Développement des couverts végétaux - Baptiste MAITRE

De Triple Performance
Aller à :navigation, rechercher
Vidéo - Ver de Terre production (19 oct. 2018) - Baptiste Maître - Durée : 20 minutes

Thumbnail youtube UDxbSlYZ-Rs.jpg

Universités d'Eté - B. MAITRE - Développement de la Couverture des Sols


Aujourd'hui, nous vous proposons l'intervention de Baptiste MAITRE lors de nos Universités d'Eté Sol Vivant à Marciac en août dernier ! Il vous parlera du développement de la couverture des sols.


Annexes

Transcriptions

bonjour à tous donc baptiste maître je

suis agronome à l'association française
d'agroforesterie et j'ai en charge la
coordination technique du programme agro
donc je vais vous présenter ce que c'est
donc le programme agro en fait c'est un
programme qui est financé en partie par
l' agence de l'eau donc c'est un
programme qui est paré pour les
agriculteurs et l'objectif c'est

Afficher la suite

vraiment de de caractériser de

comprendre les fermes comment est-ce
qu'elle évolue et de fédérer un réseau
et de mettre tout le monde en réseau
l'objectif c'est vraiment de mettre en
réseau toutes les associations toutes
les personnes qui travaillent sur la
couverture des sols et donc
donc c'est un programme qui est qui et
sur le bassin adour garonne
donc en fait c'est quoi le constat le
constat c était on a des gros problèmes
d'érosion
cette année encore plus s'il n'y a pas
une parcelle qui est travaillé ou ya pas
eu d de l'érosion dans le gers et
surtout le sur tout le bassin donc le
constat c'était on perde le sol on a les
fossés qui se bouche et puis on voit là
en 2010 est là la photo de la dépêche
on a des sédiments qui finissait alors à
votre avis qu'est-ce que c'est le
sédiment
c'est quoi tous ces c 10 - qu'est-ce que
ça représente c'est ce qu'on va essayer
de voir à peu près tout là tout au long
de de ces deux jours en fait le capital
c'est le sol et là on a tous le seul qui
est en train de partir dans les rivières
ou dans le coup dans la mer et donc du
coup c'est autant de capital qui est
perdu pour la production agricole et
pour pour l'agriculteur vous imaginez
une entreprise qui est des capitalistes
tout le temps
elle va elle va dépérir donc du coup
c'était le le constat est autour de
savent mettre en place eu une une
politique sur le bassin pour pour
essayer de préserver la ressource donc
du coup c'est ce qu'on appelle les 3f
donc filtré freiner fixé l'objectif
c'est vraiment de deux de protéger l'eau
par l'intermédiaire des couverts
végétaux c'est le c'est l'hypothèse qui
a été qui a été développée l'objectif
c'est de d'étendre la couverture des
sols sur le bassin adour garonne pour
protéger la ressource en eau que ce soit
au niveau qualitatif au quantitatif
donc là vous avez un schéma qui résume
un petit peu essayé de passer d'une
agriculture
ben dites classiques à une agriculture
où on repense un peu tout à l'échelle du
paysage donc ça va de la couverture des
sols par les couverts végétaux jusqu'à
remettre de l'arbre et des age camp
quand c'est possible et quand c'est
pertinent
donc on passe on passe d'une agriculture
qui est qui luttent contre la nature à
une agriculture qui essayent de de la
copier et de et de s'en inspirer
donc là c'était des c'était pour
remettre les vraiment les grands
objectifs c'est de mettre en synergie
les agriculteurs parce que au début du
programme il y avait vraiment de série
culte or un peu partout et l'objectif
c'est de remettre tout le monde en
synergie et c'est l'objet de mon propos
aujourd'hui c'est vraiment de comprendre
qu'il faut caractériser les
exploitations pour comprendre comment
est-ce qu'elle fonctionne aller chercher
et il ya peut-être quelqu'un qui réussit
bien le blé la culture de blé dans un
coin du bassin
et puis à quelqu'un qui réussit le maïs
et s'est essayé de caractériser ces
itinéraires techniques pour comprendre
et savoir les pistes damées rôle
d'amélioration et faire que tout le
monde progresse et éviter que tout le
monde ne refasse les erreurs qui ont pu
être faites
donc voilà un peu comment ce ou sont les
fermer vos sont les acteurs du réseau
donc c'est vraiment auto le sud-ouest et
on a un peu partout et on a des
