chaise je sais pas à des bandes
qui viennent de je ne sais quel pays
exotiques dans le respect des
agriculteurs dont kelly alias est
question des labels qui est assez
présente
et les gens peuvent être rassurés par
l'idée du label on voit bien sur tous
les produits soient label rouge la belle
truie est ce que est ce que pour vous
l'agroécologie et notamment pour une
agriculture du vivant c'est un label ou
pas comment comment vous voyez les
choses par rapport à cette question du
label moi je suis un mytho piste donc je
rêve et je continue à rêver peut-être
qu'ils ne verraient le montant n'est pas
mais je rêve d'une sorte de plateforme
universelle numérique
peut-être bloc chez n'est peut-être pas
une syrienne
c'est pas par quelle technologie ça
pourrait passer mais qui nous disent
absolument du gâteau qu'on est en train
de croquer parce que ça va arriver ça
remplacera parler d'elle puisque ça va
raconter absolument toute l'histoire de
cette époque depuis les sols jusqu'à ce
que l'on fait dans votre organisme
on arrivera ce grand visionnaire d'en
parler maintenant on est en train de
démarrer sa une autre plateforme
numérique qui est le tour continue des
débuts de ça et qui a vocation à être en
open source et universel un jour je
pense que ce qui peut aujourd'hui
rationné le plus s'il a besoin d'être
rassuré notre ami comme sur mac tu as
l'air celui qui veut savoir ce qu'il
mange c'est de rentrer dans une sorte
d'intimité avec la filière aujourd'hui
on en est là j'ai souvent dans ma vie de
cuisinier que je préférais connaître le
prénom du berger du fromager qui me
vantait son fromage et à discuter avec
la plus vendue dans le temps plutôt que
de regarder les labels qu'il avait sur
sur sa camionnette vous pour ses
fromages
alors ça ne veut pas dire que je dénigre
le fait qu' on puisse vouloir prouver
qu'on se fait ce que m'ont dit ça c'est
c'est quelque chose qu'il a permis
d'avancer dans plein de secteurs qui ne
crache pas dessus mais j'appelle de mes
voeux le moment on n'aura plus besoin de
ça c'est à dire bonsoir en achetant une
carotte qu'elle aide à stocker du
carbone qu'elle n'a filtré de nom
qu'elle a produit de la biodiversité ont
elles eu plein de trucs dont on a besoin
pour se nourrir et qu'un plus à la revue
sont cultivés toi heureux voilà ça ça
viendra on n'en est pas encore là mais
c'est quand même que j'ai je pense que
je suis pas le seul parce qu'un jour ou
l'autre il faudra qu'on sache tout bon
nous allemands et ce n'est jouable
c'est un joli programme en tout cas je
précise pour vous toutes et vous tous
qui nous écoutent est que si vous le
souhaitez vous pouvez poser des
questions que j'aurai la herray année
arnaud vous aider cet outil qui permet
de converser et comme la télé j'ai tout
à l'heure c'était un commentaire mais
vous pouvez voilà vous apportez vos
commentaires et vos quelqu'un c'est
important de partager avec vous et
d'avoir vos retours donc on parlait tout
à l'heure à n'avait carnot des des
polémiques et notamment de la difficulté
de vaud cloud à se remettre en question
à voir les choses différemment de ce
qu'ils ont toujours fait
kankan pour une agriculture du vivant
c'est lent c'est évidemment il ya eu des
polémiques et certaines sont encore
d'actualité
vous en tant que représentants au
quotidien vraiment en tant qu
opérationnelle sur le terrain elles sont
les critiques éventuelles auquel vous
êtes le plus souvent exposés
en fait c'est vrai que vous l'avez dit
tout à l'heure le grand défi qui est
devant nous sur ce sujet c'est d'arriver
à expliquer à culture et on utilise
beaucoup ce terme en fait l'ensemble des
acteurs sur les enjeux qui sont derrière
tout ça et comme le disait hier à nous
d'arriver a finalement accompagné la fin
d'un ancien modèle
et c'est vrai qu'aujourd'hui on est dans
un dans un milieu en tout cas un angle
assez fragmenté très fragmenté même
j'irai dans mon école est aussi un
mondial de l'alimentaire ce qui est
exacerbé par les labels mais les labels
ne sont pas responsable de tout et est
donc tous les tout l'enjeu c'est
d'arriver à accompagner chacun tout en
gardant finalement les équilibres qui
peuvent exister aujourd'hui les protégés
finalement les avantages des uns et des
autres qui peuvent exister donc il faut
pouvoir accompagner tout ça et quand
finalement on arrive avec un discours
réconciliateur
sap a peut être vu comme finalement une
arnaque ainsi utilise un mot parce qu'on
ne croit pas à un discours
réconciliateur il est plus facile
d'opposer et c'est ce qu'on voit tous
les jours dans les médias mais beaucoup
plus facile d'opposer de pointer du
doigt ce qui ne va pas chez les uns chez
les autres plutôt que de valoriser ce
qui est bien dans chacun et nous c'est
un peu ça notre pari aujourd'hui et
