Initiative du 4p1000 : bilans et perspectives, par Paul Luu

De Triple Performance
Vidéo - Ver de Terre production (9 août 2021) - Paul Luu - Durée : 30 minutes
Icone categorie objectif.png Résilience climatique

Thumbnail youtube dB4e2hwkGu8.jpg

Rendez-vous à Elne (66) pour le festival des Rencontres de l'Agroécologie du bassin méditerranéen, organisé par Arbre et paysage 66.


Suivez nos actions sur notre site https://ap66.org et sur notre page facebook

https://rb.gy/rfuz6a

Pour contribuer à nos missions, vous pouvez nous soutenir sur

https://ap66.org/don-et-mecenat/



Vous retrouverez dans cette vidéo une explication des racines et des microbes dans la gestion de l'eau, par Marc-André Sélosse, intervenant lors du festival !


Transcriptions

on peut d'abord bon il ya un certain

nombre de diapos c'est un prétexte pour
diverger pour converger pour parler ni
set ce qui m'a paru indispensable
aujourd'hui c'est de replacer un petit
peu le contexte général de l'initiative
et de ce qu'on essaie de faire
modestement au niveau l'initiative 4
pour mille mais pas seulement on est
quand même assez nombreux dans le monde

Afficher la suite

à vouloir ça de se dire bon il faut

remettre en perspective ces noces entre
biodiversité retrouver de la
biodiversité a beaucoup parlé lutter
contre le changement climatique parce
que sinon dans quelques générations on
sera peut-être plus là nous les hommes
pour pour savoir ce que c'est ce qu'on a
fait quelle erreur en a fait j'aime
beaucoup les gens qui disent il faut
sauver la planète
non il faut sauver l'humanité c'est pas
la même chose la planète même si
l'humanité n'est plus là elle sera
toujours là et les maires de rats pour
mettre en place des systèmes qui perdure
ans et qui auront développé d'autres
écosystèmes sans l'homme pourquoi pas
elle a bien vécu pendant de très
nombreuses années sans l'homme il ya pas
de raison qu elle puisse pas s'en sortir
elle
donc je disais pour et puis bon esprit
de sauver l'humanité
travailler sur la sécurité alimentaire
donc comment travailler sur la sécurité
alimentaire la biodiversité et lutter
contre le changement climatique
donc il nous paraît au niveau
l'initiative 4 pour me en tous les cas
et on n'est pas les seuls qu'il faut
développer
concomitamment de trois types d'actions
première action
ça paraît indispensable on a beaucoup
parlé on en parle beaucoup par rapport à
la biodiversité
c'est à dire conserver le plus possible
les habitats naturels intacts à dire ce
que l'homme n'a pas trop touchée par une
protection de plus en plus importante et
on sait aussi que on a un lien direct
avec le piégeage du carbone par cette
biodiversité non seulement au niveau des
sols mais aussi au niveau des
au dessus du sol avec les partis
végétales et donc travailler sur ce
premier point conserver les habitats
naturels intacts
voilà j'ai fait une jam in kart sur les
points chauds de la matière de
biodiversité dans le monde on recoupe
souvent ces zones là avec des zones
sensibles naturelles dont les soldes
sont aussi riches en carbone
le deuxième type d'action c'est quelque
chose d'un petit peu plus récents qui
est apparu dans les paysages c'est de
dire bon on a fait beaucoup d'erreurs on
a beaucoup d'efforts restent et on a
beaucoup impacter les paysages et il
faut être capable de faire le tri dans
ses paysages et restaurer des
écosystèmes alors restaurer ça veut pas
dire les remettre à l'identique parce
que ça va être assez difficile
la nature avait des milliers d'années
les 10 millions d'années d'avancé sur
nous donc il faut faire au maximum pour
restaurer les écosystèmes et des
scientifiques ont montré que en
définissant des zones prioritaires au
niveau de la planète
on peut arriver à avoir un impact
significatif sur le câble le captage du
carbone atmosphérique et sur
l'accroissement de la biodiversité donc
bien choisir ses zones en y mettant
aussi derrière dans le choix des
critères socio-économiques pour essayer
de faire un centre ne pas vouloir à tout
prix restaurer des endroits qui sont
extrêmement important pour l'activité
humaine et pour les populations donc
concilier un petit peu tous les
objectifs
et puis enfin le dernier qui nous
intéresse plus haut niveau de
