Charançon du bourgeon terminal du colza

De Triple Performance
CZH Charançon-bt- 1-adultes-min.jpg
Cet article est issu de la base AgriFind. Cliquez ici pour accéder à la page d’origine : Logo AgriFind


Cet article a été écrit en partenariat avec Terres-Inovia. Logo Terres-Inovia

Le charançon du bourgeon terminal (CBT) (Ceutorhynchus picitarsis) est un insecte ravageur dont la larve cause de gros dégâts sur la culture de colza en s'attaquant au bourgeon terminal.


Biologie

Adulte

  • Au corps noir brillant.
  • 2,5 à 3,7 mm.
  • Pilosité courte clairsemée.
  • Taches latérales roussâtre entre le thorax et l’abdomen, et des taches dorsales blanchâtres.
  • Extrémité des pattes rousses.

On surveille l’adulte mais ce sont les larves qui posent problème.


Larve

  • 4,5 à 6,5 mm au corps blanchâtre.
  • Tête brune tirant sur le noir au premier stade larvaire, puis sur le jaune.
  • Pas de pattes visibles.

Après l’éclosion de l’œuf, les larves migrent dans le bourgeon terminal pour s’en nourrir.

Attention à ne pas confondre le charançon du bourgeon terminal avec le charançon gallicole du chou peu nuisible.

Les adultes, très discrets, pondent dans les pétioles à l'automne. Les larves peuvent passer dans le cœur des plantes au stade rosette et détruire le bourgeon terminal. Au printemps, les plantes ont alors un aspect buissonnant.


Fréquence : Faible à élevée selon les régions.

Nuisibilité : Forte.


Symptômes sur le colza

  • Destruction partielle ou totale du bourgeon terminal donc de la plante.
  • Port buissonnant à la reprise de végétation en sortie d’hiver.


Période de présence

Période de présence :

J F M A M J J A S O N D



Conseils de gestion technique et agronomique

Soigner l’implantation dans l’objectif de faciliter un développement régulier du colza à l’automne.

Une fois dans les plantes, les larves de CBT ne sont plus atteintes par les insecticides (pas de stade “baladeur” comme la [grosse altise sur colza]]). La lutte vise donc les adultes avant le début des pontes. Nous vous recommandons de confirmer, si possible, le risque par des données BSV ou autre réseau de piégeage (vol, maturation, ponte).


Stade sensible

3 feuilles jusqu'à la reprise de végétation. Le risque charançon du bourgeon terminal est réduit pour les colzas levés précocement qui poussent régulièrement au cours de l’automne et jusqu’à l’entrée de l’hiver. Évaluer l’état de la parcelle de colza (mesurer la biomasse aérienne en kg/m² ou g/plante et en observer l’état des pivots) permet de savoir si le colza sera capable de pousser durant l’automne et faire face à une attaque de charançons. C’est la combinaison de cet état agronomique et de la présence du ravageur qui permet d’évaluer le risque à la parcelle.


Méthode d’observation

Cuvettes jaunes posées à hauteur de végétation. Mettre de l'eau et savon liquide dans les cuvettes. La surveillance doit être hebdomadaire puisque les vols de charançons sont échelonnés.


Vol

Vol intervenant généralement vers mi-octobre dans le Centre et le Nord et début novembre dans le Sud-Ouest.


Seuil

  • Raisonner selon le piégeage en cuvette et les données fournies par le réseau BSV (pic de vol régional ou pontes si disponibles).
    • Si les vols ont lieu fin septembre : intervenir 15 jours après (réseau de piégeage ou cuvettes).
    • Si les vols ont lieu courant octobre : intervenir 8 à 10 jours après les vols (réseau de piégeages ou cuvettes).

Dans les situations où le risque agronomique est faible et le risque historique charançon du bourgeon terminal est faible (nuisibilité rare), faire l'impasse d'un traitement est possible même en présence d’insectes.



Niveau de pression

  • Faible : Observation d’un individu dans la cuvette jaune.
  • Moyen : De 2 à 4 individus dans la cuvette jaune de la parcelle.
  • Fort : Plus de 4 individus dans la cuvette jaune de la parcelle.

Les niveaux de pression sont donnés à titre indicatif et ne sauraient refléter une précision exacte de gravité d’infestation à un instant T ou de dommage ultérieur. D’autres facteurs propres à la culture et à la dynamique d’évolution des symptômes ou infestations interviennent.


Quand intervenir ?

Tous les colzas ne sont pas égaux face au CBT et la décision d’intervenir est non seulement soumise à une évaluation de la présence du ravageur mais également à l'évaluation du risque agronomique de la parcelle.


Le risque CBT est réduit sur un colza suffisamment développé qui pousse au cours de l’automne jusqu’à l’entrée de l’hiver. Ainsi, c’est bien l’état de développement du colza et la dynamique de croissance durant l’automne jusqu’en entrée hiver qui sont déterminants. La couleur du colza (signe de carences en azote, phosphore,...), la qualité de l’enracinement et la disponibilité en azote permettent d’évaluer sa capacité à poursuivre sa croissance. On recherche à la fois un colza bien développé au moment de l’arrivée de l’insecte, avec une alimentation correcte jusqu’à l’entrée d'hiver pour éviter une faim d’azote et un arrêt de croissance.


Pour une gestion raisonnée du charançon du bourgeon terminal, utilisez l'outil Colza risque ravageurs.


Moyens de lutte

La lutte contre les larves n’est pas possible avec les insecticides disponibles. La lutte vise donc les adultes avant qu’ils ne pondent. Les interventions sont à envisager en cas de captures lorsque les risques historiques et agronomiques évalués sont moyens et forts.


Aide au diagnostic du risque CBT : évaluation du risque agronomique. Source : Terres Inovia.

*Pour une même biomasse/m², plus la densité de peuplement est élevée, plus la biomasse/plante est faible et donc plus le risque augmente.


Le recours aux insecticides doit tenir compte du statut de résistance connu ou suspecté des populations de charançon du bourgeon terminal mais également des populations d’altise d’hiver (adultes ET larves) dans les secteurs où les deux ravageurs sont présents. En effet, un mauvais choix peut entrainer un échec immédiat et exercer une pression de sélection inutile.


Pour plus d'information, cliquez ici.


Sources