c'est ça qu'on fait au quotidien et
c'est ça qu'on fait aussi avec lundi
les rations y reviendra mais qui permet
d'aller valoriser ce qui est bien dans
chacun des systèmes dans chacune des
pratiques de faire travailler ensemble
les acteurs pour qu'ensemble ils
améliorent et qu'il se nourrisse des
connaissances des savoirs des uns des
autres et donc ça c'est peut-être un
message qui est encore un petit peu
difficile à comprendre parfois qui peut
faire peur parce que ça peut voilà
générer un risque individuel et une
perte de davantage concurrentielle mais
mais on voit très bien aujourd'hui au
quotidien dans l'association je citais
quelques chiffres on a aussi doublé noms
de membres
finalement des moulins par rapport à fin
2009 donc on voit bien que ce discours
ils portent de plus en plus que les
acteurs sont aussi en recherche de sens
et que quand on parle du bilan s'est
aussi questionné finalement le rôle que
nous êtres humains avons au sein de ceux
vivant et donc sa touche bien finalement
le quotidien de chaque être humain et
donc on and on atterrit sur des sujets
qui sont bien plus large que celui de
l'agriculture et c'est ça qui est
absolument passionnant avec
l'agriculteur c'est que c'est le début
n'a finalement de notre chaîne
alimentaire c'est le début de la chaîne
du vivant et que finalement c'est un
sujet qui nous concerne tous et qui nous
parle à tous
alors on a deux questions une 2 0 qui
nous demande sur les 600 adhérents que
compte pour une agriculture du vivant
combien yat-il d'agriculteurs alors
william ont majoritairement des
agriculteurs en l'occurrence c'était un
chiffre dans l'approximatif que j'étais
mais tout à l'heure le chiffre exact
doit être totalement tour 2 665 60
disent quelque chose comme ça puisque en
réalité nous avons un peu plus de 600
agriculteurs adhérents et une
soixantaine d'entreprises qui sont
membres c'est-à-dire donc quand je parle
des entreprises se sont toutes celles
qui vont être cotisantes qui vont
financer l'association par la cotisation
et qui vont aussi bien de l'amont
agricole des sculptures de coopérative
de négoce
de développement agricole ou des
structures de l'agroalimentaire ou bien
des partenaires techniques et financiers
alors pour bien comprendre pour les
futurs éventuels adhérents
être adhérent de pour une agriculture du
vivant avait dire quoi concrètement je
serai plus comment alors être adhérent
de coin nature du vent c'est déjà
s'engager
donc c'est pas venir chercher des
services mais c'est déjà en soi être
convaincu de la vision et de ses valeurs
de régénération de réconciliation et
s'engager à les mettre en oeuvre au sein
de son entreprise
c'est un élément absolument déterminant
pour nous parce que on va attendre
vraiment des acteurs que ils fassent
leur part du travail parce que dans
cette transition il est absolument
indispensable que chacun des acteurs des
filières fasse sa part du travail
là le principe de responsabilité
partagée a été défini très tôt
contrairement justement label où
finalement on va demander aux
agriculteurs de mettre en place des
pratiques et puis derrière toute la
filière va venir acheter ces produits là
l'enjeu c'est que chacun à son niveau
mettre en place un certain nombre
d'engagements qui vont permettre de
réussir cette transition qu'il prend un
exemple très concret très simple on a
souvent le cas la chimie voilà comment
réduire l'usagé des produits
phytosanitaires par exemple en
arboriculture
aujourd'hui on sait très bien que le
choix des variétés qui peuvent être
faits par les acheteurs est absolument
déterminant sur la capacité des
agriculteurs à réduire le visage de 6
phytosanitaires donc si les acheteurs
n'ont pas été sensibilisés à ce qu'elle
agroécologie parce que ça implique pour
l'agriculteur et aux contraintes
techniques que c'est un plan imposé
on voit bien que les agriculteurs ne
pourra pas aller au bout de sa démarche
donc c'est pour ça que on est
actuellement strict sur ces points là et
donc il ne faut pas des engagements pris
l'association va venir aider chacun ses
adhérents à mettre en oeuvre ses
engagements et en particulier à
accompagner cette transition
et c'est par la démultiplication de ces
initiatives que l'association est en
capacité aujourd'hui de développer un
certain nombre d'outils qui ont été
testées sur le terrain avec les acteurs
qui s'enrichissent des expériences
multiples et variées et qu'aujourd'hui
on est en capacité de rendre disponible
en open source au plus grand nombre pour
faire bénéficier tous les agriculteurs
de ces outils
et surtout pour accélérer cette
transition ça rejoint un peu la même la
question de louis et oui on va vous
répondre en quelques instants parce que
justement on va parler d' annoncent
