Introduction par Stéphane LE FOLL - RIAV

De Triple Performance
Aller à :navigation, rechercher
Vidéo - Ver de Terre production (12 mars 2019) - Stéphane Le Foll - Durée : 11 minutes

Thumbnail youtube rHqEJNpZJIM.jpg

Introduction par Stéphane LE FOLL - RIAV


Transcriptions

je voulais vous dire que j'ai été invité

par de nombreuses personnes dans sept
semaines du salon de l'agriculture en
particulier au salon de l'agriculture et
que je n'irai pas au salon de
l'agriculture je n'irai pas parce que je
pense qu'aujourd'hui il faut faire en
sorte que ce que nous avons fait avec la
loi puisque au delà même du débat sur
est ce que les initiatives que j'ai

Afficher la suite

prises ont pu relancer une réflexion sur

l'agriculture je le crois et en tout cas
le fait que vous soyez aussi nombreux
aujourd'hui c'est une preuve qu'il ya
quelque chose qui s'est passé mais
l'agroécologie et dans la loi française
comme un objectif qui doit être fixée à
toute l'agriculture française et c'est
pourquoi à partir du moment où on le met
dans la loi je vois souvent vous le
savez dès qu'il ya un problème on
pensait une loi mais une loi
vous le comprenez avec l'agroécologie le
fait de l'inscrire dans la loi avant que
ça se traduise s'est passablement les
articles qui compte
ça va être surtout les exemples les
démarches les applications qui vont
compter et entre la loi de 2014 et
l'agro écologie pour changer le paysage
comme ça a été montré tout à l'heure eh
bien ça va prendre du temps et ça prend
du temps mais ça prendra d'autant moins
de temps qu on aura beaucoup d'acteurs
impliqués est intéressé mais c'est ça le
sujet d'aujourd'hui en particulier sur
l'idée que vous avez d'avoir avec ces
rencontres est en national un rendez
vous régulier qui permettent de faire le
point sur les innovations techniques sur
les résultats aussi ce qu'on a besoin
d'avoir les résultats aujourd'hui et qui
vont ensuite permettre à chacun de
pouvoir diffuser les pratiques nouvelles
ce dont on a besoin au fond quand on
regarde l'histoire de l'aviculture et en
particulier la période post seconde
guerre mondiale
c'est qu'il ya eu à la fois des éléments
scientifiques et techniques et un modèle
de développement agricole qui s'est
appuyé sur des syndicalistes des jeunes
en particulier traire de l'ajac
qui vont être des diffuseurs des modèles
de production des modèles
j'allais dire du modèle de production
c'est bien le problème ce qui nous ce
que nous devons faire c'est des
diffuseurs tes modèles de production
adaptée aux écosystèmes pédoclimatiques
et qui permettre d'optimiser chacun des
systèmes avant d'envisager de venir le
corriger et ça c'est en sauvant d'en
discuter tout à l'heure avec un
agriculteur qui est à gap qui fait de
l'agro pastoralisme
on a eu plus tôt l'idée que un modèle
défini à l'échelle internationale
pouvait s'appliquer partout parce qu'il
n'y avait aucune limite et aucune
contrainte à son application
parce qu'il y avait de la génétique
parce qu'il y avait de la chimie et
parce qu'il y avait des énergies
fossiles à pas cher moi je vois dans les
monts d'arrée j'ai raconté ça tout à
l'heure en bretagne monts d'arrée alors
on n'est pas du tout un gap dans les
alpes mais on a des petites collines le
maïs et l'ensilage maïs est arrivé dans
un et 75 80 on a réussi à faire un
modèle laitiers dans les monts d'arrée
en faisant venir une plante qui
n'existaient pas et qui n'était jamais
arrivé jusque là avec des adaptations
génétique bien sûr et puis aussi tout ce
qui a été avec avec sous les 10 le
labourage tracteur l'ensemble de
l'énergie qui va être utilisé et la
chimie avec alors qu'avant on était
plutôt sur des modèles adaptés type
sarrazin hermes qui avait des vertus
qu'on a perdu pour un modèle qui
s'appliquait de la même manière partout
donc
la réflexion qui va être engagé ça puis
ça a été très bien montré sur un la
photosynthèse
chaque mètre carré et un mètre carré
potentiellement productifs grâce à
l'énergie solaire
ça a été la grande oubliée et quand on
s'est rappelé d'énergie solaire on l'a
fait avec les panneaux photovoltaïques
si on est là aujourd'hui si vous
rappeler qu'il ya avant les panneaux
photovoltaïques
les plantes et la photosynthèse donc on
doit être cette agriculture du vivant
l'agriculture de la photosynthèse
d'ailleurs il n'y a pas d'autres
énergies disponibles pour le vivant que
l'énergie solaire
donc c'est un point très important sur
la structuration j'allais dire
idéologique ou techniques et
technologiques de ce que l'on veut faire
l'énergie solaire est d'abord la
première d'energie qu'on va utiliser et
on doit la maximiser on ne doit pas la
gaspiller
à partir de là je ne peux pas laisser
des sols nus parce que là l'énergie
solaire elle n'a qu'un impact au mieux
c'est de faire évaporer l'eau vous avez
dans l'essonne et au pire de faire
développer d attentisme des mauvaises
