Regénération naturelle en forêt Landaise

De Triple Performance
Aller à :navigation, rechercher

Thumbnail youtube KRxAsAIy39I.jpg

Sylviculteur et expert forestier dans les Landes, Jacques Hazera nous expose ici les tenants d’une sylviculture durable et productive, qui sait tirer le meilleur parti de l’écologie des lieux en équilibre avec la nature.


La futaie irrégulière ou jardinée, le renouvellement par le semis spontanée ou enfin le martelage seront autant de procédés essentiels décrits par l’un des plus grands amis de la forêt.


💙 Si vous voulez faire un don pour soutenir notre production vidéo en accès libre, c'est possible sur le lien suivant :

https://fr.tipeee.com/ver-de-terre-production


Transcriptions

donc je m'appelle jacques azra je suis

aujourd'hui expert forestier
je suis également expert de justice
depuis peu je suis vice président de pro
silva france et je suis propriétaires
sylviculteurs depuis bientôt 30 ans est
donc propriétaire d'une forêt dans
laquelle on se trouve ici qui couvre à
peu près de 100 hectares au total et un
cette forêt d'origine familiale elle

Afficher la suite

était à mon père avant lui elle était à

mon grand-père et c'est la surprise de
la nature et branches qui tombent
voilà donc cette propriété dont j'ai
hérité je m'en suis occupé d'une manière
tout à fait conventionnelle pendant une
quinzaine d'années
et puis au fil des rencontres et des
opportunités j'ai j'ai appris et
découvrir des nouvelles façons des
façons différentes de gérer la forêt de
faire la sylviculture cetc façon
différente m'ont séduit j'ai été adopté
et donc ça fait une quinzaine une bonne
quinzaine d'années presque 20 ans que
j'ai changé mes méthodes de série
culture et que je mène des
expérimentations dans la forêt pour
essayer de voir quels sont les
adaptations qui sont intéressantes qui
sont qui offre des résultats positifs
puis celles qui sont plutôt néfaste
voilà je fais des petits essais dans ma
forêt ce qui me permet à près de les
proposer à mes clients en leur disant
voilà où cela vous pouvez le faire ça
attention ça c'est bien ça c'est mal
voilà donc je j'ai mes propres
conclusions qui viennent compléter un
petit peu ce qu'on peut lire dans les
livres voire dans dans différentes
sources d'information à droite et à
gauche
et tout ça finalement ça fait ça fait un
ensemble qui est aujourd'hui
relativement cohérent à mes yeux ces
nouvelles pratiques donc j'ai évoquées
sont principalement inspirée du de la
mouvance pro silva pro silva c'est une
association qui a une trentaine une
quarantaine d'années c'est un petit
groupe de forestiers passionnés
des experts des ingénieurs des
propriétaires et qui ont tenté de de
lutter d'une certaine façon contre des
pratiques forestières qui avait tendance
à devenir très intensive très intensive
avec avec beaucoup de travaux beaucoup
d'interventions notamment des
interventions mécanisée des coupes très
violente des coupes rases et c'est bon
et pro silva a essayé d'amener là dessus
ou la contre un certain nombre donc de
de rééquilibrage
je dirais c'est notamment et essayer
d'éviter de faire des coupes rases
trouver d'autres solutions pour récolter
le bois et ses solutions c'est tout
simplement des éclaircies des éclaircies
qu'on fait de façon répétée continue
tous les un rythme un rythme défini qui
peut être 5 ans 10 ans 8 ans etc
c'est aussi éviter par exemple
d'apporter de des engrais chimiques des
pesticides dans ce milieu qu'est la
forêt on essaie on essaie une des
grandes un des grands points de pro
silva c'est d'essayer de de conserver ce
milieu dans un état aussi naturel que
possible parce que on part de
l'hypothèse qui se confirme de plus en
plus avec des nouvelles études qui
sortent
l'hypothèse que c'est quand il est dans
dans son milieu naturel que cet
écosystème est le plus performant à la
fois le plus performant mais aussi
qu'ils se trouvent dans le meilleur état
d'équilibré sanitaires et c'est à dire
que c'est là qu'il est là les chances
d'atteindre la meilleure pérennité là la
meilleure possibilité pour traverser les
décennies et les siècles
voilà donc possible c'est un petit peu
c'est un petit peu tout ça à la fois et
alors qu'est ce que ça change dans le
métier concrètement bas ici par exemple
dans le massif landais pour un
gestionnaire
ça consiste
réduire drastiquement les interventions
mécanisée parce qu'il faut dire que
l'habitude ici c'est de faire beaucoup
de travaux forestiers à partir de
tracteurs c'est-à-dire un détracteur qui
sont de plus en plus lourd et derrière