qu'ils sont chers pour une agriculture
du vivant et qu'ils répondraient une
entraide en partie à votre question
ce qui est clair c'est que les valeurs
intrinsèques à l'agroécologie elles sont
réelles elles sont déjà visibles ça on
va le voir toute la semaine soit pour la
reconnexion vivent la mise en mouvement
des acteurs de coopération la création
de valeur mais en attendant on attendant
l'événement cette semaine c'est
l'occasion pour rené aujourd'hui vivent
de faire de grandes annonces d'abord la
mise à disposition en open source
puisque vous parliez l'open source d'un
homme qui sait de régénération mais
aussi le lancement d'une plateforme
digitale de l'agro écologie avait
d'ailleurs je vous laisse nous en dire
davantage
en fait ce mot de régénération il et il
est très important depuis le début pour
nous et puis pour tout le monde je pense
qu'est-ce que de fait il vient pour la
fois expliqué la position que nous
devons avoir tous par rapport à nos sols
agricoles
aujourd'hui on a suffisamment animé par
tous ces soldats nous avons hérité pour
comprendre que nous sommes dans une
nécessité de les régénérer et cette
génération ne doit pas s'arrêter
seulement au sol il faut aussi qu'elles
aillent sur d'autres tableaux et
notamment le contenu des produits la vie
de ceux qui les produisent l'économie
des filières par lequel tous à 30,10
tout ça relève effectivement de désir de
régénération et on s'est dit à un moment
donné que ça serait quand même très
intéressant d'avoir au moins le début
les d'un outil qui pourrait nous
permettre à chaque achat qu
stade dans de chaque situation de
dévaluer pour une année ponctuellement
de cette génération est donc cette idée
d'un indice qui puisse parler de ça
évidemment au début c'était peut-être un
peu utopique
maintenant on sait que techniquement on
commence à avoir les moyens d'en parler
de le faire comme il faut et donc nous
avons répondu à un moment donné à un
appel à projet de la bpi qui nous a
permis de commencer à financer tous les
travaux qui met ça en avant par les
beaucoup mieux que moi bien d autres
détails que je voulais a ajouté mme
harvey qui n'a pas été dit peut-être
parce qu'il paraît dingue comme ça c'est
que pour les paysans des agriculteurs
l'adhésion à une culture du fort est
gratuite mais bien le préciser pourquoi
est ce que c'est important d'avoir un
outil mesures telles que celui que vous
venez de lancer là on a fait c'est
extrêmement important c'est crucial est
ce que c'est ce qui nous anime est
depuis trois ans et aujourd'hui c'est
l'aboutissement ses trois premières
années de travail parce que en fait un
outil majeur pourquoi parce que on l'a
dit dans le vivant tout et tout est lié
dans le vivant tout les sujets dès
qu'ils ont c'est extrêmement compliqué
finalement d'aller évaluer des choses
qui ont regardé finalement chaque point
de manière isolée où chaque moyen chaque
pratique qui est mise en avant est par
ailleurs également par rapport à son
objectif de réconciliation il était
clair pendant qu'il fallait viser des
résultats et donc c'est ça qu'on va
essayer de mesurer de ne mesurer les
résultats effectifs pour ne pas regarder
quelles pratiques sont mises en oeuvre
par rapport à des choix techniques qui
serait fait par les agriculteurs mais
plutôt quel résultat les obtiennent
justement en termes de production et de
protection et donc c'est ce qu'on a fait
avec cet indice de régénération du cou
qui est public depuis ce matin sur notre
plateforme digitale au lien transition
pour un galet lecture du vivant point
org pour ça qu'ils sont en direct et qui
souhaitent tout de suite allé regarder
donc c'est un c'est un indicateur donc
un calculateur
créé avec les agriculteurs avec les
techniciens qui sont membres du
mouvement et avec notre comité
scientifique européen spécialiste des
sujets agronomique et donc c'est une
pour faire simple c'est une note sur 100
une note de 0 à 100 qui permet de
positionner chaque agriculteur chaque
ferme plutôt là chaque système de
production
sur cette échelle et qui permet ensuite
de l'accompagner en définissant un plan
de progrès avec son technicien
jusqu'à l'amélioration de ces pratiques
et ce qui est extrêmement fort l
important dans cette dans cette note
dans cette note de 0 à 100 c'est qu'elle
va vraiment regarder l'ensemble du
système
elle ne va pas regarder que le sol mais
pas vraiment regardé la santé du sol est
l'invité l'été l'écosystème on va
regarder aussi bien les entrées de
carbone azote la réduction des
phytosanitaires tous les éléments liés
au sol c'est-à-dire couverture du sol
mon travail du sol
les systèmes l'agroforesterie et c'est
donc on va vraiment regardé
l'intégralité et pour permettre d'avoir
une vision globale de la régénération de