l'initiative 4 pour mille
c'est eh bien il faut absolument
travailler sur les pratiques agricoles
au sein des zones à fort potentiel de
séquestration du carbone mais pas
seulement il faut le faire partout mais
si on veut aller un peu plus vite
ce matin j'étais bien que j'entendais le
débat en disant il faut il faut aller le
plus vite possible dont il faut donner
le temps au temps aussi mais si on veut
gagner le plus de temps c'est en
priorité se concentrer sur les zones qui
ont un fort potentiel de stockage ou un
fort potentiel de déstockage en évitant
qu'ils sont à déstocker faut pas
seulement de toujours voir le fait de
dire on va ajouter on va ajouter
il faut aussi éviter que on supprime là
où il existe des gens donc voilà les
trois actions indispensables
alors après la question qui se pose en
général bon ben là je pense je parle de
vent
un parterre de gens qui sont déjà
avertis sur ce sujet qu'elle est
pourquoi est ce que c'est important de
stocker du carbone dans les autres c'est
important pour plusieurs choses
je vais le prendre dans un autre ordre
quand on met de la matière organique
dans les sols à travers le carbone on
augmente s'accapare tissier de rétention
d'eau on augmente sa capacité de
résistance à l'érosion éolienne
éoliennes donc ça veut dire qu'on va
avoir des sols on l'appareil de
résilience tout à l'heure qui seront
plus résilients et qui permettront
puisque le changement climatique a déjà
commencé malheureusement à l'agriculture
qui se développe sur ses sols de mieux
supporter et le passage de ce bien de
sécheresse ou un épisode de fortes
pluies
donc on va aider l'agriculture à
s'adapter au changement climatique
ça c'est indispensable parce que sinon
on va avoir des difficultés en plein
mandat va parler avec des exemples les
espèces sur lesquels il faut s'adapter
il faut qu'il faut adapter pardon au
milieu dans lequel on évolue
le deuxième sujet pour lequel il est
important de stocker du carbone dans les
sols c'est que grâce à une technologie
révolutionnaire une technologie à faible
coût une technologie à émissions
négatives une technologie à énergie
solaire que l'homme malheureusement n'a
pas inventé qui s'appelle la
photosynthèse
on va pouvoir capter du carbone dans
l'atmosphère et le remettent dans les
végétaux végétaux qu'on va pouvoir aider
à travers des pratiques appropriées à
stocker le carbone dans les sols et donc
permettre de le stocker là si possible
pour des décennies voire des millénaires
si on peut de façon à ce que ils se
retrouvent mieux dans le sol est utile
plutôt que dans l'atmosphère inutiles et
donc préjudiciable à la vie sur terre en
général sauf peut-être les végétaux qui
y trouveront leur compte parce que nous
avons besoin donc ça alors peut-être que
ça les troubles en moins donc je m'amuse
avec le terme de technologie à faible
coût et émissions négatives quand on
veut faire du teasing
je trouve que c'est très bon mais après
quand on reparle de photosynthèse des
gens ont assez que la photosynthèse bah
oui mais on n'a pas fait mieux
aujourd'hui
en termes notamment de paul holmes et
ses activités en termes de coûts de mise
en oeuvre
c'est le coût nul il suffit de planter
des plantes de laisser les plantes
poussent et c'est pas très compliqué
troisième sujet pour lequel il est
important de stocker du carbone dans les
sols et bien contribué la sécurité
alimentaire mondiale c'est assez clair
je crois que c'est une assez facile à
comprendre pour la plupart des gens de
dire si on met de la matière organique
dans les sols on va accroître la
fertilité si on en croit la fertilité en
aura des meilleurs rendements bon ça
c'est une chose mais il n'ya pas que ça
on est on sait aussi que ça stabilise
les rendements ce qui est important
c'est pas seulement d'avoir de meilleurs
rendements mais de les stabiliser dans
le temps pour les populations qui en
vivent
et ça permet surtout en lien avec le
deuxième point c'est le premier que j'ai
présentées ça permet de restaurer les
sols et les terres dégradées alors bien
sûr la question qu'on me pose en général
c'est qu'est ce que c'est que ce nom à
la noix de 4 pour mille d'où ça sort
pourquoi il y en a beaucoup qui savent
maintenant ce que ça veut dire et tout
