Triple Performance

Enherber / végétaliser les bords de cours d'eau

De Wiki Triple Performance
Cet article est issu de la base GECO[CC BY-NC-SA 3.0]. Cliquez ici pour accéder à la page d’origine : Logo Geco
Icone categorie Pratiques.png Pratique agro-écologique
Image Enherber v g taliser les bords de cours d eau.jpg

1. Présentation



Caractérisation de la technique

Description de la technique :

(image en en-tête : Chenal enherbé à Velm ; auteur : Evrardo; licence : (CC BY-SA 4.0))

4.0)

Lutte contre les courriers indésirables : Pour utiliser ces adresses, remplacer (at) par @

Implanter des bandes enherbées, ou maintenir la végétation spontanée, sur une largeur de 5 à 10 m le long des cours d'eau. En cas d'implantation d'une ou plusieurs espèces en mélange, les espèces à démarrage rapide et à bonne pérennité sont à privilégier. Le semis doit intervenir en période de forte pousse (printemps, fin d'été) pour favoriser une couverture rapide du sol et limiter l'envahissement par des adventices indésirables. L'entretien consiste en un à deux passages par an (broyage ou fauchage) visant à éviter la montée à graine des espèces présentes et la contamination de la parcelle attenante. Le broyage / fauchage est interdit entre le 1er mai et le 15 juillet pendant 40 jours consécutifs définis par arrêté préfectoral. L'épandage de fertilisants et produits phytosanitaires est également interdit.

Exemple de mise en oeuvre :





Période de mise en œuvre

Sur culture implantée

Le cycle de vie d'une bande eherbée est déconnecté du cycle des espèces cultivées.



Echelle spatiale de mise en œuvre

Parcelle

L'enherbement d'un bord de cours d'eau est réalisé à l'échelle de la parcelle, mais l'ensemble du bassin versant (angle et longueure de la pente) doit être pris en compte pour définir la largeur de la surface à enherber.



Application de la technique à...

Toutes les cultures :

Sans objet

Tous les types de sols :

Sans objet

Tous les contextes climatiques :

Sans objet





Réglementation

POSITIVE

La norme BCAE protection et gestion de l'eau impose depuis 2010 l'implantation de bandes enherbées d'une largeur minimale de 5 mètres le long de tous les cours d'eau éligibles. La bande enherbée doit être en place du 1er mai au 31 août, respecter la liste des couverts autorisés (définis par arrêté préfectorals) et les conditions d'entretien (pas d'épandage de fertilisants, produits phytosanitaires, pas de stockage de matériel, pas de broyage / fauchage pendant la période d'interdiction...). Ces contraintes réglementaires peuvent être renforcées en zone vulnérable par des plans d'action départementaux qui peuvent notamment étendre la largeur minimale de la bande enherbée à 10 ou 15 mètres dans les périmètres concernés. BCAE protection et gestion de l'eau Directive nitrate



2. Services rendus par la technique



3. Effets sur la durabilité du système de culture



Critères "environnementaux"

Effet sur la qualité de l'air :

Variable

émission GES : VARIABLE



Positif

Effet sur la qualité de l'eau :

En augmentation

N.P. : DIMINUTION

pesticides : DIMINUTION



Neutre

Effet sur la consommation de ressources fossiles :

Variable

consommation d'énergie fossile : VARIABLE



Neutre

Autre :

Pas d'effet (neutre)

Air : L'enherbement ou la végétalisation des bords de cours d'eau implique la consommation de carburant, donc le dégagement de gaz à effet de serre pour l'entretien, voire l'implantation en cas de semis. A cette quantité de carburant consommée doit être déduite la quantité qui aurait été consommé pour la mise en culture de la zone tampon. Le stockage de carbone par la végétation en place sur les bandes enherbées vient également réduire les dégagements de GES à l'échelle de la parcelle.

Eau : L'enherbement ou la végétalisation permet de diminuer les transferts de produits phytosanitaires, phosphore et azote vers l'eau en limitant les risques de dérive athmosphérique et en favorisant l'infiltration des eaux.