son système est aujourd'hui cet outil il
est à la fois utilisé comme outil
agronomique pour accompagner les
agriculteurs avec leurs techniciens mais
aussi dans les filières justement pour
que l'ensemble des acteurs de
l'agroalimentaire mais aussi la
cosmétique de l'immobilier qui achètent
aujourd'hui des matières premières
agricoles puissent finalement accompagné
leurs fournisseurs dans cette démarche
de progrès et donc finalement avec un
outil très simple mais pas simpliste et
ça c'est très important qui permet
d'évaluer le vivant on arrive aussi à
construire finalement une vision
partagée au sein des filières où on
parle le même langage en langage commun
sur des sujets qui sont extrêmement
complexes qui vont aller jusqu'à
adresser des réponses qu'attendent les
consommateurs sur le carbone l'abbé
diversité la chimie etc
vous avez en partie a répondu à la
question de louis c'est pour çà lui
qu'on attendait pour vous répondre à
votre question était la suivante voulons
remercier pour toutes les informations
et vous nous demandiez d'approfondir le
sujet des outils générés par pour une
agriculture vivent les outils vénéré
donc en open source c'est le cas c'est
un outil de de cet indice de
régénération qui est en open source vous
demander quels sont ces outils par qui
est ce qu ils peuvent être consultés et
pour qui sont ils construit alors je
vais vous laisser répondre et je pense
que la plateforme n'a pas encore parlé
de la plateforme digitale et sa
spécificité est en partie un des
éléments de réponse
à la question que se posent oui mais
voilà je vous laisse répondre à cette
question
déjà pour répondre à la question du
cours qui donc cet hôte entier c'est
tout il a déjà été développé pour les
agriculteurs en priorité et avec les
agriculteurs et ça c'est très important
puisqu'on a on a vraiment travaillé avec
eux pour construire un outil qui est
calculée avec des données aux champs tu
peut se faire de manière très rapide en
15 minutes
si on est dans une logique un peu de
simulation de test jusqu'à deux heures
si on est sur un diagnostic très complet
qui va venir créer de la valeur dans des
filières et c'est rare mais ça reste un
outil très simple et très rapide et qui
peut être aussi utilisé que par les
techniciens comme je le disais et en
particulier donc le la communauté des
techniciens du vivant que l'on a
constitué et qui en s'amplifie de jour
en jour sont les techniciens qui sont
justement compétences sur les sujets
agronomique et qui peuvent accompagner
au mieux ses acteurs et donc sur la
plateforme digitale de l'agroécologie
que l'on lance également aujourd'hui
vous allez retrouver ces outils open
source c'est à dire
'l'indice de régénération qui existent
pour l'instant sur les productions
végétales pas encore sur l'animal c'est
prévu pour la fin de l'année
vous allez retrouver la cartographie des
acteurs techniques et notamment des
techniciens du vivant qui sont
compétents pour accompagner les
agriculteurs dans l'amélioration de
leurs plans de progrès vous allez
retrouver aussi tout le catalogue des
formations en agroécologie qui existe en
france et donc vous avez déjà tout une
base de travail en fait pour à la fois
simuler testé lundi de régénération de
fermes et ensuite ma construire les
outils pour améliorer votre on pourrait
est donc cette plateforme va venir
s'enrichir progressivement de tout un
tas de nouvelles fonctionnalités selon
vos besoins pour enrichir voilà cette
boîte à outils et vous aider au mieux au
quotidien améliorer notre indice
maintenant je me tourne vers vous pour
cette autre question que nous avons
reçues comment accompagner vous les
agriculteurs les agricultrices est ce
que vous faites des appels à projets est
ce que les agriculteurs et agricultrices
sont situés dans toute la france comment
mettez-vous en place ces accompagnements
comment ça se passe concrètement autres
au niveau du partage de semences
paysannes des formations et est ce que
vous le faites aux côtés de la chambre
d'agriculture alors ça fait beaucoup de
questions oui
je vois aussi une autre question demeure
tout puisque je regarde des questions
réponses qui parle de la production
industrielle une façon dont justement
comment peut-on travailler avec
vaguement alimentaires notamment une
seconde alimentaire toutes ces questions
comme très intéressante
évidemment comment nous accompagnons des
agriculteurs d'abord il faut qu'ils
soient motivés qu'ils aient envie
face à lui deux parties de l'europe
parce qu'on accompagne partout
difficulté tout seul dans son coin mais
en étant en gros plan le collectif qu'on
avance mieux on a pas du tout de filtres
là dessus tout le monde de venir nous
voir et on peut absolument d'étudier
tous les cas de figure pas au portillon
