Triple Performance

CR2 M2 : Reconception du vignoble et mode de conduite Smart Dyson

De Wiki Triple Performance
Cet article est issu de la base GECO[CC BY-NC-SA 3.0]. Cliquez ici pour accéder à la page d’origine : Logo Geco
Mode de conduite en Smart Dyson (Crédit photo Lionel Dumas Lattaque, CA 17)

Mené de 2013 à 2018 sur la station de l'établissement d'enseignement agricole de Saintes, cet essai teste le système "CR2 M2"[1] dans le cadre du projet "Ecoviti Charentes Cognac"[2].


L'objectif est de définir les conditions d'une "résilience agronomique" du vignoble vis à vis des bioagresseurs potentiels dès sa plantation. La stratégie mise en place repose sur la combinaison de paramètres visant à renforcer la robustesse naturelle du vignoble vis-à-vis des bioagresseurs et de variables opérationnelles constituant les règles dé décision d'entretien et de protection du vignoble.

Leviers employés

Les principaux leviers employés  pour atteindre cet objectif sont les suivants :

  • Densitée de plantation élevée
  • Utilisation de porte-greffe de vigueur modérée
  • Architecture du feuillage en Smart-Dyson (cela réduit le développement des maladies et rend l’application des traitements plus facile des raisins)

Dans le dispositif Ecoviti Chanretes Cognac, trois systèmes sont mis en oeuvre. Pour les trois, l'entretien du sol et la pulvérisation confinée sont de mises.

Principaux résultats et enseignements

La maîtrise des différents bioagresseurs est satisfaisante au regard des conditions de productions. Aucun dommage n'affecte la récolte, en revanche des dégâts sur feuilles sont visibles en fin de saison. Si l'on compare le système CR2 M2 pa rapport à la référence locale, il n'ya pas de différence notable vis-à-vis des bioagresseurs puisque leurs présence en intensité est toujours de l'ordre du dégât et jamais du dommage ni de la perte. La maîtrise des adventices est globalement bonne puisque le viticulteur accepte la présence de ronds ou bandes d'herbe peu concurrentielle pour la vigne.

La réduction de l'IFT Total dépend essentiellement de la maîtrise du mildiou et de l' oïdium. Avec seulement deux années de recul et d'ajustements des règles de décision, il apparaît que ce système permet l'atteinte de l'objectif de réduction massive de l'usage des pesticides. En revanche, si la qualité est satisfaisante, la productivité est encore très insuffisante.

- PLUS D'INFO DANS LA FICHE SYSTÈME DE CULTURE EXPE

Annexes

Bioagresseurs concernés par ce retour d'expérience

Voir aussi