lesquels on met des outils de plus en
plus violents notamment
le célèbre roule hollandais qui est un
engin qui a beaucoup de qualités mais
mais qu'on utilise trop souvent et pour
faire trop de choses
et en plus ces rouleaux landais qui
étaient des instruments léger il ya un
siècle
ils sont devenus avec le temps c'était
très lourd si ils sont passés de 700 kg
il ya un siècle à 2 3 4 5 tonnes
aujourd'hui et en plus on en met souvent
deux d'affilée derrière le même
tracteurs en a deux rouleaux landais et
quelquefois même trois cds instruments
qui ont qui sont extrêmement violent
pour le sol pour le milieu pour la faune
pour la flore etc
donc tout ça chez pro silva on essaie
d'éviter autant que possible et on a un
exemple ici de cette parcelle ou qui n'a
pas vu de re derulo landais depuis
depuis une quinzaine d'années de ce fait
on commence à voir des jeunes pins qui
sortent c'est à dire que le rouleau
landais s'il était passé il aurait
détruit les semis naturels qu'on
aperçoit et ça à répétition tous les
cinq ans par exemple il aurait détruit
aussi la flore en général les ajoncs la
callune la brande et c'est tout ça ça
serait remis royer tout à chaque passage
or or c'est des choses qui sont
extrêmement importantes d'une part pour
conserver la fertilité du sol
la présence des végétaux c'est ce qui
garantit que le la fertilité du sol va
être recyclés en continu et puis enfin
les jeunes semis de pins c'est l'avenir
de la forêt c'est à dire que les camps
les adultes auront disparu
ce sont les jeunes qui vont prendre la
suite donc la mécanisation les rouleaux
landais tout ça ça ne peut faire
pratiquement ça ne peut faire que du mal
dans ce type de milieu
voilà donc ça change pour moi
gestionnaire
pour moi propriétaire ça change
concrètement c'est un exemple de ce que
ça change ça change aussi
dans comment dire une approche aussi un
peu plus théorique que j'aurais du mal à
définir mais au bureau par exemple on
est aussi dans cet état d'esprit c'est
pas juste
il ne s'agit pas juste de faire moins de
travaux mécanisés
mais c'est aussi un ensemble de une
approche d'ensemble qui est qui cherche
à être plus respectueuse des milieux on
l'a donnée de faire en sorte que les
milieux évolué de façon spontanée que si
un déséquilibre se présente une
pullulation parasites ou quoi que ce
soit que ce soit le milieu lui-même qui
régule ça peut-être que ça va mettre six
mois ou un an ou deux ans à se réguler
mais c'est grâce à la régulation
naturelle qu'on pense qu'il est optimal
de résoudre ce type de problème
et les résultats sont très positifs quoi
à la longue on se rend compte que ça
marche très bien et que ça marche mieux
que chez les voisins notamment la cet
hiver on a eu une attaque très
importante de chenilles processionnaires
c'est un papillon qui est bien connu un
papillon qui est connu sous sa forme
larvaire de chenilles met donc cet hiver
a été assez assez violent pour ça dans
l'ensemble du massif landais or dans ma
forêt et dans la forêt de mes clients
les attaques ont été extrêmement faible
très très supportable donc c'est un
exemple à la longue
à force de ne plus intervenir de l'essai
de laisser les milieux se rééquilibrer
spontanément c'est un exemple de ce qui
peut fonctionner
et ce et se remettre d'aplomb tout seul
oui donc concernant l'exploitation
effectivement on pourrait penser qu'une
forêt où il ya de tout partout que
certains qualifient de salle on pourrait
penser que ce type de milieu est
difficile à exploiter c'est à dire que
les arbres sont impossibles à couper
sans faire de dégâts et à les extraire
et et vendre or ce n'est pas le cas
parce qu'en fait le principe sur lequel
on s'appuie les très simple on quadrille
la forêt de ce qu'on appelle un
cloisonnement un réseau de cloisonnement
c'est à dire tout simplement un réseau
de chemins
par exemple là où je me trouve c'est un
décloisonnement il y en a un tous les a
tous les vingt mètres à peu près dans
cette parcelle ça peut varier la largeur
la largeur n'est pas systématiquement
figé et donc en passant ici un engins de
débardage ou à une abatteuse même peut
très bien rentré couper le bois si c'est
une abatteuse prendre les billons si
c'est un débardeur et se pose absolument
aucun problème et au contraire c'est
c'est une solution excellente parce que
ça permet de canaliser le circuit des
engins leur passage sur des tracés qui
sont bien définis et desquels ils ne
doivent pas s'écarter
il faut savoir qu'un ange n y deux ils
pèsent tous entre 15 et 30 tonnes
un porteur plein de billons donc en
charge
certaines doivent monter à 40 tonnes