Energie fossile : L'enherbement ou la végétalisation des bords de cours d'eau implique la consommation de carburant pour l'entretien, voire l'implantation en cas de semis. A cette quantité de carburant consommée doit être déduite la quantité qui aurait été consommé pour la mise en culture de la zone tampon.







Critères "agronomiques"

Productivité :

Pas d'effet (neutre)

La présence de bandes enherbées présente un effet favorable sur le rendement moyen de la parcelle par atténuation de l'effet "lisière". Cependant, la diminution de surface cultivée implique une diminution de la production.





Positif

Biodiversité fonctionnelle :

En augmentation

Les bandes enherbées ou végétalisées en bordure de cours d'eau constituent un couvert favorable à la faune épigée (insectes, oiseaux, mammifères…) ainsi qu'à la faune du sol.







Critères "économiques"



Neutre

Charges opérationnelles :

Variable

Le maintien de la végétation spontanée en bordure de cours d'eau n'occasionne aucune charge pour l'implantation. La mise en place d'une bande enherbée implique des charges pour l'achat de semences inférieure à 5 € pour 100 mètres linéaires. Mais les charges opérationnelles liées aux cultures de ventes se retrouvent réduites proportionnellement à la surface enherbée ou végétalisée en bordure de cours d'eau.





Neutre

Charges de mécanisation :

Variable

L'enherbement ou la végétalisation des bords de cours d'eau implique des charges de mécanisation liées à l'entretien (7 à 8 € par an pour 100 mètres linéaires) voire à l'implantation (15-20 € pour 100 mètres linéaires). Mais les charges de mécanisation liées aux cultures de vente se retrouvent réduites proportionnellement à la surface enherbée ou végétalisée en bordure de cours d'eau.





Négatif

Marge :

En diminution

Les bandes enherbées ou végatlisées en bordure de cours d'eau constituent des surfaces ne génrant aucun revenu mais pouvant impliquer des charges pour leur implantation ou leur entretien. Le rendement moyen de la parcelle peut cependant progresser par atténuation de l'effet lisière.







Critères "sociaux"



Négatif

Temps de travail :

En augmentation

Même si les bandes enherbées ou végétalisées en bordure de cours d'eau viennent réduire les surfaces consacrées aux cultures de vente, donc la charge de travail qui y est associée, elles impliquent d'autres chantiers (implantation, entretien) consommateur en temps de "mécanisation" (20 minutes pour l'implantation de 100 mètres linéaires et 10 minutes pour l'entretien annuel de 100 mètres linéaires).

L'implantation et l'entretien de bandes enherbées en bordure de cours d'eau implique une charge de travail supplémentaire. Cependant, la présence de ces bandes peut faciliter les manœuvres en bout de champ et ainsi améliorer le débit de chantier des interventions sur la parcelle cultivée.





Négatif

Temps d'observation :

En augmentation

L'implantation de bandes enherbées ou végétalisées en bordure de cours d'eau peut impliquer du temps d'observation supplémentaire pour le choix des espèces à implanter ou la gestion de la flore en place.







4. Organismes favorisés ou défavorisés



Bioagresseurs favorisés



Bioagresseurs défavorisés



Auxiliaires favorisés



Auxiliaires défavorisés



Accidents climatiques et physiologiques favorisés



Accidents climatiques et physiologiques défavorisés



5. Pour en savoir plus

  • Aménagements et conduites : une palette de techniques au service de la biodiversité
    -Maillet-Mezeray J. (arvalis) Perspectives agricoles n°360, p34-42, Article de presse, 2009
  • Bandes enherbées
    -CRA Centre Projet IBIS, Brochure technique, 2010 page web du projet
  • Pollutions diffuses : Des outils pour maximiser l'efficacité des zones tampons
    -Le Hénaff G., Gril J.J. (Cemagref) Perspectives agricoles n°379, p38-42, Article de presse, 2011 lien vers l'article

6. Mots clés



Méthode de contrôle des bioagresseurs :

Contrôle cultural

Mode d'action :

Action sur le stock initial

Type de stratégie vis-à-vis de l'utilisation de pesticides :

Reconception

Annexes