Performances agro-écologiques, par Jean-Pierre Sarthou

De Triple Performance
Aller à :navigation, rechercher
Vidéo - Ver de Terre production (7 fév. 2020) - Jean-Pierre Sarthou - Durée : 33 minutes

Thumbnail youtube 8hNZQ6vvnFQ.jpg

Intervention tirée de la journée technique

maraîchage & arboriculture : La conservation des sols

et sa biodiversité fonctionnelle

du 23 janvier 2020 à Montpellier.


Transcriptions

je vais maintenant demander à jean

pierre sarthou de nous rejoindre
alors jean pierre sarthou et professeur
à l'institut national polytechnique de
toulouse à l'enesad il est chercheur à
l'inra et on dînera et maintenant et sur
une thématique qui l'a amené à la
culture de conservation qui est la
protection agro écologiques des cultures
est en fait de la protection des

Afficher la suite

cultures

jean-pierre il vous a paru évident qu'il
fallait que les tous commencé dans le
sol c'est ça le sujet et ça vous avez
amélioré plein de choses et là on va
objectif est quand même des choses assez
intéressantes entre ce qui se passe en
un culture de conservation et ce qui se
passe dans la rupture conventionnelle
voilà donc bonjour à tous donc c'est
vrai que pendant longtemps je pas prévu
de parler de ça mais puisque je précise
et apparemment tout très rapidement
pendant très longtemps j'ai travaillé
sur les auxiliaires comment est-ce qu'on
pourrait favoriser les auxiliaires dans
les parcelles agricoles
et puis je me suis rendu compte que
parfois le paysage était loin de tout
expliquer et qu'il y avait quelque chose
qu'on ne maîtrisez pas qu'on ne
connaissait pas bien et qui tenait
apparemment au sol et voilà un titre
personnel aussi je me suis intéressé à
l'agriculture de conservation il ya 12
ou 13 ans enfin depuis 12 ou 13 ans
mais vous enseignez et oui je l'enseigne
voilà j'essaie aussi de mettre à la
formation tout à l'heure voilà et
finalement je m'étais toujours la
protection des cultures mais en incluant
en essayant de comprendre quelle est la
part du sol là dedans alors je dois vous
parler de des systèmes d'innovant où en
est on aujourd'hui en terme de
davantage d'inconvénients que présentent
les systèmes innovants et c'est vrai que
en matière d'importance du sol et d'une
nouvelle gestion du sol
c'est en grandes cultures que nous avons
là le plus grande ancienneté pour dans
cette approche là c'est celle donc de
l'agriculture de conservation des sols
et je vais vous parler des performances
agro écologiques de la cs alors en
agriculture conventionnelle
vous le savez il ya un travail du sol
intensifs
ajoutez à cela deux langues parfois de
longues périodes de soldes nu on note au
passage que le labour
on le voit là ne règle pas du tout à
fait le problème des adventices on en
reparlera est bien la conséquence de
cela c'est une forte érosion des sols
partout dans le monde
voyez chaque année en perd environ 12 13
millions d'hectares de sols agricoles en
tout cas qui sont fortement dégradées et
ce qui aboutit à la situation suivante
aujourd'hui plus de 50% des sols
agricoles sont dégradées à très dégradé
voilà une illustration l'embouchure de
l'adour en 2014 et bien effectivement au
niveau mondial c'est à peu près 26
milliards de tonnes de sol arable qui
sont emportés dans les océans chaque
année si on pouvait récupérer ce sol
l'étaler sur 25 à 30 cm eh bien ça crée
une surface d'environ 7 millions
d'hectares c'est juste pour représenter
la quantité de sol de terre fine qui
quittent les parcelles agricoles
il s'agit pas d'une disparition en
valeur absolue il s'agit d'un
amincissement des sols agricoles et donc
on aboutit à une perte de fertilité
perte de fertilité par perte de
profondeur des sols du fait de l'érosion
dont on vient de parler et on voit que
ici vous avez donc la profondeur de sol
plus insolent et profond dans l'eure
vers la droite
plus les rendements ans donc ça c'est un
schéma generix et qui synthétise tout ce
que l'on connaît de l'importance de la
profondeur des sols vis-à-vis de leur
fertilité de leur capacité à donner des