peut-être dans ça fait des dégâts qu'on
ne soupçonne pas sur le sol entassement
notamment et sur le sol ça veut dire
aussi ça veut dire sur la porosité du
sol c'est la circulation des fluides
dans le sol l'air l'eau etc et et ça ça
a une incidence très graves sur la vie
des arbres parce que les racines elles
ont besoin de cette porosité elles ont
besoin que les fluides circulent pour
pouvoir les capter et puis ça fait des
dégâts aussi sur les champignons donc
les relations entre champignons et
arbres c'est primordial dans un milieu
forestier
si vous avez 40 tonnes qui passe au ras
de ce pain ça va ça va dégrader une
partie des relations et des échanges qui
ont lieu en temps normal bon donc tout
ça on organise grâce au cloisonnement
qui fait qu'on peut sortir du bois et on
peut sortir tout le bois qu'il faut plus
moins ça dépend
et la quantité de bois consorts elles
dépendent d'une chose elle dépend de la
productivité et la productivité c'est
pas nous qui la décide on c'est pas nous
qui décrétons que la productivité va
être à ce niveau ou à celui-là ou à
celui-là c'est là c'est la station c'est
le couple station essence c'est à dire
vous avez une station qui est riche ou
pauvre très fertile très fraîche ou ceci
ou cela est une essence qui est capable
de produire tant de mètres cubes en tant
de temps donc voilà on ramène ça en gros
on ramène ça en productivité à l'année
sur métaux on va prendre dix mètres
cubes de production de bois 10 mètres
cubes par an ce qui est le père maritime
ici c'est relativement courant c'est
plutôt faible donc c'est un peu
pessimiste dix ans ces dix mètres cubes
ils vont pousser tout le temps que vous
soyez là ou pas là ils vont pousser
et le travail des forestiers ça consiste
à sortir ses dix mètres cubes on va pas
on va pas venir les chercher tous les
ans on va venir les chercher tous les
quatre ans tous les 6 ans tous les dix
ans et donc si on vient au bout de dix
ans on va prendre 10 x 10 mètres cubes
on va faire une éclaircie qu'on va
calculer de façon à ce qu'elles sortent
100 mètres cubes sur un hectare ou 50
mètres cubes si on vient tous les cinq
ans tout ça c'est c'est simple c'est pas
compliqué et alors cette productivité
elle est tributaire donc comme je disais
de la station et de l'essence le ce
couple la station c étant le sol et le
climat
donc en fait il ya 300 à 1 un couple à
3-1 le sol le climat est l'arbre le trio
classique et et cette productivité
elle va être la même même si vous faites
une une sylviculture intensive avec des
tracteurs que vous labourer le sol que
vous faites des plantations etc
bien que là dessus
j'en reparlerai tout à l'heure mais en
gros c'est pas ça qui détermine la la
productivité c'est vraiment le ce trio
classique
voilà donc nous on a la même
productivité dans ce système de gestion
pro silva nice on avait même la même
volume le même volume de production que
les voisins qui eux font d'une
sylviculture intensive
après l' avantage qu'on a sur eux c'est
que nous on travaille davantage sur la
qualité
comment ne fait pas de coupes rases et
qu'on fait on fait des éclaircies on
continue à chaque éclaircie
on améliore le peuplement parce que on
sort on coupe
des arbres qui sont vilains donc à force
à force la force si vous voulez en
sélectionne et au bout du compte on a
vraiment des peuplements qui peuvent
devenir superbe beaucoup plus beau que
dans la sylviculture conventionnel sas a
une incidence directe sur le prix des
bois parce qu'évidemment si vous sortez
des arbres qui sont droits qui sont 109
qui ont sans défaut quiconque qui
conviennent bien à la demande du marché
vous voulez vendre et mieux que s'ils
sont tordus branchu et qu'ils ont poussé
vite etc
voilà donc de ce point de vue là on a
plus on est plutôt avantagé par rapport
à la concurrence
quand le marché est très porteur qui a
une forte demande en bois
tous les bois souvent par contre quand
les industriels ont trop de bois et qui
sont pas demandeurs pour être sûr de les
vendre
il faut proposer de la qualité autre
chose sur la partie économique c'est que
cette sylviculture que je vous ai
expliqué qui consiste à faire très peu
d'interventions donc très peu de frais
et qui cherche à produire des bois de
haute qualité
elle a un avantage aussi parce que elle
a moins de dépenses
c'est une sylviculture peu coûteuse et
elle a des recettes éventuellement
de plus de plus haut niveau puisque les
bois de haute qualité ils ont quand même
un petit différentiel sur le marché en
en euros par rapport à des bois de
qualité inférieure pour le pin maritime