herbes
donc le fait de ne pas avoir de sol nu
c'est d'abord d'être convaincu que
l'énergie solaire est au coeur de
l'énergie nouvelle par la photosynthèse
de l'agriculture de demain
c'est très important de le rappeler
ensuite le fait de ne pas avoir de sol
nu ça permet de protéger ce et on l'a vu
sur la question de l'érosion hydraulique
mais on pourrait le dire aussi sur
l'érosion éolienne
je me souviens quand j'étais biz
l'agriculture j'étais allé du côté de
toulouse
et vous savez qu'avec les couverture
hivernale
ap les cipan en france c'est à dire le
fait qu'on ait des couverts végétaux
l'hiver pour éviter la médiatisation de
la zot éclat zot aille dans les rivières
dans des zones comme le sud ouest
quand vous avez fini
votre récolte de céréales et que vous
travaillez le sol pour semer une
couverture hivernale vous faites d'abord
une chose c'est de la poussière et s'il
ya du vent c'est d'érosion et pour avoir
en plus houleux récoltes et un couvert
végétal qui est pratiquement raté une
fois sur trois c'est du travail c'est
d'énergie et en plus on se plante
mais quand il venait me voir en me
disant mais vous nous imposez c'était
des sujets qui étaient liés à la
pollution de la zot et on voit bien
comment on a traité des questions des
pollutions
on les a traités à chaque fois une
pollution une réponse alors que la
réponse elle est systémique et c'est ça
l'enjeu aussi de toutes les discussions
qu'on doit avoir c'est que les grandes
réponses aux grands sujets que ce soit
la lutte contre le réchauffement
climatique au contre les grandes
pollutions aux contrôles et de
l'utilisation de la chimie gimas qu'on
va être capable au travers des
couvertures de sol de créer de la
biodiversité qui elle même est source de
capacité à résister ou différentes
maladies ou à nous permettent de
résoudre un certain nombre de problèmes
parasitaire c'est ça l'enjeu et c'est
pourquoi cette réunion et ce lancement
de ces rencontres internationales de
l'agriculture du vivant sont très
importantes et moi si j'en fais
aujourd'hui si je suis venu aujourd'hui
c'est d'abord parce que j'ai quelques
amis dans la salle mais surtout parce
que je crois que c'est ce modèle là
qu'on doit promouvoir
j'ajoute simplement une chose à la fin
c'est que dans la lutte contre le
réchauffement climatique avec les
couvertures de sol vous le savez la
matière organique dans le sol c'est du
carbone et quand on stocke du carbone
dans le sol et bien c'est autant de
carbone qu'on a en moins dans
l'atmosphère
c'est la manière avec l'initiative cas
pour 1000 et le secrétaire général
exécutif est là et il interviendra
demain c'est la manière qu'on a trouvé
de combiner la lutte contre le
réchauffement climatique avec les grands
enjeux de la fertilité des sols
d'où de la question de sempiternel du
tai chi alimentaire l'échelle mondiale
les deux sont liés c'est pourquoi on a
souvent laissé croire que l'agriculture
un problème par rapport à la lutte
contre le réchauffement climatique
aujourd'hui on sait qu'elle est au
contraire une solution donc pour cette
solution et la résolution des problèmes
moi je compte beaucoup sur vous tous et
puis sur cette capacité régulière qu'on
aura à se retrouver se rencontrer et à
échanger
merci en tout cas de m'avoir invité ça
veut dire qu'à la à l'avenir on peut
compter sur toi pas que l'avenir au
présent déjà et à l'avenir aussi oui et
au passé ça a été le cas donc et pas de
raison que ça s'arrête
cit avait un conseil à donner aux
ministres de l'agriculture tu dirais
avec deux mesures couvrir les sols et
planter des arbres on sauve tout tiens
moi je pense que par la promise de la
lecture je devrais pas de conseils
aujourd'hui il ya un sujet sur lequel il
va falloir être mobilisés c'est la
future négociation de la politique
commune après 2020 celle là si elle
n'intègre pas la couverture et le
stockage de carbone dans les sols là on
va se tromper pour longtemps et on va
prendre un retard très important donc le
débat qu'il faut qu'on est politiquement
au sens où quelles sont les propositions
qu'on fait auquel cas le régime jaune le
problème des jeunes c'est qu'à la fin
quand vous faites pas de propositions
ben vous tombez dans la destruction
donc il faut faire des propositions
c'est ça la politique
c'est arrivé à être capable de trouver
des synthèses et de faire des
propositions là la question de la
réforme de la politique agricole commune
tel que c'est parti dans un contexte de
bréxent it donc de problèmes budgétaires
il faut faire très attention à ce que un
mauvais pas un mauvais pli ne soit pas
pris donc le seul conseil que je
donnerais aujourd'hui c'est un conseil
que je nous donne à tous c'est qu'il va
falloir était extrêmement mobilisés pour
faire des propositions dans le cadre de
la réforme de la politique agricole
commune
merci beaucoup stephen t à bientôt
[Applaudissements]

Partager sur :