Conditions de réussite de la mise en place d'un silo couloir

De Triple Performance
Aller à :navigation, rechercher
Silo.jpeg


L’ensilage est le mode de stockage des fourrages qui permet la meilleure conservation de la valeur énergétique et ce jusqu’à un an. Encore faut-il que le silo qui va permettre ce stockage soit correctement construit. Quelles sont les clés d’une bonne mise en place d'un silo couloir ?


Avant la récolte

Il est tout d’abord nécessaire de réparer et sceller les fissures dans les murs, de retirer les déchets (alimentation, plastique, matériaux de lestage), de tondre dans les zones adjacentes et d’élaborer un plan de récolte, de transport, d’emballage et de planifier l’équipement et la main d’œuvre. Plusieurs étapes clés s'ensuivent.


Choix de la bâche d’ensilage[1]

Il est essentiel de choisir une bâche de bonne qualité qui ne permet aucun échange entre l’air extérieur et l’air intérieur et possède une résistance aux UV. La bâche doit aussi être résistante à la perforation et aux déchirures. La dimension se définit en fonction de celle du silo. Il faut prévoir 30% de plus en largeur dans le cas des silos taupinière.

Quels sont les éléments à prendre en compte ?

  • La couleur : La bâche du silo a pour fonction de faire barrière à l’oxygène et à la lumière, c’est pourquoi elle est de couleur sombre : noir le plus souvent ou bicolore noir-vert par exemple.
  • L'étanchéité à la lumière : Une bâche à silo de 100 à 150µ est la meilleure solution pour avoir une excellente étanchéité à la lumière.
  • L'étanchéité à l'air : Superposer une bâche à silo sur un film fin 40µ, très souple qui va épouser la surface de l’ensilage et s’y plaquer dès les premières fermentations, assure une excellente étanchéité rapidement.
  • Il peut aussi être utile de rajouter un filet de protection contre les dégâts d'oiseaux.
Bâches silo.png


Dimensions du silo

Plusieurs facteurs sont à prendre compte lors du choix des dimensions du silo. Il faut tout d’abord connaître les besoins actuels et futurs du troupeau en fourrage. Il faut ensuite se rappeler du taux de reprise visé.

La largeur minimum du silo couloir doit être calculée en fonction de la longueur entre l'extérieur des roues du tracteur afin que le milieu du silo puisse être compacté.

Le but est de prévoir une surface maximale pour pouvoir faire des couches de 15cm de hauteur. Ensuite, il faut toujours respecter une hauteur respectable par rapport à celle des murs, jusqu'à 50cm au-dessus des murs.


Conseils :

  • La largeur du silo doit être un multiple de la largeur de son outil de reprise pour assurer une reprise quotidienne homogène avec une vitesse d'avancement optimale.
  • La hauteur des murs du silo ne doit pas dépasser la hauteur maximale atteignable par son outil de reprise.
  • Une vitesse d'avancement de 10cm/j est conseillée tant que la température extérieure ne dépasse pas 15°C et de 20 cm au delà.


Exemple

Etape 1 : Calculer le besoin quotidien de ses animaux.

Pour une exploitation de 80 vaches laitières nourries avec 6kgMS de maïs épi par jour. On convertit en matière brute. Un kg de matière sèche de maïs est égal à 55% de matière brute (MB).

6 kg MS / 0,55 = 11 kg MB.

Besoin quotidien total = 11 x 80 = 880 kgMB.


Etape 2 : Estimer le volume que représente ce besoin quotidien.

Volume quotidien total (m3MB/j) = Besoin quotidien total (kgMB/j) / Densité de son ensilage d'épi (en moyenne 775 kgMB/m3 de MB).

Volume quotidien total = 880 kgMB/j / 775 kg/m3 de MB = 1,14 m3 de MB/j.


Etape 3 : Dimensionnement du silo.

  • Calcul de la hauteur si la largeur des murs est déjà fixée :

Hauteur (m) = Volume quotidien total d'épi de maïs (m3 de MB/j ) / (Largeur (m) x Vitesse d'avancement (m/j)).


  • Calcul de la largeur du silo si la hauteur des murs est déjà fixée :

Largeur (m) = Volume quotidien total d'épi de maïs (m3 de MB/j ) / (Hauteur (m) x Vitesse d'avancement (m/j)).


  • Calcul de la longueur du silo quand la hauteur des murs et la largeur du silo sont déjà fixées :

Longueur (m) = Volume quotidien total d'épi de maïs (m3 de MB/j ) x nombre de jours de distribution / (Largeur (m) x Hauteur (m)).


Rappel : Les cahiers des charges IGP autorisent la distribution d'ensilage d'épi de maïs seulement sur la période du 1er octobre au 1er mai soit 210 jours maximum.


Exploitation avec un besoin quotidien total de 1,14 m3 de MB/j de maïs épi, une distribution sur 210 jours et une vitesse d’avancement de 15 cm / j en moyenne. L’exploitation possède un godet désileur d’une largeur de 2,4 m et souhaite réaliser le désilage sur 2 largeurs de godet. La largeur du silo doit donc être d’au moins 4,8 m. Ainsi, la hauteur des murs et la longueur du silo, seront de :

Hauteur des murs = 1,14 / (4,8 * 0,15) = 1,6 m.

Longueur du silo = 1,14 * 210 / (4,8 * 1,6) = 31,2 m.