c'est pas une vérité tout à fait absolue
mais enfin ça compte quand même quoi
comment dire pour pouvoir
extrapolé à l'ensemble de la propriété
ou aux pins maritimes en général pouvoir
extrapolé à partir de mesures faites
spécialement dans cette parcelle
parce que c'est c'est un travail et un
peu l'eau de numéroter chaque arbre de
de faire des mesures relativement lourde
et complexe une description de la
qualité de sa vigueur etc
c'est un travail relativement lourd et
fastidieux donc on ne peut pas le
généraliser à l'ensemble d'une propriété
par contre si je les fais c'est dans
l'idée de pouvoir extrapoler et
notamment par exemple de voir si entre
deux arbres il y en a un qui poussent
plus vite que l'autre et ça ça se
confirme alors c'est pas c'est pas moi
qui les ai découverts on le sait en
forêt on le sait mais mais il y en a qui
le savent mieux que d'autres notamment
et inciviques une terre de 10 r je crois
qu'ils s'appellent gabri gérard chaude
et où un nom comme ça qu'ils avaient
fait des mesures de ce type sur des
épicéas que fin d'article dans forêts de
forêt de forêt entreprises qui m'avait
intéressé c'est de cette idée que je
suis parti donc une de ces conclusions
c'était que entre entre dix arbres il y
en a pas deux qui pousse 2
au même rythme et que y'en a qui vient
qui pousse pendant une période et puis
qui s'arrête et puis d'autres qui
prennent le relais et tout ça ça fluctue
en fait donc moi j'ai voulu reproduire
cet essai mais ici sur le camp maritime
pour voir pour confirmer ces mesures
d'une part et puis pour en tirer moi
même des conclusions alors conclusion ça
peut être un arbre qui pousse pas il ne
paie pas sa place quoi il n'y a pas de
raison de le conserver
il ya d'autres raisons mais ça peut être
un critère pour l'enlever donc je suis
expliqué la façon de s'y prendre pour
choisir là bas l'arbre d'avenir dans un
petit groupe comme celui qu'on a sous
les yeux la l'arbre d'avenir d'une part
et puis l'arbre à couper ou les arbres à
couper
sachant que ce petit groupe c'est
vraiment pour l'exemple et ils sont trop
jeunes pour qu'on fasse une intervention
aujourd'hui à ce stade mais par contre
je pense qu'on va pouvoir discerner
quand même les critères les critères qui
permettent de faire le choix
alors donc on voit que c'est un groupe
qui est placée et lancer des jeunes
arbres est lancée avec des branches
fines et les branches ou de ce diamètre
la cd branche tout à fait fine c'est à
dire que elles sont ça fera pas des gros
noeud dans les planches
ça fera deux minuscules en plus c'est
des branches la plupart sont mortes déjà
donc elles vont tomber assez rapidement
et tout le bois qui sera qui aura poussé
après la chute de la branche ce sera du
bois absolument sans ne donc il y aura
un diamètre important du bois qui sera
utilisable en haute qualité sans ne on
voit que ça c'est un critère qui qui est
à peu près
valable pour l'ensemble du groupe mais
on voit quand même qu'il y en a un qui a
des gosses branche plus grosse que les
autres c'est celui ci alors elles sont
légèrement plus grosse mais en même
temps c'est un arbre qui est un peu plus
gros que les autres et plus haut c'est
un dominant c'est un peu le chef du
groupe
donc ça pourrait être un arbre d'avenir
parce qu'il est quand même assez joli
mais moi je préfère par exemple celui ci
qui est moins gros moins haut mais qui
est plus droit et dans les branches sont
plus fines
donc pour résumer dans ce groupe je vais
choisir qu'aux membres d'avenir celui ci
qui en qualité est supérieure à tous les
autres et le problème de cet arbre
d'avenir c'est que il est dominé par un
arbre plus vigoureux que lui et donc de
la question est là et ça y est elle est
résolue qu'est ce qu'il faudra faire
pour aider mon est lui bien il faudra
supprimer le dominant qui est à côté de
lui en plus il se trouve au sud dont qui
captent la lumière qui vient du sud
en plus de capter la lumière qui
viendront donc dans quelques années là
c'est encore trop tôt mais dans quelques
années
c'est un arbre que j'enlèverai au profit
de celui ci et voilà c'est tout simple
cette opération là on la répète à chaque
nouvelle cellule à chaque nouveau groupe
de pain ou alors ça peut être un groupe
de pain mais ça peut aussi être mélangés
il peut y avoir un groupe avec 3 pins de
chênes et 4 châtaignier peu importe la
cette méthode là on l'a reproduit d'une
cellule à l'autre et en faisant ça de
façon régulière à chaque rotation de
coupe en fabrique des forêts qui sont
qui sont à la fois mélangés en espèces
et qui sont aussi qui produisent des