on verra enfermez vous travaillez en
quelques fois avec des chambres
d'agriculture quelquefois non
quelquefois avec des syndicats
départementaux quelquefois dans quelques
fois avec des jeunes agriculteurs a fait
peau neuve c'est pas du tout sujet c'est
une question de volonté
en fait nous sommes ouverts absolument
tout le monde agricole et détournement
de la great wall a compris puisque on va
bien être la diversité elle et pas
seulement dans les champs ni nos
adhérents est lui aussi chez nos
adhérents on a énormément de
l'agriculteur d'un différent et ça a
toujours été le but du jeu rien des
propriétaires chez nous tout est partagé
pour le conte le plus possible puisque
le but du jeu c'est de faire avancer
l'ensemble de ce monde n'est pas
seulement de quelques bons pour qu'il
puisse être
mais la concurrence est une marque ne
s'est pas déconner ça tout ça est ce que
ça se pose et d'ailleurs et du coup j'ai
fait jouer en profite pour répondre à la
question d'après c'est vrai que pour les
garagistes tous de seconde période la
question d'après sait comment convaincre
ces structures concernées par l'agro
écologie parce que ce que nous dit à
jérôme c'est qu'une grande partie de la
production industrielle
comment dire elle se fait sur les terres
qui sont loués par ce que parce qu'on
sait que personne pas de foncier qu'elle
songeait de faire tourner les sols et
donc effectivement sa question c'est
comment est ce que on convainc ses
structures qu'elles peuvent être par là
pour l'écologie je vous laisse y
répondre et c'est par l'acculturation
que ça se passe et c'est justement ce
qui a prévalu à la chanson de notre
association qui nous fait arriver à voir
comprendre à tous les acteurs y compris
et surtout à ceux de l'aval c'est-à-dire
à ceux qui transforment ce qu'ils
vendent que leur avenir même dépendent
et de leur capacité à se saisir de ces
problématiques écologiques et pour ça il
paraît qu'ils comprennent ce que c'était
et enfin le bâton de pèlerin en a pris
il ya trois ans moi j'ai commencé une
guerre à la tour et j'ai à la défense
est chez lui à l'époque pour expliquer à
tout le monde ce que c'était que la
valeur d'un produit alimentaire
il y avait 70 ans n'a quitté la rue ne
penser qu'au prix vous avez jamais
l'idée de la valeur quoi donc
c'est simple ce changement de regard
c'est un vrai changement de paradigme
qui met la valeur y compris la valeur
économique quelque part où le produire
en service à tout le monde et ça c'est
nouveau c'est comme ça alors début on
passe pour un illuminé pour 2 d'argent
et puis petit à petit on commence à sa
place marque effectivement et bien un
intérêt que nous avons tous y compris
les industriels y compris les marchés y
compris le capital international qui
veulent nous donner un peu de mal c'est
de produire une valeur qui soit à la
fois
reconnaissables par tout le monde donc
tout le monde puisse appréhender et qui
sonne valeurs vraies c'est à dire assure
unité sur la planète puis simplement
voilà un point le doigt sur un point
très important qui est celui de la
valeur quelle tendance à être un petit
peu trop a laissé de côté par rapport au
prix ou à d'autres considérations avant
de prendre une nouvelle question hadj
mais vous laisser réagir sur le lait des
points qui ont été abordés les questions
qui ont été posées
ouais je voulais compléter quelques
points en effet aujourd'hui clairement
je voulais repréciser un point c'est que
pour une agriculture du vent c'est pas
une structure d'accompagnement de
développement agricole on est un
mouvement dans lequel vous allez
retrouver tout un tag d'acteurs qui font
du développement agricole donc un point
de départ du mouvement on s'est appuyé
sur les filières de membres on est parti
donc notamment des acteurs de
l'agroalimentaire proposer la démarche à
leurs fournisseurs qui étaient les plus
motivés avec eux on a construit tous ces
outils
aujourd'hui on est dans une nouvelle
phase où justement on rend accessible
tous ces outils pour que chacun s'en
empare et que ça fasse un effet boule de
neige et au sein du mouvement et
notamment sur la cartographie que vous
allez retrouver sur la plateforme de
l'agroécologie vous allez retrouver
justement tous les acteurs qui sont en
capacité d'accompagner les agriculteurs
que ce soit des chambres d'agriculture
des coopératives des négoces des
structures privées
peu importe vous verrez tout au long de
la semaine dans les témoignages
d'ailleurs quand on travaille avec tous
ses acteurs
cet après midi il ya une table-ronde
justement avec une charge de
l'agriculture vous verrez d'autres
acteurs au fur et à mesure de la semaine
donc il n'ya pas deux il n'y a pas deux
types d'acteurs qui font ça aujourd'hui