ça vient moi je comparerais ça au début
où j'ai commencé à travailler pour le 4
pour mille à un pourcentage de yaourts
allégés
c'est un peu ça en fait c'est un calcul
tout à fait de coin de table à la fin
d'un repas peut-être un peu trop arrosée
de certains scientifiques français c'est
peut-être pour ça le lien entre le vin
et la science est peut-être là le génie
c'est qu'en fait il ya quelqu'un qui
s'est dit bon mais attendez on a
beaucoup d'amour beaucoup de carbone
dans l'atmosphère
bon heureusement on en a deux à trois
fois plus dans les sols de la planète
ça fait au fait on estime cette quantité
de carbone dans les sols à entre 1500 et
2000 400 gigatonnes bon disons que si on
s'intéresse aux 30 premiers sentiments
du sol on est plutôt entre 860 emile
gigatonnes de carbone
bon on a ce chiffre là après les
activités humaines chaque année
conduisent à quoi en terme de démission
dans l'atmosphère de carbone bien si on
met toutes les énergies
l'industrie la déforestation les
transports ont produit à peu près bon an
mal an
4 presque 10 gigatonnes de carbone dans
l'atmosphère
or la végétation des forêts naturelles
et les océans ne sont capables que l'art
capté à peu près que la moitié donc il
reste grosso modo 4 ou un petit peu plus
de 4 gigatonnes de carbone atmosphère dû
aux activités humaines chaque année et
donc le génie de ce scientifique
à la fin de ce repas bien arrosé a été
de dire si on compare le chiffre de 1000
d'entre eux 860000 d'un côté dans les
sols et c4 dans l'atmosphère émis chaque
année eh bien on s'aperçoit que si on
augmentait de 0 4 % la quantité de
carbone dans les sols chaque année ça
permettrait d'annuler finalement toutes
les émissions qui sont dues aux
activités humaines
d'où l'idée de 0 4% 4 pour mille voilà
en plus l'idée n'était même pas parce
que ça permettait de dire mais c'est pas
très important en terme de quantité
c'est possible yes we can mais oui on
peut c'est bien donc il faut le faire il
faut aller dans cette direction après ça
veut pas dire qu'il faut appliquer 0 4%
partout sur terre c'est faisable c'est
pas faisable on y reviendra tout à
l'heure mais c'était la direction à
suivre
et puis bien sûr c'est pas non plus un
blanc seing à un petit dessin du jeune
c'est pas un blanc-seing pour dire bon
ben c'est bon et bien on peut continuer
à mettre tant qu'on veut à stocker du
carbone dans les sols et puis tout un
truc tu iras bien non utilisant cette
possibilité là que nous donne la
photosynthèse notamment pour recapturer
du carbone qu'on a déjà des atmosphères
essayant de faire un centre d'être
neutre le plus tôt possible pour ne pas
ajouter à ce qui va dans l'atmosphère
chaque année par nos activités
bon alors vous avez compris que les
objectifs de l'initiative qui est né à
la complémentaire à paris en décembre
2015
sous l'initiative et les roulettes comme
tu disais tout à l'heure de stéphane le
foll qui était ministre de l'agriculture
à l'époque et qui lui avait un problème
c'est que la france organiser la coupe
interne et qu'on parlait pas assez
d'agriculture dans
discussions climatiques sur le climat
est tellement on n'en parlait pas assez
mais on en parlait de façon de plus en
plus négative en disant attention à 2050
50% des émissions qui seront dues aux
activités humaines ne viendront de
l'agriculture alors qu'on est déjà à 25
% aujourd'hui
donc il a voulu marquer le coup et c'est
changer le regard sur l'agriculture
changer la façon d'aborder ces questions
et donc à travers la promotion de la
séquestration du carbone dans les sols
via la matière organique donc via
l'agriculture et la foresterie améliorer
la sécurité alimentaire adapté
l'agriculture au changement climatique
et contribuer à atténuer le changement
climatique
le tout bien sûr dans le respect des
objectifs de développement durable
bon ça c'est les objectifs du millénaire
là on s'est mis j'ai mis sur cette
diapositive le fait que hong hong et ont
concerné 3 des objectifs plus
particulièrement il y en avait trois
autres qui étaient touchés mais on
pourrait en garder présent à l'esprit
aussi quelque chose qui nous tient à
coeur c'est à dire le respect des droits
de l'homme le respect des tenures
foncière on avait un petit peu parlé ce