bois de haute qualité
voilà c'est tout bête c'est à la portée
de n'importe qui
et ça marche et alors l'avantagé de ce
système c'est que un avantage
supplémentaire
c'est que en enlevant un arbre comme
c'est un gros qu'on enlève aux récoltes
en une opération on récolte du bois
alors que généralement une à une
mauvaise habitude qui est pratiqué dans
le massif landais c'est de prendre des
armes petit de supprimer des petits
arbres
c'est à dire que le bûcheron il va venir
couper un arbre dominer comme ça et puis
un autre et puis un autre il va en
prendre cinq ou six cents narrow ça
n'aura aucun effet en termes
d'amélioration pour l'arbre d'avenir ce
sera un travail important et qui ne
produira quasiment pas de volume donc le
bûcheron il sera pas payée ou mal le
débardeur non plus et c est le
propriétaire non plus voilà un petit peu
la proche concernant la façon de
d'éclaircir on appelle ça le martelage
donc c'est alors le martelage plusieurs
clips de martelage nous approchent il va
cesser c'est ce type là d' approche
qu'on préconise parce que c'est vraiment
efficace
et puis c'est intéressant à faire quoi
ça permet de faire marcher un petit peu
les yeux
le cerveau est et puis c'est gratifiant
parce que les résultats les résultats
sont là une fois qu'on est passé deux ou
trois fois et avec ce type de méthode
on a en a vraiment des résultats très
parlant voilà la présence de feuillus
dans un dans une futaie de pain ou
ailleurs ce désavantage sur la fertilité
du sol entre autres c'est à dire que ils
ont une les feuillus en général
notamment les boulots les chaînes mais
on tune ont une incidence très bénéfique
sur la fertilité du sol sur sa fraîcheur
sur la constitution de l'humus et c
c'est à dire que il
il améliore le sol lisa grade le sol
mais ça évidemment ça se fait pas en
huit jours ça se fait j'imagine que ça
doit se faire au pad du millénaire ou au
moins du siècle donc c'est intéressant
d'avoir des feuillus ça peut être de
simples arbrisseau comme les bourdais
nord y en a pas trop paris 6 mai mais
j'en vois à peu de distance les
bourdaines c'est à dire des déserts bus
feuillus qui chaque année récupère des
minéraux dans le sol
et puis les dépose à l'automne sous
feuilles de sous forme de feuilles
ses feuilles se décompose elles sont
recyclées etc voilà tout ça ça améliore
le la fertilité du sol et au bout de
quelques siècles on a un terrain qui
sera plus propice à la production
forestière et à mesure que le sol va va
s'améliorer il sera aussi plus réceptif
pour accueillir des nouveaux venus
c'est à dire qu'aujourd'hui la sueur set
parfait on a que du pain en plus des
arbustes n'a que du pain c'est vraiment
une monoculture mais moi je n'y suis
pour rien c'est le terrain qui est comme
ça aujourd'hui et dans quelques siècles
peut-être dans 50 ans si on laisse faire
l'évolution naturelle peut-être que des
chaînes vont commencer à s'y installer
en plus des pins et donc ça montrera que
on va vers une amélioration générale du
sol
donc tout ça c'est très positif la
présence des feuillus est très positive
pour ceux sur ces points là alors
habituellement on les détruit on passe
le rouleau lors des pour faire propre
bon mais les feuillus ont d'autres
avantages notamment sur le plan
sanitaire très très important les
chaînes notamment et les boulots par
rapport aux parasites dépeint par
rapport à la chenille processionnaire
les par rapport aux scolytes
on sait que que ce sont des espèces qui
permettent de réguler de façon très
efficace de façon très efficace les les
pullulations de ces ravageurs
alors il ya ils le font de différentes
façons d'une part ils abritent des
oiseaux qui sont les prédateurs de ces
de ces parasites pour la semi
processionnaires vous avez par exemple
la mêlant la maison les mésanges le coq
ou là la huppe fasciée etc qui perd qui
arrive à réguler efficacement les
populations de chenilles
processionnaires pour les scolytes
je ne sais plus que ce qu'elles sont les
oiseaux qui les réguler mais donc les
feuillus permettre d'abriter des nids
des populations de
de ces régulateurs et d'autre part il ya
aussi un aspect chimiques c'est à dire
qu'il ya des émissions de je ne sais pas
quelles molécules j'ai oublié qu'ils
sont qui sont aussi qui servent de
répulsive pour par rapport à ces
attaques
donc donc c'est ce mélange feuillus et
résineux on voit là des exemples qui
montrent que c'est vraiment quelque
chose de primordial et ça devrait être
interdit de les détruire quoi c'est
vraiment c'est la base d'ailleurs du
fonctionnement des forêts le mélange ya