quintaux donc plus on va vers des sur le
profond plus on récolte facilement des
quintaux que ce soit
avec des intrants ou sans intrants
dessous mais à l'opposé plus on perd de
la profondeur du sol puis on va de faire
des sols superficiels et bien en moins
on récolte et plus on est obligé
d'apporter pas mal d'anglais pour
récolter de toute façon - par contre en
agriculture de conservation des sols
bien vous le savez il s'agit de mettre
en place une culture derrière une autre
sans aucun travail du sol en tout cas
dans sa forme la plus stricte on va dire
donc aucun travail du sol pour passer
d'une culture à l'autre de ce fait
l'érosion
elle est quasiment nul on ne peut pas
dire qu'elle soit nul c'est un phénomène
naturel on n'arrive jamais à l'amener à
la valeur zéro mais elle est très très
réduite et elle et on peut le dire
proches voire égal à la vitesse de
formation des sols qui est effectivement
très lente en agriculture
conventionnelle à nouveau un autre
aspect négatif on l'a dit à beaucoup de
travail du sol il ya emploi d'engrais de
pesticides des sols nus les oiseaux
certains oiseaux en profite pour se
nourrir et bien on a du coup on l'a vu
avec mais qui a un mickaël une perte de
la biodiversité bon que j'appelle macro
méso biodiversité des sols la macro
grosso modo c'est les vers de terre met
au bio diversité c'est tous les petits
invertébrés que michael nous a montré et
bien voilà effectivement c'est un assez
est ce qu'on a le maximum de vers de
terre au mètre carré les différentes
catégories
enfin pas dans tous les cas mais dans la
plupart des cas en a plus de vers de
terre plus de nématodes en acs qu'en bio
et quand l'agriculture conventionnelle
quantité et qualité alors en quantité
qualité en biomasse surtout puisqu'il
s'agit m6 2 grammes par mètre carré il
s'agit ici de nombre d'individus pour
100 g
donc c'est là il s'agit de de biomasse
ou de nombre d'individus alors en
qualité je pense que c'est un michael
qu'il faudrait poser la question
je pouvais en parler un petit peu plus
mais j'ai préféré le brand ne pas
développer cet aspect là en tout cas le
fait qu'il y ait davantage de biomasse
ou d'individus fait qu'il y à une
porosité d'origine biologique beaucoup
plus importante qui est à forte
continuité pour aller évidemment ces
organismes creusent des galeries il se
déplace donc c'est de la porosité qui
est connecté c'est une forte continuité
dans le sol et cette bio porosité donc
disparaît presque des sol labouré en acs
est bien sous pays on peut dire que
c'est la belle vie
donc il ya pas mal de vers de terre et
cela se traduit très concrètement par le
fait que les vers de terre nous l'avons
vu précédemment sont capables en partant
d'une situation où le sol a été
compactée il s'agit de sol sous les
roues d'un sur un passage de remorques
sur un travail un chantier d'ensilage
bien en quelques mois vous le voyez les
vers de terre sont capables de recréer
des galeries donc il crée de la bio
porosité je le répète à forte continuité
pour halle qui entre parenthèses peut
être utilisé par les racines des plantes
pour descendre en profondeur mais nous
allons voir que cette forte bio porosité
à continuité pour aller vraiment
importante a un effet très important en
terme de vitesse d'écoulement de l'eau
en agriculture de conventionnel et bien
on peut perdre également du fait de ces
pratiques une forte
enfin on peut perdre là de façon
importante la micro biodiversité des
sols qui malgré tout participé à la
forte cohésion entre les agrégats et
lorsque l'on met une meute d'une
parcelle agricole issus d'une gestion
conventionnel dans un panier en grillage
dans une colonne de sol en haut d'une
colonne de sol c'est le fameux slate est
eh bien on voit qu'elle se désagrège
très rapidement le sol avaient entre les
agrégats en une très faible cohésion
entre eux le sol se désagrège et
finissent par s'accumuler en bas de la
colonne des sols en agriculture de
conservation
il y a plus de carbone en retour alliés