viticulteurs entre avec des viticulteurs
des maraîchers et des gens en grandes
cultures et en élevage
donc ceci est donc on a des partenaires
techniques qui aident à faire prendre le
le programme donc l'objectif c'est
vraiment de 2 c'est un programme qui est
vraiment par et pour les agriculteurs
donc c'est à chacun de s'approprier le
le sujet et l'objectif c'est vraiment
d'être là pour répondre à leurs demandes
donc ça c'est vraiment là
l'objectif est vraiment le le ski est
prédominant c'est que copier la démarche
agronomique et donc c'est ce que tout le
monde va y va expliquer au fur et à
mesure de la journée
donc je rentre pas plus dans les détails
mais l'objectif c'est vraiment de copier
la nature et trouver des systèmes qui
qui allie la performance
donc en fait qu'est-ce qu'on quelle est
la particularité du programme l'objectif
c'est vraiment de caractériser ces
exploitations et donc du coup c'est de
comprendre comment est-ce qu'elle
fonctionne et comment est ce qu'on peut
améliorer et développer un peu là enfin
comprendre comment est ce que ça
fonctionne et après pouvoir l'étendre et
donc du coup mesurer les les forces et
les faiblesses de chaque exploitation et
comment est-ce qu'on peut les amener à
progresser donc du coup on a différents
suivi ont fait on fait des fiches ferme
on évalue les performances agronomiques
via le diagnostic indices yade donc ça
antoine reviendra plus en détail dans un
prochain chapitre
on va jusqu'à calculer les bilans
humains on a tout un tas d'outils en
fait qui nous permette de de
caractériser les exploitations de tirer
les points forts et les points faibles
et de comparer au sein du groupe c'est
vraiment important de pouvoir se
comparer 2 2 de savoir se situer parce
que si on le fait individuellement on va
avoir une image de notre ferme et on va
pas être capable après de 2-2 curseur
alors que si on est dans un groupe on va
arriver à à dire bah tiens moi je suis
meilleur en effe t par rapport à mon
voisin chu de la balance azotés elle est
plus performante que mon voisin et donc
du coup ça nous permet de caractériser
de faire progresser et du coup de
creuser de se dire bah tiens qu'est ce
que toi tu as fait pour avoir pour être
meilleur sur sur ton bilan humique
comment est-ce que tu gères tes couverts
que quelle est la rotation que tu
utilises c'est vraiment le l'objectif de
de caractériser pour progresser et de
progresser tous ensemble donc il faut
des outils où tout le monde puisse se
comparer ensemble donc donc c'est en
train d'évoluer
donc après l'objectif c'est aussi de
communiquer donc du coup les fiches
ferme c'est une façon d'appréhender un
peu rapidement en deux pages la
situation d'exploitation qu'est-ce qui a
été les motivations et pourquoi est ce
que on a fait évoluer les pratiques les
pratiques culturales donc c'est du coup
on caractérise la ferme ont un peu
l'historique et du coup ça va jusqu'à la
rotation type de l'exploitation et le
témoignage de l'agriculteur et ça permet
un peu de de communiquer auprès des
agriculteurs et auprès du grand public
si c'est un des outils donc du coup ça
nous permet d'aller jusqu'à la
caractérisation de l'exploitation et de
la rotation surtout pour savoir un petit
peu ce qui qu'est-ce-qui qu'est ce qui
est fait comment est-ce que c'est fait
quand est ce que le sol est couvert
quand est ce que le sol est nu et donc
du coup d'optimiser un petit peu tout ça
donc la seule on l'a déjà vu et donc du
coup c'est ce que sort après les indices
y est donc c'est yahia 25-28 critères et
donc ça nous donne un radar et
l'objectif après ces deux de piloter de
superposer les différents radars et de
voir vacquiers le le meilleur ou et et
donc de progresser donc
donc on va aussi jusqu'à caractériser
les itinéraires techniques donc du coup
on sort après un peu des fiches types
donc dire ben la personne qui réussit le
béa on caractérise son itinéraire
technique et on va jusqu'à le le
caractérise et mettre un peu les dates
d'intervention pour avoir un outil assez
précis pour pour les autres agriculteurs
pour pour les faire les faire avancer
et donc du coup ça s'est un peu des
estimations qui sortent donc du coup on
va aussi jusqu'à on a développé un outil