jamais de forêt vraiment pur ou c'est
très rare dans les peuplements naturel
voilà par rapport à ces feuillus alors
donc ici on en a pas peut-être qu'on en
verra tout à l'heure si on change si on
va voir des déchets nous autre chose
mais il y en a pas ici mais il y en a à
50 mètres ou à 100 m il suffit de
traverser la route et on le voit d'ici
il ya un peuplement qui est mélangé pins
et chênes et châtaigniers et ce que j'ai
expliqué hier c'est que justement de
l'autre côté de route juste tout près
d'ici là en 2011
on a coupé un gros chêne qui était pas
très haut mais qui était bien gros il
faisait il avait une bille de pieds 2,4
mètres 10 c'est court mais elle était
très jolie cette bille de pied donc
elle faisait 80 cm de diamètre enfin
bull c'est à dire la partie la plus fine
et avec quasiment pas un seul défaut
voilà donc un chêne sans défaut gros de
qualité qui a poussé dans le massif
landais et c'est pas un exemple c'est
pas un exemple isolé il y en a pas mal
il se trouve que celui là je m'en
souviens je puisse qu'après on l'a
utilisé avec des copains pour faire pour
construire un bateau en fait donc il a
servi en mélange avec des pains
d'ailleurs et ce chêne a servi à faire
la partie centrale du bateau voilà c'est
pour dire que si le forestier ou un peu
ses yeux il ya des possibilités de
trouver d autres choses que du pin
maritime
l'autre chose de qualité sur l'ensemble
des chaînes qui sont de l'autre côté de
la route
en fait j'en avec un joli mais un beau
chêne au prix où selon le le beau chêne
ça vaut le coup de pas le détruire quoi
et celui là si on la coupe et c'est
aussi parce qu'ils étaient il commençait
à se dégrader
il avait une branche morte à 4 mètres 10
km 50 et donc une entrée d'eau et en bas
il avait une attaque de capricorne
donc si on avait attendu il aurait
commencé à s'abîmer
voilà tout était optimale pour qu'on
passe pas le récolter voilà c'est un
exemple de chaîne mais j'ai pas mal de
chaîne alors un les paires maritimes qui
sont ici je les suis régulièrement en
évoluant en circonférence puisque je les
remets mesure régulièrement mais se fait
ça aussi sur pas mal de chaîne je sais
plus combien de chaînes mais sur un
un certain nombre de chaînes qui sont
sur ma propriété peut être un millier je
crois et pour savoir également quelle
est leur quelques allées l'accroissement
individuel individuel de chacun je fais
ça que sur des jolies donc ça commence à
être pas relancer c'est intéressant et
je vois que c'est des arbres qui
poussent à peu près aussi vite que les
pins voilà donc c'est intéressant non
seulement au niveau des prix de vente
parce que le chêne que le beau chêne
vraiment on est dans des prix qui sont
bien supérieurs à ceux du pain mais en
plus chaque essence est sujette à des
attaques que ce soit des des parasites
ou des problèmes climatiques des
sécheresses d autre chose n'importe quoi
il se peut très bien que dans dix ans il
y ait eu un problème grave sur les pins
maritimes dans le massif landais c'est
même extrêmement probable parce que on
attend 1 1 vers particulier qui a fait
le tour du monde par l'asie qui arrive
de
des états unis et qui est en ce moment
au portugal et en espagne
on sait qui va arriver et ce sera très
grave un peu comme le chancre coloré sur
le platane enfin du même niveau de
gravité
alors qu'est ce qu'on fera si on nationa
que du père marie t on voit qu'il ya des
pins et qu'on voit qu'il ya des chaînes
qui pousse à les chaînes ils sont en
situation dangereuse aussi par rapport à
la sécheresse par rapport à d'autres
problèmes
mais si on a du chêne et du pain on a
davantage de chances de passer à travers
my de l'un ou de l'autre
si on a des chaînes du pain et du
châtaignier voilà à chaque fois qu on
diversifie qu on enrichit le système on
divise les risques et ça c'est
primordial aussi
après il ya des espèces aussi qu'on peut
introduire qui ne sont pas indigène là
c'est une autre question c'est plus
compliqué aussi
ici dans en aquitaine globalement on est
dans de la chesnaie effectivement la
chesnaie atlantique et sauf que l'homme
a fait en sorte que ce soit le pain qui
prennent la place des chaînes dont les
chaînes
ils essaient de s'en sortir ils luttent
contre les tracteurs mais en général
c'est pas eux qui gagnent mais
globalement on est dans un climat
atlantique est et qui correspond à la
chesnaie atlantique
mais dans cette chaîne et atlantique il
ya aussi des sols comme ici qui sont
trop pauvres ou trop facile pour que les
chaînes s'y installe donc même si on est
dans la chesnaie et ben là ils vont