matin c'est important aussi de lier les
pratiques agricoles de la tenure
foncière et à la sécuriser des
agriculteurs sur leur terre
et puis le bien-être humain et animal
bien sûr à ne pas négliger
bon je passe un peu vite la tue la façon
dont le lit c'est yvette organisé ça
c'est de la gouvernance ces deux là mais
tout ça pour vous dire que on est sur
une gouvernance alors c'est un grand mot
à mot qui veut dire des choses donc
j'utilise c'est une gouvernance
inclusive c'est à dire que tous les
parties prenantes tous les types
d'acteurs qui sont concernés par notre
sujet sont autour de la table et ont
leur mot à dire
y en a pas un qui parle plus fort que
l'autre on n'est pas un groupement
intergouvernemental on n'est pas que des
gouvernements il ya les organisations
internationales il ya des ong
il ya des entreprises il y à des
groupements de producteurs agricoles et
forestiers et il ya bien sûr des
scientifiques autour de la table qui
peuvent avoir à la dire leur bout alors
tout à l'heure j'ai montré une photo de
la création d'initiatives
c'était en 2015 il y avait 160
signataires c'est-à-dire pays et
organisations internationales ong etc
qui ont signé la naissance de
l'initiative
aujourd'hui cinq ans plus tard on est à
621 signataires donc ça veut dire qu'on
a
on a grossi de quasiment x 4 par rapport
à cette période là est à peu près la
moitié de ses signataires de ses
partenaires donc sont des membres
s'étaient pas que il nous aide à prendre
des décisions et c'est important qu'ils
puissent y jouer ce rôle là sachant que
les entreprises parce qu'elles ont des
visées commerciales font pas autorisés à
être membre elle ne peuvent pas
infléchir ou influencer des politiques
qui doivent être des politiques
publiques pour notre petit danse et
stéphane le foll tu l'as dit tout à
l'heure et on a deux vice-présidents
ibrahim mayaki qui est secrétaire
exécutif du nepad et gabriel bastien qui
est la directrice fondatrice de
régénération canada un petit tour de te
de nos partenaires et membres à travers
le monde bon je passe très vite vous
pourrez trouver ça sur notre site
internet pour vous montrer quand même
koné international et qu'on est vraiment
présent partout à travers nos
partenaires et membres sur le plan
scientifique qu'est ce qui a été réalisé
depuis le début on a un comité
scientifique et technique à compter de
14 membres à parité hommes-femmes et qui
représente toutes les régions du monde
de façon à avoir les sensibilités
vraiment diverses et qui représente
aussi un panel de compétences
scientifiques pas seulement de la
science du sol mais aussi d'autres
d'autres compétences etc
ces scientifiques du comité scientifique
et technique ont déjà tenu plus de dix
réunions on prépare le onzième dans un
mois et en beaucoup travaillé sur
notamment de documents importants
documents d'orientation d'un projet de
recherche international de coopération
scientifique sur la séquestration de
carbone parce qu'il ya encore beaucoup
de deux trous de connaissances dans la
raquette
et puis aussi un document d'indicateurs
et de critères pour l'évaluation de
projets qui permet de vérifier si un
projet un programme ou une pratique est
en ligne avec l'initiative 4 pour mille
et respecte donc les critères qu'on
s'est fixés on a beaucoup participé aux
négociations internationales et on
on fait aussi en fait en sorte de mettre
à disposition entre notre site web
certain nombre d'articles et de
documents scientifiques pour permettre à
tous les publics mais ça bon il y en a
d'autres qui le font encore mieux que
non comme le werder production ou
d'autres montrer le lien avec les
scientifiques et le côté technique des
choses pour bien montrer que tout ce
qu'on me dit tout ce qu'on fait un
fondement profond et il s'agit pas
simplement de paroles en l'air ou deux
de problèmes de doux rêveurs bon là je
vous ai mis je pense que le pdf du de la
présentation sera en libre service donc
jeter un petit coup d'oeil là dessus ce
sont les principales catégories
d'indicateurs qui sont dans notre
référentiel d'indicateurs et de critères
et vous verrez que c'est assez complet
d'ailleurs certaines ong françaises qui
sont pas membres du cad pour mille dix
partenaires on proposait que notre