aux noms travail du sol
eh bien on favorise cette micro
biodiversité c'est ce que l'on voit ici
c'est bien acs de l'agriculture de
conservation qu'il y a le maximum de
biomasse de bactéries et de champignons
pendant très longtemps je reviens sur un
point qui a été évoqué tout à l'heure
pendant très longtemps pensé ça a été
répétée faire préciser par marc-andré on
pensait que le labour favoriser la
diversité bactérienne des la diversité
spécifique des bactéries et en fait
c'est vrai lorsqu'en coop compare le
labour à des systèmes jeunes
d'agriculture de conservation mais il ya
une publie je n'ai pas misé là qui
démontre que lorsque l'on regarde élan
lorsque l'on compare la diversité
spécifique des communautés bactériennes
toujours entre labour et acs mais
système ancien acs et bien ce moment là
la cs non seulement à davantage de
biomasse mais a également davantage de
diversité de richesse spécifique mais il
s'agit de systèmes anciens voilà il ya
une publiée en tout cas une qui démontre
cela dont qui tendrait à démontrer que
hannah cs systèmes anciens on peut
dépasser la diversité bactérienne
soi-disant qui était la plus forte en
labourd mais il faut à ce moment-là
s'intéresser je le répète ad système
bien établi
donc dans une motte de terre issue d'un
système menacé il ya une forte du mas
fongiques
il en a déjà été question dont des ifs
mycorhiziens on voit ces petits réseaux
ces petits filaments très clair il y a
également donc de l'agglo malines
puisque seïf mycéliens synthétise de
l'agglo malines c'est ce sont des cols
biologique
c'est tout ce halo vert clair qui
diffuse et qui imprègne les agrégats les
particules de sol fine ce sont des cols
biologique que synthétise également les
bactéries elles synthétisent elle aussi
d'autres colle biologique ce ne sont pas
des glo malines évidemment mais en tout
cas toutes ces colle biologique bien
concours à agréger les particules les
de sol entre elles donc à créer des
agrégats qui en moyenne sont de taille
plus importante qu'en système travail du
sol et ça confère une très bonne
stabilité structurale aux agrégats en
agriculture de conservation voyez une
motte de terre a été mis dans le même
panier dans une colonne de sol et bien
l'eau n'est absolument pas souiller
brouillé il n'y a pas de elle est
parfaitement limpide aucune turbidité
turbidité de cette eau alors oui le
dernier un dernière chose qui apparaît
ici c'est le match étant donné que le
sol n'est plus travailler le mulch
s'accumulent en surface donc à la cs
fola du match en surface on a une forte
biomasse microbienne nous l'avons vu on
a pas mal de bio ports qui sont avec une
forte continuité pour al la résultante
de tout cela c'est une augmentation à
très fin très importante la conductivité
hydraulique à saturation
qu'est ce que c'est que ça c'est la
capacité qu'a l'eau à circuler dans la
macro pour osi t on sature le sol donc
la micro pour auzits est évidemment mais
aussi la maiso porosité sont occupées
par de l'eau mais on rajoute de l'eau
pour voir comment elles circulent dans
la macro porosité et bien c'est un as c
est ce que l circule le mieux la ka sat
est donc jusqu'à plus de 120 fois
supérieur en acs cannes agriculture
conventionnelle est évidemment la
conséquence de cela c'est une bien
meilleure vitesse d'infiltration des
pluies donc une diminution du
ruissellement et de l'érosion dans les
système acs bien conduit parce que ce
n'est pas automatique
on peut avoir en surface fermeture de la
porosité de surface et à ce moment là à
voir une cassette qui parfois en acs
équivaut à celle que l'on a en
conventionnel voir est inférieure à
celle que l'on a à l'agriculture
conventionnelle
ce n'est pas parce qu'on cesse de
travailler le sol et parfois même que
l'on laisse les résidus en surface s'il
n'y a pas assez de résidus sur ne veille
pas à l'entretien calciques du sol on
peut avoir une fermeture da porosité de
surface et du coup avoir une très
mauvaise ka-sat alors que les talents
soi-disant la csv pas en bon acs