cette opportunité elle est là elle est à
saisir il ya déjà tout un acteur qui
sont en part et c'est tout le pack les
de l'open source et c'est il ya la
valeur qui vous anime vraiment de rendre
accessible massivement et en fait ce
qu'on ce qu'on souhaite aujourd'hui
c'est que les acteurs s'en empare
les outils sont là saisissez vous en et
c'est comme ça qu'on fera cet effet
boule de neige et pour réagir sur la
question de l'allocation des terres
c'est en effet un point primordial
on a longuement discuté avec notre
comité scientifique avec les partenaires
et quand on a finalement choisi
d'intégrer dans le calcul de l'indicé
origine
alors après tout dépend comment vous
utilisez un indice lorsqu'on est sur une
logique de plan de progrès agronomiques
non libre à chacun de définir le
périmètre sur le calice ne citiez en
tout cas dans une démarche filière
l'objectif est bien d'intégrer aussi des
locations unitaire parce que l'objectif
est bien de créer cet effet boule de
neige et de créer une prise de
conscience et rien de tel que de mesurer
la situation réelle et dont discuter
pour essayer cette prise de conscience
on part du principe que c'est tout il
est là pour ça donc on invite chacun des
acteurs aujourd'hui à saisir cette
opportunité et initiés c'est ce dialogue
avec l'ensemble de ses parties prenantes
merci pour ces précisions une question
de régis qui me dit que les
collectivités locales sont engagés dans
des démarches d'accompagnement des
agriculteurs de leur territoire afin
évidemment de protéger ou de reconquérir
la qualité de l'eau pour l'eau potable
mais aussi pour les milieux aquatiques
et que ces pratiques elle peut se passer
par des programmes alimentaires
territoriaux agriculture vivant est ce
que pour une agriculture du vivant
pardon est engagé sur ce type de
démarche que ce soit avec les
collectivités la restauration scolaire
les marchés alimentaires et autres n'ont
pas encore
nous avons un certain nombre de contacts
puisque justement nous avons dans la
phase de finalisation c'est un ace de
régénération justement éveillé l'intérêt
de plusieurs collectivités pour leur
signaler que tout l'intérêt de cet
indice de régénération qui sait qu'ils
puissent aussi justement être utilisé
dans les politiques publiques et en
particulier les pme c'est pour être
également dans la politique agricole
commune pour accompagner justement
mettre en place des moyens de paiement
des services écosystémiques ou de
motivations des agriculteurs au
changement de pratique parce que cet
outil est comme je le disais est open
source et que on atteindra un effet
maximal pour accompagner les
agriculteurs justement si on arrive à
mettre en synergie l'ensemble des
facettes des politiques agricoles
qu'elles soient privées dans les
filiales ou qu'elle soit publique et là
aussi quand on parle de réconciliation
ça concerne bien l'ensemble de ce
dispositif là on n'est pas en train de
créer juste une initiative privée dans
les filières on est bien sûr un outil
qui parle à tout le monde et que si
chacun s'en emparer mais on arrivera
crée finalement un effet de synergie en
effet démultiplicateur à la fois en
termes d'impact et aussi en termes de
revenus évidemment des agriculteurs une
fois principe nous dit les organismes de
formation des agriculteurs sont ils
associés à ces démarches entre autres à
l'utilisation de l' indice de gérants
génération dont vous avez parlé sont ils
les partenaires du mouvement nous
poussions que nous voulions attendre
oui tout à fait ma les premiers
notamment été vers de terre production
puisqu'ils sont fondateurs de 2 pour une
agriculture du vivant avec les six
autres membres fondateurs
donc évidemment tout ce qu'on a créé
jusqu'à présent a été fait avec eux et
je précise d'ailleurs que toutes les
événements de cette semaine et en
particulier celui ci seront retransmis
sur la chaîne youtube de vers de terre
production dès demain et donc avec une
vidéo par jour ou qui seront disponible
en replay
on écoutera également éthique au système
donc aujourd'hui ce sont les dires et
les deux plus avancées sur ces sujets là
mais je parlais tout à l'heure du
catalogue de formations qui est
disponible sur la plateforme digitale
l'objectif est justement d'arriver à
créer ses liens avec l'ensemble des
organismes de formation déjà pour rendre
visible leur offre et finalement il ya
un portail unique pour faciliter l'accès
aux adducteurs le technicien des
différentes formations qui existent qui
est souvent est encore un petit peu
compliqué finalement d'arriver à s'y
retrouver et aussi de créer ce lien très
concret entre les formations et la mise
en oeuvre et le déploiement derrière
jusqu'au filière et lundi origination
est également un outil qui peut être
utilisée justement dans l'évaluation des