référentiel d'indicateurs et des
critères soient utilisées au niveau
international par toutes les
organisations qui finançait des projets
dans ce domaine là donc c'est quand même
intéressant ça veut dire qu'on n'a pas
fait du trop mauvais goût je passe là
dessus aussi sur le terrain m ce qui
était intéressant c'est que on est un
des rares partenariat multi acteurs qui
donc comme je vous l'aï dit à leur donne
la parole à toutes les catégories
d'acteurs au sein de cinq collèges qui
composent notre forum des partenaires et
ça permet d'avoir de donner surtout la
parole aux agriculteurs dont on n'entend
pas souvent parler et qui souvent n'ont
pas la possibilité de faire remonter
leurs paroles mais aussi aux
scientifiques de s'exprimer devant les
décideurs qui bien souvent font appel
soit aux un soin aux autres par
démagogie et souvent qui donne des
résultats tronqués parce que on a qu'une
opinion et qu'on va pas forcément dans
la direction qui est souhaité par la
majorité et l'ensemble des parties
prenantes
on travaille beaucoup sur le recrutement
et la sensibilisation du public à toutes
ces questions tout ce que je viens
d'abord des on a une plateforme
collaborative qui nous permet de
travailler d'un site internet on
participe aux réseaux sociaux bien sûr
on a est développé depuis peu une un
plan stratégique que j'y reviendrai tout
à l'heure et surtout on fait des
réunions qui permettent d'associer dans
le cadre de la coop pour éviter que les
gens
nos voyages trop autour de la coque donc
y viennent pour la coop climat et ils
peuvent participer à une journée 4 pour
mille ils ont déjà pris l'avion on leur
impose pas d'émettre du carbone
supplémentaire pour venir participer à
nos réunions
notre plan stratégique que je vous
propose d'y jeter un oeil très
rapidement mais l'idée c'est de doter
l'initiative et tous ceux qui sont
autour d'une vision à 2050 notre vision
c'est partout dans le monde des sols
sains et riches en carbone pour lutter
contre le changement climatique et
mettre un terme à la fin on sait très
ambitieux c'est une vision on espère que
cette vision se réalisera si possible
avant 2050 ce serait même mieux et ce
plan stratégique à des principes
directeurs qu'on a pensé identifiés
comme tels et qui sont extrêmement
importants pour nous notamment placé à
la santé des sols au centre de l'enjeu
faire en sorte que les agriculteurs qui
sont finalement ceux qui font le boulot
soit aussi placée au centre du jeu et
faire en sorte qu'on ait une approche
multi partite une coopération
public-privé fondée sur la science est
axée sur les résultats
bon vous retrouverez tout ça on a
d'autres grands principes mais je ne
vais pas le temps de m'étendre dessus
l'intérêt c'est que ce plan stratégique
est orienté en six grands buts qui sont
inclinés en 24 objectif assez précis qui
ont chacun une référence des cibles 2030
des cibles 2050 et on est en train de
travailler à l'élaboration d'un plan
d'action qui sera derrière ce plan
stratégie qui a été validée l'année
dernière il ya un petit peu moins d'un
an
je vais peut-être passer rapidement là
dessus mais c'était juste pour dire ce
qui nous intéresse aujourd'hui c'est de
travailler à linverse de tout ce qu'on a
fait dans les années passées depuis que
l'homme utilise l'agriculture pour se
nourrir ce petit graphique il est assez
simple à comprendre
à gauche vous avez la partie sans vous
avez un sol qui vient d'une forêt qui a
été déforester par exemple qui est
exploité pour la première fois à partir
du moment où vous introduisez une
pratique agricole
vous allez diminuer la quantité de
carbone dans le sol et vous avez
descendre vers la zone rouge
dans le meilleur des cas si vous avez de
la chance si vous travaillez pas trop
trop mal établir un nouvel équilibre et
ce nouvel équilibre va perdurer autant
aussi en tant que vous continuerez vous
dites nous ce qui nous intéresse c'est
la deuxième flèche bordeaux en bas c'est
d'adopter de meilleures pratiques de
gestion qui vont permettre de passer
dans la zone rose puis la zone verte et
faire en sorte que ce sol retrouve son
potentiel naturel et retourne le plus
vite possible à 100 voir si on va venir
on peut toujours rêver
on peut passer briser ce plafond de