mettre du temps à s'y installer il faut
mettre 500 ar milan je sais pas combien
donc il y en a il ya beaucoup de chaînes
ils sont très présents mais sur sur des
terrains qui sont quand même qui leur
conviennent qu'ils sont un peu plus
riches un peu plus frais et moi j'essaie
de convaincre mes amis forestier de le
mettre en valeur ses chaînes
comme ce que j'ai expliqué pour les pins
faire de la sélection dans un petit
groupe de chaînes trouver le meilleur
trouvé celui que qui gêne le meilleur
etc
et puis celui qu'on coupe un ont fait du
bois de chauffage avec et celui qu'on
garde on fera on fera une charpente de
cathédrale que le forestier fasse son
travail de sélection parce que c'est pas
du tout ça qui est fait ici on parle des
chaînes classiquement
conventionnellement en disant qu'ils
sont tous gelé ce qui n'est pas vrai et
du moment qu'on les a condamnés qu'on a
dit qu'on a décrété qu'ils étaient tous
je les ai bien il n'y a pas besoin de
faire de sylviculture ou de s'occuper
d'eux c'est que du bois de chauffage
voilà comment ils sont considérés et en
plus on dit que ils gênent les pins que
ils pompent l'eau des pins ils bouffent
la nourriture départ et c'est assez des
concurrents ils sont vus comme des
concurrents pas que les chaînes tout ce
qui n'est pas du pain c'est des
concurrents du pain donc
donc il faut procéder par élimination
d'où les rouleaux landais d'où les
tracteurs d'où les interventions lourdes
et violente qu'on qu'on fait sur sur un
million d'hectares parce que ça c'est
une pratique vraiment dominante est
généralisée voilà donc moi je trouve
qu'il ya mieux à faire avec tout ça et
souvent souvent ce que le forestier a de
mieux à faire c'est de mettre les mains
dans les poches et et de rien faire de
rester chez lui ou de se promener dans
sa forêt parce que si c'est pour sortir
un tracteur et mettre deux rouleaux
landais derrière et circuler dans un
endroit comme ça on provoque des
catastrophes
c'est pas ma volonté personnelle moi ma
volonté ce serait qu'il y ait de la
régénération un peu partout pas
forcément très très dense mais qu'elle
soit à peu près à peu près partout lors
ces paroles dans le cas il ya un petit
groupe ici et puis là il ya un vide et
puis là il
autre petit groupe et puis ça recommence
etc moi ça me convient très bien mais
c'est pas c'est pas le fruit d'une
volonté ou d'un travail c'est juste que
c'est comme ça que ça sort et puis si on
revient dans 20 ans ici ou dans 30 ans
là il y aura un adulte peut être deux là
y'en aura un ou deux aussi et le trou
qui est sans rien il sera garni de
régénération c'est à dire que tout ça ça
va évoluer ça va se mettre en place et
puis il y aura une structure variable
d'une zone à l'autre il y aura des
grands des petits etc
ces voix là le fonctionnement normal de
la de la forêt avec quelques petit trou
et qui dure plus ou moins longtemps
qu'ils sont plus ou moins grande
sachant que les trous et la trouille qui
est là elle est relativement petit mais
c'est bien aussi qu'il est d'être une
petite clairière comme ça plus ou moins
grandes mais c'est bien qu'ils aient des
espaces un peu ouverts parce que c'est
pas la même faune qui qui habitent ce
type 2
ce type de milieu par rapport des
milieux plus fermé donc se diversifie
aussi la faune globalement c'est c'est
pas bon qu'il ya une homogénéité trop
forte
là c'est une parcelle de 4 5 hectares je
crois qu'il en fait issues de d'un passé
multiples on est on est pas très loin
des quartiers d'habitation ici et alors
il y avait je pense un petit carré de
jardin potager puis un carré où il y
avait une pâture de vaches et puis un
petit peu plus loin un champ de seigle
etc
je ne sais pas j'imagine que j'ai c'est
de reconstituer mais c'est totalement
totalement
virtuel disant voilà en tout cas c'est
un 80 de deux parcelles ayant dépassé
agricole mais mes diversifiée et et
alors on retrouve sa sueur dans le
peuplement est géré au sol aujourd'hui
parce que il ya des zones où d'abord
c'est totalement feuillus il ya
pratiquement aucun pain et ça s'est
reconstitué naturellement au feuillet et
il ya des zones où les arbres sont
relativement âgés enfin mettant une
cinquantaine d'années comme fer ce chêne
là où ici où quelques-uns qui sont
autour de nous d'autres endroits où
c'est beaucoup plus maigre on aura plus
jeune et il ya des endroits où ces
maigres où il ya quasiment pas d'arbre
ou le sol
doit être trop pauvre et caetera et donc
c'est variable
ça a évolué chaque zone à évoluer à son
rythme et
et avec sa personnalité
voilà donc c'est la connaît pendant