formations en agroécologie donc ce
travail il est en cours et il a été
démarré et les discussions sont en cours
avec l'ensemble des organismes de
formation les anneaux fait part de ses
craintes et intéressant elle me dit
comment être sûr justement que l'agro
écologie ne soit pas une notion récupéré
par le grand capital
car c'est aussi et avant tout un
mouvement social fort dont il faut
conserver le caractère
l'évolution est rarement oui oui viva en
vivant la révolution en fait la grosse
conne ozil est elle se protège tout seul
puisque elle parle que de résultats et
donc quand on parle tout le résultat on
a pas de pré carré à protéger ou de
moyenne et de chapelle ni de donner de
signe de la mesa c'est sa force absolue
c'est
c'est ce que je pense m'en être
davantage ou en tout cas un changement
de paradigme majeur par rapport à ce
qu'on a vécu jusque là il faut pas être
béat donc plus donc c'est bien que
aujourd'hui énormément de l'activité
agroalimentaire est orienté vers un
objectif est que cet objectif est pas
forcément le bonheur de l'humanité à
court terme et que c'est plutôt des
résultats financiers
ça c'est vrai on vas t'ennuyer est à la
fois si on commence à rentrer dans une
démarche qui est de l'ordre de cette
transition écologique mais à la course
en maintenant comme il faut on ne pourra
pas prétendre à quoi que ce soit sans
arrêt de résultats d'août cet indice de
régénération du plein boom d'autres
indices qui vont venir s'agglomérer tout
au long de la chaîne alimentaire pour
nous fabriquer cette réassurance par
rapport à ce que une partie de
l'humanité chargé de nourrir notre fête
tous les jours
alors je sais que ça peut ça paraît un
peu utopiste et comme ça mais c'est
quand même intéressant de d'apprendre à
juger mesurer les résultats comme disait
tout à l'heure tout est lié en termes
d'agricole et d'aviculteurs aussi
d'ailleurs de santé 1 puisque on n'a pas
encore prononcé ce moment mais nous on
est quand même éclairé par ce concept de
la santé unique que vous avez peut-être
entendu évoquer déjà et c'est vrai que
quand quelque part une plante cet
automne à la demande un peu malade aussi
c'est comme ça c'est le vivant n'est pas
quelque chose comme d'autres étaient par
silos et donc le fait de pouvoir mesurer
à des moments donnés ce qu'on fait ça
nous permet de larguer des résultats on
ne peut pas se contenter d'allégations
de déclarations d'intention voilà nous
avons nous avons regroupé lecture qui
sait ce qu'elle fait qu'ils ne
mesuraient qui le dit
voilà je voulais compléter pour moi il
ya un point qui me paraît essentiel
aussi pour éviter ce risque là il ya
deux points le premier c'est de d'assoir
une vraie définition de l'agroécologie
aujourd'hui le terme à du bricolage et
avoir un terme au flou dans les bains
publics qui est justement utilisé par
des personnes différentes avec des
définitions différentes donc ce qui est
déjà très important c'est d'y mettre un
sens très clair avec des outils de
mesures qui permettent à chacun de
pouvoir se faire sa propre opinion sur
ce qui sera fait en terme de
communication derrière
donc ça c'est absolument primordiale et
c'est aussi pour ça qu'on crée les
outils de pédagogie qui seront également
diffusés en open source qu'on invite
tout un chacun utilisé à répliquer à
rediffuser
il faut qu'on arrive générique
collectivement cet effort
d'acculturation massif et on a la chance
d'avoir les réseaux sociaux pour faire
ça et donc d'arriver à créer vraiment un
impact fort jusqu'au consommateur
jusqu'au grand public jusqu'aux médias
sur ce sujet d'agroécologie pour y
mettre un vrai sens c'est que derrière
les entreprises qui l'utiliseront puis
c'est challenge et par rapport à ça et
donc c'est le deuxième point sur lequel
nous travaillons
j'évoquais tout à l'heure des
engagements qui sont pris nous mettons
en place de notre côté avec des
contrôles sur les acteurs qui sont
membres du mouvement pour une lecture du
vin afin de nous assurer que toutes les
allégations ne soit possible qu'à partir
du moment où ils ont mise en oeuvre
leurs engagements ce qui permet de nous
assurer que le terme agricoles est bien
employé qui a une vraie réalité terrain
derrière il reste assez peu de temps
mais avant de conclure une nana question
on a parlé beaucoup de sujets de valeurs
de santé de d'outils open source et
serra on n'a pas beaucoup parlé de la
gouvernance de l'association
quand ça se passe quel est le poids
arnaud de chaque partie prenante de
l'agriculture agriculteurs industriels
consommateurs conseil agricole comment
ça se passe comment je vais vous parler
de la volonté qu'on a eue dès le départ
à ne pas vous expliquer comment ça
fonctionne et comment ça s'est traduit
de façon matérielle pour nous en gros