qui permet de caractériser le temps de
tracteurs donc pour voir un peu les les
économies faites quand on fait évoluer
les pratiques et quand on change de
système et donc du coup qu'est ce qu'on
qu'est ce qu'on gagne
et donc là on voit que on a on est passé
d'un système de labour à un système de
semis direct et donc du coup il ya des
couverts végétaux qui ont été incorporés
et donc on voit comment évoluent les
différents postes donc on est passé
d'une agriculture ou où il y avait quand
même beaucoup de travail du sol à une
culture où on produit autant si ce n'est
plus
et en plus on rajoute des médailles donc
du coup dans un souci de d'élevage on
arriva
à faire progresser les exploitations
donc on fait aussi l'analyse de
l'évolution du temps de travail dont
classé poste par poste le temps passé
sur le tracteur donc on se rend compte
qu'il y avait beaucoup de travail du sol
de l'irrigation de la fertilisation et
donc du coup en faisant évoluer les
pratiques et ben on arrive à réduire le
temps de travail donc c'est autant de
temps disponible après pour
l'agriculteur pour se former pour aller
échanger avec d'autres agriculteurs et
donc du coup il se dégage du temps libre
pour aller observer pour être plus
précis sur l'observation de ces
parcelles ça lui permet de se progressé
et donc du coup d'avoir cet outil ils se
rendent compte que bah oui en fait
finalement
avant je passais puis passé beaucoup de
temps à travailler mon sol et donc du
coup maintenant que je le travaille plus
ou très peu et bah du coup j'ai du temps
pour faire autre chose et et pour
observer et donc on a aussi un tout un
une mallette de suivi pour caractériser
les fermes c'est aussi on appelle ça la
mallette usd a donc ça a été mis au
point par l'université de 2 aux états
unis et donc du coup l'objectif c'est de
caractériser les sols donc là en fait on
a trois tests qu'on utilise qui sont
assez faciles à mettre en oeuvre
donc un test d'affilée tration pour voir
la macro la micro porosité un test pour
mesurer la respiration avec une cloche
con con mais pendant 30 minutes et après
on vient avec une cartouche qui réagit
au co2 pour mesurer l'activité
biologique et puis une densité apparente
et donc avec tout ça ça nous permet de
quelques caractérisé le le sol est de
comparer on compare un sol labouré
insolent avec des couverts végétaux pour
voir comment est-ce que ça évolue
comment est ce que l'on gagne et kehl
quel est l'intérêt de mettre en place
les différentes pratiques
donc ça c'est ca fait pas sur toutes les
exploitations mais la plupart pour en
fait caractérisée et voir l'évolution
parce qu'on voit que ya une évolution
c'est que le sol ça évolue de manière
assez lente mais mais ça évolue quand
même donc ça permet de de caractériser
et de revenir tous les trois ans de
mesurer un peu l'évolution
on sait qu'il ya des paramètres où ça va
assez vite notamment la l'infiltration
et la respiration c'est des paramètres
qui évolue assez vite après la densité
apparente aller un peu plus
quand est ce que tout le monde sait ce
que c'est la densité apparente donc en
fait la densité apparente on a un volume
de on prend un cylindre
on connaît le volume on le met dans le
sol et donc en fait on on pèse le sol
humide et le sol frais et donc en fait
ça nous donne le vide dans le sol et le
vide c'est quoi c'est de l'herbe et on
sait que les bactéries les champignons
ils ont besoin d'oxygène pour respirer
donc en fait le fait de caractériser la
densité apparente ça nous donne à la
densité du sol donc plus la densité va
être dense plus on va avoir un seul
compact où on va pas avoir beaucoup de
l'air qui circule dedans si on a un seul
qui est plutôt soufflé bah du coup on va
avoir une densité plus plus faible et
donc du coup on va avoir un on va avoir
plus d'air dans le sol donc du coup on
va pouvoir favoriser l'activité
biologique
les bactéries les champignons et donc ça
va nous permettre de faire évoluer de
faire évoluer le système fin ça permet
de comprendre et le caractérise et donc
du coup après on sait qu'en fonction des
types de sols qu'on va voir des sols
plus ou moins denses par exemple un sol
argileux on sait que la densité on va
jamais pouvoir descendre en dessous de 1