bien la résultante c'est là vous avez à
gauche un champ en conventionnel à
droite un à cs depuis une quinzaine
d'années c'est chez frédéric thomas pour
ceux qui le connaissent et bien le sol
est très dégradée en surface des
structures et si vous avez une formation
d'une croûte de battance alors qu'à
droite
vous voyez que la surface n'est
absolument pas pareil le blé est au même
stade
évidemment l'eau s'infiltre beaucoup
mieux à droite qu'à gauche c'est évident
voilà mais là il s'agit d'un système acs
bien conduit bon quelques autres
avantages maintenant de la cs et
notamment en termes d'adaptation au
changement climatique le changement
climatique qui va nous imposer de plus
en plus de d'épisodes de sécheresse ou
de canicule
eh bien il est intéressant avec ce sans
changement climatique d'augmenter
d'améliorer la haye rue des sols ou le r
-u des sols le réservoir utiles des sols
c'est à dire sa capacité à stocker de
l'eau de l'eau utile ensuite pour les
plantes
et bien voilà une manip qui a démontré
qu'au bout de six ans d'assez s on a eu
celle et ce sont les bars en gris foncé
à différentes profondeurs
on a eu création de meo porosité c'est
la porosité qui stocke l'eau utile pour
les plantes
on a eu création de mots mais au
porosité et donc c'est elle qui fait la
rue le et rue des saules on a eu
doublement de cette ou de ceux et rue
dans les sols grâce à la cs et ce
indépendamment du fait que le sol soit
plus ou moins sablo argileux
est-ce qu'on vous avez à lorient desa
dans différentes situations qui peuvent
quand même profondément alors évidemment
réserves utiles
bien sûr ça évidemment il ya une part de
la rue qui tiers à la texture du sol
là il s'agit d'une dune manip donc qui
concerne un type de sol particulier
honnêtement je ne l'est plus en tête je
sais plus quelle était la texture de ce
sol mais il ya encore relativement peu
de travaux dans le monde qui compare
l'évolution de la rue dans un système
labour et ce qu'elle devient cette rue
où ce qu'il devienne ce réservoir utile
lorsqu'on passe un acs
pour voir quelle est la vitesse à
laquelle évolue cette rue en fonction de
la texture du sol dès lors que l'on
passe un acs
on n'a pas assez de recul mais une chose
est sûre c'est que lorsqu'on passe d'un
système labour un système acs bien
conduit quelle que soit la texture du
sol on améliore la rue où les rues tout
simplement parce que là on revient à
l'exposé de mikael hed
tout simplement parce qu'on favorise la
microfaune la microfaune ce sont les
petits nématodes les protozoaires parce
que la microfaune est capable de créer
de la maiso porosité cette porosité là
une gamme particulière de porosité entre
0,2 et 50 microns c'est cette porosité
qui stocke l'eau utile aux plantes donc
un acs on crée effectivement de la
ménopause it et en améliore la rue c'est
ce que l'on voit ici donc on a un
meilleur fonctionnement hydrique des
sols une meilleure efficience hydrique
des pluies puisqu'on l'a vu précédemment
favorise l'infiltration de l'eau des
pluies et en favorisant suite son
stockage et par la présence de
mycorhizes on favorise aussi en facilite
son utilisation
donc voilà pourquoi en période de
sécheresse on le verra tout à l'heure
les cultures and acs résiste beaucoup
mieux aux périodes de stress hydrique
on peut hein acs en plus améliorer
l'économie de l'eau par quel biais en
évitant l'échauffement du sol
vous avez ici différentes courbes
d'évolution de la température regardons
le plus grand écart c'est entre un sol
nu travail et donc nue et insolent non
travaillés avec couverts par du match on
est un acs on a un écart de 6 degrés et
demi je n'ai pas écrit mais c'est 1,5 cm
de profondeur au brésil en argentine ils
ont fait d'autres mesures qui sont
encore plus spectaculaire que celle là
eh bien le sol chauffant moins du coup
il perd moins d'eau vous voyez en acs on
perd 0,6 mm par jour enfin c'est ce
qu'ils ont mesuré en conventionnel à
préchac déchaumage chaque déchaumage 4
mm par jour bon alors on pourrait dire
oui et alors la conséquence de ça et