longtemps
j'avoue que je ne savais pas quoi faire
je sais pas comment m'y prendre pour
mettre en valeur ce type de peuplement
parce que parce que c'est juste que moi
j'avais pas la compétence pour le faire
c'était parce que avec mon passé d'otto
dix dates
voilà c'est quelque chose que je savais
pas comment aborder
et puis comme j'ai fait après des
formations techniques bts etc
là maintenant je suis plus à l'aise pour
faire ça et donc j'ai engagé une façon
de mettre en valeur ce peuplement avec
ses caractéristiques
ponctuellement différentes donc première
chose j'ai ouvert ces clauses au mans ça
c'est quasiment la première chose que je
fais systématiquement quand on ne confie
une forêt une nouvelle ou n'importe où
donc vous vers tirs de plombs zone mans
ça veut dire coupé faire une coupe rase
sur 4 mètres de large et puis sur 200
mètres de long dans l'idée de de
conserver les beaux arbres c'est à dire
que le cloisonnement il va être un peu
il va pas forcément être tout droit
dans certains cas c'est plus intéressant
de deux dvi un peu d'ong ouverture du
cloisonnement ce qui fait qu'aujourd'hui
comme on peut le voir là on peut très
bien faire une éclaircie de bois de
chauffage ou une éclaircie tout court en
mettant des tracteurs de débardage qui
qui ont la capacité grâce au
cloisonnement d'aller attraper tous les
tous les millions qui sont coupées par
les bûcherons
donc ça permet de mettre en valeur de
mettre en de mettre en valeur la
parcelle est de donner la possibilité
d'exploiter du bois de rentrer de voir
la parcelle pour le gestionnaire aussi
de voir la parcelle de regarder les
arbres de le faire des mesures de savoir
où on est c'est ce cloisonnement c'est
pas le même que celui qui est vingt
mètres plus loin et c'est donc ça donne
une architecture à la parcelle et à ça
donne quand même comme un plan comme un
plan mental de la parcelle moi ça m'aide
beaucoup
sans compter qu'en plus le salon des
perspectives qui peuvent avoir un
attrait paysage esthétique voilà donc
c'est la première chose que j'ai faite
et puis ensuite là c'est la deuxième
éclaircies qu'on fait donc sur des
arbres que j'ai marqué préalablement et
marqué avec la technique que
j'expliquais tout à l'heure pour les
pins c'est à dire toujours pareil on
cherche à repérer le plus bel arbre d'un
groupe
celui qui a le meilleur potentiel
d'avenir et dans ce groupe
essayez de comprendre si le bel arbre
est en danger est-ce qu'il est gêné par
un rival et si c'est le cas on enlève le
rival on enlève un et voilà petit à
petit on commence dans ce peuplement qui
est relativement pauvres et où les
chaînes ont quand même un peu de mal
ils ont des difficultés sans doute à
cause des sécheresses
malgré sa petit à petit on commence à
avoir quelques chaînes qui s'en sortent
un peu
et puis ceux qui sont les plus droits
qui sont les mises en forme voilà ça se
dessine petit à petit à mesure que le
peuplement prendre la hauteur aussi les
premières fois que je suis rentré ici il
ya disons vers 2007
une douzaine d'années il y avait c'était
encore du perche y difficile à a
comment dire à analyser et avec beaucoup
beaucoup de villes un arbre donc là on
commence à avoir un embryon un embryon
de peuplement avec par endroits des
arbres qui sont un peu droit et voilà
c'est difficile parce que le chêne est
quand même pas tout à fait à sa place
ici voilà il ya certainement un problème
de d'alimentation
mais bon on fait je fais j'essaie de
faire de mon mieux
au pire ça fera du bois de chauffage
voilà et dans le meilleur des cas
peut-être qu'il y aura ici ou là en
beauchêne il y en a déjà mais enfin ils
sont pas nombreux quoi voilà ici le
valoriser en m'adaptant au cas par cas
non seulement à chaque parcelle mais
aussi à chaque arbre ou à chaque groupe
d'arbres et à chaque arbre donc c'est un
travail très intéressant en fait parce
que vraiment il faut il faut ouvrir les
yeux et puis essayé essayé de comprendre
qu'est ce qui se passe dans ce groupe
qu'est-ce qu'on peut faire qu'est-ce que
le forestier peut faire pour améliorer
la situation pour aider tes larmes pour
provoquer de la régénération on voit que
grâce à la lumière qui est un peu plus
un peu plus
abondante que il ya quelques années on
commence à voir des semis de chaînes à
droite et à gauche
donc ça c'était un objectif aussi de mes
interventions c'est-à-dire renouveler
renouveler les arbres adultes ou jeunes
ou préparer le renouvellement avec tout
ça pour ça il faut avoir du semis pour
avoir du semis il faut de la lumière etc
c'est toute une chaîne

Partager sur :