1,7 1,8 alors que dans des sols sableux
bas là on a beaucoup plus de porosité du
fait du fait de la construction du sol
mais donc du coup ça nous donne une une
idée de l'évolution et ça nous permet de
calculer après des stocks de savoir ba2
avec la densité on peut mettre en
corrélation le volume de sol combien
est-ce qu'on ait de la zone de phosphore
ça nous permet de faire des de
caractériser un peu plus précisément
donc du coup après tout ça on rentre
toutes ces valeurs ont les rentrer dans
un tableur et donc du coup ça nous sort
des des chiffres pour pour caractériser
un petit peu là le la parcelle comment
est-ce que ça a évolué et surtout de
faire des comparaisons
la parcelle qui labourait la parcelle
qui ont couvert qu'est-ce que ça
m'apporte les couverts végétaux comment
est-ce que ça a évolué et qu'est ce que
je peux qu'est ce que je peux en retirer
et quel intérêt j'ai à faire évoluer ses
mais pratique
donc c'est une là c'est une autre
méthode c'est pour caractériser la
production découverte parce que souvent
on dit qu'il faut faire le plus de
biomasse possible mais donc l'objectif
c'est de mesurer quelle est la plainte
et ray 2
2 mais couverts est ce que est ce qu'ils
ont bien fonctionné ou pas donc en fait
on fait juste un 1/4 et d'un mètre carré
la méthode s'appelle merci ça a été mis
au point par la chambre d'agriculture du
poitou charentes est donc l'objectif
cette pesée espèce par espèce est donc
ça nous donne en fait quand on pèse
frais et donc du coup on rentre dans un
tableur et ça nous donne la production
de biomasse donc on peut savoir combien
ce que mon couvert a fait de matière
sèche et donc du coup quel quelles sont
les quantités d'éléments qu'il a
mobilisé donc en fait c'est caractérisé
espèce par espèce et ça nous dit bah là
lamont couvert il a il après il a piégé
par exemple sur cet exemple 75 unités
donc ça nous donne des idées ça nous
donne des chiffres et donc du coup on
peut aller voir
on peut aller on peut caractériser dire
bah voilà le couvert avec la production
qui l'a fait cette année la piéger de la
zot il en a pas perdu et donc du coup
lazotti il reste dans le sens du loup
dans le sol pardon et il est pas les
lessives et dans les nappes on le
retrouve pas dans dans les nappes ou
dans les fossés donc ça nous ça nous
permet de caractériser et après d'aller
avec des chiffres et de dire voilà ce
qu'on a ce qu'on a produit ce qu'on a ce
qu'on a stocké et donc du coup là c'est
un focus un petit peu sur les résultats
donc du coup en fait on a on a
caractérisé donc on avait 45 ferme on
avait tout enfin on avait les profils
indices yade est l'objectif c'était de
de voir quels étaient les plus
performantes donc là vous avez les
résultats des onze fermes et plus
performante sur le réseau agro comparer
une ferme qu'on a qui est un peu enfin
pas fictif mais du coup on a pris les
données agreste donc c'est tout les tous
les questionnaires qui sont faits on
avait fait une ferme typique du midi
pyrénées donc du coup on la comparait on
l'a comparé à aux fermes du réseau agro
et pour voir un peu les résultats et et
quels sont les points où on améliorer où
on a été plus performant
donc ça c'est pour vous expliquer ce que
je viens de de dire et donc du coup ça
s'est un petit peu pour voir la
répartition des fermes donc on a pris la
ferme midi pyrénées c'est plutôt une
ferme en grandes cultures et après on a
toutes les fermes donc vous voyez qu'on
a des éleveurs en volailles en ovins en
bovins et des grandes cultures et donc
qu est ce qui ressort c'est que
on a on a on a des fermes qui couvre
beaucoup plus les sols donc ça c'est
c'est le temps de sols nus donc en fait
on a caractérisé pour voir en fonction
des rotations
combien de temps les sols étaient nulle
part en est donc là on est sur un sol où
on a 150 jours de sols nus pour la ferme
explique la ferme qui témoin dès midi
midi pyrénées est on est on passe à 20
jours de sols nus dans une ferme du
réseau à eau dans les fermes
donc du coup on gagne en couverture du
sol et on sait que va plus le sol il est
couvert plus le sol il est protégé parce
que du coup il est moins sensible aux
aléas climatiques et à l'érosion l'eau à