bien déjà au bout d'une semaine c'est 4
mm 2 dans le premier cas c'est 28 dans
le second cas ben oui et alors eh bien
il suffit de mettre ça en regard de ce
que permet ou de la quantité d'eau
nécessaire à l'élaboration d'une tonne
de matière sèche toutes espèces
végétales confondues c'est grosso modo
25 mm pour élaborer une tonne de matière
sèche et bien dans le second cas on a
perdu en une semaine le potentiel pour
nourrir et labouré permettre
l'élaboration la formation d'une tonne
de matière sèche
c'est ce qu'aurait pu permettre un
couvert estivale et ça c'est une perte
en une semaine donc un sol qui chauffe
perd beaucoup d'eau et ce en a pas
suffisamment conscience en france je
peux vous assurer qu'au brésil serait en
argentine
ils en ont pleinement conscience et ils
se font très très attention à cela pour
près de garder l'eau qui a été stocké
dans le sol ou bien alors on parler
d'adaptation maintenant on va parler
d'atténuation du changement climatique
tout à l'heure vous disiez où nos
marc-andré disait que l'agriculture les
souvent présenté comme étant un problème
mais elle peut être aussi une solution
au problème et notamment par rapport aux
changements climatiques
effectivement elle peut atténuer ce
changement climatique en diminuant la
concentration des gaz à effet de serre
premièrement via le stockage de carbone
stockage de carbone dans l'atmosphère il
ya trop de co2 eh bien lorsque les
plantes captent le co2 le met dans la
biomasse et que cette biomasse et
transformer un humus
lorsqu'on laisse l'a77 masse était
composé à la surface du sol
l'humus peut être stocké dans le sol
hélas les valeurs qui sort en
révélée véhiculée par la littérature
scientifique sont très très variable
voyez ça va de 200 kg à plus d'une tonne
ça dépend des des publications
scientifiques donc ça dépend de la
performance des systèmes acs qui ont été
étudiées ça c'était dans l'horizon 0,30
et en dessous dans l'horizon 30 100 cm
il ya carrément des publications alors
en gras et souliers ce sont des
synthèses du biographique des méta
analyse qui ont dit que ben non
certaines ont été jusqu'à dire que le
stockage en profondeur était très limité
voire nul
et puis d'autres voiliers publication
récente il arrive à plus d'une tonne une
tonne 150 stockées par hectare et par an
stockés entre 30 cm et 1 mètre de
profondeur
donc c'est vraiment un sujet très très
difficile cette quantité de carbone
qu'il est possible de stocker par
hectare et par an en fonction de la
profondeur mais on se rend compte que ça
dépend énormément de la qualité du
système acs qui est étudié le 4 pour
mille ses joueurs du coup c'est
largement jouable mais largement sylla
vous pouviez avoir un côté de moi par un
coup de baguette magique pascal boivin
qui est un chercheur un pédologue suisse
eh bien il étudie tout ça en faisant des
mesures alors ils utilisent palais les
images satellite pour évaluer la
quantité de carbone stockée dans les
sols lui fait des mesures chez les
agriculteurs fait des prélèvements de
sols il quelqu'un calcule le pourcentage
de matière organique dans ses
échantillons de terre et en tenant
compte de l'intensité apparente du sol
évidemment pour calculer la dynamique de
stockage de carbone dans les sols à
différentes profondeurs en fonction des
systèmes de culture et il arrive à la
conclusion que le 4 pour mille c'est
même pas très ambitieux voilà il a des
parcelles chez des agriculteurs où il
est trois à quatre fois plus élevé que
ça en termes de cas de quantité de
carbone stockée dans le sol en tout cas
quoi qu'il en soit vont on le comprend
bien tous ces chercheurs ne sont pas
content
d'accord entre eux mais on a bien
compris une chose c'est que la clé de
voûte du stockage du carbone sous forme
du must dans le sol c'est l'association
non travail du sol gros apport de
biomasse azay sur aisne élus et leurs ou
l'autre pris séparément
ça marche pas d'accord c'est pas parce
qu'on arrête de travailler le sol quand
à stocker du carbone