l'état d'esprit c'était comment on fait
pour créer dans la même association
ceux qui financent la transition du
mandement n'est pas plus la même que
ceux qui la forment vraiment
en gros cette démocratie ont maintenu
importante dans une association comme
celle là ce n'est pas de la politique du
conseil d'administration aura ta des
jetons voilà donc ça ça c'était la
volonté de départ également vous
expliquer comment ça se passe à lui
expliqué alex par la même occasion je
vous laisserai me dire également un mode
de doussain parce qu'il avait tant de
clôturer cet échange mais je vous
laisserai répondre à cette question
avant avant quand on termine cet échange
mais cela ce ça se gère de manière très
simple on a une gouvernance aujourd'hui
avec un conseil d'administration
puisqu'on est une association qui est
parfaitement équilibré entre de trois
collèges amont aval est partenaire de la
transition
donc ils ont tous le même poids dans le
vote dans les décisions que ce soit au
conseil d'administration l'assemblée
générale on a également un équilibre
quasi parfait de représentativité au
niveau des membres dont à peu près un
tiers des membres de l'amont un tir de
laval alors ça c est complètement hasard
mais on voit bien que ce sujet et
touchent de manière très équilibré
finalement l'ensemble des acteurs et
puis ensuite on allume sa part un
certain nombre de deux dynamiques
collectives de temps forts de tant de
réunions qui permet justement de
décloisonner on évite à tout prix un les
réunions que pour les acteurs de
l'agroalimentaire et les réunions que
pour les agriculteurs ja rien de pierre
on est justement là pour mélanger et
c'est ça qui est extrêmement riche et
qu'on retrouve également dans les
événements c'est quelque chose qui
ressemble beaucoup d'équipements ce côté
très fédérateur alors je vais vous
demander quelque chose de très difficile
c'est de faire court pour terminer cet
échange est de vous dire quel est votre
votre mot de conclusion commence avec
vous un dossier bien comment je vais
faire assez court j'aimerais premier
plus besoin de mille associations comme
la nôtre le plus vite possible
voilà ça voudrait dire que tout le monde
est rentré dans les jets dans le bain et
que ma foi c'est agroécologie comme nous
aspirons de dos est devenu un standard
mondial tout simplement
voilà ce que j'allais voir comme les
femmes leurs deux maisons de la femme
aimerait quelques besoins de journée de
la femme pour reconnaître ne devrait
être essentiellement sur bois
comparaison japonais
un petit mot de conclusion bah moi mon
espoir en tout cas ce qu'on soit qu'on
aspire il est c'est simple c'est que les
outils concrets soient utilisées tout
simplement qu un maximum d'acteurs il
utilise et que sur le terrain ça génère
des rencontres des échanges et surtout
derrière et je tiens à préciser que cet
événement ce n'est que le début
on a souhaité vraiment un événement sur
toute la semaine on va mettre en avant
les acteurs qui vont partager leurs
retours d'expériences venir témoigner ça
va se poursuivre au mois de juin avec
les journées d'agriculture le 18 au 20
juin mais cette fois dans les champs
avec des agriculteurs qui vont ouvrir
leurs fermes et parler d'amour écologie
et montrer comment ça se passe et
également au niveau européen au mois
d'août avec l'initiative heureux sol et
en particulier l'initiative connect
people henson qui est porté par un
consortium est là où tout le monde est
invité toutes les parties prenantes ura
des acteurs européens des acteurs des
filières des agriculteurs des
accompagnants technique pour parler du
sol parler de ces sujets de régénération
est à nouveau créer créer les connexions
et faire avancer la recherche
c'est un programme est plus à vous y
inscrire voilà un programme riche et
enthousiasmant en tout cas merci
beaucoup à tous les deux pour cette
interview croisée merci également à
celle des saints qui ont posé des
questions qui permettent de faire
avancer la réflexion je donne rendez
vous dès cet après midi 14 heures pour
deux ateliers de présentation de ce
fameux indice de régénération en direct
sur la plateforme digitale de
l'agroécologie avec léa lugassy qui est
coordinatrice scientifique du mouvement
est aussi avec arnaud viala qui est
responsable de la transformation
digitale et des partenariats ce sera
suivie d'un débat avec jean pierre
sarthou chercheur membre du comité
scientifique et jean baptiste derby
agriculteurs lui réussit saucier virtu
rezki avant elle à un moment un peu
difficile à prononcer sein de la chambre
d'agriculture de l'oise agroécologie
derrière les mots quelle réalité dans
les champs voilà le programme qui nous
attend qu'un merci à tous et très belle
journée

Partager sur :