verre et essayer de passer au delà si si
ça n'a pas d'effets délétères et effets
qui vont dans le sens bien sûr derrière
alors on sait que pour stocker du
carbone dans les sols on a un certain
nombre de pratiques qui sont déjà connus
bon on a parlé un peu ce matin on a
beaucoup parlé d'agroforesterie on a
parlé d'agroécologie je vais revenir
mais en gros vous jouez sur la gestion
intégrée de la fertilité des sols sains
gestion de l'eau la couille les cultures
de couverture la fertilisation organique
et gestion des pâturages d'agriculture
de conservation l'agroforesterie la
biodynamie l'agriculture biologique on
peut en rajouter il y avait des tas de
pratiquer la seule les seules limites
qu'on aura un autre affaire et oui ou
non reste un jour on arrivera à
atteindre 4 pour mille partout donc ça
peut être un objectif mais ce n'est pas
l'objectif
indispensable c'est une inspiration
c'est finalement le sol le climat dans
lequel on intervient après tout ça on
est en zone méditerranéenne
donc c'est extrêmement important mais
aussi la disponibilité la biomasse des
nutriments de l'eau etc
alors je me permets un petit peu plus
sur ce schéma
je sais que j'ai déjà certainement
dépassé mon temps mais bon c'est
important de de préciser un certain
nombre de choses
voilà la vision qu'on développe au sein
de l'initiative 4 pour mille pour
l'avenir aujourd'hui au sein de notre
société je crois que tous les gens qui
sont dans la salle et tous les gens qui
sont derrière leur écran ne me
contrediront pas on demande à
l'agriculture qu'elles utilisent de
moins en moins d'engrais minéraux et de
moins en moins de produits
phytosanitaires
ça c'est vraiment une demande de la
société parallèlement à ça on veut aussi
plus de biodiversité et plus de
séquestration de carbone dans les sols
pour lutter contre le changement
climatique
malheureusement la réponse qu'on a
aujourd'hui l'agriculture
conventionnelle est là c'est à dire que
en fait on est assez loin des objectifs
on est plutôt à l'opposé ce qu'on
propose c'est que on s'inspire des
écosystèmes naturels pour essayer de
changer la direction dans laquelle on
travaille
et pour ça on doit travailler avec
l'agroécologie l'agro écologie est un
ensemble de notre concept est une vision
qui permet de faire évoluer nos systèmes
agricoles et on a les moyens aujourd'hui
de choisir différents types
d'agriculture qui vont permettre
d'évoluer le long de cette flèche bleue
et qui vont permettre de dire oui on
peut changer la société
oui on peut changer de paradigme
utiliser le mot tout à l'heure c'est un
mot qui nous plaît bien changer le
paradigme c'est stéphane le foll qui l'a
dit le premier
quand on a parlé d'initiative 4 prob il
dans cet esprit là et de dire voilà on a
un continuum de mode d'agriculture heure
là je les ai me séparer fayyad a qui
sont plus ou moins interconnectés qui
sont qui s'interpénètrent
ce qui compte c'est de voir que il faut
suivre cette évolution si un agriculteur
est en conventionnel aujourd'hui et que
demain il veut passer en prime ce matin
agriculteurs dans les cultures klimato
intelligente
c'est un premier pas c'est pas suffisant
mais c'est un premier pas qui change et
surtout allez commencer à aller vers
l'agriculture de conservation
l'agriculture biologique quand on peut
il n'y a pas que des bons côtés dans les
deux il ya aussi des dsp on appareils de
qui faisait tout à l'heure de
l'agriculture de conservation
tout le monde ne s'en débarrasse pas
pour l'instant on a encore besoin pour
certains l'agriculture biologique c'est
bien mais on continue à labourer c'est
la meilleure façon de perdre du carbone
on utilise des produits soi disant
naturel le cuivre c'est pas terrible
pour les sols et en viticulture bio on
en utilise beaucoup et on la pourrit des
sols
il ya des choses à faire et les cultures
régénérative on en parle beaucoup pour
l'instant il n'y a pas de définition
officielle de l'agriculture régénérative
donc il ya des grands groupes
internationaux qui ont très bien compris
l'intérêt de parler d'agriculture
régénérative et qui commence à
l'utiliser à toute leur sauce il faut
savoir que quand on commence à creuser
tout ça nous on s'est amusé à le faire
il y avait acquis par l'agriculture