au contraire si on arrête de travailler
le sol et qu'il n'y a pas suffisamment
de biomasse à forte au sol que le sol il
peut à la limite produire de moins en
moins et je suis bien placé pour le pot
pour le dire mais bien le sol bien que
non travaillées peu d stocker du carbone
quand vous parlez d'apport de biomasse
c'est de la biomasse produits sur place
ou la proue de la biomasse à porter ça
peut être les deux et en fait on se rend
compte que pour lancer la machine il
vaut mieux apporter de la biomasse
exogènes donc pour lancer la machine on
peut apporter du camp du compost mais
une fois que le sol fonctionne bien il
faut laisser le compost pour les autres
et stress et de la biomasse produite sur
place et on peut produire 15 20 22
tonnes de matière sèche par hectare et
par an dans nos systèmes tempéré même
certains centres au delà de ça donc on
peut apporter beaucoup de biomasse au
sol une fois qu'il fonctionne bien
maintenant atténuation en diminuant
toujours la concentration de gaz à effet
de serre mais on va regarder les
émissions de co2 protoxyde d'azoté dont
marc andré a commencé à parler tout à
l'heure et de ch4 d'ailleurs le
protoxyde d'azoté une toute petite
remarque c'est le fameux gaz hilarant
voilà c'est c'est celui-là c'est une
molécule naturelle fin on l'a vu tout à
l'heure mais en commençons par le co2 en
acs
on diminue de façon très significative
les émissions de co2 fossile tout
simplement co2 fossile c'est quoi ces du
co2 dans lequel le carbone
quelques mois auparavant était
dans une énergie fossile charbon au
pétrole
tout simplement parce qu'un acs on
bénéficie d'une forte économie de
carburant
puisqu'on les opérations culturales sont
beaucoup moins importantes il ya plus de
labour il ya moins de puissance utilisée
est moins fréquemment diminution des
émissions de co2 contemporain tout
simplement parce qu'il y à une baisse de
la vitesse de minéralisation de la
matière organique des sols
ça peut être un inconvénient parfois
c'est un inconvénient cette baisse de la
vitesse de minéralisation de la matière
organique des sols pour la mise en place
des cultures de printemps ce que le sol
se réchauffe - il peut y avoir un retard
dans le démarrage de la culture à cause
de ça mais en termes d'émissions de co2
c'est un avantage
maintenant les émissions de ch4 de n2o
diminue également parce que il ya cette
moindre minéralisation de matières
organiques de femmes k2 que vous devez
connaître mais il y à une amélioration
la cs de l'activité et une augmentation
de la biomasse des populations
microbiennes
donc voilà pourquoi il y à une émission
une diminution de ses émissions là alors
que la plupart des publications dont
celle ci qui est relative au fameux
essai longue durée de boigneville fonds
et anna cs d'une augmentation des
émissions de n2o et bien en fait
aujourd'hui on commence à comprendre
pourquoi plusieurs publications
comparant la bourre et acs montre que la
cs provoque des émissions plus
importante de n2o c'est parce qu' il s'
agit d' acs les systèmes acs étudiés
sont des systèmes non aboutie on arrive
toujours à la même conclusion
la preuve ici aux usa après 30 ans da c
est ce bien conduite à forte production
de biomasse il ya une diminution des
émissions de n2o de 40% par rapport à
l'amour de 57% par rapport au chili elle
pourquoi une telle différence entre
labour et gisèle les auteurs ne sont pas
tout à fait certain de l'explication
mais en tout cas voyons voyez que
lorsqu'on s'intéresse à un système bien
installés depuis longtemps qui est très
performant système acs
il y a il est possible d'avoir moins
d'émissions de n2o ana c est ce qu un
système avec travail du sol
c'est assez rare ça n'a pas ce n'est pas
le cas de ces trois publications la
danse et 3 publie on a plus d'émissions
de n2o ana c est ce qu en labourd bon
donc on revient à des situations
précédentes connu qui conforte pour
certains le fait que la cs aimé plus de
n2o mais c'est pas automatique on vient
de le voir ici un malgré tout en
regardant le potentiel en étudiant le