l'apa le temps de de l'hérault des quand
on est sur une parcelle où on a on a là
un sol nu
ben on sait que dès qu'il va y avoir des
orages comme il ya eu cette année
du coup toute l'eau l'eau et l'eau amène
le sol et donc du coup le sol est pas
retenue et dès qu'on a de la pente
on a un phénomène d'érosion très
important alors que là quand on est
insolent qui est couvert on a toujours
un système racinaire qui vivent et qui
tient le sol et bah du coup on a plus on
n'a plus ces phénomènes d'érosion donc
le sol il est tenu et il reste sur la
parcelle donc on a aussi mis en évidence
l'évolution des deux des bilans
d'unification donc ça je reviendrai
demain plus en détails sur le bilan et
mick met donc du coup on se rend compte
que l'on stocke du carbone donc entre
160 et 600 kilos par hectare et par an
quand quand la ferme de midi-pyrénées
des stocks elle 300 kilos donc dans un
souci de réchauffement climatique où on
est dans une dans une politique où on
essaye de la moindre et on sait que
l'agriculture à un levier important
bah du coup on se rend compte que dès
qu'on a des pratiques qui vont dans le
bon sens et bah du coup on stocke du
carbone alors qu'on n'en des stocks est
pareil pour le bilan azoté
du coup on
on a on a plus de reliquats en fait le
reliquat zot ces cantons la culture a
fini qu'est ce qu'il reste dans le sol
en termes d'azac donc du coup là on est
plutôt autour de 50 à 60 unités sur la
ferme midi pyrénées et et en de l'autre
côté on est plutôt déficitaire donc ça
veut dire qu'il ya de la zone qui a
mobilisé donc c'est autant d'azoté qu'on
retrouve pas après dans l'est dans les
nappes parce qu'elle est allée pas lexsi
viable en fait elle est allée mobilisés
pour l'activité biologique pour pour pas
pour pour dégrader la paille donc du
coup c'est autant d'azoté qui est bloqué
dans dans le sol et donc du coup on a
peu on n'a plus ce phénomène de de l'est
de l'estimation de lixiviation et donc
du coup on retrouve plus la zot dans
dans l'eau où on en trouve en moins deux
camps en moindre quantité donc là ça je
reviendrai demain mais c'est plus le le
bilan humique et comment est-ce que ça a
évolué donc du coup ça nous permet de
caractériser un peu l'évolution des des
parcelles mais ça c'est le sujet de de
demain et donc du coup on a aussi mis en
évidence qu'on pouvait avoir eu une et
comme une économie d'eau pour pour
l'irrigation parce qu'en fait le fait de
faire évoluer les pratiques va du coup
on a une activité biologique est
meilleur on a eu nos qui circule mieux
dans le profil et donc du coup on se
retrouve à avoir avoir des agriculteurs
qui qui quand il faisait 5 tours
d'irrigation sont passés à 4 enfin on a
une économie qui se fait au fur et à
mesure de du temps parce que on a une
activité biologique qui fonctionne mieux
l'eau qui tombe sur le sol aller tout de
suite mieux valoriser parce qu'il ya de
la porosité donc du coup elle est tout
de suite bien investi est bien valorisé
dans dans le profil et donc c'est des
choses qui sont mises en évidence donc
voilà un peu le résumé de de ce qu on a
ressorti donc on a des sols qui sont
trois à quinze fois moins perturbé on a
5 5 fois plus d'activités biologique
dans les sols on économise de l'énergie
parce que du coup on a moins de temps de
tracteurs donc on utilise moins
d'énergie fossile on a on a une
évolution des rendements qui est souvent
décrit la technique en disant ouais on
va perdre du rendement on se rend compte
que finalement les rendements stagne ou
augmente un petit peu même dans certains
cas donc c'est pas ce n'est pas la
technique qui est pénalisant on arrive à
dégager une marge plus importante
on réduit le temps de travail en
augmente le temps d'observation de
l'agriculteur on couvre plus les sols
parce que le sol il et on a vu qu'il
était nu que qu'une vingtaine de jours
par an on stocke du carbone et puis on a
une meilleure utilisation une meilleure
valorisation de l'eau dans dans le
profil donc
donc voilà le la dynamique d'agro et
comment est-ce que ça s'inscrit et
l'objectif va c'est vraiment de
travailler avec les agriculteurs pour
les agriculteurs et de les amener à
progresser merci pour votre attention
merci baptiste

Partager sur :