Conservateurs

Les conservateurs[2] permettent d’éviter les moisissures de l’ensilage. Il faut les prévoir en amont de la période d’installation du silo. On distingue trois principales familles de conservateurs :

  • les bactéries lactiques (avec ou sans enzymes),
  • les acides organiques,
  • les tanins.

Il faut noter que l’utilisation de conservateur se fait sans utilisation d’eau chlorée car le chlore tuerait toutes les bactéries présentes.


Pour bien choisir son conservateur, il faut tout d'abord en choisir un spécifique au type de fourrage. La formulation du conservateur doit en effet répondre aux problématiques de la culture. Par exemple, le maïs est sujet à l'instabilité aérobie car il possède une teneur élevée en sucres et en MS. On peut donc recourir à une souche de Lactobacillus buchneri qui permet une amélioration de la stabilité aérobie. Au contraire, les ensilages d'herbe présentent des teneurs en sucres et en MS plus faibles qui n'assurent pas une acidification optimale. Il vaut alors mieux utiliser une souche de bactéries lactiques homofermentaires qui vont produire de l'acide lactique.

Si le maïs est trop sec, on utilise aussi ces bactéries.


Les conservateurs s'appliquent de manière homogène lors de la récolte.


Récolte et mise en place du silo

Récolte

Herbe

Il faut prévoir une hauteur de coupe de 8-10 cm et une longueur de coupe de 3,5-4 cm.


Maïs

Maïs  ensilage plante entière

On privilégie une hauteur de coupe d’au moins 20 cm pour le maïs plante entière. L’objectif est de récolter le grain avec un taux de matière sèche compris entre 50 à 60% de MS (36 à 40 % d’humidité du grain) et un taux de MS moyen de 32 à 35% pour la plante entière.

Une récolte trop précoce limite le rendement et la teneur en amidon, ce qui peut provoquer des pertes par jus et une diminution de l’ingestibilité de l’ensilage.

Il est souhaitable d’adapter la longueur de coupe de 13 à 19 mm selon :

  • le taux de MS global, 

Si c’est un éclateur de type Schredlage, on vise en moyenne une longueur de 22-26 mm voire plus.


Maïs épi

Pour le maïs épi, il faut viser un éclatement des grains maximal avec un taux de MS moyen de 55 à 65%  (grain stade vitreux).


Remplissage et tassement du silo[3]

TassementSiloCouloir.png

Il faut prévoir une surface maximum pour pouvoir obtenir des couches de 10 à 15cm. Cela permettra en effet un meilleur tassement. Il faut impérativement penser à bien tasser la couche avant l’arrivée de la suivante.

Il est conseillé en début de chantier de former une cuvette avec le fourrage car cela permet d'effectuer le tassement contre les parois. Si la hauteur de l'ensilage a bien été limitée à 50cm au-dessus des murs, les bords seront bien tassés.

A la fin du chantier, il vaut mieux tasser plus longtemps les couches supérieures car celles-ci ne bénéficient pas du poids du fourrage du dessus.


Conditions anaérobies

Le silo doit absolument être en anaérobie stricte. Il faut donc vérifier qu’il n'y ai aucune entrée d’air après avoir fermé le silo de manière hermétique à l’aide de boudins (ou pneus) disposés soit tout le long, soit en rangées de boudins tous les trois mètres afin que la bâche épouse parfaitement le silo. Ces conditions anaérobies doivent être au minimum maintenues 4 semaines où le pH sera alors inférieur à 4.

Il est très intéressant de rajouter des bâches sur les murs car cela empêche l’air et l’eau de passer à travers les fissures et prolonge leur durée de vie.


Risques en cas de non respect des bonnes pratiques

En cas de présence d'oxygène et d'un substrat adéquat, des moisissures[3] peuvent se développer. Cela peut être dû à une récolte qui a subi un stress, un remplissage lent du silo, un hachage trop long, un mauvais tassement et une avancée du front d’attaque insuffisante.

Si on observe des bandes sur toute la largeur du front d'attaque, les moisissures sont dues à un arrêt de chantier lors de la mise en place du silo qui a provoqué une zone de déshydratation. Si elles se développent en poches sur toute la hauteur du front d'attaque, c'est signe que le tassement a été insuffisant.

Moisissures possibles d'un ensilage de maïs
Moisissures avec risques de toxicité Moisissures sans risques de toxicité
Fusarium Blanc puis rose, d’aspect cotonneux et présent dans la masse. Peut provoquer des diarrhées et hémorragies intestinales. À trier absolument ! Monascus Blanc puis rouge, localisé en périphérie voire dans la masse en cas de maïs très sec et mal tassé.
Aspergillus Vert foncé d’aspect diffus, se développe sur un front d’attaque qui avance trop lentement. Ne modifie pas l’appétence de l’ensilage d’épi.
Byssochlamys Blanc à l’aspect compact. Diminue l’appétence et présente des risques de météorisation et de blocage du rumen. Penicillium Bleu à vert clair, est présent sur le front d’attaque au début de l’ouverture du silo. Ne modifie pas l’appétence de l’ensilage d’épi.
Mucorales Blanc puis gris piqueté de points noirs, se développe sur le front d’attaque au début de l’ouverture de silos avec un maïs récolté trop sec. Ne modifie pas l’appétence de l’ensilage d’épi.


Pour aller plus loin

Consultez également la page sur comment améliorer son silo couloir grâce aux audits.


Annexes



Partenariat - Portail.png

Cette page a été rédigée en partenariat avec Breeder Connect

Logo Breeder Connect.png


Partager sur :