potentiel de réchauffement global net de
ces systèmes acs il ya effectivement
plus d'émissions de n2o méliz ya moins
d'émissions de co2 et de ch4 ce qui fait
que l'un dans l'autre ces diminutions
l'emportent sur cette augmentation en
attend que globalement dans ces trois
systèmes étudiés en acs une diminution
très significative du potentiel de
réchauffement global net grâce aux
diminutions de co2 et de ch4 donc c'est
pas si dramatique que ça que parfois il
ya une augmentation des émissions de n2o
alors on continue meilleure préservation
de l'environnement via on se donne
encore 5 minutes d'accord je accélérée
via inaudible d'accord une moindre
utilisation des pesticides en acs on
observe de recentrer classique une
diminution voire un arrêt des fongicides
parce qu'il y à une nette diminution des
maladies
olivier nous en parlera à 1 le couple ph
redox est beaucoup moins favorable aux
agents phyto-pathogènes une autre
explication c'est que le mulch et qui
est beaucoup moins connu le mulch ans
des concours de décomposition la surface
du sol et mais des composés organiques
volatiles qui sont antagonistes des ifs
et inocule à de maladie fongique qui
sont sur les résidus de cultures et ça a
été démontrée pour ces trois maladies là
donc c'est une sorte de lutte biologique
permise par des composés organiques
volatils issue du match entre cours des
décompositions une diminution voire un
arrêt des insecticides avec une nette
diminution des ravageurs là il ya
plusieurs explications possibles des
italiens ont montré que la cs favoriser
auxiliaires donc elle compense les
effets négatifs de paysages de
simplifier
nous pensons c'est une hypothèse pour
expliquer ce que nous avons vu que la cs
favoriserait c'est bien du conditionnel
des émissions de hpv
ce sont des composés organiques volatils
aussi des molécules signal de plantes en
train de se faire attaquer bouffer par
des ravageurs les auxiliaires les
détecte pour venir protéger et se
nourrir des ravageurs sur ces plantes on
pense que les plantes toutes choses
égales par ailleurs si elle pousse dans
un sol qui leur convient mieux donc un
acs sont plus à même d'émettre ces
signaux olfactif bon concernant les
limaces la sieste favoriser limaces mais
parfois il ya une diminution des dégâts
ce que nous avons vu mais on l'a pas
publiée
c'est qu'il y à changement de population
au bout d'un certain nombre d'années les
limaces les plus phytophages sont
remplacés par des limaces moins vite
ofaj et plus détritivores donc moins
problématique pour les cultures
on a vérifié ça avec des analyses et aux
topics carbone azote bon là pas publier
parce qu'on n'a pas eu le temps dommage
un point très important aussi il peut y
avoir diminution de l'usagé des
herbicides un acs contrairement à ce que
beaucoup de personnes prétendent dans
les systèmes mal géré c'est le cas dans
les systèmes bien géré il peut y avoir
diminution des herbicides parce qu'il y
a moins émergence de mauvaises herbes
après semis il y as augmentation de la
prédation des graines de mauvaises
herbes par des insectes granivores mais
aussi les vers de terre un échiquier en
2g est la résultante ses capés 3 près
trois ans et sans apport de nouvelles
graines de mauvaises herbes toutes
choses égales par ailleurs la densité
d'atlantis en parcelles acs diminue de
80% par rapport à une parcelle en
systèmes labour
donc on arrive à une baisse à une
moindre utilisation des herbicides en
acs abouti qui devient rapidement
analogue voire inférieur c'est possible
inférieur aux systèmes conventionnels
par contre en semis direct seul
évidemment c'est tout à fait l'inversé
je passe bon très rapidement sur ce la
réduction des pertes d'herbicides parce
qu'il ya moins d'érosion aux loyers
moins de ruissellement moins de pertes
de sols donc il ya moins de pertes de
matière active
ils ont procureront aux termes utilisés
nous mettons la clore donc voilà on
connaît ça depuis pas mal de temps
maintenant
meyer dégradation des résidus de