générative mais c'est rien de plus que
de l'agriculture de conservation
c'est déjà pas mal mais c'est pas
l'agriculture régénérative agriculture
régénérative
le comité scientifique et technique de 4
pour mille a proposé une définition est
dedans on y retrouve l'arbre on y
retrouve les plantes pérennes
on y retrouve les relations aux animaux
on y retrouve la notion de fermer la
notion de famille autour de
l'exploitation et pas seulement une
exploitation industrielle
donc il ya des progrès à faire on est en
train de monter tout doucement le long
de cette de cette flèche bleue pour moi
je pense que geneviève ne me contredira
pas les plus beaux systèmes qui existent
société agro forestiers se sont ceux qui
se rapprochent le plus du modèle naturel
bon ils sont moins riches quand même que
des domaines naturelles en général au
niveau biodiversité
mais c'est un pas énorme dans la bonne
direction
donc à genoux ce qu'on dit c'est que à
chaque agriculteur de trouver la place
dans ce schéma pour trouver son mode
d'agriculture vers lequel il veut tendre
à une fois qu'on est passionnel culture
de conservation pas peut-être que le pas
pour aller vers l'agriculture
régénérative et pas si grand que ça donc
on peut le souhaite peut sauter quelques
années plus tard bon je donne un exemple
d'un but de systèmes agroforestiers moi
j'ai pas des photos jallet des photos
mais c'est pas impressionnant ce système
là quand on n'est pas dedans ça va
parler à geneviève aussi tout ça c'est
ce que j'ai fait ça date de 1986 quand
je faisais ma thèse au sri lanka et
chaque arbre qui est la représenter est
un arbre utile il a été planté
il a une fonction ou plusieurs parce
qu'il ya les arbres un multifonction et
ça c'est magnifique on est on est dans
un village à plus de 1000 habitants par
kilomètre carré
et quand vous vous promenez temps vous
avez l'impression d'être dans une forêt
pas les présents dans un village
donc quand on parlait tout à l'heure de
végétalisation de nos villages et de nos
villes bon là on a des progrès à faire
en commun parce qu'il n'y est pas encore
mais on n'est pas sur les mêmes
conditions c'est pas les mêmes c'est par
là même qui bat c'est pas la même
biodiversité j'allais dire d'origine bon
revenons-en à très rapidement à ce qu'on
peut faire
on a posé la question aux agriculteurs
quels sont les selon vous les méthodes
qui permettent de stocker du carbone
dans les sols
eh bien on s'aperçoit que les réponses
qui viennent le plus fréquemment sont
des réponses autour des productions
végétales dont un site sans surprise
autour de l'élevage
déjà c'est bien ça revient tout ce qu'on
disait tout à l'heure
et puis on a les réponses en termes
d'agroforesterie ce qui est encore plus
intéressant parce qu'une bonne partie de
ces réponses ont été obtenus en europe
c'est ça qui est intéressant entre
question qu'on a posé aux agriculteurs
selon vous que de quoi avez vous besoin
pour adopter les bonnes pratiques de
séquestration du carbone dans les sols
et bien les deux principales mesures
qu'il fallait deux principaux par
catégories de mesures qui nous sont
proposés ces informations conseils et
deuxièmement un appui un appui technique
mais aussi un appui économique et donc
quand je vais aller très vite sur celle
là parce que sinon je peux y passer des
heures on a essayé de montrer que
l'agriculture les agriculteurs étaient
devait être placée au centre du jeu mais
qui avaient énormément de gens qui
cherchait à influencer leur travail et
qu'en retour il était normal que les
agriculteurs attendent un certain nombre
de choses dans l'autre sens donc vous
prendrez le temps de regarder ce petit
graphique si ça vous intéresse et de
voir que finalement être agriculteur
c'est pas simple on leur demande
beaucoup de choses et on les blâmes
souvent pour pas mal de choses qui font
alors que c'est pas forcément les
responsables c'est pas non plus pour les
dégager de leurs responsabilités
qu'est ce qu'il nous faut pour passer à
grande échelle par rapport à tout ce que
j'ai dit par rapport à tout ce qui
pourrait être fait bien rooney ces
listes et les indispensables de ce
changement d'échelle
le premier c'est la sensibilisation des
agriculteurs bien sûr à commencer par
eux les consommateurs parce qu'il faut
qu'ils soient capables de trouver les
bons produits et de savoir lesquels il
faut acheter
on nous dit tout à l'heure pareil la
valeur nutritionnelle des fruits des
légumes
ben c'est bien mais il faut savoir où
aller chercher et comment et produit ses
fruits et ses légumes comment son
produit ses fruits et ses légumes
bon évidemment les transformateurs les
distributeurs il faut pas les écarter
les carrefours et autres super u il y en
a besoin d'eux parce que c'est eux aussi
qu'ils sont les donneurs d'ordres
vis-à-vis de leurs chaînes
d'approvisionnement et puis surtout les
décideurs pour que l'on travaille sur
des bonnes politiques
il faut que les bonnes pratiques soient
disponibles il ya beaucoup de choses qui
a été élaboré par les agriculteurs
on en croit beaucoup à ça c'est pas le
monde scientifique qui va forcément
apporté la réponse à la façon de faire
les choses il ya beaucoup de pratique a
été développé en parlais tout à l'heure
des trognes et de l'utilisation des
arbres certaine façon ça ça a été
inventé par les agriculteurs n'a pas été
inventé par des scientifiques donc il
faut être capable de de capitaliser sur
l'ensemble de ces bonnes pratiques
il faut assurer le transfert de
connaissances le transfert de pair à
pair marche beaucoup mais il y en a
d'autres
ce que fait vers de terre production ce
que font d'autres acteurs autour d'eux
pour une agriculture du vivant qui
travaille beaucoup dans ce domaine là
accompagné la transition que les gens
qui font la pac se rendent compte que
c'est ça qui est le plus important si on
veut des gens changent il faut qu'on les
aide à changer il faut les faire sortir
de leur zone de confort mais pour ça il
faut qu'on les accompagne et que des
gens comme les assureurs comprennent
aussi que quand on aura des sols plus
résilient donc des agriculteurs plus
résilient les assurances en gagnant
parce que ils auront moins de primes et
de dégâts à pays derrière donc eux
doivent participer aussi à cet effort je
les dires de guerre entre guillemets
dans cet effort collectif plutôt bon
l'encadrement c'est tout le processus
réglementaire et législatif renault
mettre en oeuvre pour accompagner ce
mouvement et faire en sorte que tout le
monde se retrouve
dans son dans son milieu tout ce qui
concerne le suivi c'est reste
extrêmement important le financement
j'entendais parler les règles de
comptabilité du carbone ça paraît idiot
mais aujourd'hui si vous voulez acheter
du carbone pour le donner à des
agriculteurs pour le stocker il faut que
la règle entre savoirs qui comptabilise
ce carbone
est-ce que c'est l'agriculteur est ce
que c'est l'entreprise qui a poussé les
agriculteurs à produire comme ça ou est
ce que c'est le pays dans lequel il se
trouve qui comptabilise le carbone qu'on
le constate comme tout le monde
comptabilise pas trois fois dans le
cadre des négociations internationales
sinon ça serait une catastrophe
voilà bon là j'ai été un peu rapide je
vais peut-être rapidement happé là
dessus et rs 10 secondes voilà alors
donc là j'avais mis un modèle de ce que
c'est qu'une base de données qui
pourraient nous aider à mettre en place
redonner aux agriculteurs le pouvoir de
décision quant au choix de leurs bonnes
pratiques
il faut leur fournir des informations
non seulement technique mais aussi
économique pour savoir combien ils ont
tiré
et puis comment on contrôle tout ça et
comment on peut faire en sorte que les
agriculteurs s'engagent sur un mix de
d'obligation de moyens respecter les
pratiques et un mix d'obligation de
résultats analyses de sol tous les cinq
ans tous les dix ans pour vérifier qu'on
va bien dans la bonne direction et
costaude bien du carbone et que grâce à
tout ça on puisse payer aux agriculteurs
un prix plus élevé pour la reproduction
et aussi le paiement de services
environnementaux par la société puisque
finalement on peut finir en concluant en
concluant comme ça s'il y en a bien qui
vont nous aider à sauver le monde et à
sauver l'humanité ce sont forcément les
agriculteurs et donc il faut qu'on leur
rende hommage et qu'on les remette au
centre du jeu c'est ce qu'on essaie de
faire avec l'initiative 4 pour mille

Partager sur :