pesticides bon je passe les quelques
pesticides qui malgré tout sont utilisés
puisque la cs bio n'existe pas son mieux
dégradée dans les sols attention parfois
il peut y avoir mise en connexion
directe entre la surface et la nappe
phréatique par le biais des galeries de
vers de terre année sic donc faut faire
attention mais c'est pas souvent c'est
pas souvent le cas et surtout la macro
porosité n'est pas systématiquement
utilisée par l'eau depuis lorsqu'il
pleut bon c'est ça aussi c'est connu
maintenant depuis pas mal de temps mais
cette collection elle est relativement
rare meilleure rétention des résilles
pestis yeux sur matières organiques donc
diminution de la concentration des
herbicides dans les eaux de drainage la
cs favorise également la biodiversité
ordinaire ici alouettes bruant proyer
bergeronnette printanière
il y en a davantage en système acs quand
système la bourse en couvert avec un peu
d'herbicides et le pire étant le semis
direct sans couverts mais quand ya pas
de labour il ya beaucoup d'herbicides
alors ça c'est le pire c'est pas parce
que c'est du semis direct ces vertueux
loin de là c'est donc là c est ce qui
s'en tirait le mieux c'est la dernière
diapos
qu'en est il non c'est pas la dernière
pardon alors en termes de productivité
là il s'agit de résultats issus de
parcelles expérimentales voyez c'est une
méta-analyse -2 5%
quand cette publié sorti les farmeur
américains n'ont pas été contents ils
expliquent sur leur site la 29 raisons
pour lesquelles le il observe chez eux
une meilleure productivité que chez
leurs voisins mais là il s'agit de
parcelles expérimentales et il
expliquant 29 points pourquoi on peut
pas comparer ce qui se passe dans des
parcelles agricoles chez
dans la vraie vie on va dire par rapport
à des systèmes des micros parcelle en
parcelle expérimentale
malgré tout cette méta-analyse a mis en
évidence une augmentation des rendements
acs avec l'âge des systèmes et surtout
des rendements supérieurs ana c est ce
par pur conventionnelles en contexte
stress hydrique
c'est confirmé par de nombreux travaux
en europe dans le monde voyez jusqu'où
on peut aller jusqu'à + 120 qui va très
très sec meilleure stabilité des
rendements que ce soit hors accident
climatique ou suite à des périodes de
stress hydrique nous maintenons
notamment on a une meilleure stabilité
meilleure résilience des systèmes en acs
pour la rentabilité économique presque
partout en europe meilleure rentabilité
baisse des coûts de main d'oeuvre de
frais de carburant de frais d'entretien
de machines matériel voilà ça c'est la
dernière diapos donc n'aurait tels que
des avantages
évidemment que non et puis surtout c'est
pas des systèmes facile à conduire
malgré tout deux études multi critères
montre pour l'une la cs plus quatre
autres systèmes agro écologiques
comparer les cinq donc comparé à un
système conventionnel pour huit services
écosystémiques la cs s'en tire mieux que
le conventionnel pour 7 des 8 et
concernant les quatre autres systèmes
agro écologiques et bien il s'en tire
mieux que le conventionnel là pour deux
servis sur 8 5 sur 8 4 sur 8 4 sur 8
voilà et la dernière publie la deuxième
est une multi critères des systèmes acs
au sens strict ou au sens large ont été
comparés à des systèmes bio et
conventionnels est là pour dix sept
services écosystémiques cet intrant
support de régulation et 10 produits
agricoles environnementaux je passe dans
les détails si vous avez le temps de
lire c'est bien mais globalement c'est
pas la cs qui gagne à tous les coups
mais c'est la cs qui gagne la plupart du
temps et donc en conclusion est bien là
c est ce oui on arrive à la conclusion
qu'elle présente le meilleur potentiel
pour lutter contre le fameux
antagonismes qui lie à entre
productivité et performance
environnementale
voilà donc vous avez compris qu'il est
important de regarder ce qui se passe
sous le sol et je vous remercie pour
votre attention
merci jean pierre sarthou on commence à
bien planté le décor
[Applaudissements]

Partager sur :